Consultation Automobiles

  • View
    222

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Consultation Automobiles

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    1/108

    RPUBLIQUEFRANAISE

    Comment dynamiser la concurrence

    dans le secteur de laprs-vente

    automobile ?

    Document de consultation publiquesur le fonctionnement de la concurrence dans les secteurs de l entretien et larparation automobile et de la fabrication de pices dtach es pour vhicules

    (Instruction de la dcision n 11-SOA-01 du 30 juin 2011)

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    2/108

    2

    Sommaire

    INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 4SECTION 1 .................................................................................................................................................................... 5Description du secteur de laprs-vente automobile et constats ............................................. 5

    I. Le secteur de lentretien et de la rparation automobile .............................................. 6A. Prsentation des diffrents segments .............................................................................. 6B. Prsentation des acteurs ................................................................................................ 10C. Position des acteurs ...................................................................................................... 14D. Evolution de la demande et des prix ............................................................................ 18E. Conclusion sur le secteur de lentretien et de la rparation .......................................... 21

    II. Prsentation du secteur de la fabrication et de la distribution de pices de rechange 22A. Loffre de pices de rechange : les constructeurs et les equipementiers ...................... 23B. Lintensit de la concurrence intermarques entre fabricants dune mme pice derechange ............................................................................................................................... 27C. Lintensit de la concurrence a lintrieur de chaque canal de distribution ................. 31D. Evolution de la demande et des prix ............................................................................ 33E. Analyse comparative des DOM et de la mtropole ...................................................... 35F. Conclusion sur le secteur de la fabrication et de la distribution de pieces de rechange 39

    SECTION 2 .................................................................................................................................................................. 41Les obstacles potentiels une plus forte concurrence dans les secteurs de lentretien et dela rparation automobile et de la fabrication et de la distribution de pices pour vhicules.................................................................................................................................................... 41

    I. Cadre rglementaire ................................................................................................... 41A. Un encadrement spcifique .......................................................................................... 41B. Permettre aux rparateurs indpendants de concurrencer les rseaux de rparateursagrs des constructeurs ...................................................................................................... 43C. Protger la concurrence au sein des rseaux agrs ..................................................... 43D. Faciliter laccs des fabricants de pices de rechange au march de laprs-vente ..... 44E. Assurer la diffusion des informations techniques des constructeurs ncessaires laralisation des prestations dentretien et de rparation par les rparateurs indpendants ... 45

    II. La protection des pices visibles par le droit des dessins et modles ........................ 46A. Cadre conomique et juridique ..................................................................................... 47B. Les effets de la protection des pices visibles sur le secteur de la fabrication et de ladistribution de pices de rechange ....................................................................................... 51C. Les consquences attendues dune introduction de la clause de rparation ................. 58

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    3/108

    3

    D. Les diffrentes modalits dintroduction dune clause de rparation ........................... 67E. Questions aux parties intresses ................................................................................. 69

    III. La disponibilit des pices de rechange dans le canal indpendant ........................... 70A. La disponibilit des pices sur lIAM lors des premires annes de commercialisationdes vhicules ........................................................................................................................ 70B. Les diffrentes explications de lindisponibilit de certaines pieces sur lIAM .......... 74C. Questions aux parties intresses ................................................................................. 78

    IV. La disponibilit des informations techniques ncessaires aux oprations demaintenance et de rparation ...................................................................................... 81

    A. Les conditions daccs aux informations techniques ................................................... 81B. Les difficults rencontres par les rparateurs indpendants ....................................... 87C. Questions aux parties intresses ................................................................................. 91

    V. Contrats de garantie et dextension de garantie ......................................................... 94A. Des clauses limitant lexercice de la garantie ............................................................... 94B. Questions aux parties intresses ................................................................................. 95

    VI. Lutilisation de prix de vente conseills par lensemble des oprateurs de la filire delentretien-rparation .................................................................................................. 97

    A. Les lments de dtermination des prix de vente des pices de rechange ................... 97B. Intrt et limites des prix de dtail conseills ............................................................... 99C. Questions aux parties intresses ............................................................................... 103

    CONCLUSION .......................................................................................................................................................... 105GLOSSAIRE .............................................................................................................................................................. 106

    A. PIECES DE RECHANGE .......................................................................................... 106B. PHASE INDUSTRIELLE .......................................................................................... 106C. FOURNISSEURS ...................................................................................................... 107D. REPARATEURS ........................................................................................................ 107E. TARIFS ...................................................................................................................... 107F.

    INFORMATION TECHNIQUE

    ................................................................................ 108

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    4/108

    4

    Introduction

    1. Larticle L. 462-4 du code de commerce dispose que LAutorit de la concurrence peutprendre linitiative de donner un avis sur toute question concernant la concurrence. Cetavis est rendu public. Elle peut galement recommander au ministre charg de lconomieou au ministre charg du secteur concern de mettre en uvre les mesures ncessaires lamlioration du fonctionnement concurrentiel des marchs .

    2. Constatant notamment une hausse significative du prix des pices dtaches et desprestations de rparation et dentretien des vhicules depuis la fin des annes 90, lAutoritde la concurrence a indiqu, par une dcision dauto-saisine n 11-SOA-01, quellesouhaitait apprhender le fonctionnement concurrentiel des secteurs de la rparation et de

    lentretien de vhicules et de la fabrication et de la distribution de pices de rechange.3. En premier lieu, lAutorit a souhait apprcier si les rparateurs indpendants sont enmesure dexercer une concurrence relle et effective vis--vis des rparateurs membresdun rseau agr par un constructeur, compte-tenu de leurs conditions daccs aux picesdtaches et aux informations techniques sur les vhicules.

    4. En deuxime lieu, lAutorit a souhait vrifier dans quelle mesure les rparateurs, quilssoient agrs ou indpendants, peuvent effectivement mettre en concurrence les diffrentstypes de fournisseurs de pices dtaches pour vhicules, savoir les constructeursautomobiles, les quipementiers de premire monte et les fournisseurs alternatifs, lesquipementiers de second rang.

    5. Enfin, lAutorit a souhait tudier limpact de la protection dont bnficient lesconstructeurs sur la distribution de pices visibles sur les prix de vente pratiqus, ladisponibilit des pices, ou encore lincitation innover des fabricants.

    6. Dans le cadre de linstruction de cet avis, lAutorit de la concurrence publie le prsentdocument de consultation publique afin de prsenter son analyse, ce stade de linstructionde lauto-saisine pour avis, du fonctionnement de la concurrence sur le secteur de laprs-vente, et ainsi de recueillir les observations des tiers intresss sur les constatationseffectues et sur les orientations susceptibles renforcer la concurrence sur ces marchs.Pour tre prises en compte avant la tenue dune sance au sein de lAutorit de laconcurrence, ces observations pourront lui parvenir jusquau 24 mai 2012.

    7. La premire partie du document prsente les secteurs de la rparation et de lentretien devhicules et de la fabrication et de la distribution de pices de rechange ainsi que lesprincipales volutions constates au cours de la dernire dcennie.

    8. La seconde partie apprhende, laune de la mise en uvre rcente du nouveau cadrerglementaire spcifique au secteur automobile, les principaux obstacles une concurrencerelle et effective entre les acteurs sur lensemble de la chane de valeur.

    9. A titre liminaire, lAutorit de la concurrence rappelle quil ne lui appartient pas, dans lecadre dune saisine doffice pour avis, de qualifier les comportements sur un march auregard des articles 101 et 102 du TFUE et des articles L. 420-1 et L. 420-2 du code decommerce. Seule la mise en uvre dune procdure pleinement contradictoire, telle

    quorganise par larticle L. 463-1 du code de commerce, lui permet de porter une telleapprciation.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    5/108

    5

    SECTION 1

    DESCRIPTION DU SECTEUR DE LAPRS-VENTE AUTOMOBILE ETCONSTATS

    10. Le secteur de laprs-vente automobile recouvre lensemble des biens et services destins assurer le maintien dun vhicule1 en tat aprs lacte dachat et tout au long de sa duredutilisation. En France, le secteur de laprs-vente automobile reprsenteun peu plus de

    30 milliards deuros de chiffre daffaires au niveau de la vente au dtail2. Les dpensesassocies lautomobile reprsentent 12% du budget des mnages en France3. Parmi cesdpenses, lentretien-rparation et lachat de pices dtaches reprsentent le premier poste(37%), devant la consommation de carburants et de lubrifiants (28%), lachat de vhicules(24%) et les assurances automobiles (4,5%). 7% des dpenses sont consacres dautresservices lis aux vhicules personnels4

    11. Le chiffre daffaires des oprations dentretien et de rparation des vhicules est constitupour moiti de services, une main-duvre spcialise tant employe pour rparer etentretenir le vhicule, mais aussi, de plus en plus, pour diagnostiquer les causes de sonmauvais fonctionnement ou prvenir des dysfonctionnements futurs, et pour moiti de

    pices dtaches de rechange

    .

    5

    12. La partie

    , destines remplacer des pices endommages ou, dans lecas des lubrifiants par exemple, faire fonctionner des organes du vhicule, comme lemoteur.

    I prsente le secteur de lentretien et de la rparation automobile et la partie II lesecteur de la fabrication et de la distribution de pices de rechange.

    1 Le prsent document se limite aux vhicules moteur lgers quatre roues, de moins de 3,5 tonnes,incluant les vhicules utilitaires lgers.2 Source : TCG Conseil.3 Source : Insee Premire, intitul Le budget des mnages sadapte au prix des carburants , octobre 2007.4 Pages, parkings, auto-coles, location de voitures. Source : ibid.5 Le Rglement n461/2010 de la Commission europenne dfinit ainsi les pices de rechange : des biens

    qui sont destins tre monts dans ou sur un vhicule automobile pour remplacer des composants de ce vhicule,y compris des biens tels que les lubrifiants qui sont ncessaires lutilisation dun vhicule automobile, lexception du carburant (article 1.1.h).

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    6/108

    6

    I. Le secteur de lentretien et de la rparation automobile

    13. En 2010, le secteur de lentretien et de la rparation de vhicules automobiles a reprsentun chiffre daffaires de 31,2 milliards deuros HT en 2010, compos 45% de vente depices dtaches et 55% de main-duvre. Sur ce secteur se rencontrent une offreatomise et varie de prs de 35 000 rparateurs de trs petite taille 6

    14. Les particuliers reprsentent 92% du parc de vhicules automobiles et constituent donc laprincipale source de demande sur le secteur de lentretien-rparation. Il sagit dunedemande souvent captive, privilgiant la proximit du rparateur et les relations deconfiance, assez peu mme de mettre en concurrence les offreurs

    , domine par lesrseaux de constructeurs, et une demande que lon peut dcomposer en trois segmentsdistincts : les particuliers, les flottes et les assurances.

    7. Les flottes8, quireprsentent environ 8% du parc franais et 40% des immatriculations 9

    Encadr 1

    , sont des acheteursaviss, qui mettent en concurrence les offreurs, parfois au moyen dappels doffres, qui

    peuvent lier la vente de vhicules avec laprs-vente afin de faire porter la forteconcurrence entre constructeurs automobiles galement sur laprs-vente. Enfin, lesassureurs constituent la principale source de demande sur le segment des oprations decarrosserie, qui reprsente prs de 30% du secteur de lentretien-rparation. Il sagit dunedemande avise, qui cre une forte concurrence entre les rparateurs, mais qui se heurte aumonopole des constructeurs sur les pices visibles (cf. ).

    15. Sont dabord prsents les diffrents segments du secteur (A), puis les acteurs (B), leurposition (C) et enfin lvolution de la demande et des prix (D).

    A. PRSENTATION DES DIFFRENTS SEGMENTS

    16. Le secteur de lentretien-rparation automobile regroupe une grande varit dactivits etde mtiers, rpondant des besoins spcifiques, si bien que coexistent en son sein plusieurssegments relativement cloisonns, peu substituables du point de vue de la demande et, danscertains cas, de loffre. Cependant, la diversification des services proposs par chaque typedoprateurs tend saccrotre, entranant une plus grande substituabilit entre lessegments et, par consquent, une concurrence un peu plus frontale.

    6 Plus des trois quarts dentre eux emploient moins de 5 salaris (source : Xerfi 2011 Entretien, rparationet distribution dquipements automobile , page 31).7 Selon le type doprations demand et lge du vhicule, la demande est plus ou moins captive et plus oumoins apte mettre les rparateurs en concurrence. Ainsi, les oprations de rparation mcanique, qui ne sontgnralement pas standardises et interviennent de manire imprvisible avec un besoin dintervention enurgence, se prtent moins facilement la mise en concurrence et la comparaison des prix que lentretien desvhicules, plus standard, plus rgulier et prvisible.8 Il peut sagir de loueurs de longue dure ou de loueurs de courte dure, de grands comptes oudadministrations publiques.9 Le nombre dimmatriculations est un bon estimateur du nombre de vhicules neufs vendus. Les ventes de

    vhicules doccasion sont deux fois plus leves que les ventes de vhicules neufs. Dans la mesure o lesflottes achtent surtout des vhicules neufs, la proportion de leurs achats est beaucoup plus leve dans lenombre dimmatriculations que dans le parc.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    7/108

    7

    17. La segmentation du secteur de lentretien-rparation se fait selon deux dimensions, qui secombinent : le type dopration ralise et lge du vhicule.

    1.LES DIFFRENTS SEGMENTS DOPRATIONS

    18. Sil existe des rparateurs gnralistes, qui proposent lensemble des oprations leursclients, dautres sont spcialiss sur un segment dopration et ne sont donc concurrentsdes rparateurs gnralistes que pour ce type doprations. Le Tableau 1 ci-dessousprsente les diffrents types doprations ainsi quune estimation de leur chiffredaffaires10

    en 2010.

    Tableau 1 Rpartition des diffrents types doprations en 2010

    Chiffre d'affaires enmilliards d'euros HT

    %

    Opration de maintenance et rparation mcanique 18,99 61%Oprations de maintenance (entretien/usure) 8,80 28%Rparations mcaniques non planifies, dont pannes 6,67 21%Oprations de remplacement des pneus 3,52 11%

    Oprations de carrosserie 8,50 27%Rparation-collision 7,49 24%Bris de glace 1,01 3%Oprations prises en charge par la garantieconstructeur11

    0,90 3%

    Do-It-Yourself et accessoires 2,83 9%

    TOTAL 31,22 100%

    Source : TCG Conseil CA HT ralis sur le march aval, sur le primtre des vhiculesparticuliers et des vhicules utilitaires lgers.

    a)Les oprations de maintenance et de rparation mcanique

    19. Les oprations de maintenance et de rparation mcanique constituent le cur du secteurde lentretien-rparation (60% de son chiffre daffaires) et peuvent tre scindes en troissous-segments.

    Les oprations de maintenance (28%) sont effectues intervalles rguliers, tous les25 000 kilomtres environ. Les oprations dentretien les plus courantes sontnotamment la vidange et le changement des filtres huile ou de pneumatiques. Lesoprations dentretien peuvent galement concerner le changement de pices dusure(courroie de distribution, plaquettes de frein, batteries par exemple). Dans la mesureo il sagit de pices de forte vente, il existe un grand nombre de fournisseurs, si bien

    10 Lestimation de la taille respective des segments peut tre assez variable selon les sources, ce quisexplique par la multiplicit et lclatement des acteurs de la rparation-entretien et par le fait quils ralisentplusieurs types doprations et ne distinguent pas toujours clairement les oprations qui relvent de chacundes segments indiqus dans le tableau.11 Les oprations prises en charge par lextension de garantie sont galement incluses.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    8/108

    8

    que le consommateur peut sadresser un nombre plus lev de prestataires que surles autres segments, et la concurrence y est donc potentiellement plus vive.

    Le changement des pneus (11% du march) est galement trs concurrentiel, lesmodles de pneus ntant gnralement pas spcifiques une marque donne devhicule. En outre, dans la mesure o il constitue lune des premires oprationseffectues sur un vhicule, le changement des pneus peut constituer un produitdappel pour certains rparateurs gnralistes, parfois prts vendre prix cotant envue de futures visites du client pour dautres types doprations. Les pneumaticienssont trs prsents sur ce segment et les rseaux de constructeurs ny dtiennent que20% du march.

    Enfin, les rparations mcaniques non planifies, comme les pannes, reprsentent21% du march. Ces rparations ne sont pas standardises et ncessitent de plus enplus des comptences de diagnostic. Elles constituent le cur de mtier des membresdes rseaux agrs de constructeurs et des MRA indpendants, quils soient ou nonlis une enseigne.

    b)Les oprations de carrosserie

    20. Les oprations de carrosserie, qui font pour lessentiel suite un sinistre, reprsentent 27%du march. Elles forment un segment spcifique du secteur de lentretien-rparation, lademande manant dun couple assureur-assur, aux caractristiques trs diffrentes de lademande classique des particuliers. Loffre des carrossiers peut galement tre considrecomme spcifique, dans la mesure o elle requiert une formation, des comptences et unsavoir-faire distinct du mtier de rparateur mcanique. Lquipement ncessaire auxoprations de carrosserie est galement distinct du reste de lentretien-rparation. Lespices de rechange ncessaires aux oprations de carrosserie sont soumises pour prs de70% dentre elles (en valeur), au droit des dessins et modles, qui rserve auxconstructeurs un monopole de distribution de ces pices (cf. dveloppements en partie II dela section 2 du prsent document). Le rle des organismes dassurance sur le segment desoprations de carrosserie est prsent dans lEncadr 1 ci-aprs.

    c)Les oprations prises en charge par la garantie

    21. Les oprations prises en charge par la garantie du constructeur, soit 3% du chiffredaffaires des rparateurs, ne sont pas factures aux consommateurs et ne font donc pasrellement partie du march aval de laprs-vente.

    d)Le Do-It-Yourself

    22. En thorie, le segment du Do-It-Yourself correspond aux oprations dentretien-rparation effectues par les particuliers eux-mmes. Une partie de ce segment corresponden ralit de lconomie souterraine, difficilement apprhendable. Dans le tableau, lataille de ce segment est estime partir des achats de pices et daccessoires par desparticuliers, dans des hypermarchs, des centres autos chez des distributeurs de pices ousur des sites Internet spcialiss, qui ont reprsent 9% du chiffre daffaires de lentretien-rparation en 2010.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    9/108

    9

    Encadr 1 - Le rle des organismes dassurance sur le segment des oprations decarrosserie

    Les oprations dites de carrosserie , causes par des sinistres, ont reprsent un chiffre daffairesde prs de 9 milliards deuros HT en 2010 (prs de 30% du secteur de lentretien-rparation). Cesegment concentre la quasi-totalit de la demande en pices visibles protges par le droit desdessins et modles. Ces pices, qui sont commercialises, sauf exception, par des constructeurs enmonopole, reprsentent elles-mmes prs de 70% des besoins en pices de rechange de ce segment,besoins qui ont reprsent globalement environ 4 milliards deuros TTC (3,3 milliards deuros HT)en 201012

    Sur ce segment des oprations de carrosserie, les organismes dassurance constituent unecomposante essentielle de la demande qui sadresse aux rparateurs et, par extension, auxfabricants et aux distributeurs de pices dtaches. Environ 85% du chiffre daffaires est en effetpris en charge par les assurances automobiles

    .

    13. Les assureurs sont particulirement vigilants quantaux cots et la qualit des services rendus par les rparateurs, ce qui les conduit faire jouer laconcurrence entre les rparateurs. Pour cela, ils choisissent gnralement dagrer un nombre fixede carrossiers par zone de chalandise, dtermin en fonction de leurs besoins et incitent leurs

    assurs tout en respectant leur libert de choix se rendre dans leur rseau de rparateursagrs14

    De fait, les assureurs parviennent ngocier des taux horaires beaucoup plus bas que les tauxhoraires pratiqus sur les autres segments de lentretien-rparation

    .

    15

    12 Source : SRA Les sinistres matriels en 2010 .

    . Ils ngocient galement desremises ou des commissions pour apport daffaires proportionnelles au chiffre daffaires ralis parle rparateur avec lassureur. En revanche, les assureurs se heurtent au monopole des constructeurssur les pices protges par le droit des dessins et modles, comme le montrent les dveloppementsen partie II de la section 2, qui traite de la protection des pices visibles en France. Ce monopoleles empche de mettre en concurrence les fournisseurs de pices de rechange en vue de faire baisserle prix des pices.

    13 Les assurances jouent un rle particulirement important en France, o le taux de souscription uneassurance tous risques est lev (62%) au regard des pays voisins.14 Le taux de frquentation du rseau agr-assureurs, qui peut diffrer significativement selon les assureurs,

    slve en moyenne 55% pour la rparation-collision et 65% pour le bris de glace en 2010. Une fois laliste de rparateurs agrs situs proximit communique lassur, les incitations utilises par lesassureurs sont notamment le bnfice du tiers payant, des services de prt de vhicule et lassurance dunequalit technique du rseau agr par lassureur.

    15Sans prendre en compte les taux horaires de peinture, qui sont environ deux fois plus bas que les tauxhoraires de rparation, les taux horaires de rparation T1 ngocis par les assureurs, qui correspondentaux rparations comportant le moins de technicit, sont infrieurs de 20% (pour les MRA) 50% (pour lesRA1) aux taux horaires moyens observs en moyenne sur le march.

    Les taux horaires T1 ngocis par les assureurs slvent ainsi environ 40 euros. En comparaison, daprsltude du GIPA intitule Etude rparateurs 2011 , le T1 se situe sur lensemble du march 49 enmoyenne pour les MRA, 55 pour les RA2 et 72 pour les RA1. Ltude Autopolis (page 52) relvegalement un rapport de un trois entre les taux horaires de remboursement et les taux horaires pratiqus

    dans les ateliers dentretien et de rparation mcanique des concessionnaires au Royaume-Uni, pays olassurance tous-risques est comme en France trs dveloppe, et o les assureurs ont par consquent unpouvoir dachat plus important vis--vis des rparateurs que dans les autres pays.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    10/108

    10

    Or, compte tenu de la fluidit du march des assurances automobiles et de lintensit de laconcurrence qui sy exerce16

    2.LGE DU VHICULE INFLUENCE LA NATURE DE LA DEMANDE ET LE RPARATEURCHOISI PAR LE CONSOMMATEUR

    , les conomies de cots que les assureurs pourraient raliser sur lesprix des pices dtaches ont de fortes chances dtre retransmises pour une part trs substantielleaux consommateurs, travers une baisse des primes dassurances ou des montants de franchises.Un rapport de la DGCCRF de janvier 2011 sur lvolution des cotisations dassurance automobileet habitation constate ainsi que lquilibre entre produits et charges des assurances explique unebonne partie des volutions tarifaires de lassurance automobile constates au cours des annes2000.

    23. Plus un vhicule est g, plus son propritaire est sensible au prix et susceptible desadresser au rseau de rparateurs indpendants17

    Graphique 2

    , dont les prestations sont frquemmentmeilleur march que celles du rseau de rparateurs agrs des constructeurs (voir

    infra). A linverse, les propritaires de vhicules neufs (un tiers des ventes devhicules) ont gnralement le souci de prserver la valeur rsiduelle de leur vhicule, envue de sa revente sur le march de loccasion. Ils souhaitent avoir confiance 18 dans leurrparateur et sadressent plus frquemment au concessionnaire qui leur a vendu le vhiculeet auquel ils peuvent confier la revente du vhicule sur le march de loccasion 19

    24. Les vhicules de moins de deux ans reprsentent 11% du chiffre daffaires du secteur delentretien-rparation, les vhicules de 3-4 ans 15%, ceux de 5-6 ans 18%, ceux de 7-9 ans28% et ceux de 10 ans et plus 29%

    .

    20

    B. PRSENTATION DES ACTEURS

    .

    25. Le secteur de lentretien-rparation se structure autour dune distinctionfondamentale entre le canal constructeur, constitu de rparateurs agrs par lesconstructeurs, et le canal indpendant, compos dune grande varit de rparateursindpendants, appartenant ou non des chanes indpendantes des constructeurs.

    16 Ce diagnostic a t fait par lAutorit de la concurrence dans sa Dcision n10-DCC-52 du 2 juin 2010autorisant la cration de SFEREN et par le rapport de la DGCCRF de janvier 2011 sur lvolution des

    cotisations dassurance automobile et habitation . La DGCCRF prcise en conclusion de son rapport quepar le pass, les assureurs ont montr quils taient capables de rpercuter des baisses de tarifs sur leursassurs, signe dune vive concurrence. . Par ailleurs, en dpit de rcentes oprations de concentration, en2011, le plus gros oprateur sur le march de lassurance automobile ne dtient une part de march quedenviron 25%.17 En effet, la valeur rsiduelle du vhicule baisse avec lge. De plus, les propritaires de vhiculesdoccasion peuvent tre par nature plus sensibles au prix que les propritaires de vhicules neufs. Or, plus levhicule est vieux, plus il est probable que le vhicule ait t achet doccasion.18 La rparation-entretien dun vhicule peut tre qualifie de bien de confiance , dont le consommateurnest jamais vraiment en mesure dapprcier prcisment la qualit, et pour lequel lintuitu personae, laconfiance dans le rparateur, est un paramtre essentiel dans le choix du consommateur.19 A lextrme, les voitures de luxe sont gnralement entretenues dans les rseaux agrs, leurs propritairestant gnralement peu sensibles au prix et trs sensibles la qualit et la confiance dans le rparateur.20 Source : Roland Berger Panorama du march de la rparation automobile - 2010

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    11/108

    11

    26. Ces deux canaux ont des modles conomiques diffrents, qui refltent en partie lesmodles conomiques distincts des constructeurs et des quipementiers en amont (voirdveloppements en partie II). Le relatif cloisonnement persistant entre les deux canaux,malgr une tendance une concurrence plus frontale, sillustre par des prix moyensdentretien-rparation dans le canal indpendant de 15 30% plus bas que dans le canal

    constructeur (cf. Tableau 2 ci-aprs). Il se manifeste galement dans les parts de march,qui sont trs diffrentes selon le segment doprations et lge du vhicule (cf.Graphique 2page 17 infra).

    Tableau 2 Prix moyen de chaque type doprateur pour diffrentes oprations

    Constructeur(RA1 + RA2)

    MRA Centre-auto Rparateur rapide Pneumaticien

    vs.

    Constructeuren %

    vs.

    Constructeuren %

    vs.

    Constructeuren %

    vs.

    Constructeuren %

    Rvision

    constructeur

    320 238 -26% 243 -24% 172 -46%

    Rvisionsaisonnire

    275 274 0% 199 -28%

    Vidange, horsrvision

    188 153 -19% 133 -29% 139 -26% 147 -22%

    Pneumatiques 352 238 -32% 278 -21% 325 -8% 253 -28%

    Problmespcifique

    394 357 -9% 291 -26% 270 -31%

    Panneimmobilisante

    350 367 5% 159 -55%

    Prix moyen del'entre atelier

    320 269 -16% 228 -29% 224 -30% 268 -16%

    Source : GIPA- tude conducteurs 2011, page 270

    27. Les diffrences de prix constates sont plus ou moins importantes selon les prestationsconsidres. Par exemple, le prix moyen dune vidange est de 20 30% plus bas dans lecanal indpendant, le prix dun entretien courant de 25 45% plus bas, le prix dunremplacement des pneus de 8 30% plus bas. Pour les autres oprateurs, les diffrencesconstates peuvent galement tre lies la complexit ou au nombre doprationsralises, ce qui peut notamment affecter les oprations peu standard comme les problmes spcifiques ou les pannes immobilisantes .

    28. Est dabord prsent le canal constructeur (1), puis le canal indpendant (2).

    1.LE

    CANAL CONSTRUCTEUR

    29. Le canal constructeur dsigne les rparateurs membres des rseaux de constructeurs.On distingue gnralement deux niveaux fonctionnels : les rparateurs agrs de premierniveau, appels RA1 , gnralement des concessionnaires chargs de la distribution depices de rechange, et ayant souvent une activit de vente de vhicules neufs, et lesrparateurs de second niveau, appels RA2 , dont lactivit se limite lentretien-rparation, et qui ne sont pas agrs par le constructeur pour la distribution de pices.Selon les constructeurs, il peut exister ou non des RA2.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    12/108

    12

    30. Les constructeurs nont pas datouts particuliers21 ni dintrt assurer laprs-vente desvhicules de marques concurrentes. Les biens et services vendus par les rseaux deconstructeurs sont donc focaliss sur la marque des constructeurs par lesquels ils sontagrs. Un rparateur du canal constructeur est donc un gnraliste , capable deffectuerune grande varit doprations dentretien et de rparations, mais il se limite une marque

    donne de vhicules22

    31. Au cours des annes 2000, plusieurs constructeurs ont dvelopp des rseaux de franchisemultimarques

    .

    23, dont le but initial tait de permettre de maintenir un lien 24

    2.LE CANAL INDPENDANT

    avec les agentsde marque ne satisfaisant pas aux critres qualitatifs plus exigeants, mis en place par lesconstructeurs, la suite du rglement CE n 1400/2002. Dans ce cadre, les relations entreles constructeurs et ces franchiss sont beaucoup plus souples que les conditionsdagrment des RA1 et des RA2, ou mme que les critres dadhsion de certaines chanesindpendantes. Bien que lies au canal constructeur, ces soft-franchises , multimarqueset plus orientes sur la rparation et lentretien de vhicules vieillissants, sont plus prochesdu canal indpendant que du canal constructeur. Elles illustrent la tendance audcloisonnement des segments.

    32. Le canal indpendant comprend une grande diversit dacteurs. En effet, lesrparateurs indpendants, sils sont mme dintervenir sur plusieurs marques devhicules, peuvent chercher se spcialiser sur certains types doprations. Ainsi trouve-t-on dans ce canal diffrents domaines de spcialit : rparation-collision (carrossiersindpendants), pneu, vitrage, entretien, diagnostic. Cette spcialisation tire parti du modleconomique des quipementiers, qui disposent dune gamme multimarques de pices de

    rechange, ddies certaines fonctions bien prcises du vhicule.33. Au ct de ces oprateurs spcialiss, il existe galement des rparateurs indpendants

    gnralistes, rattachs ou non des enseignes. Ces rparateurs gnralistes peuvent parfoisprouver des difficults procder certaines rparations complexes, notamment en raisonde difficults daccs linformation technique (voir partie 0 de la section 2). Lencadr ci-aprs prsente les diffrents types de rparateurs indpendants.

    21 Ainsi, sil possde la matrise de lensemble de la gamme de produits et de services correspondant auxmarques de vhicules quil vend et sil dispose doutils de diagnostic lectronique monomarques complets,un rparateur agr est en revanche peu comptitif sur la rparation et lentretien de vhicules de marques

    concurrentes, dont les comptences et le savoir-faire spcifiques peuvent lui faire dfaut, et pour lesquellesles pices de rechange lui seront vendues un prix plus lev que les pices des vhicules sa marque, enraison notamment de la faiblesse des volumes.22 La part du chiffre daffaires associe lentretien-rparation de vhicules la marque quil reprsente estde facto trs majoritaire chez les rparateurs agrs : 80 85% du chiffre daffaires entretien-rparation desconcessionnaires (RA1) correspond des oprations sur les vhicules leur marque ; cette part slve 60-70% pour les RA2. Source : TCG Conseil. Les rparateurs agrs peuvent effectuer des oprationsdentretien-rparation de vhicules de marque concurrente en raison de leur portefeuille dactivit (vhiculesdoccasion, spcialit pointue dans un domaine de rparation, carrosserie) ou de leur localisation, dans unmilieu rural par exemple.23 Par exemple, Motrio pour Renault, Eurorepar pour Citron et Motrocraft pour Ford.24

    Les constructeurs cherchent, par lintermdiaire de ces franchises, tendre leurs dbouchs en pices derechange des acteurs de lentretien-rparation multimarque de vhicules plus gs que ceux qui sontgnralement pris en charge par les membres de leur rseau agr.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    13/108

    13

    Encadr - 2Les diffrents types dacteurs indpendants

    Les rparateurs indpendants (ou MRA25) non lis une enseigne, sont des entrepreneursindpendants gnralistes26 et multimarques, souvent capables deffectuer des rparationsmcaniques complexes. Il peut arriver quils aient un atelier permettant deffectuer des rparations-collision. Ces rparateurs sont les moins bien positionns pour faire face aux volutions

    technologiques des vhicules. Les investissements et la formation requis par ces volutions ontconduit certains dentre eux rejoindre des rseaux indpendants ou des rseaux agrs deconstructeurs, si bien que leur nombre et leur part ont fortement dclin au cours des annes 2000.

    Les rparateurs indpendants (ou MRA) sous enseigne sont des rparateurs gnralistesmultimarques rpondant un cahier des charges propre lenseigne laquelle ils appartiennent. Oncompte une vingtaine de rseaux en France, dont les plus importants ont une envergureinternationale (Groupe Auto Union, Temot, Autodistribution27

    31

    , Bosch Car Service). Ces rseauxsont anims soit par des distributeurs de pices de rechange indpendants (Autodistribution,Starexcel, Groupe Auto Union, Temot, Doyen), soit par des quipementiers (Bosch, Delphi), soitpar des constructeurs, comme indiqu au paragraphe supra (Renault, Citron, Ford). Lescahiers des charges sont plus ou moins exigeants selon les enseignes et lencadrement est plus ou

    moins contraignant. Les enseignes permettent notamment de satisfaire aux exigences croissantesdinvestissements et de formations requises par les volutions technologiques des vhicules etoffrent une rponse adapte aux difficults logistiques causes par la multiplication des rfrencesde pices. Par consquent, elles occupent une part de plus en plus importante dans le secteur delaprs-vente.

    Les pneumaticiens sont des acteurs multimarques, spcialiss dans le remplacement des pneus etles oprations de rglage des trains roulants. Les rseaux les plus importants sont adosss desfabricants de pneumatiques (Michelin, Vulco). La plupart des grandes enseignes proposentaujourdhui galement des prestations dentretien courant.

    Les centres auto (Norauto, Feu Vert, Roady,) sont des rseaux issus pour certains de la grandedistribution (Auchan, Leclerc), offrant des prestations dentretien courant sans rendez-vous et

    vendant des pices et des accessoires en libre-service aux particuliers. Sils ont tendu leur offre des rparations mcaniques multimarques simples et des prestations de diagnostic, ils neproposent pas en revanche de rparations mcaniques lourdes .

    Les chanes de rparation rapide (Speedy, Midas) ont un modle conomique dsormais assezproche de celui des centres autos lintervention rapide sans rendez-vous - mais nont pasdactivit de vente de pices et daccessoires en libre-service. Ils proposent lensemble desprestations dentretien et quelques prestations de rparation mcanique, de climatisation, ainsi quedes prestations de diagnostic.

    Les carrossiers indpendants sont spcialiss dans les oprations de rparation-collision. Commeles MRA, certains ont rejoint des rseaux spcialiss comme Axial, Five Star ou AD Carrosserie.

    Les spcialistes du vitrage (Carglass, France Pare-Brise) sont spcialiss dans la rparation et leremplacement des vitres et des pare-brises. Ils sont ns du souci des assureurs de limiter les fraudeslies des interventions dentretien factures au travers dune facture bris de glace etreprsentent environ 60% du segment du bris-de-glace, dont 30-35% pour Carglass.

    Les stations-service

    25 Mcaniciens Rparateurs Automobiles

    , qui reprsentent moins de 3% du march de laprs-vente et ne peuventraliser que des prestations dentretien limites.

    26 Certains dentre eux se spcialisent nanmoins sur une ou plusieurs marques bien prcises ou certains typesdoprations (lectronique moteur, injection Diesel par exemples).27 Avec quatre enseignes : Garage AD, AD Expert, Autoprimo, Staff Auto.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    14/108

    14

    C. POSITION DES ACTEURS

    34. Comme le fait remarquer la Commission europenne dans ses lignes directrices relatives lapplication du rglement n461/2010, dans la mesure o il existe un march pour lesservices de rparation et d'entretien qui est distinct de celui de la vente de vhiculesautomobiles neufs, il est considr comme propre chaque marque 28

    35. Afin dapprhender avec finesse la pression concurrentielle qui sexerce entre les diffrentstypes dacteurs, lanalyse doit tenir compte la fois de lge du vhicule et du typedoprations, car les segments dfinis selon ces deux dimensions sont plus ou moins

    substituables du point de vue de loffre et du point de vue de la demande. Enfin, sagissantde marchs locaux, une description de la position des acteurs lchelle nationale nereflte pas les diffrences de pression concurrentielle qui peuvent sexercer selon la zonede chalandise concerne. Mais en raison de la multiplicit et de latomicit des rparateurs,qui proposent de surcrot plusieurs types doprations, les donnes permettant de parvenir ce niveau de dtail sont difficiles rassembler.

    . Ainsi, lesrparateurs agrs dune marque donne de vhicules ne sont gnralement pas enconcurrence avec les rparateurs agrs dune autre marque de vhicules. La seule sourcede concurrence vient essentiellement du canal indpendant et, dans une moindre mesure etplus rarement, de rparateurs agrs du mme constructeur, condition quils soientlocaliss dans la mme zone de chalandise et quils nappartiennent pas au mme groupede concessionnaires.

    36. Les observateurs se limitent donc gnralement une prsentation des parts de march dechaque catgorie principale dacteurs lchelle nationale, tous segments doprationsconfondus (1). Il a nanmoins t possible dapprhender les positions des acteurs selonlge du vhicule et sur certains segments doprations (2).

    1.PRSENTATION DENSEMBLE

    37. Sur lensemble de lentretien-rparation (hors Do-it-yourself ), les rseaux deconstructeurs dtiennent, en 2010, 45% de parts de march en volume 29

    Tableau 3

    et 53% en valeur.Ils font face une offre atomise doprateurs indpendants se faisant eux-mmesconcurrence. Les rseaux de rparateurs agrs des constructeurs possdent donc uneposition importante sur le secteur de lentretien-rparation de vhicules de leur marque,puisquils ont une part de march en valeur suprieure 50% en moyenne, face desacteurs de beaucoup plus petite taille. Le ci-dessous dtaille ces parts de march

    pour les principales catgories dacteurs dfinies prcdemment.

    28 Source : point 57 des lignes directrices. Voir prsentation du cadre rglementaire en partie I de la section 2.29 Nombre dentres atelier.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    15/108

    15

    Tableau 3 Parts de march globales des diffrents types dacteurs en 2010 et nombredateliers30

    En volume

    (nb. dentres atelier)En valeur

    (CA)Nb. dateliers

    Canal constructeur 45% 53% 15 205Concessionnaires 27% 34% 4 575Agents de marque 18% 19% 10 630

    Canal indpendant 55%

    47%

    18 88031

    MRA sans enseigne 10% 6 700MRA avec enseigne 14% 7 900Centres auto et rparation rapide 17% 2 080

    Autres circuits indpendants 14%pneumaticiens :

    2 200

    Source : TCG Conseil

    38. En Allemagne, la part des rseaux agrs est encore plus leve quen France, puisquellestablit en 2010 58% en volume. Les Pays-Bas sont dans une situation comparable laFrance. Les rparateurs agrs y occupent en effet 42% du march. En revanche, lesrparateurs agrs ne reprsentent que 29% du march au Royaume-Uni et 32% en Italie32

    39. Par rapport lAllemagne, lItalie et au Royaume-Uni, les rparateurs indpendants sansenseigne occupent en France une faible position au sein du canal indpendant, alors queces rparateurs sont trs nombreux et reprsentent une part trs importante du march enItalie

    .

    33

    40. Par ailleurs, en France, bien que les constructeurs trangers possdent un rseau derparateurs agrs beaucoup moins dense que celui des constructeurs franais

    . Rciproquement, les indpendants avec enseigne occupent une part plusimportante en France que dans les trois autres pays. Cest galement en France et dans unemoindre mesure au Royaume-Uni, que les centres-autos et les chanes de rparation rapide

    connaissent le plus important succs. Le canal indpendant en France est donc plusstructur que dans dautres pays europens.

    34, ils ont desparts de march relativement leves sur lentretien-rparation de vhicules de leurmarque35

    30 Les parts de march des diffrents types dacteurs indpendants ne sont pas disponibles en valeur. Lesegment Do-It-Yourself nest pas inclus. Par ailleurs, les carrossiers ne sont pas prsents de maniredistincte et sont englobs dans les catgories MRA sans enseigne et MRA avec enseigne .

    . Toyota dtient environ [55 ; 65]% de parts de march en volume et Volkswagen[45 ; 55]%. En comparaison, sur ce mme chantillon, les constructeurs franais dtiennent[40% ; 50]% du march. Les constructeurs ayant les parts de march les plus faibles sontFord, Opel et Fiat, avec [30 ; 40]% de parts de march.

    31 Au sein du canal indpendant, les centres autos et les chanes de rparation rapide occupent une placenettement moins importante en nombre dateliers quen volume dentres-ateliers. Par ailleurs, les troisprincipales soft-franchises de constructeurs Motrio, Motorcraft et Eurorepar - reprsentent environ 7%des 34 085 ateliers de rparation-entretien. Source : constructeurs. Le nombre dateliers correspondantsslve prs de 2500 en 2010.32 Source : TCG Conseil.33Rapport ICDP de septembre 2007 intitul Evolution of the independent repairer sector , page 18.34 Le rapport va par exemple de 1 20 entre le nombre de rparateurs agrs de Toyota et celui de Renault.35 Source: Etude CAP 2010 (Car After-Sales Performance). Primtre des vhicules de moins de 10 ans,reprsentant 70% du chiffre daffaires de lentretien-rparation en valeur.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    16/108

    16

    41. De manire gnrale, les parts de march des rseaux agrs se sont lgrement rodesentre le milieu des annes 2000 et aujourdhui, cette volution tant constate galementdans dautres pays dEurope, comme le montre le Graphique 1 ci-dessous36. Elle estnotamment lie au vieillissement du parc, qui joue en faveur du canal indpendant,disposant de plus fortes parts de march sur les vhicules anciens. Elle tient galement au

    gain de parts de march des rparateurs indpendants sur chaque tranche dge, notammentsur le segment des vhicules de 3-4 ans, o la concurrence entre le canal constructeur et lecanal indpendant semble stre intensifie37

    42. Le

    .

    Graphique 1ci-dessous montre que les parts de march en volume des rparateurs agrsen France sont passes de 49% 48% entre 2005 et 2010. En Allemagne, elles sont passesde 51 49%, au Royaume-Uni de 36 34%. Elles sont restes stables, 38%, enEspagne38

    .

    Graphique 1 - Parts de march en volume des rparateurs indpendants et des rparateursagrs en 2005 et 2010

    Source : BCG (Datamonitor, interviews dexperts et analyses du BCG)

    2.POSITION DES ACTEURS SUR LES DIFFRENTS SEGMENTS

    43. En raison de la multiplicit et de latomicit des rparateurs qui proposent de surcrotplusieurs types doprations quils ne distinguent gnralement pas dans leur comptabilit,

    36 Les diffrences de donnes de parts de march par rapport aux chiffres avancs au paragraphe 38 peuventtenir des diffrences de primtre et lexistence de marges derreur sur ce secteur o loffre desrparateurs est trs atomise.37 Source: Report CAP 2010 (Car After-Sales Performance). Ces donnes indiquent une baisse du taux dertention, cest--dire du pourcentage de clients pour lesquels une vrification priodique est prvue durantlanne et qui utilisent les services du rseau agr. Ce taux ne correspond pas exactement aux parts demarch du rseau constructeur car il ne prend pas en compte lensemble des oprations (rparationnotamment), mais il constitue un indicateur sur le segment des vrifications priodiques.38 Lge moyen du parc est pass de 8 ans en 2005 8,2 ans en 2010 (source CCFA).

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    17/108

    17

    il est difficile destimer avec prcision la position des acteurs sur les diffrents segmentsdoprations prsents en partie A.1. Une estimation de la part de march des rseauxagrs de constructeurs est nanmoins possible sur les trois segments doprationssuivants :

    sur le segment de la rparation-collision, elle est estime prs de 55%39

    sur le segment du bris-de-glace, elle est estime 20%

    ;40

    sur le segment des pneus, elle est estime 20%

    ;41

    44. Ces estimations rvlent des disparits importantes de positions du canal constructeurselon les segments doprations, ce qui confirme lexistence dun certain cloisonnement dusecteur et le peu de concurrence frontale entre les diffrents types dacteurs. Ce constat estmanifeste si lon observe les parts de march respectives des concessionnaires, des agentsde marque et des oprateurs indpendants en fonction de lge du vhicule (

    .

    Graphique 2ci-dessous).

    45. Ce graphique montre trs nettement la segmentation du march selon lge du vhicule.

    Alors que le canal constructeur dtient 83% de parts de march sur les vhicules de moinsde 2 ans42

    , dont 70% pour les concessionnaires, il ne reprsente que 28% de lentretien-rparation de vhicules de plus de 10 ans. Le segment des vhicules de 5-6 ans (environ20% du march) est celui sur lequel les parts de march sont les plus quilibres.

    Graphique 2 Parts de march en volume par catgorie dge en 2010

    Source : TCG Conseil hors Do-It-Yourself

    39 Estimation de lAutorit de la concurrence partir des donnes des assurances. Parts de march en valeur.40 Source : TCG Conseil. Parts de march en volumes.41 Sources BCG et Roland Berger. Parts de march en volumes.42 Qui reprsentent un peu plus de 10% des rparations-entretiens de vhicules de tous ges en valeur (sourceRoland Berger).

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    18/108

    18

    D. EVOLUTION DE LA DEMANDE ET DES PRIX

    1.DCLIN DE LA DEMANDE

    46. Aprs avoir connu un pic en 2000, le nombre doprations de rparation-entretien a dclinde manire constante. Le nombre doprations de rparation-entretien a ainsi baiss de15% entre 2000 et 2010. Tous les segments, lexception des oprations de bris de glace 43

    47. Plusieurs facteurs expliquent cette volution : la baisse du kilomtrage moyen

    ,sont concerns.

    44, la fiabilitaccrue des vhicules, lallongement des pas dentretien , cest--dire de la dure ou dunombre de kilomtres prconiss entre deux entretiens, la baisse de la sinistralit (lexception du bris-de-glace), elle-mme favorise notamment par une baisse de la vitessede circulation et du kilomtrage moyen, lefficacit de la politique de scurit routire et laplus grande fiabilit des vhicules. Ainsi, la croissance du parc de vhicules automobiles certes de moins en moins rapide et son vieillissement45

    2.AUGMENTATION DES PRIX

    ne suffisent pas compenser lesautres facteurs de baisse de la demande.

    48. Dans le mme temps, le prix des oprations dentretien-rparation a beaucoup augment enFrance, si bien que le march a augment en valeur nominale (non corrige de linflation)et na que lgrement dcru en valeur relle (corrige de linflation), passant de 33,1milliards deuros en 2000 (en euros de 2010) 31,2 milliards deuros en 2010. Ainsi, enmoyenne, sur lensemble des segments, le montant dune opration daprs-vente est passde 456 euros en 2000 (en euros de 2010) 506 euros en 2010, soit une augmentation de10%, si lon corrige de linflation.

    49. Cette volution ne prend pas en compte le fait que le contenu des oprations de rparation-entretien a pu sallger en moyenne. Laugmentation des prix de lentretien-rparation, quitient compte de lvolution du contenu des oprations, est nettement plus marque quelaugmentation du montant moyen dune opration, comme le montrent les indices Insee,reports dans le Graphique 3 ci-dessous (indices corrigs de linflation, base 100 en 2000).Lindice des prix rels de lentretien-rparation a ainsi augment de 30% entre 2000 et2011. Il se dcompose en une augmentation de 17% pour lentretien et de 36% pour larparation46

    43 La sinistralit bris-de-glace tait en baisse jusquen 2007, mais augmente depuis, affecte par lesintempries mais aussi par lintensification de la communication des chanes de spcialistes du vitrage.

    . Alors que laugmentation de lindice de la rparation est rgulire tout aulong de la priode, lindice de lentretien connat une inflexion la hausse partir 2006,

    puis se stabilise partir de 2009.

    44 Ceci sexplique notamment par le dveloppement des rseaux de transport collectif, laugmentation du prixdu carburant, du tarif des pages et la multi-motorisation croissante des mnages.45 Lge moyen du parc na cess daugmenter entre 1990 et 2008, passant de 5,7 ans 8,2 ans. A compter de2008, on observe un lger flchissement li ladoption de mesures incitatives lachat de vhicules moinspolluants et limpact de la prime la casse.46 Ces trois indices ont augment respectivement de 60%, 46% et 72% en termes nominaux (non corrigs delinflation).

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    19/108

    19

    50. Les indices des prix de lentretien-rparation nont cess daugmenter depuis 1990, maislindice de la rparation a connu une forte inflexion la hausse partir de 2000, ce quinest pas le cas de lindice de lentretien.

    Graphique 3 - volution des indices de prix rels de lentretien, de la rparation, et de

    lentretien-rparation de vhicules personnels

    Source : Insee (indices des prix la consommation, corrigs de linflation, base 100 en 2000 ;mtropole et DOM)

    51. Daprs les constructeurs, ces volutions sont lies la hausse du cot de la main-duvreet, dans une moindre mesure, laugmentation du prix des pices dtaches (la hausse duprix des pices dtaches tant moins forte que la hausse des prix de lentretien-

    rparation)47

    . LInsee relve en effet une forte hausse des taux horaires de main-duvre(qui ont augment de 44% en termes rels entre 2000 et 2011), qui serait en partie lie lvolution technologique des vhicules, ncessitant une main-duvre de plus en plusqualifie et des investissements techniques levs. Cependant, bien que les constructeursvoquent lexistence dune pnurie de main-duvre qualifie dans ce secteur, il semble aucontraire que le nombre de postes pourvoir dans ce secteur est deux trois fois infrieurau nombre de diplms sortant annuellement de formation automobile48

    52. Dautres observateurs

    .49

    47 Voir

    voquent linverse la possibilit que, en rponse un march delaprs-vente dclinant et un march de la vente de vhicules trs concurrentiel et

    Graphique 6en partie II.

    48 Source : Autofocus, La lettre de lobservatoire lANFA, Approche prospective des besoins derecrutement dans le commerce et la rparation automobile lhorizon 2015 . Ce document relvenotamment que les besoins rels annuels de recrutement douvriers qualifis du commerce et de la rparationautomobile sont compris entre 5500 et 8000, sur 17 000 jeunes sortant annuellement de formation automobile(Lyce et CFA). Il en conclut que la cause principale de la faible insertion dans la Branche est la faiblessestructurelle du nombre demplois pourvoir et moins une quelconque envie de la part des jeunes de changerde mtier ou de secteur .49 Cette explication fait lobjet de nombreux articles dans la presse spcialise sur le secteur automobile. Ellea galement t avance par un grand nombre dacteurs interrogs dans le cadre de linstruction. Enfin,

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    20/108

    20

    stagnant, les segments prservs de la concurrence voient leurs prix augmenter pourcompenser les baisses de chiffre daffaires et de profit enregistres par les concessionnaireset les rparateurs50

    53. Par ailleurs, bien que les volutions technologiques allgues par les constructeursaffectent lensemble des pays, la France figure parmi les pays ayant connu les plus fortesaugmentations des indices de prix de lentretien-rparation. Elle figure au septime rangdes pays de lUnion des vingt-sept ayant connu les plus fortes augmentations de prix,derrire le Royaume-Uni, le Portugal, la Sude, la Belgique, lIrlande et la Finlande. Le

    . Laugmentation deux fois plus rapide de lindice de la rparation parrapport lindice de lentretien semble symptomatique du fait que plus un segment estprotg de la concurrence, plus il est menac daugmentations de prix. En effet, la

    rparation est dans lensemble un segment moins concurrentiel que lentretien.

    Graphique 4 ci-dessous prsente une comparaison des volutions des prix entre la Franceet ses pays limitrophes. Les prix ont trs fortement augment au Royaume-Uni, ce qui peutpeut-tre sexpliquer en partie par des effets lis au taux de change. La France se situe justederrire la Belgique en termes daugmentation des prix de lentretien-rparation et les prixy ont augment quatre fois plus vite quen Allemagne sur la priode qui stend de 1998 2010.

    Graphique 4 - Evolution des indices de prix rels de lentretien-rparation de vhiculespersonnels en France et dans les pays limitrophes

    Source : Eurostat (indices des prix la consommation, corrigs de linflation, base 100 en 1998)

    linstitut Xerfi relve galement, dans son rapport de fvrier 2010 intitul Entretien, rparation etdistribution dquipements automobiles (page 8) que Les professionnels, notamment les constructeurs etleurs rseaux de distribution, feront une nouvelle fois le choix daugmenter sensiblement leurs tarifs afin decompenser la baisse des volumes .50

    Ainsi, alors que les prix des vhicules ne cessent de baisser, les prix de lentretien-rparation ont beaucoupaugment. Au sein du secteur de lentretien-rparation, le segment des rparations, moins concurrentiel quecelui de lentretien, a connu de plus fortes augmentations de prix que ce segment.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    21/108

    21

    E. CONCLUSION SUR LE SECTEUR DE LENTRETIEN ET DE LA RPARATION

    54. Le secteur de lentretien et de la rparation de vhicules automobiles en France estcaractris par un leadership des rseaux de rparateurs agrs des constructeurs, quidtiennent 53% du march en valeur et 45% en volumes. Ils font face une grandediversit dacteurs indpendants offrant des prestations multimarques, soit gnralistes,soit spcialiss sur un type doprations, de plus en plus structures autour denseignes leurpermettant de faire face aux volutions technologiques et aux exigences accrues delogistique et de formation notamment. Sur le segment de la rparation et de lentretien devhicules rcents (de moins de 5 ans), les rseaux de constructeurs semblent en mesure desabstraire de la pression concurrentielle du canal indpendant. Ils dtiennent en effet plusde 80% de parts de march sur les vhicules de moins de 2 ans et prs de 70% de parts demarch sur les vhicules de 3-4 ans. A linverse, ils sont beaucoup moins prsents surcertains segments spcifiques, comme le remplacement des pneus ou le bris de glace, ainsique sur lentretien-rparation de vhicules vieillissants. Notamment, ils ne dtiennent plus

    que 30% de parts de march sur les vhicules de plus de 10 ans.55. La diminution de la demande est propice une diversification des activits des diffrents

    types doprateurs, qui tendent alors se livrer une concurrence plus forte quauparavant.Par ailleurs, le vieillissement du parc de vhicules devrait favoriser les rparateursindpendants. Mais les parts de march des rparateurs agrs nont connu quune faiblerosion depuis 2005. De plus, dans ce contexte de baisse de la demande, conjugue uneconcurrence intense sur le march de la vente de vhicules, il semble que les acteurscherchent rcuprer leurs pertes de chiffre daffaires et de profits en augmentant les prixde leurs prestations sur les segments les plus protgs de la concurrence. Ainsi, bien queles volutions technologiques des vhicules aient pu renchrir les cots des rparateurs, enraison notamment dune exigence de main-duvre plus qualifie que par la pass, les prixont galement connu des variations diffrencies, plus importantes dans les segments lesmoins exposs la concurrence. De mme, la France figure parmi les pays europens ayantconnu les plus fortes augmentations des indices de prix de lentretien-rparation, ce quipourrait suggrer que la pression concurrentielle y est moins leve que dans les autrespays.

    56. La partie II ci-aprs prsente le secteur de la fabrication et de la distribution de pices derechange.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    22/108

    22

    II. Prsentation du secteur de la fabrication et de la distribution depices de rechange

    57. La vente de pices de rechange sur le march de dtail a reprsent 13,9 milliards deurosHT en 201051

    58. Alors que lentretien-rparation fait se rencontrer loffre des rparateurs et la demande desparticuliers, des assurances ou des flottes et se situe donc en aval de la filire, lanalyse dusecteur de la distribution de pices de rechange doit recouvrir lensemble de la chane devaleur, de la fabrication des pices la vente au consommateur final, gnralement dans lecadre dune prestation dentretien ou de rparation. Dans la mesure o ce sont lesrparateurs qui choisissent dans la plupart des cas les pices de rechange, celles-ci jouent

    plutt le rle dintrant pour lactivit dentretien-rparation que de produit final vendu etchoisi par les consommateurs. La demande en pices de rechange mane doncessentiellement des rparateurs, dcrits dans la partie prcdente.

    , soit prs de 45% du chiffre daffaires de la rparation-entretien. Lesvhicules automobiles sont composs dun trs grand nombre de pices dtaches (environ10 000) et chaque marque de vhicule possde environ 200 000 rfrences de picesdtaches figurant au catalogue du constructeur.

    59. Le schma suivant prsente la structure gnrale du march de la distribution de picesde rechange. Le secteur est organis autour de deux canaux de distribution assezcloisonns, ayant respectivement pour fournisseurs les constructeurs, qui ne vendent leurspices qu leur rseau agr ( canal constructeur ), et les quipementiers, qui peuventvendre les pices fabriques non seulement aux constructeurs, mais aussi aux distributeursindpendants. Ces derniers vendent ensuite ces pices aux rseaux agrs, mais aussi etsurtout aux rparateurs indpendants ( canal indpendant ). Ces derniers peuvent

    galement acqurir les pices de rechange dont ils ont besoin, auprs des rparateursagrs.

    Graphique - 5 Organisation de la chane de distribution des pices de rechange

    Source : TCG Conseil

    51 Source : Feda.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    23/108

    23

    60. La concurrence sur le secteur de la fabrication et de la distribution de pices de rechangedpend du nombre de fournisseurs capables en amont de proposer les pices (A), de lacapacit des diffrents acteurs mettre en concurrence les fournisseurs amont (concurrence intermarques - B) et de la capacit des rparateurs faire jouer la concurrence intramarques entre distributeurs de pices (C). Les volutions de prix et de marges

    constates (D) sont un lment dapprciation du degr de concurrence qui rgne dans cesecteur. Enfin, les diffrences de niveaux de prix des pices et de marges entre les DOM etla mtropole permettent dapprhender lampleur des insuffisances de concurrence dans lesDOM par rapport la mtropole (E).

    A. LOFFRE DE PICES DE RECHANGE : LES CONSTRUCTEURS ET LESEQUIPEMENTIERS

    61. Il existe lamont trois types de fournisseurs possibles de pices dtaches destines au

    rechange et susceptibles dtre en concurrence

    52

    1.PRSENTATION DES DIFFRENTS TYPES DE FOURNISSEURS POSSIBLES

    : les constructeurs, les quipementiersdorigine et les quipementiers de second rang . Nanmoins, le nombre et la naturedes fournisseurs en prsence dpendent du type de pices.

    a)Les constructeurs

    62. Les constructeurs ne fabriquent quenviron 20 % en valeur des pices dtaches quilsassemblent. Il sagit principalement de pices de carrosserie en tle et des moteurs. Ils

    achtent les 80% restants des quipementiers53

    , avant de les assembler pour fabriquer lesvhicules de premire monte. De mme, les constructeurs ne fabriquent quune faible partdes pices de rechange quils commercialisent. La plupart sont achetes auxquipementiers, gnralement les quipementiers dorigine , qui fabriquent des picesdestines la premire monte54

    52 La concurrence intermarque ne se rapporte pas la concurrence entre des pices de marques deconstructeurs diffrentes, puisquen rgle gnrale, les pices sont spcifiques une marque donne de

    constructeur. Ainsi, lexception des pices interoprables comme les pneus ou les lubrifiants, il ne peutexister de concurrence entre constructeurs sur les pices de rechange leur marque. On appelle donc concurrence intermarque la concurrence entre les diffrents fournisseurs de pices lamont etnotamment entre le canal constructeur et le canal indpendant, dfinis dans la partie prcdente qui prsentele secteur de lentretien-rparation.

    . Quelles soient fabriques par les constructeurs ouachetes par eux des quipementiers, les pices de rechange distribues par les

    53 En raison de la quantit de pices ncessaires lassemblage dun vhicule automobile, il existe un trsgrand nombre dquipementiers, de tailles trs variables. Ainsi que la indiqu la Commission europennedans ses dcisions relatives au secteur des pices dtaches automobiles, les marchs de premire monte et dela rechange constructeur sont de dimension au moins europenne, voire mondiale, tandis que les marchs delIAM sont de dimension nationale (voir par exemple les dcisions de la Commission Valeo / Labinal(COMP/M.2036 du 4 aot 2000) etJohnson Controls / Robert Bosch / Delphi Sli (COMP/M.3789 du 26 juin2005). Les dix plus gros quipementiers mondiaux, parmi lesquels Bosch, Delphi, Denso, Valeo et Faurecia,ralisent tous un chiffre daffaires suprieur 10 milliards deuros.54 Il arrive parfois que les constructeurs confient la fabrication de pices de rechange des quipementiersdiffrents de ceux qui ont fabriqu les pices de premire monte.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    24/108

    24

    constructeurs sont marques du logo du constructeur. Ces pices sont souvent appeles pices OEM 55

    63. Les constructeurs ont gnralement intrt ngocier les conditions de fourniture despices de rechange par les quipementiers ds le stade de la premire monte, o laconcurrence entre quipementiers est intense

    ou pices la marque du constructeur .

    56. Dailleurs, il est frquent que des picesdestines la rechange soient fabriques en mme temps que les pices destines lapremire monte. En effet, les besoins en pices de rechange peuvent intervenir pendant lecycle de production ou vie-srie du modle de vhicule. Ces pices fabriques pendantla vie-srie peuvent galement tre stockes par les constructeurs. Il rsulte de cette doublengociation des pices de premire monte et des pices de rechange que les constructeursobtiennent des tarifs plus bas que les tarifs proposs par les quipementiers dans le canalindpendant, comme le souligne ltude Autopolis de 200657. Les pices de rechangereprsentent environ 10% du chiffre daffaires des constructeurs et 30% de leurs marges 58

    b)Les quipementiers dorigine

    .

    64. Les quipementiers qui fabriquent les pices destines la premire monte peuvent vendreaux constructeurs les pices destines au rechange, en vue de leur revente, mais peuventaussi approvisionner directement des grossistes du canal indpendant (frquemment appel IAM pour Independent Aftermarket), qui les revendent leur tour des rparateurs leplus souvent indpendants. Le rglement n461/2010 de la Commission europenneimpose aux constructeurs de ne pas interdire le comarquage des pices destines lapremire monte (cf. description du cadre rglementaire en partie I de la section 2). Celles-ci portent donc gnralement le logo du constructeur et de lquipementier dorigine. Lespices de rechange vendues par les quipementiers portent gnralement uniquement lelogo de lquipementier, mais cela permet aux acteurs situs en aval de savoir que la pice

    est dorigine 59

    . Les pices fabriques et vendues par les quipementiers dorigine sontgalement appeles pices OES60

    55 Original Equipment Manufacturer.

    .

    56 Il existe souvent une forte concurrence entre quipementiers pour lobtention de contrats de premiremonte, lesquels reprsentent en moyenne 80% de leur chiffre daffaires et leur permettent frquemment de sepositionner favorablement sur le march de la rechange.57 Etude Autopolis de septembre 2006 ralise par lorganisme certificateur Thatcham et intitule Lesconsquences pour la scurit des consommateurs et de tierces parties de la proposition de directive

    modifiant la directive 98/71/EC sur la protection juridique des dessins et modles , page 58, prcise que lamarge usine est trs faible pour la premire monte, moyenne pour la rechange constructeur et importante

    pour la rechange indpendante . Cest galement ce qui ressort des chiffres communiqus par lesquipementiers dans le cadre de linstruction.58 Sources : rponses des constructeurs dans le cadre de linstruction et AUTO-INFOS n 1282 dcembre2009.59 Dans ses Lignes directrices relatives lapplication du Rglement n461/2010 (19), la Commissioneuropenne dfinit ainsi les pices dorigine : Les pices ou quipements d'origine sont des pices oudes quipements qui sont fabriqus conformment aux spcifications et normes de production fournies par leconstructeur du vhicule automobile pour la production des pices ou des quipements destins l'assemblage du vhicule automobile en question. Ceci comprend les pices ou quipements qui sont

    fabriqus sur la mme chane de production que ces pices ou quipements . Cette dfinition dpasse doncle seul primtre des pices fabriques par les quipementiers dorigine.60 Original Equipment Supplier.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    25/108

    25

    65. En moyenne, le chiffre daffaires ralis par les quipementiers dorigine sur les pices derechange se rpartit en un tiers auprs des constructeurs et deux tiers auprs du canalindpendant61. Les pices de rechange, si elles ne psent que 20% du chiffre daffaires desquipementiers dorigine, reprsentent 50% de leurs marges62

    III

    . En dpit du caractresouvent trs profitable la rechange pour les quipementiers, certains trs gros

    quipementiers ne souhaitent pas fournir de pices de rechange lIAM (voirdveloppements sur les indisponibilits de pices dans lIAM, en partie de la section 2).

    c)Les quipementiers de second rang

    66. Enfin, les quipementiers dits de second rang fabriquent uniquement des picesdestines au rechange et lapprovisionnement des grossistes de lIAM (qui peuventrevendre les pices des rparateurs du rseau agr de constructeurs). Des quipementiersde second rang sur une rfrence de pice peuvent galement tre des quipementiersdorigine sur une autre rfrence de pice. Alors que les quipementiers doriginedisposent de loutillage permettant de fabriquer les pices de rechange, les quipementiers

    de second rang doivent le fabriquer. Ceci constitue une barrire lentre de plus ou moinsgrande ampleur selon les pices. Ainsi, ce nest quau-del dun certain volume dedemande que les quipementiers de second rang jugent profitable de produire des pices derechange dune rfrence donne.

    67. Il existe galement une barrire lie la rputation. Les acteurs situs en aval savent queles pices portant le logo de lquipementier dorigine sont identiques aux pices initialesmontes sur le vhicule. Il nen est pas de mme des pices fabriques par lesquipementiers de second rang. Pour cette raison, la Commission europenne a introduit lanotion de pices de qualit quivalente , cest--dire qui doivent tre d'une qualitsuffisamment leve pour que leur emploi ne porte pas atteinte la rputation du rseau

    agr. Cest lquipementier qui dtermine si la pice quil fabrique est ou non dequalit quivalente , mais la Commission europenne prcise que comme pour toutautre critre de slection, le constructeur automobilepeut apporter la preuve qu'une picede rechange donne ne satisfait pas cette condition 63

    68. De manire assez marginale, deux autres types de pices peuvent tre utilises par lesrparateurs : les pices dites adaptables , dont la qualit nest pas quivalente (et peutparfois tre suprieure

    .

    64

    69. Daprs les enseignes de distribution indpendantes interroges, les pices de qualit

    quivalente couvrent entre 10 et 40% des rfrences de pices figurant leur catalogue.Nanmoins, ces chiffres sont daprs eux trs approximatifs et difficiles estimer.

    ) celle des pices dorigine, et les pices dites de remploi ,qui ont appartenu un vhicule et qui sont rutilises pour un autre vhicule aprs avoir tventuellement reconditionnes.

    61 Source : Rapport London Economics pour la DG Concurrence de la Commission europenne Juin 2006 -page 255.62 Source :Ibid, page 200.

    63 Point 20 des Lignes directrices relatives lapplication du rglement n461/2010.64 Notamment pour le tuning.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    26/108

    26

    2.LE NOMBRE DE FOURNISSEURS DPEND DU TYPE DE PICES

    70. Selon les pices, le nombre doffreurs peut tre trs variable. Il peut exister un monopoledu constructeur, un duopole du constructeur et de lquipementier dorigine, un oligopoledu constructeur et des quipementiers dorigine (lorsque le constructeur slectionne

    plusieurs quipementiers dorigine), un oligopole du constructeur, du (ou des)quipementier(s) dorigine et du (ou des) quipementiers de second rang (notamment pourcertaines pices interoprables entre plusieurs marques de constructeurs 65

    71. Ce dernier cas est rare. En effet, les pices de rechange sont en gnral non seulementspcifiques chaque marque, mais aussi chaque modle de vhicule, voire chaque sriede fabrication du modle de vhicule, ce en dpit des efforts de standardisation (ou communalisation ) de certains constructeurs

    ).

    66

    72. Le nombre de fournisseurs dune rfrence de pices donne dpend du volume de lademande en pices de rechange pour cette rfrence. Le potentiel de demande est fonctiondu type de pices (certaines sont trs frquemment changes, dautres trs rarement) et du

    nombre de vhicules dans lesquels cette rfrence de pice est monte. Ainsi, dans lamesure o les pices sont souvent spcifiques chaque modle de vhicule, lamultiplication du nombre de modles de vhicules au cours des annes 2000 a conduit une inflation du nombre de rfrences

    .

    67

    73. Le nombre de fournisseurs de pices de rechange nest pas uniquement li auxopportunits de march et la taille de la demande. Des dispositions rglementaires ou desdispositions contractuelles peuvent aussi limiter le nombre de fournisseurs pour certainstypes de pices.

    . La consquence est une rduction de la taille desmarchs des pices de rechange correspondant chaque rfrence de pices de premiremonte. Lincitation des quipementiers de second rang fabriquer des pices peut doncavoir diminu au cours des annes 2000, conduisant une baisse du nombre defournisseurs en amont. Ce phnomne est nanmoins trs difficile apprhender en raisondu trs grand nombre de rfrences de pices et de la varit des configurations en fonctionde chaque rfrence.

    74. En France, les constructeurs dtiennent un monopole lgal sur les pices de rechangevisibles quils protgent sur le fondement du droit des dessins et modles, quand bienmme celles-ci auraient t fabriques par des quipementiers (cf. partie II de la section 2).Dans certains cas, le constructeur autorise lquipementier dorigine distribuer les picesvisibles quil fabrique au canal indpendant. Ces pices dites semi-captives sont surtoutdes vitrages (pare brises, vitres) et des pices dites doptique (phares, feux). Aucunepice de qualit quivalente correspondant une rfrence de pices visibles protge parle droit des dessins et modles ne peut tre distribue en France.

    75. Certaines pices qui ne peuvent tre reprogrammes pour des raisons de scurit lie lantivol, sont galement le monopole de fait des constructeurs.

    76. Enfin, les pices fabriques par les quipementiers dans le cadre dun contrat de sous-traitance68

    65 Notamment les pneus, les lubrifiants pour une grande part et les batteries.

    peuvent aussi donner lieu une rduction du nombre de fournisseurs. En effet,

    66 Cest--dire dutilisation de pices de rechange communes plusieurs modles de vhicules.67 Le nombre de rfrence a cr de 10% par an au cours des annes 2000 (Source TCG Conseil).68Par lequel un constructeur automobile fournit un fabricant de composants un outil qui est ncessaire

    pour la production de certains composants, contribue aux cots de dveloppement du produit, ou apporte les

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    27/108

    27

    le constructeur, propritaire de loutillage, peut interdire lquipementier dutiliserloutillage pour fabriquer des pices de rechange quil vend pour son propre compte. Dansle cadre de ces contrats, souvent appels contrats doutillage , le constructeur peutdonner lquipementier le droit de commercialiser les pices en lchange de redevances.La part des rfrences de pices de rechange concerne par des contrats doutillage est trs

    difficile estimer. En revanche, la partie III de la section 2, qui analyse en dtail les motifsdindisponibilit de pices dans le canal indpendant, rvle que lexistence de ces contratsconstitue un motif frquent dindisponibilit.

    77. Il convient nanmoins de noter que, la diffrence des pices protges par le droit desdessins et modles, les quipementiers dorigine ou de second rang sont libres de vendredes pices dorigine ou de qualit quivalente non visibles quils auront fabriques partirde loutillage dont ils sont propritaires ou dont ils ont ngoci lutilisation avec leconstructeur.

    B. LINTENSIT DE LA CONCURRENCE INTERMARQUES ENTRE FABRICANTSDUNE MME PICE DE RECHANGE

    78. On distingue deux principaux canaux de distribution des pices de rechange : le canal constructeur et le canal indpendant . Comme le montre le Graphique 5 supra, le canal constructeur et le canal indpendant sont trs hermtiques, et ce surlensemble de la chane de valeur.

    79. Ainsi, bien que les parts de march soient assez quilibres entre constructeurs etquipementiers, qui dtiennent respectivement environ 55% et 45% de parts de march envaleur en France69

    droits de proprit intellectuelle ncessaires ou le savoir-faire, et interdit que cette contribution serve produire des pices destines tre vendues directement sur le march de l'aprs-vente. Cf.Communication de la Commission du 18 dcembre 1978 concernant l'apprciation des contrats de sous-traitance au regard des dispositions de l'article 85, paragraphe 1, du trait instituant la Communautconomique europenne (JO C 1 du 3.1.1979, p. 2) et Lignes directrices de la Commission europenne surles restrictions verticales dans les accords de vente et de rparation de vhicules automobiles et dedistribution de pices de rechange de vhicules automobiles (23). La Commission europenne prcise queles contrats dits d'outillage entre des fournisseurs de composants et des constructeurs automobiles sont unexemple de possibles restrictions indirectes correspondant une restriction caractrise telle que dfinie larticle 5 point b) du Rglement n 461/2010.

    , la concurrence semble trs limite entre ces deux types de fournisseurs,

    qui ne sadressent pas la mme demande. Les dveloppements suivants prsentent lesraisons qui peuvent expliquer la faiblesse des changes entre le canal constructeur et lecanal indpendant.

    69 Source : Commission europenne - Rapport dvaluation du Rglement 1400/2002 (Staff WorkingDocument n2), il est nanmoins indiqu en page 34 quen France en 2006, les constructeurs possdent 55%de parts de march sur les pices de rechange, daprs le CNPA. Si lon retire les pices utilises pour larparation-collision (qui sont pour une grande majorit des pices visibles), la part de march desconstructeurs tombe 45% (source TCG Conseil). Sur ce mme primtre excluant les pices utilises pourla rparation-collision, la part de march des constructeurs est plus leve en Allemagne, stablissant 56%,

    et moins leve au Royaume-Uni (40%), en Espagne (35%) et en Italie (32%). Ces parts de march sontassez stables dans le temps. Elles ont augment de 0,5% entre 2004 et 2007 en France ; lvolution estcomparable en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni. (Source : rapport ICDP prcit, page 23).

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    28/108

    28

    1.APPROVISIONNEMENT DES RPARATEURS AGRS PAR LE CANAL INDPENDANT

    80. Les constructeurs fournissent directement leur rseau de distributeurs agrs, quicorrespondent aux RA1 70 prsents dans la partie prcdente relative au secteur delentretien-rparation. En France, ceux-ci sapprovisionnent pour plus de 90-95% de leurs

    besoins auprs des constructeurs. Les RA2, eux, se fournissent pour 80% de leurs besoinsauprs des RA171. Daprs la Commission europenne, les pices achetes auprs du canalindpendant seraient surtout des pices de marques issues de constructeurs concurrents72

    81. Le rglement europen n1400/2002 prvoyait pourtant que les constructeurs nimposentpas aux concessionnaires un seuil minimal dapprovisionnement auprs des constructeursqui soit suprieur 30%

    ,ainsi que des pneus ou des lubrifiants, qui ne sont pas spcifiques une marque donne devhicule.

    73 de leurs besoins. Les raisons pour lesquelles, malgr cettedisposition, les concessionnaires concentrent la quasi-totalit de leurs achats de picesauprs des constructeurs peuvent tenir aux modles conomiques distincts des

    constructeurs et des quipementiers74

    . Mais certains observateurs avancent les troisexplications suivantes75

    des systmes de remises et de ristournes de fin danne ainsi quune segmentation desfamilles de pices pouvant dcourager les distributeurs agrs de sapprovisionnerauprs dautres fournisseurs

    :

    76

    des systmes de commande de pices, comme le systme DMS

    ;77

    70 Gnralement des concessionnaires, parfois des succursales.

    qui ne sont pasvraiment compatibles avec dautres systmes de commandes ;

    71 Sources : Rapport London Economics pour la Commission europenne, page 204. Pour les RA1, en 2004,cette part slevait 97% en France 85%, en Allemagne, 95% en Italie et 90% au Royaume-Uni; pour lesRA2, cette part slevait 85% en Allemagne et 65% en Italie en 2004. Les fiches marketing du GIPA parfamilles de pices confirment que ces chiffres ont peu chang en France entre 2004 et 2010.72 A noter que toutes les pices de marque concurrente, destines rparer des vhicules de marqueconcurrente dans le rseau agr, ne sont pas fournies par le canal indpendant. En effet, en dpit des faiblesvolumes concerns, un certain nombre de constructeurs a dvelopp sa propre gamme de pices multimarque(Motrio pour Renault, Eurorepar pour PSA), quils commercialisent directement par leur rseau agr dedistributeurs. Cette gamme est constitue de pices achetes directement par les constructeurs auxquipementiers.73 Rglement n1400/2002 article 1.1.b. Cette restriction caractrise du Rglement n1400/2002 ne figure

    plus dans le Rglement n461/2010, mais dans la mesure o les marchs pertinents de la distribution depices de rechange sont dfinis la marque des constructeurs, ceux-ci possdent plus de 30% de parts demarch et ne rentrent donc de facto pas dans le champ de lexemption par catgorie.74 Un concessionnaire a besoin de lensemble de la gamme dune marque donne de vhicules, alors que lesdistributeurs indpendants proposent surtout des gammes multimarques dun nombre de rfrences de picesplus limit. Le constructeur est donc naturellement mieux plac que des distributeurs indpendants pourrpondre aux besoins des concessionnaires.75 Source : rapport ICDP prcit, page 27.76 Comme le prcise ce titre la Commission europenne dans son Rapport dvaluation du Rglementn1400/2002 (page 9), La question de savoir si ces systmes [les systmes de primes et de rabais pouvantavoir pour effet d'accrotre la fidlit] relvent d'une forme de concurrence par les mrites ou doivent treinterprts comme excluant indment les producteurs concurrents de pices de rechange en renforant la

    fidlit des rparateurs agrs ne peut tre tranche qu'au cas par cas, en tenant compte du contexteconomique qui entoure de telles pratiques et en comparant les effets potentiellement anticoncurrentielsqu'ils produisent avec les gains d'efficience qu'ils peuvent gnrer.

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    29/108

    29

    un rapport de force entre le constructeur et ses concessionnaires trs dsquilibr enfaveur du constructeur, de nature dissuader les concessionnaires de mettre en placedes sources dapprovisionnement alternatives.

    82. Dans son rapport dvaluation du rglement n1400/2002, la Commission europennerelve galement lexistence dun certain volume de pices que les RA1 ne peuvent seprocurer quauprs des constructeurs : les pices destines aux rparations sous garantie etles pices captives, lies lexistence de droits de proprit intellectuelle ou de contrats desous-traitance78. Ainsi, comme le souligne la Commission europenne dans ses lignesdirectrices portant sur le rglement n461/201079

    III

    , les contrats dits d'outillage entre desfournisseurs de composants et des constructeurs automobiles sont un exemple de possiblesrestrictions indirectes . Les contrats doutillage sont analyss plus en dtail dans la partie

    de la section 2.

    83. Enfin, les quipementiers, qui ont intrt conserver de bonnes relations long terme avecles constructeurs, qui leur fournissent les contrats de premire monte, seraient rticents leur livrer une concurrence trop frontale80

    84. Nanmoins, le cloisonnement entre les deux canaux nest pas total : il existe ainsi unepression concurrentielle sur certaines familles de pices trs demandes (batteries, pneus,plaquettes de frein, courroies de distribution notamment), qui se traduit par des remisesconsenties par les constructeurs aux concessionnaires, plus importantes que pour les autrespices, mme si ces derniers sapprovisionnent in fine pour une large part auprs desconstructeurs.

    .

    85. En aval des RA1, les RA2 peuvent se fournir auprs des RA1 ou bien de distributeursindpendants. Les raisons pour lesquelles les RA2 sapprovisionnent pour 80% de leursbesoins auprs des RA1, peuvent galement tenir aux schmas de remises proposs par lesRA1 et aux modles conomiques distincts des constructeurs et des quipementiers. En

    outre, les rparateurs valorisent fortement la possibilit de sapprovisionner auprs dunseul fournisseur (notion de one-stop shop ), ce qui leur permet dconomiser des cotsde transaction et de logistique. Les rparateurs sont en effet livrs plusieurs fois par jour enpices de rechange. Comme pour les RA1, les pices commandes par les RA2 dans lecanal indpendant sont surtout des pices destines lentretien-rparation de vhicules demarques concurrentes ou des pices non spcifiques une marque, comme les pneus.

    77 Dealer Management System, soit le systme informatique utilis pour les commandes notamment.78Rapport dvaluation par la Commission europenne du Rglement n1400/2002 (pages 9 et 10).79 En rfrence la restriction caractrise indique larticle 5.b) du Rglement : la restriction convenueentre un fournisseur de pices de rechange, doutils de rparation, dquipements de diagnostic ou dautresquipements, et un constructeur automobile, qui limite la facult du fournisseur de vendre ces produits desdistributeurs agrs ou indpendants, des rparateurs agrs ou indpendants ou des utilisateurs finals 80Discours de Neelie Kroes en date du 25 septembre 2006 la confrence organise par le CECRA (ConseilEuropen du Commerce et de la Rparation Automobile) : In practice, however, authorised repairers stillobtain between 87 and 95% of their spare parts from vehicle manufacturers. On the supply side little has

    changed either. Spare parts manufacturers have not greatly expanded their aftermarket operations, perhapsbecause they fear that this would jeopardise their long-term dealings with vehicle manufacturers. (Soulignement ajout)

  • 8/2/2019 Consultation Automobiles

    30/108

    30

    2.APPROVISIONNEMENT DES RPARATEURS INDPENDANTS EN PICES DU CANALCONSTRUCTEUR

    86. Rciproquement, les rparateurs indpendants se fournissent en grande majorit (pour 70%de leurs besoins) auprs des distributeurs indpendants. Pour les chanes de services

    (centre-autos et centres de rparation rapide), ce taux monte 95%81

    180

    . Les 30% de picesprovenant du canal constructeur correspondent notamment aux pices qui ne sont pasdisponibles dans l