PAGES ROMANDES - Passerelles et handicap

  • View
    214

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Le Forum de Tignousa a rdit cette formule insolite qui consiste organiser une rencontre sans savoir o celle-ci va mener Les organisateurs ont ainsi pris le parti de jeter des passerelles vers linconnu, douvrir le dbat et daccueillir les ides de chacun.

Transcript

  • No 1 mars 2011

    Passerelles et handicap

    2e Forum de Tignousa

  • ExpositionLa Fondation Rene Delafontaine prsente 76 uvres de sa collection

    Re-connatreEspace Arlaud, Lausanne

    du 3 avril au 15 mai 2011

    Mercredi vendredi de 12 h 18 hSamedi et dimanche de 11 h 17 h

    Adrien Hochstrasser Stip-teaseuse

    Selma Husic Pluie

    Marylin Gaille - Christ en croix

    Nous cherchons, suite au dpart la retraite de la titulaire un-e

    Secrtaire gnral-eEntre en fonction; 1er aot 2011 ou date convenir

    Lieu de travail: Genve ou Lausanne

    Renseignements complmentaires: +41 27 322 67 55 ou

    asa-handicap-mental@bluewin.ch

  • Impressum Pages romandes Revue dinformation sur le handicap mental et la pdago-gie spcialise, dite par la Fondation Pages romandes, Institution de lEsprance, 1163 Etoy

    Conseil de FondationPrsident : Charles-Edouard Bagnoud

    Rdactrice et directrice de revueSecrtariat, rception des annonces et abonnementsMarie-Paule ZuffereyAvenue Gnral-Guisan 19CH - 3960 SierreTl. +41 (0)79 342 32 38Fax +41 (0)27 456 37 75E-mail: mpzu@netplus.chwww.pagesromandes.ch

    Comit de rdactionMembres: Marie-Christine Ukelo-Mbolo Merga, Sbastien Delage, Olivier Salamin, Cdric Blanc, Michle Ortiz, Marie-Paule ZuffereyResponsable de publication: Charles-Edouard Bagnoud

    Parution: 4 numros par anMi-mars, mi-juin, fin septembre, mi-dcembre

    Tirage minimal: 800 exemplaires

    Abonnement annuelSuisse Fr. 45.--AVS, tudiants Fr. 38.--Abonnement de soutien Fr. 70.--Etranger Euros 35.--

    Publicit et annonces - Tarifs1 page Fr. 800.--1/2 page Fr. 500.--1/4 page Fr. 250.--1/8 page Fr. 125.--1/16 page Fr. 50.--Tarifs spciaux pour plusieurs parutionsLes demandes demploi provenant des tudiants des coles sociales romandes sont gratuites

    Dlai dinsertion2 semaines avant parution

    Compte bancaireBanque cantonale du Valais, 1951 SionEn faveur de K0845.81.47 Pages romandesCompte 19-81-6Abonnement pour la France: faire parvenir vos coordon-nes et votre rglement par chque bancaire :Jean-Franois Deschamps108, rue Ire ArmeF - 68800 Thann

    GraphismeClaude Darbellay, www.saprim.ch

    Mise en pageMarie-Paule Zufferey

    ImpressionEspace Grafic, Fondation Eben-Hzer, 1000 Lausanne 12

    Crdits photographiques et illustrationsFotolia, Lucie et Urs Wiget, Doriane Bitz Beuch, Michel Barras, Kebawe.com, Asa-Valais, Mali Wiget, Illustration de la carte de vux 2011 de lInstitut ODeF

    Photos de couverture: Fotolia

    N.d.l.r.: Les articles signs nengagent que leurs auteurs. La prsentation, les titres et les intertitres sont de la rdaction.La reproduction des textes parus dans Pages romandes est souhaite, sous rserve de la mention de leur source.

    Pages romandes

    Sommaire

    Dossier:

    Passerelles et handicap

    2 Tribune libre Pierre-Andr Milhit

    3 Editorial Olivier Salamin

    4 Une passerelle de Mars Vnus Urs et Mali Wiget

    6 De Vercorin Recife Marie-Christine Ukelo

    8 Handicap et travail Jean-Marc Dupont

    9 Le travail et lhumaine socit Jacques Kuehni

    10 Handicap et tourisme Pierre Margot-Cattin

    12 Tourisme et handicap: une autre approche des besoins Simon Wiget

    13 De la rue la rencontre Matthieu Moulin

    14 Sommes-nous tous des passeurs? Florence Nierle

    15 Puiser dans le pot: entretien avec Jean-Daniel Rey, Olivier Salamin

    16 Les roues de la libert Grard Manzoni

    17 15 ans dune passerelle qui unit le monde des diffrences

    Michel Barras

    18 Naissance dun pont Michle Ortiz

    19 Regards croiss Jean-Daniel Vautravers

    20 Entre crainte, opportunit et chance Doriane Bitz Beuch

    22 Les hautes coles pnalisent les tudiants avec handicap Mlanie Sauvain, AGILE

    23 Slection Loc Diacon

    24 Sminaires, colloques et formations

  • Tribune libre

    Passe, passe, passera, rengaine enfantinePierre-Andr Milhit, Service Social Handicap, Emera, Sion, membre du comit de Forum Handicap Valais

    Passe, passe, passera

    Un peu partout sur la plante, lin-gnieur relve le dfi. Un torrent, un canal, une valle, un bras de mer, il trouvera un moyen de crer un pas-sage. Cest lui de faire relier deux mondes. Tissage de cordes, tiges de bambous, troncs darbres, blocs de pierres, parpaings de bton, poutres dacier et filins, mille techniques et mille savoir-faire. Chapeau le techni-cien. Parfois, cela tient du prodige ou du miracle. On y voit des rubans de prires, des croix, des ex-voto. On y entend aussi des pactes avec le diable, des contrats obscurs, des sacrifices. Le vertige a un got dther, le gouffre a une odeur de soufre.

    Au fil des millnaires, le passage dune rive lautre a ouvert de nouveaux territoires de chasse, des chemins de commerce, des lieux de rencontres, de dcouvertes et de partage. Cest un endroit de plus hautes stratgies. Toutes les armes du monde ont ap-pris saboter un pont et construire un autre quelques mtres avec des matriaux de fortune. Cest sans doute l que lon a rig les premi-res frontires, avec des barrires et des gardes arms.

    Le pont est entr dans lme humaine. Le discours sen est empar. Btis de pierre philosophale ou de fil dAriane, le pont, le passage et la passerelle ont conquis nos fantasmes et notre raison.Il suffit de passer le pont assne une autre chanson. Comme si cela tait si facile! Que fait-on de la peur du vide, du vertige, de linconnu? Nous ne sommes pas gaux devant le malaise, la difficult. Les raisons profondes, existentielles, ou de ncessit nont pas toutes les mmes forces devant le premier mtre sur le vide. Qui nous chasse, qui nous oblige? Qui nous conseille, qui nous supplie?

    Forcment un jour ou lautre, lon se retrouve embarqu. Chacun sa strat-gie, chacun son remde. Chacun son esprance aussi. A ce moment, je me souviens trs bien dun trange ques-tionnement. Je quitte un territoire, une vie, une exprience pour aller vers une terre inconnue. Et je croise sur ce pont des gens qui quittent leur territoire, leur vie, leur exprience pour aller vers cette terre inconnue pour eux, mais connue de moi et que je quitte. De mme, je me dirige moi vers ce quils quittent. Et ce serait peut-tre pour les mmes raisons que nos destines se croisent. Un autre vertige sajoute alors au premier.

    Passe, passe, passera, la dernire, la dernire

    Un peu partout sur la plante, lexpert sinstalle prs du pont. Il a bien com-pris que tout franchissement, tout passage nest pas anodin. Tour tour chaman, gourou, sorcier, thrapeute, confesseur, il prodigue des conseils, vend des talismans. Il soigne lme et le souffle, il enfume le cerveau et la conscience. Il accompagne, il porte, il soutient, il encourage. Cest bien dans sa gurite que lon a mis ma-crer les fondements des assurances sociales.

    Quelle que soit la motivation, le pas-sage du pont marque bien la rupture dun avant et dun aprs. On quitte un monde hostile et dangereux pour la srnit et la paix. On quitte une tempte pour le grand beau temps. On quitte linfamie pour la rdemp-tion. Mais parfois cest linverse. Heu-reusement on ne le sait pas. Quand on est sur le pont.

    Pour vaincre les derniers retranche-ments, lide que lon pourra retour-ner sur ses pas, peut faire ses effets. On peut toujours esprer que le pont

    ne soit pas dtruit ou interdit. Cest la force du retour au pays natal, la parabole du fils prodigue et le retour du guerrier. Lon reviendra plus beau quavant, plus fort et plus conqu-rant. Parfois avec des blessures et une jambe de bois. Mme avec une tonne de honte, lon peut revenir. Du moins on lespre.

    Et si ce pont existe, cest bien la preuve que dautres ponts ont proba-blement t jets, ailleurs, plus loin, sur dautres gouffres, sur dautres malheurs. Diable! On aura bien le moyen de ngocier un bout de son me pour simmiscer dans dautres contres. Pour une nouvelle qute du bonheur, pour un nouvel Eldora-do. Alors Dieu vat! Pour le salut de notre me, pour un meilleur usage du monde.

    Passe, passe, passera, la dernire restera

    Dans nos mtiers daide et daccom-pagnement, on aime bien parler de passerelles. Cela signifie, dans nos ttes, aller vers un mieux, slever un peu dans lchelle sociale. Il y a tout un arsenal de techniques psy-chosociales, de trucs et ficelles dans la bote outils personnelle pour es-prer tre efficace. Avec la magie des conjonctions de bonnes volonts, de confiances mutuelles, de bon sens et dhumilit, cela fonctionne parfois. Cela prend et redonne du sens. A nos travaux, nos chemins, nos vies.

    Parfois, cela ne suffit pas. Celui qui sassied sur le chemin, celui qui ne bouge plus, celui qui rentre en sa co-quille. Et qui affirme, premptoire, que les ponts nexistent pas. Que le plus dur et le plus vrai chemin, cest daller de soi soi. Sous le chemin de son toile, et sans le regard du monde.

  • Edito

    Des passerelles au service de la rencontre

    Olivier Salamin, membre du comit de rdaction de Pages romandes

    Le Forum de Tignousa a rdit cette formule insolite qui consiste or-ganiser une rencontre sans savoir o celle-ci va mener Les orga-nisateurs ont ainsi pris le parti de jeter des passerelles vers linconnu, douvrir le dbat et daccueillir les ides de chacun.Habituellement, cest le savoir et lex-pertise qui cadrent nos rencontres professionnelles. Il reste alors peu despaces de cration et de dcouverte. Ce nest pas la conception qui avait t choisie pour ce 2e rassemblement. Les 23 et 24 octobre derniers, une cinquantaine de participants se sont retrouvs Vercorin, en se deman-dant ce que les organisateurs recou-vraient sous le terme de Passerelle. Le savaient-ils eux-mmes?Trs vite une premire participante demandait plus dexplications, une mthode pour structurer les changes; le prcipice ntait pas loin. Ces passe-relles, il allait falloir les construire de