Histoire Du Droit Cours

  • View
    532

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Histoire Du Droit Cours

La fin de l'Ancien Rgime ou les causes de la rvolution

Chapitre introductif

Le concept Ancien Rgime prend naissance au dbut de la rvolution en s'opposant la rvolution. Elle a donc t invent ds 1789 par Mirabeau pour condamner le systme politique antrieur. Le sens pjoratif de cette expression sert souligner l'inadaptation du systme. Cette expression d'Ancien Rgime sera vulgariser, plus tard, par Tocqueville dans son ouvrage de 1856 L'Ancien Rgime et la rvolution. Ce concept a, aujourd'hui, perdu sa connotation pjorative et dsigne la priode du XVI la rvolution.

Entre l'Ancien Rgime et la rvolution, il y a une rupture.La structure sociale et le mode de gouvernement de l'Ancien rgime vont tre dtruit en 1789. Le changement est soudain, brutal et radical. Malgr tout, il faut prendre en compte l'volution qui a pu se produire avant 1789. Tocqueville a mis en vidence la continuit malgr la rupture entre l'Ancien rgime et la rvolution. En fait, la rvolution a t un acclrateur en mettant un terme un rgime Ancien mais, dans bien des domaines, elle n'a fait qu'achever brutalement une volution plurisculaires. En ralit, les institutions anciennes avaient dj beaucoup volues. Par exemple, en matire politique, on a assist depuis plusieurs sicles la monte de l'absolutisme, elle a fortifie dans le mme temps la notion d'Etat, arriv certain degr d'autonomie, l'Etat n'avait plus besoin de la monarchie. Louis XIV avait dj conscience de cette volution je meurs mais l'Etat demeure .

Les causes de la rvolutionLa socit franaise connait des tensions avec le pouvoir royal qui sont l'aboutissement des luttes engages depuis des sicles. La socit est trangre au pouvoir et demande des rformes. Un lment nouveau surgit, c'est la remise en cause doctrinale des fondements du pouvoir. La philosophie des Lumires propose des nouveaux fondements au pouvoir politique plus en rapports aux aspirations de la socit.

S.1 L'Etat monarchique en crise ou les causes profondes de la rvolutionLa socit et l'Etat sont caractrise par l'inadaptation et le disfonctionnement, ces problmes sont mis en valeur par les philosophes.

1 L'exaspration sociale

Au milieu de XVIII sicle, la France est le pays le plus peupl d'Europe (hors Russie), et connait un essort dmographique important. 26 millions d'habitants dont 20 millions en campagnes. La population est donc assez rurale mme si l'industrie se dveloppe. La population est, de plus, jeune, en effet, la majorit de celle-ci a moins de 30 ans. La France connait une croissance conomique: industrie lourde, commerce... Le commerce et les affaires 1

prennent de l'importance. La structure de la socit est ancienne, c'est le reflet d'une stratification fonde l'origine sur des critres fonctionnelles. Effectivement, la socit franaise est une socit d'ordres: le Tiers Etat, Clerg, Noblesse. Chaque ordre correspond un statut juridique et juridiquement la socit franaise est hierarchise et ingalitaire. Ds le XIV, XV, la socit se fige sur ses ordres. La naissance donne des droits et des privilges. La distinction fonctionnelle ne se justifie plus au XVIII. Cette socit est aussi de qualifi de corporative car l'individu est, en quelque sort, effac par tous les groupes auquel il est rattach par ncessit (ordre, travail...). L'ancienne structure est maintenue au XVIII sicle mais elle ne rpond plus l'attente des nouveaux acteurs de l'poque, au besoin des liberts conomiques. Des clivages demeurent et certains dfauts sont mis en valeur. Des tensions, des contestations s'lvent aussi bien au sein des ordres qu'entre les ordres.

Le clergLe clerg comporte deux parties: le haut clerg qui est recrut exclusivement dans la noblesse (1 seul sur 130 vchs n'est pas noble), en revanche le bas clerg (surtout les campagnes) partage la situation des paysans et surtout des pauvres. Ce bas clerg ne vit que de la portion congrue , l'une des ressources la plus importante du clerg est la dme , l'origine elle quivalait 1/10 des rcoltes. Cette redevance permettait l'entretien des lieux de cultes,....Elle est percue soit par le haut clerg soit par des seigneurs laques decimateur qui reversent aux prtres des petites paroisses une portion infime de la dme, (congrue signifiant convenable). Les curs sont en quelques sortes des salaris , il est arriv que le roi fixe lui-mme par dits le montant minimum de cette portion congrue. Il y a donc une grande diffrence entre le haut et le bas clerg. Le clerg, a un staut juridique uniforme, en plus de sa fonction religieuse assure une assistance aux pauvres et aux malades et surtout l'enseignement. La noblesse La noblesse est l'ordre priviligi par excellence. Le terme de privilges renvoie aux avantages acquis. La noblesse n'a que peu de charges aux regards de ses privilges. La noblesse dispose d'un statut juridique mais l'intrieur il y a des grandes disparits surtout de fortune. Il a d'abord la haute-noblesse de cour, elle vit de rentes, de pensions et de traitements, elle se ruine pour tenir son rang. Elle occupe de hauts postes surtout de conseil vis vis du roi. Louis XIV a cart la haute noblesse des affaires politiques mais, ds Louis XVI elle monopolise les hautes fonctions. Cette haute noblesse est peu nombreuses (300 familles). La haute noblesse qualifie galement d'claire, stimule par l'activit industrielle. Elle s'intresse au commerce et certaines activits industrielles par drogations (normalement un noble ne travaille pas) comme le commerce de gros ou colonial. La noblesse de robe est compos des magistrats des cours souveraines et des conseillers d'Etat. Elle est plus rcente et souvent mprises par les nobles de race. Elle est souvent fort riche et compte environ 40 000 personnes. La noblesse claire ou noblesse librale favorable certains changements recrute dans la haute noblesse et dans la noblesse de robe. Elle conteste l'absolutisme monarchique sans vouloir perdre leur privilges. La moyenne et petite noblesse, souvent rurale, elle se partage entre le service du roi aux armes et la gestion de ses terres. Elle prouve de grandes difficults se maintenir car elle s'apauvrit. Cette petite noblesse est trs attache ses privilges et au roi. La noblesse engage la fin de l'Ancien rgime une politique double de raction: raction nobiliaire: la noblesse tente d'accaparer les charges publiques en monopolisant, par exemple le mtier des armes avec l'accord du roi. En 1751: cration Paris de l'cole militaire rserve aux candidats qui ont au moins quatre quartiers de noblesse. En 1781: le ministre de la guerre, le Comte de Segur obtient une dcision du roi qui exige que les grades suprieurs de l'arme soit rservs la noblesse de souche (au moins quatre quartiers). raction fodale: partir de 1750 pour lutter contre leur affaiblissement, les nobles remettent en vigueur les anciens droits fodaux qui taient tombs en dsutude (droits portant sur les terres, les banalits...). Ceci provoque l'hostilit des paysans.

2

Le Tiers-EtatLe Tiers-Etat est compose de la majorit de la population, il existe des divisions sociales importantes en sous sein. Il prouve une hostilit l'encontre de la noblesse. L'lite du Tiers-Etat, la bourgeoisie, mne un mode de vie relativement semblable celui de la noblesse car elle dtient galement la fortune mais au point de vue juridique, elle est dans une situation infrieure.

Progression socialeEn principe, il est possible de progresser dans les ordres mais la progression sociale est, en ralit faible, l'anoblissement est une rcompense pour service rendus, la mobilit sociale sera encourage sous Louis XIV. Aprs Louis XIV, ses successeurs ne pratiquent pas la mme politique et ce systme d'anoblissement cesse de fonctionner. Ce moyen de promotion sociale n'existe quasiment plus sous Louis XV et Louis XVI. Au contraire, les offices anoblissants (plus hautes charges publique qui, une fois acquises procuraient la noblesse) cessent de circuler ainsi que les plus hautes fonctions de judiciaire (les charges les plus importantes dans le monde de la finance). Ces offices, charges publiques, sont devenus hrditaires ou pour l'acquisition de ces charges, il faut faire la preuve de sa noblesse. Le corps de la noblesse se ferme et la noblesse plus ancienne ragi contre les anoblissements rcents. Elle obtient du roi le monopole de certaines fonctions.

Les privilgesL'organisation sociale ne rpond plus aux besoins de la socit, elle fait reposer les avantages sur la naissance et non le talent ce qui exaspre la bourgeoisie. La bourgeoisie dtient la puissance conomique et culturelle, elle est sensible la philosophie des Lumires et ses ides se focalisent sur l'injustice des privilges. Privalex: le clerg est soumis aux tribunaux cclsiastiques et ont des avantages fiscaux. La noblesse a des privilges juridiques. En droit priv, les rgles de succession ne sont pas les mmes. Il y a des tribunaux nobles qui jugent leurs pairs. La peine de mort n'est pas la mme, les nobles ont la tte tranche tandis que les membres du Tiers Etat sont pendus. Au XVIII, les nobles ne sont plus les seuls combattre mais il ne payent pas d'impts. Ainsi, la noblesse a des privilges (porter l'pe, chasse, titre....).

2 Contestations et tensions politiquesA. La monarchie absolue, principe et ralitDans un systme de monarchie de droits divins, le pouvoir est sans partage. Le roi n'est responsable devant personne. La souverainet s'incarne dans le roi. Le pouvoir du roi connait certaines limites notamment morales et juridiques mais elles s'exercent sans contrle. La notion de sparation des pouvoirs est trs rcente et impensables par la plupart des sujets du roi. Malgr ses efforts centralisateurs, la monarchie n'est pas venue bout de toutes les disparits: provinces diverses aux coutumes varies. Mirabeau la veille de la rvolution: le royaume reste une mosaique de peuples dsunis. Le systme administratif est marqu par la disparit. Les rois ont superpos leur administra