Stratégies 2016

Embed Size (px)

Text of Stratégies 2016

  • LE MAGAZINE DE LA NORMALISATION ET DU MANAGEMENT

    Stratgies 2016

    Secteur par secteur, comit stratgique aprs comit stratgique

    De lagroalimentaire lingnierie industrielle et lnergie

    Enjeux prsente les programmes et les normes importantes 2016

    AFNORMars 2016

    Supplment N 362

    diti

    ons A

    FNO

    R / I

    SSN

    241

    7-94

    50

  • LE MAGAZINE DE LA NORMALISATION ET DU MANAGEMENTdit par AFNOR

    11, rue Francis-de-Pressens 93571 La Plaine Saint-Denis CedexTl. : 01 41 62 80 00 Fax : 01 49 17 90 00www.afnor.org

    10 numros par an

    Fondateur : Bernard VAUCELLE

    Directeur de la publication : Olivier PEYRAT

    Directrice de la rdaction : Isabelle SITBON

    Rdacteur en chef : Jean-Claude TOURNEUR jeanclaude.tourneur@afnor.org

    Rdactrice en chef adjointe : Marie-Claire BARTHET

    Assistant de la rdaction : Jean-Yves FIRZE enjeux@afnor.org

    Secrtariat de rdaction : Nicolas GUYARD

    Merci Monica DIAZ, Afnor Normalisation

    Photo de couverture : FOTOLIA

    Administrateur : Jean-Philippe SUZANNA

    Abonnements : Tel. : 01 41 62 86 00Le numro : 16 e Abonnement 10 numros + 1 supplment CEE et AELE : 147 e tranger hors CEE et AELE : 208 ewww.enjeux.org

    Dpt lgal : FVRIER 2016 Commission paritaire : N 1119 G 87039

    Conception graphique : GAYA graphisme et communication

    Mise en page et photogravure : DESK

    Impression : Imprimerie JOUVE sur papier PEFCJOUVE 1, rue du Docteur-Sauv 53100 MAYENNE

    sommaireAFNOR

    Supplment Mars 2016

    N 362

    N 362 SUPPLMENT MARS 2016NE PEUT TRE VENDU SPARMENTISSN 2417-9450

    LE MAGAZINE DE LA NORMALISATION ET DU MANAGEMENT

    AGROALIMENTAIRE 3

    MESSAGE DU PRSIDENT DU CCPN 1

    SANT ET SCURIT AU TRAVAIL 32

    ENVIRONNEMENT ET RESPONSABILIT SOCITALE 60

    LECTROTECHNOLOGIES 83

    SANT ET ACTION SOCIALE 17

    BIENS DE CONSOMMATION, SPORTS ET LOISIRS 45

    INGNIERIE INDUSTRIELLE, BIENS DQUIPEMENT ET MATRIAUX 72

    PTROLE 99

    CONSTRUCTION ET URBANISME 9

    MANAGEMENT ET SERVICES 38

    INFORMATION ET COMMUNICATION NUMRIQUE 66

    GAZ 94

    TRANSPORT ET LOGISTIQUE 23

    GRAND CYCLE DE LEAU 53

    UTILISATION RATIONNELLE DE LNERGIE 78

    II ENJEUX N 362 Supplment Mars 2016

  • 1ENJEUX N 362 Supplment Mars 2016

    Claude Breining Prsident du CCPNDR

    PERSPECTIVES

    Une normalisation agile pour un monde qui bouge !

    Dans le cadre de llaboration de la stratgie, le Comit de concertation et de pilotage de la normalisation (CCPN) a pris linitiative de conduire une rflexion sur deux grands enjeux socitaux qui concernent lensemble des thmatiques transverses rete-nues : la digitalisation de la socit et lcono-mie numrique, le climat et lenvironnement.Ces thmes embrassent eux-mmes de nom-breux sujets, initiatives, dveloppements et enjeux. Lintrt de cette dmarche est de mettre en vidence le maillage et les interac-tions entre les domaines dactivit et entre les acteurs de la socit inhrents ces deux questions.

    Digitalisation de la socit et conomie numriqueLe dveloppement tous azimuts du num-rique suppose de garantir un niveau nces-saire dinteroprabilit, ce qui pousse les nor-malisateurs sorganiser en consquence, via notamment des structures ad hoc.Lapproche gographique sur laquelle il convient de rflchir est au minimum celle de lEurope. Senfermer dans une logique nationale, dans un contexte douverture des changes, risque de mener une impasse.Cette chelle europenne ncessite un bon niveau danticipation, afin de btir une

    stratgie de recherche dalliances et didenti-fication des opportunits et non pas dagir en raction et dans un mode dfensif.Force est de constater que la digitalisation de la socit sacclre. Les objets communiquent, les rseaux deviennent actifs et la quantit dinfor-mations et de donnes en circulation crot de faon exponentielle. Ces donnes massives, ou big data, engendrent des problmatiques in-dites. Il nest plus question de sinterroger sur le fait dtre favorable ou non la circulation et lutilisation de ces donnes, mais de dfinir une politique pour intgrer le big data comme une donne dentre nos rflexions.Production et collecte, traitement et infrastruc-ture, restitution et prsentation pourraient tre les trois grands mtiers qui encadrent la priode de cration destructrice qui voit se produire de faon simultane la disparition de secteurs dactivit conomique conjointement la cra-tion de nouvelles activits conomiques.Ces volutions remettent galement en cause les modles conomiques. Des nouveaux acteurs apparaissent sur le march, parfois de faon extrmement rapide, bouleversant une certaine forme dordre tabli.Ladaptation au changement de rythme est impose par les innovations technologiques et leur appropriation par la socit.La scurit, sous tous ses aspects, apparat comme un enjeu majeur partag par tous : cyber-

  • PERSPECTIVES

    2 ENJEUX N 362 Supplment Mars 2016

    et des analyses stratgiques peuvent per-mettre didentifier des manques, de formali-ser des besoins et dtablir des priorits.

    La transition nergtiqueCette thmatique peut tre conceptualise au travers de quatre enjeux, les 4 D : dcentralisation des nergies qui va induire

    des bouleversements dans le transport, la distribution et le stockage ; dcarbonation avec le dveloppement

    des nergies renouvelables et donc la nces-sit dinterconnexion des nergies, dcroissance de la consommation en lien

    avec les avances en termes defficacit nergtique ; digitalisation pour le dveloppement de

    lintelligence des systmes.La normalisation a bien sr un rle jouer pour assurer la cohrence entre ces diffrents niveaux ou besoins.

    Impact de ces nouvelles attentes pour loutil normalisationLa normalisation doit sadapter. Des associa-tions avec les autres organisations interve-nant sur ces domaines doivent tre tudies. Un compromis devrait tre trouv entre la qualit des tours de table, le consensus et la ractivit ncessaire de faon tre mme de fournir au march et la socit en gnral les documents de rfrence tout la fois perti-nents, reconnus, ncessaires et qui rpondent leurs besoins.Un axe essentiel qui constitue un dfi impor-tant relever est la transversalit, notam-ment par lintgration du numrique, des travaux de normalisation qui est primor-diale pour bien apprhender les concepts communs aux diffrents domaines et leurs interactions.Une notion revient de faon rcurrente, celle de la confiance. Que ce soit pour faciliter des initiatives, contribuer aux dveloppements, rassurer les usagers, les consommateurs et les citoyens, renforcer les changes ou prparer lavenir, rien nest possible sans la confiance. La normalisation a un rle majeur jouer pour relever ce dfi, il nous revient tous de nous y mesurer.Enfin, sur le volet des investissements, la normalisation est promouvoir comme outil daide la dcision et dvaluation de la performance.Les objectifs socitaux et environnementaux tant parfois en contradiction, la normalisa-tion peut proposer des cadres de fonctionne-ment des mcanismes de compensation.

    scurit, compromis entre dveloppement et respect de la vie prive et de lintimit, mais aussi identification des risques de fragilit et de dpendance technologique ainsi que garantie dun fonctionnement minimal en situation dgrade.Les relations au travail sont transformes du fait de la place prise par les technologies de linformation et de la communication dans lunivers professionnel et personnel.

    Climat et environnementLes grands enjeux de la normalisation iden-tifis pour les thmatiques de la prservation de lenvironnement et de la limitation des changements climatiques ont trait lefficacit nergtique, la simplification des concepts et la transition nergtique.

    Efficacit nergtiqueLa normalisation est clairement identifie comme lun des outils pertinents et adapts pour accompagner la mise en uvre de la stra-tgie nationale bas-carbone ; les chantiers des technologies, qui ncessiteront des investisse-ments privs et publics significatifs, et limpact de la gestion des sols en lien avec les gaz effets de serre (GES) sont notamment identifis comme particulirement prometteurs.Lanalyse des crises dorigine environnemen-tale, sanitaire, mais aussi des accidents per-met, dans une certaine mesure, de tirer profit du fruit de lexprience. Cette pdagogie de laccident permet de montrer les risques et les dangers de labsence de normes ou de labsence dutilisation de normes.

    Simplification des conceptsDans une logique daccompagnement de lac-tivit des organisations et en particulier des entreprises et des collectivits territoriales soucieuses de rationaliser leurs investisse-ments, la normalisation doit contribuer la simplification des concepts : des cartographies

  • 3ENJEUX N 362 Supplment Mars 2016

    AGROALIMENTAIRE

    Agroalimentaire

    Taig

    a

    Foto

    lia

    Grard Boivin Prsident du Cos

    Grard Mathieu Vice-prsident

    Thierry Bergier Rapporteur

    Grard BOIVIN

    DR

    Sur les 55 millions dhectares que comptele territoire mtropolitain, plus de 28 millions

    sont occups par des activits agricoles.

  • AGROALIMENTAIRE

    4 ENJEUX N 362 Supplment Mars 2016

    55 millions dhectares que compte le territoire mtropolitain, un peu plus de 28 millions sont aujourdhui occups par des activits agricoles.Nanmoins, mme si sa balance commerciale demeure encore globalement excdentaire, en quelques annes, la France est passe du 2e au 5e rang mondial des exportateurs de produits agroalimentaires, derrire les tats-Unis, lAl-lemagne, les Pays-Bas et le Brsil. Principaux postes excdentaires : produits laitiers, pro-duits craliers, boissons ou aliments pour animaux. Principaux postes dficitaires : tabac, viandes, fruits et lgumes. Il sagit ds lors pour l