Click here to load reader

Étude sur les connecteurs syntaxiques inter ... · PDF file1 Étude sur les connecteurs syntaxiques inter-propositionnels du japonais : définition et catégorisation Dans le cadre

  • View
    231

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Étude sur les connecteurs syntaxiques inter ... · PDF file1 Étude sur les...

  • Etude sur les connecteurs syntaxiques

    inter-propositionnels du japonais : definition et

    categorisation

    Yayoi Nakamura-Delloye

    To cite this version:

    Yayoi Nakamura-Delloye. Etude sur les connecteurs syntaxiques inter-propositionnels du japon-ais : definition et categorisation. XXIIIemes Journees de Linguistique dAsie Orientale, Jul2010, Paris, France.

    HAL Id: hal-00540542

    https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00540542

    Submitted on 27 Nov 2010

    HAL is a multi-disciplinary open accessarchive for the deposit and dissemination of sci-entific research documents, whether they are pub-lished or not. The documents may come fromteaching and research institutions in France orabroad, or from public or private research centers.

    Larchive ouverte pluridisciplinaire HAL, estdestinee au depot et a la diffusion de documentsscientifiques de niveau recherche, publies ou non,emanant des etablissements denseignement et derecherche francais ou etrangers, des laboratoirespublics ou prives.

    https://hal.archives-ouvertes.frhttps://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00540542

  • 1

    tude sur les connecteurs syntaxiques inter-propositionnels du japonais : dfinition et catgorisation

    Dans le cadre de la conception dun systme de dtection automatique des propositions japonaises, notre premire tche thorique a consist lucider la notion de proposition. Dans les grammaires, la proposition est dfinie comme une unit constitue dun prdicat et de ses complments (Masuoka & Takubo, 1992). tant donn quen japonais les prdicats sont gnralement raliss par des mots variables, la dtection des propositions consiste reprer les mots variables. Mais cette dfinition ne permet pas en ralit la dtermination exacte de la proposition. En effet, nous nous trouvons face deux grands problmes. Dune part, toutes les occurrences des mots variables ne peuvent pas tre considres comme des prdicats. Dautre part, il en existe un autre li la dfinition des lments connecteurs. Il est possible de trouver dans les grammaires des descriptions sur diffrents types de subordonnes telles que les subordonnes de temps, de condition ou de concession, avec des listes de certains lments connecteurs. Cependant, les listes prsentes ne sont pas exhaustives, se terminant toujours par etc. . Lidentification automatique des propositions a donc ncessit la dtermination de lensemble des lments susceptibles dintroduire une proposition. La prsente contribution dcrit nos tudes sur ce deuxime point, savoir la dfinition des connecteurs syntaxiques du japonais. Leur dfinition implique un rexamen des catgories grammaticales dont lidentit est qualifie de floue, et leur classification revient une rorganisation de cette zone confuse. Lanalyse des lments concerns nous apportera galement loccasion de rflchir sur les caractres substantifs des mots. Nous allons tout dabord examiner le mcanisme de connexion des propositions en japonais pour dterminer les connecteurs japonais qui ne sont dfinis clairement dans aucune des grammaires usuelles ( 1) puis nous aborderons le problme li ces connecteurs ( 2) et la solution ce problme que nous proposons ( 3). Enfin, avant de clore la discussion, nous prsenterons galement le fruit de cette tude des connecteurs inter-propositionnels, la typologie des subordonnes japonaises ( 4).

    1. Mcanisme de connexion inter-propositionnel

    1.1. Deux formes de mots variables

    Les propositions japonaises se constituent autour de mots variables et la connexion des propositions peut tre assure par la forme de ces mots variables. Il en existe deux grands types : forme connective (, tsuzuku katachi) et forme conclusive (, kireru katachi). Le mot constituant le prdicat principal se met en fin de phrase et prend la forme dite conclusive , marquant ainsi la fin de la phrase par sa forme elle-mme ( tatteita dans lexemple (1)1). Un mot variable prend la forme dite connective sil apparat une

    1 Les exemples sont constitus de quatre lignes : texte en japonais, prononciation, partie de discours et

    glose. la fin de lexemple, est prsente la traduction entire en franais. p = particule, pc = particule de cas, F. cnct = forme connective de mot variable, F. auto = forme autonome (une sous-catgorie de la forme conclusive), TH = marqueur de thme, NOM = marqueur de cas nominatif, GEN = marqueur de

  • 2

    position antrieure, et quil est prdicat de la subordonne rgie par le prdicat principal ( ari dans lexemple (1)). (1)

    tobira no soto niwa rka ga ari n pc n p n pc v (F. cnct) porte GEN extrieur LIEU couloir NOM se trouver rka niwa onna ga tatteita n p n pc v (F. conclusive) couloir LIEU femme NOM se lever (tat, pass)

    De lautre ct de la porte, il y avait un couloir, et dans le couloir se tenait debout une femme

    Mais il existe galement des cas o une forme conclusive apparat dans une structure sous-phrastique. En effet, les subordonnes dterminant un substantif se constituent autour dun mot variable une forme conclusive, notamment les formes dites autonomes ( atsumeta dans lexemple (2)). Dans ce cas, cest leur position juste avant le substantif qui indique leur fonction de dterminant. (2)

    kakushu no botan ya suitchi wo atsumeta n pc n p n pc v (F. auto) divers types GEN bouton et interrupteur ACC rassembler (pass) paneru ga nai n pc adj (F. auto) panneau NOM ne pas se trouver

    Il ny a pas de panneau sur lequel toute sorte de boutons et dinterrupteurs sont rassembls

    1.2. Diversit des lments suivant une forme autonome

    Mais cette position aprs une forme autonome, ce ne sont pas seulement les substantifs, mais divers lments de nature diffrente, tels que le substantif formel, la particule adverbiale, la particule conjonctive et la particule de citation qui peuvent apparatre. Ces mots qui suivent une forme autonome de mot variable sont cependant difficiles regrouper dans une mme catgorie.

    Comme le dit Teramura (1978), entre les substantifs parfaitement autonomes dun ct et les particules conjonctives de lautre, une continuit est forme par les units de diffrentes classes, plus ou moins lexicalises et ayant un caractre formel de niveau diffrent. Alors que les substantifs sont des units parfaitement autonomes, les autres mots y compris certains substantifs sont peu voire non autonomes et ils ne sont capables de constituer un lment autonome et complet smantiquement quune fois dtermins. Sakuma (1940) a regroup certains de ces mots suivant le mot variable une forme conclusive sous le nom de kychakugo (), mots absorbants.

    Dans les structures avec ces mots peu ou non autonomes, tant donn que le mot prdicatif une forme conclusive est incapable dassurer lui-mme la connexion par sa forme,

    cas gnitif, ACC = marqueur de cas accusatif. Les descriptions grammaticales sont bases sur la grammaire de Masuoka-Takubo (1992).

  • 3

    ce sont eux qui ralisent le lien syntaxique. Nous considrons donc ces lments suivant la forme conclusive comme des connecteurs (CON ci-aprs), connecteurs syntaxiques du japonais. (3) [ ]

    [nebshita node] chikokushita v (F. auto) CON v (F. auto) se rveiller trop tard (pass) CAUSE tre en retard (pass)

    Comme je me suis rveill trop tard, jai t en retard

    2. Problmes des connecteurs Le plus grand problme de ces connecteurs japonais est que la nature de ces lments qui apparaissent derrire la forme conclusive est floue alors que leur dfinition influence trs largement lidentification de la proposition. En effet, dans les travaux linguistiques classiques, selon la nature du mot suivant le mot variable, la frontire de la proposition quil constitue diffre (cf. exemple 4 vs. exemples 5 et 6). (4) [ ] sub dterminante

    [nihon e itta] tomodachi n pc v (F. auto) n Japon DESTINATION aller (pass) ami

    Ami qui est parti au Japon

    (5) [ ] coordonne [nihon e itta ga] n pc v (F. auto) p. conjonctive Japon DESTINATION aller (pass) OPPOSITION

    Bien que (je sois/tu sois/il soit/) parti(es) au Japon

    (6) [ ] sub adverbiale [nihon e itta toki] n pc v (F. auto) sub. formel Japon DESTINATION aller (pass) temps

    Quand (je suis/tu es/il est/) parti(es) au Japon

    Mais la dfinition des catgories des mots suivant une forme autonome du mot variable est extrmement vague, et il existe des mots pour lesquels la catgorisation est trs difficile et diffre trs largement selon les linguistes, comme les mots kurai et bun des deux exemples suivants : (7) [ ] ??? ] ???

    nihon e itta kurai n pc v (F. auto) p. adverbiale ??? Japon DESTINATION aller (pass) environ

    tel point que (je suis/tu es/il est/) parti(es) au Japon

    (8) [ ] ??? ] ??? nihon e itta bun n pc v (F. auto) n ??? Japon DESTINATION aller (pass) portion

    plus/moins que X, du fait que (je suis/tu es/il est/) parti(es) au Japon

    En effet, ce problme est d au fait que la plupart de ces mots font partie de la zone extrmement floue de la catgorisation.

  • 4

    2.1. Zone floue de catgorisation des mots japonais

    En japonais, les mots sont gnralement classs en dix catgories grammaticales. Ils sont dabord diviss en deux grandes classes : mot autonome (, jiritsugo) et mot annexe (, fuzokugo). Les mots autonomes sont dfinis comme des mots pouvant constituer eux seuls un syntagme minimal dit bunsetsu et comprennent six catgories : verbe, adjectifs en i et en na , nom, adverbe, adjectif invariable, mot de liaison et interjection. Les mots annexes sont dfinis comme des mots qui ne sont pas

Search related