Droit Des Assurances(2011-2012)

  • View
    9

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Droit Des Assurances(2011-2012)

Text of Droit Des Assurances(2011-2012)

Droit des assurances Introduction : (les assurances terrestres) :1. En quoi consiste le droit des assurances ?Le droit des assurances est trs rcent, cest une discipline qui est ne dun certain besoin (quand on a cherch se prmunir contre les risques). Discipline qui va sintresse aux contrats dassurances, aux entreprises dassurance, qui va rgir les rapports entre les demandeurs de scurit et les socits dassurance. Le contrat dassurance qui est la colonne vertbrale de la matire, consiste en une opration par laquelle une personne morale sengage moyennant une somme dargent (prime) payer certaines sommes dargent une personne qui a paye la prime ou une autre personne condition quun risque dtermin (crit dans le contrat) se ralise, dfaut pas de paiement mais la prime doit tre pay par lassur. Au 14me sicle, on va constater des contrats surtout dans le domaine maritime (contrats de prt la grande aventure) ces au 16me sicle que lon va voir apparaitre des socits dassurance, des entits qui acceptent de prendre des sommes dargent et sengagent payer les dommages si le bateau narrive pas destination ou la marchandise cest le point de naissance de lassurance. Au 17me sicle on commence parler de lassurance terrestre. En 1666 il y a eu un incendie trs important Londres, il a emport plus dune centaine dglise et beaucoup de maisons, on sest dit si ces maisons taient assures, il y aurait aujourdhui une socit qui payera les dgts. Cest partir de ce moment l quon va avoir conscience de la ncessit (en Angleterre) de lassurance. Par la suite, les allemand, les tats unies. En France ; il a fallut attendre le 18me sicle, pour voir la cration des bureaux des incendies (socits dassurances spcialises) qui vont tre appels les caisses de secours. En 1750 va voir le jour des entits spcialises (la chambre gnrale des assurances, en 1753, la chambre royale des assurances). En 1793, on a supprim les socits par action. Dans le code napolonien de 1804, il y aura une section relative aux contrats alatoires. En 1906, la loi sur la lacit. La France avait dj construit un empire colonial (en Algrie, Tunisie et le Maroc en mars 1912). En 1930 lorsque la loi sur lassurance a t promulgue en France elle a t transpose telle quelle au Maroc par un arrt viziriel du 28 novembre 1934. En 1956 il y a eu la cration la royale marocaine dassurance capital marocain. (Le protectorat lgifrait par le biais de deux moyens : les dahirs et les arrts). (Dahir sur la rparation des accidents de travail du 27 juin 1927). Lassureur est un commerant qui vend la protection avant la ralisation du risque.2. La place de lassurance dans les pays du tiers monde dont le Maroc : (lassurance en islam) :On sassure pour quelque chose qui va se produire. On a considr que le facteur religieux tait un obstacle au dveloppement de lassurance. En plus de ce facteur, il y a le facteur psychosociologique et le facteur conomique. En ce qui concerne le facteur religieux, les adversaires ne sopposaient pas lassurance en islam comme ca mais, en raison darguments religieux, juridiques par exemple, IBNOU ABIDINE qui se basait sur largument juridique qui disait quon ne peut pas comporter un contrat dassurance qui nest pas un contrat nomm alors quon est dans un systme de contrat nomms. BAKHIT AL MUTI avait le mme raisonnement mais il ajoutait le facteur de lala. AHMED IBRAHIM considrait que le contrat dassurance est illicite parce quil est immoral. Il comparait le contrat dassurance un jeu ou un pari. On avait des juristes musulmans qui taient pour le contrat dassurance et qui on rpondu IBNOU ABIDINE en disant que lassurance en tant que contrat nestpas prvu en droit musulman, mais si on examine la thorie de la formation du contrat on trouve dans le droit musulman la possibilit de combiner deux contrats qui donnerait la naissance un autre contrat quon appellerait autre chose. MUSTAPHA ZARKA disait pourquoi on considra lassurance comme illicite alors quelle correspond lart de la solidarit ; moi je ne vais pas faire daccident mais mon argent va servir pour compenser les dommages causs par laccident dune autre personne.Et on avait dautres personnes qui taient pour le contrat dassurance (c'est--dire quil ny a pas dobstacle accepter lassurance au Maroc) tel TAHA SENOUSSI, AHMED ISSAOUI, YOUSSEF MOUSSA, BORHAN ATALLAH.. On avait galement des penseurs marocains qui taient pour tel ALLAL EL FASSI qui a crit un petit ouvrage intitul dfense de la loi islamique lui il tait en faveur de lassurance mais dune certaine forme dassurance (mutuelle). On a lassurance commerciale ; je vais collecter des primes, je vais payer les sinistres, la fin de lanne sil ny a plus dargent moi-mme je dois dposer de largent en revanche, sil reste des bnfices je dois les partager avec les actionnaires. En revanche, dans lassurance mutuelle nous sommes tous des assureurs et des assurs exemple, chacun met une certaine dargent pour rparer un certain sinistre. Une personne va soccuper de la grance, la fin de lanne sil n y a pas eu de sinistre lanne prochaine la prime va tre diminu de sorte que sil y a eu une perte, lanne prochaine la prime sera plus chre. Donc pas de bnfice (but non lucratif). Les juristes musulmans nont pas de problme accepter l assurance condition quelle soit sous forme mutuelle. (Ce quil a dit propos du facteur psychosociologique et conomique). Il faut avoir les moyens pour sassurer c'est--dire que jai les moyens pour assurer les besoins quotidiens et ce qui reste mhabilite penser lavenir et donc sassurer contre les risques du sort. Il faut quon soit arriv un niveau de comportement psychologique parce quon nest pas dans une logique de prvoyance. Bref, le facteur religieux ne fait aucun obstacle au dveloppement de lassurance. Pour pouvoir avoir un dveloppent significative de lassurance, il faut que sur le plan conomique existe des moyens et que le niveau de vie des populations le permette ainsi que le changement positif de la pense. Aujourdhui lassurance est un moyen de lobtention du crdit (si vous tes une entreprise et vous vous adressez la banque en vue de lobtention dun crdit, celle-ci va vous demand des garanties (nantissement, gage, hypothque sur une usine) le banquier vous dit si lusine brule la banque va perdre ses garanties alors elle va vous exiger de contracter une assurance qui vous habiliterait lobtention du crdit). Lassurance se trouve implique dans la vie des personnes quon le veule ou pas mais il y a des choses indispensables. (Exemple : obtenir de largent pour investir dans votre usine= assurance au profit de la banque au cas o lusine brule ou) aujourdhui les compagnies dassurance ne sont plus les seuls commercialiser lassurance mais certains produits dassurance sont aussi commercialiss par les banques (exemple : assurance retraite.). (Les assurances des coles sont des assurances de responsabilit).3. Lencadrement rglementaire de lactivit de lassurance :Le 1er texte est celui du 28 novembre 1934 qui est larrt visiriel et qui est la copie de la loi du 13 juillet 1930 promulgue en France, elle a t bien faite de sorte quelle a t transpose dans des pays non colonis par la France, beaucoup de pays ont adopt cette loi elle tait qualifie de loi moderne. Il a fallut que plusieurs socits dassurance prennent des succursales partir de 1941 on va trouver de nombreux textes qui vont rgir lassurance. Lassureur ne fait que collecter de la socit des primes pour les faire redistribuer de telle ou telle faon en cas de sinistres. Cette activit va tre sous le contrle de lEtat en raison de limportance quelle revt sur le plan conomique, financier dans tous les pays du monde. Les compagnies dassurance tablissent des rapportsconcernant ce quils ont fait avec les primes des assurs. La direction des assurances et de la prvoyance sociale au ministre des finances depuis 1956 a la charge de contrler les compagnies dassurance au niveau de lactivit quotidienne et au niveau de la naissance (formalits). La loi 17-99 loi portant code des assurances que lon va voir comme nouveau texte la place de celui de 1934 a t promulgue par le dahir du 3 octobre 2002 et ce code porte 4 volet (livre1 : contrats dassurances/ livre2 : assurances obligatoires/ livre3 : les entreprises dassurance et de rassurance/ livre4 : la prsentation des oprations dassurance. En rsum, nous sommes dans un cadre o`lon trouve plusieurs textes qui rglementent cette activit en plus dun contrle de lEtat.Chapitre1 : la conclusion du contrat dassurance :Ce chapitre nous permet de faire une distinction entre deux tapes : conclusion initiale et la modification. Mais avant il faut se poser la question de savoir quels sont les caractres que revt ce contrat ?- Synallagmatique : (prestation reprsente par la prime dassurance et la contre prestation : la garantie que lassureur va donner).- Alatoire : il faut rappeler que ce caractre est de moins en moins vrifiable parce quil y a le dveloppement de nouvel technologie etc. donc le risque qui tait lpoque ne reprsente pas aujourdhui le mme degr.- A titre onreux : qui donne lieu une prime.- A excution successive : toute la dure du contrat connait dun ct une garantie qui est en cours et de lautre un risque qui peut se produire nimporte quel moment.- Le caractre le plus important est quil est un contrat de bonne foi : parce que lassureur est la merci de la dclaration que lassur va lui faire (exemple vous venez assurer votre vhicule et vous remplissez un formulaire dans lequel vous dcrivez la chose assur. Lassureur va calculer le risque daprs ce que lassur vient lui dclarer. (problme en cas de fausse dclaration).Section1 : la conclusion initiale du contrat dassurance :Nous allons nous intress aux conditions de fond et aux conditions de forme :A. Les conditions de forme :Le contrat dassurance doit tre crit : crire le risque, la nature des obligations des uns et des autres. Larticle 11 du code des assurances qui reprend une rgle ancienne de 1934 : exige que le contrat doit tre crit en caractre apparent parce quil