of 41/41
Modèle conceptue l de McGill --------- Assises théorique s Document réalisé par Michel Perrier, Inf. B.Sc La reproduction et l’utilisation de ce document est interdite sans la permission de l’auteur.

Mc gill assises théoriques

  • View
    2.621

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Mon dernier cours sur le modèle McGill.

Text of Mc gill assises théoriques

  • 1. Modleconceptuel de McGill---------Assises Document ralis par Michel Perrier, Inf. B.ScLa reproduction et lutilisation de ce document est interdite sans la permissionthoriques.de lauteur

2. Facebook : Psychiatrie et socitAncien gestionnaire lHpital Louis-H Lafontaine, Michel Perrierenseigne au Collge de Maisonneuve et au Collge de Bois-de-Boulogne lapsychiatrie, la communication et la dmarche de soins infirmiers. La pagePsychiatrie et socit est le projet de Michel Perrier e et sintresse aux enjeux de la socit et la maladie mentale.2 3. La catgorisation (modles axs sur les besoins)Henderson (1955), dOrem (1959) et dAbdellah (1960). Lintgration (Centr sur le processus dinteraction entre linfirmireet la personne) Peplau (1952), Orlando (1961). La transformation (promotion de la sant et des effets souhaits)Allen (1963), Watson (1978), Modle Humaniste-caring de lUdM. Document prpar par Michel Perrier, hiver 20133 4. Le modle de V. HENDERSON Ltre humain tend vers la satisfaction de 14 besoinsfondamentaux (voir sur la DSI). Les soins infirmiers visent conserver ou rtablir lindpendance du client dans lasatisfaction de ses 14 besoins fondamentaux.Le modle de D. OREM Ltre humain prsente des exigences dauto soins (=capacit dengager des actions volontaires dans le but demaintenir sa survie, son bien-tre et sa sant). Les auto-soins sont lis 3 types de ncessits: ncessitsuniverselles (besoins vitaux), ncessits dveloppementales(adolescence, grossesse, fin de vie, ), et ncessits relies des altrations de ltat de sant.Document prpar par Michel Perrier, hiver 20134 5. Callista Roy dfinit la sant comme un tat et un processus volutifdans lequel ladaptation permet la personne de garder son intgrit.La sant-tat est ladaptation dans chacun des quatre mondes. Lasant-processus est leffort constant fourni par lindividu pour atteindreson potentiel maximum dadaptation. Lenvironnement se dfinit comme lensemble de sitmuli internes etexternes ou toute circonstance ou influence susceptible daffecter ledveloppement et le comportement des personnes ou des groupes. Les soins infirmiers comme une science et une pratique de lapromotion de ladaptation de la personne qui visent valuer lescomportements de la personne et reprer et modifier les facteursinfluenant son adaptation dans les quatre modes (physiologique,concept de soi, fonction de rle, relations interpersonnelles), afin decontribuer lamlioration ou au maintien de sa sant, de son bien-treet de sa qualit de vie ou de lui permettre de mourir avec dignit. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 5 6. Thorie : Principe gnral reposant sur des donnesscientifiques. Ce principe gouverne la pratique et il estpropos pour expliquer les faits observs. Un modle : Image de rfrence qui sert dobjet mental. Ilsagit dune reprsentation conceptuelle de la ralit. Concept : Elment de donne scientifique sur lequel reposedes croyances. La fonction premire du concept est deguider la recherche en lui procurant un point de dpart. Cadre conceptuel : Organisation de la thorie en diffrentsfacteurs qui guident laction dans la ralit. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 6 7. Ces conceptions de la discipline infirmire ont majoritairement tlabores en se centrant sur les dimensions biopsychosociales de lapersonne et en insistant sur son caractre global, ce qui lesdiffrencient du modle biomdical. Les modles conceptuels fournissent un cadre de rfrence pour larflexion. Composantes dun modle conceptuel : Postulat, Valeurs, lmentsessentiels (but, rle, cible, mode dintervention etc.) Document prpar par Michel Perrier, hiver 20137 8. Les postulats sont le support thoriques etscientifique. Les valeurs sont en accord avec la socit que sert laprofession et partag par les membres qui adoptent unmodle. Les lments sont les buts; la cible; le rleprofessionnel; la source de difficult; lintervention; lesconsquencesDocument prpar par Michel Perrier, hiver 2013 8 9. Une approche globale et intgre de la sant et dutraitement des patients qui encourage une approchecentre sur la famille et lenvironnement plus quelindividu lui-mme. Cest au Dr Moyra ALLEN que lon doit ce modleavant-gardiste. Suite aux travaux raliss parlOrganisation Mondiale de la Sant sur la dfinitiondes soins de sant primaire, Moyra ALLEN a introduitla notion de client/famille et envisag un systme trois dimensions impliquant de manire indissociable,le client, sa famille et linfirmire.Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 9 10. F. Moyra Allen, OC(1921 May 2, 1996) was a Canadian nurse and professor. She helped develop the McGill Model of Nursing She received her nursing education at the Montral General Hospital School of Nursing. She also received a Bachelor of Nursing from McGill University, a Masters degree from the University of Chicago, and a Ph.D. in education from the Stanford University School of Education in 1967. In 1954, she became an assistant professor at the McGill University School of Nursing. She became acting director of the School of Nursing in 1983, shortly before she retired in 1984. In 1969, she founded the Nursing Papers, now called the Canadian Journal of Nursing Research. In 1986, she was made an Officer of the Order of Canada. In 1979, she was awarded the Canadian Nurses Association Jeanne Mance Award, given to individuals who have made significant and innovative contributions to the health of Canadians.Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 10 11. Consumrisme et mouvement des droit des patients Soins de sant primaire et promotion de la sant Accessibilit de linformation sur la sant Changement de mentalit en matire de soinsinfirmiers Le virage ambulatoire Les nouvelles connaissances Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 11 12. Il a permis linfirmire de jouer un rle dintervenantpivot auprs de la personne soigne et de sa famille.Avec eux, et pour rpondre aux besoins quilsexpriment, linfirmire choisit les interventions et lesactivits qui tiennent comptent de leurs buts, de leurscapacits, de leurs potentiels et de leurs forces.partenariat soignant/individu/famille . Lessence des soins se dfinit comme une relation decaring (WATSON 1979-1985-1998) avec lindividu et sa familleayant pour but la promotion de la sant.Document prpar par Michel Perrier, hiver 201312 13. La sant coexiste avec la maladie. Valeurs du caring Le coping : Ensemble des processus quun individu interpose entrelui et un vnement peru comme menaant, pour matriser, tolrer oudiminuer limpact de cet vnement, sur son bien tre physique etpsychologique. Le partenariat de collaboration Le readiness Tient compte des impact de la situation sant pour le client famille. Implique la participation du client/famille dans toutes les tapes de ladmarche. La personne-familleDocument prpar par Michel Perrier, hiver 201313 14. Ltre humain est tudi comme un tout form duncorps (le physique), dun esprit (lintelligence, la pense,les motions, les souvenirs, les sensations, etc.) et duneme (le spirituel, la culture, la religion, les croyances etvaleurs profondes) ; un environnement de naturephysique, sociale, familiale, communautaire,populationnelle, culturelle en interaction continue etrciproque pour le soignant et le soign; Lensemble des perceptions, valeurs, culture, motions,significations, etc. issues des expriences vcues dans lepass, le prsent et le futur anticip constitue le cadre derfrence ou champ phnomnal dune personne. Une relation transpersonnelle entre deux individus estinscrite dans un moment caring lorsque leur champrciproque se rencontrent pour engendrer unetransaction humain-humain. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 14 15. Les valeurs du caring prsupposent que linfirmire peutse dtacher du modle biomdical pour saisir la situationet rpondre aux besoins de laid sous un autre angle. Le terme care qualifie une thorie et est difficile traduire en franais, car il dsigne la fois ce qui relvede la sollicitude et du soin. Quelques valeurs du caring respect de la vie: Foi en lapersonne; Croyance en la possibilit de changer;Promotion de lautonomie; Libert de choix Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 15 16. Les valeurs humanistes et altruistes; La croyance et lespoir; Prendre conscience de soi et des autres; Le dveloppement dune relation daide et de confiance; Lexpression de sentiments positifs et ngatifs; La cration dune mthode scientifique de rsolution deproblme; Lenseignement-apprentissage transpersonnel; Le soutien, la protection et/ou la modification delenvironnement mental, physique, socio-culturel et spirituel; La gratification des besoins humains du bnficiaire; Les forces existentielles-phnomnologiques spirituelles. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 16 17. La collaboration une connotation positive et estdornavant un terme rgulirement utilis dans nosorganisations de soins. Le modle McGill associe les termes partenariat etcollaboration pour cr lexpression : partenariat decollaboration Le partenariat de collaboration sloigne du modlehirarchique traditionnel qui est considr paternaliste etautoritaire. Linfirmire partage son pouvoir, ses connaissances et lesdcisions avec la personne. On vite les termes suivant : malade, patient ou client pourlutilisation du terme personne. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 17 18. 1. La personne et linfirmire aspirent une relation de collaboration;2. Linfirmire value constamment les conditions pouvant influencer la relation de collaboration;3. Le partenariat de collaboration une finalit et est orient vers un but.4. Une bonne comprhension et une communication des diffrents points de vue;5. Dans partenariat de collaboration, la personne constitue la source dinformation premire;6. La personne et linfirmire apportent une contribution mutuelle de collaboration;7. Linfirmire peut noncer une opinion allant lencontre du point de vue de la personne;8. Le partenariat de collaboration ncessite des habilets relationnelles et une bonne communication. Document prpar par Michel Perrier, hiver 201318 19. Plan cognitif : il sagit de percevoir les enjeux duproblme et ses impacts sur la dynamique familiale. Plan affectif : cela correspond mesurer le potentiel dela famille avant de reconnatre lexpertise delinfirmire et de mettre laccent uniquement surlopinion du professionnel. Plan moteur : la capacit de reproduire les techniquesenseignes est un indicateur dcisif pour que la famillepuisse faire face la prise en charge du client.SVP Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 19 20. Ouverture desprit Respect Attitude non critique et acceptation globale Capacit tolrer lambigut Conscience de soi et introspectionDocument prpar par Michel Perrier, hiver 2013 20 21. Le readiness est lempressement de la personne-famille raliser des activits dapprentissage ou lamesure dans laquelle elle est prte le faire. Stratgies de readiness :1. normalisation de la situation2. reconnaitre les sentiments3. dcortiquer le problme4. attendre le bon moment5. favoriser lestime de soi6. recourir aux ressources communautairesDocument prpar par Michel Perrier, hiver 2013 21 22. Choix du meilleur moment dintervention; Les croyances et les valeurs; Les connaissances; Des aptitudes la pense critique; Des modes dapprentissage; Le readiness ou la capacit apprendre et changer; Des habilets relationnelles; Un engagement et investissement personnel. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 22 23. Congruence Empathie Chaleur humaine (FOPYD) Approche holistique coute et observation Promotion et acceptation de lexpression de sentiments positifs et ngatifs Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 23 24. valuation de la situationObservation et identification du problmeConnaissances thoriquesFacteurs dinfluence Plan Examen des variables Rsolution de problmes Recueil de donnes prioritaires Intervention Action directe et mise en application du plan Vrifications Examen des rsultats Communication dquipeDocument prpar par Michel Perrier, hiver 2013 24 25. 1.Actualisation de soi2.Appartenance etaccomplissement3.Sexualit et activit4.Respiration, liminationAlimentation/hydratationDocument prpar par Michel Perrier, hiver 201325 26. Respirer Boire et manger liminer Se mouvoir et maintenir une bonne posture Dormir et se reposer Se vtir et se dvtir Maintenir la temprature dur corps dans les limites de la normale tre propre et protger ses tguments viter les dangers Communiquer avec ses semblables Agir selon ses croyances et ses valeurs Soccuper en vue de se raliser Se rcrer Apprendre 27. 1.perception et gestion de la sant.2. nutrition et mtabolisme.3. limination.4. activit et exercice5. sommeil et repos.6. cognition et perception.7. perception et concept de soi.8. relation et rle.9. sexualit et reproduction.10. adaptation et tolrance au stress.11. valeurs et croyances.Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 27 28. La sant La personne-famille Lenvironnement Les soins infirmiers Lapprentissage Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 28 29. La sant nest pas labsence de maladie. La sant volue dans le temps et qui ne fait paspartie dun continuum sant maladie. La sant estun processus dapprentissage et la capacit desajuster et de faire face aux vnements de vie La sant sapprend par une participation active ausein de la famille. Elle est considre comme laressource la plus prcieuse dune nation. En cesens, le maintien en sant des individus nest pasquune proccupation de la nation mais laffaire detout un chacun. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 29 30. On considre linterdpendance des membres de la familleplutt que lindividualit. Le client/famille reprsente unsystme en interaction constante. Le client/famille possdeles capacits dapprentissage. La personne est un partenaire actif qui collabore et trouvedes solutions ses problmes ; ces solutions proviennentdonc de la personne ou du groupe familial, et non delinfirmire. La famille : ______________________________ Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 30 31. La sant sapprend aussi dans les milieux de vie delindividu (scolaire, travail, loisir, soins) Lenvironnement est un contexte dapprentissageLenvironnement en tant que contexte social est lelieu o la sant et les comportements en matirede sant sont appris. La famille est considre comme lenvironnementcl puisque creuset de la promotion de la sant entant que telle et enjeu sanitaire pour la socit danslaquelle elle sinscrit.Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 31 32. La bonne sant dpend dunemultitude de facteurs. Certainsse rapportent lindividu, alorsque dautres concernent lacollectivit. La bonne sant nestpas une fin en soi, mais elleconstitue certainement lapremire condition pour menerune vie active et satisfaisante.Elle reprsente galement unindice prcieux pour mesurer ledegr davancement dunesocit. Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 32 33. 1.Niveau de revenu et situation social2.Rseaux de soutien social3.Niveau de scolarit4.Emploi et conditions de travail5.Environnement social6.Environnement physique7.Habitudes de vie et comptences dadaptationpersonnelles8.Dveloppement sain durant lenfance9.Patrimoine biologique et gntique10. Services de sant11. Sexe social12. Culture 12 dterminants de la sant Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 33 34. Les soins infirmiers sont considrs comme des ressources-cls de lasant pour les individus, la famille et lenvironnement. Linfirmire, encomplmentarit avec les autres acteurs de sant de lquipemultidisciplinaire, porte le projet de promotion de la sant aveccomme valeur centrale celui de la sant plutt que celui de lentretiende la vie. Processus de collaboration entre le P/F qui vis lapprentissage de lasant et la solution du problme Linfirmire facilite lapprentissage etla promotion de la sant (maintien, renforcement, dveloppement).Linfirmire met laccent sur les forces et le potentiel de la P/F, elleconsidre les buts, le niveau dengagement, leur expertise etlenvironnement. Document prpar par Michel Perrier, hiver 201334 35. Lexploration : Cette phase correspond un vritable recueil dedonnes par lequel linfirmire va explorer avec la personnecomment elle dfinit sa situation, quelles sont les ressources quelleutilise et quelles sont les autres ressources dont elle dispose. La pratique : Cest ltape la plus concrte o lapproche de nursingLvaluation. Cest une tape permanente voire continue. Elledveloppe la rflexion du client et de linfirmire quant aux plansde soins et aux rsultats attendus et obtenus. Les forces, lesmotivations et les ressources sont rvalues pour que le plandaction soit rajust si ncessaire.Document prpar par Michel Perrier, hiver 201335 36. Lacquisition ou le changement de comportement est un concept pont du modle et issu dinteractions avec les autres et lenvironnement Se traduit par ladoption de nouveau comportement la suite dinteractions avec lenvironnement Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 36 37. tablir des liens entre les donnes Faire le bilan et synthse Partager sa perception Souligner les forces et les capacits de la p/f et lesressources disponibles 1e niveau: comprhension de la situation de sant p/f 2e niveau: planifier le changement Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 37 38. Situation actuelle de la personne-familleMaladie DxIMPACTCOPING Trauma Biologique Force vnement Psychologique Obstacles Famille Motivation EnvironnementSituation souhaite Situation souhaite par la P/Fpar linfirmireDocument prpar par Michel Perrier, hiver 2013 38 39. Comprhension de laRalisation et planificationsituation de sant p/f du changement(Niveau 1)(Niveau 2) Percevoir le problme Dsire tre accompagner Dfinit le problme/besoin Dcouvre des piste de Comprendre ce qui sesolutionspasse Collaboration Reconnaitre le Passage lactionproblme/besoin Document prpar par Michel Perrier, hiver 201339 40. Atteinte des objectifs Bilan des apprentissages( savoir et savoirfaire), modification des attitudes (savoir-tre) Nouvelles stratgies de coping Rsultats lis aux soins Degr de satisfaction de p/f Comprhension du plan de soins et traitementsinfirmiers Document prpar par Michel Perrier, hiver 2013 40 41. 1. Modle conceptuel et dmarche clinique, Danile Paquette-Desjardins et Johanne Sauv , Chenelire ducation 20082. Des modles conceptuels en soins infirmiers , Jeanne-Marie Gasse et louis Guay, diteur Presses Inter Universitaires, 19973. La collaboration infirmire-patient, un partenariat complexe. Gottlieb L et feeley N, Beauchemin diteur, Chenelire ducation 20074. http://www.reseauasteria.fr5. fr.wikipedia.org6. Francine Fortin du collge de Bois-de-BoulogneDocument prpar par Michel Perrier, hiver 201341