of 110 /110
Construire ou réhabiliter un petit équipement publiC mise à jour juin 2012 gu ide de la maîtrise d’ouvrage publique ISBN 2-9512793-0-2 Dépôt légal 2ème trimestre 1998

guide mop - CAUE

Embed Size (px)

Text of guide mop - CAUE

  • Construire ou rhabiliter un petit quipement publiC

    mise jour juin 2012

    g u i d ede la matrise douvrage publique

    ISBN 2-9512793-0-2Dpt lgal 2me trimestre 1998

  • Qui Ce dOCuMeNT eST-iL deSTiN ?Ce document est destin aux Matres dOuvrage Publics occasionnels, cest--dire ceux qui ralisent exceptionnellement une opration de construction et qui ne disposent donc pas des comptences administratives et techniques ni de lexprience nces-saires son bon droulement.Il ne sadresse pas aux spcialistes, qui ny trouveront pas les rponses aux questions trs prcises quils peuvent se poser.Il ne concerne pas les oprations complexes, faisant appel des procdures lourdes telles quun concours darchitecture, ou exceptionnelles telles que la conception-ralisation.On y traitera doprations moyennes, cest--dire doprations de construction ou de rhabilitation ralises par la Matrise dOuvrage Publique pour son propre compte, qui ne ncessitent pas de concours darchitecture, et font appel des techniques courantes. En dautres termes on sintressera limmense majorit des oprations des communes.

    COMMeNT eST-iL ORgANiS ?Il prsente successivement :1. une description succincte du droulement de lenchanement des diffrentes ta-pes dune opration, ainsi quun calendrier.2. une srie de fiches dcrivant plus en dtail :

    lOuvrage Public et ses particularits, les acteurs, leurs missions et leurs obligations respectives, les diffrents types de contrats liant les acteurs, les tudes et les procdures.

    Les causes dchec les plus frquentes sont signales, ainsi que les principales condi-tions runir pour assurer la russite de lopration.

    COMMeNT PeuT-ON LuTiLiSeR ?On peut lutiliser de plusieurs faons :1. En faire une lecture exhaustive, du dbut la fin, mthode la plus fastidieuse; cel-le-ci ne prsente que peu dintrt, compte tenu du dlai de ralisation du projet, qui laisse tout le temps ncessaire pour la reprendre en temps voulu;2. Rechercher dans le sommaire les fiches en rapport avec la question que lon se pose;3. Rechercher dans la liste des questions types proposes la ou les fiche(s) apportant la rponse;4. Utiliser lindex, qui indique par rapport des mots-clefs les fiches consulter.Quelle que soit la mthode utilise, il est utile de lire au moins la fiche DESCRIPTION DU DEROULEMENT DUNE OPRaTION qui donne une vue densemble de lencha-nement des diffrentes tapes de la ralisation du projet, de lide de dpart la rception des travaux.

    prsentation du doCument

    guide M.O.P. - 2012

  • QueLLe eST SON AMBiTiON ?Lambition de ce document est de donner aux Matres dOuvrage Publics occa-sionnels les informations et les repres ncessaires pour quils puissent remplir les exigences de leur mission et mener bien leur projet sans se perdre dans le maquis de la rglementation, extrmement complexe en ce domaine. Dans ce but, il dcrit la mthode de travail qui dcoule de la rglementation, mthode simple pour les projets courants, et dont lapplication reste le meilleur gage de qualit de la ralisation.Notre ambition sarrte l, mettre la disposition des Matres dOuvrage Publique occasionnels un document de rfrence, daccs ais, leur permettant : 1. dorganiser au mieux la conduite de leur projet, des tudes pralables la mise en service de louvrage;2. de respecter la rglementation;3. dassurer la russite du projet par la qualit de la ralisation.

    guide M.O.P. - 2012

  • LeS RAiSONS eT Le CONTeNu de LA MiSe JOuR 2012

    Introduire dans le guide les modifications des cadres lgislatif et rglementaire apparues depuis la premire mise jour (2004) : la rforme du Code des marchs publics (dcret du 1er aot 2006 et circulaire dapplication du 3 aot 2006) : transcription de deux directives europennes du 31 mars 2004 relatives la coordination des procdures de passation des marchs publics de tra-vaux, de fournitures et de services et la coordination des procdures de passation des marchs dans les secteurs spciaux et mise en place de dispositions favorisant laccs des PME la commande publique le dcret du 4 fvrier 2005 apportant diverses modifications au dcret relatif lobligation de dcoration des constructions publiques et la circulaire du 30 septembre 2006 qui clarifie et modernise lapplication du 1% artistique . Depuis la rforme de 2006, les modifications du cadre lgislatif et rglementaire sont les suivantes : Dcret n2008-1334 du 17 dcembre 2008 modifiant diverses dispositions rgis-sant les marchs soumis au Code des marchs publics et au dcret pris pour lapplication de lordonnance n2005-649 du 6 juin 2005 relative aux marchs passs par certaines per-sonnes prives ou publiques non soumises au Code des Marchs Publics. Dcret n2008-1355 du 19 dcembre 2008 de mise en uvre du plan de relance conomique. Dcret n2008-1356 du 19 dcembre 2008 relatif au relvement des seuils du Code des Marchs Publics. Dcret n2011-1000 du 25 aot 2011 modifiant certaines dispositions applicables aux marchs et contrats relevant de la commande publique. Circulaire du 14 fvrier 2012 relative au Guide des bonnes protiques en matire de marchs publics. Dcret n2011-1853 du 9 dcembre 2011 relevant le seuil de dispense de publi-cit et de mise en concurrence 15 000 . Dcret n2011-2027 du 29 dcembre 2011 augmentant les seuils applicables aux marchs et contrats relevant de la commande publique.

    ReMeRCieMeNTSLa mise jour a t effectue par le CAUE 44 (Vincent DEGROTTE, Directeur) en collaboration avec lObservatoire Rgional de la Commande Publique des Pays de la Loire (Lucile CaILLaUD, juriste) sur la base du document initi par le CAUE 79.

    mise jour 2012

    guide M.O.P. - 2012

  • PRSeNTATiON du dOCuMeNT

    SOMMAiRe, iNdeX, QueSTiONS-TYPeS

    FiCHeS00-LA CONduiTe du PROJeT 01-Le calendrier simplifi dune opration 02-La description du droulement dune opration

    10-LeS dFiNiTiONS 11-Louvrage public et la qualit 12-Le programme oprationnel 13-Le temps du projet 14-Le cot du projet

    20-LeS ACTeuRS 21-Le Matre douvrage Public (MOP) 22-Le Conducteur dOpration (COp) et lassistant au Matre dOuvrage (AMO) 22bis-Le Mandataire 23-Le Matre duvre (M) 24-Le Contrleur Technique (CT) 25-Le Coordonnateur Scurit et Protection de la Sant (CSPS) 26-Les Entreprises

    30-LeS CONTRATS 30-Le choix de la procdure de march 31-Le march de Matrise duvre 32-Les marchs autres que de matrise doeuvre et de travaux 33-Les marchs ngocis 34-Les marchs de travaux 35-Lassurance dommages douvrage 36-Le mandat de matrise douvrage

    40-LeS PROCduReS eT LeS TudeS 41-Les procdures pralables 42-Les tudes proprationnelles 43-Les tudes de programme 44-La mission de matrise duvre 45-Le contrle technique 46-La coordination Scurit - Protection de la Sant 47-Lobligation de dcoration 1% artistique

    50-LeS TRAVAuX 51-La prparation des travaux 52-Le suivi des travaux 53-La rception des travaux

    ANNeXeS A - Glossaire des sigles et abrviations B - Bibliographie

    sommaire

    guide M.O.P. - 2012

  • index

    guide M.O.P. - 2012

    LINFORMATION RECHERCHE SE TROUVE FICHE

    N TITRE

    appel la concurrence, appel doffres

    3134

    MaRCH DE MaITRISE DOEUVREMaRCHS DE TRaVaUX

    architecte 23 MaTTRE DOEUVRE

    assistance la Matrise dOuvra-ge

    22 CONDUCTEUR DOPRaTION ET aSSISTaNT LA MATRISE DOUVRAGE

    assistance au Matre dOuvrage pour la passation des contrats de travaux (aCT)

    44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    assistance au Matre dOuvrage pour les oprations de rcep-tion (aOR)

    44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    assurance dommages douvrage

    35 ASSURANCE DOMMAGES DOUVRAGE

    avant-Projet (aVP), avant-Projet Sommaire (aPS) et avant-Projet Dfinitif (aPD)

    44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Concertation 4311

    TUDES DE PROGRAMMEOUVRAGE PUBLIC ET QUALIT

    Conduite dopration 22 CONDUCTEUR DOPRaTION ET aSSISTaNT LA MATRISE DOUVRAGE

    Contrle technique 2445

    CONTRLEUR TECHNIQUECONTRLE TECHNIQUE

    Coordination des travaux 44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Coordination scurit et protec-tion de la sant

    2546

    COORDONNaTEUR SPSCOORDINaTION SPS

    Cot 14 COT DU PROJET

    Dcisions du Matre dOuvrage 020144

    DESCRIPT. DROULEMENT DUNE OPRa-TIONCaLENDRIER SIMPLIFI DUNE OPRaTIONMISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Dclaration douverture de chantier

    51 PRPaRaTION DES TRaVaUX

    Dclaration pralable 51 PRPaRaTION DES TRaVaUX

    Dlais 134426

    TEMPS DU PROJETMISSION DE MaTRISE DOEUVREENTREPRISES

    Direction de lexcution des contrats de travaux (DET)

    44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Dossier de consultation des entreprises

    44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Dossier des interventions ult-rieures sur louvrage (DIUO)

    2546

    COORDONNaTEUR SPSCOORDINaTION SPS

  • Enveloppe financire prvision-nelle

    142143

    COT DU PROJETMATRE DOUVRAGE PUBLICTUDES DE PROGRAMME

    Esquisse (ESQ) 44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Etudes dxcution (EXE) 44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Etudes gotechniques 3242

    MaRCHS aUTRES QUE DE MaTRISE DOEUVRE ET DE TRaVaUXTUDES PROPRaTIONNELLES

    Faisabilit 42 TUDES PROPRaTIONNELLES

    Garanties dcennale et con-tractuelle

    53 RCEPTION DES TRaVaUX

    Lever topographique 3242

    MaRCHS aUTRES QUE DE MaTRISE DOEUVRE ET DE TRaVaUXTUDES PROPRaTIONNELLES

    Matrise duvre 2344

    MaTRE DOEUVREMISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Mandat de matrise douvra-ge

    22bis36

    LE MaNDaTaIRELE MANDAT DE MATRISE DOUVRAGE

    Marchs de travaux, de ma-trise doeuvre...

    30 LE CHOIX DE La PROCDURE DE MaRCH

    Opportunit 42 TUDES PROPRaTIONNELLES

    Ordre de service 51 PRPaRaTION DES TRaVaUX

    Plan gnral de coordination (PGC)

    2546

    COORDONNaTEUR SPSCOORDINaTION SPS

    Priode de prparation des travaux

    51 PRPaRaTION DES TRaVaUX

    Prprogramme 43 LES TUDES DE PROGRAMME

    Projet (PRO) 44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Qualit 11 OUVRAGE PUBLIC ET QUALIT

    Rception des travaux 53 RCEPTION DES TRaVaUX

    Registre-journal de coordina-tion

    4651

    COORDINaTION SPSPRPaRaTION DES TRaVaUX

    Visa des tudes dexcution (VISa)

    44 MISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    1% artistique 47 OBLIGATION DE DCORATION

    guide M.O.P. - 2012

  • liste des questions-types

    guide M.O.P. - 2012

    LINFORMATION RECHERCHE SE TROUVE FICHE

    N TITRE

    Quelle est la responsabilit du matre douvrage?

    21 MATRE DOUVRAGE

    Combien cote...? 14 COT DU PROJET

    Comment aborder sereinement la ques-tion des marchs publics?

    30 CHOIX DE La PROCDURE DE MaRCH

    Comment passer le contrat de contrle technique?

    33 MARCHS NGOCIS (AUTRES QUE DE TRaVaUX)

    Comment passer le contrat de coordina-tion SPS?

    33 MARCHS NGOCIS (AUTRES QUE DE TRaVaUX)

    Comment passer le march de matrise doeuvre?

    3031

    CHOIX DE La PROCDURE DE MaRCHMaRCH DE MaTRISE DOEUVRE

    Comment passer les marchs de tra-vaux?

    3034

    CHOIX DE La PROCDURE DE MaRCHMaRCHS DE TRaVaUX

    Le recours un contrleur technique est-il obligatoire?

    45 CONTRLE TECHNIQUE

    Le recours un coordonnateur scurit-protection de la sant est-il obligatoire?

    46 COORDINaTION SPS

    Le recours une assurance Dommages dOuvrage est-il obligatoire?

    35 ASSURANCE DOMMAGES DOUVRAGE

    Comment passer un mandat de matrise douvrage?

    36 MaNDaT DE MaTRISE DOUVRaFE

    Quand...? 01 DESCRIPTION DU DROULEMENT DUNE OPRaTION

    Quand contracter une assurance dom-mages douvrage?

    35 ASSURANCE DOMMAGES DOUVRAGE

    Quand dlivrer lOrdre de Service de commencer les travaux?

    51 PRPaRaTION DES TRaVaUX

    Quand faire intervenir le Conducteur dOpration ou assistant la Matrise dOuvrage?

    22 CONDUCTEUR DOPRaTION OU aSSIS-TANT LA MATRISE DOUVRAGE

    Quand faire intervenir le contrleur tech-nique?

    45 CONTRLE TECHNIQUE

    Quand faire intervenir le coordonnateur SPS?

    46 COORDINaTION SPS

    Quand faire intervenir le matre doeuvre?

    3144

    MaRCH DE MaTRISE DOEUVREMISSION DE MaTRISE DOEUVRE

    Quand lancer lappel doffres? 34 MaRCHS DE TRaVaUX

    Qui...? 20 FICHES aCTEURS

    Qui tablit la demande de permis de construire?

    23 MaTRE DOEUVRE

    Qui tablit la notice daccessibilit? 24 CONTRLEUR TECHNIQUE

    Qui tablit la notice de scurit? 24 CONTRLEUR TECHNIQUE

    Qui tablit le dossier des interventions ultrieures sur louvrage?

    25 COORDONNaTEUR SPS

  • Qui tablit le plan gnral de coordina-tion?

    25 COORDONNaTEUR SPS

    Qui rdige le dossier dappel doffres? 2324

    MaTRE DOEUVREMaRCHS DE TRaVaUX

    Qui dirige lexcution des travaux? 2352

    MaTRE DOEUVRESUIVI DES TRaVaUX

    Qui contrle? 2425

    CONTRLEUR TECHNIQUECOORDONNaTEUR SPS

    Peut on remettre des prestations dans le cadre dune procdure adapte ?

    31 MaRCHS DE MaTRISE D OEUVRE

    a quelles conditions peut-on mettre directement en concurrence des presta-taires ?

    30 LE CHOIX DE La PROCDURE

    guide M.O.P. - 2012

  • le Calendrier simplifi dune opration

    la Conduite du projet00

    01

    00

    guide M.O.P. - 2012

  • 1213

    119

    108

    76

    54

    32

    1D

    cis

    ion

    s D

    u

    ma

    tre

    Do

    uv

    rag

    e

    etu

    Des

    pr

    op

    rati

    on

    nel

    les

    et p

    rog

    ram

    me

    co

    nc

    epti

    on

    ch

    oix

    Des

    en

    trep

    rise

    s et

    m

    arc

    hs

    De

    tra

    va

    ux

    tra

    va

    ux

    Etu

    de

    s p

    ro

    p

    ratio

    nn

    elle

    s -

    pr

    pro

    gra

    mm

    e Pro

    gra

    mm

    e o

    p

    ratio

    nn

    el

    Co

    nsu

    ltatio

    n e

    t c

    ho

    ix d

    es

    Ma

    tre

    do

    eu

    vre

    , Co

    ntr

    le

    ur

    tec

    hn

    i-q

    ue

    , et

    Co

    ord

    on

    na

    teu

    r s

    cu

    rit

    Co

    nsu

    ltatio

    n e

    t c

    ho

    ix

    de

    s e

    ntr

    ep

    rise

    s

    Pro

    c

    du

    res

    pr

    ala

    ble

    s (p

    erm

    is d

    e c

    on

    stru

    ire, e

    tc)

    Co

    nc

    lusio

    n

    de

    s m

    arc

    h

    s d

    e t

    rava

    ux

    ava

    nt-

    pro

    jets

    so

    mm

    aire

    e

    t d

    fin

    itif

    an

    aly

    se

    de

    s o

    ffre

    s

    Do

    ssie

    r d

    e c

    on

    -su

    ltatio

    n d

    es

    en

    tre

    pris

    es

    Dire

    ctio

    n d

    e l

    ex

    cu

    tion

    de

    s tr

    a-

    vau

    x

    Part

    icip

    atio

    n a

    ux

    tu

    de

    s

    Part

    icip

    atio

    n a

    ux

    tu

    de

    s

    Co

    ntr

    le

    Org

    an

    isatio

    n e

    t c

    on

    tr

    le

    Pr

    pa

    ratio

    n d

    es

    tra

    vau

    x

    Ex

    cu

    tion

    de

    s tr

    ava

    ux

    Ma

    tr

    e d

    oeu

    vr

    e

    Co

    ntr

    le

    ur

    teC

    hn

    iqu

    e

    Co

    or

    do

    nn

    ate

    ur

    SC

    ur

    it

    - PS

    entr

    ePr

    iSeS

    Ma

    tr

    e d

    ou

    vr

    ag

    e

    Esq

    uiss

    e

    Pro

    jet

    Mise

    au

    p

    oin

    t d

    es

    ma

    r-c

    h

    s

  • Le point de dpart est constitu par la dcision dune collectivit dtudier loppor-tunit et les conditions de ralisation dun projet qui se traduira par la construction ou la rhabilitation dun immeuble (dsign sous le terme Ouvrage Public par la suite).

    1 Le Matre dOuvrage engage les tudes proprationnelles ncessaires pour examiner lopportunit du projet (par exemple quantifier et qualifier le besoin, connatre les projets concurrents, etc.), dfinir la localisation, la faisabilit technique (la nature et la rsistance du sol, par exemple) et conomique, ainsi que les condi-tions de ralisation de lopration (tudes mises en forme dans un prprogramme ).Il peut alors se faire assister par un Conducteur dOpration ou Assistant la Matrise dOuvrage.

    2 Sur la base des rsultats des tudes proprationnelles, la collectivit prend la dcision de raliser (ou non) lopration, approuve le prprogramme et prvoit le financement. Ltape suivante est constitue par ltablissement du programme oprationnel, document crit qui dfinit les objectifs du projet et dcrit les besoins satisfaire et les exigences particulires du Matre dOuvrage. La collectivit approu-ve le programme et met en place le financement des tudes.

    3 Le Matre dOuvrage engage la consultation des Matres duvre.

    4 Le Matre dOuvrage fait appel un Matre duvre quil choisit et auquel il confie les tudes et la direction des travaux.

    5 Le MOP fait appel aux conseils dont lintervention est ncessaire ou obli-gatoire ds le dbut des tudes : Contrleur Technique et Coordonnateur Scurit et Protection de la Sant, qui vont travailler en relation troite avec le Matre duvre.Le MOP approuve les tudes aux diffrents niveaux successifs : 6 Esquisse, 7 avant-Projet et 8 Projet

    9 La collectivit met en place le financement des travaux, dfinit les condi-tions de la consultation des entreprises et lance la procdure dappel la concur-rence pralable aux marchs de travaux.

    10 Le Matre dOuvrage choisit les entreprises et

    11 conclut et notifie les marchs de travaux. 12 Il contracte une assurance Dommages dOuvrage.

    desCription du droulement dune oprationla Conduite du projet

    02

    00

    00

    guide M.O.P. - 2012

  • Il donne son accord au lancement des travaux. Le MOP, le CSPS et les entreprises remplissent leur obligations respectives pendant la priode de prparation des tra-vaux.Les entreprises ralisent les travaux, le Matre duvre les dirige et le Matre dOuvra-ge en suit le bon droulement, particulirement les dlais de ralisation et les cots

    13 Le Matre dOuvrage prononce la rception de louvrage et en prend posses-sion.

    Notes :Les numros N renvoient au calendrier.Les termes imprims en gras renvoient aux fiches portant le mme titre.Le calendrier ne donne pas dindication de dlai, voir ce sujet, la fiche Le temps du projet

    00

    02

    guide M.O.P. - 2012

  • dFiNiTiONLa loi sur la Matrise dOuvrage Publique (loi MOP) ne dfinit pas louvrage public mais la Matrise dOuvrage Publique, par la superposition de deux critres :1. la qualit du Matre dOuvrage : la loi MOP concerne lEtat, les collectivits terri-toriales et leurs groupements, les tablissements publics, les organismes privs dHLM ...2. la nature de lopration : construction et rhabilitation des btiments et infrastruc-tures, (sauf exceptions limitativement numres : ouvrages industriels, infrastructures des ZaC et lotissements, monuments historiques, etc.).

    Tout projet qui rpond ces deux critres est soumis la loi MOP.

    QuALiT de louvrage publiCLa qualit de louvrage public peut-tre envisage sous deux aspects :1. une notion de qualit globale,2. une notion de qualit technique et dusage,la seconde est englobe dans la premire. Dans le cadre de ce document, on sin-tressera ce qui est du domaine du Matre dOuvrage en premier lieu : la qualit globale. On en retiendra une dfinition simple qui recouvre les aspects sociaux, co-nomiques et urbains, ainsi que la dimension culturelle (le sens) du projet :

    On ne ngligera pas pour autant les aspects techniques ou dusage de la qualit qui devront tre examins attentivement au cours des tudes de conception et de la ralisation du projet.

    louvrage publiC et la qualitles dfinitions

    11

    Dans le cadre de ce document, on sintressera uniquement aux ouvrages de btiment, soumis la loi MOP, construits ou rhabilits pour le compte dune collectivit territoriale en faisant appel la Matrise duvre prive.

    Ils seront appels Ouvrages Publics.

    La qualit dun ouvrage public est sa capacit traduire de faon vidente le projet politique quil concrtise, satisfaire durablement un besoin social

    et exister en harmonie avec son environnement dans des conditions conomiques favorables pour la collectivit.

    10

    10

    guide M.O.P. - 2012

  • Ils dcoulent :1. de lapplication de rgles de construction qui visent assurer : la solidit de louvrage (rgles de calcul et de dimensionnement, normes, etc.), la scurit et laccessibilit au public, le confort et la gestion conomique des locaux (rglementations thermique et acoustique)2. de la recherche du bnfice de labels de qualit,3. du simple bon sens, par exemple de la prise en compte des cots dexploitation en sus des cots dinvestissement avant deffectuer le choix de certains quipements consommateurs dnergie,4. du respect de lenvironnement (choix des matriaux, gestion des dchets de chan-tiers, etc.).

    CAdRe LgiSLATiF eT RgLeMeNTAiRe La loi sur la Matrise dOuvrage Publique n 85-704 du 12 Juillet 1985 et ses textes dapplication, La loi sur larchitecture N 77-2 du 3 Janvier 1977 qui impose, sauf exception, le recours larchitecte pour toute construction. CMP 2011

    CARACTReS PARTiCuLieRS de LOuVRAge PuBLiCLouvrage public se diffrencie des ouvrages privs, tels que, par exemple, les cons-tructions des particuliers pour leur propre compte, par les aspects suivants qui lui donnent toute sa valeur :

    louvrage public concrtise et permet la ralisation dun projet politique caractris

    par ses aspects sociaux, conomiques et urbains. Il est la fois un objet rpondant

    un besoin et un symbole face aux aspirations des citoyens,

    louvrage public rpond un intrt gnral : il doit satisfaire les besoins des usagers

    et des utilisateurs, qui le plus souvent, ne sont pas le Matre dOuvrage, et pouvoir

    sadapter durablement leur volution,

    il a une valeur symbolique au-del de sa valeur dusage : la construction dune

    mairie, par exemple, traduit et reprsente la vision que le Matre dOuvrage a de la

    vie dmocratique locale et de la citoyennet. Louvrage public traduit et met en

    valeur le sens quon donne au projet,

    il a une valeur dexemple: la collectivit ne peut tre exigeante vis--vis des projets

    des particuliers que dans la mesure de lexigence de qualit quelle applique ses

    propres ralisations,

    10

    11

    guide M.O.P. - 2012

  • louvrage public est financ par des fonds publics. Limage quil donne constitue,

    en quelque sorte, le compte-rendu de lesprit et de la manire dont la collectivit

    gre les fonds publics.

    Louvrage public est soumis une obligation de dcoration qui vise diffuser la prsence de lart dans les lieux publics. (fiche 47 - Obligation de dcoration 1% artistique)

    CONdiTiONS de RuSSiTe eT RiSQueS dCHeCLes devoirs particuliers des MOP dcoulent directement des caractres particuliers de louvrage public. Ils constituent autant de gages de russite :

    La concertation : la satisfaction durable dun besoin social repose sur la connais-sance approfondie de ce besoin et de son volution prvisible. Elle rsulte de la concertation engage par le Matre dOuvrage avec les usagers et les utilisateurs, lamont et pendant les tudes du projet. Cette concertation permet de parta-ger une vision commune du projet et des contraintes (notamment budgtaires) auxquelles il est soumis. Elle permet au Matre dOuvrage de faire connatre les conditions dans lesquelles il effectue les choix relatifs au projet et les raisons de ses dcisions. Le sens quon veut donner au projet, sa valeur de symbole constituent la base du travail de cration par larchitecte de limage que donnera louvrage et de la sensation qui sen dgagera. Leur expression vidente, perceptible par tout un chacun, est une des conditions de ladhsion et de lattachement collectif louvrage. Il est donc essentiel que le Matre dOuvrage exprime clairement le sens du projet au travers du programme. Le devoir dexigence : louvrage public a valeur dexemple, il devient la rf-rence des projets des particuliers pour ce qui concerne leffort de qualit con-senti par la collectivit, et que celle-ci est en droit dattendre deux-mmes. Le Matre dOuvrage Public a donc, vis--vis de lui-mme et de ses propres projets, un devoir dexigence, au service de laspiration des citoyens un cadre de vie de qualit.

    Pour approfondir la notion de qualit, consulter louvrage la qualit des cons-tructions publiques dit par la Mission interministrielle pour la qualit des Constructions Publiques MIQCP - Arche Sud - 92055 La Dfense Cedex, tlchar-geable sur le site de la MIQCP : www.archi.fr/MIQCP/

    10

    11

    guide M.O.P. - 2012

  • ASPeCTS PARTiCuLieRS de LA QuALiTau-del des caractres fondateurs de la qualit de la construction publique, les matres douvrage public sont confronts aujourdhui des notions nouvelles ou insuffisamment prises en compte : environnement, sant, adaptation aux handicaps, etc. Il leur appartient de se prononcer sur lengagement de la collectivit dans ces domaines et la dfinition des objectifs assigns au projet en :

    prcisant trs clairement leurs exigences de qualit dans le programme, exerant une attention vigilante sur le respect de ces exigences tout au long de la conception du projet et de la ralisation des travaux

    LA HAUTE QUALIT ENVIRONNEMENTALEPlus quune dfinition de la qualit, il sagit dune mthode danalyse et de con-ception du projet visant rechercher le meilleur compromis entre les diffrentes solutions architecturales et techniques envisageables au regard des objectifs environnementaux prioritaires choisis par le matre douvrage. Ces priorits sont choi-sies parmi quatorze cibles, rparties en quatre ples :Ple 1 : Eco-constructionCible 1 - Relation harmonieuse des btiments avec leur environnement immdiatCible 2 Choix intgr des produits, systmes et procds de constructionCible 3 Chantier faibles nuisancesPle 2 : Eco-gestionCible 4 Gestion de lnergieCible 5 Gestion de leauCible 6 Gestion des dchets dactivitCible 7 Gestion de lentretien et de la maintenancePle 3 : Confort Cible 8 Confort hygrothermiqueCible 9 - Confort acoustiqueCible 10 Confort visuelCible 11 Confort olfactifPle 4 : SantCible 12 Qualit sanitaire des espacesCible 13 Qualit sanitaire de leauCible 14 Qualit sanitaire de lairLa mthode qui fait intervenir un conseiller environnement, ne connat actuellement que peu de dveloppement sur les petits projets.Cf. fiches 12 - Programme et 21 - MOP - groupe de travail

    LACCESSIBILIT ET LADAPTATION POUR LES PERSONNES MOBILIT RDUITELaccueil de toutes les personnes dans les mmes conditions (mme chemin, mme confort, etc.) est une qualit premire des btiments publics. La rglementation dfinit les conditions de laccessibilit des btiments (loi dorientation du 30 juin 1975, dcret du 26 janvier 1994, loi du 11 fvrier 2005 pour lgalit des droits et des chan-ces, la participation et la citoyennet des personnes handicapes, dcret du 17 mai 2006 relatif laccessibilit des tablissements recevant du public, des installations ouvertes au public, et des btiments dhabitation) et des espaces extrieurs (dcrets et arrt du 31 aot1999). Le dispostif a t complt par deux arrts des 1er aot 2006 et 21 mars 2007. Ils posent lobligation, compter du 1er janvier 2007, dadapter aux handicaps (moteurs et mentaux) les tablissements recevant du public. On doit tudier la question de laccessibilit en termes de chane de dplacement.

    10

    11

    guide M.O.P. - 2012

  • au-del de laccessibilit, lobjectif daccueil de toutes les personnes, quel que soit le handicap, doit conduire la conception des banques daccueil, des automates, de la signaltique, des affichages, etc.La notion de personnes mobilit rduite (dfinie par la Confrence Europenne des Ministres des Transports) recouvre bien lensemble des handicaps qui doivent tre pris en compte :

    les personnes ayant un handicap moteur ou des difficults fonctionnelles pour effectuer notamment un ou plusieurs dplacements, celles se dplaant en fau-teuil roulant ou les voyageurs encombrs de bagages, ou ceux accompagns de jeunes enfants, les personnes ayant des difficults sensorielles (aveugles ou malvoyants, sourds ou malentendants), les personnes ges fragiles ou les personnes affaiblies, les personnes allergi-ques.

    Cf. fiches 12 - Le programme oprationnel et 21 - MOP - groupe de travail

    CONSTRUCTION ET SANTAujourdhui, alors que nous passons prs de 90 % du temps lintrieur de btiments (locaux de travail, coles, domiciles), la question des relations entre construction et protection de la sant est pose, et ceci afin de rduire, ou pour le moins de ne pas aggraver les atteintes la sant des occupants.

    LeauLe plombLa teneur en plomb des eaux destines la consommation humaine est fixe actuel-lement 50 /L, puis pour la priode comprise entre 2003 et 2013 < 25/L, et partir de 2013 elle sera limite 10 /l. Le respect de ces valeurs ncessitera le plus souvent le remplacement sur le domaine public et priv des canalisations en plomb. Lradication des lgionellesLa dsinfection des circuits deau chaude sanitaire est indispensable pour les instal-lations nayant pas servi pendant une longue priode. De mme lentretien rgulier des bains remous ou jets, et plus gnralement lentretien des rseaux deau chaude est effectuer rgulirement. Il en est de mme des circuits des aro-rfri-grants. La conception des circuits vitera de crer des bras morts dans les circuits dalimentation deau.

    Les matriaux de constructionLa contamination par le plombOutre les teneurs en plomb dans leau de boisson, lautre source de contamination par le plomb se trouve dans la cruse, interdite depuis 1948, et dans certaines peintu-res aux sulfates de plomb interdites dans le secteur du btiment depuis 1993. Afin de prvenir les risques, il faut identifier les surfaces contamines. En cas de saturnisme ou de risque daccessibilit au plomb, la loi de lutte contre les exclusions et ses dcrets dapplication prcisent les mesures durgence mettre en uvre. Lradication de lamianteLe dcret du 13 septembre 2001 rend obligatoire : le diagnostic pour tous les bti-ments autres que les maisons individuelles, lintervention si constat de dgradation,

    guide M.O.P. - 2012

    10

    11

  • et linformation des occupants et des travailleurs lors de leurs interventions.

    La qualit de lair lintrieur des btimentsLa qualit de lair lintrieur dun btiment rsulte :

    de la pntration des polluants extrieurs de lmission de polluants due loccupation des locaux de la qualit de la ventilation.

    Sous leffet de la temprature, de lhumidit ou du rayonnement solaire, certains matriaux peuvent contribuer cette pollution. Lamlioration de la ventilation des btiments est le facteur le plus immdiat pour obtenir des rsultats dans ce domai-ne.Les biocontaminantsIls sont allergiques ou infectieux. Lameublement capitonn, les tapis, les moquettes constituent des niches cologiques prfrentielles. Des taux levs dhumidit rela-tive favorisent la prolifration des contaminants biologiques. Lhumidit optimale est de 30 50%.Les composs organiques volatiles (COV)Ce sont des gaz qui se forment temprature ambiante et sont trs volatils. Parmi ces gaz, nous trouvons les butane, propane, benzne, formaldhyde, ther de gly-col. Ils proviennent des solvants, colles, revtements...Ils ont des effets directs lorsquils sont inhals, pouvant ainsi gnrer des cancers et des troubles du systme nerveux. Ils peuvent galement tre cause de dermatoses et dallergies cutanes.Le radon dans les btimentsCest un facteur de risque de cancer du poumon. Des techniques simples permet-tent de rduire la pntration du radon lintrieur du btiment et de favoriser son vacuation vers lextrieur (drainage, ventilation).

    Lisolement acoustique des btimentsUne enqute ralise en 1998 a rvl que 40 % des Franais sont gns par le bruit. Les bruits de crte de 60 65 dcibels (A) provoquent des perturbations du rythme cardiaque et de la vasomotricit.

    SYNTHSE

    Les polluants (facteurs de risques) en relation avec le btiment sont de nature : chimique, physique, biologique. Leurs sources sont multiples : lair extrieur, lactivit humaine lintrieur des btiments, les appareils combustion, les quipements, les produits de nettoyage et dentretien, etc.Outre les risques spcifiques prcdemment voqus, et dont la plupart peuvent tre matriss par des choix de construction, ou lors de la rhabilitation, les condi-tions dhygine gnrales dans le btiment sont dterminantes pour le bien-tre des occupants et participent la prvention des diverses pathologies. Cest pourquoi lensemble des mesures prises et celles respecter peuvent figurer dans un Carnet de gestion sanitaire du btiment.

    guide M.O.P. - 2012

    10

    11

  • dFiNiTiONLe programme oprationnel est un document crit qui:1. dfinit les objectifs du projet (urbains, sociaux, culturels, conomiques, etc.), les besoins quil doit satisfaire et les exigences particulires du Matre dOuvrage,2. pose le problme auquel le Matre duvre sera charg dapporter une rponse, par son travail de conception, sous le triple aspect architectural, technique et co-nomique,3. constitue la rfrence par rapport laquelle on valuera la conformit des tudes et de la ralisation.

    CAdRe LgiSLATiF eT RgLeMeNTAiRe Larticle 5 du Code des Marchs Publics expose lobligation gnrale de dfinition initiale des besoins auxquels doit rpondre tout march. Linstruction dapplication du CMP fait rfrence la notion de programme.La loi sur la Matrise douvrage publique (loi MOP) du 12 Juillet 1985 dfinit ainsi le programme :Le Matre dOuvrage dfinit dans le programme les objectifs de lopration et les besoins quelle doit satisfaire ainsi que les contraintes et exigences de qualit socia-le, urbanistique, architecturale, fonctionnelle, technique et conomique, dinsertion dans le paysage et de protection de lenvironnement, relatives la ralisation et lutilisation de louvrage.La rdaction du programme et son approbation constituent donc une obligation lgale.

    CONTeNuLe programme oprationnel est construit de la faon suivante:1. les objectifs de lopration, cest dire les buts que la collectivit sest assigns et que la construction, ou la rhabilitation, de louvrage permettra de raliser,2. les donnes relatives au site : situation urbaine, qualit architecturale ou paysa-gre de lenvironnement, desserte, topographie, nature du sol, rseaux, etc...3. Les besoins et les exigences, les besoins sont en gnral exprims en surfaces des locaux, en liaisons entre locaux ou en quipements techniques; les exigences se situent plutt au niveau de la qualit dusage, du confort ou de lesthtique. Le cot plafond du projet peut constituer une exigence,4. les contraintes, gnralement dordre rglementaire, relatives au site (rgle par-ticulire durbanisme par exemple) et la construction (rglement de scurit par exemple) qui simposent au Matre dOuvrage. Le programme est illustr par un organigramme fonctionnel construit sur le schma suivant :

    le programme oprationnelles dfinitions

    12

    10

    10

    guide M.O.P. - 2012

  • LOCaL YEx : Correction

    acoustique

    accueilet Expos

    LOCaL XEx : Eclairage naturel,

    confort visuel, etc.

    Service

    JaRDIN

    accs extrieurvhicules et matriels

    Entre usagersunique

    Isolationphonique

    10

    attention : lorganigramme fonctionnel nest pas une reprsentation dans lespace et lchelle des diffrents locaux, cest une expression graphique des exigences et contraintes fonctionnelles. Le matre douvrage doit tre vigilant laisser toutes les options architecturales ouvertes, sauf celles qui compromettraient le bon fonctionne-ment de lquipement ou son volution dans lavenir.

    LeS eXigeNCeS QuALiTATiVeS PARTiCuLiReS :LA HAUTE QUALIT ENVIRONNEMENTALESi lchelle du projet ne permet pas dengager une dmarche HQE complte, le Matre dOuvrage, porteur ou relais de politiques locales de qualit environnementale (qualit architecturale, gestion des dchets, conomie dnergie, gestion de leau, etc.), peut nanmoins introduire dans le programme les cibles correspondant aux objectifs de ces politiques environnementales. Cette disposition du programme influera sur la dfinition des rfrences et compten-ces requises de lquipe de matrise duvre.

    LES DCHETS DE CHANTIERLa prventionLe matre douvrage peut, dans le cadre dun objectif de qualit environnementale (cibles 2 et 3 du ple co-construction de la HQE), insrer au programme une exi-gence de rduction des dchets la source par la recherche de ladquation entre les dimensions du projet et celles des lments constructifs. Il sagit dune exigence

    12

    guide M.O.P. - 2012

  • forte qui influe sur la dfinition des comptences et rfrences requises de lquipe de matrise duvre.La gestionIntgrer au chapitre des donnes du programme, les dispositions du plan dparte-mental de gestion des dchets de chantier et les coordonnes des sites de valorisa-tion et de stockage.Intgrer au chapitre des exigences les principes de la gestion des dchets de chan-tier : tri sur chantier entre inertes, dchets banals et dchets spciaux par exemple.

    LACCESSIBILIT ET LADAPTATION POUR LES PERSONNES MOBILIT RDUITEIntgrer au chapitre des donnes ltat des lieux de laccessibilit de lenvironne-ment du projet.Intgrer au chapitre des exigences :

    Linscription du projet de construction dans la cohrence de la chane de dplacements locale; La dfinition des exigences dadaptation en terme de rsultat dusage : la per-sonne handicape doit pouvoir (accder, se diriger, couter, voir, bnficier du service, etc) dans les mmes conditions que toute autre personne.

    CONdiTiONS de RuSSiTeLa rdaction du programme oprationnel et son approbation constituent une con-dition essentielle de la russite de lopration :

    lapprobation du programme par lassemble dlibrante permet de constater quil y a accord sur les bases fondamentales du projet et ses conditions de rali-sation. Elle fixe les rgles du jeu sur lesquelles on ne reviendra pas dans lavenir, sauf cas de force majeure ou volution sensible des besoins remettant en cause la faisabilit de lopration ou les choix initiaux, on vitera les remises en cause successives du projet en cours dtude partir de points de dtail. Le travail de conception pourra tre men dans lordre logi-que, du gnral au particulier, ce qui constitue une des meilleures garanties de qualit de la ralisation.

    Voir galement ce sujet les paragraphes contribution lobjectif de qualit et conditions de russite des fiches 21 - Matre dOuvrage et 23 - Matre duvre.

    Le programme doit tre un document ouvert sur lavenir : il prend en compte les volutions prvisibles des besoins. Il permet au matre duvre de concevoir un quipement qui pourra tre adapt aux volutions des besoins, des techniques, des exigences des utilisateurs, etc. sans quil soit besoin dengager court terme une opration de rhabilitation qui paratrait injustifiable. Nanmoins la conception du projet sera suffisamment longue pour que les condi-tions initiales, notamment les besoins ou lenvironnement, puissent subir des chan-gements imprvisibles. Le matre douvrage reste attentif ces volutions et tudie lopportunit de modifier le programme en consquence pendant toute la priode de conception du projet, mme aprs lapprobation dfinitive (sauf si cela conduit une remise en cause des conditions de lappel la concurrence du march de matrise duvre (cf. fiche 31 - March de matrise duvre) auquel cas le march initial ne peut tre modifi par avenant et la procdure doit tre reprise au dbut).

    10

    12

    guide M.O.P. - 2012

  • LeS diFFReNTeS APPROCHeS de LA NOTiON de dLAiLa notion de dlai de ralisation du projet est minemment subjective, et trs lie au point de vue des diffrents acteurs :

    pour le Matre dOuvrage, il est toujours trop long, pour le Matre duvre, le dlai qui lui est laiss pour faire son travail est toujours trop court, et pour les entreprises qui sont en bout de chane, il est tellement court quil leur est impossible de le respecter.

    Limportant est de garder lesprit quil ny a pas un dlai considr comme une entit, mais une somme de dlais imbriqus les uns dans les autres, dont certains sont incompressibles, dautres conditionnent les suivants et que tous ne sont pas matrisa-bles par le Matre dOuvrage.

    POuR gAgNeR du TeMPS1. On dressera, ds le dbut du projet, un calendrier prvisionnel des phases dex-cution les plus importantes (tudes, procdures et travaux), particulirement de celles qui conditionnent les oprations suivantes, en tant prudent et en rservant des marges de scurit. On pourra toutefois prvoir le chevauchement de certaines phases, par exemple : lancer lappel doffres avant davoir obtenu tous les accords de subvention.2. On recherchera et ralisera les tudes pralables ncessaires pour clairer com-pltement les dcisions prendre. Leurs conclusions seront mises en forme dans le prprogramme et soumises lapprobation de lassemble dlibrante.3. On rdigera un programme de faon engager la conception du projet sur des bases solides.4. On recherchera, le plus lamont possible, un avis pralable informel du service comptent pour chaque procdure dautorisation, on prendra en compte les obser-vations formules cette occasion dans la suite des tudes.5. On engagera ensuite toutes les procdures denqute, dclaration, ou autorisa-tion, au plus tt, sur un dossier amen au niveau dtude suffisant, sans plus.

    ON Ne gAgNe PAS de TeMPS en omettant les procdures pralables qui simposent : elles simposeront un moment ou un autre de la vie du projet, au risque de tout bloquer durable-ment. en ne ralisant pas les tudes pralables ncessaires : les informations quelles fournissent feront dfaut un moment ou un autre de la conception du pro-jet. en comprimant outre mesure les dlais dtudes de matrise duvre ou de ralisation des travaux, car les difficults rencontres par le matre duvre ou les entreprises les ramneront de fait de plus justes dimensions, et le risque de non-qualit ainsi pris est sans commune mesure avec le gain de temps escompt.

    le temps du projetles dfinitions

    13

    10

    10

    guide M.O.P. - 2012

  • le Cot du projetles dfinitions

    14LeS diFFReNTeS COMPOSANTeS du COT du PROJeTLe cot du projet est la somme des cots partiels des :

    acquisitions foncires et frais affrents, tudes proprationnelles et de programmation, conduite dopration ou assistance la matrise douvrage, lever topographique et tude gotechnique, matrise duvre, contrle technique et coordination SPS, ordonnancement, pilotage et coordination des travaux, assurance dommages douvrage et autres contrats spcifiques, travaux prparatoires (voirie, rseaux, libration de lemprise du chantier), travaux, mise en oeuvre de lobligation du 1% culturel (projet daccompagnement artistique), frais divers (tirage de plans, duplication des dossiers, publication des avis dans la presse, etc.)

    LeS dFiNiTiONS SuCCeSSiVeS du COT deS TRAVAuXAu cours de la vie du projet, on se rfrera trois dfinitions successives du cot des travaux :

    1. Lenveloppe financire prvisionnelle du cot des travaux est arrte par le Matre dOuvrage lissue des tudes de programme. au niveau de ltude desquisse, le Matre duvre vrifie la compatibilit de lenveloppe arrte par le Matre dOuvrage avec le projet. Lenveloppe est la rfrence utilise pour la ngociation du montant du forfait de rmunration de Matrise duvre. 2. Le cot prvisionnel provisoire des travaux est propos par le Matre duvre lissue des tudes davant-projet, et accept par le Matre dOuvrage. Le Matre duvre sengage sur le respect de ce cot assorti dune marge de tolrance. Le forfait de rmunration de la Matrise duvre est alors redfini sur cette nouvelle base. Si le cot prvisionnel des travaux tel quil ressort de lappel doffres est sup-rieur au cot prvisionnel augment de la marge de tolrance, le Matre duvre doit adapter ses tudes, sans rmunration supplmentaire, pour respecter son engagement. 3. Le cot prvisionnel dfinitif des travaux est la somme des montants des marchs de travaux passs avec les entreprises la suite de lappel doffres. Il est assorti dune marge de tolrance infrieure la prcdente. Si le cot constat lissue des tra-vaux est suprieur au cot prvisionnel dfinitif augment de sa marge de tolrance, le Matre duvre subira une pnalit.

    10

    10

    guide M.O.P. - 2012

  • Le CALCu L du MONTANT de LeNVeLOPPe PRVi-SiON N eLLe de LOPRATiONLe montant des travaux :Le calcul du montant de lenveloppe du cot des travaux sappuie sur quatre donnes:

    la surface du projet, ressortant de ltude du programme, des cots unitaires moyens au mtre carr de surface de locaux en fonction de leur usage et de leurs spcificits. du cot des voiries et rseaux divers, du cot des travaux damnagement des espaces extrieurs : amnagements paysagers, continuit de la chane de dplacements depuis la voie publique ou les transports en commun.

    Les conducteurs dopration, assistants la matrise douvrage et matres duvre dispo-sent des lments ncessaires.Le montant de lenveloppe prvisionnelle de lopration est dfini, en ajoutant au cot des travaux, le cot de la Matrise duvre et la somme des cots annexes (cf. supra), hormis le cot des acquisitions foncires.Le forfait de Matrise duvre peut tre estim en utilisant la mthode propose par le Guide pour la ngociation des rmunrations de matrise duvre publi en Juin 1994 par la Mission Interministrielle pour la Qualit des Constructions Publiques (MIQCP), Arche Sud, 92055 Paris La Dfense Cedex 04 (tlchargeable sur le site : www.archi.fr/MIQCP/).Globalement on ajoutera de 20% (au minimum) 25% (intgrant une marge de scurit) lenveloppe du cot des travaux pour obtenir le montant de lenveloppe prvisionnelle du cot de lopration, hors acquisitions foncires et travaux dadaptation au sol spci-fiques.Lenveloppe prvisionnelle ne doit pas tre sous-estime, au risque, si on ne peut la rvaluer, de devoir pratiquer des rvisions la baisse des besoins et des exigences du programme en cours de conception du projet, et de construire in fine un quipement insatisfaisant pour ses utilisateurs.Par ailleurs, les conditions de mise en concurrence sont biaises : les candidats qui ont lhonntet de signaler cette sous-valuation prennent le risque dtre carts au profit dun autre qui minimisera le risque. Or, la ncessit de rvaluer lenveloppe apparatra ncessairement par la suite, aprs la signature du march de matrise duvre, contrai-gnant ainsi le matre douvrage une rengociation du contrat dans les plus mauvaises conditions pour ses intrts, au risque de surcrot de voir la procdure davenant invalide par le contrle de lgalit.

    LA NOTiON de COT gLOBALLe cot global comprend le cot de ralisation et les cots de fonctionnement et dex-ploitation.Il est particulirement intressant dexaminer le cot global au niveau des :

    tudes dopportunit : lestimation de la charge du projet sur le budget de la col-lectivit doit intgrer les cots de fonctionnement et dexploitation, ainsi que les cots financiers. tudes de faisabilit : lorsquon a le choix entre plusieurs techniques, le chauffage par exemple.

    10

    14

    guide M.O.P. - 2012

  • dFiNiTiONLe Matre de lOuvrage est la personne morale pour laquelle louvrage est construit.Pour la suite de ce document, on dsignera par Matre dOuvrage Public (MOP) la collectivit pour laquelle louvrage est construit et qui en assure le financement. Il pourra sagir dune commune, dun groupement de communes, etc., reprsents par le Maire, le Prsident, agissant dans le cadre des dlgations ou autorisations accordes par lassemble dlibrante.La notion de Personne Responsable du March (PRM) nexiste plus.Le Code des marchs publics parle dsormais de pouvoir adjudicateur (Pa) pour dsigner le matre douvrage.Larticle 2 du CMP donne une dfinition organique des matres douvrage : ce sont ceux soumis au CMP : LEtat et ses tablissements publics (autres quindustriels et commerciaux) Les collectivits territoriales ( rgions, dpartements, communes, intercommunali-ts) et lensemble de leurs tablissements publics locaux Les acteurs de la sant (centres hospitaliers, maisons de retraite) Les acteurs de lenseignement suprieur et de la recherche (universits, centres de recherche...) Les acteurs du logement social (OPHLM, OPAC...) Les organismes consulaires ( CCI, chambres des mtiers...)

    MiSSiONS eT OBLigATiONS Responsable principal de louvrage, le Matre de lOuvrage remplit dans ce rle une fonction dintrt gnral, dont il ne peut se dmettre (loi MOP), mission qui peut tre traduite par une srie dtapes, qui sont autant dobligations :

    Etapes successives: le matre douvrage public voir fiche

    - sassure de la faisabilit de louvrage 42 Etudes proprationnelles

    - choisit la localisation 42 Etudes proprationnelles

    - dfinit le programme 43 Etudes de programme

    - arrte lenveloppe financire prvisionnelle 43 Etudes de programme

    - arrte les conditions du financement 43 Etudes de programme

    - choisit le processus de ralisation 34 Marchs de travaux

    - choisit le Matre duvre et conclut le march de matrise duvre

    31 March de Matrise du-vre

    - choisit les entreprises et conclut les marchs de travaux

    34 Marchs de travaux

    - prononce la rception des travaux 53 Rception des travaux

    le matre douvrage publiCles aCteurs

    21

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • De plus le Matre dOuvrage Public (comme tout matre douvrage) peut tre, en fonction des caractristiques de louvrage, soumis des obligations complmentai-res dont les plus frquentes sont :

    le contrle technique, le respect des rglements de scurit et daccessibilit, la coordination scurit-protection de la sant, lassurance dommages douvrage.

    Enfin, il met en uvre lobligation de dcoration 1% culturel .

    CONTRiBuTiON LOBJeCTiF de QuALiT Le reprsentant du MOP est le premier garant de la qualit de louvrage : son engagement personnel assure latteinte de lobjectif de qualit au travers de la mobilisation des diffrents acteurs de ltude et de la ralisation du projet. La qualit des choix primordiaux que le MOP arrte par ses dlibrations (choix du site, faisabilit, enveloppe financire...) conditionne la qualit du rsultat de la dmarche de ralisation du projet, cest pourquoi il ne peut sen dessaisir (cf. ci-dessus missions et obligations). Il donne le sens du projet , son contenu en tant que projet politique (cf. fiche 11- LOuvrage public et la qualit). Il est le dpositaire de lhistoire du projet et il reoit les informations qui permet-tent de le faire voluer au besoin. Il est lorigine des remises en question qui peuvent savrer ncessaires au cours du processus de ralisation, par exemple si les besoins ont volu au cours des tudes.

    CONdiTiONS de RuSSiTe - RiSQueS dCHeC Le choix du site doit dcouler dune rflexion pralable sappuyant sur lenviron-nement actuel et futur (prvisible) du projet. On ne fait pas de la qualit urbaine en subissant des opportunits foncires (cf. fiche 42- Etudes proprationnelles). Llaboration dun programme crit, mme succinct, est une condition essen-tielle de russite (cf. fiche 43 Les Etudes de programme). Le Matre dOuvrage constitue un groupe de travail dusagers et dutilisateurs, il le runit rgulirement en fonction de lavancement du projet. Lassociation des usagers et des utilisateurs aux tudes proprationnelles permet daffiner lexpression des besoins auxquels le programme rpondra. Le groupe de travail associe galement des experts qui pourront donner un avis sur le respect des exigences spcifiques du programme : adaptation au handicap et exigences environnementales, par exemple. Par la suite, le groupe de travail participera lvaluation des rponses successives apportes par le matre duvre au programme : esquisse, avant-projet sommaire et dtaill, projet, il est associ au choix des matriaux et quipements spcifiques (par exemple quipements adapts au handicap, quipements sportifs, etc.). La rdaction du programme permet dexprimer la raison dtre du projet, son sens et sa valeur symbolique (cf. fiche 11- LOuvrage public et la qualit).

    20

    21

    guide M.O.P. - 2012

  • Lenveloppe prvisionnelle ne doit pas tre sous-estime, au risque, si on ne peut la rvaluer, de devoir pratiquer des rvisions la baisse des besoins et des exigences du programme en cours de conception du projet, et de construire in fine un quipement insatisfaisant pour ses utilisateurs. Par ailleurs, les conditions de mise en concurrence sont biaises : les candidats qui ont lhonntet de signaler cette sous-valuation prennent le risque dtre carts au profit dun autre qui minimisera le risque. Or, la ncessit de rvaluer lenveloppe apparatra nces-sairement par la suite, aprs la signature du march de matrise duvre, con-traignant ainsi le matre douvrage une rengociation du contrat dans les plus mauvaises conditions pour ses intrts, au risque de surcrot de voir la procdure davenant invalide par le contrle de lgalit. Le choix de la mise en concurrence et de la procdure doivent tre adapts aux enjeux du projet : concours darchitecture, conception-ralisation, appel doffres sur performances... Le temps ncessaire la bonne conduite du projet doit tre respect. On ne doit pas chercher griller les tapes pour gagner du temps : un moment ou un autre du processus, toute tude ou procdure pralable qui aurait t vi-te dans ce but, apparatra comme indispensable. Elle devra tre ralise et le retard qui sen suivra risque fort dtre suprieur au temps gagn en un premier temps. De la mme faon, on ne rduira pas le temps ncessaire aux tudes proprationnelles et de conception; il faut du temps pour que les ides et les projets mrissent.

    guide M.O.P. - 2012

    20

    21

  • le ConduCteur dopration ou lassistant la matrise douvrage

    les aCteurs

    22

    20

    20

    dFiNiTiON Le Conducteur dOpration (COp) apporte au matre de louvrage une assistance gnrale caractre administratif, financier et technique (loi MOP). La mission de Conduite dOpration est exclusive de toute mission de matrise doeuvre, de contrle technique ou de travaux.Lassistance la Matrise dOuvrage (aMO) se situe principalement au niveau des tudes proprationnelles, de la dfinition du programme et de lenveloppe prvi-sionnelle. Pour la suite de ce document on sappuiera sur la dfinition de la Conduite dOpration.Ces missions entrent dans le champ dapplication du Code des Marchs Publics. Elles sont soumises aux dispositions dappel la concurrence qui en dcoulent.

    guide M.O.P. - 2012

  • MiSSiONS eT OBLigATiONSLe recours un Conducteur dOpration ou un assistant la Matrise dOuvrage nest pas obligatoire; il est cependant vivement conseill aux matres douvrage dpourvus des services comptents (sauf sils confient la ralisation de leur opration un mandataire: cf fiche 22bis Le Mandataire). Il devra faire lobjet dun contrat. Il doit permettre au Matre dOuvrage de mener bien son projet dans les meilleures conditions du point de vue :administratif : respect des procdures et des rglements (notion de scurit juridi-que),technique : respect du programme, qualit des prestations dtudes, etc.financier : aide au montage financier, maintien des cots et des dlais.a chaque tape du processus de ralisation du projet, le conducteur dopration propose au Matre dOuvrage les lments ncessaires pour prendre les dcisions qui lui appartiennent.Le Conducteur dOpration :1. produit les tudes proprationnelles et de programme, et/ou assiste le Matre dOuvrage pour le choix du programmateur et anime les tudes proprationnelles et de programme2. assiste le Matre dOuvrage pour le choix du processus de ralisation et du mode de conclusion des marchs de matrise duvre et de travaux3. assiste le MOP pour les procdures pralables au choix du Matre duvre et la ngociation du march de matrise duvre4. contrle les tudes : dlais, conformit au programme5. assiste le Matre douvrage pour la conclusion des marchs de travaux6. prpare pour le Matre dOuvrage les contrats divers : levers topographiques, tu-des gotechniques, mission de coordination, contrle technique, assurance dom-mages douvrage, etc.7. assiste le Matre dOuvrage pendant la dure des travaux8. assiste le Matre dOuvrage pendant la rception des travaux et la priode de garantie9. tablit le bilan financier de lopration.

    CONTRiBuTiON LOBJeCTiF de QuALiTLe Conducteur dOpration met la disposition du Matre dOuvrage, qui ne dispose pas des comptences techniques ncessaires dans ses propres services, ses comp-tences et son exprience dans les domaines administratifs, techniques et financiers. Il veille au bon droulement de lopration et libre le Matre dOuvrage de lexcu-tion des tches techniques, lui permettant ainsi de se concentrer sur lessentiel de sa mission : les choix et les dcisions qui restent de son ressort.

    le ConduCteur dopration ou lassistant la matrise douvrage

    les aCteurs

    22

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • Il aide le Matre dOuvrage approfondir les rflexions pralables la prise de dcision quant lopportunit de lopration, au choix de la localisation, etc. Pour les oprations moyennes, il peut mettre en forme le programme de lopration, partir des rsultats des tudes proprationnelles et en fonction des dcisions du Matre dOuvrage. Si ce document, qui constitue la base de travail du Matre duvre, nest pas lunique source de qualit dune opration, linverse, lab-sence de programme, ou son manque de qualit est une cause frquente et quasi certaine dchec.

    CONdiTiONS de RuSSiTe - RiSQueS dCHeCLintrt principal de la mission de Conduite dOpration pour le Matre dOuvra-ge se situe :1. lamont de la dcision de raliser lopration et de la dfinition de ses condi-tions de ralisation,2. lamont du choix du Matre duvre.Si le Matre dOuvrage envisage de recourir un Conducteur dopration, il doit le faire au plus tt, ds quil apparat que la rponse de la collectivit un besoin se traduira par une construction.

    20

    guide M.O.P. - 2012

    22

  • dFiNiTiONLe matre douvrage peut confier un mandataire lexercice, en son nom et pour son compte, de tout ou partie de ses attributions lexclusion des dcisions qui doi-vent rester de son ressort, cest--dire des dcisions qui remettraient en cause le prin-cipe de libre administration des collectivits ou qui engageraient la qualit globale de louvrage.Le mandat est exerc dans la limite du programme et de lenveloppe financire prvisionnelle arrts par le matre de louvrage.

    MiSSiONS eT OBLigATiONSLe mandataire agit au nom et pour le compte du matre douvrage. Le mandat de matrise douvrage doit tre ainsi distingu dune mission dassistance matrise douvrage. En revanche, il ne peut sagir dune dlgation globale qui serait contrai-re au principe fondateur de la loi MOP: favoriser la qualit par la responsabilisation des matres douvrage.Le mandataire peut se voir confier:la dfinition des conditions administratives et techniques selon lesquelles louvrage sera tudi et excutla prparation du choix du matre doeuvre, la signature du contrat de matrise doeuvre (aprs approbation du choix du matre doeuvre par le matre de louvra-ge) et la gestion du contrat de matrise doeuvre.lapprobation des avant-projets et laccord sur le projetla prparation du choix de lentrepreneur, signature du contrat de travaux (aprs approbation du choix de lentrepreneur par le matre de louvrage) et la gestion du contrat de travaux.le versement de la rmunration de la mission de matrise doeuvre et des travauxla rception de louvrage (aprs accord sur les conditions)et laccomplissement de tous actes affrents aux attributions mentionnes ci-des-sus.

    Le matre douvrage exerce en propre et ne peut confier au mandataire les prro-gatives suivantes:le choix de la localisation de loprationla constitution du financement de loprationle choix du processus de ralisationle choix du matre doeuvre et des entrepriseslaccord du matre douvrage sur les dispositions des avant-projets et les conditions de la rception des ouvragesLexercice du mandat est incompatible avec toute mission de matrise doeuvre,

    le mandataireles aCteurs

    22bis

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • 22bis

    20

    guide M.O.P. - 2012

    de contrle technique ou de ralisation de travaux sur le mme ouvrage. Lincompatibilit porte sur la personne publique ou prive charge du mandat et toute entreprise qui lui est lie.Le mandataire est soumis une obligation dexcution personnelle du contrat de mandat.

    CONTRiBuTiON LOBJeCTiF de QuALiTLe mandataire met la disposition du matre douvrage, qui ne dispose pas des moyens et/ou des comptences techniques ncessaires dans ses propres services, ses comptences et son exprience dans les domaines administratif, technique et financier. Il conduit la ralisation de lopration et libre le matre douvrage de lexcution des tches administratives, techniques, et de la gestion financire de lopration.Lintervention du mandataire permet ainsi au matre douvrage public de concen-trer son activit sur la dimension politique du projet: valuation de lopportunit et de la faisabilit du projet, adquation avec les besoins, concertation avec les utili-sateurs, veille sur les volutions pouvant influer sur le programme (nouveaux besoins, nouvelles pratiques, etc.), prise en compte des exigences environnementales, etc.

    Lintervention dun mandataire, professionnel de la conduite des projets publics, garantit la rigueur de la mise en oeuvre du processus de projet: contrle de la con-cordance des tudes avec le programme, respect des dlais et de lenveloppe financire. Elle apporte au matre douvrage scurit juridique des dcisions et con-trats, et permet de rduire les risques de contentieux.Le mandataire est tenu, vis--vis du matre douvrage, un devoir de conseil glo-bal.

    CONdiTiONS de RuSSiTe / RiSQueS dCHeCLintervention dun mandataire ne doit pas inciter le matre douvrage se dsint-resser du projet. au contraire, le matre douvrage doit assurer le plein exercice des dcisions dont il ne peut se dmettre : contrler que le mandataire explore lensemble des options envisageables et remet des conclusions fondes sur lintrt du matre douvrage (en sappuyant sur les comptences du comit de pilotage ou groupe de travail) veiller au respect du calendrier et la coordination entre les tapes de la dmar-che de projet conduite par le mandataire et les dcisions confies la matrise douvrage (remise des documents temps, calendrier des runions de lassemble dlibrante)

  • dFiNiTiONLe Matre duvre a pour mission dapporter une rponse architecturale, technique, et conomique un programme dfini par le Matre dOuvrage.Pour rpondre aux diffrents aspects du programme, le Matre duvre est consti-tu, dans la plupart des cas, dune quipe : architecte(s), bureaux dtudes techni-ques, conomiste, etc.

    le matre doeuvreles aCteurs

    23

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • MiSSiONS eT OBLigATiONSEn Matrise dOuvrage Publique, la forme, le contenu et lenchanement de la mis-sion de matrise duvre sont rglements. La mission du Matre duvre peut tre rsume ainsi :1. il produit les tudes architecturales et techniques et tablit lestimation du cot de louvrage,2. il tablit les documents ncessaires la demande de permis de construire et autres autorisations,3. il tablit le Dossier de Consultation des Entreprises (DCE) et assiste le Matre dOuvrage pour le choix des entreprises et la passation des marchs de travaux,4. il dirige et contrle lexcution des travaux et assiste le Matre douvrage pour leur rception.En matire de btiments, la mission confie au Matre duvre doit correspondre au moins la totalit de la mission dite mission de base qui couvre lensemble de la conception et du contrle des travaux, de lesquisse jusqu la rception des travaux.

    Le tableau joint la fiche 44- Mission de matrise duvre dcrit lenchanement des tapes et larticulation avec les dcisions du Matre dOuvrage.

    Le Matre duvre est tenu un devoir de conseil qui vise garantir le Matre dOuvrage contre les risques financiers, techniques et juridiques lis la ralisation de lopration (par exemple, attirer lattention du Matre dOuvrage sur une non adaptation du financement envisag par rapport au projet, rappeler au Matre dOuvrage les procdures rglementaires qui simposent lui, etc.).

    CONTRiBuTiON A LOBJeCTiF de QuALiTLe Matre duvre est lauteur du projet : il apporte la rponse au problme pos (le programme) sous ses trois aspects : architectural, technique et conomique.Architectural :

    il a seul la charge de traduire, et de rendre perceptible, le contenu, le sens et la valeur du projet exprims par le Matre dOuvrage dans le programme (sur lim-portance de ce document, cf. fiche 43- Etudes de programme), Il conoit lorganisation, limage et le caractre des lieux, construits ou non : il est lorigine du sentiment qui sen dgage et que ressentent lutilisateur, lusager ou le passant.

    Technique et conomique : il conoit un projet qui rpond aux besoins exprims et qui peut sadapter leur volution, il dfinit les conditions techniques de ralisation de louvrage pour atteindre les objectifs de qualit dans le respect des cots et des dlais.

    le matre doeuvreles aCteurs

    23

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • Dans le cas o le programme nest dfinitivement arrt qu la suite des tudes davant-projet, il apporte sa comptence au Matre douvrage pour la mise au point du document.

    Le Matre duvre sengage sur le cot de ralisation de louvrage, avec, son encontre des obligations contraignantes ou des pnalits en cas de dpassement du cot prvisionnel assorti de sa marge de tolrance.

    CONdiTiONS de RuSSiTe - RiSQueS dCHeCLa qualit de la relation entre le Matre dOuvrage et le Matre duvre : la concep-tion de louvrage saffine tout au long du processus des tudes et senrichit des changes entre le Matre dOuvrage et le Matre duvre; la qualit de la relation qui stablit entre eux, la confiance rciproque, une vision commune des objectifs du projet sont autant dlments qui assurent sa russite.

    Pour effectuer le choix du Matre duvre, tout en restant dans le cadre de la pro-cdure de march public, le MOP devra donc tre guid par le souci de construire une quipe durable (MOP et M) au service dun mme projet.

    20

    guide M.O.P. - 2012

    23

  • dFiNiTiONLe Contrleur Technique (CT) a pour mission de veiller, pour le compte du Matre dOuvrage, lapplication des rgles garantissant :1. la solidit des ouvrages,2. la scurit des personnes frquentant les constructions,ou dautres rgles applicables au projet suivant ses caractristiques.

    le Contrleur teChniqueles aCteurs

    24

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • MiSSiONS eT OBLigATiONSLorsque son intervention est obligatoire (cf. fiche 45- Contrle Technique), le Contrleur Technique contrle :1. lapplication des rgles de construction (normes, rgles de calcul, mthodes de construction, etc.), mission L ,2. Lapplication des rgles relatives la scurit des personnes lintrieur et aux abords des btiments (aprs leur mise en service : la scurit du chantier est du res-sort du coordonnateur SPS), mission S .Le Contrleur Technique formule des avis quil remet au Matre duvre, et dont il informe le Matre dOuvrage.Le Contrleur peut tre charg de missions complmentaires, telles que, par exem-ple, la mission Hand , concernant le respect des rgles daccessibilit.Sur la demande du Matre douvrage, le Contrleur Technique tablit les notices de scurit et daccessibilit qui sont annexes la demande de permis de construire.Le Contrleur Technique doit bnficier dun double agrment : la socit de con-trle technique et chaque contrleur individuellement.

    CONTRiBuTiON LOBJeCTiF de QuALiTLa mission de contrle technique a t prcise par la loi sur lassurance-cons-truction; elle sinscrit dans la recherche des plus grandes garanties pour le Matre douvrage par rapport aux alas techniques.Le Contrleur sengage auprs du Matre dOuvrage sur le contenu des avis quil formule et sur le contrle de leur respect par les constructeurs. Louvrage est ainsi construit dans le respect des rgles. La comptence et lexprience du Contrleur technique lui permettent de combler les ventuels vides des rgles techniques.Le Contrleur Technique est le conseil du Matre dOuvrage, il a une mission de pr-vention, il est indpendant de la matrise duvre et des entreprises.

    CONdiTiONS de RuSSiTe - RiSQueS dCHeCLe Matre dOuvrage doit faire appel au Contrleur Technique suffisamment tt pour que celui-ci puisse intervenir ds le dbut des tudes.Le Matre dOuvrage doit sassurer que le contrat prcise les conditions de la pr-sence du Contrleur Technique sur le chantier : frquence, contrles particuliers, prsence aux runions de chantier, etc.

    le Contrleur teChniqueles aCteurs

    24

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • dFiNiTiONLe coordonnateur Scurit-Protection de la Sant (CSPS) a pour mission de prvenir les risques rsultant de lexcution des travaux.Le CSPS doit justifier du niveau de comptence requis pour lexercice de la mission, niveau qui est directement li la catgorie de lopration (cf fiche 46- La coordina-tion Scurit-protection de la sant). Il sagit dune comptence individuelle, celle du coordonnateur lui mme, et non de la socit qui lemploie. Le CSPS ne peut tre charg du contrle technique de lopration (et inversement). Pour les chantiers dun montant suprieur 760 000 Euros, il ne peut exercer aucune autre fonction. Les communes et leurs groupements de moins de 5000 habitants peu-vent confier la dsignation du CSPS au M.

    le Coordonnateur sCurit et proteCtion de la sant

    les aCteurs

    25

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • le Coordonnateur sCurit et proteC-tion de la sant

    les aCteurs

    25MiSSiONS eT OBLigATiONSLes obligations du Matre douvrage varient en fonction de limportance de lop-ration (elles sont classes en trois catgories, de III I dans lordre croissant dimpor-tance). Dans le cadre de ce document, qui traite doprations moyennes, on ne sintressera quaux oprations de catgorie II et III. Le niveau suprieur (niveau I) ne sera pas trait (cf. fiche 46- Coordination scurit - protection de la sant).Le Coordonnateur Scurit-Protection de la Sant est charg de :1. prvoir les conditions dapplication sur le chantier des principes gnraux de pr-vention et contrler leur mise en uvre par les diffrents intervenants;2. tenir le registre-journal de coordination qui consigne les vnements du chantier;3. rdiger le Dossier des Interventions Ultrieures sur lOuvrage (DIUO);4. tablir le plan gnral de coordination;5. harmoniser les plans particuliers de scurit et protection de la sant fournis par les entreprises.Les points 4 et 5 concernent uniquement les oprations classes en catgorie II.

    CONTRiBuTiON LOBJeCTiF de QuALiTLe coordonnateur Scurit-Protection de la sant agit comme conseil auprs du Matre douvrage et lui permet de remplir ses obligations vis--vis des organismes chargs du contrle de lapplication des rgles de scurit sur le chantier.Le coordonnateur Scurit-Protection de la sant, en favorisant une meilleure coor-dination entre les entreprises, a indirectement une action sur lorganisation et le bon droulement du chantier, et donc sur le dlai dexcution des travaux.Le Dossier des Interventions Ultrieures sur lOuvrage est un lment de la qualit globale au bnfice du Matre dOuvrage, en ce sens quil facilite et scurise les interventions venir, quelles concernent lentretien courant, exceptionnel ou les extensions de louvrage.

    CONdiTiONS de RuSSiTe - RiSQueS dCHeCLe Matre dOuvrage doit passer le contrat de CSPS temps pour que le Coordonnateur SPS puisse intervenir ds le dbut des tudes davant-projet som-maire. Il lui est possible de dsigner deux coordonnateurs qui interviendront successivement, le premier au niveau des tudes, le second au niveau des travaux. Pour des op-rations moyennes et sauf cas particulier, il est recommand de choisir un coordon-nateur unique qui gardera la mmoire de lopration du dbut des tudes jusqu la fin des travaux. Dans le cas contraire, le coordonnateur choisi pour la phase de

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • ralisation du chantier doit intervenir avant le lancement de la consultation des entreprises.La russite de la mission, au-del du strict respect des obligations, dpend de la capacit du Coordonnateur couter les intervenants, faire des propositions ra-listes et les argumenter. Il est indispensable quil dispose du soutien du Matre dOuvrage.

    20

    25

    guide M.O.P. - 2012

  • dFiNiTiONLa notion doprateurs conomiques regroupe les entrepreneurs, fournisseurs et prestataires de service. Ces derniers ralisent les travaux. On dsignera par le terme gnrique doprateur conomique toute personne prive ou morale ayant la capacit, technique juridique et financire, raliser les travaux dans le cadre dun march public. Ce pourra tre un artisan, un groupement dartisans, une entreprise seule, un groupement momentan dentreprises, une entreprise et ses sous-traitants, etc.

    MiSSiONS eT OBLigATiONSLentreprise est charge de raliser les travaux dans les conditions stipules par le march, cest--dire conformment un descriptif accept, pour le prix convenu et dans le dlai convenu.Lentrepreneur a vis--vis du Matre dOuvrage un devoir de conseil : il doit mettre la disposition du Matre dOuvrage sa comptence et son exprience au service de la solidit de louvrage et de la scurit. Il doit par exemple, porter sa connaissance tout fait ou dcision qui lui semble compromettre la solidit ou la scurit et engager la responsabilit des acteurs de la construction : le Matre dOuvrage lui-mme, le matre duvre, et lentreprise. Le fait quil ralise les travaux suivant les prescriptions du Matre duvre ne lexonre pas de son devoir de conseil.

    CONTRiBuTiON LOBJeCTiF de QuALiTLentreprise met au service du projet un savoir-faire quelle est seule dtenir.Les entreprises sont responsables de la concrtisation du projet et de limage dfi-nitive qui en restera; leur souci premier de la solidit de louvrage et du bon fonc-tionnement des quipements doit se doubler dune vigilance continue sur la qualit daspect et de finition.Chaque entreprise, au niveau de lorganisation de ses interventions sur le chantier, participe au respect du dlai global de ralisation des travaux.

    CONdiTiONS de RuSSiTe eT RiSQueS dCHeCLa procdure des marchs publics apporte au Matre dOuvrage certaines garanties quant la capacit des entreprises raliser et mener bien les travaux : le respect des obligations fiscales et sociales qui ouvrent laccs la commande publique constitue une garantie financire, le Code des Marchs Publics cite parmi les critres de slection des candidatu-res des entreprises des garanties techniques et financires suffisantes . Le Matre

    les entreprisesles aCteurs

    26

    20

    20

    guide M.O.P. - 2012

  • dOuvrage assist du Matre duvre peut ainsi vrifier a priori que lentreprise quil entend retenir pourra mener bien les travaux.

    Les entreprises disposent didentifications ou de qualifications professionnelles, accordes par des organismes indpendants, ou de certificats de capacit tablis par des matres douvrage, qui traduisent leur niveau de moyens et de comptence ou leur engagement dans une dmarche de qualit; le Matre dOuvrage pourra y trouver les lments ncessaires pour effectuer son choix. On vitera toutefois dexiger a priori des niveaux de qualification plus levs que ncessaire par rapport aux conditions du projet : cette disposition pourrait carter de la mise en concur-rence des entreprises aptes raliser les travaux et se retournerait contre le Matre dOuvrage.

    Le Matre dOuvrage veillera ouvrir le plus largement possible lappel la concur-rence : en publiant les avis dappel la concurrence dans la presse spcialise et les journaux locaux, en faisant insrer dans le Dossier de Consultation des Entreprises le cadre de dcomposition des prix globaux forfaitaires portant indication des quantits (le quantitatif labor par le Matre duvre). Dans le cas contraire, nombre dentre-prises ne pourront pas engager ltude ncessaire pour formuler leur prix et priveront le Matre dOuvrage dune offre intressante.

    Le Matre dOuvrage se gardera de toute intervention directe auprs des entrepri-ses quant la ralisation des travaux ou la conduite du chantier. Ses remarques devront tre formules auprs du Matre duvre, seul habilit donner des ordres aux entreprises.

    20

    guide M.O.P. - 2012

    26

  • PRiNCiPe gNRAL de SOuPLeSSe eT deFFiCACiTLe Code des Marchs Publics accorde aux matres douvrage la souplesse nces-saire pour conduire la ralisation de leur projet avec toutes les garanties de qualit et de scurit, sans perte de temps rsultant de lapplication de procdures complexes ou inadaptes.Le CMP dfinit les procdures rgulires de passation des marchs: le concours pour la matrise doeuvre et lappel doffres pour les travaux, et autorise des procdures allges en fonction des caractristiques de lopration envisage.La collectivit matre douvrage doit, dans le cadre plus gnral de la dfinition du processus de ralisation du projet prescrit par la loi MOP, dterminer pour chaque projet les procdures de passation des marchs de matrise doeuvre et de travaux les mieux adaptes.Le pouvoir adjudicateur dsigne par voie de dlgation les personnes habilites passser et signer les contrats.Ce rle est dvolu au Maire, au Prsident du groupement de communes, etc... Il peut tre partiellement dlgu. Il est galement encadr pour ce qui concerne la signature des marchs par les conditions de la dlgation accorde par lassemble dlibrante :pouvoir dexcution dune dcision de la collectivit (art L 2122-21-6 du CGCT), auquel cas lidentit du prestataire retenu et le montant du march sont soumis la dcision de lassemble dlibrante avant la signature du marchdlgation (art L 2122-22-4 du CGCT), auquel cas le Pa peut signer le march lissue de la procdure de mise en concurrence

    CHOiX de LA PROCduRePour effectuer ce choix, le matre douvrage :1. sappuie en premier lieu sur les principes gnraux dfinis par larticle 1er du Code des Marchs Publics2. inventorie les procdures applicables en fonction des seuils, de la nature de la prestation et des caractristiques du projet3. choisit la procdure qui permet dassurer la russite du projet : la plus grande qua-lit de la ralisation, au meilleur cot global et dans les dlais requis

    PRiNCiPeS gNRAuX APPLiCABLeS TOuS LeS MARCHS PuBLiCSLa procdure de passation dun march public doit respecter les trois principes sui-vants :

    30

    guide M.O.P. - 2012

    le Choix de la proCdure de marChles Contrats

    30

    30

  • la libert daccs la commande publiquelgalit du traitement des candidatsla transparence des procdures

    PROCduRe de PASSATiON deS MARCHS de MATRiSe dOeuVReCf. fiche 31 - Les marchs de matrise doeuvreProcdures applicablesLes marchs de matrise doeuvre des oprations traites dans ce document sont passes aprs la procdure de concours, sauf exception: en fonction dun seuil : au dessous de 130 000 HT pour lEtat et 200 000 HT pour les collectivits, ils peuvent tre passs selon une procdure adapte en fonction de la nature du projet: rutilisation dun ouvrage existant, ouvrages dinfrastructures, matrise doeuvre sans conception. Dans ces cas, ils peuvent tre passs selon une procdure ngocie spcifique.

    Procdures excluesPour les ouvrages dont traite ce document, la procdure dappel doffres doit tre exclue. En effet, elle ne permet pas de passer un march prix provisoire (ce qui est le cas dun march de matrise doeuvre pass au niveau du programme) et de dialoguer avec les candidats avant darrter le choix du prestataire retenu.

    Conditions demploiArticle 28 al 1er du CMP Lorsque leur valeur estime est infrieure aux seuils mentionns au II de larticle 26 ( savoir 200 000 HT pour les collectivits territoriales ), les marchs de fournitures, de services ou de travaux peuvent tre passs selon une procdure adapte, dont les modalits sont librement fixes par le pouvoir adjudicateur en fonction de la nature et des caractristiques du besoin satisfaire, du nombre ou de la localisation des oprateurs conomiques suceptibles dy rpondre ainsi que des circonstances de lachat. Cette procdure extrmement simple est suffisante pour les ouvrages courants ne prsentant pas de difficults particulires de conception. Elle permet galement au matre douvrage de bnficier de la comptence et de lexprience du matre doeuvre pour mettre progressivement au point le programme du projet pendant les premires phases de la conception. Le Pa peut dcider de raliser un concours en dessous du seuil dobligation dans le cas o le choix du matre doeuvre ne peut tre fait sans apprcier la solution architecturale, technique et conomique qui sera propose. Il peut sagir, par exemple, dexigences fonctionnelles complexes pour lesquelles on souhaite avoir le choix entre plusieurs propositions diffrentes, ou dune insertion dlicate dans le tissu urbain, pour laquelle on exigera la production dune tude et dun document graphique particulier.Article 28 al 3 Pour la dtermination des modalits, le pouvoir adjudicateur peut :- sinspirer des procdures formalises prvues par le prsent code. Ces marchs ne

    guide M.O.P. - 2012

    30

    30

  • sont pas soumis aux rgles formelles applicables ces procdures.- se rfrer expressment lune des procdures formalises. Dans ce cas le pouvoir adjudicateur est tenu dappliquer les modalits prvues par le prsent code ( lex-ception de lexamen anonyme des prestations )Larticle 28 du CMP prcise que le pouvoir adjudicateur peut ngocier avec les candidats ayant prsent une offre. Cette ngociation peut porter sur tous les l-ments de loffre, notamment sur le prix .

    PROCduRe de PASSATiON deS MARCHS de TRAVAuXCf fiche 34 - les marchs de travauxProcdures applicablesLes marchs de travaux sont passs aprs procdure dappel doffres, sauf: les marchs des oprations dun montant infrieur 5 000 000 HT : recours une procdure adapte Au dessus du seuil de 5 000 000 HT, les marchs sont passs selon la procdure dappel doffres. Ils peuvent toutefois tre passs selon une autre procdure formali-se prvue par le Code des marchs publics si les conditions prvues par les articles 35 (procdure ngocie), 36 (dialogue comptitif), 37 (conception-ralisation) et 38 (concours) sont runies.Procdures excluesLa conception et la ralisation des ouvrages dont traite ce document ne peuvent pas faire lobjet de marchs publics passs selon la procdure de conception-rali-sation (art 37 du CMP), procdure rserve aux ouvrages pour lesquels la participa-tion de lentreprise la conception est impose par des motifs techniques.a noter cependant que la procdure de dialogue comptitif peut tre exception-nellement retenue pour des lots techniques pour lesquels le matre douvrage nest pas en mesure de dfinir les moyens techniques pouvant rpondre ses besoins.

    Conditions demploiLa procdure dappel doffres est obligatoire pour toutes les oprations dont le mon-tant des marchs de travaux est suprieur ou gal 5 000 000 H.T.Cette procdure apporte la plus grande scurit la collectivit : le choix est fait en toute transparence par la commission dappel doffres. Elle peut galement tre employe, pour des marchs dun montant infrieur au seuil de 5 000 000 HT, par les matres douvrage soucieux de justifier de la transparence de leurs procdures. Dans ce cas, la procdure doit tre entirement applique, y compris le respect des dlais de publication.Dans tous les cas de procdure de mise en concurrence, pour ce qui est des marchs de travaux de construction ou de rhabilitation, la dfinition pralable des besoins impose par le CMP se traduit par la production dun avant-mtr et dun cadre de dcomposition du prix remis aux candidats. Cette disposition rduit le travail de prparation de leur offre par les candidats et favorise ainsi le jeu de la concurrence, enfin elle permet au Pa de raliser une comparaison rigoureuse des offres tablies sur les mmes bases.

    guide M.O.P. - 2012

    30

    30

  • Dispositions particuliresAllotissementLallotissement, cest--dire le fractionnement de la masse des travaux en diffrents lots, permet dlargir laccs la commande publique des entreprises de toutes tailles et de comptences varies et ainsi de favoriser la plus large concurrence. Le principe est que le Pa passe les marchs en lots spars sauf si lobjet du march ne permet pas lidentification de prestations distinctes. Lintrt de lallotissement est fort lorsque limportance des travaux effectuer est suceptible dexcder les capa-cits dune seule entreprise. Le recours une mission dOrdonnancement - Pilotage Coordination lve cette difficult pour les marchs de construction ou rhabilitation de btiment.

    Variantes (article 50)Un nouveau principe est pos par le CMP : le pouvoir adjudicateur indique dans lavis dappel public concurrence ou dans les documents de la consultation sil autorise ou non les variantes ; dfaut dindication, les variantes ne sont pas admises.

    LA PROCduRe de LACCORd-CAdReCadre lgislatif et rglementaire

    Article 1er du CMP : Les accords-cadre sont les contrats conclus entre des pouvoirs adjudicateurs dfinis larticle 2 et des oprateurs conomiques publics ou privs, ayant pour objet dtablir les termes rgissant les marchs passer au cours dune priode donne, notamment en ce qui concerne, le cas chant, les quantits en-visages. Article 76 du CMP

    Caractristiques gnrales

    Qualification juridique : il ne sagit pas dun march public mais dun contrat public qui est soumis aux rgles de passation des marchs.Un accord-cadre peut tre pass dans le cadre dune procdure adapte ou au-del des seuils aprs appel doffres ou si les conditions sont remplies au terme dune procdure ngocie ou dun dialogue comptitif.Les marchs passs sur le fondement dun accord-cadre prcisent les caractrist-ques et les modalits dexcution des prestations demandes.La passation des marchs intervient :- soit lors de la survenance du besoin- soit selon une priodicit prvue par laccord-cadre

    Il en existe deux types : - laccord-cadre attribu plusieurs oprateurs conomiques (remise en concurrence entre les titulaires de laccord-cadre) - laccord-cadre atttribu un seul oprateur (le titulaire peut tre amen complter son offre par crit)

    guide M.O.P. - 2012

    30

    30

  • Le recours laccord-cadre pour la matrise doeuvre urbaine

    Dsormais, une matrise douvrage urbaine a la possibilit de choisir une quipe, aprs avoir men une procdure de dvolution, et de conclure avec celle-ci un ac-cord-cadre de matrise doeuvre urbaine.

    Mise en oeuvre : LAAPC annonant lobjet et les grandes lignes dun futur accord-cadre de ma-trise doeuvre urbaine Procdure de dsignation dune quipe (procdure ngocie spcifique ou pro-cdure de marchs de dfinition simultans) Mise au point, avec lattributaire, des contenus de laccord-cadre en termes de marchs passer sur la dure de celui-ciPassation de marchs subsquents lapparition du besoin

    Dure : en principe, la dure dun accord-cadre est de 4 ans.Cependant, la nature mme dun projet urbain et la difficult de sa mise en oeuvre justifient que la dure de laccord soit suprieure 4 ans.

    INTRTS : Construire des relations contractuelles plus suivies et plus confiantes Dvelopper le partenariat Faire natre de nouvelles relations entre matres douvrage et professionnels ur-bains

    MOdALiTS COMMuNeS TOuS LeS MARCHSPublicitEn sus des formalits obligatoires de publicit, dfinies en fonction de seuils (art 39 et 40 du CMP), le matre douvrage recherchera les modalits et supports dinformation dont il peut disposer : publication dans la presse professionnelle ou locale, sur inter-net, etc., dans le but dobtenir un ventail de candidatures suffisamment large pour lui garantir le meilleur choix.L article 8.2.2 de la circulaire du 3 aot 2006 prcise que pour les marchs de trs faible montant, la publicit ne se traduit pas ncessairement par une publication.Lessentiel est dassurer une mise en concurrence suffisante entre les prestataires potentiels. Il est recommand de contacter au moins trois prestataires pour assurer une mise en concurrence effective et permettre au matre douvrage de choisir lof-fre conomiquement la plus avantageuse.Lappciation du trs faible montant se fait au cas par cas. Il faut donc tre vigilant quant lutilisation de cette facult.Les modalits de publicit fixes par le CMP doivent tre considres comme un minimum, complter selon les spcificits de la commande, de ladquation du support avec le milieu professionnel vis, de ltat du march, etc.

    guide M.O.P. - 2012

    30

    30

  • La dmatrialisationCadre lgislatif et rglementaire : Article 56 du CMP et arrt du 28 aot 2006

    Intrts :Les acheteurs ont la possibilit de rduire de plusieurs jours les dlais de rception