KLC Synth Ratios 090204

Embed Size (px)

Text of KLC Synth Ratios 090204

Fvrier 2009 n 33

Les synthses de KLC

SYNTHSE DES OBSERVATIONS DE KLC SUR LE MANAGEMENT DES SYSTMES DINFORMATION

Les ratios conomiquesRepres pour DSI Version 2009

Synthse ralise par XXXXXXX

Synthse ralise par Sonia Boittin

Les synthses de KLC

Sonia Boittin est directeur associ chez KLC quelle a rejoint en 1993. Aprs lESSEC et un cursus MBA lUniversit de Birmingham, elle a commenc sa carrire dans des socits de services, et dans des fonctions de contrle de gestion, notamment aux tats-Unis et en Grande-Bretagne. Elle intervient rgulirement sur des problmatiques de gouvernance des Systmes dInformation de lentreprise. (sonia.boittin@klc.fr)

Nous remercions vivement Eric Sand de FM Logistic pour sa contribution dynamique et concrte cet atelier, ainsi que son retour dexperience sur la dmarche de mise en place dune facturation des services.

Sommaireditorial La dpense globale se maintient Peu dvolutions de la structure des cots par activits Le cot du poste de travail : toujours un indicateur phare Mise jour des ratios historiques Nouvelles tendances, nouveaux ratios 3 4 6 7 8 10 12 12 14 16 17 18

Diplm de Michigan State University et de Tlcom & Management Sud Paris, Bastien Sannac est consultant chez KLC, quil a rejoint aprs une anne passe au sein de Solucom group. Il intervient sur des missions de Gouvernance des Systmes dInformation, notamment sur la rdaction de Plans Stratgiques de DSI et llaboration de stratgies de sourcing. (bastien.sannac@klc.fr)

Les ratios de la scurit informatique Les Datacenters et PCI Les ressources humaines et limpact de lOffshore Retour dexprience FM Logistic Conclusion Lexique

Droits de reproduction : autoriss pour de brefs extraits comportant lorigine KLC, et la date (fvrier 2009). Responsable de la publication : Pierre Laigle.

2

ditorialPas de bouleversement depuis 2005. Des tendances qui se confirment lentement.

E

n cette priode de tourmente conomique, la DSI sera certainement sollicite pour participer la svre matrise des cots qui sengage. Esprons que les recherches doptimisations, la rentabilisation et la mutualisation des actifs, la rutilisation des composants, prendront le pas sur les arrts ou les reports bruts de projets. Cest hlas plutt de ces conomies faciles que nous entendons beaucoup parler en ce moment. Pourtant, notre exprience en entreprise nous persuade quil y a encore beaucoup de gains possibles sur les oprations rcurrentes par la rationalisation / virtualisation des infrastructures, la vigilance sur la gestion des licences, lindustrialisation des processus, mais aussi la maintenance applicative et la gestion des changements : des conomies qui hypothquent moins le futur et assainissent le fonctionnement et lconomie du SI durablement. Depuis notre dernire synthse sur les ratios conomiques de la DSI, nous constatons une lgre inflexion des grands ratios et des grands quilibres dans la direction que nous avions anticipe. Cependant cette volution est plus lente que nous ne lavions imagin. Les cots de fonctionnement des SI en ltat nont pas diminu autant que lon pouvait le prvoir grce aux travaux dindustrialisation sur les processus, loptimisation du

Une mise jour des donnes de la synthse prcdente mais aussi une analyse de limpact des nouvelles approches technologiques et organisationnelles sur les cots.

sourcing, les baisses de cots unitaires des infrastructures et des logiciels. Mme le recours loffshore ou les logiciels libres nont pas cr de rvolution des cots. Comme dans notre synthse de 2005, nous insistons sur le fait que les chiffres fournis sont des moyennes sur une population trs large et quun benchmarking sur ces bases est plus quapproximatif. Nous fournissons ici des ordres de grandeur affiner avec le contexte de lentreprise. En revanche nous croyons beaucoup au benchmarking interne qui, sur la base de ces repres, permettra lentreprise de mesurer ses progrs dans le temps. Dans le domaine qui nous intresse, les SI, les progrs doivent tre permanents. Et si la stabilisation devient durable sans ouverture de progrs, cest le moment de trouver dautres ratios. Dans cette synthse, nous vous livrons donc une mise jour des ratios traditionnels pour les comparer notre tude prcdente, mais nous mettons galement laccent sur les ratios qui donnent de la visibilit sur les nouvelles approches des technologies de linformation. Conformment notre tradition, nous sommes alls explorer les donnes disponibles sur des domaines o le march offre encore peu de recul, tels que la virtualisation, lapproche SOA et lOpen Source afin danticiper avec ralisme leur impact potentiel sur les cots. S. B.

3

KLC, fvrier 2009

Les synthses de KLC

La dpense globale se maintient,mais la destination des cots est-elle la bonne ?Sur la priode 2005-2008, la part des dpenses globales des entreprises consacre linformatique a cr de quelques diximes de points. Cela signifie que les budgets ont globalement gonfl, essentiellement pour faire la mme chose. Le poids de la rglementation est un des facteurs majeurs qui contribue cette inflation. Il nexplique peut-tre pas tout. Pourtant, des moyens sont disponibles pour agir sur les cots de fonctionnement. Ils ne sont pas encore bien exploits aujourdhui : Industrialisation des processus, en particulier lorsquils sollicitent des acteurs multiples tudeProduction, MOA-MOE, MtiersDSI ; Politique optimise de sourcing et recours cibl lXshore ; Urbanisation des applications Approche SOA qui favorise la rutilisation des composants ; Virtualisation : aujourdhui on constate que les serveurs sont utiliss en moyenne 20 % de leur capacit) ; Optimisation de la centralisation / dcentralisation ; Standardisation des licences et optimisation des parcs ; Rationalisation des maintenances et des mises en production ; Recours cibl lOpen Source.

Orientation la stabilisationAprs une dcroissance de la dpense globale en 2002 et 2003, la tendance est repartie la hausse jusquen 2007 Pour 2008, Gartner prvoit un maintien en valeur relle (croissance de 3,1 % en ligne avec la hausse des cots). La France a un positionnement lgrement atypique dans le paysage europen avec une croissance plutt infrieure celle des autres pays dEurope de lOuest, mais cest une croissance qui se maintient contrairement ce qui se passe chez ses voisins. Peut-tre le signe dun retard rattraper. La problmatique de fond est bien ce que lon fait avec cette dpense globalement stable. En effet mme avant la crise des subprimes et ses consquences, les dcideurs affichaient dj largement la diminution des dpenses de fonctionnement comme une des priorits majeures pour lconomie du SI. Cette proccupation sinscrivait dans la perspective de rduire le poids du fonctionnement lidentique, pour dgager des marges dinvestissement vers de nouveaux outils crateurs de valeur. En 2008, les entreprises franaises consacrent seulement 10 % de leur dpense informatique la cration de nouveaux outils et le fonctionnement lidentique consomme 70 % des budgets. Ces ratios ont peu volu entre 2005 et 2008.

Tendances et sujet dactualitLe ratio Cots informatiques / Cots totaux est en croissance Secteur dactivitFinancier High Tech Mdiane Industrie Distribution

20089,0 % 5,2 % 3,3 % 3,1 % 2,1 %

20058,0 % 5,0 % 3,1 % 3,0 % 1,0 %

et les DSI vont dgager de la puissance pour les projets innovants.

4

Structure de cot : un mouvement confirm mais ralenti Prestations : il sagit des prestations achetes aux offreurs de services informatiques sous toutes leurs formes. Linfogrance se dveloppe moins que lon ne le prvoyait il y a 3 ans. Le recours lexternalisation applicative globale reste faible en France. En revanche, lachat de prestations dintgration ou de dveloppement sous forme de rgie rsiste trs fortement malgr les recommandations des

en priode de crise : Unenrisque majeurdes projets crateurs derduire les cots suspendant valeur terme. Cest visible et plus facile. Mais a ne permet pas dagir durablement sur les causes profondes de surcot.spcialistes et souvent des directions des achats. La pression sest exerce sur les cots unitaires plutt que sur le cot global des prestations, qui reste en croissance.

VOLUTION DES POIDS RESPECTIFS DES RESSOURCES SUR LES COTS INFORMATIQUES

Ce graphique compare nos projections de 2005 avec ce que nous constatons et projetons aujourdhui.

5

Logiciels : cest la zone de cots qui continue crotre sensiblement en valeur et en part, ne serait-ce que par le remplacement de couches hardware par des couches software. La perte de vitesse des dveloppements spcifiques au profit de progiciels contribue aussi bien sr largement ce phnomne qui devrait continuer samplifier. Rseau : les cots unitaires sont en dcroissance forte. En revanche les volumes transports explosent (+ 30 % par an). Globalement la part des rseaux, aprs absorption de la tlphonie se maintient. Ressources humaines : la diminution de la part RH des cots des SI est plus lente que nous ne lavions anticipe. La frilosit sur lexternalisation avec transfert de personnel, le redploiement des postes plutt que la rduction des effectifs lors des transformations, et la pression sur les salaires dune population rare sur le march pour un certain nombre de profils en sont la cause.

KLC, fvrier 2009

Les synthses de KLC

Peu dvolutions de la structuredes cots par activitsLa rpartition globale reste sensiblement la mme quen 2005 avec une part tudes qui reprsente prs de 40 %, une part exploitation qui approche le tiers des dpenses et une part services informatiques distribus qui reprsente un quart. La veille et les mthodes ont du mal atteindre les 10 %.En revanche la rpartition au sein de ces catgories volueAu sein des tudes, le poids de la maintenance sest accru du fait