Click here to load reader

Autour de Robbie Basho & du flamenco - · PDF fileGuitare flamenca, guitare électrique Raúl Cantizano Voix Niño de Elche Guitare électrique, voix Joseba Irazoki Percussions, voix

  • View
    225

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Autour de Robbie Basho & du flamenco - · PDF fileGuitare flamenca, guitare...

  • MUSIQUE

    1

    - Cycle TEM-PO -

    Autour de Robbie Basho & du flamencoBeat Achiary - Ral Cantizano - Nio de Elche - Joseba Irazoki - Julen Achiary

    Cocktail du monde tel quil va, au tempo du rythme in-sens quest le sien, ces spectacles de mai nous projettent avec belle (im)pertinence au cur mme des grandes questions qui nous concernent, nous spect-acteurs dune dmocratie toujours reconstruire si ce nest dfendre face tous les dangers.

    Voix Beat Achiary Guitare flamenca, guitare lectrique Ral Cantizano Voix Nio de ElcheGuitare lectrique, voix Joseba Irazoki Percussions, voix Julen Achiary

    Spectacle co-organis avec lO.A.R.A - Office Artistique de la Rgion Nouvelle AquitaineEt le CREAC - Centre de Rencontres pour lAction Culturelle - de la ville de Bgles

    Dure 1h20

  • 2

    Autour de luvre musicale et potique de Robbie Basho, Beat et Julen Achiary, accompagns de Joseba Irazoki et lis lui par leur amour partag de la tradition folk basque et des musiques pop anglo-saxonnes, font revivre lhistoire des Amrindiens. Quant au cantaor et guitariste svillans, Nino de Elche et Raul Cantizano, ils sallient au trio pour clbrer avec fougue le flamenco.

    Le guitariste visionnaire des Who disait de Robbie Basho - beatnik la barbe rousse, accoutr de tuniques indiennes et de bottes - quil tait un formidable accordeur, utilisant une myriade daccords sur une douze cordes sonnant comme un orchestre . sa suite, on revit les chevauches des Indiens de la tribu des Lakotas tristement massacrs Wounded Knee, les lamenti des orphelins afro-amricains ou encore la beaut dchirante des berceuses cajun.

    la fois qute potique, chant passionn et musique vibrante, ce trs bel hommage, rendu au folk et au flamenco runis, est irrigu par la gnrosit lgendaire de ses cinq interprtes. Le sujet qui linspire conduit tout naturellement ce concert figurer dans le Cycle TEM-PO consacr en ce mois de mai aux grandes questions auxquelles nos dmocraties ont tre confrontes.

    Un peu dHistoire 29 dcembre 1890 : Le massacre de Wounded knee et la fin des guerres indiennes (site de SOS Racisme) Depuis linstallation dEuropens en Amrique du Nord, les rapports entre les Amrindiens et les colons sont faits dalliances et de heurts. La pression sur les Amrindiens sintensifie durant tout le courant du 18me sicle, mesure que les Europens cherchent tendre leurs territoires.

    Les guerres indiennes ou la longue spoliation des Amrindiens

    A partir de lindpendance des Etats-Unis (1776) dbutent ce que lHistoire retient sous le vocable de guerres indiennes, savoir la lutte entre les Etats-Unis et les Amrindiens. Les dcennies qui suivent voient les Amrindiens perdre progressivement leurs territoires et leur puissance. Il faut dire que lhcatombe dmographique constitue elle seule un facteur spectaculaire daffaiblissement. De 10 millions au dbut du 15me sicle, les Amrindiens dAmrique du Nord ne sont plus que 250.000 la fin du 19me sicle. En cause : les pidmies les colons europens amnent des maladies contre lesquelles les Amrindiens ne sont pas immuniss telles que la variole mais galement les

    Tous droits rservs

    Il est des faits historiques qui doivent beaucoup lexpression des artistes de ne pas sombrer dans loubli.

    Le massacre de Wounded Knee aux Etats-Unis, o les Indiens de la tribu des Lakotas prirent sous le feu des yankees le 29 dcembre 1890, est lun de ceux-l. En semparant du rpertoire du guitariste doutre-Atlantique Robbie Basho

    - pote, chanteur lyrique et guitariste folk - Beat et Julen Achiary sen font les tmoins vivants.

  • 3

    famines conscutives au recul du nombre de bisons qui fournissaient une part substantielle de la nourriture des Amrindiens. En effet, chasss pour leur nourriture et leur fourrure, les bisons le sont dautant plus partir de la construction des lignes de chemin de fer essentielles au dveloppement de la socit tatsunienne. Les bisons servent en effet nourrir les ouvriers construisant les lignes en question. Rsultat : le nombre de bisons passe de plus de 60 millions moins de 1000 durant le 19me sicle.

    Malgr quelques dfaites infliges aux troupes amricaines, les Amrindiens perdent donc de plus en plus de territoires au profit des Etatsuniens lancs dans la course vers lOuest. Les traits signs aprs les dfaites militaires subies par les Amrindiens conduisent bientt des politiques de dportations consenties vers des rserves. Une fois les tribus rduites vivre dans des rserves, les traits qui leur assuraient la possession de ces terres sont systmatiquement viols et constamment rengocis au dsavantage des Amrindiens.

    Il faut dire que la politique des autorits tatsuniennes est domine par deux constantes : permettre aux colons de saccaparer des territoires au dtriment des Amrindiens et dtruire le mode de vie de ces derniers en les amenant, par la persuasion ou par la force, adopter un mode de vie civilis . Delaware, Iroquois, Shawnees, Outaouais, Miamis, Cherokees, Sminoles, Creeks, Sauks, Apaches, Nez-Percs, Navajos autant de tribus qui, sous la contrainte, doivent cder leur territoire et accepter dtre rduites vivre dans des rserves.

    La rsistance des Sioux

    Le dernier acte de cette confrontation se droule avec lune des dernires tribus disposer dune puissance guerrire suffisante : les Sioux, installs dans les Grandes Plaines, du Missouri jusqu la frontire canadienne. En 1868, suite une guerre mene par le chef sioux Red Cloud ( Guerre de Red Cloud ), le trait de Fort Laramie assure aux Sioux leur maintien sur un vaste territoire. Comme tous les autres traits, ce trait est bientt viol par les Etats-Unis. La guerre reprend. Cest la guerre des Black Hills , du nom de ces terres sacres pour les Sioux et qui sont lenjeu du conflit. Lpisode le plus clbre de cette guerre est la bataille de Little Big Horn (Montana). Les chefs sioux Crazy Horse et Sitting Bull, allis aux Cheyennes et aux Arapahos, y infligent une lourde dfaite larme des Etats-Unis, les 25 et 26 juin 1876.

    Mais, en 1877, face la puissance de larme amricaine, Crazy Horse se rend et doit accepter de gagner une rserve (il sera tu quelques mois plus tard dans des circonstances troubles), tandis que Sitting Bull doit senfuir au Canada. Au final, les Sioux doivent accepter de cder les Black Hills, dautant que les Etats-Unis emploient une menace qui a dj fait ses preuves avec dautres tribus : la baisse des rations alimentaires dont dpendent de plus en plus les Amrindiens, touchs de plein fouet par la quasi-disparition du bison.

    Le massacre de Wounded Knee

    En 1880, Sitting Bull rentre du Canada et se rend aux autorits amricaines. Aprs 2 ans de prison, il est

    conduit la rserve de Great River (Dakota). En 1890, les Etats-Unis veulent mettre un terme lexistence de la grande rserve sioux du Dakota du Sud et dcident de diminuer les rations alimentaires. Se rpand alors parmi les Sioux affams et humilis la Ghost dance (danse des esprits). Les danses avaient pour objectif de favoriser larrive dun sauveur de la cause amrindienne. Sitting Bull, qui reste farouchement attach au mode de vie amrindien, soutient les danseurs, mme sil nadhre pas ce mouvement syncrtique, mlant les croyances amrindiennes et le christianisme. Inquites de cette manifestation dune forme de rsistance, les autorits amricaines ordonnent larrestation de Sitting Bull. Le 15 dcembre 1890, 43 policiers amrindiens encerclent sa maison. Rsistant cette arrestation, Sitting Bull est tu par un de ces policiers (le sioux Bull Head). Dans la bagarre, son fils Crow Foot perd galement la vie. Effrays, plusieurs centaines de Sioux rejoignent le village du chef sioux Big Foot. Les autorits amricaines veulent larrter son tour mais temporisent, Big Foot ayant une rputation de pacifiste. Cependant, Big Foot et les siens dcident de faire mouvement en direction du chef Red Cloud (consquence de larrive de nombreux soldats proximit de leur village ? Volont de se regrouper pour mieux affronter les rigueurs de lhiver ?). Les autorits amricaines analysent ce mouvement comme une possible volont de rejoindre le bastion des Ghost dancers dans les Bad Lands. Elles dcident alors dintercepter Big Foot et les siens.

    Ces derniers sont rejoints par larme amricaine le 28 dcembre 1890. Sous bonne garde de larme, ils passent la nuit dans un campement Wounded Knee Creek. Le lendemain, les soldats amricains sont plus nombreux et des canons, amens pendant la nuit, sont points sur le campement. Avant quils ne soient transfrs vers un camp militaire dans le Nebraska, les Indiens doivent tre dsarms. Cest au cours de cette opration quun coup de feu clate et quune fusillade gnrale sen suit. Les soldats (qui appartiennent la compagnie massacre 14 ans plus tt Little Big Horn) ont rapidement le dessus sur les hommes Sioux tandis que les canons tirent sur les tentes o sont regroups les femmes et les enfants. Du ct Sioux, cest le massacre : Big Foot ainsi que 83 hommes, 44 femmes et 18 enfants perdent la vie (bilan officiel).

    Le massacre de Wounded Knee vient clore le chapitre des guerres indiennes . Cette date est refoule dans la mmoire amricaine tandis quelle est un lment majeur de la mmoire des Amrindiens qui demandent toujours que soit officiellement reconnue lexistence dun massacre. Cest dailleurs en fvrier 1973 quapparat sur ces lieux un des signes du renouveau amrindien aux Etats-Unis. Des Sioux de lAmerican Indian Movement occupent alors le village de Wounded Knee pour que leurs terres et leurs droits soient reconnus. Les autorits fdrales tablissent un sige qui dure plusieurs semaines et qui se conclut par une paix entre les deux parties.

    Aujourdhui, une partie des Amrindiens continuent de militer pour leurs droits et pour la prservation de leur mode de vie et de leur culture.

    Suite sur le feuillet insr...

  • Parc de Mand

Search related