of 76 /76
Rapport d’activité 2012 Partageons le goût des sciences

Partageons le goût des sciences

Embed Size (px)

Text of Partageons le goût des sciences

  • Rapport dactivit 2012Partageons le got des sciences

  • Rapport dactivit 2012 universcience 01

    Trois ans aprs la mise en place dUniverscience, je suis heureuse de constater que nous rpondons aux attentes de nos publics fidles et nouveaux. Lanne 2012 se distingue par une frquentation remarquable sur ses sites du Palais de la dcouverte et de la Cit des sciences et de lindustrie.

    Un succs qui conforte les innovations mises en place : nocturnes et ouvertures les lundis en priode de vacances scolaires, premire participation la Nuit blanche au Palais avec linstallation de luvre ph-mre de Markus Hansen, premier colloque participatif sur la fin de la faim en 2050 runissant experts inter-nationaux et tudiants la Cit.

    Parmi les vnements marquants de cette anne, il faut retenir les lancements russis des expositions plbisci-tes par les visiteurs, Lonard de Vinci la Cit et Btes de sexe au Palais de la dcouverte, une offre de mdia-tion dveloppe et renouvele sur les deux sites, les pre-mires exprimentations du Fab Lab et la mise en place des applications mobiles Cit et Palais. Ltablissement se transforme avec un nouvel accueil nord la Cit des sciences, la prparation de la rnovation du Palais de la dcouverte au sein du Grand Palais et les volutions de la Bibliothque.

    Lanne 2012 restera galement celle du dploiement de la mission de ple national de rfrence confie Uni-verscience, avec la mise en place des instances de gou-vernance de la CSTI, entrines par dcret en avril 2012.

    la fin de lanne, 21 ples territoriaux de rfrence, rseaux dacteurs structurs sur un territoire, taient dores et dj mis en place. Le 2e Forum national de la CSTI du 11 dcembre 2012 a consacr cette mobilisa-tion sans prcdent et ouvert la voie de nouvelles pistes de travail. En parallle, les projets Estim et Inm-diats, issus des Investissements davenir, ont pris leur essor autour de volets coopratifs et innovants.

    linternational, Universcience a continu de participer au rayonnement de la culture scientifique travers des cooprations, des coproductions, des transferts de savoir-faire avec des institutions culturelles de rf-rence, notamment lInstitut franais avec qui a t sign un accord-cadre pour ancrer notre collaboration.

    Lanne 2012 a t une anne de riches concertations autour de la refondation de lcole, des Assises de len-seignement suprieur et de la recherche, de lacte III de la dcentralisation. La CSTI fait partie de tous ces enjeux, et nous avons su nous montrer mobiliss.

    Autant de raisons et de responsabilits de poursuivre avec lensemble de nos partenaires, malgr une conjonc-ture difficile, notre passionnante mission de diffusion et partage de la culture scientifique, technique et indus-trielle au service de tous nos concitoyens.

    Claudie HaignerPrsidente dUniverscience

  • 02

  • Rapport dactivit 2012 universcience 03

    Sommaire

    Offrir tous les publics des accs diversifis la culture scientifique, technique et industrielle

    06 Diffuser07 Les expositions temporaires12 Les espaces permanents14 La Cit des enfants16 Les plantariums17 La Gode

    18 Transmettre19 La mdiation humaine

    au Palais de la dcouverte20 La mdiation humaine la

    Cit des sciences et de lindustrie22 Loffre ducative24 Les grands vnements

    26 Innover27 Le Fab Lab et le Living Lab28 Le web 2.0

    32 changer33 La Bibliothque des sciences

    et de lindustrie36 Les ditions et la revue Dcouverte38 Les confrences

    40 Accueillir41 Les travaux de rnovation 44 Laccessibilit

    Donner la culture scientifique, technique et industrielle une visibilit accrue

    48 Organiser49 La gouvernance de la CSTI

    50 Dvelopper51 Estim et Inmdiats

    52 Tisser des liens53 Laction nationale et internationale56 Le mcnat57 Universcience Partenaires

    58 Exporter59 Lexpertise dUniverscience

    Une organisation au service de nos missions

    64 Promouvoir65 Le marketing66 La communication

    68 Simpliquer69 Les ressources humaines70 La gestion des activits71 Les infrastructures

  • 1. Offrir tous les publics des accs diversifis la culture scientifique, technique et industrielle

    04

  • Rapport dactivit 2012 universcience 05

  • 06

    DiffuserDiffuser la culture scientifique et technique travers des expositions et des spectacles

  • Rapport dactivit 2012 universcience 07

    Les expositions temporaires Associer attractivit, interactivit et actualit suivant une stratgie ditoriale cohrente

    Lonard de Vinci, projets, dessins, machinesDu 23 octobre 2012 au 18 aot 2013 la Cit des sciences et de lindustrie

    Riche dune quarantaine de machines, comme larbalte gante, la barque volante, le chariot automobile ou la tenue de plonge, ralises partir des manuscrits de Lonard de Vinci, lexposition invite dcouvrir la pen-se de cet homme dont le gnie rsidait surtout dans une mthode de travail dune immense originalit. La scnographie magistrale participe la rvlation pro-gressive de cet artiste de la Renaissance aux multiples talents. Elle met aussi laccent sur le rle fondamental de lobservation, particulirement celle de la nature et du vivant dans la dmarche de Lonard de Vinci, et pointe la pertinence et la fcondit du dcloisonnement des disciplines qui a t lapanage de la Renaissance, et dont la recherche contemporaine recommence mesu-rer lintrt.

    Exposition conue et produite par Universcience.Partenaires:Museo Nazionale della Scienza e della Tecnologia, EADS, Deutsches Museum, Dassault Systmes.Superficie: 900 m2.

    Gaulois, une expo renversanteDu 19 octobre 2011 au 2 septembre 2012 la Cit des sciences et de lindustrie

    En sappuyant sur une dmarche scientifique pluridisci-plinaire et des musographies varies adaptes tous les ges, en partageant des connaissances trs concrtes sur lhabitat, la vie quotidienne, lagriculture ou lorganisation sociale et territoriale et en prsentant une collection dobjets insolites, lexposition bouscule les ides reues et redonne sa place la civilisation gau-loise, notamment grce aux dcouvertes archologiques des trente dernires annes.

    Exposition conue et produite par Universcience.Partenaires:ministre de la Culture et de la Communication, Institut national de recherches archologiques prventives (Inrap), en coproduction pour litinrance avec le Forum dpartemental des sciences de Villeneuve-dAscq et le Pavillon des sciences de Montbliard.Superficie: 1 300 m2.

    Prhistoire(s), lenquteDu 13 dcembre 2011 au 17 juin 2012 au Palais de la dcouverte

    Telle une vritable enqute, cette exposition sarticule autour dune scne de crime prhistorique vieille de 7 400 ans : la double spulture de Tviec, dcouverte en 1928 au large de Quiberon. Pour procder aux recherches, le visiteur dispose dune palette moderne doutils archo-

    logiques qui, entre cartels tactiles, bornes audiovisuelles, maquettes, vidos et objets de collection, lui permet dentrer dans lhistoire fascinante de nos anctres.

    Exposition conue et produite par le Musum de Toulouse et reconnue dintrt national par le ministre de la Culture et de la Communication.Superficie: 300 m2.

    De lespace pour la TerreDu 18 septembre 2012 au 6 janvier 2013 au Palais de la dcouverte

    Ltat des activits spatiales franaises actuelles, en photographies.

    Exposition conue et produite par le Cnes.Superficie: 100 m2.

    Vivre ensembleDu 31 mars au 2 septembre 2012 au Palais de la dcouverte

    Les 30 photographies de lAgence France-Presse et de Yann Arthus-Bertrand posent une seule question : com-ment vivre ensemble ?

    Exposition conue et produite par la Fondation GoodPlanet et lAgence France-Presse (AFP).Partenaire: Alti.Superficie: 100 m2.

    Regards sur les grottes ornesDu 12 dcembre 2011 au 31 janvier 2012 au Palais de la dcouverte

    Une exposition de photographies autour des recherches de labb Henri Breuil (1877-1961) et dAndr Leroi- Gourhan (1911-1986) sur lart parital palolithique.

    Exposition conue et produite par le ministre de la Culture et de la Communication (direction gnrale des patrimoines).Partenaire: JCDecaux.Superficie: 100 m2.

    SCIE

    NCE

    EN C

    ULTU

    RE

  • 08 Diffuser

    Habiter demain, r-inventons nos lieux de vieDu 4 dcembre 2012 au 10 novembre 2013 la Cit des sciences et de lindustrie

    Problmes de logement, exigences sanitaires, adapta-tion aux mutations de la socit, rchauffement clima-tique, puisement des ressources, crise nergtique, extension des villes, ingalits croissantes et, pour lEu-rope, vieillissement de la population : lhabitat de demain est au cur denjeux humains, socitaux et plantaires. Pour assurer un logement sain et confortable une population toujours croissante tout en prservant la pla-nte, de nombreuses initiatives mergent. Cest ce que montre cette exposition conue en quatre temps, via une musographie ludique mettant en scne objets, dis-positifs interactifs, multimdias, films et photos.

    Exposition conue et produite par Universcience.Partenaires: EDF, Orange, Siemens, Fondation internationale de la Maison de la chimie, CEA, Ademe, Centre scientifique et technique du btiment (CSTB), avec le concours de Saint-Gobain, Tarkett, Osram et Desso.Superficie: 600 m2.

    Ocan, climat et nousDu 6 avril 2011 au 1er juillet 2012 la Cit des sciences et de lindustrie

    Locan mondial occupe 70 % de notre plante et joue un rle primordial dans la rgulation du climat. Son com-portement est modifi par le changement climatique constat et les activits humaines. En privilgiant linte-ractivit, cette exposition donne des cls pour appr-hender cette relation entre locan, le climat et les hommes et comprendre le dbat scientifique en acc-dant notamment aux rcentes recherches dont les explorations ocanographiques.

    Exposition conue et produite par Universcience.Partenaires: Ifremer, Cit de locan, Biarritz.Superficie: 1 000 m2.

    Lobserveur du design 2013Du 16 novembre 2012 au 24 mars 2013 la Cit des sciences et de lindustrie

    Lobserveur du design 13 prsente une slection de 170 ralisations innovantes pour mieux comprendre le design, ses champs dapplication et analyser son rle face aux enjeux de socit. Intitule Design, o es-tu ?, lexposition sadresse aux professionnels, au grand public ainsi quaux enfants et, pour la premire fois, pro-pose une application interactive permettant de retrou-ver toutes les informations sur chacune des ralisations.

    Exposition coproduite par lAgence pour la promotion de la cration industrielle (Apci) et Universcience.Partenaires: ministre du Redressement productif, Mairie de Paris, Oso, Inpi, Alliance franaise des designers, Designers interactifs, CFAI, Pecha Kucha, Tarkett, Matrio, Autodesk, DesignFax, pixelcreation.fr et les magazines Intramuros et LUsine nouvelle.Superficie: 500 m2.

    Lobservatoire des innovations # 3Du 6 dcembre 2011 septembre 2013 la Cit des sciences et de lindustrie

    Inaugure en janvier 2007, cette exposition, renouvele tous les dix-huit mois, met en lumire linnovation dans les entreprises et invite les visiteurs en saisir les fonde-ments, les techniques et les perspectives travers des cas exemplaires. Pour sa troisime dition, Lobserva-toire des innovations explore le monde des supercalcula-teurs et de la simulation numrique ; les innovations dans le pneu, au service dune mobilit durable ; les molcules, les procds innovants et les cycles de vie des produits de la chimie daujourdhui ; et linnovation artisanale.

    Exposition conue et produite par Universcience.Partenaires: lAssemble permanente des chambres des mtiers et de lartisanat, Bull SA, Michelin, Rhodia et le CEA.Superficie: 200 m2.

    Au doigt et Louis : les secrets du braille dvoilsDu 26 juin au 2 septembre 2012 au Palais de la dcouverte

    Depuis les vnements qui ont amen Louis Braille au dbut du xixe sicle perfectionner ce systme dcri-ture en relief jusquaux rcentes innovations technolo-giques permettant aux malvoyants daccder aux systmes informatiss, lexposition videmment tra-duite en braille passe en revue le dveloppement du braille. Et permet ainsi de dcouvrir que celui-ci donne accs tous les domaines de connaissance, dans toutes les langues, via diverses exprimentations.

    Exposition conue par la Fdration des aveugles et handicaps visuels de France et produite par le Comit international pour la commmoration du bicentenaire de la naissance de Louis Braille.Partenaires: ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarit, conseil rgional dle-de-France, conseil gnral de Seine-et-Marne, conseil gnral de Sane-et-Loire, municipalit de Coupvray (Seine-et-Marne), Fondation Orange, Syndicat dagglomration nouvelle du Val dEurope, Fdration nationale des Caisses dpargne.Superficie: 300 m2.

    SCIE

    NCE

    EN S

    OCI

    T

    2 214 000entres dans les expositions permanentes et temporaires

  • Rapport dactivit 2012 universcience 09

  • 10 Diffuser

    Btes de sexe, la sduction dans le monde animalDu 23 octobre 2012 au 25 aot 2013 au Palais de la dcouverte

    travers une scnographie ludique et tonnante met-tant en scne plus de 100 spcimens danimaux natura-liss, des photos, des films et des courts mtrages sur la sexualit animale raliss par Isabella Rossellini, le pro-pos scientifique de cette exposition rserve quelques surprises impertinentes et savoureuses. Le visiteur dcouvre ainsi les multiples stratgies dveloppes par la faune et la flore pour se reproduire, est amen porter un autre regard sur lvolution, la slection sexuelle, la sexualit animale et vgtale, oublier ses prjugs et se poser des questions telles que : pourquoi la nature a-t-elle invent la sexualit ? pourquoi les femelles sont-elles particulirement exigeantes dans le rgne animal ? ou comment les mles sassurent-ils de leur paternit ?

    Exposition conue par le Natural History Museum de Londres et adapte par Universcience.Superficie: 800 m2.

    Le cheveu, de mche avec la scienceDu 14 octobre 2011 au 26 aot 2012 au Palais de la dcouverte

    Pdagogique, interactive et ludique, cette exposition dvoile et dcrypte, tant du point de vue scientifique que culturel et symbolique, les secrets et les richesses du cheveu. Une premire partie prsente le cheveu organe vivant , tandis quune seconde en aborde la dimension socitale au fil du temps, travers les codes, les modes et les reprsentations des diffrentes cultures.

    Exposition conue et produite par Universcience.Partenaire: LOral Fondation dentreprise.Superficie: 550 m2.

    Science Actualits : un magazine dinformation en trois dimensions

    Depuis fvrier 2012, cet espace de 600 m2 sorganise autour de quatre rubriques : Les questions dactualit, pour comprendre les enjeux des principaux sujets du moment, Le mur de news ,pour suivre lactualit immdiate, Les chercheurs la une , pour dcouvrir des films sur la science en train de se faire, et Les points de vue dartistes ,pour livrer des uvres inspires de lactualit. En 2012, des sujets aussi varis que le boson de Higgs, la reconstitution de la grotte Chauvet ou les neutrinos ont t abords.

    SCIE

    NCE

    AU Q

    UOTI

    DIEN

    La science dans ma vieDu 13 dcembre 2011 au 16 septembre 2012 la Cit des sciences et de lindustrie

    Gntique, neurobiologie, microbiologie, climatologie, cosmologie, astrophysique, gologie, physique : la science est partout dans notre quotidien. Structure en quatre parties, lexposition invite le visiteur prendre conscience de lomniprsence des sciences dans sa vie au travers de jeux, tests, animations et films darchives.

    Exposition coproduite par Universcience, Heureka (Finlande), Museon (Pays-Bas) et Cincia Viva (Portugal).Superficie: 600 m2.

    Tous connects ? Enqute sur les nouvelles pratiques numriquesDu 10 mai au 31 dcembre 2012 la Cit des sciences et de lindustrie

    Rseaux sans fil, diminution de la taille des composants, multiplicit des interconnexions et des applications numriques : si ces innovations confrontent les cher-cheurs de nouveaux dfis, elles interrogent le consom-mateur sur leurs avantages et leurs risques. Autant de questions auxquelles cette exposition rpond, ouvrant ainsi un vrai dbat de socit.

    Exposition coproduite par le CCSTI Grenoble La Casemate et Universcience.Aveclesoutiende: CNRS, CEA et Minatec Ideas Laboratory, Inria, rseau CCSTI, Science Culture Innovation, universits Joseph-Fourier et Stendhal (Grenoble). Action du projet Nanoyou (Nano for Youth) financ par le 7e programme-cadre de lUnion europenne.Superficie: 700 m2.

  • Rapport dactivit 2012 universcience 11

  • Les espaces permanents Pour dcrypter les fondamentaux de la science

    la Cit des sciences et de lindustrie

    Au Palais de la dcouverte

    Au sein des 14 000 m2 dExplora, la Cit des sciences et de lindustrie prsente une srie dexpositions permanentes traitant des grandes thmatiques scientifiques et technologiques. Remises rgulirement jour, elles permettent de dcouvrir ou redcouvrir les grands phnomnes et thories scientifiques qui rglent notre monde.

    Des transports et des hommesPour aborder la question des trans-ports sous langle sociotechnique et faire le point sur la mutation des transports individuels et collectifs.

    nergiesComment faire face laugmenta-tion vertigineuse de la consomma-tion mondiale dnergie ? Une exposition pour penser lnergie autrement

    Objectifs Terre : la rvolution des satellitesPour dcouvrir les apports des sciences et des technologies spa-tiales dans de nombreuses activits humaines, et leur inscription dans lhistoire.

    Le grand rcit de lUniversPour comprendre les liens troits qui unissent matire, lumire et nergie, et rencontrer les figures qui ont mar-qu lhistoire des conceptions de lUnivers.

    Les sonsPour couter, comprendre la nature physique du son et en exprimenter les nouvelles technologies.

    ImagesUne immersion dans l univers ambigu de limage contemporaine o le visiteur peut manipuler lui-mme les images

    Jeux de lumirePour comprendre les mcanismes physiques de la lumire et de la vision.

    MathmatiquesPour percer les secrets dune science aux contours obscurs

    Lhomme et les gnesUn voyage au cur de la gntique conu avec le gnticien Axel Kahn.

    LArgonautePour dcouvrir les conditions de vie bord dun vrai sous-marin.

    Le Palais de la dcouverte sorganise en six disciplines scientifiques fondamentales, auxquelles sajoute le plantarium. Chacune est conue essentiellement autour de ses actions de mdiation (voir page 19) proposes par les mdiateurs scientifiques : expos du jour, atelier, confrence et Un chercheur, une manip . Ce sont donc de grandes thmatiques que lanimateur aborde de manires diffrentes, en fonction du public et des demandes de celui-ci.

    Sciences de la vie La communication animale La biologie au service de lhomme Le gnome

    Physique Le champ lectrique Llectrostatique

    Mathmatiques Le nombre Linfini Les paradoxes logiques

    Gosciences Les dinosaures Quand naissent les montagnes La tectonique des plaques

    Chimie Les matires plastiques De lair liquide ? Quelques mystres de lolfaction

    Astrophysique Les calendriers La mesure des distances Les clipses de Soleil et de Lune

    12 Diffuser

  • Rapport dactivit 2012 universcience 13

  • 14 Diffuser

    La Cit des enfants Vingt ans dexpertise en musologie, pour les 2 12 ans

    En 2012, la Cit des enfants, qui ftait ses 20 ans, a poursuivi ses objectifs de diversification des offres de mdiation en proposant prs de 3 000 animations com-poses selon trois formats. Cette varit correspond une volont de multiplier les voies daccs la science, ds le plus jeune ge. Ainsi, les jeunes visiteurs ont pu assister des animations grand format , souvent th-tralises, prsentes dans les espaces danimation (comme Le secret de la cabosse , Sur les traces de la petite souris , On va en faire des montagnes ou Le Gaulois mconnu ! ), des ateliers (comme petits bruits , Des couleurs en forme , Jeux du monde ou Le calcaire la loupe ) et aux animations de courte dure, prsentes proximit du point information.

    En affichant une frquentation toujours en progression (soit prs de 45 % des visiteurs de la Cit des sciences et de lindustrie en 2012, contre 32 % en 2007, avant les travaux de rnovation), la Cit des enfants montre que ses principes fondateurs font toujours son succs. Les jeunes visiteurs dcouvrent ou retrouvent un terrain dexprience unique, o les activits, en majorit collec-tives, font dabord appel aux sens et aux motions. Sur ce vaste terrain daventure et dexprience, de prs de 4 000 m2 organis en deux espaces (lun rserv aux 2-7 ans, lautre aux 5-12 ans), le jeu et laction priment.

    Hors les murs, la Cit des enfants a galement poursuivi et amplifi sa collaboration avec lInstitut Gustave-Roussy en organisant notamment lhpital, Nol et lors de la Fte de la science, un vnement coanim par les mdiateurs de la Cit des enfants.

    Partenaires: Maif et Fondation EDF.

    Lexposition Ombres et lumire

    Ralise en partenariat avec le Centre Pompidou, cette exposition a t conue avec lappui dun comit dexperts compos de chercheurs, denseignants et dartistes. Sur 700 m2, elle propose un parcours la fois scientifique, artistique et potique ; un voyage initiatique la dcouverte de ce double de nous-mmes qui surgit ou disparat au gr de la lumire, sattachant nos pas sans que lon y prte attention.Ds lentre, lenfant est entran dans un monde de fiction cr autour

    dune maison et de son propritaire, Archibald Ombre, professeur, rveur, pote et collectionneur dombres. Lenfant visite ainsi successivement le vestibule, le grand salon, le cabinet de curiosits, le laboratoire exprimental, la cuisine, la serre et enfin le jardin de ce personnage. Il est tour tour acteur et spectateur, le temps de jouer avec son ombre, de dcouvrir des ombres insolites et dagrandir, multiplier, superposer, capturer ou laisser filer les ombres Autant dexpriences qui sajoutent aux animations surprises, et que lenfant peut complter par une sance de thtre dombres.

    SCIE

    NCE

    EN H

    ERBE

    867 000 visiteurs dans les espaces enfants

  • Rapport dactivit 2012 universcience 15

  • 16 Diffuser

    SCIE

    NCE

    EN IM

    AGES

    Les plantariums Mettre en scne le spectacle de lUnivers

    par une description du ciel que lon pourra voir le soir mme est prsente en direct par un mdiateur. Il sappuie sur un quipement technique rare : une vote de 9 000 toiles, une qualit de limage des plus avan-ces dans le monde. Cet quipement permet galement dobserver les objets galactiques ou extragalactiques visibles usuellement lil nu, de visualiser les phno-mnes clestes depuis nimporte quel point de la Terre, nimporte quelle poque du pass ou du futur, ou dob-server le systme solaire depuis une autre plante.

    194 000spectateurs au plantarium de la Cit des sciences et de lindustrie

    145 000spectateurs au plantarium du Palais de la dcouverte

    la Cit des sciences et de lindustrie, le plantarium a continu de dvelopper une offre lie aux programmes scolaires avec la production de Entre terre et ciel les lumires dans la nuit , la prparation de Entre terre et ciel le phnomne des mares . Lacquisition fin 2011 de la version V3 du simulateur astronomique a permis de baisser les cots de production des animations et den-visager ds 2013 de les transformer en spectacles de pleine vote automatique, afin de constituer progressi-vement un catalogue original, susceptible dtre vendu dautres plantariums. Par ailleurs, le plantarium a pr-sent trois cinq fois par jour Fragile plante , un spectacle immersif produit par le Morrison Planetarium (USA) dont les droits dexploitation ont t acquis pour trois ans. Ainsi, en 2012, selon un rythme de quatre sept sances quotidiennes, le plantarium a propos 1 800 sances. Paralllement, le plantarium a poursuivi sa collaboration avec des plantariums franais et tran-gers, continu ses actions de recherche et dveloppe-ment et mis en uvre une expertise pour le dveloppement dune camra 360.

    Au Palais de la dcouverte, le plantarium marque une hausse de sa frquentation en 2012, notamment grce la sance supplmentaire propose pendant les vacances de la Toussaint et de Nol, venue sajouter aux quatre sances quotidiennes. Les visiteurs plbiscitent un programme abordant huit thmes dastronomie clas-sique et le principe de la mdiation scientifique. Chaque sance de quarante-cinq minutes dbutant toujours

  • Rapport dactivit 2012 universcience 17

    La Gode La salle de cinma la plus frquente dEurope

    En 2012, malgr une baisse de frquentation, La Gode a conserv sa place de salle de cinma la plus frquente dEurope grce une programmation exclusive de docu-mentaires dexception en format Imax et en 3D relief. Les familles et les adultes continuent dapprcier la dcouverte spectaculaire de palontologie virtuelle, de protection de la faune, dinventions technologiques ouvrant de nouvelles frontires ou encore de concerts et dopras. Les groupes scolaires et les clients privs ont, quant eux, moins pris le chemin de La Gode en 2012.

    Une conjugaison rare de facteurs ngatifs climat dfa-vorable, la fois conomique et mtorologique, et accs rendu difficile par les travaux alentour a eu des rpercussions sur les variations de performance des films. Ainsi, Ptrodactyles 3D (National Geographic sir David Attenborough) na pas rencontr le succs attendu, ce qui a particip lessoufflement de la fr-quentation. Les entres des films succs tels que Ns pour tre libres, Hubble, au-del des toiles et Ocano-saures 3D, voyages au temps des dinosaures tout comme lopration importante du coupl de lt avec la Cit des sciences nont pas compens ce phno-mne gnral.

    Cependant, lanne 2012 a vu la poursuite de projets de modernisation et dinvestissement autour des outils web et marketing avec un nouveau site internet, la rnovation du systme son et la prparation minutieuse du lance-ment dun film de catgorie A , comme Arctique, lanc le 14 octobre 2012, renforc par de nombreux partena-

    riats et relais mdiatiques, dont lalliance GoodPlanet (Yann Arthus-Bertrand), la Fondation Coca-Cola. La Gode dmontre ainsi la puissance de lattraction et de lenjeu dun film associe la marque Gode. Cest dans ce contexte que La Gode programme de faon excep-tionnelle pour le grand public et les groupes scolaires Plante Ocan. Avec Arctique, lanne se termine avec un redressement heureux puisque la frquentation passe de 17 % 12 % en un mois seulement.

    Enfin, le dveloppement du plan stratgique du conseil dadministration visant rpondre aux grands enjeux des prochaines annes se poursuit autour de questions de modernisation de loffre et de rnovation technolo-gique.

    La Gode est une socit dconomie mixte de droit priv (SEM) dtenue 51 % par Universcience, 12 % par la Caisse des dpts, le solde tant dtenu par des banques (Capexitis, Natixis, CIC).

    SCIE

    NCE

    EN IM

    AGES

    466 000 spectateurs

  • 18

    TransmettreTransmettre et partager des savoirs par la mdiation humaine

  • Rapport dactivit 2012 universcience 19

    La mdiation humaine au Palais de la dcouverteConcevoir une mdiation adapte chacun des publics

    Privilgiant une prsentation concrte avec des mises en situation de phnomnes rels, la dmarche de transmis-sion orale constitue le cur du dispositif du Palais de la dcouverte. Chaque jour, autour de six grandes disci-plines (voir page 12), les mdiateurs prsentent en accs libre environ 40 exposs, ainsi que des ateliers o un petit groupe exprimente et manipule par lui-mme. Certains exposs ou ateliers sont devenus de grands classiques comme Llectrostatique , vritable spectacle o le spectateur participe notamment la fameuse exprience des cheveux qui se dressent sur la tte, ou Lcole des rats , o le mdiateur, devant des rats excutant un petit parcours, commente leurs mthodes dapprentissage. En 2012, de nouveaux ateliers ont t proposs. Citons ceux destins aux enfants partir de 7 ans dans la salle Bioju-nior ( Mathmaticiens en herbe et des expriences de chimie tonnantes comme Les plastiques, a se cultive , Les liaisons secrtes des molcules ou Le chou rouge mne lenqute ) ainsi que ladaptation de certains ateliers des publics handicaps.

    Autre formule de mdiation, Un chercheur, une manip propose une rencontre conviviale entre des visiteurs et un chercheur autour de ses expriences de laboratoire. Ces prsentations montrant la science en train de se faire et destines susciter des vocations scientifiques sont menes avec les tablissements et organismes de recherche. En 2012, elles ont abord une multitude de thmes comme Les lasers et les hologrammes (univer-sit de Provence-Marseille), Le lien des couleurs et des odeurs (cole nationale suprieure dagronomie et des

    industries alimentaires), Linnovation culinaire (univer-sit Paris-Sud Orsay), La cochenille (Association Alter-cultures) ou Les micro-organismes planctoniques (universit Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand).

    Par ailleurs, les animations des espaces permanents ont fait lobjet de ramnagements comme les nouvelles pr-sentations de fourmilires et de termitires au sein du Laboratoire du vivant, ou comme lexposition Cosmolo-gie, ralise en fonction des observations toujours plus prcises des dernires dcennies. Les mdiateurs scien-tifiques sont galement intervenus dans le cadre des expositions temporaires en proposant soit de nouveaux exposs, soit des exposs ractualiss.

    18 170exposs prsents en 2012

    40exposs par jour

  • 20 Transmettre

    La mdiation humaine la Cit des sciences et de lindustrie Rendre les visiteurs tmoins des explorations scientifiques dhier et daujourdhui

    En 2012, Universcience a mis en place une programma-tion exigeante et harmonieuse, conue en fonction de loffre (expositions permanentes et temporaires, grands vnements) et des diffrentes typologies de visiteurs. La Cit des sciences et de lindustrie a notamment pro-pos chaque week-end des vacances de printemps un programme ddi aux ples en partenariat avec luniver-sit Pierre-et-Marie-Curie et lInstitut Paul-mile-Victor. De mme, ont t programms t 2012, un menu du jour formule permettant une adaptation des mdia-tions en fonction des publics et, par consquent, une communication cible et Toussaint 2012, un science show , une mdiation de trois heures, forte capacit daccueil, sur le thme de la mcanique.

    Tout au long de lanne, les mdiateurs scientifiques se sont employs ce que plus dun visiteur individuel sur cinq participe une action de mdiation. Parmi celles-ci, citons des expriences amusantes et peu courantes illustrant les conditions de vie et de voyage dans les-pace (Objectifs Terre), des dgustations ludiques pour sinterroger sur nos pratiques alimentaires et dcouvrir la part gntique dans la dtection de certaines saveurs (Lhomme et les gnes), des nigmes, jeux et tours de magie pour rflchir aux apparences trompeuses cachant une solution mathmatique (Mathmatiques), un jeu participatif sur les notions de transformation dnergie (nergies), linterprtation du rle dune pla-

    nte afin de comprendre les phnomnes relatifs au sys-tme solaire (Le grand rcit de lUnivers) ou la dcouverte des mystres de la vision et de la lumire (Jeux de lumire).

    Par ailleurs, chaque exposition temporaire a fait lobjet dune ou plusieurs mdiations. Cest le cas de Gaulois, une expo renversante (avec lexprimentation des nou-velles techniques de larchologie), Ocan, climat et nous (avec la dcouverte des mcanismes de rgulation du niveau des mers), Lonard de Vinci, projets, dessins, machines (avec la dcouverte des bases de la mca-nique, de limagerie scientifique ou des mthodes de restauration des uvres picturales) et Habiter demain, r-inventons nos lieux de vie (avec lexploration de lhis-toire de lhabitat travers le monde).

    342 000 visiteurs des expositions assistent une animation

  • Rapport dactivit 2012 universcience 21

  • 22 Transmettre

    Tout en assurant sa mission de service public auprs du milieu ducatif, Universcience a continu de proposer une offre destine complter lducation traditionnelle par un apprentissage bas sur le plaisir de la dcouverte, la perception et la comprhension des sciences. Lobjectif : susciter des vocations pour les mtiers et les tudes scien-tifiques, promouvoir ltablissement et fidliser la frquen-tation des publics scolaires. Lensemble de ces missions est soutenu par une convention-cadre avec le ministre de lducation nationale, dcline avec les rectorats dle-de-France pour la mise en uvre oprationnelle.

    Accueillir les classesPour les lves, outre les Classes Villette (voir encadr), la Cit des sciences et de lindustrie a propos une offre riche, adapte tous les niveaux (maternelle, primaire, secondaire), notamment travers les 23 ateliers dEx-plora. Citons parmi eux Micromca (CM1 sixime) pour dcouvrir les notions de base de la mcanique, Mon empreinte cologique (sixime terminale) pour mesurer limpact de nos modes de vie sur la plante, La quantique, cest supra (quatrime terminale) pour dcouvrir la physique du xxe sicle par des expriences spectaculaires, ou encore Illusions sonores (qua-trime terminale) pour comprendre les processus en jeu dans laudition des sons. Ces ateliers ont dailleurs fait lobjet dune publication en 2012 : Les Cahiers de la mdiation. Quant au Palais de la dcouverte, la richesse des exposs et de leurs thmatiques a sduit le public dont un tiers est venu dans le cadre scolaire.

    Coordonner des projetsLa mission ducative dUniverscience vise galement coordonner et accompagner des projets tels que Un an, un projet ou Cit en alternance , mais aussi organiser des parcours transversaux Palais-Cit et Inter-muses (avec les muses dOrsay, des Arts et Mtiers, de la Marine, lInstitut du monde arabe et la Cit de la musique).

    Accompagner les enseignantsPour les enseignants, outre un site web ddi particuli-rement riche, loffre a t nourrie et remise jour. Universcience a continu les aider sapproprier ses ressources scientifiques en organisant des sessions sur le thme Ressources musologiques et projet scienti-fique ou des formations sur des sujets comme Sciences, art pictural et photographie , Enseigner lvolution ou encore Maths et magie . Universcience a galement dvelopp les outils daccompagnement des expositions permanentes et temporaires (notam-ment une visite audioguide tlcharger de Lonard de Vinci, de Gaulois et de Lobserveur du design), conu des outils ducatifs (tablettes numriques, supports multimdias) et revu entirement les manuels des Classes Villette.

    Par ailleurs, Universcience a organis ou a particip des manifestations visant mettre les jeunes en contact direct avec les scientifiques comme le concours C.Gnial, le forum des Ateliers scientifiques de Crteil, le forum Tara, la Semaine du dveloppement durable ou la Semaine des mathmatiques.

    Loffre ducativeDonner aux jeunes le got des sciences et des techniques

    Les Classes Villette : explorer toutes les ressources dUniverscience

    Ces sjours de un quatre jours la Cit des sciences et de lindustrie et au Palais de la dcouverte permettent de suivre, avec sa classe, des activits encadres par des mdiateurs scientifiques. Les lves bnficient de lensemble des ressources ducatives, des expositions et des ateliers

    scientifiques de la Cit pour aborder les sciences autrement : exprimentation, manipulation, observation, documentation Une session de prparation permet lenseignant de construire son projet pdagogique autour dun thme scientifique. En 2012, 62 enseignants ont suivi ces sessions de deux jours.La Classe Villette Thmatique et la Classe Villette Atelier alternent des ateliers encadrs par des mdiateurs scientifiques et des visites de la Cit des enfants, tandis que la Classe Villette Projet est une classe Villette sur mesure . Enfin, la Classe Villette Internationale (pour des

    lycens de 15 19 ans) permet de raliser un projet ducatif en franais et de mettre en uvre, de faon originale, un travail interdisciplinaire via un programme immersif.En 2012, Universcience a accueilli environ 60 Classes Villette, dont 48 classes de primaire et 11 Classes Villette Internationales. Le thme Images lre du numrique a t propos pour des Classes Villette Atelier et Thmatique. Enfin, les mdiateurs ont prpar une Classe Villette sur le thme du corps destine aux malvoyants qui sera propose partir de septembre 2013.

  • Rapport dactivit 2012 universcience 23

  • 24 Transmettre

    Comme chaque anne, Universcience a particip aux vnements denvergure nationale et europenne, tels que la Fte de la science, la Nuit europenne des muses, mais aussi, et pour la premire fois, la Nuit blanche.

    En 2012, ltablissement a galement t prsent la Semaine internationale du cerveau sur le thme des stratgies de lencphale pour apprendre, sadapter et rparer, la Semaine du dveloppement durable axe sur le thme de linformation aux citoyens, aux Journes europennes des mtiers dart avec une exposition sur la facture dinstruments de musique, la Semaine de lindustrie et la 9e dition de la Semaine du son.

    Par ailleurs, le Palais de la dcouverte a accueilli la finale des Olympiades de physique, concours destin aux lycens, ainsi que le jury du concours national C.Gnial qui sest prononc sur 34 projets innovants de lycens et de collgiens issus de 25 acadmies.

    La Nuit europenne des muses19 mai

    Universcience a propos sur ses deux sites une pro-grammation riche, marque notamment la Cit par un dfi indit : une course de six jours et six nuits sur tapis suivie par des chercheurs et des mdecins.

    La Nuit des toiles11 aot

    Conue autour de la thmatique de la plante Mars, cette journe a propos sances au plantarium, ate-

    liers, observations du ciel et confrences, dont un ren-dez-vous ddi larrive sur Mars, en aot 2012, de lastromobile Curiosity.

    La Nuit blanche6 octobre

    Universcience a accueilli une uvre phmre de Markus Hansen dans la rotonde du Palais de la dcou-verte. Des chaussures uses et mises au rebut, rassem-bles en grand nombre, sage troupeau ou fleuve tranquille ; on voit en mme temps un simple et lgant dgrad du noir au blanc en passant par le marron et le beige, mais aussi des objets dforms, fatigus par lusage que des hommes et des femmes en ont fait, ces chaussures ont vcu , elles ne sont peut-tre pas mortes mais plus personne ne les chausse et elles se souviennent ou, en tout cas, elles nous font imaginer des vies

    La Fte de la science12, 13 et 14 octobre

    La Cit des sciences et de lindustrie a propos un pro-gramme labor notamment par le Centre national de recherche scientifique, lcole nationale suprieure Louis-Lumire, lInsectarium de Lizio (Morbihan) et le muse des Sports et luniversit de Poitiers. Au Palais de la dcouverte, un dispositif de mdiation renforc a accueilli des ateliers organiss par Institut national de recherches archologiques prventives et, pour la pre-mire fois, des activits en lien avec le Prix Purkwa 2012.

    Les grands vnementsDes rendez-vous populaires avec la culture

    Femmes de sciences

    Tout au long de lanne 2012, Universcience sest associ diverses initiatives destines mettre les femmes lhonneur et les encourager sengager dans le domaine scientifique. Organise sur le thme Les filles et les maths , la Semaine nationale des mathmatiques a accueilli au Palais des confrences tenues notamment par Cdric Villani, Laure Saint-Raymond ainsi que cinq jeunes

    femmes venues tmoigner de la richesse des mtiers scientifiques et techniques. En mars, plus de 400 personnes ont assist, la Cit, la remise du Prix de la vocation scientifique et technique des filles. cette occasion, le blog www.allezlesfilles-osezlessciences.fr, cr grce au soutien dUniverscience, a t prsent par un groupe de laurates. Enfin, le 8 mars, pour la Journe des femmes, Universcience a dvoil les rsultats dune tude indite sur les ventuels strotypes sexistes dans ses expositions.

    Plus de

    70 000visiteurs la Fte de la science

  • Rapport dactivit 2012 universcience 25

  • 26

    Innover Innover par une offre numrique plus connecte, plus ractive, plus interactive

  • Rapport dactivit 2012 universcience 27

    Le Fab Lab et le Living Lab Encourager la cocrativit et lexprimentation

    Dans le cadre du projet europen EduGameLab, qui vise notamment promouvoir lusage pdagogique du jeu vido dans le monde de lducation et dans la sphre familiale, le Carrefour numrique2 a accueilli des work-shops destination des enseignants afin de les initier aux serious games et rflchir leur utilisation en classe. On peut galement noter dans ce domaine la coproduc-tion avec France Tlvisions dun projet europen : le jeu srieux Energy 2020, visant sensibiliser le jeune public la production et la gestion des sources dnergie.

    Cette anne, le Carrefour numrique2 a conserv sa pro-grammation dvnements touchant le monde du logi-ciel libre avec 19 rencontres, ralisant cette occasion des records de participation lors des deux week-ends Ubuntu Party et pour la venue remarque de Richard Stallman, prsident bnvole de la Free Software Foun-dation.

    Enfin, pour sa dernire anne au sein du Carrefour numrique2 (avant dtre intgr la Bibliothque), les-pace autoformation a accueilli plus de 16 000 visiteurs dsireux dapprendre une langue ou le fonctionnement dun logiciel de bureautique.

    En 2012, dans le cadre dune redfinition de son offre, le Carrefour numrique2 (prononcer carrefour numrique puissance 2 ) sest dvelopp sous le signe de lexpri-mentation, du bricolage et du faites-le vous-mme . Sinscrivant dans le cadre du programme national Inves-tissements davenir Inmdiats (voir page 51), le CN2 sest lanc dans la mise en place de deux nouveaux qui-pements : un laboratoire de fabrication (le Fab Lab) et un laboratoire de cocration et dinnovation ouverte (le Living Lab). Prvus pour une ouverture effective en sep-tembre 2013, ils toucheront la cible des 15-25 ans. Le Fab Lab bta a t expriment ds mars lors dun boot camp programme de formation rassemblant les mdiateurs de lensemble des centres de sciences mobiliss dans ce programme. En septembre, le Fab Lab bta a propos de nombreuses activits mlangeant les publics et les formes : conception dinstruments de musique, fabrique denseignes lumineuses, modlisa-tion en 3 D dobjets de design.

    Paralllement, le Carrefour numrique a accueilli de grands vnements tels que lopration Minecraft, sortez vos pioches ! autour de lunivers du jeu ponyme et lop-ration Robot ducation (4 200 visiteurs sur dix jours) destine sensibiliser les participants sur les avances de la recherche en robotique. Dans la continuit de cette op-ration, lquipe de mdiation a collabor au projet euro-pen Pri-Sci-Net visant tester des scnarios dateliers utilisant des robots usage pdagogique dans le cadre de la classe. Enfin, pour la premire fois, le Carrefour num-rique a particip la Fte de la science au sein dExplora, sur des stands alliant tests de serious games, dispositifs lis la recherche numrique ou modlisations 3D.

    Le Carrefour numrique passe la puissance 2

  • 28 Innover

    Les sites web et les applicationsEn 2012, outre une simplification de la page daccueil du site universcience.fr, Universcience a vu larrive de la Cit des sciences sur mobiles avec le dveloppement, par des quipes internes, dune web app pour smart-phones. Des sites et des contenus spcifiques ont t dvelopps autour des expositions. Cest le cas de Lo-nard de Vinci, projets, dessins, machines qui a fait lobjet dune approche transmdia avec la ralisation dun site teaser lanc trois mois avant louverture et dlivrant chaque semaine une machine modlise 3D, puis dun site ddi entirement dvelopp en HTML5, un film de prsentation de lexposition en langue des signes, la pro-duction de produits ludiques (comme un lment pour le portail juniors, Les machines simples ) ainsi quune application pour iPad disponible gratuitement, La machine rves de Leonardo da Vinci . Pour les exposi-tions Btes de sexe et Habiter demain, r-inventons nos lieux de vie, un site unique, dvelopp en interne, pouvait tre accessible quel que soit loutil (ordinateur, tablette ou smartphone).

    Les rseaux sociauxSi les contenus dUniverscience ont t dissmins travers rseaux sociaux et players dports (notamment via TV5 Monde et Euronews), ses activits ont t relayes sur les rseaux Facebook et Twitter. Ainsi, Face-book apparat comme le premier site rfrent pour cite-sciences.fr et le troisime pour palais-decouverte.fr.

    Le web 2.0Dvelopper des contenus innovants et favoriser les changes

    Lanimation de communauts sest accentue locca-sion dvnements aussi divers que la nouvelle cam-pagne de communication de la Cit des enfants, la Fte de la science, Paris Plages, latterrissage de la sonde Curiosity sur Mars, le 2e Forum national de la culture scientifique, technique et industrielle ou le lancement de la nouvelle boutique en ligne.

    En 2012, plusieurs exprimentations ont t menes afin de faire venir les rseaux sociaux in situ, notam-ment loccasion de la Fte de la science et des exposi-tions Lonard de Vinci et Btes de sexe : une trentaine de photographes amateurs ont t invits partager leurs regards sur les rseaux sociaux, en tagguant et golo-calisant leurs productions graphiques. Dans le mme domaine, lanne 2012 a t loccasion douvrir un compte Instagram pour les deux lieux dUniverscience, et de dployer des outils permettant notamment de pla-nifier, archiver ou automatiser des publications.

    Enfin, cette anne aura permis de poser les premires briques dune structuration du rseau interne de contri-buteurs. Identification des personnes, partages de bonnes pratiques et diverses communications internes ont ainsi permis de commencer organiser une activit encore peu investie dans ltablissement et qui dbou-chera au dbut de 2013 sur la mise en place dun guide dusage des mdias sociaux lattention des animateurs de communauts dUniverscience.

    Le projet Callisto-Sari

    Ce projet a pour objectif de construire une salle de ralit virtuelle en 3D relief, permettant de simuler la visite de lintrieur dun btiment ou dun site, en temps, chelle et rendu rels, de changer des lments et de visualiser immdiatement les consquences de ces modifications sur un plan architectural et environnemental. Ce projet en consortium* (une premire pour Universcience) a dbut en 2012 avec la signature dun contrat avec Bouygues

    Construction pour la mise en uvre du chantier. Une nouvelle tape a t franchie avec les travaux damnagement de lune des salles Louis-Lumire, la mise au point des systmes de projection et de diffusion du son par les chercheurs de lcole nationale suprieure darts et mtiers (Ensam) et du Centre scientifique et technique du btiment (CSTB), et le dbut dlaboration des contenus avec la numrisation dune partie du chantier de rnovation du Grand Palais. Enfin, Universcience a sign une convention avec une socit audiovisuelle spcialise dans la stroscopie, pour la coproduction dun film en relief polaris.

    *Aveclacollaborationduncomitscientifiqueetduncomitdesutilisateurs,ceprojetestpilotparunconsortiumcomposde:BouyguesConstruction(porteurduprojet),Universcience,ImmersionSAS,ArtGraphiqueetPatrimoine,ArtsetMtiersParisTechEnsam,LcolecentraleParis,leCentrescientifiqueettechniquedubtimentetleLaboratoiredesusagesentechnologiesdinformationnumrique(Lutin-universitParis8).ProposdanslecadredunappelprojetsduFUI9(Fondsuniqueinterministriel),ilestfinancparOso,laRgionle-de-France,laDirectiongnraledelacomptitivit,delindustrieetdesservices(DGCIS),leconseilgnraldeSeine-et-Marne,laMairedeParis.

  • Rapport dactivit 2012 universcience 29

  • 30 Innover

    5,5 millions de vidos visionnes depuis janvier 2010

    universcience.tvLa webTV scientifique de la Cit des sciences et du Palais de la dcouverte lance le 1er janvier 2010 a fait peau neuve lautomne 2012 et a dsormais son appli-cation iPhone. Comme dans la version prcdente, les partenaires duniverscience.tv, acteurs de la culture scientifique et technique (organismes de recherche, uni-versits, Scrn-CNDP), contribuent enrichir les contenus de ce site, mais ils ont chacun dsormais une page spcifique avec leurs productions propres en accs direct depuis la page daccueil.

    Plate-forme dsormais multipage, universcience.tv offre galement sur sa page daccueil, et en un seul coup dil, les nouveaux programmes vido de ce web maga-zine hebdomadaire et laccs lensemble dun fonds darchives riche de plus de 2 000 vidos, dont trois quarts de productions originales signes Universcience.

    En 2012, sur universcience.tv, les internautes ont ainsi pu suivre les scientifiques sur leur terrain dinvestiga-tions dans le Journal des ples (srie coproduite avec le CNRS Image et lIpev), comme dans leur cheminement personnel sur des lieux de la capitale dans Paris vu par les scientifiques. Ils ont dcouvert la dmarche originale de lartiste-ingnieur Jacques Honvault dans la srie Capillotract ? et un univers aux allures docan, le monde des gravires, dans Jungle deau douce. Parmi les missions qui ont fait lobjet des retours les plus enthou-siastes, citons Ciel !, fentre hebdomadaire ouverte sur lobservation de la vote cleste (et galement diffuse sur Arte loccasion de la Nuit des toiles), Au secours, je comprends rien !, lors de laquelle la science dbarque

    dans la rue avec les mdiateurs scientifiques dUniver-science, Le dbat et vice versa, qui entend rhabiliter lart de la conversation sur des thmatiques sciences et socit, On a aim ce livre (en collaboration avec la Bibliothque de la Cit), Sorties savantes ou Vu au muse.

    Laudiovisuel et le multimdia : linnovation tous azimutsDe nombreuses productions multimdias sont ralises en interne pour une multitude de besoins. commencer par les expositions, dont Habiter demain, r-inventons nos lieux de vie et surtout Lonard de Vinci, projets, des-sins, machines, pour laquelle ont t raliss quatre ins-tallations multimdias innovantes, un petit thtre optique et un spectacle audiovisuel. Dans le domaine des bandes-annonces (pour lexposition Gaulois, une expo renversante), des films promotionnels (pour la Cit des enfants et lopration t 2012, menu du jour ) ont t raliss, et des animations, filmes.

    Jol de Rosnay,grand tmoin de linnovation, conseiller de la prsidence dUniverscience

    Les conseils stratgiques la prsidence portent principalement sur les volutions science, technique et socit , les nouvelles technologies notamment de lducation, lvaluation des tendances et des projets dans ces domaines au plan international, sur la reprsentation, le rayonnement et linnovation prospective vers lextrieur. En ce qui concerne loffre grand public, ces conseils portent sur les nouvelles expositions, les programmes audiovisuels et

    numriques, comme ceux de Science Actualits, participant leur programmation et leur ralisation.En 2012, le conseiller a contribu au lancement et au suivi de plusieurs projets utilisant de nouvelles technologies, tels que la mobilit partir des smartphones, la Cit interactive ou cliquable , un livre interactif utilisant des QR codes et la mise en uvre dun dispositif de golocalisation dans les murs qui, en septembre2013, permettra aux visiteurs mobinautes daccder en temps rel une fonction de golocalisation lintrieur des btiments de la Cit des sciences et du Palais de la dcouverte.Lengagement personnel du conseiller pour le Cercle des

    amis dUniverscience a favoris la ralisation de documents promotionnels ainsi que ltablissement de contacts avec des personnalits de lindustrie ou appartenant des organismes publics. Des relations rgulires avec Universcience Partenaires ont permis dassurer une promotion des activits dUniverscience vers des grandes entreprises nationales et internationales et dapporter de nouveaux partenariats, notamment via la lettre dinformation IntelliSciences & Tech. Enfin, le conseiller est intervenu de nombreuses reprises dans les mdias et dans plus de 50confrences ou tables rondes en relation avec les activits dUniverscience.

  • Rapport dactivit 2012 universcience 31

  • 32

    changer changer et dbattre pour nourrir le dialogue science et socit

  • Rapport dactivit 2012 universcience 33

    La Bibliothque des sciences et de lindustrieOuvrir les champs de la connaissance tous les publics

    Loffre en ligneEn cho aux grandes expositions (particulirement Lo-nard de Vinci) la BSI a valoris ses ressources ditoriales en proposant des dossiers documentaires en ligne sur le biomimtisme, la science de lart et une promenade dans les fonds iconographiques de la Bibliothque. Loffre destine aux enfants a t enrichie, et un regard spcifique sur lactualit a t apport sur des sujets comme le gaz de schiste, les menaces pesant sur nos identits numriques, la composition de la production nergtique, la dsertification ou la question des res-sources alimentaires.

    LaccessibilitLa BSI a dvelopp son offre destination des per-sonnes handicapes. La salle Louis-Braille, dont la frquentation est en lgre augmentation, a accueilli les personnes dficientes visuelles soit dans le cadre date-liers thmatiques, soit pour un usage individuel des qui-pements. Plusieurs animations, ateliers et rencontres ont t organiss pour des publics sourds dont une part importante denfants et pour faire connatre les activits dUniverscience aux rseaux dinformation spcialiss. Enfin, des ateliers de sensibilisation aux dif-frents handicaps (visuel, auditif, moteur, mental) ainsi qu la communication non verbale ont t proposs aux personnels dans le cadre de la sensibilisation au handi-cap et ses consquences dans les activits quoti-diennes.

    Les nouvelles applicationsOutre la gestion de ses systmes de gestion spcifiques, la BSI est galement un terrain dexprimentation dusages innovants. En 2012, elle a notamment propos plusieurs applications, dont certaines ont t prsen-tes lors de la Fte de la science, comme la conception de dossiers documentaires interactifs sur tablettes, le livre augment et un dispositif mobile de reprage dans les collections par le code-barres.

    La Cit de la santAux richesses de sa bibliothque et laccompagne-ment des bibliothcaires vient sajouter un dispositif partenarial o mdecins, animateurs de prvention, pro-fessionnels de sant, experts et proches de malades ou de patients se relayent pour offrir un accompagnement personnalis. La Cit de la sant apparat donc la fois

    La BSI est un espace daccs gratuit un ensemble de ressources et de services sur les sciences et les tech-niques (ressources documentaires multimdias, anima-tions, dbats, offre en ligne) destin un public vari (de 2 94 ans), dsireux dapprendre, dapprofondir ses connaissances ou de se distraire. Afin de proposer un espace mieux adapt aux attentes et besoins des utili-sateurs, des chantiers ont t lancs en 2012 : ltude de cration dun learning center (voir encadr page 34), la rvision de la politique de programmation afin de la rendre mieux structure et plus cohrente avec loffre gnrale de ltablissement et faciliter ainsi la commu-nication vis--vis du public et llaboration dun plan de renforcement de la frquentation. Celui-ci intgrera une prsentation rnove des services les plus inno-vants de la Bibliothque comme les usages du num-rique et des tablettes de lecture et le nouvel espace dautoformation.

    Les ressources documentaires in situ et en ligneComme chaque anne, la Bibliothque a fait lacquisition de documents (livres, revues, audiovisuels, CD-Rom, DVD). Lanne 2012 a vu un sensible accroissement des livres lectroniques, portant 1 700 le nombre de titres disponibles sur place et distance sur les plates-formes Numilog et Immatriel. Elle a galement rnov une par-tie des plans de classement et de lindexation des docu-ments. Le nombre de titres reprs dans le catalogue collectif universitaire (Sudoc) slve dsormais 64 000. De son ct, le centre de documentation du Palais de la dcouverte a poursuivi son action de mise disposition de ressources documentaires, principale-ment pour les mdiateurs scientifiques.

    Une offre de mdiationAnimations, petites expositions, projections compltent et mettent en valeur les ressources documentaires et les activits de la Cit au sein de la BSI. Ont ainsi t pr-sents Leons de choses et dautres autour des planches pdagogiques de la maison Deyrolle, de nombreuses animations, projections et ateliers en accompagnement de lexposition Lonard de Vinci, projets, dessins, machines, et une exposition, Henri Poincar, du math-maticien au philosophe prsentant luvre et la vie de ce scientifique. Les traditionnels Coups de cur pour la jeu-nesse prsents en dcembre ont t complts par la premire dition des Coups de cur tous publics.

  • 34 changer

    comme un lieu de culture autour de la sant et un lieu de dmocratie sanitaire . En 2012, la Cit de la sant a accueilli des expositions dartistes (Face la vie, photo-graphies ralises dans le service doncologie pdia-trique de Garches, et Illes, photos et vidos de Carine Parola sur les questions de genres), des expositions de patients mais aussi des vnements, occasions pour des institutions de sant et des associations dusagers de rencontrer le public. Sur internet, le service Questions-sant a connu une croissance de 60 % avec le traite-ment de 1 300 questions, tandis que le portail de la Cit de la sant a systmatiquement prolong loffre de pro-grammation par un complment de ressources.

    La Cit des mtiersAnime par une douzaine de partenaires, la Cit des mtiers a poursuivi en 2012 sa mission dorientation, dinsertion et dvolution professionnelle en proposant des entretiens individuels, des ateliers et des rencontres. La lgre baisse de sa frquentation sest accompagne dune dure des entretiens plus longue, traduisant ainsi la diversit et la complexit des attentes et des ques-tions poses. Plusieurs programmes financs par des partenariats europens, nationaux ou rgionaux (Job-seekers, Ressort, Capacits, Lamp) se sont achevs ou poursuivis, tandis que le rseau des Cits des mtiers sest accru, marqu par un largissement des aires go-graphiques y compris transfrontalires (la Cit des mtiers de Genve stant ouverte par exemple lag-glomration dAnnemasse).

    LespartenairesdelaCitdesmtiers: Ple Emploi, Centre dinformation et dorientation du rectorat de Paris, Boutiques de gestion de Paris et dle-de-France (BGE), Centre national denseignement distance (Cned), Dispositif acadmique de validation des acquis de lexprience (Dava), Conservatoire national des arts et mtiers (Cnam), Centre dinformation sur la formation professionnelle et lapprentissage, groupe Cesi, Rseaux internationaux de valorisation de lenseignement suprieur (Rives), Fongecif. Et en collaboration avec le Centre dinformation et de documentation pour la jeunesse (CIDJ), lAgence pour la cration dentreprise (Apce), la chambre de commerce et dindustrie de Paris et lOnisep.

    La Bibliothque dhistoire des sciencesRiche de 80 000 livres et 1 500 titres de revues, sources scientifiques et techniques du xvie sicle nos jours, ce fonds senrichit rgulirement douvrages issus des col-lections scientifiques contemporaines de la BSI. Il pos-sde quelques collections remarquables comme la collection de lancienne bibliothque dtude des Jsuites, le Fonds de lInstitut de France, le fonds Serge-Wasersztrum (2 000 volumes du xive au xxe sicle), le fonds Paul-et-Lida-Faucher (120 volumes de littrature scientifique pour enfants, de la fin du xixe au dbut du xxe sicle) ainsi que dimportantes archives rassembles autour de lhistoire de la physique quantique.

    Le projet du learning center

    Passer dune logique de lieu de ressources celle dun lieu de services : tel est le principe qui prvaut au projet destin faire voluer la BSI. Les conclusions dun groupe de travail interne ltablissement et dune inspection du ministre de la Culture et de la Communication concordent autour dune refonte densemble innovante, organise autour de trois axes : le lieu, les ressources et les services. Cette recommandation prconise un lieu bnficiant dune organisation ractive, offrant des espaces de travail flexibles et

    conviviaux ainsi que des lieux de dtente. Physiques et numriques, les ressources devront tre qualifies, structures et accompagnes de production de documents multimdias. Enfin, au niveau des services, ce projet envisage une politique active de tutorat pour les 12-25 ans, des environnements techniques et interactifs dapprentissage et une ingnierie pdagogique valoriser, en lien avec dautres institutions culturelles. La mise en place du learningcenter sarticulera ds le dbut 2013 par la nomination dun directeur du projet, le lancement dtudes de programmation et la rdaction du projet dfinitif.

    400 000personnes ont utilis les services de la BSI

  • Rapport dactivit 2012 universcience 35

  • 36 changer

    Les ditions dUniverscienceEn 2012, la production des ditions a encore t trs riche. Trois livres, inspirs de lexposition itinrante Lo-nard de Vinci, la nature et linvention, ont t publis : dune part le catalogue de lexposition (sous la direction de Patrick Boucheron et Claudio Giorgione, commis-saires de lexposition) en codition avec les ditions de La Martinire, dautre part un album documentaire jeunesse publi avec les ditions Casterman, Lonard de Vinci, rves et inventions, de Jean-Baptiste de Panafieu avec des illustrations de Ludivine Stock, et enfin un flip book recto verso, Le Vol des oiseaux et lAile battante, ralis partir des dessins de Lonard de Vinci. Enfin, une appli-cation pour smartphones et tablettes a galement t lance, Voler, un jeu denfant avec Lonard de Vinci .

    Dans le cadre de lexposition Habiter demain, r-inven-tons nos lieux de vie, le magazine Architectures vivre a propos un numro spcial, tandis que, en rponse aux questions poses par les visiteurs dans lexposition de 2005 Climax, louvrage En direct avec les scientifiques, 150 questions sur locan et le climat a t publi en co-dition avec les ditions Le Pommier. Cette collection a vu galement la parution de deux nouveaux titres : Les Origines de lcriture, de Viviane Alleton, Jaroslaw Maniaczyk, Roland Schaer et Pascal Vernus, et Les Dbuts de llevage, de Jean-Denis Vigne.

    Par ailleurs, le premier tome (le second tant prvu pour 2013) de 60 expriences faciles et amusantes ! a t publi en codition avec les ditions Nathan dans le cadre de la collection Croqsciences . Enfin, une nou-velle dition mise jour de louvrage dHerv Le Bras Vie et mort de la population mondiale est sortie en mai, en codition avec les ditions Le Pommier dans la collec-tion Le Collge .

    noter galement la publication, sous la direction de Jean-Franois Berger et prfac par Claudie Haigner, des actes du colloque Des climats et des hommes qui sest tenu la Cit en septembre 2009, aux ditions La Dcouverte, en partenariat avec lInrap.

    Dcouverte : la revue du Palais de la dcouverteEn 2012, six numros ont t publis, soit prs de 500 pages et une soixantaine darticles richement illus-trs tirs 4 000 exemplaires. Chaque numro traite de sujets en relation directe avec lactualit : Coup dclat chez les neutrinos de Romain Roncin, Gaz de schiste,

    Les services iconographiques dUniverscience

    Les images ncessaires lillustration des publications internes (outils de communication et de promotion) et des sites internet sont issues des photothques dUniverscience enrichies au gr de reportages (inaugurations dexpositions, ateliers de mdiation). terme, les photothques de la Cit et du Palais seront runies afin de constituer une base de donnes numrique commune.Par ailleurs, des recherches

    iconographiques sont ralises dans dautres fonds, notamment pour illustrer les ditions et la revue Dcouverte. En 2012, le service iconographie a procd aux recherches iconographiques des expositions LonarddeVinci,lanatureetlinvention,Vousavezditchimie?et Habiterdemain,r-inventonsnoslieuxdevie. Ct Palais de la dcouverte, des recherches iconographiques ont t menes pour les salles Biologie humaine, Communication animale, Chaleur et fluide et Un chercheur, une manip , ainsi que les expositions Btesdesexe et Symtrie (ouverture en 2013).

    Les ditions et la revue DcouverteAccompagner les activits et nourrir la rflexion scientifique

    une exploitation controverse dOlivier Coulon, ou encore Vaccins, les adjuvants en renfort ! de Quitterie Largeteau. Outre des articles de fond, Dcouverte a aussi propos des articles en lien avec les expositions dUniverscience comme Le cheveu, de mche avec la science ou De lespace pour la Terre .

    Contribuant la valorisation des savoir-faire internes, la majorit des articles de la revue sont crits par des mdiateurs scientifiques dUniverscience, tandis quun peu plus dun tiers des contributions ont t rdiges par des personnalits du monde de la recherche et de la culture scientifique, comme Jean-Pierre Luminet, direc-teur de recherche au CNRS Observatoire de Paris-Meudon ( Si ce nest toi, cest donc ton frre ? Le paradoxe des jumeaux ), Armand de Ricqls, professeur honoraire au Collge de France ( Quelles sont les preuves de lvolution ? ) ou Pierre Tambourin, direc-teur gnral de Genopole ( Sciences de la vie et socit. Construire et avancer ensemble ).

  • Rapport dactivit 2012 universcience 37

  • Les confrences Favoriser les dbats et apporter des arguments au citoyen

    En 2012, la frquentation des 70 confrences du Palais de la dcouverte et de la Cit des sciences et de lindus-trie a augment de prs de 40 % par rapport lanne prcdente. Cette hausse est marque par le succs de plusieurs oprations, dont Paroles de Gaulois (dans le cadre de lexposition Gaulois, une expo renversante), Le cosmos vu par les mathmatiques , cycle de trois conf-rences avec la participation du mathmaticien Cdric Villani, Les btes et nous , cycle de six confrences sur les rapports que nous entretenons avec les animaux, et un trimestre consacr La fin des mondes . locca-sion de la Nuit des toiles, Uni verscience a propos Premires images du rover Curiosity sur Mars , avec la participation de quelques acteurs de la mission de la Nasa. Au Palais de la dcouverte, Universcience a mis en uvre une formule alternant confrences et dmonstra-tions exprimentales dans les espaces de mdiation.

    Enfin, Universcience a coorganis le premier col-loque international participatif sur la scurit ali-mentaire de demain : La fin de la faim en 2050 ? * Lobjectif tait de confronter des panels dexperts internationaux les ides de quatre groupes dlves (du lyce Le Corbusier Aubervilliers) et dtudiants (de Sciences-Po, dAgroParisTech et de luniversit Paris 1) ayant explor les zones dombre des dbats sur les sys-tmes alimentaires mondiaux. Chacun des groupes avait

    Prs de

    10 000auditeurs ont assist aux confrences

    pour mandat de proposer 10 recommandations sur la scurit alimentaire. Chaque groupe, dune implication exemplaire, a su dvelopper une approche propre, perti-nente dans le propos et souvent originale dans la forme. La bonne matrise de leur sujet et la fracheur de leur regard ont indniablement constitu un contrepoint trs riche aux interventions des experts.

    Par ailleurs, Universcience a organis les confrences Sant en questions en partenariat avec lInserm.

    * Le colloque La fin de la faim en 2050 ? a t organis par Universcience en partenariat avec AgroParisTech et AgroParisTech Alumni, lInstitut national de recherche agronomique (Inra), le Centre de coopration internationale en recherche agronomique pour le dveloppement (Cirad), lInstitut du dveloppement durable et des relations internationales (Iddri), Sciences-Po, le Campus Condorcet, et a bnfici du parrainage de lAcadmie des sciences.

    38 changer

    Ali Sab, membre du conseil scientifique dUniverscience, professeur titulaire de la chaire de biologie du Cnam, directeur de la recherche du Cnam (2009-2012), recteur de lacadmie de Caen

    Face un monde de la recherche en perptuel mouvement qui commence accepter quil nest pas lunique producteur de connaissances et la masse de savoirs disponibles tout moment, la culture scientifique et technique, concept polymorphe qui a volu au cours du temps et qui regroupe divers acteurs soucieux datteindre des objectifs distincts, se doit de sadapter. Larchaque dichotomie entre la communaut scientifique cense

    dtenir le savoir et les autres doit voluer. Pour le professionnel de la recherche, incarn par limage du chercheur ou de lenseignant-chercheur acadmique, la diversit des approches et des objectifs est essentielle. Quand on parle culture, on parle de langage et de temps ncessaire pour partager ce langage. Cette relation, cette rencontre vivante , qui sinscrit dans le temps, permet de constituer un lieu de convergence, de crativit, port par deux acteurs qui senrichissent mutuellement, avec leur propre dynamique : celle du chercheur ou de lenseignant-chercheur base sur une dmarche scientifique, sur des faits possiblement rfutables par lexprience, lchange de preuves et de donnes, intgrant les marges derreurs possibles et les fronts de doutes ; et celle du non-scientifique avec ses savoirs,

    ses savoir-faire et ses attentes. Cette relation pourrait senrichir en la reliant dautres champs scientifiques pour tenter dapprhender toutes les facettes de ce savoir (contexte historique, politico-social qui lui a donn naissance, sa porte, ses enjeux et ses limites) et ainsi de lui donner un sens. Pour cela, il est ncessaire de former les scientifiques cette ouverture historique, culturelle, pistmologique, tant au cours de leur formation initiale quen formation continue dans un souci de dcloisonnement. Et il est tout aussi essentiel de relier le monde de la recherche celui de lcole et des lves, en impliquant les enseignants dans ce lien constituer, en leur permettant, pourquoi pas, daccder plus aisment lunivers de la recherche.

  • Rapport dactivit 2012 universcience 39

  • 40

    Accueillir Accueillir le public dans des espaces rnovs,offrant une accessibilit de qualit

  • Rapport dactivit 2012 universcience 41

    La rnovation de laccueil de la CitLe 19 dcembre 2012, au terme de deux annes de ramnagements, la Cit des sciences inaugurait des abords et un hall daccueil entirement rno-vs, soit trois hectares sur le parvis nord et 2 500 m2 despaces intrieurs. Transition entre la ville et le bti-ment dsormais titr , le parvis apparat dsormais comme une vritable antichambre. Transform en un jardin plant et arbor, quip de bancs confortables en bois ou en pierre, il devient un lieu de promenade, acces-sible tous, y compris aux personnes en situation de handicap. Un traitement clair et adapt des surfaces au sol et un clairage renforc permettent une lecture rapide des grands axes de circulation vers lentre du btiment depuis la sortie du mtro, du nouveau tramway, des parkings ou de la gare routire. Le btiment est pr-cd dun sas dot dune faade en verre de 145 m2 qui permet deffectuer laccueil et le contrle des publics dans un espace chauff et clair. Libr des files dat-tente gnres jusqualors par la billetterie, le hall retrouve du coup sa vocation despace central principal. Une attention particulire a t porte sur le traitement de lacoustique, linstallation despaces de repos, lhar-monie des matires et des structures ddis aux ser-vices daccueil, lergonomie des quipements ainsi quune signaltique dynamique qui accompagne le visi-teur (individuel ou en groupe) dans lorganisation de sa visite. Ce projet architectural sinscrit dans un plan de rnovation global visant non seulement adapter la Cit larrive du tramway et limplantation de VillUp (voir page 42), mais aussi renforcer la lisibilit de loffre, amliorer tout ce qui contribue construire lexp-rience de visite tout en augmentant le confort, la convi-

    Les travaux de rnovationInscrire loffre des deux lieux de ltablissement dans des environnements rnovs

    vialit et laccessibilit. Ainsi, 21 crans placs des points stratgiques le sas dentre, le hall daccueil, au niveau des files dattente et des distributeurs automa-tiques de billets ainsi qu laccueil des groupes appor-tent dsormais aux visiteurs un panorama clair de loffre et facilitent leurs choix. Poursuivant cette dynamique, le dispositif des visites a t enrichi, et lachat en ligne de billets individuels pour le Palais de la dcouverte est effectif depuis octobre. Enfin, dans la mesure o ce vaste ramnagement stendait jusqu la sortie du mtro Porte-de-la-Villette, Universcience a privatis les espaces situs en galerie basse du mtro pour y crer des bureaux (une cinquantaine de postes de travail et trois salles de runion).

    la Cit, un nouveau parvis arbor de

    3hectares

  • 42 Accueillir

    La 4e trave : VillUpDepuis son ouverture, un quart du btiment de la Cit (soit 25 000 m2) est rest vacant. Parce quune rserve foncire dune telle ampleur constitue une opportunit de valorisation du patrimoine de ltat, et parce que tous les projets publics qui se sont succd ont chou notamment faute de financement, Universcience a dcid de faire appel au secteur priv pour lamnager et lexploiter. lissue dun appel projets lanc en 2005, linvestisseur gestionnaire Apsys a t slectionn afin de prendre sa charge la totalit des investissements et exploiter cette 4e trave pour en faire un complexe dac-tivits de commerces et de loisirs. Rebaptis VillUp, il comportera un multiplexe, 11 000 m2 de commerces dans les domaines du loisir culturel, du divertissement et de la restauration. Mises jour, les tudes envisagent une frquentation de plus de 8 millions de visiteurs par an ds les premires annes douverture, chiffre revu la hausse par rapport aux tudes initiales.

    En 2012, la mobilisation dun nouveau partenaire financier Sogecap, filiale assurance-vie de la Socit gnrale sest confirme, entranant de facto des avenants au contrat. Ceux-ci ont t valids par le conseil dadminis-tration dUniverscience runi en session extraordinaire en juillet, puis signs par le prfet en septembre. Dans le mme temps, ltat donnait son agrment la Sogecap en vue de son entre dans le capital de la structure por-teuse du projet. Les premiers travaux prparatoires ont dmarr la mi-octobre, linstallation du chantier et le gros uvre tant attendus pour janvier 2013 et louver-ture au public pour septembre 2014.

    La rnovation du Palais de la dcouverte En 2012, lengagement dun vaste projet de rnovation et damnagement des espaces a t confirm par le ministre de la Culture et de la Communication. Il concerne notamment les espaces occups par le Palais de la dcouverte au sein de laile ouest du Grand Palais : le Palais dAntin et ses galeries. Sinscrivant dans une perspective de dix ans, il vise amnager de nouveaux espaces, restaurer selon les dessins dorigine, rta-blir lunit et les circulations originelles du btiment et amliorer laccueil des visiteurs. Cette rnovation et cette mise en valeur ralises dans le strict respect des contraintes lies aux monuments historiques feront lobjet dun concours international dides lanc en mars 2013.

    Ce projet offre lopportunit pour Universcience de construire un nouveau projet culturel autour de ses offres. Afin dentamer le travail de programmation de ses espaces et suite un appel doffres, Universcience sest attach les comptences dune quipe dassis-tance matrise douvrage, ABCD, spcialise dans lin-gnierie culturelle.

    Le dveloppement durable : un objectif pour tous les domaines dactivit

    Que ce soit travers son offre via notamment les expositionsOcan,climatetnous,nergies,Habiterdemain,r-inventonsnoslieuxdevie ou Vivreensemble , son fonctionnement ou son btiment, Universcience a plac le dveloppement durable au cur de ses proccupations. Cette volont a t formalise en deux objectifs : la mise en place dun Agenda 21* (accompagn par un mcnat de comptences avec PSA) dont laboutissement est prvu pour fin 2013, et la poursuite des efforts de performance environnementale, dans tous les domaines dactivit.Lanne 2012 a t marque par : la rduction drastique de lutilisation de produits chimiques (notamment pour lentretien des

    douves de la Cit o les modes de traitement homopathiques et la rnovation des systmes de filtration ont permis de passer de 15 1,3 t) ; les dmontages des expositions raliss dans une optique de zro dchets (Ocan,climatetnous,Gaulois,uneexporenversante, Techgalerie) dont 90 % sont rutiliss, la rduction des mises au rebut lors des ramnagements despaces et la poursuite du groupe de travail sur la fin de vie des expositions copilot avec le muse du quai Branly ; la mise en route de la gothermie avec une puissance calorifique installe de 55 kW ; la rationalisation du parc dimpression, aprs consultation, en vue dune mise en uvre dbut 2013 ; des marchs revus laune du dveloppement durable (29 % du volume financier des achats sont dsormais coresponsables).

    *LAgenda21estunplandactionpourlexxiesicleadopten1992par173chefsdtatlorsduSommetdelaTerreRiodeJaneiro.

  • Rapport dactivit 2012 universcience 43

  • 44 Accueillir

    Les visiteurs handicapsLa Cit des sciences et de lindustrie sest donn les moyens dtre accessible aux visiteurs atteints dun han-dicap mental, moteur, visuel ou auditif. En 2012, un travail effectu en amont a permis de leur proposer les exposi-tions Ocan, climat et nous, Gaulois, une expo renversante et Lonard de Vinci, projets, dessins, machines. De nou-velles formes de mdiation pour les visiteurs dficients visuels et les visiteurs sourds y ont t mises en place et ont rencontr un vif succs. Du ct de la Cit des enfants, les deux espaces affichent une frquentation rgulire, prouvant quils demeurent attractifs pour les parents dfi-cients sensoriels comme pour les groupes. En effet, mal-gr une qualit daccueil et daccs fortement mise mal depuis 2011 par le chantier de rnovation (voir page 41), la frquentation des visiteurs handicaps venant en groupe affiche une augmentation de 20 % par rapport 2011. noter quen labsence dun comptage prcis, cette fr-quentation est toujours estime partir du dcompte des visiteurs ayant particip des activits encadres, des informations de la rservation des groupes et, pour les visiteurs individuels, dune extrapolation. Compte tenu de ces rserves, on considre que plus de 25 000 visiteurs handicaps sont venus la Cit en 2012.

    Le Palais de la dcouverte a confort la mise en uvre de sa politique daccueil des visiteurs en situation de handicap. Face une demande croissante, il a amlior les conditions daccs en tenant compte des contraintes architecturales fortes et adapt ses actions de mdia-tion. Des visites et des ateliers spcifiques sont dsor-mais proposs pour chacun des handicaps (moteur, mental, visuel, auditif) pour les groupes de visiteurs adultes et scolaires.

    Laccessibilit Accueillir les publics, tous les publics

    Plus de

    25 000visiteurs handicaps sont venus la Cit en 2012

    La mission Culture et handicap

    En 2003, le ministre de la Culture et de la Communication confiait la Cit des sciences et de lindustrie et au muse du quai Branly la mission danimer des groupes de travail chargs de proposer des mesures concrtes visant amliorer laccueil des personnes handicapes dans les tablissements culturels. Sept ans plus tard, lis par une convention avec Universcience en tant que pilote, 21 tablissements ont cr la Runion des tablissements culturels pour laccessibilit (Reca). Leurs travaux portent notamment sur lemploi des personnes handicapes dans les tablissements culturels et laccueil des visiteurs handicaps mentaux.

    La mission Vivre ensemble

    Rejoignant officiellement la mission Vivre ensemble en 2012, le Palais de la dcouverte a organis 12 sances de prsentation de son offre et accueilli plus de 900 visiteurs venus avec des associations appartenant au champ social. Cre en 2003 pour que progressent la tolrance, le respect des diffrences et le dsir de vivre ensemble , cette mission rassemble dsormais 30 tablissements culturels qui sappuient sur les personnes relais qui, au sein des structures uvrant dans le champ social, sont charges de lorganisation des sorties culturelles ; leur intention, un forum annuel et des journes dinformation et de formation ont t organiss.

    Les visiteurs peu familiers des lieux culturels Depuis quelques annes, la Cit des sciences a largi sa dmarche daccessibilit aux personnes frquentant peu les lieux culturels, en particulier les personnes prises en charge par des relais sociaux ou humanitaires. Depuis 2003, ltablissement a mis sur pied un dispositif de correspondants de proximit destin faciliter lac-cs de la Cit aux habitants du Nord-Est parisien et des communes proches. Paralllement, grce la synergie tablie avec les grands tablissements culturels franci-liens, des actions ont t menes avec dautres struc-tures de la rgion parisienne : quipes de dveloppement local, services municipaux, centres sociaux, maisons de quartiers, relais petite enfance, centres de prvention et de sant ou associations humanitaires. Au total, ce tra-vail de partenariat et de rseau, qui sappuie sur des ren-contres, des prparations de visites et des conventions, a augment la frquentation de plus de 30 % par rapport 2011, ce qui reprsente plus de 8 000 personnes venues en groupe auxquelles sajoutent les visiteurs indi-viduels.

  • Rapport dactivit 2012 universcience 45

  • 46

    2. Donner la culture scientifique, technique et industrielle une visibilit accrue

  • Rapport dactivit 2012 universcience 47

  • 48

    Organiser Organiser et dynamiser la culture scientifique, en collaboration avec tous ses acteurs du territoire

  • Rapport dactivit 2012 universcience 49

    La mission confie en 2010 Universcience, ple natio-nal de la culture scientifique, technique et industrielle, de mettre en place une nouvelle gouvernance pour ce secteur, est partie du constat dune dispersion des acteurs et des ressources de la CSTI. Lobjectif : fdrer les acteurs et permettre une structuration des rseaux, un dialogue de ltat avec le terrain, et ce dans le res-pect du principe de subsidiarit. Le 6 mars, le Conseil national de la CSTI a t mis en place. Formules en juillet, ses recommandations ont port notamment sur louverture des programmes de recherche de lAgence nationale de la recherche (ANR) aux problmatiques de diffusion culturelle et scientifique et une meilleure prise en compte de la CSTI dans lvaluation des projets des chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants. Le comit oprationnel ainsi que les 21 ples territoriaux (identifis sur proposition des prfets de rgions, des Drac et des prsidents de conseils rgionaux) consti-tuent les autres volets de ce dispositif.

    La mise en place de ces instances a t lun des sujets de rflexion de la deuxime dition du Forum national de la CSTI qui sest tenue en dcembre en collaboration avec lAMCSTI et a runi 300 participants. La Lettre de la CSTI, dite par Universcience et envoye aux acteurs de la CSTI, a contribu prolonger ce dialogue.

    La gouvernance de la CSTIMise en place du dispositif de concertation de lcosystme

    Par ailleurs, la une des rgions , lagenda de promo-tion des acteurs rgionaux ralis en partenariat avec lAMCSTI, a accueilli en 2012 huit rgions contributrices. Actuellement sur le site dUniverscience, il est destin se fondre dici 2014 dans le portail national de la CSTI, nourri des contributions de lensemble des rgions.

    Pour la deuxime anne conscutive, Universcience a assur la gestion des crdits de la culture scientifique (3,6 Me) prcdemment grs par le ministre de lEn-seignement suprieur et de la Recherche. La rparti-tion entre les rgions et les acteurs fait lobjet dune concertation troite avec le ministre, tant au niveau des services centraux que des services dconcentrs, avant quUniverscience en assure ensuite la gestion administrative et financire.

    Ces instances nationales de gouvernance sinscrivent dans le projet Estim-Gouvernance (voir page 51). Dans ce cadre, la convention liant lAnru Universcience a t signe en fvrier, et celle liant Universcience lAMCSTI, en juin.

    Bernard Alaux, directeur de Cap Sciences (Bordeaux), membre du Conseil national de la CSTI et du consortium Inmdiats

    En plein essor, la culture scientifique est un atout vritable pour les territoires. Avant tout parce quelle est porte par un rseau dacteurs performants (associations, grands tablissements nationaux, muses, universits, CCSTI, organismes de recherche, entreprises, ples de comptitivit, mdias) qui interagissent en permanence. De plus, cest une culture qui

    capillarise les territoires au niveau dun quartier, dune mtropole, dun dpartement, dune rgion, de linterrgion et de lEurope, touchant par consquent des publics trs varis de lindividu au groupe, des scolaires aux loisirs, du botien au spcialiste, de lingnieur au philosophe, du professionnel au touriste. Ce rseau prend dailleurs ses racines et diffuse galement auprs des secteurs de lducation (sans se substituer lcole), auprs de la culture, de lconomie (ples de comptitivit, agences de linnovation), du social et du tourisme. Enfin, cest une culture moderne qui dveloppe une vaste

    palette doutils transmdias. Bref, cest une culture qui, par sa capacit concevoir et designer, rassembler et partager, raliser et mutualiser, produire et diffuser, devient un important champ de recherche sur la mdiation des savoirs. De plus, en faisant bouger lconomie crative, elle professionnalise la mdiation scientifique. En stimulant la coopration entre rgions et en encourageant le dveloppement et le partage de nouveaux outils de mdiation, la culture scientifique sert ainsi la culture de linnovation pour une socit de la connaissance. Cest toute lambition et le sens du projet Inmdiats (voir page51).

  • 50

    Dvelopper Dvelopper des projets en partenariatpour favoriser laccs aux sciences

  • Rapport dactivit 2012 universcience 51

    Estim et InmdiatsMutualiser les productions de la CSTI, professionnaliser la mdiation et concevoir des outils innovants

    Yves Lichtenberger, directeur du programme galit des chances au Commissariat gnral linvestissement

    Notre prsent est marqu par un sentiment dpuisement des formes de diffusion de la culture scientifique et technique sans que nul nen conteste, au contraire, limportance vitale pour le devenir de nos socits. Il y a quelque chose qui cloche : beaucoup est fait, beaucoup dnergie et dinventivit sont mobilises et, pourtant, lattrait des filires scientifiques et celui des mtiers techniques et industriels stagnent, voire baissent. Il faut explorer de nouvelles approches en la

    matire. Cest quoi le programme Investissements davenir Culture scientifique et galit des chances est consacr. Comment ? Dabord en cherchant intresser des populations qui en sont aujourdhui loignes et qui pourraient y trouver une voie de promotion dlaisse par les lites en place (do la ncessit dtendre la diffusion partir de thmes qui les proccupent et dexplorer de nouvelles techniques de communication) ; ensuite, et dans le prolongement du souci prcdent, en explorant dautres sources dintrt et dautres voies dappropriation des savoirs scientifiques et techniques (et pour cela sappuyer sur lexprimentation, valoriser les thmes qui lient action et connaissance et les chemins qui mnent de lune lautre sans

    spuiser dans la voie inverse) ; enfin, en multipliant pour les jeunes les occasions de contacts avec ces cultures (et pour cela accrotre leur frquence et leur diversit plutt que se cantonner dans une seule forme, mme juge la meilleure, et partir de la population dun territoire et sallier entre acteurs de la CSTI et enseignants pour accrotre les offres de proximit). Pour y russir, le programme Investissements davenir appuie des projets innovants. Il soutient lassociation et la professionnalisation des acteurs et compte sur leurs rseaux pour amplifier leurs actions. Universcience, ple de rfrence national, y contribue en construisant une gouvernance, un portail numrique et une cole de la mdiation commune.

    Dans le cadre des Investissements davenir, linitiative Estim doit permettre aux acteurs de la CSTI de structurer leurs offres, amliorer la production et tendre la diffu-sion de nouveaux outils de mdiation. Lance en mars, linitiative Estim sarticule en trois programmes qui ont fait lobjet de trois conventions de financement avec lAnru : Estim-Gouvernance (voir page 49), le portail de la CSTI et lcole de la mdiation.

    labor par une douzaine de partenaires*, le portail de la CSTI dont lobjectif est de favoriser la pr