French Cancan

  • View
    222

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of French Cancan

  • LYCENSET APPRENTIS

    AU CINMA French CancanJEAN RENOIR

  • Directeur de la publication : ric Garandeau.Proprit : Centre National du Cinma et de limage anime 12 rue de Lbeck 75784 Paris Cedex 16 Tl.: 01 44 34 34 40Rdacteur en chef : Simon Gilardi, Centre Images.Rdactrice du dossier : Charlotte Garson. Conception graphique : Thierry Clestine.Correction : Muriel Bourgeois (Point Final).Conception (printemps 2011) : Centre Images, ple rgional dducation artistique et de formation au cinma et laudiovisuel de la Rgion Centre,24 rue Renan 37110 Chteau-Renault Tl.: 02 47 56 08 08. www.centreimages.fr

    Achev d'imprimer : juillet 2011

    SO

    MM

    AIR

    E

    Synopsis et fiche technique 1

    Ralisateur Jean Renoir 2

    Acteur Jean Gabin 3

    Gense Un petit pas vers ce vieux rve 4

    Contexte Impressionnisme 5

    Genre Une comdie musicale ? 6

    Avant la sance Vrit de lartifice 7

    Dcoupage squentiel 8

    Rcit Tout pour le mtier 9

    Mise en scne Franchir la rampe 10

    Squence Hymne au mouvement 12

    Plans Laveu de Nini 14

    Figure de style La composition 15

    Technique Montmartre en studio 16

    Filiations Van Gogh de Maurice Pialat 17

    Pistes de travail Les femmes du film 18

    Atelier Jet de couleurs 19

    Tmoignage Des films du prsent perptuel 20

    Slection bibliographique

    MODE DEMPLOI

    Les premires rubriques de ce livret, plutt informatives, permettent de prparer la projection. Le film fait ensuite lobjet dune tude prcise aumoyen dentres varies (rcit, squence, plan),associes des propositions de travail en classe.Les dernires rubriques offrent dautres pistesconcrtes pour aborder le film avec les lves.

    Des rubriques complmentaires sappuyant notamment sur des extraits du filmsont proposes sur le site internet :www.lux-valence.com/image

    Le pictogramme indique un liendirect entre le livret et une desrubriques en ligne.

  • 1

    SYNOPSIS

    FICHE TECHNIQUE

    Montmartre la Belle poque. Danglard, directeur de cabaret,recrute dans une guinguette la blanchisseuse Nini. Il lui faitprendre des cours de danse pour remettre le cancan au got dujour auprs dune clientle bourgeoise. Au gr de ses amoursavec Lola la Belle Abbesse , les financeurs de Danglard le sou-tiennent ou le laissent choir. Bless par le fianc jaloux de Nini,ruin, Danglard devient lamant de sa nouvelle recrue. Courtisepar le prince Alexandre, Nini lui cache sa liaison avec Danglardpour quil finance le nouveau cabaret. Lorsquil apprend la vri-t, le prince fait une tentative de suicide dont la violence rcon-cilie Nini et Lola. Beau perdant, il dcide de financer le Moulinrouge qui ouvre fastueusement. Danglard y produit sa nouvelledcouverte, une chanteuse. Nini, jalouse, refuse dentrer en scne.Elle se ravise devant la colre de Danglard, qui place au-dessus ducouple lamour du mtier. Le cancan endiabl est une russite.

    French CancanFrance, 1955

    Ralisation : Jean RenoirScnario : Jean Renoir, sur une ide

    dAndr-Paul AntoineImage : Michel KelberMusique : Georges Van ParysMontage : Borys LewinChorgraphie : Claude GrandjeanCostumes : Rosine DelamareDcors : Max DouyProduction : Franco London Films,

    Jolly FilmsDistribution : GaumontDure : 1 h 40Formats : 35 mm couleurs, 1:1,33Tournage : du 4 octobre

    au 20 dcembre 1954Sortie franaise : 27 avril 1955

    InterprtationDanglard : Jean GabinLola la Belle Abbesse : Maria FlixNini : Franoise ArnoulLe baron Walter : Jean-Roger CaussimonLe prince Alexandre : Giani EspositoCasimir : Philippe ClayValorgueil : Michel PiccoliCoudrier : Jean PardsPaulo : Franco PastorinoGuibole : Lydia JohnsonMme Olympe, mre de Nini : Valentine Tessier Thrse : Annik MoriceEsther : Anna Amendola Chant dEsther : Cora VaucaireBidon : Jacques JouanneauSavate : Jean-Marc Tennberg

    Affiche originale de Ren Pron

  • Quand je pense ma vie, il me semble que je ny ai fait que changer decostume . Jean Renoir pourrait reprendre son compte les mots deLouis Jouvet dans Les Bas-Fonds (1936), son adaptation de la picede Maxime Gorki. Lieutenant de cavalerie (il fut bless lors de lapremire guerre mondiale), cramiste et acteur dans sa jeunesse, leplus franais des cinastes sera naturalis amricain ds 1944. N le15 septembre 1894 Montmartre, le deuxime fils du grand peintrePierre-Auguste Renoir sest forg le got au contact de luvre deson pre mais aussi de Guignol, des cafs-concerts et du cinma. Son premier film gros budget, Nana daprs Zola (1926), sinspirede la cruaut du cinma muet dErich von Stroheim et explore lartdu mouvement par excellence, dans le prolongement de son gotpour le jazz et pou lnergie physique de son pouse et actriceCatherine Hessling. Mais Renoir sest aussi lanc dans le cinma par amour des trucages . En 1931, avec La Chienne, loin du thtrefilm, il utilise plein la nouveaut du cinma sonore et limmensetalent de Michel Simon, avec qui il a tourn ds 1928 la savoureusecomdie troupire Tire-au-flanc, et quil filme nouveau dans Boudusauv des eaux (1932). Laisance avec laquelle le clochard Bouduvient troubler un mnage petit-bourgeois se traduit par un usagevirtuose de la profondeur de champ que Renoir, dans une rechercheconstante dquilibre entre lartifice et la chronique sociale, va parfairedurant cinq annes fcondes. De 1934 1939, il signe neuf films qui le placent au premier rangdes ralisateurs franais. La mthode Renoir est tablie : rcritmaintes fois par le cinaste, le scnario est mis de ct sur le plateauo rgne une part dimprovisation. Quoi quil en soit, dans sa pratique du cinma, laventure collective dutournage prend le pas sur lcrit. Dans cet esprit, Le Crime de monsieurLange (1935), cocrit avec Jacques Prvert, raconte, dans un unani-misme annonciateur du Front populaire, la reconversion en coopra-

    tive dune imprimerie au patron vreux. La Marseillaise (1937), lundes films les plus sous-estims dun Renoir alors compagnon de routedu parti communiste, prolonge cet lan collectiviste mais reste unchec commercial. La mme anne, le succs public de La GrandeIllusion sur lvasion de prisonniers franais dAllemagne pendant laGrande Guerre nempche pas quune partie de la critique y voiedun mauvais il le brouillage des frontires sociales et nationales (etmme sexuelles, dans une mmorable squence de travestissementdes soldats). Jean Gabin, qui interprte lun des rles principaux,reprend du service lanne suivante dans ladaptation aux accents defilm noir de La Bte humaine de Zola.

    Les mtamorphoses du ralisme sa sortie en 1939, La Rgle du jeu suscite une grande perplexit :la bourgeoisie runie dans le chteau dun marquis sy livre deschasss-croiss amoureux qui se terminent en chasse mortelle, maispersonne ne semble voir lallusion la guerre imminente. Considrcomme lun des plus grands films du cinma mondial, La Rgle dujeu met en scne une combinaison amoureuse dont Renoir est cou-tumier (trois hommes autour dune femme) en associant un dcou-page en blocs htrognes, avec la continuit lintrieur de chaqueplan (profondeur de champ, dure, flux de dialogues quasi ininter-rompu). Fuyant la France occupe, Renoir na pas le temps de sebattre avec la censure qui interdit le film, jug dmoralisant . Ilmigre dbut dcembre 1940 aux tats-Unis. Hollywood, sa faon de partir du tournage pour arriver au scna-rio et de dcouvr[ir] les personnages en les faisant parler saccom-mode mal du systme des studios. Mais ses films amricains, dabordtourns pour la 20th Century Fox, lui permettent de collaborer avecde bons scnaristes (comme Dudley Nichols, qui a crit pour JohnFord, Howard Hawks et Fritz Lang) et dexcellentes actrices (Paulette

    Goddard, Joan Bennett). Bien install outre-Atlantique dans sa viepersonnelle, il reprsente cependant lcran une Europe quilconnat de moins en moins : sortis aprs-guerre dans son pays dori-gine, Vivre libre (1943), sur un couard qui se rvle rsistant paramour, puis Le Journal dune femme de chambre daprs OctaveMirbeau (1946), rencontrent lincomprhension du public et de lacritique : ils attendent le ralisme social des annes 1930 alors queRenoir, qui a pris entre temps la nationalit amricaine, explore lathtralit lcran avec une part dartificialit assume. Aprs LeFleuve (1951), son dernier film amricain tourn en Inde (o lins-pirent la beaut des couleurs et le panthisme de lhindouisme), cest Rome quil tourne Le Carrosse dor avec Anna Magnani (1953), fableprofonde sur la frontire poreuse entre vie et thtre. Peu aprs queles Cahiers du cinma lont plbiscit patron du cinma franais,French Cancan (1955) lui permet de renouer avec le public franaispour ce qui reste son dernier succs commercial. la fin des annes 1950, la tlvision lui offre une libert nouvelle,dont il samuse dans Le Testament du docteur Cordelier (1959), varia-tion sur Dr Jekyll et Mr. Hyde, et dans Le Djeuner sur lherbe. Bellerencontre avec une nouvelle gnration dacteurs, Le Caporal pingl(1962) inaugure pourtant sept ans de projets avorts. Certains seretrouvent dans son dernier opus, qui mle satire de la socit deconsommation et adieux au thtre et au cinma. Le rideau tombe-ra dfinitivement sur Le Petit Thtre de Jean Renoir (1969) quandmourra, en fvrier 1979 Beverly Hills, cet immense inventeur deformes cinmatographiques. Renoir, comme le Danglard de French Cancan, na jamais cess dai-mer ses acteurs, mais, comme Danglard la fin de ce film, il na pasnon plus oubli de glisser du spectacle son contrechamp : leregard du public, sans lequel il nexisterait pas.

    RALISATEURJean Renoir, un Patron en habit dArlequin

    2

    Jean Renoir dessinant Auguste Renoir (1901).

  • ACTEURJean Gabin, de la gueule et du mtier

    3

    Il fallait bien que Jean Gabin incarnt, dans French Cancan, le fondateur duMoulin rouge : n au pied de Montmartre le 17 mai 1904 de parents artistesdoprette et de caf-concert, Jean-Alexis Gabin Moncorg grandit la cam-pagne et