M S Les oiseaux de Fès T Conférence donnée en de Fes Photos v3.pdf · M Les oiseaux de Fès Conférence…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Les oiseaux de Fs

    Confrence donne en 1955 par Max Ricard dans le cadre des Amis

    de Fs

    Notre association, Amicale des Anciens de Fs (AdaFs) a dcid de

    publier les confrences prononces, par des personnalits marocaines et

    trangres, dans le cadre de l'association Les Amis de Fs cre Fs

    en 1932. Notre but est de diffuser, sur un site d'anciens de Fs, les

    recherches et travaux mens, dans le cadre de cette association, par des

    passionns de la ville de Fs et de son histoire, soucieux de protger son

    patrimoine et de le rvler.

    Publication AdaFs: octobre 2014 Reproduction et publication interdites sans autorisation

    A

    MIC

    AL

    E D

    ES

    A

    NC

    IE

    NS

    D

    E F

    ES

    - W

    WW

    .A

    DA

    FE

    S.C

    OM

    E

    MA

    IL: C

    ON

    TA

    CT@

    AD

    AF

    ES.C

    OM

    http://www.adafes.com/

  • Amicale des Anciens de Fs octobre 2014

    Les oiseaux de Fs confrence par Max Ricard - 1955 2

    Introduction

    Lassociation Les Amis de Fs - aujourd'hui disparue - cre l'initiative de Marcel Vicaire en

    1932 fut une des premires (sinon la premire) associations culturelles et artistiques du Maroc

    regroupant personnalits europennes et marocaines.

    Les textes des confrences sont les textes originaux ou tels qu'ils ont t retranscrits dans la presse

    l'poque ; les photographies et cartes postales sont ajoutes, aucun des textes n'tait illustr. Nous

    souhaitons que les lecteurs des textes proposs soient aussi des acteurs dans la recherche de cette

    documentation prcieuse , qu'ils nous informent de leurs dcouvertes et nous envoient pour

    publication les documents retrouvs. Georges MICHEL remercie toutes les personnes qui lui ont

    permis de rassembler ces textes.

    Voici quelques repres sur l'histoire des "Amis de Fs".

    En octobre 1932, l'initiative de Marcel Vicaire, Inspecteur des Beaux-Arts et des Monuments

    Historiques du Maroc, vingt-quatre personnes qui s'intressaient la vie de Fs jettent les premires

    bases d'une association qui ne tarde pas jouer un rle de tout premier plan dans la vie intellectuelle

    et artistique de Fs.

    Pendant la premire phase, de 1932 1937, l'association offre un cadre de travail un petit groupe

    de chercheurs et procure un public d'lite aux confrenciers de Fs ou de France. Il y a chaque

    anne une moyenne de 5 6 manifestations et plusieurs de ces tudes, sur les Corporations de Fs

    notamment, sont publies dans la revue Hespris.

    Avec l'anne 1938 s'ouvre la deuxime phase de l'activit de l'association. Bnficiant de la prsence

    Fs de la Casa Velasquez, les Amis de Fs, grce un programme copieux et vari de quinze

    manifestations, connaissent un rayonnement qui porte leur nombre prs de 300. Pour la premire

    fois, ils voient venir eux de jeunes Marocains, dont les confrences sont particulirement

    apprcies.

    Aprs le ralentissement de leur activit pendant les annes de guerre et une saison de reprise, l'anne

    1948 trouve nouveau les Amis de Fs en plein dveloppement : 20 25 confrences ou

    confrences-promenades sont proposes tous les ans jusqu'en 1953-54. Des confrenciers de Rabat,

    de Casablanca, de France et mme de l'tranger apportent un lment prcieux de varit et

    d'exotisme.

    A Fs le rayonnement s'tend grce l'ouverture d'une section de culture gnrale qui introduit un

    lment supplmentaire de varit et d'intrt. Les Amis de Fs s'affirment plus que jamais comme

    une association voue l'tude de tous les problmes orientalistes et humains en une synthse de

    recherches attrayantes et varies.

    L'association les Amis de Fs est mise en sommeil en 1955 et sera remplace en 1958 par la

    section Tourisme et culture du syndicat d'initiative de Fs. Cette section sera sous la

    responsabilit d'Henri Bressolette qui a t le secrtaire-gnral des Amis de Fs pratiquement de

    1934 1955. Elle a aujourd'hui disparu.

    Nous mettons en 2014, avec quelques amis marocains fassis, la dernire main aux statuts de la

    nouvelle association Amis de Fs qui sera prsente Fs dans les prochaines semaines.

    Nous vous informerons de ses activits.

  • Amicale des Anciens de Fs octobre 2014

    Les oiseaux de Fs confrence par Max Ricard - 1955 3

    LES OISEAUX DE FES

    Confrence prononce devant les Amis de Fs le 16 janvier 1955, par Max RICARD.

    Leau vive court ternellement, court, saute, cascade, bruit, tincelle au soleil, s'enfouit dans les

    tnbres de la terre pour reparatre encore au jour, se glisse en serpents d'argent, s'tale en nappes,

    fuse en jets, rjouit de sa prsence chantante les choses et les gens de la vieille cit. Les jardins,

    riads clos, vergers ceints de haies, Olivettes accroches aux pentes, parcs gays de floraisons

    clatantes, multiplient en prolifrations vgtales le miracle de la plante. Les hauts remparts, les

    murs de briques noircies par les sicles, les architectures surhausses jusqu' l'impossible vers la

    lumire, lvent au ciel leurs bastions et leurs crneaux, leurs tours et leurs terrasses, accueillants

    au monde ail.

    FES , toute vivifie du flux de ses fontaines, pare de verdure en toute saison, couronne de

    remparts et de minarets, demeure pour les oiseaux migrateurs ou sdentaires, un Eden assur, un

    havre de grce, un reposoir fleuri et comme une tape dsirable et bnie que la terre offrirait aux

    voyageurs du ciel.

    Les cratures lgres qui se balancent dans le vent sur leurs rmiges ployes, celles qui faonnent,

    du bec et de la griffe, les nids de mousse, de duvet, de brindilles, les cupules de glaise ptrie

    accroches aux parois verticales, les aires de branchage rudes tapisses d'herbe sche, celles qui se

    rient de la pesanteur et de l'tendue, cherchant inlassablement la proie vive, l'insecte, le ver, la

    graine, et transformant la matire en vie aile et chantante, trouvent ici asile et pture.

    Certes, la loi du mangeant et du mang, inexorable en ce monde, rgne comme ailleurs,

    inluctablement. Certes, la mchancet du fils d'Adam (qui n'a pas toujours l'excuse de l'ignorance

    enfantine), s'exerce comme partout sur la terre...Mais l'amnit du site et du climat, les ressources

    infinies offertes par la ville elle-mme, et ses environs, toujours accessibles ceux pour qui l'air est

    le plus court chemin, attirent et retiennent tout un peuple emplum et mlodieux, pour la joie

    durable du regard et de l'oue.

    Les saisons se succdent, parfois fertiles en surprises, mais chacune d'elle-mme ramne, ou voit

    partir, son contingent de migrateurs tandis que d'humbles amis, d'un attachement moins intermittent,

    demeurent et disent, en ramages discrets qu'ils sont toujours prsents, aux heures brlantes de la

    canicule comme durant les journes tristes des hivers maussades. La nuit mme n'est point sans

    htes volants, ports sur leurs ailes silencieuses et jetant dans les tnbres leur cri monitoire tout

    charg de prsages.

    On pourrait tenir calendrier des alles et venues des visiteurs saisonniers et remarquer combien ils

    sont, en dpit des sautes de temps, rguliers dans leurs dparts et leurs retours.

    Quand le Sagittaire, tirant sur sa fin, dcline vers lachvement du cycle de l'anne solaire, les

    cigognes, emplumes d 'aube et de tnbres, dcrivent dans le ciel les orbes de leur vol d'arrive.

    Revenues du Tchad et du Niger, de plus loin encore peut-tre, reposes aux plaines humides du

    Gharb, elles reconnaissent, au fate des arbres cims ou sur les pans des vieux murs, les

    emplacements des anciens nids malmens par les bourrasques de l'automne. Bonnes mnagres,

    elles rparent le fagot de rame qui fut le home de l'an pass, l'tayent, le compltent d'un bec

    diligent. Aprs les rites nuptiaux marqus de vols en apothose et du sec claquement des

    mandibules, elles y pondront leurs oeufs et y lveront la niche de gros poussins maladroits,

    becqus et chausss de noir en leur enfance pataude, avant que l'ge adulte ne vienne rosir le long

    bec et les hautes chasses.

  • Amicale des Anciens de Fs octobre 2014

    Les oiseaux de Fs confrence par Max Ricard - 1955 4

    Les cigognes apportent leurs avides petits les rongeurs capturs en plaine, les btes froides de l'eau,

    les menues proies de l'Oued et du marais, et parfois, agitant au travers du bec impitoyable ses

    tronons fracasss, un long serpent a l'chine brise.

    Tandis qu'elles accomplissent leur rle utile de gardienne des champs, des rives et des rcoltes, ou

    alors que, tte renverse entre les plumes du dos, elles font retentir, comme des crotales de cornes,

    leurs mandibules heurtes en claquements rythms (leur seul moyen vocal) se souviennent-elles

    d'avoir t, aux temps de la Marrakech Almoravide, la descendance chtie d'un cadi prvaricateur

    et cruel, dont elles portent encore le costume de jadis : vtement blanc drap d'une large charpe

    noire et hautes bottes de maroquin rouge .

    Leur advient-il d'voquer la msaventure du grand Abasside et de son Ministre, qui furent pendant

    toute une anne transforms en cigognes par la malice d'un enchanteur mazden et contraints de

    cacher leur misre dans les marais du Tigre ?

    Elles ont peut-tre oubli ces aventures passes, mais elles savent srement que, tant qu'elles

    demeurent sous la protection des Saints de FES, elles sont assures de secours qui se matrialisent

    en aide effective. S'il advient qu'un cigogneau de l'anne, trop fa