Edition 2004 Analyse et statistiques L’industrie ... ?· Edition 2004 Analyse et statistiques L’industrie…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Edition 2004

    Analyse et statistiquesLindustrie automobile franaise

    Comit des Constructeurs Franais dAutomobiles

    Lin

    du

    stri

    e au

    tom

    obil

    e fr

    ana

    ise

    dit

    ion

    200

    4

    PARIS EXPO. PORTE DE VERSAILLES. TOUS LES JOURS 10H-22H.Billets en vente : www.mondial-automobile.com Tl. : 0892 702 604* Magasins Fnac, Carrefour, Gant. Billets combins RATP.(*0

    ,34

    eu

    ro T

    TC

    /min

    )

  • Lautomobile franaise en 2003en quelques chiffres

    9,5 %part des constructeurs franais dans la production mondiale

    +42 %progression de la production des constructeursfranais en 6 ans

    lindustrie automobile

    1er1er contributeur au solde du commerce extrieur (11,8 milliards deuros)

    1re branche pour lesbudgets de rechercheet dveloppement (en 2001)

    1er client de plusieurssecteurs industrielsfranais(fonderie, plasturgie, services industriels des mtaux)

    10 %part de la populationactive occupe quidpend directementet indirectement de lautomobile

    56 %part des vhiculesproduits en Francedans la productionmondiale des constructeursfranais

    73 % part des vhicules de marque franaisevendues hors de la France

    1 SUR 4voitures particulires vendues en Europede lOuest est demarque franaise

    1 SUR 3vhicules utilitaireslgers vendus en Europe de lOuestest de marque franaise

    1 SUR 9vhicules industrielsvendus en Europe de lOuest est demarque franaise

    28 % pntration des constructeursfranais sur lesprincipaux marchsde vhicules lgersdEurope centrale et orientale

    2 MILLIONSnombre de personnesemployes dans lindustrie automobile danslUnion Europenne

    Sommaire

    04

    02

    12

    21

    44

    48

    54

    ANALYSE ET FAITS STATISTIQUESMONDE

    EUROPE

    FRANCE

    MONDE

    EUROPE

    FRANCE

    Monde Europe France

    89 % des transports intrieurs de voyageurs sonteffectus par la route

    79 %des transportsintrieurs terrestresde marchandises sont effectus par la route

    Editorial : Lautomobile na pas encore atteint son apoge Manuel J.Gomez, Prsident du CCFA.

    19 Les constructeurs franais dans les pays de llargissement.

    41 Equipementiers et fournisseurs industriels de lautomobile.

    70 Les missions de CO2 en France et dans le monde

    Nouveau

    Nouveau

    Nouveau

  • COMMUNICATIONJean-Pierre Mercier

    AFFAIRES INTERNATIONALESLaurence Massenet

    LGISLATION ET FISCALITHubert Perreau

    CONOMIE, STATISTIQUESET TRANSPORTS

    Pierre-Louis Debar

    TECHNIQUE

    Andr Douaud

    GESTION ETRESSOURCES HUMAINES

    Marc Pore

    PRSIDENTManuel J. Gomez

    VICE-PRSIDENTSerge Gregory

    Le Comit des ConstructeursFranais dAutomobiles

    Dans le cadre de ses actions de communication, le CCFA dite rgulirement des brochures sur les thmesde lenvironnement, de la scurit routire et de la mobilit. linstar de la dernire parution Automobile et mobilit durable toutes ces publications sont consultables sur notre site

    www.ccfa.fr

    Cette brochure a t conue par le CCFA,

    2, rue de Presbourg75008 ParisTlphone :

    33 1 49 52 51 00Tlcopie :

    33 1 47 23 74 73Site Internet :www.ccfa.fr

    Ml : ccfa@ccfa.fr

    Conception, ralisation :LAgence SynelogCrdits photo :

    Peugeot, Citron,Renault, Renault

    Trucks, Getty Images

    Le Comit des Constructeurs Franais dAutomobiles est le syndicat professionnel des constructeurs dautomobiles.Il compte sept adhrents (Alpine, Automobiles Citron, Heuliez, Panhard & Levassor, Automobiles Peugeot, Renault,Renault Trucks) et a pour vocation ltude et la dfense des intrts conomiques et industriels de lensemble desconstructeurs franais ( lexclusion des questions sociales), tant sur le plan national quau niveau international.Le Comit des Constructeurs assure des missions dinformation, dtude et de communication, tant auprs de sesadhrents que des pouvoirs publics, des parlementaires, des mdias et du grand public.Les autres branches du secteur automobile (pices et quipements, distribution, carrosserie industrielle) sont regroupesau sein dautres fdrations (FIEV, CNPA, Fdration des Industries Mcaniques, de la plasturgie...).Les marques trangres sont reprsentes par leur propre chambre syndicale (CSIAM).Le Comit des Constructeurs est associ aux travaux de lAssociation des Constructeurs Europens dAutomobiles (ACEA),dont le sige est Bruxelles.Le Comit des Constructeurs est galement membre de lOrganisation Internationale des Constructeurs dAutomobiles(OICA), qui runit lensemble des associations professionnelles nationales au niveau mondial.

  • Manuel J.GomezPrsident du CCFA

    Quel regard portez-vous sur la construction automobile, en Europe et dans le monde ?Manuel J.Gomez : Tout dabord, il convient de chasser uneide reue, celle qui voudrait que lautomobile entame aujour-dhui son dclin aprs avoir atteint son apoge. Il nen est rien.Avec une croissance mondiale de + 2,8 % entre 2002 et 2003,le secteur automobile est un secteur dynamique, mme si cedynamisme est plus lev en Asie (+ 9 %) que dans lUnioneuropenne ( 1 %) ou dans lALENA* ( 3 %). Reste que,depuis 1998, la production automobile sest accrue de prs de15 %, ce qui est considrable. Cette croissance doit donc sen-visager au-del des alas qui peuvent affecter certains seg-ments. Avec deux constructeurs parmi les dix premiersacteurs mondiaux, la production automobile franaise figureen bonne place dans ce contexte o rgne une forte concur-rence. Les chiffres de la croissance sont remarquables : laproduction des constructeurs franais sest accrue de 42 %depuis 1997, et leur part de march est passe, dans le mmetemps, de 7 % 10 %. Cette croissance touche leurs sitesindustriels nationaux (+ 29 % par rapport 1997), et davantageencore leurs sites trangers (+ 60 %). La croissance profitedonc notre pays, tout comme elle favorise le dveloppementdes ventes ltranger : la France, avec 4 % du march mon-dial, ne peut constituer la seule perspective des constructeursnationaux. Les dbouchs lextrieur de notre pays repr-sentent dores et dj les trois quarts de la production totaleen volume. Les constructeurs franais, dont la pntration enFrance atteint 60 % sur leur propre march, dtiennent aussi20 % des autres marchs dEurope occidentale, contre 16 %en 1997. Mais le potentiel de croissance le plus lev est au-del, sur les marchs dAmrique latine ou dAsie (Iran, Chine,Core). LEurope, en effet, ne reprsente que 30 % du march mondial.

    Lautomobile na pas encore atteint son apoge.

    DITION 2004LINDUSTRIE AUTOMOBILE FRANAISE

    Analyse et statistiques

    * Accord de libre-change nord-amricain, regroupant les tats-Unis, le Canada et le Mexique.

  • En change, le secteur des transports est point du doigtpour ses nuisancesM. G. : Faut-il rappeler que les missions polluantes des vhi-cules neufs ont t divises par dix en dix ans ? Les voituresmodernes consomment moins, et cette volution profite direc-tement la rduction de la quantit de polluants rejets. En cequi concerne les missions de CO2, des efforts ont t faits etplusieurs modles de marques franaises et de grande diffu-sion ont un taux dmission de CO2 infrieur 120 g/km. Maisces progrs ne seront rellement apprciables que lorsque lesplus vieux vhicules auront disparu.

    Les progrs effectus par lautomobile en matire de scu-rit, active ou passive, ne sont pas moins remarquables. Lesaides la conduite, les progrs dans la conception des vhi-cules, lvolution de la production automobile vers des valeursplus loignes de la performance, ont largement contribu lamlioration de la scurit. Reste que toute activit humainea ses nuisances et la voiture est trs prsente dans notrequotidien. Ne jetons pas lanathme sur lautomobile : lesmentalits voluent profondment, et les constructeurs parti-cipent pleinement de cette volution.

    Quels sont, prcisment, les dfis que lautomobile aura relever dans lavenir ?M. G. : La rglementation nous oblige progresser sanscesse. En matire dmissions polluantes, par exemple, sept normes europennes se sont succd en vingt ans. Demme, la gestion des dchets industriels gnrs par lauto-mobile est aujourdhui exemplaire : 85 % du poids des vhi-cules est recycl. Mais au-del des normes europennes, lemoteur du progrs automobile est bien le client, dont les exi-gences vont croissant : toujours plus de modles, de nou-veauts, avec un niveau de qualit toujours plus lev et unegamme de services toujours plus large. Les constructeursfranais sont bien arms pour les dfis venir. Ils ont poureux un march national et une implantation europenne soli-des, bien que les marchs europens aient tendance secomplexifier, sous leffet de facteurs internes (volution de ladistribution automobile, dtrioration de la proprit intellec-tuelle) et externes (forte pntration trangre, fiscalit pna-lisante, taxes lusage). Mais lautomobile est indissoluble-ment lie lhistoire de la modernit. Sa capacit serinventer lui permet de demeurer ce quelle a toujours t : unformidable outil de rve et de progrs conomique et social.

    MANUEL J.GOMEZ

    Pouvez-vous nous dcrire ce march europen ?M. G. : Cest un march vari, qui illustre des phases cono-miques dcales. LAllemagne, par exemple, marque le pas,tandis que lEspagne et la Grande-Bretagne sont des marchsflorissants. La nature de la demande elle-mme varie selonles pays. La cylindre moyenne est plus leve dans le nordde lEurope (1,8 litre) que dans le sud (1,6 litre). Le chiffre glo-bal connat une lgre croissance, autour de 1,7 litre. Quant la part du diesel, elle enregistre une croissance impression-nante, 44 % du march (plus de 60 % en France et enBelgique). Un succs quil faut rapprocher des progrs spec-taculaires de ce mode de motorisation, en performancescomme en consommation, et donc en pollution. En parallle,une dsaffection pour les ber