Cahier de recherche de la chaire « Management et diversit© ... (Chanlat, 1990 ; 2012). Pour des

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Cahier de recherche de la chaire « Management et diversit© ... (Chanlat, 1990 ; 2012)....

1

Cahier de recherche de la chaire

Management et diversit

Universit Paris-Dauphine.

La diversit religieuse et culturelle dans les organisations

contemporaines : principaux constats et proposition dun modle danalyse

et daction pour le contexte franais. *

Auteurs : Patrick Banon, chercheur associ, Chaire Management et diversit, ;

Universit Paris-Dauphine et Jean Franois Chanlat, Professeur, co-responsable

scientifique de la chaire Management et diversit, Universit Paris-Dauphine

Rsum :

A la lumire des publications et des informations, la religion fait un retour remarqu dans les

organisations contemporaines. La mondialisation des changes, les mouvements migratoires

et le retour du religieux recomposent le tissu social et amne de nouvelles revendications

religieuses dans la sphre du travail. Les demandes croissantes en matire dalimentation,

despace de prire, de ports vestimentaires, de temps de ftes, de sparation des genre crent

un peu partout des zones de friction, des tensions, voire des rejets et des conflits entre certains

groupes, certaines minorits et majorits, certains immigrs et autochtones.

Ces questions tant de plus en plus prsentes et particulirement sensibles, il nous a sembl

important den faire lobjet dun premier papier. Celui-ci fera appel un double regard : un

regard anthropologique de la diversit religieuse et un regard dun spcialiste du management

des ressources humaines, qui a lui-mme une perspective anthropologique.

Aprs avoir fait un rappel de certains lments cls du fait religieux et des principaux constats

observs aujourdhui dans les organisations, les auteurs sintresseront aux diffrentes

stratgies mises en place par celles-ci, notamment en France, cet gard et aux consquences

quelles peuvent avoir sur le vivre ensemble dans les univers organiss. Dans la dernire

partie, ils prsenteront des propositions pour faire face ces nouvelles demandes qui

respectent les droits universels et le dsir du vivre ensemble, notamment dans le contexte

franais.

* Une premire version de cette communication a t prsente au Congrs de lAGRH en 2011 et une deuxime au colloque : Le management de La diversit : parties prenantes

internes/externes et RSE, organis par lIAE de Lyon, Universit Jean Moulin et lAGRH, 9

fvrier 2012. Il existe une version anglaise qui sera publie dans louvrage de zbilgin, M,

Altman, Y, Bournois, F and Miller, D. Handbook of Research in Religion and Spirituality in

the Workplace, Londres : Edward Elgar Press, 2013.

2

En ce dbut de vingt-et-unime sicle, la circulation des personnes se globalise. 200 millions

de personnes changent durablement de pays (Nations Unies, 2006 ; Mouhoud et Oudinet ;

2007 ; Hran, 2007). Nous vivons lvidence une vritable rvolution culturelle grce

notamment la mondialisation de lconomie, la mobilit des individus et la libre

circulation des ides.

Au sein de ce grand processus social qui est luvre, depuis maintenant plusieurs dcennies,

on a observ, au cours des dernires annes, une remonte de la question religieuse,

notamment dans certains pays qui pensaient avoir rgl une fois pour toute la question ; des

dbats de plus en nombreux et vifs se font jour autour de la place de la religion un peu partout

dans le monde occidental ; ces dbats, entrans par de nombreux faits divers, souvent trs

mdiatiss (laffaire du foulard islamique et plus rcemment du port de la Burqua en France et

en Belgique, laffaire des caricatures danoises, lassassinat de Tho Van Gogh en Hollande, le

rfrendum sur les minarets en Suisse, le cas des Sikh ou des juifs orthodoxes au Canada)

ractualisent, non seulement en France mais aussi dans de nombreux autres pays (Belgique,

Pays-Bas, Pays scandinaves, Allemagne, Suisse, Italie, Isral, Etats-Unis, Canada,.), la

question de la lacit et plus gnralement du vivre ensemble (Banon, 2008 ; Bouchard et

Taylor, 2008 ; Bouzar, 2009 ; Haut conseil lintgration, 2010 ; Laborde, 2008 ; Dameron et

Chanlat, 2010 ; Michaels, 2009 ; Bowen, 2007 ; 2009 ; Barth, 2012 ; zbilgin, Altman,

Bournois, and Miller, 2013).

Dans ce monde interconnect, la multiplication des rseaux dinformation livre par ailleurs

notre porte des offres spirituelles venues de tous les horizons, suscitant des interactions

indites entre lhritage culturel et historique de la plante et lhritage des individus.

Aujourdhui, on estime que 4000 formes de croyances et des dizaines de milliers de divinits

coexistent (Machalon, 2006 ; Banon, 2008). Autrement dit, les cultures et les religions se

mondialisent en mme temps que le travail ; et les organisations sont de plus en plus

confrontes des demandes religieuses croissantes, voire plus largement dans certaines

sphres professionnelles une monte de la spiritualit (Hicks, 2003 ; Giacalone et

Jurckiewicz, 2003).

Le dfi qui est lanc aux dmocraties et aux micro-socits que constituent les organisations

et les entreprises est donc grand. Il ne sagit pas ici de poser la question de la place offrir

aux religions mais plutt de savoir comment organiser la cohabitation quitable dune

diversit dattentes culturelles, de traditions et de cultes dans une socit pluriculturelle

caractre lac. Si personne nest plus tenu de laisser ses bagages spirituels la frontire

puisque le droit de conscience universel est un droit fondamental reconnu dans toutes les

dmocraties modernes, il reste que les socits occidentales (Lilla, 2007 ; 2010) et la socit

franaise en particulier sont fondes sur une sparation des sphres (Schnapper, 2007 ; Weil,

2005 ; Bowen, 2009). Or, comme nous allons le voir, certaines demandes dordre religieux

posent un certain nombre de questions aux organisations contemporaines auxquelles nous

allons tenter de rpondre dans cette communication, en proposant aux organisations franaises

un modle daction fond sur quelques principes. Notre rflexion est le fruit dun double

travail pralable : dune part un travail de rflexion sur le religieux et le vivre ensemble dans

une socit dmocratique et dautre part, un travail danalyse sur les donnes recueillies par

de nombreuses tudes et par nous-mmes auprs de responsables de plusieurs univers

organiss.

3

Premier constat : bref rappel de quelques lments concernant la diversit

religieuse

Depuis une trentaine de millnaires, les systmes de pense religieux accompagnent et forgent

lHumanit (Weber, 1920, 2004, 2006; Lvi-Strauss, 1970, 2003 ; Hervieu-Lger et Willaime,

2001 ; Bobineau, Tank-Storper et de Singly, 2007 ; Banon, 2008 ; Lilla 2010 ). Quand on est

conscient de ce fait, se dbarrasser dun hritage culturel ou religieux dun revers de loi ou de

rglement intrieur dune entreprise relve plus du fantasme que de la ralit (Hicks, 2003 ;

Lilla, 2007 ; 2010), et linverse, en faire le moteur de la gestion dune organisation ou dune

entreprise serait une immense erreur qui favoriserait en fait la discrimination et lingalit.

La mondialisation des changes laquelle nous assistons, na pas pour seul effet dmanciper

les cultures et les religions de leur terre de dveloppement initial, mais impose aussi un

changement dre. Les rgles spirituelles contemporaines, difies lors de la rvolution

agricole, il y a prs de dix millnaires, et qui ont organis nos socits autour de la sacralit de

la terre et du cycle des saisons, deviennent de plus en plus caduques. Car, en participant la

dsacralisation de la terre, la modernit et la mondialisation qui en est issue, imposent une

mutation des religions et rendent archaques et obsoltes des rgles de vie qui sen inspiraient

(Banon, 2008).

Le rapport lautre est dsormais tenu de shumaniser en sgalisant. Le diffrent,

ltranger, celui qui vient dun autre pays, qui na pas la mme couleur de peau, qui suit des

traditions diffrentes ou revendique une orientation sexuelle non-procratrice, a dsormais les

mmes droits que celui qui est n sur le territoire daccueil ; et lgalit des droits entre

lhomme et la femme est devenu un postulat pour toute dmocratie, digne de ce nom

(Hritier, 2007; Schnapper, 2007).

Dun point de vue anthropologique, nous ne vivons donc pas un conflit entre groupes

identitaires religieux, mais une fragmentation du culte et sa tentative de se restructurer selon

un nouvel environnement social et politique (Hervieu-Lger, 2001). Il ne sagit pas en effet ni

dun choc de civilisations (Huntingdon, 1996 ; 2007) ni dune agonie des religions ni mme

dune comptition entre systmes de pense religieux. Nous assistons au contraire une

mondialisation du religieux et une convergence des proccupations lies la condition

humaine (Giacalone et Jurckiewicz, 2003 ; Banon, 2008).

Par la mme, nous assistons aussi, invitablement, une mutation du concept de lacit qui, en

smancipant de ses origines anticlricales et antireligieuses, revt les habits dune neutralit

pluraliste pour assumer des responsabilits nouvelles, avec au cur de ce dfi global, la

redfinition des diffrences dans une socit mondialise (Bowen, 2009 ; Laborde, 2010).

Il ne peut sagir pour une socit de dconstruire des religions ou des tradi