Click here to load reader

Analyses et contrôles des matières premières … · -D’identification, (structure chimique ,Isoméries potentielles -Caractérisation physico-chimique (solubilité, polymorphisme,

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Analyses et contrôles des matières premières … · -D’identification, (structure chimique...

  • Expos

    Analyses et contrles des

    matires premires pharmaceutiques

  • SommaireIntroduction

    I-contrles des matires premires pharmaceutiques

    1- Rfrentiels de contrle 2-Recommandations de contrle en industrie pharmaceutique

    II- Mthodes de contrle et danalyse

    1-Mthode spectroscopique

    a-Spectroscopie radiofrquence

    b-Spectroscopie infrarouge

    c- Spectroscopie visible et ultraviolet

    d-Spectroscopie dabsorption atomique

    e-Photomtrie de flamme

    2- Chromatographie

    3-Contrles organoleptiques

    4-Perte la dessiccation

    5-titrages potentiomtriques

    6-analyses microbiologiques

    Conclusion

  • IntroductionTout ce qui rentre et tout ce qui sort dune industrie pharmaceutique est prlev pour analyse. Ce travail de contrle est norme et impratif car le nombre de matires premires utilises est considrable. Vrifier la conformit des matires premires achetes par rapport aux normes convenues avec le fournisseur, et la conformit des compositions vendues de faon assurer aux clients la continuit dun produit dans le temps.

    On entend par matire premire usage pharmaceutique tous les composants des mdicaments: les principes actifs, les excipients, et les lments de mise en forme pharmaceutique, destins tre utiliss chez lhomme ou chez lanimal

    Les matires premires pharmaceutiques peuvent tre classes de diverses faons:

  • 1. Daprs leur fonction :

    Principe actif, excipients, Articles de Conditionnement

    2. Daprs leur nature :

    Produits dfinis : substances chimiques caractrises par leurs proprits

    physiques et chimiques (Eau, aspirine, paractamol)

    Produits non-dfinis : obtenus par extraction partir des plantes, danimaux

    ou de microorganismes.

    3. Daprs leur origine :

    Origine biologique : substances extraites des tres vivants (animaux,

    vgtaux, microorganismes...)

    Origine minrale : substances obtenues partir des produits naturels

    (minraux, produits fossiliss)

    Origine synthtique : substances artificiellement labores par des ractions

    chimiques prcises.

    4. Daprs leur tat :

    Liquide, solide, pteux

  • I-Contrle des matires premires

  • 1- Rfrentiels de contrle:

    rglementation et lgislation en vigueur

    Pharmacope Europenne ou autres mthodes normalises

    dossiers denregistrement (AMM...)

    2-Recommandations de contrle en industrie pharmaceutique

    Le responsable de contrle qualit doit porter une attention

    particulire lorigine et la qualit des matires premires et des

    articles de conditionnement. Il vrifie ladquation entre le produit

    command et le produit reu par la mise en uvre de raction

    didentification. Il procde ensuite leur tiquetage de faon viter

    toute confusion et les stocke dans des conditions adaptes et les

    manipule en prenant les prcautions appropries.

  • 2-a-RceptionLors de la rception et avant acceptation, chaque contenant ou ensemble

    de contenants de matires doit tre examin visuellement afin de vrifier la

    conformit de ltiquetage (y compris la correspondance entre le nom

    utilis par le fournisseur et celui utilis de manire interne, sil est

    diffrent), lintgrit des scells, didentifier les contenants endommags et

    les ventuelles altrations ou contaminations du produit. Les matires

    doivent tre maintenues sous quarantaine jusqu ce quelles aient t

    chantillonnes, examines ou contrles si ncessaire, et libres pour

    utilisation.

    Avant de mlanger les matires rceptionnes avec les stocks existants

    (par exemple, les solvants ou les matires stockes en silos), elles doivent

    tre correctement identifies, contrles

  • Lorsque des livraisons en vrac sont effectues dans des citernes non ddies, labsence de contamination croise provenant des citernes doit tre garantie. Cette assurance peut tre donne par lun ou plusieurs des moyens suivants:-un certificat de lavage;-le contrle des impurets ltat de traces;-un audit du fournisseur.Les rservoirs de stockage et leurs collecteurs associs, leurs lignes de remplissage et de soutirage, doivent tre identifis de manire approprie.Un code distinctif, un numro de lot ou un numro de rception doivent tre attribus pour identifier chaque contenant, ou ensemble de contenants de matire. Ce numro doit tre utilis lors de la mise disposition de chaque lot. Un systme doit tre en place pour identifier le statut de chaque lot.

  • 2-b-Echantillonnage et contrle-Au moins un test didentification doit tre effectu sur chaque lot de matire, lexception des matires dcrites au point

    -Un certificat danalyse du fournisseur peut tre utilis en remplacement des autres contrles effectuer, ds lors que le fabricant dispose dun systme dvaluation des fournisseurs.-Lapprobation dun fournisseur doit inclure une valuation qui apporte la preuve (par exemple, par un historique de la qualit fournie) que le fabricant peut fournir rgulirement des matires conformes aux spcifications. Des analyses compltes doivent tre ralises sur au moins trois lots avant de rduire les contrles internes. Toutefois, minima, une analyse complte doit tre ralise intervalles appropris et compare aux certificats danalyse. La fiabilit des certificats danalyse doit tre vrifie intervalles rguliers.

  • -Les adjuvants de procd, les matires dangereuses ou

    hautement toxiques, les autres matires spciales ou les matires

    transfres une autre unit sous le contrle de la socit, nont

    pas besoin dtre contrles si un certificat danalyse du fabricant

    est obtenu et dmontre que la matire premire est conforme aux

    spcifications tablies. Lexamen visuel des contenants, des

    tiquettes et lenregistrement des numros de lot doivent permettre

    dtablir lidentit de ces matires. Labsence de contrles internes

    de ces matires doit tre justifie et documente.

    -Les chantillons doivent tre reprsentatifs du lot de matire

    partir duquel ils sont prlevs. Des mthodes dchantillonnage

    doivent spcifier le nombre de contenants chantillonner, quelle

    partie du contenant doit tre chantillonne ainsi que la quantit de

    matire prlever dans chaque contenant.

  • Le nombre de contenants chantillonner et la taille de lchantillon doivent tre bass sur un plan dchantillonnage prenant en considration la criticit de la matire, sa variabilit, lhistorique qualit du fournisseur et la quantit ncessaire lanalyse.

    -Lchantillonnage doit tre ralis en des lieux dfinis et selon des procdures tudies pour prvenir la contamination tant de la matire chantillonne que celle des autres matires.-Les contenants partir desquels les chantillons sont prlevs doivent tre soigneusement ouverts puis referms. Ils doivent tre marqus afin dindiquer quun chantillon a t

    prlev.

  • 2-a-1-Contrle des principe actifs:

    Principe actif dorigine vgtale :

    Ils proviennent des diffrentes plante mdicinalet sont naturellement

    prsents dans les diffrentes parties de ces plante: feuilles, tiges,

    racine, fleurs.. soit on les utilises ltat brut ou sous forme

    dextraits. Lvaluation de la qualit passe par plusieurs essais:

    - Essais didentification;

    - Essais de puret (comprenant les limites des impurets)

    - Caractristique Physiques et chimiques

    - Contrle Biologiques/immunologiques

    - Degr de pollution: contamination potentielle par des micro-

    organismes,

    des pesticides, des mtaux toxiques, de la radioactivit, des

    agents de fumigation

  • les principes actifs chimiques:

    ce sont des principes actif synthse ,avec une structure chimique bien dfinie qui ncessite des contrles:

    -Didentification,(structure chimique ,Isomries potentielles

    -Caractrisation physico-chimique (solubilit, polymorphisme, pKa et pH).

    Les principes actifs biologiques-biotechnologiques:

    Issu du systmes de production auxquels participent des organismes vivants. Lvaluation de la qualit passe par diffrentes tapes: analyse de la matire premire de dpart du principe actif, du principe actif lui-mme:

    -Dosage du principe actif

    -contrles physico-chimiques

    - activit biologique

    -dosage de lactivit des composants

  • 2- 2-a-2-Contrles dAutres composants(excipients)

    De mme que pour les principes actifs plusieurs contrles sont effectus pour les

    excipients tel que les contrles :

    -Caractristique Physique-chimiques

    - didentification et puret Biologiques/immunologiques

    -Dosages et, valuation des cas chants)

    2-a- 3- Contrles des articles de conditionnements :

    Les contenants doivent apporter une protection suffisante contre toute dtrioration ou

    contamination de lintermdiaire ou de la substance active qui pourrait survenir lors du

    transport et du stockage dans les conditions recommandes cependant des contrles doivent

    tre effectus :

    Contrle dimpurets

    Contrle de la matire des matriaux

    Contrle de conformit et ltanchit

  • 2-b- tiquetage

    Ltiquetage des matires premires doit tre parfaitement lisible et prcis. Aprs le contrle qualit , Une rfrence porte sur ltiquette doit permettre tout moment de retrouver lorigine et la qualit de la matire premire considre ,

    La date de rception des matires premires doit tre mentionne sur chaque rcipient

    Les numros de lots spcifiques

  • 2- c-Stockage-Les matires doivent tre manipules et stockes de manire viter leur dgradation, leur contamination et la contamination croise.-Les matires conditionnes dans des fts en fibre, en sacs ou en cartons, doivent tre stockes hors sol et, le cas chant, de manire suffisamment espace pour permettre le nettoyage et linspection.-Les matires doivent tre stockes dans des conditions et pour une dure qui naffectent pas dfavorablement leur qualit et doivent normalement tre gres de telle sorte que le stock le plus ancien soit utilis en premier.-Certaines matires peuvent tre stockes lextrieur dans des contenants adapts, ds lors que les tiquettes didentification restent lisibles et que les contenants sont nettoys de faon approprie avant leur ouverture et leur utilisation.-Les matires refuses doivent tre identifies et gres avec un systme de quarantaine conu pour viter toute utilisation non autorise en fabrication.

  • II- Mthodes de contrle et danalyse

  • La spectroscopie est ltude des interactions dun rayonnement

    lectromagntique avec la matire

    Des paquets dnergie apports par des ondes lectromagntique frape lchantillon et sont absorbes. La quantit dnergie absorbe dpend de la longueur donde du faisceau incident, suivant la valeur de la frquence de la radiation lectromagntique . Diffrentes transissions peuvent se produire entre les divers tat dnergie propre aux molcules de lchantillon .

    E = h =

    E: nergie absorbe

    h: constante de de Bohr

    : frquence de la radiation lectromagntique

    C: Vitesse de la lumire

    :Longueur donde du faisceau

    1-Mthode spectroscopique

  • Diffrents type de spectroscopie:Classification des ondes lectromagntiques en fonction de leur longueur d'onde, de leur

    frquence ou de l'nergie des photons

  • a-Spectroscopie radiofrquence:Spectromtrie de rsonance

    magntique nuclaire La spectroscopie RMN est le nom donn une technique qui exploite les proprits magntiques de certains noyaux atomiques . Plac dans un champ magntique extrieur , ils prennent par rapport celui-ci certaines orientations bien dfinies aux quelle correspondent des niveaux dnergie distincts et sont dues labsorption de radiations lectromagntiques de longueurs dondes caractristiques

  • b-Spectroscopie infrarouge

    La spectroscopie infrarouge (parfois dsigne comme spectroscopie IR)

    est une classe de spectroscopie qui traite de la rgion infrarouge du

    spectre lectromagntique. Elle recouvre une large gamme de

    techniques, la plus commune tant un type de spectroscopie

    dabsorption. Comme pour toutes les techniques de spectroscopie, elle

    peut tre employe pour l'identification de composs ou pour

    dterminer la composition d'un chantillon. La spectroscopie infrarouge

    exploite le fait que les molcules possdent des frquences spcifiques

    pour lesquelles elles tournent ou vibrent en correspondance avec des

    niveaux dnergie discrets (modes vibratoires)

  • c- Spectroscopie visible et ultraviolet

    La spectroscopie ultraviolet-visible ou spectromtrie ultraviolet-visible est une technique de spectroscopie mettant en jeu les photons dont les longueurs d'onde sont dans le domaine des ultraviolet (200nm 400nm), du visible, et jusqu'au proche infrarouge (750nm -1400nm). Soumises un rayonnement dans cette gamme de longueurs d'onde, les molcules subissent une transition lectronique .

    La spectroscopie ultraviolet-visible est une mthode utilise en routine pour l'tude quantitative des solutions de mtaux de transition et des composs organiques fortement conjugus

  • Applicationdans lindustrie pharmaceutique:

    -Identification (mise en vidence de lidentit de la matire) des substances

    actives, dexcipients et des matires premires chimiques

    -Tests de dissolution, mesure de lhumidit, Contrle des impurets, mesure

    de la granulomtrie, mesure des produits de synthse

    -Quantification des substances actives et les excipients

    -Dtermination dindices chimique

    -Dtermination de la teneur en eau pour les matires premires dorigine

    vgtales

    -Dtermination de la teneur en solvant pour les matires premires liquides

  • d-Spectroscopie dabsorption atomique( photomtrie de flemme):

    Un faisceau lumineux traverse une flamme dans laquelle les atomes sont excits. Or il reste dans la flamme une forte proportion datomes ltat fondamental qui vont absorber la lumire du faisceau lumineux des longueurs dondes caractristiques de llment.On dtermine la concentration en mesurant labsorption de lumire par les atomes rests ltat fondamental.

    Application:

    -Dterminer et vrifier la concentration des liquides

    -Dosage des mtaux lourds, et les ions Na, K, Li, Ba et Ca, Dissout

  • 2-La chromatographie:

    La chromatographie est une mthode sparative squentielle reposant sur la distribution des composants de lchantillon entre deux phase. Lune stationnaire et lautre mobile. La phase stationnaire peut tre un solide ou un gel. Elle peut tre contenue dans une colonne, tale en couche, dpose sous forme de film. La phase mobile peut tre gazeuse ou liquide. La sparation peut reposer sur des phnomne tels que labsorption, la distribution, lchange dions, etc.

    Il existe,3 grandes familles de chromatographie:

    CPG: chromatographie en phase gazeuse HPLC : chromatographie liquide haute performance CCM : chromatographie sur couche mince.

  • Application chromatographie sur couche mince: notamment pour lidentification des plantes chromatographie liquide haute performance: pour le dosage de principes actifs, la vrification de la puret des composants, et stabilit chromatographie en phase gazeuse: dosage dacides gras, chmotypes dhuiles essentielles...

  • 3-Contrles organoleptiques

    Caractre d'un critre d'un produit pouvant tre apprci par les sens humains (toucher, saveur, odorat) L'apprciation professionnelle d'un produit est appele analyse sensorielle.

    Le contrle se fait pour les vgtaux (feuilles, racines, fleures)

    4-Perte la dessiccation Cette mthode consiste calculer le taux dhumidit ou la teneur en eaudu granul partir dun dessiccateur Infrarouge ou dessiccateur halogne

  • 5-titrages potentiomtriques

    Consiste raliser une raction en solution pour dterminer le

    titre (la concentration) de la solution inconnue. Il est alors

    envisageable, selon le cas, de mettre en uvre une raction

    acido-basique, d'oxydorduction, de complexassion, de

    prcipitation. La plupart du temps ces ractions sont suivies par

    un titrage potentiomtriques

    Les mesures potentiomtriques les plus courantes s'effectuent

    essentiellement en milieu liquide (matires premires liquides).

    6-analyses

    microbiologiques (conformit aux critres sanitaires dfinis) : dnombrement des

    germes totaux, des levures et moisissures et recherche de

    certains germes spcifiques.

  • Conclusion

    Les contrles et les testes effectus sur les matires premires usage pharmaceutique , nous permettent de dlivrer aux ateliers de production, des matires premires sures et conformes, afin dlaborer un lot pharmaceutique quelque soit sa forme, mais ces contrles ne sont pas suffisants pour la libration du produit fini, cependant dautres contrles seront ncessaires notamment, le contrle des produits semis finis (au cour de la production) et les contrles des produits finis tel que les testes physico- chimiques et pharmaco techniques des mdicaments .

  • BibliographieLivres:-Initiation la connaissance du mdicament(Facult de pharmacie de Clermont-Ferrand,4eme dition Masson)-Documentation support de stage NovonordiskBPF et BPL-Site internet:www.Lachimie.comwww.techniques-ingenieur.fr www.lachimie.frWikipediahttp://www.sante.gouv.fr/fichiers/bo/2007/07-08/a0080231.htm

    http://www.lachimie.com/http://www.techniques-ingenieur.f/http://www.techniques-ingenieur.f/http://www.techniques-ingenieur.f/http://www.techniques-ingenieur.f/http://www.techniques-ingenieur.f/http://www.lachimie.fr/http://www.lachimie.fr/http://www.lachimie.fr/http://www.lachimie.fr/

  • Merci de votre attention

    Slide 1Slide 2Slide 3Slide 4Slide 5Slide 6Slide 7Slide 8Slide 9Slide 10Slide 11Slide 12Slide 13Slide 14Slide 15Slide 16II- Mthodes de contrle et danalyseSlide 18Slide 19Slide 20Slide 21Slide 22Slide 23Slide 24Slide 25Slide 26Slide 27Slide 28Slide 29Slide 30Merci de votre attention