Direction générale des Finances publiques - ?· des Finances publiques. ... l’ISF et le paiement…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Rapport dactivit2011

    Direction gnraledes Finances publiques

  • Page

    Avant-propos

    La fi scalit

    La gestion publique

    Les ressources humaines, les moyens, lorganisation

    Rsultats et statistiques 2011

    Sommaire

    3

    4

    13

    27

    21

    2

  • Avant-propos

    Philippe PARINI Directeur gnral des Finances publiques

    Lanne 2011 est lanne de la fi nalisation de la fusion, avec laboutissement des principaux chantiers qui sous-tendaient la mise en place de la DGFiP : achvement du dploiement des guichets fi scaux uniques et des 101 directions rgionales et dpartementales des fi nances publiques, intgration de lensemble des cadres et agents de la DGFiP dans les nouveaux statuts unifi s et entre en vigueur progressive des nouvelles rgles de gestion des personnels.

    Cet aboutissement marque une nouvelle tape pour la DGFiP qui dispose dsormais dune organisation compltement unifi e, lui permettant de se mobiliser pleinement et avec effi cacit dans lexercice de ses mtiers, avec pour objectif de consolider les progrs raliss et damliorer ses performances dans lexercice de lensemble de ses missions.

    Le rapport annuel est loccasion de retracer les ralisations et les rsultats de la DGFiP. Il prsente donc, pour lensemble des activits de la DGFiP, quil sagisse de la fi scalit ou de la gestion publique, les chiffres cls 2011, et les principales actions conduites pour moderniser et amliorer nos actions au service des usagers, des collectivits territoriales, des partenaires et ainsi de la collectivit nationale dans son ensemble.

    Lune des priorits de la DGFiP en 2011 a t de continuer amliorer la qualit du service public pour lensemble de nos usagers. Cela a t le cas avec le dploiement du guichet fi scal unique dans les 2 400 centres des fi nances publiques, avec le dveloppement des tlprocdures, les prestations nouvelles apportes aux collectivits locales, ou encore la modernisation du processus de la dpense publique.

    En 2011, la DGFiP a obtenu de bons rsultats dans lexercice de toutes ses missions de fi scalit et de gestion publique, tout en maintenant ses efforts de productivit. Laugmentation du nombre de dclarations de revenus et de paiements en ligne des impts, les rsultats obtenus en matire de lutte contre la fraude, ou encore la certifi cation des comptes de ltat en sont quelques tmoignages.

    Ces ralisations et ces innovations font de la DGFiP une grande administration de service, cela grce au professionnalisme et lengagement de lensemble de ses cadres et de ses agents, anims par la volont unanime de fournir un service public de qualit.

    3

  • La fi scalit

    La DGFiP fournit au Gouvernement les lments qui lui sont ncessaires pour dterminer et mettre en uvre sa politique fi scale. Dans ce cadre, la direction de la lgisla-tion fi scale (DLF) conoit et labore les textes lgislatifs et rglementaires relatifs la fi scalit ainsi que les instructions gnrales interprtatives ncessaires leur application. Elle intervient chacune des tapes de cration des normes fi s-cales : elle propose des dispositions fi scales, value leur impact fi nancier, participe aux travaux interministriels ainsi qu lexamen des textes par le conseil dtat et assiste le

    Gouvernement au cours des dbats parlementaires notam-ment ceux portant sur la loi de Finances.

    Lactivit lgislative intense en 2011 (rforme de la fi scalit du patrimoine, dispositions fi scales des plans de redresse-ment des fi nances publiques) a fortement mobilis la DLF et la DGFiP : 196 articles de loi sont intervenus en 2011 en matire fi scale et prs de 4 000 amendements ont t examins. Par ailleurs, 10 textes rglementaires et 30 ins-tructions fi scales ont t publis en 2011.

    Llaboration de la lgislation fi scale

    La DGFiP calcule les impts des particuliers et des profes-sionnels.

    Pour les impts sur rle (impt sur le revenu IR, prlve-ments sociaux, fi scalit directe locale, cotisation foncire des entreprises, imposition foncire des entreprises de r-seau), les services de la DGFiP dterminent le montant de limpt et mettent les avis dimposition. Pour lIR, ils cal-culent galement les crdits dimpt et prime pour lemploi dont peuvent bnfi cier les usagers, et en assurent, le cas chant, le versement.

    La campagne dclarative des revenus est lun des temps forts dans la relation entre la DGFiP et ses usagers. Elle dbute par limpression puis lenvoi des dclarations de re-venus aux contribuables fi n avril.

    En 2011, les services de la DGFiP ont accueilli plus de 5 millions dusagers pendant la campagne dclarative aux guichets des centres des fi nances publiques. 3,2 millions dappels tlphoniques ont t par ailleurs traits.

    Les services de la DGFiP, en 2011, ont encaiss plus de 58,5 milliards d au titre de lIR pour 36,9 millions de foyers fi scaux. 2,5 milliards d ont t verss au titre de la prime pour lemploi 7,1 millions de bnfi ciaires.

    La DGFiP met galement jour les bases dimposition ser-vant au calcul de la taxe dhabitation et des taxes foncires. Ses services identifi ent les proprits bties et non bties,

    intgrent les modifi cations affectant les locaux soumis im-position, procdent la mise jour de la valeur locative des locaux qui sert de base commune ces impts. En 2011, les services de la DGFiP ont envoy plus de 30 millions davis de taxe dhabitation et 29,7 millions davis de taxe foncire pour respectivement 18,9 milliards d et 33,4 milliards d.Pour les impts auto-liquids comme limpt de solida-rit sur la fortune (ISF), la taxe sur la valeur ajoute (TVA), limpt sur les socits, la taxe sur les salaires, cest le contribuable qui calcule son impt et dpose simultanment sa dclaration et son paiement.

    En 2011, le seuil dimposition de lISF a t relev de 800 000 1,3 million d et les modalits dclaratives ont t simplifi es pour une trs grande majorit de contribuables.

    compter de 2012, les modalits dclaratives de lISF vo-luent. Ainsi, il restera un impt auto-liquid pour les contri-buables dont le patrimoine net imposable est suprieur 3 millions d. Pour les redevables dont le patrimoine net imposable est compris entre 1,3 et 3 millions d, ce sont les services de la DGFiP qui calculent le montant d au titre de lISF et le paiement seffectuera aprs rception dun avis dimposition. Dans ce cas, on parle dimpt sur rle .

    En 2011, les services de la DGFiP ont trait prs de 292 000 dclarations dISF et peru 4,3 milliards d.

    Pour les professionnels, les services ont recouvr 168,1 milliards d au titre de la TVA et 54,7 milliards d au

    Ltablissement de limpt

    La DGFiP accompagne les particuliers et les professionnels dans la ralisation de leurs obligations fi scalesen simplifi ant leurs dmarches et en proposant de nouveaux services.

    LE CALCUL DE LIMPT ET LE RECOUVREMENT DES RECETTES DE LTAT

    4

  • La fi scalit

    Plus de 11,6 millions dusagers ont t reus en 2011 pendant la campagne de

    recouvrement soit 12 % de plus quen 2010.

    Le recouvrement de limpt et des autres recettes publiques

    La DGFiP assure le recouvrement des impts des particu-liers, des professionnels et des recettes non fi scales de ltat (amendes, condamnations pcuniaires, produits divers).

    compter du mois daot, les services de la DGFiP entrent en pleine priode de recouvrement. Cette campagne, qui stale jusquau mois de dcembre pour les impts locaux, constitue un autre rendez-vous privilgi avec les usagers particuliers.

    titre de limpt sur les socits. La taxe sur les salaires a quant elle permis de collecter 11,6 milliards d. En 2011, nous comp-tons prs de 4,8 millions dentreprises redevables de la TVA et 1,7 million dentreprises soumises limpt sur les socits.

    Les services de la DGFiP ont trait galement les demandes de remboursement de crdits de TVA (46,8 milliards d en 2011) et de reversement dexcdents de paiement dimpt sur les socits (13,9 milliards d en 2011).

    Au titre de sa mission denregistrement, la DGFiP ana-lyse les actes et dclarations transmis relatifs aux ventes de meubles et mutations dimmeubles, aux donations et successions. Elle leur confre date certaine et liquide les droits qui en dcoulent. En 2011, elle a ainsi encaiss 25,9 milliards d de droits denregistrement et de droits de mutation ainsi que 5,8 milliards d de prlvements sur les revenus de capitaux mobiliers.

    La promotion des moyens de paiement dmatrialis reste un axe fort de la politique du recouvrement amiable et de lamlioration du civisme fi scal. Les rsultats enregistrs ne cessent daugmenter, avec un taux de paiement dmatria-lis de prs de 55 % pour 2011.

    Diffrents leviers daction ont t mis en uvre pour amliorer ces rsultats. Des campagnes dinformation de grande ampleur sont conduites chaque anne afi n de prsenter les avantages du paiement dmatrialis (sim-plicit, souplesse, scurit, talement des paiements).

    Pour les particuliers, le seuil de paiement obligatoire par un moyen de paiement dmatrialis (prlvement mensuel ou lchance, paiement direct en ligne) a t abaiss de 50 000 30 000 en 2011.

    Plus de 5,2 millions de nouveaux contrats de prlvement et de paiements en ligne ont t enregistrs en 2011 soit une hausse de 17,1 % par rapport 2010.Pour les professionnels, depuis le 1er octobre 2011, la cotisa-tion foncire des entreprises, limposition foncire des entre-

    70,6%

    10,7% 3,5%15,1%

    Rpartition des moyens de paiement en 2011 pour limpt sur le revenu

    Mensualisation

    Prlvement lchance

    Paiement en ligne

    Autres

    5

    prises de rseau et la taxe professionnelle doivent tre tlr-gles ou prleves (mensuellement ou lchance) lorsque le chiffre daffaires hors taxe ralis par une entreprise au titre de lexercice prcdent est suprieur 230 000 (cf. focus).

    Lorsque limpt nest pas pay s