of 54/54
La pancréatite chronique

La pancréatite chronique. I-Introduction- Définition: Définition: La pancréatite chronique est l’ inflammation chronique du pancréas, caractérisée par

  • View
    118

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of La pancréatite chronique. I-Introduction- Définition: Définition: La pancréatite chronique est...

  • Page 1
  • La pancratite chronique
  • Page 2
  • I-Introduction- Dfinition: Dfinition: La pancratite chronique est l inflammation chronique du pancras, caractrise par une destruction progressive du parenchyme et des canaux pancratique remplace par la fibrose et conduisant laltration permanante et irrversible de la fonction pancratique exocrine (mal digestion) puis endocrine (diabte). - Ltiologie la plus frquente dans les pays occidentaux est lalcoolisme chronique. lalcoolisme chronique.
  • Page 3
  • Intrt Pancratite chronique est une pathologie rare. Incidence: 1,6-23 cas/10 5 habitants/an. Etiologies : Etiologies : sont multiples. Traitement : - Mdicamenteux, Endoscopique: reprsente une vritable alternative la reprsente une vritable alternative la chirurgie. chirurgie. - lithotritie extra corporelle vient enrichir - lithotritie extra corporelle vient enrichir larsenal thrapeutique larsenal thrapeutique
  • Page 4
  • A-Mcanismes pathogniques: Au cours de la PC : Au cours de la PC : -la scrtion H2O-HCO3 diminue. -la viscosit suc pancratique leve=> prcipitation protique dans la lumire des canaux bouchons protiques. lumire des canaux bouchons protiques. -la concentration en citrate-LITHOSYATINE diminue (substance empchent la prcipitation des sels calciques) calculs empchent la prcipitation des sels calciques) calculs -ceci =>augmentation pression intra canalaire(stase damont) qui provoque des lsions pithliales et parenchymateuse pancratique. II- Physiopathologie
  • Page 5
  • : B- CONSEQUENCE : Atrophie tissulaire Atrophie tissulaire Stnose canalaire Stnose canalaire Fibrose pericanalaire Fibrose pericanalaire Perte graduelle parenchyme Insuffisance pancratique exocrine puis endocrine
  • Page 6
  • III- Anatomopathologie: 1- Macroscopie: - le pancras parait macroscopiquement indur, tumfi parfois il donne un aspect pseudo-tumoral, il est entour par une gangue donne un aspect pseudo-tumoral, il est entour par une gangue sclreuse trs adhrente. sclreuse trs adhrente. -Dans les formes volues le pancras devient atrophique. au cours de la PC on observe: 2- Microscopie: au cours de la PC on observe: -Fibrose irrgulire, dtruisant la parenchyme pancratique; Cette fibrose peut tre focale, segmentaire ou diffuse. Cette fibrose peut tre focale, segmentaire ou diffuse. -Latteinte canalaire est constante: alternance de zones stnoses et de zones dilates; elle peut toucher le Wirsung et/ou stnoses et de zones dilates; elle peut toucher le Wirsung et/ou les canaux secondaires, au sain de ces canaux pancratiques, les canaux secondaires, au sain de ces canaux pancratiques, on retrouve des bouchons protiques qui vont se calcifier. on retrouve des bouchons protiques qui vont se calcifier. -les ilots de langherans sont longtemps prservs.
  • Page 7
  • IV- Etude clinique: : Type de description: pancratite chronique non complique progressif 1- Mode de dbut: progressif 2- Signes cliniques: a- Signes fonctionnels: * Douleurs (90% des cas): cest un signe majeur: - Sige: pigastrique, plus rarement dorsale ou l hypochondre - Sige: pigastrique, plus rarement dorsale ou l hypochondre gauche. gauche. - Irradiation: le plus souvent transfixiante, parfois en ceinture. - Irradiation: le plus souvent transfixiante, parfois en ceinture. - Intensit: en gnrale, elle est trs intense. - Intensit: en gnrale, elle est trs intense. - Facteurs sedatifs: antflexion avec compression de - Facteurs sedatifs: antflexion avec compression de lpigastre, aspirine. lpigastre, aspirine. - Horaire: postprandiale prcoce restriction alimentaire, parfois majeure. parfois majeure.
  • Page 8
  • b- Signes gnraux: - Amaigrissement: frquent en priode douloureuse. - Absence de fivre dans cette forme. c- Signes physiques: lexamen physique est pauvre dans cette forme. La pancratite chronique peut tre asymptomatique (rare cas), elle est alors diagnostique lors dun examen complmentaire pour une autre Pathologie. IV- Etude clinique:
  • Page 9
  • 3- Biologie:
  • Page 10
  • 3- Morphologie: sans prparation (ASP): a- Radiographie de labdomen sans prparation (ASP): Peut mettre en vidence des Peut mettre en vidence des calcifications dans laire calcifications dans laire pancratique (en regard D12-L1 ) pancratique (en regard D12-L1 ) ces calcifications sont rares au dbut de la maladie, leur absence dbut de la maladie, leur absence nexclue donc pas la maladie. nexclue donc pas la maladie. VI- Etude clinique:
  • Page 11
  • b- b- Echographie abdominale: - Des modifications du volume du pancras( hypertrophie ou atrophie), contours irrguliers, atrophie), contours irrguliers, - Aspect htrogne de la glande pancratique (localis ou diffus). - Lchographie abdominale, peut mettre en vidence des calcifications, des anomalies du Wirsung (irrgularits,dilatations) calcifications, des anomalies du Wirsung (irrgularits,dilatations) VI- Etude clinique:
  • Page 12
  • c- Scanner abdominale: plus sensible, objective: - Des calcifications (clichs sans injection du PC ++). - Des modifications de la taille, des contours du pancras. - Des irrgularits du calibre des canaux pancratiques (dilatations, stnoses). - Des complications: pseudo kyste, thrombose veineuse, compressions digestives (absents dans cette forme). compressions digestives (absents dans cette forme). d- Cholangio-pancrato-IRM (CP-IRM): remplace la d- Cholangio-pancrato-IRM (CP-IRM): remplace la CPRE : - Meilleur examen pour explorer les canaux pancratiques: montre - Meilleur examen pour explorer les canaux pancratiques: montre des stnoses, des dilatations des lacunes intra pancratiques (calculs). des stnoses, des dilatations des lacunes intra pancratiques (calculs). VI- Etude clinique:
  • Page 13
  • TDM: pseudokyste du pancras
  • Page 14
  • e- Echo endoscopie: donne des renseignement sur les anomalies du parenchyme pancratique et des canaux pancratiques: VI- Etude clinique:
  • Page 15
  • f- Cholangio pancratographie rtrograde per endoscopique(CPRE): - Etait le gold standard pour le diagnostic des pancratites chroniques non calcifies. chroniques non calcifies. - Les anomalies morphologiques obtenues par la CPRE ont t classes, par la classification dAmbridje, en diffrents stades (de classes, par la classification dAmbridje, en diffrents stades (de gravit croissante). gravit croissante). pratiquement plus dindication vise diagnostic, car - Elle na pratiquement plus dindication vise diagnostic, car cest un examen invasif et pourvu de complications parfois graves cest un examen invasif et pourvu de complications parfois graves (hmorragie, angiocholite, perforation). (hmorragie, angiocholite, perforation). - Elle un intrt thrapeutique: vacuation de calculs. VI- Etude clinique:
  • Page 16
  • A- diagnostic positif: la prsence de fibrose au sein du parenchyme ; la prsence de fibrose au sein du parenchyme ; la prsence de calcifications pancratiques ; la prsence de calcifications pancratiques ; des anomalies canalaires visibles sur les examens dimagerie. des anomalies canalaires visibles sur les examens dimagerie. B- Diagnostic diffrentiel: 1- devant une douleur pigastrique: Douleurs ulcreuse, coliques biliaires, insuffisance msentrique, syndrome de lintestin irritable. V- Diagnostic
  • Page 17
  • 2- Devant des lsions pancratiques: Cancer du pancras: - Reprsente le principal diagnostic diffrentiel (parfois mmes symptmes cliniques). symptmes cliniques). - Il peut compliquer une PC aprs 15 20 dvolution. - Le diagnostic est difficile, en cas de doute, il faut pratiquer une cytoponction guide par lchoendoscopie. cytoponction guide par lchoendoscopie. Pousses rcidivantes de pancratite aigue sans PC associe: Les causes de pancratites aigues sont multiples: biliaire, Les causes de pancratites aigues sont multiples: biliaire, hypercalcmie, hypertrigycridmie hypercalcmie, hypertrigycridmie
  • Page 18
  • VI- Formes cliniques: elle est le plus souvent de dcouverte fortuite 1- Forme indolore: elle est le plus souvent de dcouverte fortuite loccasion dun diabte, dune statorrhe, ou lors dun examen loccasion dun diabte, dune statorrhe, ou lors dun examen morphologique systmatique. morphologique systmatique. 2- Forme de pancratite chronique avec pousses aigues: Le diagnostic est fait devant: - Des douleurs de types pancratiques avec une lvation de la lipase (3-5 fois la limite suprieure de la normale). lipase (3-5 fois la limite suprieure de la normale). - TDM signes de pancratite aigue. - TDM signes de pancratite aigue.
  • Page 19
  • 3- formes associes: - cirrhose thylique+++, quelle soit symptomatique ou latente ( PBF). Cirrhose:- cirrhose thylique+++, quelle soit symptomatique ou latente ( PBF). Noplasie ORL : patient au long pass de consommation dalcool et de tabac. Ulcre gastroduodnal. VI- Formes cliniques:
  • Page 20
  • VII-ETIOLOGIES Les tiologies de la pancratite chronique (PC) sont multiples et sont classes selon une classification rcente: Classification de TIGAR-O.
  • Page 21
  • VI-ETIOLOGIES
  • Page 22
  • VII-ETIOLOGIES A- PC TOXIQUE-METABOLIQUE = T 1- Alcoolique: - Reprsente la principale cause de PC en occident ( 70% des cas). occident ( 70% des cas). - Elle sobserve chez lhomme entre: 40- 50 ans: 10 hommes pour une femme. une femme. - Elle survient en gnral aprs une consommation journalire de plus de 150g pendant plus de 10 ans. - Elle survient en gnral aprs une consommation journalire de plus de 150g pendant plus de 10 ans. - Elle est responsable de la survenue dune PC calcifiante.
  • Page 23
  • VII-ETIOLOGIES A- PC TOXIQUE-METABOLIQUE = T 2- Hypercalcmie: * Hyperparathyrodie: - Elle est la cause la plus frquente de lhypercalcmie. - Les lsions parathyrodiennes: adnome: 70 -80%, hyperplasie: 10%, cancer: 10% 10%, cancer: 10% - La PC est calcifiante dans 40%. - La prsence de signes osseux (ostoporose, ostomalacie) et ou une lithiase rnale renforce le diagnostic. - Biologie: calcmie, phosphormie, PTH. * Autres causes de lhypercalcmie: syndrome paranoplasique, nutrition parentrale totale, Hypervitaminose, thyrotoxicose, administration parentrale de calcium nutrition parentrale totale, Hypervitaminose, thyrotoxicose, administration parentrale de calcium
  • Page 24
  • VII- ETIOLOGIES 3- 3- Hyperlipidmie: est aussi une cause rare de pancratite chronique. 4- La PC dorigine mdicamenteuse: rare.
  • Page 25
  • VII-ETIOLOGIES B-GENETIQUE =HERIDITAIRE=G Les premiers symptmes dbutent avant l ge de 30ans parfois tt dans lenfance (lge prcoce est un lment en faveur du diagnostic). 1- Mutations dominantes: 90% des cas. * Mutation du gne Trypsinogne cationique: 90% des cas. Risque de cancer est lev 50fois/population gnrale. 5,8% 2- Mutation rcessive: 5,8% SPINK1 (inhibiteur du trypsinogne cationique). CFTR: dans le cadre dune Mucoviscidose (atteinte pulmonaire, PC,strilit, polypes sinusiens). pulmonaire, PC,strilit, polypes sinusiens).
  • Page 26
  • VII- ETIOLOGIES Clinique: le tableau typique est celui dune Clinique: le tableau typique est celui dune pancratite aigue rcidivante PC. pancratite aigue rcidivante PC. Le dpistage gntique: Le dpistage gntique: intresse: - Pancratite chronique idiopathique. - Pancratite chronique idiopathique. - Antcdents familiaux de pancratite aigue ou PC: parents de 1 er ou 2 me degr. - Antcdents familiaux de pancratite aigue ou PC: parents de 1 er ou 2 me degr. - la recherche dune mutation du gne CFTR concerne: - la recherche dune mutation du gne CFTR concerne: - Patient ayant des antcdents familiaux de mucoviscidose. - Patient ayant des antcdents familiaux de mucoviscidose. -Le patient prsentant des manifestations cliniques de -Le patient prsentant des manifestations cliniques de mucoviscidose (atteinte pulmonaire, asthme, strilit mucoviscidose (atteinte pulmonaire, asthme, strilit masculine, polypes nasaux). masculine, polypes nasaux). -Tests fonctionnels anormaux(test a la sueur, diffrence -Tests fonctionnels anormaux(test a la sueur, diffrence de potentiel nasal). de potentiel nasal). The Genetics of Chronic Pancreatitis
  • Page 27
  • VII- ETIOLOGIES C- PC AUTO-IMMUNE = A * La PC auto-immune est are. * Elle peut tre isole ou associe a dautres pathologies auto-immunes * Peut survenir tout ge, surtout pres 50 ans. * Elle peut tre associe a dautres pathologies auto-immunes ( syndrome sec, MICI, CBP, fibrose rtro pritonale ). * Biologie: Hypergammaglubulinemie, principalement les IG4+++. * Prsence dauto Anticorps: Ac antinuclaires, antilactoferine, antianydrase carbonique * Prsence dauto Anticorps: Ac antinuclaires, antilactoferine, antianydrase carbonique (inconstants).
  • Page 28
  • VII- ETIOLOGIES sont rares. * Morphologie: absence de calcifications ni de dilatations des canaux pancratiques, les pseudo kystes sont rares. * Il existe une forme pseudo tumorale avec hypertrophie de la tte du pancras ( Dc cancer de la tte du pancras +++). * Il existe une forme pseudo tumorale avec hypertrophie de la tte du pancras ( Dc cancer de la tte du pancras +++). * Histologie :infiltrat inflammatoire prdominance de lymphocytes T +fibrose. * Histologie :infiltrat inflammatoire prdominance de lymphocytes T +fibrose. * Traitement: repose sur les corticodes.
  • Page 29
  • VII- ETIOLOGIES D- Pancratite aigue svre rcurrente = R: D- Pancratite aigue svre rcurrente = R: La PA rcidivante est une cause rare de pancratite chronique. E- PC Obstructive = 0 E- PC Obstructive = 0 - obstruction canalaire (exemple: tumeur). - obstruction canalaire (exemple: tumeur). - stnose canalaire cicatricielle ( aprs une - stnose canalaire cicatricielle ( aprs une PA ncrosante). PA ncrosante). - pancras divisum ( controvers). - pancras divisum ( controvers). - dyskinsie du sphincter doddi (controvers). - dyskinsie du sphincter doddi (controvers).
  • Page 30
  • VII- ETIOLOGIES F- PC IDIOPATHIQUE = I: 5- 10% - Le dbut prcoce ou tardif. - Le dbut prcoce ou tardif. - La frquence a nettement diminue - La frquence a nettement diminue ( progrs de la biologie molculaire et de la gntique). ( progrs de la biologie molculaire et de la gntique).
  • Page 31
  • VII- ETIOLOGIES G- Autres causes (nouvelles): 1- PC aprs radiothrapie: - Long dlais entre lirradiation et lapparition des symptmes. - Long dlais entre lirradiation et lapparition des symptmes. - Absence de calcifications, une altration canalaire marque. - Absence de calcifications, une altration canalaire marque. - Linsuffisance pancratique exocrine et/ou endocrine est - Linsuffisance pancratique exocrine et/ou endocrine est marque. marque. - Il faut rechercher, dans les antcdents, une notion de radiothrapie abdominale chez tout patient ayant une PC idiopathique. - Il faut rechercher, dans les antcdents, une notion de radiothrapie abdominale chez tout patient ayant une PC idiopathique.
  • Page 32
  • VII- ETIOLOGIES G- Autres causes (nouvelles): 2- PC osinophile: Exceptionnelle - Exceptionnelle - La PC rentre soit dans le cadre dun syndrome dhyprosinophilique idiopathique ou dune gastro-entrite a osinophile, elle peut tre isole. - Diagnostic : - terrain atopique 50% - La PC rentre soit dans le cadre dun syndrome dhyprosinophilique idiopathique ou dune gastro-entrite a osinophile, elle peut tre isole. - Diagnostic : - terrain atopique 50% - IgE sriques levs. - IgE sriques levs. - gros plis gastriques ou duodnaux. - gros plis gastriques ou duodnaux. - Histologie: infiltrat inflammatoire riche en osinophiles. - Histologie: infiltrat inflammatoire riche en osinophiles.
  • Page 33
  • VII- Complications A- Insuffisance pancratique: 1- Insuffisance pancratique exocrine (IPE): - LIPE est secondaire la destruction du parenchyme - LIPE est secondaire la destruction du parenchyme pancratique et lobstruction des canaux pancratiques. pancratique et lobstruction des canaux pancratiques. - Apparait en moyenne entre 10- 15 ans aprs le dbut de la maladie. - Clinique: statorrhe, cratorrhe, amaigrissement. - LIPE prcde gnralement linstallation du diabte. 2- Insuffisance pancratique endocrine: Se manifeste par un diabte, accidents dhypoglycmie, rarement acidoctose.
  • Page 34
  • VII- Complications
  • Page 35
  • B- Compression dorganes: 1- Compression de la voie biliaire principale: - Atteint 1/3 % des patients. - Elle est secondaire la compression par un pseudo kyste du pancras, linflammation ou le plus souvent la fibrose pancras, linflammation ou le plus souvent la fibrose pancratique engainant le bas choldoque. pancratique engainant le bas choldoque. - Responsable dune cholestase avec ou sans ictre. 2- Compression duodnale: -Elle est secondaire soit la fibrose engainant le duodnum, ou la compression par un pseudo kyste ou un pancras aberrant. - Clinique: vomissement, douleurs abdominales voir un tableau dobstruction complte (OIA haute). tableau dobstruction complte (OIA haute).
  • Page 36
  • VBP DILATE TETE DU P HYPERTROPHIEE
  • Page 37
  • VII- Complications B- Compression dorganes: 3- Compression vasculaire: - Compression de la veine splnique, la veine msentrique, la veine porte. veine porte. - La compression vasculaire peut se rvler par des douleurs abdominales, troubles du transit, elle peut tre dcouverte abdominales, troubles du transit, elle peut tre dcouverte fortuitement lors dune imagerie systmatique ou lors dune fortuitement lors dune imagerie systmatique ou lors dune intervention chirurgicale. intervention chirurgicale.
  • Page 38
  • VII- Complications C- Les pseudo kystes: Les pseudo kystes compliquent 20- 40 des PC. Il existe deux types de pseudo kystes: Les pseudo kystes rtentionnels: qui se dveloppent en amont dun obstacle canalaire: bouchon protique, stnose amont dun obstacle canalaire: bouchon protique, stnose fibreuse. fibreuse. - Survient en moyenne 5 ans aprs les premiers symptmes. - Sige au niveau de la tte du pancras. Les pseudo kystes ncrotiques: - Se forment dans les suites dune pousse aigue. - Sigent au niveau de la queux du pancras ou extrapancratique. Les pseudokystes peuvent tre asymptomatiques, dcouverts limagerie, soit rvls par des douleurs abdominales.
  • Page 39
  • Pseudo kyste: formation arrondie ou ovode a contenu liquidien avec une paroi bien visible en imagerie, de taille variable avec une paroi bien visible en imagerie, de taille variable
  • Page 40
  • VII- Complications D- Les panchement sreux: Atteint le pritoine, plvre, rarement pricarde. Ils sont la consquence de la rupture dun canal pancratique ou dun pseudo kyste dans la cavit pritonale ou larrire cavit des piplons. Le liquide des panchements est souvent un exsudat riche en enzymes pancratiques. Lalcoolisme est la cause la plus frquente.
  • Page 41
  • VII- Complications E- Hmorragie digestive: - Elle sobserve dans 10% des cas. - Plusieurs causes:. Wirsungorragie lie une rosion vasculaire par un pseudo kyste. kyste..Rupture de varices cardio- tubrositaires secondaire .Rupture de varices cardio- tubrositaires secondaire lhypertension portale segmentaire. lhypertension portale segmentaire.. Ulcre gastro duodnal.. Ulcre gastro duodnal.
  • Page 42
  • VIII- volution 5 PREMIERES ANNEES: douleurs chroniques : 80% des cas - douleurs chroniques : 80% des cas - pousses aigues ( possible) - pousses aigues ( possible) -complications :pseudo kyste ncrotique++, compression VBP -complications :pseudo kyste ncrotique++, compression VBP ENTRE 5 me ET LA 10 me ANNEE: - Les pousses aigues sont exceptionnelles. - Les pousses aigues sont exceptionnelles. - pseudo kyste retentionnel, compression de la VBP - pseudo kyste retentionnel, compression de la VBP -la frquence des douleurs , la PC tend a devenir indolore avec le temps -la frquence des douleurs , la PC tend a devenir indolore avec le temps AU DELA DE LA 10 me ANNEE: AU DELA DE LA 10 me ANNEE: -Les douleurs diminuents nettement. -Les douleurs diminuents nettement. - Les complications chirurgicales diminuents. - Les complications chirurgicales diminuents. -frquence des calculs pancratiques et de linsuffisance pancratique. -frquence des calculs pancratiques et de linsuffisance pancratique.
  • Page 43
  • IX- TRAITEMENT A- BUT * Soulager le patient (traitement de la douleur) * Soulager le patient (traitement de la douleur) * Traitement tiologique * Traitement tiologique * Traitement des complications
  • Page 44
  • IX- TRAITEMENT B- TRAITEMENT DE LA DOULEUR 1- TRAITEMENTS NON CHIRURGICAUX 1)- MESURES DIETETIQUES: * Arrt de lalcool et du tabac+++ * Arrt de lalcool et du tabac+++ * Jeune en cas de pousse aigue. * Jeune en cas de pousse aigue. * Rgime pauvre en graisse. * Rgime pauvre en graisse. 2)- ANTALGIQUES: paractamol, anti-inflammatoires non strodiens, les antalgiques morphiniques en cas dchec des antalgiques usuels. paractamol, anti-inflammatoires non strodiens, les antalgiques morphiniques en cas dchec des antalgiques usuels. 3)- ENZYMES PANCREATIQUES, OCTREOTIDE: Bnfice non dmontr dans le soulagement de la douleur.
  • Page 45
  • IX- TRAITEMENT A- TRAITEMENT DE LA DOULEUR: 2- TRAITEMENTS NON CHIRURGICAUX: 4- Drainage canalaire endoscopique: * Stnose papillaire sphinctrotomie pancratique. * Stnose papillaire sphinctrotomie pancratique. * Stnose fibreuse dilatation+prothses pancratiques. * Calcification Lithotritie extra-corporelle (LEC).
  • Page 46
  • Stnose longue, dbutant au bord sup pancras et se terminant en queue de radis,une dilatations des VBIH est observe dans 100%des cas
  • Page 47
  • CPRE
  • Page 48
  • Le reprage des calculs ASP, TDM sans injection ou IRM CALCUL
  • Page 49
  • IX- TRAITEMENT 5)- BLOC COELIAQUE Injection dalcool ou de strodes dans le plexus cliaque sous Injection dalcool ou de strodes dans le plexus cliaque sous contrle scannographique ou cho endoscopique, les rsultats sont contrle scannographique ou cho endoscopique, les rsultats sont dcevants. dcevants. 6)- Traitement chirurgical: 4 techniques: Anastomose wirsungo-jjunale sur anse en Y. Anastomose wirsungo-jjunale sur anse en Y. Procdure de Whipple: duodnopancreatectomie cphalique. Procdure de Whipple: duodnopancreatectomie cphalique. Intervention de Frey : videment parenchymateux cphalique+ Ouverture du canal de Wirsung corporocaudal. Intervention de Frey : videment parenchymateux cphalique+ Ouverture du canal de Wirsung corporocaudal. Intervention de Beger : exrse partielle de la tte + anastomose P- jejunale cphalique. Intervention de Beger : exrse partielle de la tte + anastomose P- jejunale cphalique.
  • Page 50
  • B- Traitement tiologique: PC ALCOOLIQUE : arrt de lalcool. * PC ALCOOLIQUE : arrt de lalcool. * PC AUTOIMMUNE: corticodes. * PC AUTOIMMUNE: corticodes. * PC GENETIQUE : RAS. * PC GENETIQUE : RAS. * P OBSTRUCTIVE: traitement endoscopie ou chirurgical. * P OBSTRUCTIVE: traitement endoscopie ou chirurgical. * PC EOSINOPHILE : corticode ou chromolycate * PC EOSINOPHILE : corticode ou chromolycate IX- TRAITEMENT
  • Page 51
  • C- Traitement des complications: 1- Insuffisance pancratique: *IP exocrine: on donne les enzymes pancratiques: Cron: gellule 12000UI ou Eurobiol: 25000UI: 6- 9 gellules/j. * IP endocrine: Insulino thrapie. 2- Pseudo kystes: le drainage endoscopique, radiologique ou chirurgical concerne les pseudo kystes symptomatiques (douloureux ou compressifs) ou volumineux. IX- TRAITEMENT
  • Page 52
  • C- Traitement des complications: 3- Stnose biliaire: drainage biliaire endoscopique (prothse) ou chirurgical. 4- Stnose digestive:- traitement endoscopique: fenestration du pseudo kyste. - traitement chirurgical. IX- TRAITEMENT
  • Page 53
  • * Causes de dcs de PC Hpatopathie alcoolique. Hpatopathie alcoolique. Cancer. Cancer. Dcs post-opratoire Dcs post-opratoire Infection svre Infection svre Hypoglycmie. Hypoglycmie. X- Pronostic
  • Page 54
  • Conclusion Pancratite chronique : Pathologie rare Pancratite chronique : Pathologie rare Maitre symptme: Douleurs abdominales, parfois rvle par une complication voir IP ( exocrine ou endocrine) Maitre symptme: Douleurs abdominales, parfois rvle par une complication voir IP ( exocrine ou endocrine) Etiologies multiples, domines par : OH+++ Etiologies multiples, domines par : OH+++ Penser aux causes gntiques chez les sujets < 50 ans Penser aux causes gntiques chez les sujets < 50 ans Progrs de la gntique et de la biologie molculaire : Progrs de la gntique et de la biologie molculaire : taux de PC idiopathique taux de PC idiopathique