Le bon usage des antibiotiques en région version validée ?· Le bon usage des antibiotiques : Expériences…

Embed Size (px)

Text of Le bon usage des antibiotiques en région version validée ?· Le bon usage des antibiotiques :...

  • Lebonusagedesantibiotiques:Expriencesetoutilspourunedclinaisonenrgion

    RapportdelarencontreCNP-FFIduVendredi1erJuillet2016

  • Introduction:(PrC.Rabaud,PrC.Michelet,PrF.Roblot,DrH.Aumatre).

    A la fin des anne 90, nous avons assist aux premires prises de conscience par lesautoritssanitairesduproblmedesantpublicmajeurentranparlaconsommationnonraisonne des antibiotiques et laugmentation de lantibiorsistance. Trois plansantibiotiques (2001-2005, 2007-2010 et 2011 2016) se sont succds. Dans la continuitimmdiate de la confrence de consensus organise en 2002 par la SPILF Commentamliorer la qualit de l'antibiothrapie dans les tablissements de soins ? Qualit =prserver l'intrt collectif sans nuire l'intrt individuel du patient, les premiresexpriences localesetrgionalesdactionspour lebonusagedesantibiotiquesontsuivi ladiffusion de la circulaire DHOS/E 2 DGS/SD5A du 2 mai 2002. Cette circulaire incitait lestablissementsdesantcrerunecommissiondesanti-infectieux,dsignerunmdecinrfrentenantibiothrapieetmettreenplacetitreexprimentaldesCentresdeConseilenAntibiothrapie(CCA),destinsdvelopperleschangesaveclesmdecinslibrauxenleur apportantdes conseils tlphoniques de prescription, laccs des rfrentiels deprescription locaux et rgionaux, des formations au bon usage des antibiotiques et ladiffusiondinformationspidmiologiques localessur larsistancebactrienne.Danscettepremirecirculairefiguraitaussiuneincitationaufinancementdutempsmdicalncessaire la mise en uvre de ces actions extra-hospitalires, par les Agences RgionalesdHospitalisation, mais sans prcision sur la quotit de temps ncessaire, ni sur lescomptencesrequises.Delammefaon,ilnyavaitpasplusdeprcisionapportequantauxqualificationsdesrfrentsenantibiotiquenommerdanslestablissementsdesoinset la quotit de travail affecte leur mission. Les premires commissions des anti-infectieuxet les rseauxMedQualetAntibiolor (premiersCCA)natrons toutdemmedecettepremireimpulsioninstitutionnelle.

    Apartirde2005lestablissementsdesoins(ES)furentcontraintsdeproduirechaqueanneunIndicateurCompositedeBonUsagedesAntibiotiques(ICATB),cetindicateurpermettantunsuividans le tempsde leur implicationdanscedomaineetdescomparaisonsentre lestablissements. Une nouvelle version de cet indicateur, lICATB2, plus complte, pluscontraignanteet correspondantmieuxauxprconisationsduplannationaldalerte sur lesantibiotiques 2011-2016 est en place depuis 2014. Il est demand dans ICATB2 que laquotit de temps mise disposition pour la ralisation de lactivit de rfrent enantibiotiquesoitaumoinsde0,3ETPpartranchede400litsMCO.Plus rcemment, lePROgrammenationaldactionsdePrventiondes InfectionsAssociesauxSoins(PROPIAS2015),aidentifilaluttecontrelantibiorsistancecommeuneprioritmajeure,constituantsonaxe2;lancessairesynergieentrelaluttecontrelatransmissioncroise et lemoindre usage des antibiotiques pourmettre enuvre une lutte efficientecontrelantibiorsistanceaainsitclairementacte.Enfin,linstructionDGS/RI1/DGOS/PF2/DGCSn2015-212du19juin2015prciseclairementquelamiseenuvredelaluttecontrelantibiorsistancencessiteunleadershiprgionalsous lgide des ARS et en coordination avec lAssurance Maladie pour mobiliser lesdiffrents professionnels de sant, garantir la mise en uvre effective du conseil enantibiothrapie, etmettre en place des actions prioritaires. Cette instruction demande lanomination dun charg de mission ARS sur lantibiorsistance dont la mission sera demettre en uvre une structuration et une coordination du rseau des rfrents en

  • antibiothrapie,didentifierlesactionsmenessurlesterritoiresdesantavecunsoucidepartage interrgional des expriences, de participer linformation et limplication dupatientdanslusageraisonndesantibiotiquesetdecoordonnercetensembledanslecadredes Rseaux Rgionaux de Vigilance et dAppui (RREVA). Ces RREVA seront des rseauxmultidisciplinairesregroupantentreautrelesARLIN,CCLIN,OMDIT,CIREetlesCentresdeConseilenAntibiothrapie.Serontainsiregroupslesdiffrentesentitsimpliquesdanslagestion du risque infectieux: Bon usage des Antibiotiques, Hygine Hospitalire,Vaccinologie,VeilleEpidmiologiqueCette rorganisation structurelle intervient au moment o paralllement la formationinitialedinfectiologievoluedunDESCdetype2accessibledepuisdiversDES,versuntri-DESdistinctavecsimplementuneannedesoclecommunavecleDESdemdecineinterneetdimmunologieclinique/allergologie.Lessixplesdecomptenceacqurirparlefuturinfectiologue (cf. rfrentielmtier)encoursde la formation initialesont:1diagnosticettraitement des maladies infectieuses; 2 expertise des anti-infectieux; 3prvention/vaccinologie;4pidmiologie;5rechercheclinique;6formation/information).Ilsfontdesinfectiologuesdespraticiensexpertsetlgitimespouravoirunrlecentraldansladclinaisonrgionaledubonusagedesantibiotiques.LenombredinfectiologuesformsetenformationnepermettramalheureusementpastouslesESdebnficierdunrfrenten antibiothrapie infectiologue court terme. La 10me journe des rfrents enantibiothrapie qui sest tenue Lille en Juin dernier en marge des Journes NationalesdInfectiologie et organise par la SPILF, a une fois encore permis de constater la grandehtrognitdeformationdesrfrents.Lorganisationenrseauxrgionauxderfrentscoordonns forms et dynamiss par des CCA apportant une expertise infectiologique etchangeanteuxaussientreeuxleursexpriencesestainsincessaire,encomplmentduncontactaveclesservicesdinfectiologieexistants.Au niveau de la ville, lenjeu est de taille, car cest l quont lieu 80% des prescriptionsantibiotiques en mdecine humaine. L encore, les moyens actuellement dploys sontingauxsurleterritoirefranais,dpendantdelaprioritafficheparlesARSsoutenirlesinitiatives dveloppes localement. Toutes les rgions nont pas accs une ligne detlphone ddie au conseil antibiotique. La structuration de lignes dastreintedinfectiologiergionaleddiesauxactivitsautresquelesavistransversauxinternesauxCHG et CHUnexiste pas partout. Des actions hors lesmurs dans les bassins de sant neseront ralisables quen partenariat avec les autres tablissements de sant (CHG, CHL,ESPIC,cliniques,EHPAD),lesdiffrentsprescripteurslibrauxetlesautresacteurstelsqueles pharmaciens et IDE. Ce travail hors les murs implique la formation, par desinfectiologues, de professionnels volontaires susceptibles de couvrir efficacement leterritoire,quipourraientservirderelaisentrelesmdecinsgnralistesetlesinfectiologuesetseretourneraientverseuxpouruneexpertisesupplmentaireencasdebesoin.Lesperspectivessontdoncnombreuses, lesenjeuxconsidrablesplaantlinfectiologueaucurdeceprocessus,unviragequenousnavonspasledroitdemalngocier.

  • 1. Exemplederseauxexistantsetretoursdexprience:Centredeconseilenantibiothrapie/MedQual(PaysdeLoire)PrD.BoutoilleStructure:

    Associationcreen2003enapplicationdelacirculaireDHOS/E2-DGS-SD5An272du2mai2002:CentredeConseilenAntibiothrapie.Prsidepar lePrD.Boutoille,infectiologueauCHUdeNantes.Assemblegnraleconstituedereprsentantsdusecteurhospitalieretambulatoire,delOMDIT,delARSetdelAssurancemaladie:mdecins,pharmaciens,biologistes,vtrinaires.

    Personnelddi:3ETP:2pharmacienset1Docteurenscience Sourcedefinancement:ARSPaysdelaLoire(FIR)

    Missions:

    Activit de Conseilen lignepar lintermdiaire dun numro de tlphone ddiaccessibleauxprofessionnelsdesantpourtoutequestionenmatiredebonusagedesanti-infectieux.Lignedisponibledulundiauvendredide9h18h.Larponseestfournie par un pharmacien du centre qui peut sappuyer en cas de besoin surlexpertise dun infectiologue, vaccinologue ou pdiatre du rseau. Le nombredappelrestemodeste,cardansungrandnombredecas,lesprofessionnelsdesantsouhaitent avoir une rponse immdiate leur question pendant la consultationavec leur patient, de surcrot, cest souvent directement le service de MaladiesInfectieusesduCHUquiestsollicit.

    Elaboration dun site internet avec un accs tout publicmettant dispositions desfichesdinformationgrand-publicenantibiologieetunaccspourlesprofessionnelsde sant (4300 adhrents), avec mise en ligne de lettres dactualits et darticlesmdicaux.

    Bon usage en ES en partenariat avec OMDIT/ARS/ARLIN Bretagne et Pays de laLoire: suivi des consommations dantibiotique, implantation de ConsoRes avec untauxdeparticipation>90%.ActivitdeformationDPCenantibiologie,Vaccinologie,AntibiothrapieenEHPAD.EPPsurlesInfectionsurinairesetsurlantibioprophylaxie.E-learning.

    Ville: Elaboration de loutil MedQual Villedonnant les donnes de rsistancebactriennemanantdesantibiogrammesdE.colietS.aureusde305Laboratoiresdevilletablisdans8 rgionsdeFranceavec restitutiondun rapport sur lesdonneslocales de rsistance bactrienne 3 fois par an. Un partenariat avec lassurancemaladie (Convention conclus rcemment entre CNAMTS, MedQual et Antibiolor)permettrauneanalysecroiseaveclesconsommationsdantibiotiqueparextractiondesdonnesSNIIR-AMlchelleduCantonralisantuntableaudebordrgionaldelvolutiondesconsommationsetaidantfixerlesprioritsdelapolitiquergionale.Cetoutildesurveillancedesconsommationstenddevenirnational.

    Enbref:premierCCAhistorique (avecAntibiolor), implantation importantedans lesESdelOuest et les laboratoires de ville de 8 rgions. Formations et laborations doutilspdagogiqueslattentiondespraticiensdeville.OutilMedQual-VilledenvergurenationalmaisfinancementARSexclusif.

  • Centredeconseilenantibiothrapie/Antibiolor(Lorraine)PrC.RabaudStructure:

    Associationloi1901creen2003enapplicationdelacirculaireDHOS/E2-DGS-SD5An272 du 2 mai 2002: Centre de Conseil en Antibiothrapie. Prside par le PrC.Rabaud, infectiologue au CHRU de Nancy. Assemble gnrale constitue demdecins, pharmaciens, biologistes, dentistes, infirmiers hospitaliers et libraux,dassociationsprofessionnellesetdtablissementsdesant.

    Personnel ddi: 1 ETP mdecin coordonnateur infectiologue et 0,4 ETP desecrtariat

    SourcedeFinancementARSLorraine(FIR)Missions:

    Activitdeconseilcliniqueenantibiologie:LignetlphoniqueAntibioteldulundiauvendredi de8h30 19h30: contact direct avec un infectiologue (13 mdecinsbnvoles):seulement5appelsparjourenmoyennecarcestsouvent