ballet pour violon, violoncelle, clarinette, trompette ... Nomenclature : clarinette, basson, trompette,

  • View
    230

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of ballet pour violon, violoncelle, clarinette, trompette ... Nomenclature : clarinette, basson,...

  • LEO

    NID

    AS

    KAV

    AK

    OS

    VENDREDI JANVIER 20H19

    Dvok, Symphonie no 7

    ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE

    LEONIDAS KAVAKOS direction

  • Concert diffus en direct sur lantenne de France Musique et disponible sur francemusique.fr/concerts.

    BOHUSLAV MARTINU La Revue de cuisine,

    ballet pour violon, violoncelle, clarinette, trompette, basson et piano1. Prologue - 2. Introduction - 3. Danse du moulinet autour du chaudron

    4. Danse du chaudron et du couvercle - 5. Tango (Danse d'amour) - 6. Charleston (Le duel)

    7. Entr'acte (Lamentation du chaudron) - 8. Marche funbre - 9. Final (Danse enleve) - 10. Allegretto (Fin du drame)

    (22 minutes environ)

    WOLFGANG AMADEUS MOZARTSymphonie concertante pour hautbois, clarinette, cor, basson

    et orchestre en mi bmol majeur, K 297b1. Allegro - 2. Adagio - 3. Andante con variazioni

    (28 minutes environ)

    - Entracte-

    ANTONN DVORKSymphonie no 7, en r mineur, opus 70, B 141

    1. Allegro maestoso - 2. Poco adagio - 3. Scherzo: Vivace Poco meno mosso - 4. Allegro

    (40 minutes minutes)

    HLNE DEVILLENEUVE hautboisJRME VOISIN clarinetteWLADIMIR WEIMER basson

    ANTOINE DREYFUSS corJULIEN HARDY basson

    ALEXANDRE BATY trompetteFLORIANE BONANNI violonRENAUD GUIEU violoncelle

    CATHERINE COURNOT pianoORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE RADIO FRANCE

    Francesco Ugolini violon solo

    LEONIDAS KAVAKOS direction

  • 4 5

    BOHUSLAV MARTINU 1890-1959La Revue de cuisineBallet compos en 1927 et cr en novembre 1927 la Maison des artistes de Prague, sous la direction de Stanislav Novk, dans une chorgraphie de Jarmila Krschlov. Ddi Madame Boena Nebesk, commanditaire du ballet (et par ailleurs logeuse de Bohuslav Martinu). Partition perdue puis retrouve en 2004 la Fondation Sacher. Nomenclature: clarinette, basson, trompette, violon, violoncelle, piano.

    Entre les deux guerres, lcole dite de Paris, autour de groupes tels que les Six, Triton ou Arcueil, a agrg en son sein nombre de compositeurs qui ntaient pas franais mais vivaient en cette poque du rayonnement musical parisien. Ainsi des Roumains Enesco et Mihalovici, du Hongrois Harsnyi, du Polonais Tansman, du Russe Tchrepnine (voire de Prokofiev) et du Tchque Martinu. Linfluence de lesthtique franaise sur ces musiciens fut nen pas douter dterminante, mais ne saurait tre rductrice. Cest le cas de Martinu, pour lequel Guy Erismann estime que son inspiration puise tout autant aux richesses originales de la musique populaire morave ou slovaque, ajoutant que le musicien tenait ce que des compositions comme Revue de cuisine ne soient pas mises au compte du cosmopolitisme. Il est pourtant difficile de suivre cet avis pour une page que lon dirait signe dun Poulenc ou dun Auric, toute imprgne quelle est de lesprit divertissant des annes 20. Elle est peut-tre aussi mettre au compte de la fcondit clectique du compositeur, avec prs de quatre cents opus (387 numros au Catalogue Halbreich), dans tous les genres, toutes les esthtiques, allant du lyrisme fougueux de sa musique de chambre la ferie dun opra comme Juliette ou la Clef des songes.

    La Revue de cuisine fut originellement conue comme un ballet, sorte de pochade aux nombreux traits humoristiques (que le compositeur appelle aussi La Tentation de la sainte Marmite) mettant aux prises une marmite et un couvercle mis mal par dautres ustensiles de cuisine. Il nen fut pas moins, et dautant plus paradoxalement en cette poque o Martinu avait lu domicile Paris, destin Prague pour des artistes tchques. Une Suite en sera tire trois ans plus tard, cette fois cre Paris (en janvier 1930 Paris sous la direction dAlfred Cortot) et dite peu aprs.La partition du ballet a t redcouverte dans les annes 1990 la Fondation Sacher de Ble et dite en 2004. Elle sent bien lair du temps et lesprit parisien, avec ses danses amricaines en vogue et lempreinte affiche des rythmes de jazz. La petite formation instrumentale est presque celle du plein air, mais correspond aussi une formation de jazz, dans une criture qui pour autant joue de la dextrit et de la dlicatesse.

    La trompette lance lappel, sur des notes graines du piano. Puis les uns et les autres instruments de se succder dans une veine sautillante. Aprs ce Prlude, la veine se poursuit avec la participation du thme de la trompette au dpart. La danse dvolue au Moulinet se veut plus tourbillonnante, comme il se doit. Le Chaudron, quant lui, danse sur un tempo plus mesur, de pas de ce snateur de la cuisine et des rythmes venus dAmrique latine. Au centre du ballet, le Tango prend un caractre langoureux, comme il se doit, sur des rythmes ponctus par le piano. Suit une mlodie confie la trompette bouche, que reprennent le basson et la clarinette, puis le violoncelle pour finir le mouvement. Le Charleston commence paradoxalement de faon incertaine, sur les notes du basson et du violoncelle. Puis, tout sanime dans un caractre jazzique affirm que souligne le timbre de la trompette. Le retour du chaudron se fait en forme de lamentation suivie de lexcitation de tous ses compagnons instrumentistes. La Marche funbre qui senchane, sinstalle sur le caractre grave et solennel qui lui convient, avec une dploration centrale du violoncelle. Le Finale reprend le thme en forme de marche nonc au premier mouvement, vari et changeant. Suit une danse enleve, avant une phase de calme, prlude une reprise dansante de plus belle, pour sachever dans la runion (la rconciliationdes ustensiles de cuisine) de tous les instruments.

    Pierre-Ren Serna

    CES ANNES-L:

    1926: Le Roi Roger, opra de Karol

    Szymanowski; Cardillac, opra de Paul

    Hindemith; Cinq Bagatelles pour piano

    quatre mains de Georges Auric ; Sinfonietta

    de Leo Jancek; naissance de Hans

    Werner Henze.

    1927: La oracin del torero (La prire du

    torero), pome symphonique de Joaqun

    Turina; dictature de Staline en URSS.

    POUR EN SAVOIR PLUS:

    - Guy Erismann, Martinu, un Musicien

    lveil des sources, Actes Sud, 1990.

    Louvrage en franais sur la vie et luvre

    du compositeur.

    - Harry Halbreich, Bohuslav Martinu 2e

    dition revue et augmente, Schott Music,

    Mayence, 2007. Louvrage de rfrence

    par lauteur du Catalogue qui fait dsormais

    autorit, mais en allemand. Ou en condens,

    du mme auteuren franais : le chapitre

    Bohuslav Martinu, dans Musiciens

    dEurope, d. Richard Masse, 1986.

  • 6 7

    WOLFGANG AMADEUS MOZART 1756-1791Symphonie concertante pour ventsCompose en 1778. Nomenclature: hautbois, clarinette, cor, basson; 2 hautbois, 2 cors, les cordes.

    Il existe une petite controverse propos de Symphonie concertante pour vents de Mozart. On sait, notamment par la correspondance de Mozart, quelle lui fut commande par Joseph Le Gros, directeur du clbre Concert spirituel, alors que le compositeur sjournait Paris. Mais luvre ne fut pas joue et la partition originale gare, en raison peut-tre de conflits avec un autre compositeur ayant ses entres au Concert spirituel (Giuseppe Maria Cambini). Le Gros lavait depuis quatre jours pour la faire copier mais je la retrouve toujours la mme place. En fin de compte, avant-hier, ne la voyant plus, je la cherche sous les partitions je la retrouve cache. Je fais mine de rien et demande Le Gros : " propos, avez-vous fait copier la symphonie concertante ? Non. Je lai oublie." Comme je ne peux naturellement pas lui donner lordre de la faire copier ou jouer, je ne dis rien... (lettre de Wolfgang son pre en date du 1er mai 1778).

    La partition dont on dispose actuellement nest ainsi pas le manuscrit original, mais une copie (retrouve prs dun sicle plus tard). Que certains ont conteste, notamment pour les parties solistes qui ont pu tre remanies par des mains ultrieures, et dautres avalise (dont Alfred Einstein). Quimporte ! tant donn la qualit dinspiration de luvre, qui tmoignerait bien par ailleurs du got pour lcriture des instruments vent chez Mozart.

    Lintroduction orchestrale du premier mouvement dlivre un thme tout fait caractristique de Mozart, dabord aux cordes puis appuy des vents. Les quatre solistes le reprennent ensemble, puis avec quelques touches individuelles virtuoses dans un dveloppement en forme de sonate, pour sachever par une cadence des quatre solistes runis. LAdagio panche sur un beau thme mlodique lanc par la clarinette (instrument de prdilection de Mozart), serti de laccompagnement de lorchestre puis du relais des autres solistes. LAndante prend un caractre dansant de menuet. Et chacun des solistes dalterner sa rponse varie (dix variations), entre des ritournelles de lorchestre, avant une coda enleve.

    Pierre-Ren Serna

    CES ANNES-L:

    1776: dclaration dindpendance des

    treize tats-Unis dAmrique.

    1777: Il mondo della luna, opera buffa de

    Joseph Haydn; Charles-Louis Berthollet met

    au point leau de Javel.

    1778: La madrilea, zarzuela de Vicente

    Martn y Soler.

    1780: naissance du peintre Dominique

    Ingres.

    1781: dcs de Josef Myslivecek,

    compositeur tchque; Critique de la raison

    pure dEmmanuel Kant.

    POUR EN SAVOIR PLUS:

    - Jean et Brigitte Massin, Mozart, Fayard,

    Paris, 1990. Un classique en langue

    franaise.

    - Philippe Sollers, Mystrieux Mozart,

    Gallimard, Paris, 2001. Ou la vision

    personnelle dun mlomane doubl dun

    penseur.

    - Michel Parouty, Mozart Aim des dieux,

    Gallimard, coll. Dcouvertes, Paris,

    2006. Mozart la porte de tous et de

    toutes les bourses.

  • 8 9

    ANTONN DVORK 1841-1904Symphonie no 7Compose de dcembre 1884 mars 1885. Commande de la London Philharmonic Society. Cre le 22 avril 1885, au St Jamess Hall de Londres, sous la directi

View more >