Mastoïdite aiguë

  • View
    362

  • Download
    8

Embed Size (px)

Transcript

  1. 1. Mastodit e aigu
  2. 2. Plan i. Dfinition / Gnralits. ii. Rappel anatomique. iii. Anatomie pathologique iv. Etiopathognie : A. pidmiologie ; B. Bactriologie ; v. tude clinique : TDD mastodite aigue de lenfant. A. Signes d appels . B.B. Signes physiques. C. Examens complmentaires. vi. Formes cliniques : A. Formes anatomiques. B. Formes selon lage. C. Formes selon le terrain. vii. Diagnostic : A. Diagnostic positif. B. Diagnostic diffrentiel. viii.volution/Complications A. Sous traitement mdical. B. Sans traitement. ix. Traitement ; A. buts. B. Moyens.
  3. 3. i. dfinition / gnralits atteinte infectieuse des cavits mastodiennes avec destruction de los mastodien ralisant une ostite. Selon la dure dvolution de cette infection on parle de mastodite aigue,subaigue et chronique Suivant la symptomatologie auriculaire on parle de mastodite aigu extriorise (abcs sous-priost ou simple priostite) ou de mastodite masque (latente). observe ssentiellement chez les nourrissons et les jeunes enfants (oto-antrite ou mastodite). Complication la plus frquente et la plus prcoce des OMA. Frquence diminue grce lantibiothrapie.
  4. 4. La plus part des cas sont dus Streptococcus pneumoniae mais dautres germes peuvent tre en cause. La moiti des patients se prsentent avec le tableau classique de dcollement du pavillon de loreille avec un tympan modifi. Les complications peuvent tre svres: abcs sous-priost, abcs cervical, paralysie faciale, labyrinthite aigu, mningite, abcs intracrnien, thrombose du sinus latral. Les mastodites masques tympan normal sont gnralement rvles par de telles complications. Les mastodites subaigus se caractrisent par la persistance de signes otoscopiques et de signes infectieux malgr une antibiothrapie prolonge. pronostic est bon sous antibiothrapie adapte ,complte par (Mastodctomie si chec ou complication).
  5. 5. ii. rappel anatoMique a. Dveloppement anatomique de la mastode: Partie postrieure de la premire fente branchiale. A la naissance, une seule cellule : lantre mastodien (aditus ad antrum ). Pneumatise par rsorption ostoblastique et ddiffrentiation de la moelle osseuse en msenchyme lche. Mastode dfinitive 05 ans
  6. 6. B. Anatomie descriptive: Elle affecte la forme dune pyramide triangulaire sommet antro-inferieur et externe et prsente : 03 faces: externe, interne, antrieure 03 bords: antrieur, suprieur et postrieur Base: endocrnienne Sommet:
  7. 7. C. Rapports intramastodiens:
  8. 8. D. Les groupes cellulaires mastodiens: Le groupe antrieur pr-sinusien : Une couche superficielle : Cellules pri-antrales ( Lenoir) . Cellules sous-antrales . Une couche profonde ; Antre Cellules sous-antrales (traine intersinusofaciale de Lombard), lorigine de la mastodite jugulo-digastrique de Mouret. Des cellules accessoires: Les cellules susantrales , les cellules pri-faciales et notament rtro- faciales. Le groupe de la pointe: Mastodite de Bezolt(fusant dans SCM)
  9. 9. Le groupe postrieur : Le groupe pr-sinusien : Les cellules inter-sinuso-durmeriennes de Trautmann: sont lorigine des mastoidites postro-superieures. Les cellules intersinuso-antrales: inconstantes Le groupe rtro-sinusien: sont lorigine des mastoidites postro-inferieures. Les groupes aberrants: Les cellules temporo- zygomatiques(mastiodites temporo-zygomatiques) Les cellules occipitomastoidiennes Les cellules ptreuses(ptrosites)
  10. 10. III. AnAtomIe pAthologIque Stade de mucopriostite: inflammation du mucoprioste de OM ( lsions rversibles sous traitement car les structures osseuses sont encore intactes ). Stade de priostite: linflammation Se propage au prioste par les veinules : laccumulation dans lantre des secrtions produit une dminralisation et cassure de la matrice osseuse. Les cloisons intercellulaires disparaissent, ralisant de larges cavits (exsudat purulent,granulations mucopriostes). Extension (corticale) . Stade de fistulisation: fistulisation avec diffusion du pus vers les espaces contigus: rgion rtroauriculaire ,cou, cervelet ou lobe temporal Macroscopiquement : image classique (ostite en sucre mouill) ostose condensante. Microscopiquement: granulome (aigue), ncrose (subaigue)
  11. 11. IV. etIopAthognIe A. pidmiologie : Age: jeunes enfants et nourrisons : garson de race blanche de 04mois-14 ans, pics variables ( des cas 02 mois et l age adulte ont t dcrite). Sexe : Lger prdominance masculine. Saison (automne, hiver). Facteurs favorisants : Des facteurs favorisants des OMA ont t mis en vidence:carence en fer, terrain atopique, RGO, mode de vie. Mais plus de la moiti des patients qui ont une mastoidite aigue nont pas de pass otitique connu, certains auteurs pensent que la mastoidite (oto -antrite) est favorise : par absence dimminut locale, en labsence dantcdents de contact bacterien par les conditions anatomiques dfavorables: la petite taille et la mauvaise permabilit des voies de communication entre les diverses cellules mastoidiennes et particulierement ladditus ad antrum . Trompe auditive plus courte et plus rectiligne. Virulence du germe. Mauvaise condition hyginique. OMA non ou mal traite (paracentse tardive). Les mastoidites survenant au cours des maladies infectieuses (scarlatine, rougeole, grippe) sont graves par leur volution suraigue et ncrosante Voies de propagation de linfection: Complication la plus frquente et la plus prcoce des OMA. La voie externe post-traumatique et hmatogne sont possibles mais exceptionnelle.
  12. 12. B. Bactriologie : Les germes retrouvs sont : Streptococcus pneumoniae : le plus retrouv Haemophilus influenzae. Staphylococcus aureus. Streptococcus pyogenes. Pseudomonas aeruginosa. ainsi que des anarobies. Les prlvements dans 50% 80 % sont monomicrobiens ou polymicrobiens. Ils sont souvent striles ( Antibiothrapie pralable insuffisante). Existence de souches de pneumocoque rsistantes (recrudescence des mastodites extriorises dans les annes venir). Le pouvoir ostolytique de ces germes explique linefficacit des voies orales dantibiotiques mauvaise pntration osseuse.
  13. 13. V. tude clInIque tdd : mastodite aigue de lenfant extriorise dans la rgion rtro- auriculaire : A signes d appel: Dcollement du pavillon de l oreille vers le bas et vers l avant. Douleur rtroauriculaire (irradiant la mastode et lhmicrne correspondant ) augmentant la nuit ( insomnie). signes gnraux : fivre (38 C) et altration de ltat gnral. Lotorrhe abondante et persistante aprs 15 jours dvolution dune OMA, fait suspecter une mastodite. Ces symptmes sont prcdes par une OMA, mais peuvent tre inaugurales. Absence de cphale, de signe mning et daltration de la conscience.
  14. 14. B. Signes physiques : Inspection : Tumfaction et rougeur Mastodienne. Dcollement du pavillon ( en bas et en avant ). Signes de Jacque (effacement du sillon). CAE combl de scrtion. Palpation : Mastode douloureuse et chaude. Empatement de la rgion mastodienne.
  15. 15. B. Signes physiques : Otoscopie : Tympan pratiquement toujours anormal.. Aspect en pie de vache 10 % des cas. Perforation punctiforme ou lineaire laissant sourdre uns otorrhe pulsatile (OMA) Atticite ou prforation marginalise ( OMC ) Saillie de muqueuse ( polype ). Angle de raccordement effac avec chute de la paroi postro-suprieure CAE (caractristique). Acoumtrie :* ST.
  16. 16. C. Examen complmentaires: Biologie non spcifique : Hyperleucocytose (PNN). Anmie ferriprive. Prlvement + antibiogramme. Imagerie : incidence de schller : comparative et peu contributive ( en retard par rapport la clinique). Elle peut montrer des images dostites ou le plus souvent un flou mastodien.
  17. 17. TDM : +++ est lexamen de choix, permet de voir ltat des cellules mastodiennes et surtout de dceler les complications avec une grande fiabilit et de prvoir un ventuel geste neurochirurgical. Audimtrie : Le plus souvent ST avec dficit de .
  18. 18. VI. Formes cliniques : A. Formes anatomiques : Extriorisation rtroauriculaire : la plus frquente.
  19. 19. Infiltration volumineuse, rapidement fluctunante de la rgion tempero- zygomatique et prtragienne qui dcolle et refoule le pavillon vers le bas. Extriorisation temporo-zygomatique : risque lev dankylose.
  20. 20. Extriorisation postrieure : rare, extriorisation vers la peau ou vers les muscles au niveau du bord postrieur de la mastode. Extriorisation apicale ou cervicale : par effraction de la corticale sur la face interne (Benzold) ou externe (pseudo-Benzold) avec diffusion de pus (muscles et axe jugulo-carotidien). se traduit par: un torticoli, des douleurs sous mastoidiennes, un empatement rtromandibulaire Extriorisation profonde : exceptionnelles ; Mastodite jugulo-digastrique de Mouret : volution grave (symptomatologie pharyngienne et diagnostic par la TDM ). Ptrosite ou ostite de lapex ptreux : (cphales, nvralgie du V et paralysie VI)
  21. 21. B. Formes selon lage : Adulte : identique mais moins frquente. Sujet g : forme insidieuse, tympan infiltr avec amaigrissement, insomnie et ST importante. NRS : otoantrite avec extriorisation frquente et AEG. C. Formes selon le germe : Mastodite tuberculeuse : insidieuse avec chec au traitement antibiotique, otorrhe sreuse (1an), absence de fivre, CAE obtur avec perforation centrale , (paralysie faciale frquente). Le diagnostic est bas sur les cultures. Anarobies : svre, Isolement difficile du germe. Antibiothrapie prolonge.
  22. 22. D. Mastodites subaigus ou latentes : diagnostic voqu devant otite tranante, SG (fbricule), tympan paissi et lexamen cl est la scintigraphie (Tc 99, Ga 67, In 111).
  23. 23. E. Mastodite masque : trompeuse tympan normal, limagerie redresse le diagnostic (complications frquentes). F. Mastodite secondaire une autre affection du rocher : Pousses de rchauffement dune otite chronique. Histiocytose et rhabdomyosarcome.
  24. 24. VII. DIagnostIc A. Positif : clinique . Signes foncti