Chapitre V. Futur, conditionnel et .T = conditionnel ii) Pcl = SN1 + SV1 SVl=Aux(T) + Vl + SN2 T

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Chapitre V. Futur, conditionnel et .T = conditionnel ii) Pcl = SN1 + SV1 SVl=Aux(T) + Vl + SN2 T

  • Chapitre V. Futur, conditionnel et subjonctif1

    Jusqu' maintenant, nous avons parl globalement du systme tempo-

    rel du franais. Nous allons nous approcher un peu plus de notre sujet : le futur,

    le conditionnel et le subjonctif en franais.

    Du point de vue modal, le futur et le conditionnel font partie de

    l'indicatif, le subjonctif tant un mode part. Malgr leur appartenance diff-

    rente, nous supposons que ces trois formes pourraient partager certaines valeurs

    communes du point de vue smantique.

    Nous dvelopperons le futur et le conditionnel et ensuite le subjonctif,

    en divisant cette tude respectivement en deux parties : syntaxique et smanti-que. Une telle description nous fera mieux connatre leurs usages, avant quenous ne discutions leur rapport entre eux.

    1. Futur et conditionnel

    1.1. Construction syntaxique

    Dans cette section, nous allons montrer, d'une faon simple, les sch-

    mas de phrase susceptibles d'entraner le futur et le conditionnel en suivant largle de rcriture syntagmatique.

    1 Dans ce chapitre, nous nous rfrerons principalement deux livres :- P. Imbs, L'Emploi des temps verbaux en franais moderne.- M. Riegel et al., Grammaire mthodique du franais.

    100

  • 1.1.1. Cas du futur

    Le futur de l'indicatif apparat dans les phrases simple et complexe

    Ps = SN + SV

    Dans le cas de la phrase complexe, nous nous limiterons la phrasecompltive, prcde de la particule 'que'.

    Le futur indique que le procs est actualisable ( actualiser) aprs

    l'acte de parole. Nous parlerons plus tard des valeurs du futur. Nous nous

    contenterons de voir ici les constructions syntaxiques qui peuvent accepter le

    futur comme suit :

    i)

    SV = Aux(T)(M) + VT = futur

    (condition : to < V )

    ii)Pc = SN1 + SV1SNl=Art + NSV1 = Aux (T) (M) + VI + SN2T = prsentSN2 = Que + PP = SN3 + SV2SV2 = Aux(T)(M) + V2T = futur

    (condition : {VI = to} & (VI < V2})2

    1 PS = phrase simple ; Pc = phrase complexeSN = syntagme nominal ; SV = syntagme verbal

    2 Art = article; N = nom ; V = verbe ; Aux = auxiliaire ; T = temps ; M = mode;to = moment de parole (ou le prsent).

    101

  • 1.1.2. Cas de conditionnel

    En ce qui concerne le conditionnel, celui-ci est le plus souvent accom-pagn de la condition de sa ralisation, sous forme de phrase subordonne.Cependant il est possible que celle-ci puisse tre implicite. Voici les trois

    schmas de phrase possibles :

    i)PS = SN + SVSV = Aux(T) + VT = conditionnel

    ii)Pcl = SN1 + SV1SVl=Aux(T) + Vl + SN2T = pass/imparfaitSN2 = Que + PP = SN3 + SV2SV2= Aux(T) + V2T = conditionnel

    iii)Pc2 = 5zPl+P2PI = SN1 + SV1SVl=Aux(T) + VlT = imparfaitP2 = SN2 + SV2SV2 = Aux (T) + V2T = conditionnel

    Dans les phrases complexes o le conditionnel apparat, nous obser-vons que l'une des phrases, soit principale (Pcl), soit subordonne (Pc2), se

    forme avec le temps imparfait. Notons que la forme du conditionnel se dcom-

    pose en RV+ r + ait.1

    1 RV = radical du verbe

    102

  • 1.2. Valeurs du futur et du conditionnel

    1.2.1. Cas du futur

    G. Guillaume dmontre le caractre symtrique des temps verbaux en

    franais. Dans son livre, Temps et verbe, il signale, propos du temps futur,

    qu'il s'agit d'une poque faite de temps qui n'a pas encore exist rellement et

    que, par suite, on imagine, on suppose, (...). l

    II est, donc, une pure imagination de notre pense, bien que

    l'imagination soit fonde sur notre exprience temporelle vcue. C'est pourquoi

    le futur est considr comme virtuel. Nanmoins, ce n'est pas le temps dit futur

    qui est le produit de notre imagination, mais c'est l'vnement qui est en tat

    d'attente dans l'esprit du locuteur relativement au MP.

    Rappelons aussi l'ide que Grvisse affirme, propos du futur, que :

    l'avenir est le domaine de l'incertain, de ce qui reste sim-plement probable. On comprend qu'un temps verbal charg d'expri-mer les faits venir en arrive exprimer la probabilit, mme dans leprsent. 2

    Compte tenu de ces natures, virtuelle et incertaine, nous ajouterons

    galement que le futur, plus exactement l'vnement localis dans celui-ci est du

    domaine possible. Il nous semble que ce caractre doit la nature indtermine

    de l'avenir.

    Cela signifie que l'actualisation d'un vnement quelconque n'est

    qu'une des occurrences possibles, quoique celle-ci seule soit dtermine dans

    l'esprit du locuteur.

    1 G. Guillaume, Temps et verbe, p. 54.2 Grvisse, Le Bon usage, p. 1258.

    103

  • En rsum, le temps futur est li ce qui est virtuel, incertain et pos-

    sible. Nous nous rendons compte que ces natures elles-mmes voquent son ctmodal. Il est prfrable de le considrer comme emploi driv du temporel,

    plutt que de les sparer l'un de l'autre.

    1.2.1.1. Du ct temporel

    En ce qui concerne le temps futur valeur temporelle, nous entendons

    dire que l'vnement est vu du prsent , qui est le moment de parole (MP).

    Le locuteur prvoit ainsi son avnement un moment postrieur au MP, non

    sans en dbarrasser la nature incertaine, inhrente au temps futur. En mme

    temps, il est considr comme fait rel ,.au moins, dans l'esprit du locuteur.

    Voici des exemples1 :

    Dans une minute je saurai si je suis encore un peintre.(Sartre, La mort dans l'me, p. 29.)

    Mais il dsire tre srieux, ce jeune frre qui succombera dans vingtminutes. (Saint-Exupry, Pilote de guerre, p. 207.)

    Attends un jour, attends un an, bientt tu seras la plus forte.(Anouilh, Nouvelles Pices Noires, p. 370.)

    1.2.1.2. Du ct modal

    Nous savons dj qu'il est impossible de distinguer nettement le tem-

    porel du modal au sein du temps futur. En gnral, il est courant de considrer le

    deuxime comme driv du premier.

    1 Ch. Touratier, Le Systme verbal franais, p. 177.

    104

  • Selon Grvisse, la notion d'avenir est encadre dans le domaine de

    l'incertain, de ce qui reste simplement probable. ! Cette dfinition donne nous

    parat contradictoire, en raison de ses caractres la fois incertain et probable. Si

    nous essayons de les voir sparment, l'un est li au temps futur lui-mme, alors

    que l'autre est li au locuteur, plus exactement son jugement vis--vis de

    l'nonc.

    Malgr l'incertitude invitablement existante dans l'vnement ve-

    nir, le locuteur met l'accent sur la chance de sa ralisation, en prsupposant que

    ses conditions sont favorables. P. Imbs parle du futur volitif :

    l'action 'voulue' est prsente comme ayant tellementplus de chances de ralisation que de non-ralisation qu'elle est vued'avance comme ralise ; l'expression de la volont par le futur sou-ligne donc l'assurance (relle ou feint, suivant le cas) du sujet par-lant. 2

    En outre, les nuances du ton, donnes l'nonc, assument un rle

    important dans le discours, quand il s'agit du futur volitif. Voici des exemples :

    i) Ordre excluant toute rplique :

    Allons, en voil assez. Vous quitterez cette femme. Tout l'heure jevous en priais, maintenant je vous l'ordonne. (A. Dumas fils)

    Solander, vous apporterez un second lit de camp. Et dbarrassez-vous de ce chien empaill ! (Giraudoux)

    ii) Invitation :

    Vous prendrez bien une tasse de th avec moi ?

    iii) Suggestion et souhait :

    vous le ferez, n 'est-ce pas ?

    Vous m'excuserez, n 'est-ce pas, si tout n 'est pas comme prvu.

    1 Grvisse, Le Bon usage, p. 1258.2 P. Imbs, L'Emploi des temps verbaux en franais moderne, p. 50.

    105

  • iv) Supplication :

    Heurtebise. - Orphe...coutez-moi. Du calme. Vous m'couterez... (J. Cocteau)

    D'autre part, le futur indique l' affirmation catgorique vis--vis de

    son nonc, en accompagnant un certain ton pour renforcer sa position comme

    telle, notamment quand il s'agit de la premire personne (surtout du singulier).

    P. Imbs explique ses ides en les illustrant par des exemples1 :

    [C'est Madame Pernelle qui parle sa servante, dans la scne premire de Tar-tuffe.]

    Allons, vous, vous rvez, et bayez aux corneilles.Jour de Dieu Ije saurai vous frotter les oreilles.Marchons, gaupe, marchons.

    De cela, il vient la possibilit d'exprimer la menace en recourant

    l'exclamation :

    Ce doit tre un coup d'Eurydice. Elle me le paiera ! (J. Cocteau)

    Pour terminer, nous mentionnerons les futurs de concession et de

    protestation ainsi que celui d'attnuation :

    Concession : Arrivera ce qui arrivera.

    Protestation :

    Quoi ? Je souffrirai, moi, qu 'un cagot de critique / Vienne usurpercans un pouvoir tyrannique ? 2 (Tartuffe)

    Attnuation :

    Je ne vous cacherai pas que je ne suis gure satisfait.

    Monsieur, vous saurez que je m'appelle Arlequin. (Marivaux)Cela fera 100 francs pour Madame.

    1 P. Imbs, Ibid., p. 52.2 \je souffrirai ? = 'je ne souffrirai pas !]

    106

  • Pour le cas du futur d'attnuation, P. Imbs distingue le futur

    d'attnuation polie de celui d'attnuation prudente. Nous y ajouterons le futur

    de probabilit qui exprime l'hypothse probable :

    Pourquoi donc a-t-on sonn la cloche des morts ? Ah ! mon Dieu cesera pour Madame Rousseau. (Proust)

    1.2.2. Cas du conditionnel

    1.2.2.1. Du ct temporel

    Comme nous l'avons dit auparavant, le futur signifie que l'avenir est

    vu du prsent. En revanche, le conditionnel envisage l'avenir dans le pass.

    Comparons les deux formes par les exemples suivants :

    Je pense qu 'il viendra.

    Je pensais qu 'il viendrait.Dans ces exemples, nous remarquons d'abord la similitude des terminaisons

    verbales :

    pense/viendra pensais/viendrait

    [prsent] [imparfait]