Click here to load reader

Le travail et l'usure ezra pound

  • View
    219

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Le travail et l'usure ezra pound

  • 1

    LE TRAVAIL ET LUSURE

    Ezra Pound

    publi en italien en 1944 sous le titre

    Lavoro ed usura

    Trois essais :

    - LOr et le travail

    - LAmrique de Roosevelt et les causes de la prsente guerre

    - Introduction la nature conomique des Etats-Unis

    *

    AVEC LUSURE

    la laine ne se vend plus

    avec lusure les moutons napportent plus de gain

    lUsure est une peste, lusure

    mousse laiguille dans la main de la servante

    teint le talent de la fileuse. Pietro Lombardo

    ne vient pas de lusure

    Duccio ne vient pas de lusure

    Ni Pier Della Francesca ; ni de lusure Zuan Bellin

    ni peinte La Calunnia.

  • 2

    Ni de lusure Angelico ; ni Ambrogio Praedis,

    Ni lglise de pierre taille signe : Adamo me fecit.

    Ni de lusure saint Trophime

    Ni de lusure saint Hilaire,

    lusure a fait rouiller le ciseau,

    Rouiller lart et lartisan

    Rong la trame sur le mtier

    Nul ne sait plus y mler le fil dor ;

    Azur est dvor par ce cancer ; cramoisi nest plus brod

    Emeraude ne trouve plus de Memling

    LUsure frappe lenfant dans le ventre de sa mre

    Elle frappe le jeune homme qui fait sa cour

    Le paralyse dans la couche nuptiale, lusure stend

    entre le mari et sa jeune pouse

    CONTRA NATURAM

    Ils ont amen les putains Eleusis

    Des cadavres prennent place au banquet

    sur mandement de lusure.

    (Ezra Pound, Les Cantos, Cantos XLV extrait)

    *

    LOr et le travail Usury, a charge for the use of purchasing power, levied without regard to production,

    often without regard even to the possibilities of reproduction.

    Lusure : taxe prleve sur le pouvoir dachat, sans gard pour la productivit, ni souvent mme pour les possibilits de production.

  • 3

    Le lundi 30 janvier 1933 (l'an XI) cinq heures et demie de l'aprs-midi, l'auteur de ces notes porta un personnage du gouvernement italien une liste de dix-huit points qui fut publie dans le Meridiano di Roma dix ans plus tard avec pour rsultat que cette gazette fut bannie des Etats-Unis. Les libraux ne purent en souffrir certaines ides.

    La bibliographie de l'auteur contient, outre des ouvrages non spcifiquement conomiques, plusieurs centaines de lettres, des articles sur la monnaie, des livres et autres brochures parmi lesquels : ABC of Economies. Londres, 1933. Jefferson and / or Mussolini, 1935. Social Crdit, An Impact, 1935. What is Money For ? 1939. En italien : Confucio, Studio Intgrale (en collaboration avec Alberto Luchini ), Carta da Visita (Ed. Lettere d'Oggi). Collaboration au Meridiano di Roma, la Rassegna Monetaria (revue montaire), etc.

    * * * * *

    Les discussions slvent de lignorance de TOUS les disputeurs.

    FEUILLE DE DISCIPLINE CIVIQUE

    Tant que tu nas pas dml le fil de tes penses, tu ne les peux communiquer autrui. Tant que tu nas pas mis de lordre dans tes penses, tu ne peux tre un lment dordre dans le parti. Le fait militaire tient lhonntet du rgime.

    * * * * *

    A la mmoire dAurelio Biasi.

    LE MODE DE L'UTOPIE

    Le 10 septembre dernier, comme je longeais la Via Salaria, par-del Fara Sabina,

    je pntrais, aprs un certain temps, dans la Rpublique de l'Utopie, pays placide entre

    tous qu'on ne rencontre dans aucun livre de gographie *(* J'avais d'abord crit : Utopie, pays placide situ quatre-vingt ans l'est de Fara Sabina. Mais par souci de clart et de simplicit, j ai modifi

    cette version comme on peut le voir. Pour la traduction anglaise, la premire mtaphore a t rtablie.). Comme je demandais la cause de la srnit qu'affichaient les gens de ce pays, il me

    fut rpondu qu'ils la devaient leurs lois ainsi qu leur systme d'ducation depuis leurs premires annes d'cole.

  • 4

    Ce peuple dit que nos connaissances gnrales drivent de connaissances plus

    particulires (c'est en quoi il rejoint Aristote et d'autres sages de l'Antiquit orien-

    tale et occidentale), et que la pense repose sur les dfinitions qu'on donne des mots.

    Pour enseigner aux jeunes enfants observer les choses dans leurs particularits, ces

    gens imaginent ce petit jeu : on tient dans la main ferme un certain nombre de petits

    objets, soit trois grains d'orge, une petite pice de monnaie, un petit bouton couleur

    azur, un grain de caf ou d'orge, trois autres boutons, etc., on ouvre un instant la main,

    puis, la refermant soudain, on interroge alors l'enfant sur ce qu'il a vu. Pour les plus

    grands, on use de jeux plus compliqus de sorte que chacun finit par savoir de quoi

    sont faits les souliers qu'il porte aux pieds ou le chapeau qui lui couvre la tte. On me

    dit aussi qu' bien prciser le sens des mots, ces gens sont arrivs si bien dfinir leur

    terminologie conomique que les diverses iniquits de la Bourse et de la finance ont

    disparu de ce pays o personne n'est plus dupe de personne.

    Ils attribuent leur prosprit la simplicit de leur mode de perception des impts ou,

    pour mieux dire, de cet unique impt qui frappe la monnaie mme. Sur chaque billet

    d'une valeur de cent units, il leur faut appliquer un timbre de la valeur d'une unit le

    premier jour du mois. Le gouvernement payant ses dpenses avec une monnaie neuve, n'a

    plus besoin d'imposer d'autres taxes, et personne ne peut plus thsauriser une monnaie qui,

    pass cent mois, na plus aucune valeur. Et voil rsolu le problme de sa circulation. Largent ne pouvant ainsi bnficier

    d'une durabilit suprieure celle dont jouissent les pommes de terre, les rcoltes ou les

    tissus, le peuple en est venu a une ide plus saine des valeurs de la vie. Il nadore pas l'argent comme un dieu ni ne lche les bottes des pansus de la Bourse et des syphiliti-

    ques du march. Ces gens ne sont, bien sr, ni menacs d'inflation montaire, ni

    contraints de faire des guerres pour plaire aux usuriers. Du reste, cette profession ou

    activit criminelle n'a plus cours au pays de l'Utopie, comme n'ont aussi plus cours bon

    nombre d'activits bureaucratiques, si bien que nul n'est tenu de travailler plus de cinq

    heures par jour. Le commerce est soumis peu de restrictions. Les commerants

    changent leurs lainages et soieries contre les arachides et le caf de leur Afrique ; et

    leurs bovins sont si nombreux que le problme des engrais se rsout de lui-mme. Mais

    ils ont une loi trs svre qui exclut tout succdan de leur rpublique.

    Le peuple s'instruit en se jouant, et sans professeurs superflus. Ces gens prtendent que,

    s'il est impossible d'liminer tous les livres idiots, il est du moins ais d'en fournir

    l'antidote, et ce par une rglementation des plus simples. Tout libraire est forc de tenir

    disposition les meilleurs livres ; ceux d'une insigne valeur, il les doit exposer pendant

    quelques mois. Ainsi, la diffusion des meilleurs livres chasse peu peu des salons de

    lecture les ordures de la Nouvelle Revue Franaise et autres slections du London Times,

    comme les plus imbciles d'entre les jeunes cervels des deux sexes.

    Ces gens prisent encore la dextrit dans les travaux agricoles, comme dans mon jeune

    ge j'admirais l'habilet des joueurs de tennis ou de football. De fait, ils rivalisent

    d'adresse la charrue pour savoir qui d'entre eux peut le plus prcisment tracer un

  • 5

    sillon. Ce pourquoi je me suis senti trop vieux, me ressouvenant d'un jeune ami pris

    lui aussi de cette passion archaque, qui m'crivit de son premier arpent: On et dit

    qu'un cochon tait pass par l dracinant tout.

    Ayant reu l'explication si simple de la flicit de ce peuple, je m'endormis sous les

    toiles sabines, mditant sur les effets surprenants de ces modifications si insignifiantes

    en apparence, et m'merveillant de la distance coule entre le monde du XIXme sicle

    et celui de la srnit.

    On lit sur le fronton de leur Capitole :

    LE TRSOR D'UNE NATION EST SON HONNTET

    PARTICULARITS DU CRIME

    II est chimrique de s'ingnier monter une machine si une partie est manquante ou

    qu'elle est dfectueuse. Il importe avant tout d'en avoir toutes les pices essentielles. Aussi,

    pour bien comprendre les origines de cette guerre, il y a lieu de savoir ceci :

    En lan 1694 fut fonde la Banque d'Angleterre, association de criminels qui pratiquaient l'usure au taux de 60 %. Paterson qui en fut le fondateur expliqua clairement

    l'avantage de sa dcouverte : la banque bnficie de l'intrt sur l'argent qu'elle cre de rien.

    En 1750 le papier-monnaie fut supprim dans la colonie de Pennsylvanie. Ce qui

    signifiait qu'en l'espace de 56 ans, l'association des usuriers, non contente de son 60 %,

    soit l'intrt sur l'argent tir de rien, tait devenue si puissante qu'elle avait pu

    dterminer le gouvernement anglais supprimer illgalement une concurrence qui, grce

    un systme montaire sain, avait apport la prosprit la Pennsylvanie.

    Vingt-six ans plus tard, en 1776, les colonies amricaines se soulevaient contre

    l'Angleterre. Elles taient treize corps spars, mins du dedans, mais favoriss par leur

    gographie et la discorde des Europens. Elles eurent beau vaincre l'ennemie ternelle,

    l'Angleterre, leur rvolution fut trahie depuis l'intrieur. Leurs difficults pourraient servir

    d'encouragement aux Italiens d'aujourd'hui, et les problmes de jadis suggrer des

    solutions nos difficults prsentes.

    Les imperfections du systme lectif amricain mergrent lors de la fraude commise par

    les dputs qui spculaient sur les certificats de paie due mis par chaque col

Search related