Les personnages du Pays de Fouesnant - -php0y tlpa

  • View
    651

  • Download
    4

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Les personnages du Pays de Fouesnant -

Text of Les personnages du Pays de Fouesnant - -php0y tlpa

  • LE DOMAINE DE SQUIVIDAN

    1/11

  • LAssociation FOEN IZELLA vous prsente un dossier sur SQUIVIDAN regroupant la fois lorigine du lieu, son histoire, la marque dEmile SIMON et de Madeleine FIE FIEUX. Nous remercions particulirement Anne BRIGNAUDY pour sa collaboration notre bulletin. Son tmoignage et les photos de sa collection apportent un complment ncessaire lhistoire des lieux que nous proposons votre lecture.

    CLOHARS FOUESNANT Ren BLEUZEN

    Nous sommes l'ore de l't 2005. La petite commune de Clohars Fouesnant vient de connatre des annes de forte expansion, elle a doubl sa population en peu de temps. Il y eut pour commencer les constructions dissmines dans la campagne, puis celles qui ont form les hameaux groups autour de la ferme de Kergarrec dont ils sont issus. Puis sont venus les lotissements qui forment une ceinture discontinue autour du bourg et agrandissent d'autant l'agglomration. Pour le moment, ce sont des groupes de maisons parpilles, sans lien vritable mais qui sont les matriaux pour un grand village qui formera le coeur de la commune autour de l'glise paroissiale, et l'ensemble communal form par la mairie, l'cole, les btiments et structures sociaux culturels, le terrain des sports, bientt suivis d'une crche pour jeunes enfants et une maison pour personnes ges.

    Dans ce contexte o les repres ne sont pas toujours faciles apprhender, les

    Cloharsiens, qu'ils soient nouveaux ou de souche, sont sensibiliss par deux sujets de l'actualit locale et qui s'inscriront dans l'histoire de Clohars-Fouesnant; ce sont l'amnagement du centre bourg et l'avenir qui sera donn au manoir de Squividan.

    L'amnagement du centre bourg est dj bien lanc. La municipalit a acquis pour cela

    ce que l'on appelle " la friche Bonder " du nom de l'ancien propritaire. Et la procdure est entame pour ce qui promet d'tre un ensemble d'habitations et un volume destin accueillir des commerces et des services, en liaison avec la communaut des communes du pays Fouesnantais. L'avenir de Squividan n'est pas aussi simple imaginer. Le domaine est la proprit du dpartement du Finistre, et sa destination comme les travaux y faire ne sont donc pas du domaine des lus de la commune, ils incombent au conseil gnral. A Clohars- Fouesnant tout le monde a entendu dire que les galeries du manoir contiennent les oeuvres de deux grands peintres dont les tableaux reprsentent une tranche d'histoire de la Cornouaille. Et que le dpartement, en acceptant le legs s'est engag y ouvrir un muse. Une association s'est cre pour aider la russite de la mise en valeur de ce qu'elle considre comme un trsor artistique et historique dont la valeur a une grande porte, profitable l'industrie touristique de toute la rgion et sortirait de l'ombre la modeste commune tapie derrire ses grandes soeurs de la cte.

    2/11

  • SQUIVIDAN DANS L'HISTOIRE

    Pour parler de Squividan, il convient d'abord d'en connatre la signification. Les Cloharsiens dans leur ensemble ne la connaissent pas, mme les riverains de la route qui y mne et qui porte ce nom, et dont la plupart sont des familiers de la langue bretonne. Squividan est pourtant un nom typiquement breton, frquent dans le pays bretonnant, tombe en dsutude Clohars-Fouesnant.

    Squividan est un lieu o le sureau abonde. Albert Dheshayes, docteur en breton et en celtique nous le dit dans le bulletin de Foen Izella n 13. Communment appel " skao " dans le secteur, ou encore " skaw " par Vicent Sit ou " squaven " (Ropars Hmon). C'est un arbrisseau dont les baies taient rputes toxiques et, nous dit-on, seraient maintenant utilises pour les confitures ( vrifier). Pour la petite histoire rappelons aux plus jeunes que le sureau tait trs apprci des garons qui en confectionnaient leurs " pistolen " qui claquaient dans les cours de rcration avec les projectiles de chanvre ou de papier mch arrach aux cahiers de brouillon..

    Mais restons Clohars-Fouesnant. Albert Deshayes nous apprend aussi dans une tude sur la microtoponymie de la commune que Squividan est cit dans une " monstre " de 1426 destine recenser les nobles du duch de Bretagne qui taient exempts d'impts mais devaient servir sous les armes. Squividan tait alors une terre noble occupe par Jean De Penguilly. Il y en avait quatre autres : Guerven avec la dame Du Juch, Kergoet avec Jean De Kergoet ( prcisons que ce chteau qui a prcd celui de Cheffontaines tait situ prs de l'tang et que des pans de murs du domaine y sont encore visibles dans le bois). Jean Droniou tait Botineau et le sieur De Lanros Keradnou. Sont galement cits : Jehan Guillot au Drennec qui n'est pas un manoir, et Jehan An Digloer au Kosquer, actuellement une ferme du domaine de Cheffontaines.

    A SQUIVIDAN aux XVI me et XVII me SIECLE

    Aprs les apports de Albert Deshayes sur les terres nobles de la commune au XVe sicle et la prcision que Squividan y figurait, avec la prsence de Jean De Penguily, c'est l'historien Pierre Lescot participant l'laboration du bulletin de Foen Izella, qui apporte sa pierre l'histoire de Squividan. Aux archives dpartementales, remontant l'chelle des ascendants de son pouse ne Marie Claude Caradec, il dcouvre qu'ils se sont succds Squividan du dbut du XVIIe sicle jusqu' la fin du XVIIIe. Ce sont d'abord des Bnat qui arrivaient du pays bigouden, d'un bon niveau social, dots souvent de la mention honorifique " honorable homme ", allis d'autres notabilits du canton, mais ils n'avaient pas de titre de noblesse. Il n'est pas prcis qu'ils sont propritaires de Squividan mais les multiples successions d'une gnration l'autre sont difiantes. Cette longue prsence de propritaires "roturiers" cessera au dbut du XIXe lorsque Squividan deviendra la proprit du Marquis De Kermel.

    3/11

  • Les dcouvertes de Pierre Lescot sur les noms de familles qui se sont succds Squividan font mentir une vieille coutume qui voulait que ce soit un garon, et de prfrence l'an de la famille qui lui succde sur ses terres. C'est six fois de suite qu' Squividan la fille a pris la suite du pre sous son nom de femme marie. C'est ainsi que Marguerite Bnat, devenue madame Franois Leurr a pris la suite de ses parents. La fille de ceux-ci, Marie, est reste sur les terres aprs son mariage Pierre Jourden. Le mme processus a lieu avec Anne Jourden marie Jean Bollor. Et la fille de ceux-ci, Jeanne Bollor continue, marie d'abord Jean Rien et en deuximes noces Jean Ndlec qui lui donnera encore une fille, Elisabeth. Une fois de plus c'est la fille qui succde ses parents mais cette fois le patronyme ne change pas, elle se marie Jean Ndlec. On perd encore une fois la trace des propritaires de Squividan, et on les retrouve avec d'autres historiens qui rapportent qu'en 1836 le domaine de Squividan tait la proprit de madame veuve Picart et ses enfants.

    Pierre Lescot a trouv dans ces documents d'archives que les actes mentionnent parfois "braz" pour dsigner le grand Squividan, d'autres fois le mot "manoir" pour la mme proprit. On aura not la lecture des noms des familles qui se sont succdes dans la proprit qui nous intresse quils sont toujours frquents dans la rgion.

    LE SQUIVIDAN des de KERMEL

    Les renseignements concernant la priode o la famille De Kermel et consorts ont t propritaires de Squividan, nous sont fournis pour la plupart par Josphine Marienne. Lectrice assidue de Foen Izella, Josphine est trs attache l'histoire de son pays et tout particulirement Squividan pour des raisons sentimentales. Sa maison 5, route de Squividan, a t construite par son grand-pre sur une parcelle de terre du domaine de Squividan qu'il avait achete madame De Kermel.

    Nous sommes en 1836. La proprit de Squividan appartient madame veuve Picart et ses enfants. Le 12 novembre 1836, en l'tude de Matre Chauvel, Notaire Quimper, elle est achete par Charles Olivier, Marquis De Kermel et son pouse ne Thrse De Silguy dont les parents de haute noblesse bretonne, se trouvent au chteau de Mesmeur en La Fort Fouesnant. L'acte prcise aussi qu'il y a congment mais sans plus d'explication. Et du vivant du Marquis survenu quelques annes plus tard, puis celui de la Marquise en 1872, on n'entend plus parler de Squividan.

    A son dcs, la Marquise De Kermel laisse un gros hritage ses six enfants. Il s'agit de terres situes dans le secteur du Drennec, dont la chapelle qui sera lgue au chapitre de la commune. Le partage des biens se fera en l'tude de Matre Lesneven, Notaire Quimper, le 13 mai 1873. La fille Hortense, pouse Saget De La Jonchre, qui habitait alors Keramzec en Bohars, hrite de Squividan Vraz (c'tait le nom donn au manoir). La ferme de Kerangouic est attribue Henri. Caroline, pouse De Brbant, aura Kerambombard et Le Brennec o elle habitera longtemps avec sa famille. Victoire, marie Henri De Cathelineau et habitant le pays basque aura sa part en argent et le lot de Olivier sera le Manoir de Mesmeur o il habite. Les noms des occupants du manoir de Squividan ne sont pas mentionns.

    4/11

  • A partir de 1873 le manoir de Squividan changera plusieurs fois de propritaire, par cessions, donations ou ventes. Le 25 novembre 1880 devant Matre Despalies Notaire au Mans, Hortense De Kermel veuve de Saget de la Jonchre en fait don son fils l'occasion de son mariage. Le 15 mars 1893, autorise par jugement du Tribunal de Quimper madame Julie De Kerstrat, pouse spare de biens de Henri Saget De La Jonchre, demeurant Squividan, vend la proprit madame Guivart de Kerstrat. Le 30 juillet 1899 deevant Maitre Schang notaire Trgunc madame Guivart De Kerstrat fait donation de la proprit de Squividan son fils Alfred Guivart de Kerstrat. Et le 4 dcembre de la mme anne devant Matre Moysan Notaire Fouesnant c'est madame Hippolyte de Kerlinio, veuve de Alfred Guivart de Kerstrat et ses enfants qui vendant Squividan

Search related