Click here to load reader

EXILS et TRACES - Montpellier · PDF file 2019. 9. 19. · Raymond Carver (1938-1988) The fear Fear of needles Fear of failing Fear that while I’m sleeping The fear settles Fear

  • View
    4

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of EXILS et TRACES - Montpellier · PDF file 2019. 9. 19. · Raymond Carver...

  • L’Atelier de Poésie « Les Vers Ardents » présente

    EXILS et TRACES

    Supplément au n°4 de Joffre en Page – Mai 2019

    Lycée Joffre de Montpellier

  • SOMMAIRE

     Clara et moi, Exercice de poésie mathématique

     Pour une Alice, Variation sur des vers déjà écrits

     Migration, Caviardage d’un texte de Tieri Briet

     Les poèmes de Clément J’ai dormi trop longtemps Faible et tendre comme la nuit Un pastiche de Houellebecq L’amoureuse La passivité

     Fear, les poèmes de la peur (travail avec les Premières Lele)

     Terre promise, en hommage aux Migrants (Clément)

    Illustration de couverture : Joseph Koudelka, La fabrique d’exils, Portugal 1974 (Exposition du Centre Pompidou, 2017).

  • CLARA ET MOI (Exercice de poésie mathématique)

    Clara m’a dit : « Point de retard, Je serai là ! Avec le timbre de ma voix Mathématique, Je ferai rimer musique Et mon poème ultrasonore, Depuis la courbe sinusoïdale De l’espace, Je trouverai la fée nomène, Et l’ancienne harmonique ». Toute éberluée Par ce rayonnement cosmique, J’ai absorbé les ondes mécaniques De ses yeux verts, La dentelle longitudinale De sa frange, diffraction Pour la fréquence fondamentale De mon poème ultraviolet. Cécile

  • POUR UNE ALICE (Variation sur des vers déjà écrits)

    La princesse de cœur s’est noyée hier Dans les flots d’une mare obscure, Le prince de carreau erre à sa recherche Dans la forêt des pas perdus. Ainsi, la dame de pique, Reine du hasard et maîtresse des lieux : « Que cherches-tu donc, fantôme énigmatique ? A tant méditer le bois, tu abîmes tes doigts Et bouscule mes ombres ». A cet instant le lapin blanc passe en courant, En chantonnant de l’autre côté du miroir, Alice s’éveille, Il est l’heure de détruire le château de cartes. Christine

  • MIGRATION (Caviardage d’un texte de Tieri Briet)*

    LE MUR Les pierres laissent-elles passer la lumière ? Les pierres ne s’effritent pas comme les corps humains qu’on enfouit sous la pierre. Le vent lisse leurs os, les font briller dans la poussière comme des joyaux. Comment échapper à la cécité, polir toutes ces peaux ? Résister à la pesanteur. Peindre la main sur la matière. Il existe des cabanes tout en bas, baraquements extensifs où habitent des familles égarées. Elles sont devenues des tribus de passage par ici, en train de renoncer à la folie de s’en aller. Des troupeaux désœuvrés ne suivent plus les routes du jour d’avant, habitants désorientés qui ne savent plus la maison. La peur aussi les quittés. Vieille racine déterrée. Matière effondrée des demeures. Comment retrouver le courage de réfuter l’énorme poussière que donnent les pierres dans nos maisons, l’envie d’avancer dans les herbes avant tout, jusqu’à l’amitié primitive de la main sur la pierre. Il faut finir avec s’ensevelir, détruire l’opacité. Trouer le mur de s’aveugler. Tendre la main. Ecrire sur le mur, arracher la muselière. Cécile

    *Primitifs en position d’entraver, L’Amourier, 2006.

  • LES POEMES DE CLEMENT J’ai dormi trop longtemps Et je ne sais plus bien Si j’arrive à comprendre Les choses du présent. J’ai l’impression violente Que ma nuit fut trop longue Et que des jours trop courts Sont passés en laissant Un souvenir amer D’avoir été heureux Pas plus tard qu’hier.

    Faible et tendre comme la nuit, Nous rions et ils pleurent Et tout cela s’enfuit Dans le flot de quelques heures… Ou bien jouer avec les mots. Ivre, peignons l’azur Sanglant de ratures Noires et blêmes La nuit torture ! Ou l’inverse : Inpreconhenblesi Fumpar cipar Minche ranpleu

  • Un pastiche de Houellebecq Il faudra toujours faire ; Se lever un matin pour travailler. Il faudra toujours faire ; Je suis bien triste et rancunier De voir ces longues journées S’éteindre et se re-réveiller. Il faudra toujours faire Avec parfois un peu de chance Si l’illustre peuple la Terre Pour nous ramener en enfance. Il faudra toujours faire Avec parfois sous un beau jour Une présence, un amour Qui nous tiendra à cette terre.

  • L’amoureuse Quand l’ennui la surprend sur sa feuille finie Et qu’elle se retourne pour donner un regard C’est plein de timidités et de folles envies Qui s’offrent un instant aux doux jeux du hasard. Elle se retourne les yeux remplis d’espoirs Et d’un mouvement vif son amour s’aperçoit. La timidité s’est enfuie cette fois… Mais le si bel aimé n’a que faire de ses yeux Le voilà tout pensif dans des rêves perdus A contempler la forme des nuages et des cieux. Alors elle se retourne et s’allonge vaincue Tout effondrée d’espoirs à jamais disparus … Et ce sont ses yeux bleus dans le noir de ses bras Qui pleurent les lourdes larmes de son cœur déchiré. On entend un sanglot qui murmure « Pourquoi ? » Puis c’est lui qui regarde tout épris de pitié Sans savoir qu’il est la raison de ses pleurs, Sans savoir qu’elle attend depuis de longues heures Un simple regard qui dirait : « tu existes ».

  • La passivité Les jours se lèvent Les heures passent Sans que trépasse Ni ne s’enlève Une souffrance. Les jours se lèvent Je pleure la nuit Les jours se passent Sans une envie De continuer un autre jour. Mais les jours se passent Et pour toujours Mon cœur s’enlace A des rêves d’amour… Les nuits s’éteignent Le jour allume Toutes mes peines Une à une. -La vie est vaine. Pourquoi ne pas en finir Mette ce mot sur le présent Faire ses adieux et puis mourir -Arrêter la fuite du Temps. Les jours se passent Et je me lasse.

  • FEAR

    Avec les Premières Lele

  • FEAR Fear of not loving enough Fear of loving too much Fear of responsibilities Fear of the National Tests Fear of my anxiety Fear of being on my own Fear of living without my mother Fear of facing struggles Fear of people Fear on unattended situations Fear of the mean girls Fear of seeing horrible things Fear of living in this world Fear of not being able of doing my homework Fear of my future majority Fear of growing as an adult Fear of my memories Faustine Anno-Boulard

  • Laura Menant

  • Peur de voir une voiture de police s’arrêter devant la maison. Peur de m’endormir le soir. Peur de ne pas m’endormir. Peur du passé qui ressurgit. Peur du présent qui s’envole. Peur du téléphone qui sonne en pleine nuit. Peur des orages électriques. Peur de la femme de ménage qui a un bouton sur la joue ! Peur de ces chiens qui, m’a-t-on dit, ne mordent pas. Peur de l’anxiété ! Peur de devoir identifier le corps d’un ami. Peur de manquer d’argent. Peur d’en avoir trop, même si l’on ne me croira pas. Peur des profils psychologiques. Peur d’être en retard et peur d’arriver avant tout le monde. Peur de l’écriture de mes enfants sur les enveloppes. Peur qu’ils meurent avant moi, et que je me sente coupable. Peur de devoir vivre avec ma mère lorsqu’elle sera âgée, et moi aussi. Peur de la confusion. Peur que cette journée s’achève sur une note sombre. Peur de me réveiller et que tu ne sois plus là. Peur de ne pas aimer et peur de ne pas aimer assez. Peur que ce que j’aime se révèle mortel pour ceux que j’aime. Peur de la mort. Peur de vivre trop longtemps. Peur de la mort.

    Je l’ai déjà dit.

  • Fear of seeing a police car pull into the drive. Fear of falling asleep at night. Fear of not falling asleep. Fear of the past rising up. Fear of the present taking flight. Fear of the telephone that rings in the dead of night. Fear of electrical storms. Fear of the cleaning woman who has a spot on her cheek! Fear of dogs I’ve been told won’t bite. Fear of anxiety! Fear of having to identify the body of a dead friend. Fear of running out of money. Fear of having too much, though people will not believe this. Fear of psychological profiles. Fear of being late and fear of arriving before anyone else. Fear of my children’s handwriting on envelopes. Fear they’ll die before I do, and I’ll feel guilty. Fear of having to live with my mother in her old age, and mine. Fear of confusion. Fear this day will end on an unhappy note. Fear of waking up to find you gone. Fear of not loving and fear of not loving enough. Fear that what I love will prove lethal to those I love. Fear of death. Fear of living too long. Fear of death.

    I’ve said that.

    Raymond Carver (1938-1988)

  • The fear Fear of needles Fear of failing Fear that while I’m sleeping The fear settles Fear that tells me, that I’ll never be good enough Fear that everything is too rough, too tough Fear of anxiety! Fear of loneliness Fear when I’m lonely Fear when you are careless Fear that hurts my chest Fear of when I try my bes