Endémicité tuberculeuse dans la population scolaire à Genève page 1

Endémicité tuberculeuse dans la population scolaire à Genève

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Endémicité tuberculeuse dans la population scolaire à Genève

  • Zusammenfassungen - Resum6s

    Saccharose, Glucose, Fructose und Karies Dr. B. Regolati

    Zahnb.rztliches lnstitut der Universit&t Z,3rich, Kariesforschungsstation

    Kariogene Streptokokken k6nnen nur aus Saccharose, nicht aber aus Fructose oder Glucose unlSsliche Polyglucane bilden. De- ren spezifischen Glucosylbildungen sind die z&h-klebrigen Eigenschaften bakterieller Zahnbel&ge zuzuschreiben. In Tierversuchen, in welchen die konventio- nelle Mundh6hlenflora unterdriJckt und durch

    einen bekannten Mikroorganismus Liberwu- chert wird, ist zu zeigen, dab nur Saccha- rose, nicht aber Glucose und Fructose Glatt- fl&chenkaries erzeugen. Bei nicht manipulierter Mundflora erweisen sich die drei Zucker als gleich stark kariogen. Die Bedeutung dieser Beobachtungen wird diskutiert.

    End6micite tuberculeuse dans la population scolaire a Geneve Prof. O. Jeanneret, Dr H.S. Varonier et Dr J. Sobotkiewic

    Service de Sant6 de la Jeunesse, GenCve

    (Article sera pubfi6 plus tard in extenso)

    11 est actuellement bien 6tabli qu'en mati~re d'6pid6miologie de la tuberculose, c'est Fen- d6micit6, c'est-&-dire le nombre de cas in- fect6s dans une population, qui rend le mieux compte de la diffusion de I'infection.

    L'6tude des variations de I'index tuberculi- nique en fonction de I'&ge et du temps est actuellement le meilleur moyen de l'appr6- cier.

    A Gen~ve, 1'6volution de l'index tuberculi- nique a pu ~tre suivie depuis pros de 20 ans dans la population scolaire et mise en 6vi- dence selon une technique 6pid6miologique

    : le pourcentage cumulatif des tests tuberculiniques positifs. Les observations faites au cours des quatre derni~res ann6es confirment la diminution de ~'e~d61-nicit~ tuberculeuse. Un probl6me m6rite cependant notre atten- tion: celui de la d6tection d'allergies tuber- culiniques faibles, parfois difficiles b. inter- prater. Nous savons actuellement qu'elles peuvent en partie 6tre dues & des myobact~ries aty- piques. Ce ph~nom~ne repr6sente certaine- ment une difficult6 non n~gligeable dans le d6pistage de I'infection tuberculeuse.

    409