of 165 /165
اﻟــﺠــﻤـــﮭــﻮرﯾـــﺔ اﻟﺠــﺰاﺋــﺮﯾــﺔ اﻟﺪ ﯾﻤــﻘــﺮاطـﯿـــﺔ اﻟـﺸــﻌــــــﺒـﯿﺔREPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارة اﻟﺗـﻌﻠﯾم اﻟﻌﺎﻟﻲ و اﻟﺑـﺣـث اﻟﻌــﻠـﻣﻲMINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ﺟـــــﺎﻣـﻌــﺔ ﺣــﺳﯾ ـــ ـﺑﺔ ﺑــن ﺑــوﻋــــﻠﻲ اﻟﺷـــﻠـفUniversité Hassiba Benbouali de Chlef (U.H.B.C) Faculté de Technologie Département d’Electrotechnique Polycopié de Cours Domaine : Sciences & Technologies Filière : Electrotechnique Option : Réseaux Electriques Niveau : Licence 3 Cours de Réseaux Electriques Réalisé par : Dr ZEGAOUI Abdallah MCA au département d’électrotechnique Année universitaire : 2019-2020

Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

  • Upload
    others

  • View
    11

  • Download
    0

Embed Size (px)

Citation preview

Page 1: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

الــجــمـــھــوریـــة الجــزائــریــة الد یمــقــراطـیـــة الـشــعــــــبـیة

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

وزارة التـعلیم العالي و البـحـث العــلـمي

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

الشـــلـف – ـبة بــن بــوعــــليـــجـــــامـعــة حــسی

Université Hassiba Benbouali de Chlef (U.H.B.C)

Faculté de Technologie

Département d’Electrotechnique

Polycopié de Cours Domaine : Sciences & Technologies

Filière : Electrotechnique

Option : Réseaux Electriques

Niveau : Licence 3

Cours de Réseaux Electriques

Réalisé par : Dr ZEGAOUI Abdallah MCA au département d’électrotechnique

Année universitaire : 2019-2020

Page 2: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

I

Sommaire Introduction 01 Chapitre I : Caractéristiques de la charge et systèmes d’alimentation

03

Caractéristiques de la charge 04 Systèmes d’alimentation 11

Chapitre II : paramètres des lignes de transport 22 Introduction 23 Résistances des lignes de transport 23 Inductances des lignes de transport 24 Capacitances des lignes de transport 39

Chapitre III : représentation per-unit 52 introduction 53 Changement de base de calcul 56 Impédance en pu d’un transformateur 57 Quantités pu dans un système triphasé 58 Sélection des valeurs de base 60 Impédance d’une charge en pu 61 Diagramme unifilaire (monophasé) 63

Chapitre IV : modélisation des lignes de transport 65 Introduction 66 Classification des lignes électriques de transport 66 Lignes courtes 66 Lignes moyennes 74 Lignes longues 82

Chapitre V : Constantes générales d’un réseau électrique 94 Introduction 95 Réseau en cascade 96 Relation entre les constantes ABCD 97 Les réseaux types de transport 99 Réseaux en parallèle 104

Chapitre VI : défauts symétriques 107 Introduction 108 Effets des défauts 109 Hypothèses simplificatrice 109 Le circuit équivalent de Thevenin 110 Capacité ou puissance de court-circuit 111 Procédure de calcul de Scc et Icc 112 Les transformations Star-Delta et delta-Star 113 Régime transitoire dans un circuit R-L 114 Court-circuit brusque à la sortie d’un générateur triphasé 115 Considérations sur le courant de pré-défaut de charge 117 Réacteurs limiteurs de courant 117 Puissance de court-circuit dans tie-bus systèmes 121

Chapitre VII : Composantes symétriques 125

Page 3: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

II

Introduction 126 Théorème de Fortescue 126 Séquences de phases 126 L’opérateur α 127 Composantes symétriques d’un système triphasé déséquilibré 128 Synthèse des composantes symétriques 129 Analyse des composantes symétriques 130 Composantes symétriques des phaseurs de courant 131 Nature générale de la séquence Zéro du courant 131 La puissance en termes de composantes symétriques 134 Potentiel du neutre 135 Séquence des impédances 136 Les séquences d’un réseau pour le calcul des défauts 137 Séquences d’impédances d’une ligne de transport 138 Séquences d’impédance d’une machine synchrone 142 Réseau des séquences d’une machine synchrone 143 Réseau des séquences zéro des transformateurs 145

Chapitre VIII : défauts asymétriques 149 Introduction 150 Hypothèses 150 Séquences de tension d’un générateur 151 Séquences tensions aux points de défaut 151 Procédure générale 152 Défaut monophasé phase-terre 153 Défaut biphasé phase-phase 156 Défaut triphasé-terre ou biphasé-terre 159 Défaut triphasé équilibré 159

Conclusion 163 Bibliographie 166

Page 4: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Avant propos L’énergie fut depuis les temps un facteur indicateur du progrès d’une nation. Il est

clair que le niveau de vie des habitants est très touché par le niveau des kilowatts heures

consommés qui déterminent le taux prospérité de l’individu. L’énergie électrique est assuré

par le réseau électrique qui se constitue par plusieurs éléments : de la production au transport

à la distribution et en final aux points de consommation.

Assurer une alimentation en énergie électrique de qualité c’est concevoir un réseau

électrique bien étudié fonctionnant sous des normes en vigueur. Il est clair que la puissance

totale demandée par les consommateurs, dénommée par le mot charge en électricité, qui

impose le dimensionnement du réseau qui assure la mise à disposition de cette puissance.

La notion de charge est vraiment un mot à détailler avec intérêt dans le calcul des

réseaux électriques. Comme il est aussi important de suivre l’évolution de cette charge en

temps réels via les outils de supervision disponibles pour exprimer une estimation des

prévision de charge des génération futures étalés sur un plan quinquennal à titre d’exemple ou

autre. Après avoir connait les caractéristiques de la charge, il va falloir dimensionner le réseau

de transport surtout le calcul des paramètres électriques, la modélisation de la ligne de

transport et éventuellement le calcul des courants de défaut qui peuvent affecter la ligne de

transport pour se prononcer sur le volet protection du réseau électrique.

Par manque de documentation énorme, il nous a paru utile de songer à donner une

importance sur les méthodes de calcul des lignes électriques. Ce polycopié est élaboré dans le

contexte de mettre à la disposition des spécialistes et des étudiants concernés par le calcul des

réseaux électriques un guide approfondi avec des démonstrations de toutes difficulté de

calcul.

Dans cette optique, ce polycopié est scindé en huit chapitres structurés dans l’ordre de

l’avancement pédagogique en priorité. Le chapitre un a été réservé à l’étude détaillée des

caractéristiques de la charge et les systèmes d’alimentation en énergie électrique. En premier

temps, nous allons discuter la problématique de la demande par rapport à l’offre d’énergie et

les différents facteurs influençant la charge et la courbe de charge. En second temps, nous

Page 5: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

allons mettre en avant les systèmes d’alimentation sous différents niveaux de tension ce qui

sectorise la distribution et le transport d’énergie.

En chapitre deux, nous avons jugé nécessaire de maitriser le calcul des paramètres des

lignes électriques aériennes. Un calcul théorique détaillé pour la détermination de la

résistance, des inductances et des capacitances d’une ligne électrique par deux méthodes

distinctes : le calcul direct et le calcul par la méthode GMD. Le chapitre trois a été consacré

au calcul des systèmes de puissance par la méthode des unités réduite dite per-unit.

Courant le quatrième chapitre, nous allons entamer les calculs et la modélisation des

lignes électriques courtes, moyennes et longues. Ces différentes lignes vont être représentées

par la méthode des constantes de réseau en chapitre cinq. Les chapitres six, sept et huit vont

traiter respectivement, le calcul des défauts symétriques qui peuvent affecter une ligne

électrique, la méthode des composantes symétriques réservée à l’étude des systèmes

déséquilibrés de puissance et en final doit être utilisée pour le calcul des défauts asymétriques.

En fin, je tiens à mentionner que ce travail est le fruit de onze ans d’enseignement du

même module, pour le cycle ingénieur dans le système classique et pour le cycle Licence dans

le nouveau système Licence Master Doctorat (LMD).

Page 6: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

3

Chapitre I

Caractéristique de la charge

& Systèmes d’alimentation

Page 7: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

4

I.1 Caractéristique de la charge

Depuis longtemps, l’énergie a joué un rôle vital dans le développement des civilisations.

L’histoire des civilisations montre qu’il y avait une très forte relation entre l'utilisation de

l’énergie et le progrès de l’humanité. Le progrès d’une nation est symbolisé par le degré de

l’énergie utilisée qui est mesurée en consommation de kilowatts heure par individu.

La conscience d’énergie dans une nation crée en eux l’intérêt de taper à de nouvelles

sources de temps en temps. Parmi les formes variées des énergies découvertes. L’énergie

électrique a contribué beaucoup à pallier à l’exigence de la consommation mondiale en

énergie.

I.1.2 Avantage de l’énergie électrique

Parmi les avantages importants de l’énergie électrique par rapport à d’autres formes

d’énergie on peut citer :

1) Elle peut être générer en large quantité à des prix comparables à d’autre types

d’énergie,

2) Elle peut être, pratiquent, transmise à de longues distances,

3) Elle peut être utilisée avec compétence par de nombreux processus nécessitant

l’énergie,

4) Elle procède une flexibilité et un très sensible contrôle.

I.1.3 la charge électrique

Le terme charge est utilisé dans plusieurs cas :

Pour indiquer un appareil ou un ensemble d’appareils qui consomment de l’énergie

électrique,

Pour indiquer la puissance nécessaire que doit donner une source d’alimentation,

Pour indiquer le courant ou la puissance qui passe à travers une ligne électrique,

une machine ….

Pour les calculs et les prévisions dans les réseaux électriques, on est astreint d’avoir un

vocabulaire particulier qu’on va le définir ci-après.

Page 8: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

5

I.1.4 Caractéristiques de la charge [1, 2]

I.1.4.1 Charge connectée

La charge connectée est la somme des évaluations continues de toutes les charges

connectées au système d’alimentation électrique.

I.1.4.2 Demande

La demande d’une installation d’un système est la charge dessinée de la source

d’alimentation aux récepteurs terminaux moyennant un intervalle de temps spécifié.La

charge peut être données en kilowatts (KW), Kilo vars (kVar), kilo volts ampère (kVA) ou

Ampère (A).

I.1.4.3 Intervalle de demande

L’intervalle de demande est la période au-delà laquelle la charge est moyennée. Pour cela,

on définit deux types de demande :

a) Demande instantanée,

b) Demande soutenue.

L’intervalle de demande instantanée n’est pas importante perce que toutes les machines

électriques sont classées comme des surcharges. L’intervalle soutenue est généralement

prés à 15 minutes, 30 minutes et même plus à 30 minutes.

I.1.4.4 Demande maximale (MD) ou pique de charge

La demande maximale (MD) d’une installation ou d’un système est le maximum de toutes

les demandes qui ont eu lieu durant une période de temps spécifiée. La connaissance de la

demande maximale (MD) aide à définir la capacité en MW de la station de production.

I.1.4.5 Facteur de demande (DF)

Le facteur de demande est le quotient de la demande maximale actuelle du système à la

charge totale connectée du système.

DF =

é< 1 (2.1)

Ce facteur est utile pour déduire la part de la MD par rapport à la charge totale connectée

qui aidera à faire les prévisions futures de l’évolution de la charge.

Page 9: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

6

I.1.4.6 Charge moyenne ou demande moyenne (AL : Average Load)

C’est le ratio de l’énergie consommée à une période donnée au temps en heurs.

Chargemoyenne = é à é é

(2.2)

C’est dire définir la charge consommée en cet intervalle de temps en continu.

I.1.4.7 Facteur de charge (LF : Load Factor)

Le facteur de charge d’un système est le ratio de la charge moyenne sur une période

donnée de temps ou la demande maximale (pique de charge) dans la même période.

Facteur de charge =

(2.3)

C’est un indicateur qui donne le pourcentage que fait la charge moyenne par rapport à la

MD.

En multipliant le numérateur et dénominateur par la période de temps T, on arrive à :

Facteur de charge = ∗

∗ (2.4)

Facteur de charge = é

∗ (2.5)

C’est le ratio de l’énergie consommée dans une période donnée à l’énergie qui doit être

utilisée si la demande maximale est continuellement maintenue durant toute la période.

Cet indicateur est prépondérant dans les décisions à prendre sur l’exploitation du réseau

électrique si on aura une hausse brutale de la charge qui peut avoisiner en permanence la

MD. Du facteur de charge on peut définir le facteur de charge quotidien, hebdomadaire,

mensuel, par saison ou même annuel comme suit :

Facteur de charge quotidien = ∗

∗ (2.6)

Facteur de charge hebdomadaire = ∗∗

∗∗ (2.7)

Facteur de charge mensuel = ∗∗

∗∗ (2.8)

Page 10: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

7

I.1.4.8 Facteur de diversité (FD)

Les demandes maximales des consommateurs individuels d’un groupe ne se manifestent

pas simultanément au même temps. Donc il y a une diversité de la demande et une

diversité de charge. Ceci impose que la puissance n’est jamais demandée pour alimenter

toutes les charges connectées en même temps. D’où on définit le facteur de diversité de la

charge comme suit :

Facteur de diversité (FD) =

(2.9)

=∑

(2.10)

Avec :

Di : demande maximale de la charge.

Dg : demande maximale du groupe de n charge

Généralement, pour un FD égale ou nettement supérieur à 1, on aura une pauvre diversité.

Plus le FD est très supérieur à 1 plus la diversité est bonne.

I.1.4.9 Diversité de la charge

C’est la différence entre la somme des piques de deux charges ou plus des charges

individuelles et le pique de la charge combinée.

é ℎ = (∑ ) − (2.11)

Avec :

Di : demande maximale de la charge.

Dg : demande maximale du groupe de n charges.

I.1.4.10 Facteur d’utilisation (FU)

Le facteur d’utilisation est défini par :

Facteur d′utilisation =

é é (2.12)

Il peut être calculé pour une part du système. Ce facteur reflète la part de la DM par

rapport au mégawatts que peut délivrer le système électrique.

Page 11: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

8

I.1.4.11Facteur de capacité

Ce facteur (CF) est défini comme suit :

Facteur de capacité = é é é

é é (ê é) (2.13)

C’est un facteur qui est beaucoup plus utilisé par les services de production d’électricité.

On peut y avoir le CF annuel aussi.

Facteur de capacité annuel = é é

é é∗ (2.14)

Le facteur de capacité indique le taux d’utilisation d’une station de production. Si le

système travail toujours à sa capacité maximale estimée alors = 1 (100%).

Le facteur de capacité diffère du facteur de charge. En réalité la capacité estimée de chaque

équipement est toujours supérieure à la demande maximale. Le système de production à

toujours une capacité de réserve pour des augmentations futures de charge et de la

maintenance des sous stations de production.

Le facteur de capacité peut être lié au pique de charge via la formule :

Facteur de capacité =

é ∗ ℎ (2.15)

Il est clair qu’en absence de réserve, le facteur de capacité est le facteur de charge sont

égales.

I.1.4.12 Facteur de perte (FL)

Le ratio entre pertes moyenne en puissance et les pertes en pique de charge durant une

période spécifiée Test :

Facteur de perte =

(2.16)

Cette relation est à appliquer pour les pertes en cuivre du système mais elle n’est plus

valable pour les pertes de fer qui dépendent de plusieurs facteurs entre autres, la fréquence

du réseau, le type de matériaux...

I.1.5 Courbe de charge (Load Curve)

La courbe de charge, ou courbe chronologique de la charge, est une représentation

graphique entre la charge en KW ou MW en des séquences de temps et le temps en heures.

Page 12: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

9

Elle nous montre les variations de la charge dans la station de production. On peut tracer

cette courbe durant 24h ou à longueur d’année. Le plus raisonnable c’est de dessiner deux

courbes de charges, une pour l’été et l’autre pour l’hiver.

I.1.5.1 Information obtenues d’une courbe de charge

Dans une courbe de charge, on peut avoir les informations suivantes :

La variation de charge durant différents heurs de la journée,

Le pique de charge indiqué par la courbe de charge donc la valeur de demande

maximale de la courbe.

La surface en dessous de la courbe de charge donne l’énergie totale produite sous la

période considérée.

La surface en dessous de la capacité de charge divisée par le nombre total d’heures

donne la charge moyenne (AL).

Le ratio de la surface au-dessous la courbe de charge à la surface totale du rectangle qui

contient cette courbe de charge donne le facteur de charge.

I.1.5.2 L’utilisation de la courbe de charge

La courbe de charge est utilisée :

Pour décider la capacité installée des centrales de productions.

Pour choisir les tailles économiques en MW pour différentes unités de production

(centrales).

Pour estimer le cout de production, c’est à quand bien est évalué le kWh produit.

Pour décider les prévisions en puissance des centrales et aussi les séquences de

fonctionnement pour différentes unités de production selon le précepte offre-demande

en temps réel.

I.1.6 La courbe charge-durée (Load-Duration Curve)

La courbe charge-durée et aussi un graphe entre la charge et le temps dans laquelle l’axe

des ordonnées représente la charge en module descendant.

I.1.6.1 Procédure de construction de la courbe charge-durée

Pour dessiner la courbe charge-durée, on suit les étapes suivantes :

Page 13: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

10

Etape01 : Des données disponibles sur la courbe de charge, on détermine la charge

maximale et la durée correspondante à cette charge.

Etape 02 : Prendre la charge juste inferieur à celle de l’étape précédente et la durée

totale (ici et précédemment).

Etape 03 : On dessine chaque charge contre la durée de sa demande conformément à

l’étape 02.

Exemple d’une courbe de charge et la courbe charge-durée :

I.1.6.1 Information disponible sur la courbe charge-durée

La lecture de la courbe de charge-durée peut donner lieu à :

Elle donne directement la charge minimale présentée pendant la durée donnée.

Elle permet le choix de la charge de base et le pique de charge dans un système

d’énergie (power plants).

Quelques points dans la courbe charge-durée donnent la durée totale en heures pour la

charge correspondante et toutes les charges de valeurs maximales.

La surface sous la courbe charge est égale à celle dans la courbe charge-durée, les deux

représentent la même énergie associée à la période considérée.

La durée de la demande moyenne en une période de temps spécifié, tel qu’une journée,

un mois ou une année peut être obtenue de la courbe charge-durée comme suit :

Page 14: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

11

Demande moyenne =( )é é é

ê é (2.17)

I.2 Systèmes d’alimentation

Une large quantité de la puissance est générée dans les centrales de production. Dans

l’objectif de satisfaire l’augmentation permanente de la demande, la tendance actuelle est

d’installer des alternateurs de grande taille pour générer une large puissance. Pour des

raisons de sécurité, les sites des centrales de production sont éloignés du consommateur ce

qui impose de transporter cette énergie dans de longues distances. Ce transport d’énergie

est réalisé par des systèmes de transport à haute tension (High voltage). Des systèmes de

transport Très Haute tension (THT) et autres en Ultra Haute tension (UHT) sont

développés pour la transmission de l’énergie auprès des centrales isolées ou éloignées

(THT>=220 kV, UHT >= 760 kV tout dépend de la norme utilisée). En Algérie, pour les

réseaux THT, on utilise trois niveaux de tension : 60kV, 220kV et le 400kV.

I.2.1 La structure de base d’un système de puissance à courant alternatif

ACP (Alternatif Curent Power)

La puissance en alternatif est produite et transportée dès les centrales aux charges isolées.

Entre la production et le consommateur, on a les niveaux de tensions suivants :

Le niveau de centrale de production,

Le niveau de sous station de transport,

Le niveau de distribution de tension.

Donc un système d’énergie électrique peut être divisé en trois composantes :

1) Système de production,

2) Système de transport,

3) Système de distribution.

I.2.2Niveau de la tension de distribution

La composante d’un système de puissance électrique qui connecte tous les consommateurs

dans une superficie (Rayon) aux sources d’alimentation de puissance est appelée un

système de distribution. Les stations (Sources) de puissance sont connectées aux centrales

par les lignes de transport (Voir figure 2.1).

Page 15: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

I.2.3 Niveau de tension de sous

L’opération assurée par ce système d’alimentation est similaire à celle du système de

distribution, néanmoins on donne les points de différences

Le système sous-station à un niveau de tension HT élevé par rapport au celui du

système de distribution,

Il alimente seulement les grandes charges (grands consommateurs, exemple

la cimenterie ECDE à Chlef, Algérie),

Il alimente seulement quelques sous

système de distribution qui

I.2.4 Niveau de transport

Le système de transport est tout à fait assez différent du le reste des composantes. Il

contient la plus haute tension, il alimente uniquement les très grandes charges (grands

consommateurs comme la société pétrolière Sonatrach…). La troisième et la principale

considération de différence est qu’il est interconnecté avec les stations de production dans

les pays voisins dans un système commun.

Figure 2.1 : Layout (plan

tension de sous-stations

L’opération assurée par ce système d’alimentation est similaire à celle du système de

distribution, néanmoins on donne les points de différences :

station à un niveau de tension HT élevé par rapport au celui du

ème de distribution,

Il alimente seulement les grandes charges (grands consommateurs, exemple

la cimenterie ECDE à Chlef, Algérie),

Il alimente seulement quelques sous-stations (Sub-Stations) comparativement avec le

système de distribution qui alimente un nombre important de charges.

Niveau de transport

Le système de transport est tout à fait assez différent du le reste des composantes. Il

contient la plus haute tension, il alimente uniquement les très grandes charges (grands

rs comme la société pétrolière Sonatrach…). La troisième et la principale

considération de différence est qu’il est interconnecté avec les stations de production dans

les pays voisins dans un système commun.

Layout (plan-tracé) d’un réseau d’alimentation de puissance

12

L’opération assurée par ce système d’alimentation est similaire à celle du système de

station à un niveau de tension HT élevé par rapport au celui du

Il alimente seulement les grandes charges (grands consommateurs, exemple : l’usine de

Stations) comparativement avec le

alimente un nombre important de charges.

Le système de transport est tout à fait assez différent du le reste des composantes. Il

contient la plus haute tension, il alimente uniquement les très grandes charges (grands

rs comme la société pétrolière Sonatrach…). La troisième et la principale

considération de différence est qu’il est interconnecté avec les stations de production dans

d’alimentation de puissance.

Page 16: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

13

I.2.5 Système d’interconnexion

Deux centrales de production ou plus sont interconnectées par des lignes électriques.

L’interconnexion dans les stations de production a les avantages suivants :

Il autorise le transport mutuel d’énergie des zones en surplus d’énergie à des zones en

déficit d’énergie,

Minimise la capacité totale installée en MW pour joindre le pique de demande,

La taille de la grande unité de centrale n’est pas relative au pique de demande d’un

système individuel mais au pique de demande du système interconnecté. Ainsi, peu et

grosses machines de rendement énergétique important sont à installer au niveau des

centrales de production,

Il permet la génération d’énergie dans les différentes stations de production rentables

ou non par rapport aux charges alimentées, à chaque instant,

La planification de maintenance des stations de production est facile suite à

l’interconnexion,

Il réduit le prix de revient et de production avec le temps.

I.2.6 Système de tension et efficacité de transport [3, 4]

Le système de tension affecte le prix capital de la ligne de transport, le poids du

conducteur. Le rendement de la ligne et la chute de tension devient un facteur majeur dans

la conception d’une ligne électrique de transport.

Considérons un système de transport à n phases avec :

P : Puissance à transmettre par phase en Watts.

V : Tension au neutre en Volts.

I : Courant à chaque phase en Ampères.

l : Longueur de la ligne en mètres.

A : Surface de la section du conducteur en m2.

ρ : Résistivité du matière du conducteur en Ω⋅m.

R : Resistance du conducteur en Ω.

X : Densité de courant en A /m2.

Page 17: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

14

Cos φ : Facteur de puissance de la charge.

Donc :

= ∗ ∗ (2.18)

=

∗ (2.19)

=

=

∗∗ (2.20)

La résistance de chaque conducteur est donnée par :

= ∗

=

∗∗∗∗

(2.21)

a) Pertes de puissance

Les pertes de puissance dans une ligne sont :

= ∗ =

∗∗∗

(2.22)

=∗∗∗

∗ (2.23)

Pi est inversement proportionnelle à V et Cos φ.

b) Chute de tension dans la résistance

La chute de tension par phase = ∗ = ∗ ∗ ∗ ∗

= ∗ ∗ (2.24)

La chute de tension relative dans la ligne (percentage voltage drop) =

∗ 100% =

∗∗

∗ 100% (2.25)

Donc la chute de tension résistive par phase est constante pour une densité de courant

donnée et elle diminue avec l’augmentation de la tension du système.

c) Poids du conducteur :

Soit en Kg/m3 la densité de la matière du conducteur.

Le poids du conducteur par phase = ∗ ∗ = ∗∗

∗∗ (2.26)

Donc le poids du matériel peut démunie avec augmentation de tension du system

d’alimentation et le facteur de puissance.

Page 18: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

15

d) Le rendement de transport

Le rendement de transport est donné par :

ɳ = à

é + =

+∗∗∗

=1

1 +..

= 1 + ∗ ∗

≅ 1 −∗∗

∗ (2.27)

Cette relation montre que ɳaugmente avec l’augmentation de V et Cos φ.

NB : les paramètres, , et sont pris comme constants.

I.2.7 Tension de service

Les considérations ci-dessus indiquent le désire de l’utilisation de la HT dans le service ou

la puissance est à transporter au-delà de longue distance. Il est aussi nécessaire dans les

systèmes à AC, que les facteurs de puissance (Cos φ) soit plus proche de l’unité pour une

économie maximale d’énergie en THT. Une partie importante des prix de revient du métal

conducteur est à conserver et de l’isolation des supports mécaniques (structures).

I.2.8Classification des lignes

Deux classifications sont à noter :

I.2.8.1Classification électrique

1. Système de courant continu (DC système) :

a) DC (02) deux fils : Un fil à la terre,

b) DC (01) un fil : retour terre,

c) DC (02) deux fils : point milieu à la terre,

d) DC (03) trois fils.

2. Système à courant alternative (AC système) :

a) Monophasé :02 fils ; un fil à la terre,

b) Monophasé :01 fil ; retour à la terre,

c) Monophasé :02 fils ; point milieu à la terre,

d) Monophasé :03 fils,

Page 19: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

16

e) Biphasé :03 fils,

f) Biphasé : 04fils,

g) Triphasé :03fils,

h) Triphasé :04 fils.

Le DC 02 fils, point milieu à la terre, est utilisé pour la transmission de large quantité

de puissance au de la longue distance.

Les grands industriels sont alimentés par un système AC triphasé 04 fils. Les clients

basse tension BT (usage domestique), utilise une phase est un neutre du system 03 fils.

I.2.8.2Classification physique

Les lignes peuvent être classées selon leurs configurations physiques :

Lignes aériennes (Over Head),

Lignes souterraines (Underground),

Lignes sous l’eau (Under water).

Les lignes aériennes peuvent avoir des conducteurs plains ou conducteurs isolés.

I.2.9Comparaison des prix des conducteurs en différent systèmes

Les conducteurs dans une ligne sont isolés l’un par rapport à l’autre et par rapport à terre et

les masses. Le prix de l’isolation varie avec le système, depuis que le prix de l’isolant

forme la grande masse des dépenses de la ligne, il est nécessaire de le comparer dans les

différent systèmes (mono, bi et triphasé).

Pour faire cette comparaison, il est obligatoire de spécifier une tension maximale fixe pour

le même isolant. Pour les lignes aériennes et les câbles monophasé, la tension maximale à

la terre est prise comme base de comparaison.

L’efficacité d’un conducteur est définie comme le quotient du matériel conducteur exigé

du système donné au celui exigé pour un système DC 02 fils avec un fil à la terre.

I.2.9.1Critère de l’égale tension maximale à la terre [5]

Ce critère est utilisé pour les lignes aériennes et pour câbles monophasés. Les hypothèses

ci-après sont faites pour tous les systèmes à comparer en se référant à la quantité relative

du matériel du conducteur exigée :

La même tension maximale à la terre V,

Page 20: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

La même puissance P à

La même longueur l de la ligne,

Le même rendement de

pertes par effet de couronne et les pertes de fuites sont négligées.

Charge électriquement

neutre).

La procédure générale de l’égale tension maximale à la terre est

1. Dessiner le circuit du système donné,

2. Calculer ∗ pertes dans tous les conducteurs du système

3. Egaliser ∗ du système sous considérations à

fils (référence).

4. Déterminer le volume du matériau conducteur de tous les conducteurs du système.

5. Déterminer le ratio du volume du conducteur trouvé en (4.) au volume du conducteur

utilisé en système de référence

L’application de cette procédure est illustrée par les exemples suivants

Cas1 : DC 02 fils système avec 01 fil à la terre

: Courant de ligne,

: Résistance de chaque conducteur,

: la surface de la coupe transversale de

Puissance transportée

Figure 1.2 (a)

La même puissance P à transporter,

de la ligne,

Le même rendement de transport (les mêmes pertes ∗ pour tous les systèmes), les

pertes par effet de couronne et les pertes de fuites sont négligées.

électriquement équilibrée (pas de pertes de puissance dans le conducteur

de l’égale tension maximale à la terre est :

Dessiner le circuit du système donné,

pertes dans tous les conducteurs du système, dénoté par

du système sous considérations à ∗ pertes dans le système DC 02

Déterminer le volume du matériau conducteur de tous les conducteurs du système.

Déterminer le ratio du volume du conducteur trouvé en (4.) au volume du conducteur

de référence DC 02 fils avec 01 fil à la terre.

océdure est illustrée par les exemples suivants :

: DC 02 fils système avec 01 fil à la terre :

de chaque conducteur,

la surface de la coupe transversale de chaque conducteur,

= ∗

Figure 1.2 (b)

17

pour tous les systèmes), les

pas de pertes de puissance dans le conducteur

par Pi.

dans le système DC 02

Déterminer le volume du matériau conducteur de tous les conducteurs du système.

Déterminer le ratio du volume du conducteur trouvé en (4.) au volume du conducteur

:

(2.28)

.2 (b)

Page 21: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

18

Courant de ligne =

(2.29)

Pertes de puissance ∗ des deux conducteurs :

= 2 ∗

∗ = 2(

) (2.30)

= ∗

(2.31)

Volume du matériau conducteur utilisé dans tous les conducteurs :

= 2 ∗ ∗ (2.32)

Cas 02 :

DC 2 fils avec point milieu à terre :

Tension de ligne : 2. (2.33)

Courant de ligne : =

. (2.34)

Si résistance de chaque conducteur est :

= 2 ∗

∗ = 2(

) (2.35)

, = ∗

(2.36)

Volume du matériau conducteur utilisé :

= 2 ∗ ∗ (2.37)

Egalisant =

pour le même rendement de transport on trouve :

2(

) = 2(

) ↔

=

=

=

=

= 0.25 (2.38)

Cas03 :

DC 03 fils système :

Page 22: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

A3 : section des conducteurs de ligne et 0.5* A3

Tension ligne=2 ∗ , curant ligne=

Pertes en puissance = 2 ∗

Volume du matériau conducteur exigée =

Pour le même rendement de

=

↔ 2

= 2

=

.∗∗

∗∗ =

.

∗= 0.3125

Donc le matériau conducteur

fils DC avec 01 fil à la terre.

I.2.9.2 Critère de l’égale tension maximale entre conducteurs de

lignes (Utilisé pour câbles multi

Le critère repose sur l’hypothèse de la quantité de la puissance transmise,

ligne et le rendement de transport

couronne et les pertes des fuites sont négligées

donc pas de pertes dans le conducteur neutres

Le ratio du matériau conducteur exigée dans le système

système DC 02 fils avec 01 fil de terre est

Cas 01 : système DC 02 fils.

Soit :

: section des conducteurs de ligne et 0.5* A3 : section du conducteur du point milieu.

, curant ligne= =

.

.

Volume du matériau conducteur exigée = = 2. . + 0.5 ∗ ∗ =

Pour le même rendement de transport en cas01 et cas03 on a :

2

→ =

. ↔

=

=

3125

Donc le matériau conducteur utilisé avec 03 fils DC est 31,25 % du matériau exigé pour 02

fils DC avec 01 fil à la terre.

Critère de l’égale tension maximale entre conducteurs de

(Utilisé pour câbles multi-corps)

Le critère repose sur l’hypothèse de la quantité de la puissance transmise,

transport restent le même dans le système. Les

et les pertes des fuites sont négligées et le système est considéré

donc pas de pertes dans le conducteur neutres.

du matériau conducteur exigée dans le système considéré ou celui exigé dans le

système DC 02 fils avec 01 fil de terre est :

02 fils.

Figure 2.3 :Système DC 3 conducteurs.

19

: section du conducteur du point milieu.

(2.39)

(2.40)

2.5. . (2.41)

(2.42)

(2.43)

25 % du matériau exigé pour 02

Critère de l’égale tension maximale entre conducteurs de

Le critère repose sur l’hypothèse de la quantité de la puissance transmise, la longueur de

. Les pertes par effet

le système est considéré comme équilibré

considéré ou celui exigé dans le

Page 23: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

:Tension maximale entre conducteurs

:courant de ligne,

:Résistance de chaque conducteur,

:Section de conducteur

Puissance transmise

Pertes en puissance

Volume du matériau conducteur utilisé

Cas 02 : système monophasé

: , tension maximale entre conducteurs

/√2: , tension efficace

Puissance transmise

Pertes en puissance

Volume du matériau conducteur utilisé

Pour le même rendement de

maximale entre conducteurs,

Résistance de chaque conducteur,

Section de conducteur

Puissance transmise : = ∗ → =

,

: = 2 ∗

∗ = 2(

) ,

Volume du matériau conducteur utilisé : = 2 ∗ ∗ ,

monophasé 02 fils.

maximale entre conducteurs,

efficace,

Puissance transmise : =

√∗ → =

√∗

,

: = 2 ∗

∗ = 2(√∗

),

Volume du matériau conducteur utilisé : = 2 ∗ ∗ ,

Pour le même rendement de transportavec un donné, on a :

20

(2.44)

(2.45)

(2.46)

Page 24: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

21

=

↔ 2

= 2 √2 ∗

cos

=

=

2

=

=

. (2.47)

On constate que dans ce cas, le carrée du facteur de puissance influe sur la quantité du

matériau utilisé.

Page 25: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

22

Chapitre II

Paramètre des lignes de Transport

Page 26: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

23

II.1 Introduction

Une ligne électrique est le composant majeur d’un système de puissance, elle doit être

représentée quantitativement par une combinaison de trois paramètres électriques

statiques : sa résistance, son inductance et sa capacitance.

II.2 Résistance

Une résistance d’une ligne électrique se manifeste par la génération des pertes joule ×

dans la ligne et une chute de tension × qui affecte la régulation et le contrôle de la

tension de ligne.

La résistance R d’un conducteur de longueur l et une section normale A est :

= .

en Ω (2.1)

Avec : résistivité du matériau du conducteur en Ωxm.

La résistance d’un conducteur est affectée uniquement par la température de

fonctionnementqui augmente avec une hausse de température conformément à :

= [1 + ( − )] (2.2)

: Coefficient de température (de dilatation) de la résistance.

Tableau 2.1 : Résistance et coefficient de température pour la résistance électrique de différents

matériaux [6]

Matériau at 20°C en Ω.cm at 20°C en °C-1

Aluminium 2.83 0.0039

Laiton 6.4-8.4 0.0020

Cuivre

-écroui

-recuit

1.77

1.72

0.00382

0.00393

Fer 10.0 0.0050

Argent 1.59 0.0038

Acier 12-88 0.001-0.005

NB : Cuivre écroui : utilisé pour faire des tubes rectilignes rigides (Ecrouissage).

Cuivre recuit : cuivre subit après son écrouissage un chauffage lui rendant sa malléabilité,

utilisé pour des tubes à cintrer.

En courant alternatif (AC), la densité de courant n’est pas uniforme dans la section du

conducteur et est fonction de la fréquencef. Ce phénomène, connu sous le nom EFFET DE

Page 27: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

24

PEAU, fait que la résistance en AC est plus élevée qu’en DC. En 50 Hz, la résistance en

AC est 5 à 10% plus grande de celle en DC [7].

II.3 Inductance

II.3.1 Inductance de ligne

Quand un courant circule dans un circuit électrique, un flux magnétique se crée. Par la

variation du courant dans le circuit, le nombre de lignes de flux varie aussi et une force

électromagnétique (fem) est induite dans le circuit. L’amplitude de cette force

électromagnétique (fem) est directement proportionnelle à la variation du flux de liaison, et

sa direction est telle qu’elle s’oppose à la cause, c.à.d. la variation du courant qu’il l’a créé.

Mathématiquement, la f.é.m. induite est donnée par :

|| =

(. ) =

.

(2.3)

Avec : nombre de spires.

Avec (. ) : le flux de liaison du circuit en Weber-tours.

Le flux de liaison est la somme des lignes de flux en liaison avec chaque spire du circuit,

c’est donc le nombre des lignes de flux en liaison avec chaque spire du circuit.

La variation du courant dans le circuit provoque la variation proportionnelle du flux de

liaison.La variation du courant dans le circuit cause une variation proportionnelle du flux

de liaison si on suppose que la perméabilité du milieu, ou le champ magnétique est produit,

est constante donc :

|| = .

, Volts (2.4)

Avec :l’inductance propre qui est une constante de proportionnel,

eti est le courant traversant le conducteur.

La combinaison des formules (2.3) et (2.4) donne lieu à :

= .

enHenry (2.5)

Si la perméabilité du circuit magnétique est constante on a :

=

ce qui donne lieu à :

= .

=

en Henry (2.6)

Il est clair que la self-inductance est numériquement égale aux le flux de liaison par unité

de courant.

Page 28: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

25

II.3.2 Inductance d’un conducteur

Considérons un solide, conducteur round et infiniment long de rayon , situé dans l’air et

portant un courant de en ampère. Le flux lié au conducteur est composé de deux parts : le

flux interne et le flux externe. Le flux interne est présent à l’intérieur du conducteur suite à

la circulation du courant. Ce flux n’est lié avec l’entité du courant mais juste avec une

fraction du courant. Le flux externe est produit autour du conducteur par son propre

courant et les courants de chaque conducteur en voisinage. Ce flux externe, entièrement à

l’extérieur du conducteur, encercle la totalité de la section normale du conducteur.

Donc, il est nécessaire de calculer le flux de liaison interne et externe pour pouvoir calculer

l’inductance du conducteur.

L’inductance interne , est obtenue par la considération du flux total interne de liaison

dûà tous les flux à l’intérieur du conducteur. L’inductance due à tous le flux externe est

appelé inductance externe .

L’inductance totale par unité de longueur du conducteur est donnée par :

= + (H/m) (2.7)

II.3.2.1 L’inductance interne

Considérons que les lignes de champ magnétique dans le conducteur ne sont pas

appréciablement affectées, cela vaut dire que le courant est uniformément distribué sur

toute la section normale du conducteur.

=.

(2.8)

Avec: Intensité du champ magnétique en (A.tr/m), :Le courant renfermé par le flux

encerclé par la section de rayon x ou est mesuré et = 2 la longueur de la ligne du

flux magnétique.

Puisqu’uniquement, un tour ou une ligne de courant est lié à une spire infinie : = 1ce qui

donne lieu à : =

Page 29: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 2.1

l’intérieur d’un conducteur cylindrique de rayon r.

Si est le courant total dans le conducteur, la densité de courant à chaque point de la

section du conducteur est :

=

=

(A/m2)

On a supposé que cette densité est uniformément distribuée donc c’est une

courant circulant dans la section de r

= . =

. =

.

Ce qui donne lieu à l’intensité du champ magnétique

=

..=

.

. , (AT/m

La densité du flux ou induction magnétique

conducteur est donnée par

= =

(Wb/m2

Avec la perméabilité du matériau

Donc, le flux à travers un conducteur cylindrique

distant de son centre de mètre avec une variation de

= . = (. 1

: Section élémentaire normal

1 : représentation du champ magnétique à

l’intérieur d’un conducteur cylindrique de rayon r.

est le courant total dans le conducteur, la densité de courant à chaque point de la

On a supposé que cette densité est uniformément distribuée donc c’est une

circulant dans la section de rayon x devient :

. (A)

l’intensité du champ magnétique correspondant :

AT/m)

ou induction magnétique à tout point distant de mètres du centre du

donnée par :

2)

matériau conducteur.

Donc, le flux à travers un conducteur cylindrique de longueur de 1 mètre à tout point

mètre avec une variation de est :

1) =

(Wb)

normale au ligne du flux magnétique.

26

est le courant total dans le conducteur, la densité de courant à chaque point de la

(2.9)

On a supposé que cette densité est uniformément distribuée donc c’est une constante. Le

(2.10)

(2.11)

mètres du centre du

(2.12)

de longueur de 1 mètre à tout point

(2.13)

Page 30: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

27

Le flux représente uniquement le courant qui est, selon l’éq. (2.10), une fraction de

du courant total . Donc, chaque Weber du flux produit la fraction

du flux

total de liaison. Donc le flux de liaison dû au flux est :

=

=

(2.14)

d’où le flux interne total de liaison :

= ∫

=

=

=

(2.15)

=

=

(WbT/m) (2.16)

= 410(H/m) est la perméabilité magnétique du vide et est la perméabilité

relative du matériau conducteur.

En remplaçant dans l’éq. 2.16, on obtient :

=

10 ∙ (WbT/m) (2.17)

Pour un conducteur de matériau amagnétique ( = 1) on aura :

=

10 ∗ , (WbT/m) (2.18)

D’où on déduit aisément la valeur de l’inductance interne :

=

=

10 (H/m) (2.19)

Cette relation illustre que l’inductance interne est indépendante des dimensions du

conducteur si la distribution de courant est uniforme. Elle n’est fonction que de la longueur

du conducteur et de sa perméabilité magnétique.

II.3.1 L’inductance externe

Soit le schéma suivant présentant la section d’un conducteur et son champ magnétique :

Page 31: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 2.2

l’extérieur d’un conducteur cylindrique de rayon r.

Les lignes de flux entourant le conducteur sont des cercles

la main droite en magnétisme

du centre avec une variation radiale de

=

(Wb/m2)

Donc le flux est :

=

( × 1) (Wb/m)

Ce flux entoure l’entité de la section du conducteur.

sont les mêmes :

= =

Le flux de liaison total

très large mais fini (R>>r) est

= ∫

=

En remplaçant par sa valeur on obtient

= 2. 10.

(H/m)

Et finalement la valeur de l’inductance externe est évaluée à

=

= 2 ∗ 10.

(H/m)

2 : représentation du champ magnétique à

l’extérieur d’un conducteur cylindrique de rayon r.

Les lignes de flux entourant le conducteur sont des cercles concentriques

la main droite en magnétisme. La densité de flux dans un cylindre en un point distant de

variation radiale de à l’extérieur du cylindre est donnée par

(Wb/m)

Ce flux entoure l’entité de la section du conducteur.Donc le flux de liaison

entre la périphérie du conducteur et un cylindre d’un rayon

est :

(WbT/m)

par sa valeur on obtient :

valeur de l’inductance externe est évaluée à :

(H/m)

28

concentriques selon la règle de

La densité de flux dans un cylindre en un point distant de

à l’extérieur du cylindre est donnée par :

(2.20)

(2.21)

Donc le flux de liaison dû au flux

(2.22)

entre la périphérie du conducteur et un cylindre d’un rayon

(2.22)

(2.23)

(2.24)

Page 32: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

29

Donc l’inductance externe ne dépend que du rayon (r) du conducteur et la distance du point

de son calcul (R) par rapport au centre du conducteur.

Enfin, le flux de liaison total par mètre (unité de longueur) est :

= + =

10 + 2 ∗ 10 ∗

(2.25)

= 2. 10. 1

4+

= 2. 10 ∗ ⁄ +

= 2. 10. .

(WbT/m) (2.26)

Avec = ⁄ . = 0.7788. est le rayon équivalent du conducteur.

D’où l’inductance totale est :

=

= 2. 10.

′ (H/m) (2.27)

II.3.3 Flux de liaison dans un groupe de conducteurs

Les relations du flux de liaison sont nécessaires pour évaluer l’inductance de la ligne de

transport constituée de quelques conducteurs en parallèle. Considérons la figure 2.3 qui

illustre les sections d’un groupe, soient les conducteurs a, b, c, …et n de rayon

respectivement, , , … , ., portant respectivement les courants, , , … . Ce groupe

de conducteur forme un circuit électrique complet.

Soient :

: distance entre les centres des deux conducteurs et ,

: distance entre les centres des deux conducteurs et ,

: distance entre les centres des deux conducteurs et , … etc.

Pour la plupart de lignes aériennes on admet les hypothèses suivantes :

1. Les distances entre conducteurs sont très grandes comparées à leurs rayons

, , , … , .

2. La distribution du courant est uniforme sur la section.

3. Le système n’est pas affecté par les champs extérieurs (isolé de toute source

magnétique extérieure).

Page 33: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 2.3

Avec ces hypothèses, le principe de superposition est applicable.

Le courant de chaque conducteur crée un flux magnétique à l’intérieur de

la région qui l’entoure. Le flux total du système est la somme de ces flux.

conducteurs peut être obtenu par la somme

produits par les conducteurs du système.

Soit x un point très distant de

conducteurs, b, c, …et n, est

Le flux total crée par le courant

= 2 ∗ 10 ∗

Avec: ′ = ∗

=

Le flux de liaison du conducteur

et le point :

= 2 ∗ 10 ∗

En général on a :

= 2 ∗ 10 ∗

Le flux total des liaisons du conducteur

= + + ⋯ +

= 2 ∗ 10[ ∗

= 2 ∗ 10[[ ∗

⋯ + ∗ ]]

Figure 2.3 : circuit de n conducteurs parallèles

Avec ces hypothèses, le principe de superposition est applicable.

Le courant de chaque conducteur crée un flux magnétique à l’intérieur de

la région qui l’entoure. Le flux total du système est la somme de ces flux.

conducteurs peut être obtenu par la somme de ses liaisons avec tous les

par les conducteurs du système.

un point très distant de du conducteur ′′. Sa distance par rapport aux

est :, , … , respectivement.

le courant et qui passe entre le conducteur ′′ et le point

= 2 ∗ 10 ∗

(WbT/m)

.

Le flux de liaison du conducteur avec le flux crée par et qui passe entre le conducteur

Le flux total des liaisons du conducteur , << est :

+ ∗

+ ⋯ + ∗

]

+ ∗

+ ⋯ + ∗

] + [ ∗

30

Le courant de chaque conducteur crée un flux magnétique à l’intérieur de lui-même et dans

la région qui l’entoure. Le flux total du système est la somme de ces flux. Le flux liant les

ses liaisons avec tous les flux individuels

par rapport aux autres

et le point ′′ est :

(2.28)

et qui passe entre le conducteur

(2.29)

(2.30)

(2.31)

(2.32)

+ ∗ +

(2.33)

Page 34: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Généralement les réseaux de transport sont électriquement équilibrés, donc pas de courant

de retour dans le neutre, alors

Donc :

= 2 ∗ 10[[ ∗

⋯ + ∗ () + (−

D’où :

= 2 ∗ 10[ ∗ 1

+ ⋯ +

Si les distances des conducteurs au point

dans ces limites.Donc le flux des liaisons du conducteur

= 2 ∗ 10[ ∗

+

10[ ∑ ∗

](WbT/m

L’inductance effective de la ligne en

efficacesdes courants, ,

II.3.4Applications des calculs de

conducteur

II.3.4.1 Inductance d’une ligne à deux conducteurs

Considérons une ligne monophasée

à et distant de mètres et portant le même courant en directions opposées.

Figure 2.4

Le flux de liaison du conducteur

Généralement les réseaux de transport sont électriquement équilibrés, donc pas de courant

de retour dans le neutre, alors : + + ⋯ + = 0 ′ =

+ ∗

+ ⋯ + ∗

] + [ ∗

−( + ⋯ + ) ∗ )]]

1

+ ∗

1

+ ⋯ + ∗

1

+ ∗

∗ ()

],

Si les distances des conducteurs au point sont très grandes, alors

limites.Donc le flux des liaisons du conducteur est :

+ ∗

+ ⋯ + ∗

] = 2 ∗

WbT/m)

L’inductance effective de la ligne en H/m peut être obtenue par l’expression des valeurs

, … , en fonction de et diviser le résultat par

Applications des calculs de l’inductance d’un groupement de

Inductance d’une ligne à deux conducteurs

monophasée qui consiste deux conducteurs et

mètres et portant le même courant en directions opposées.

Figure 2.4 : Inductance d’une ligne à deux conducteurs.

Le flux de liaison du conducteur est de (2.35) :

31

Généralement les réseaux de transport sont électriquement équilibrés, donc pas de courant

−( + ⋯ + ).

+ ∗ +

(2.34)

+ ∗

≈ 1 et

≈ 0

(2.35)

peut être obtenue par l’expression des valeurs

et diviser le résultat par

l’inductance d’un groupement de

et de rayons égales

mètres et portant le même courant en directions opposées.

Page 35: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

= 2 ∗ 10[ ∗

+

Ici :

= +, ; = −, =

= 2 ∗ 10[ ∗

′ −

= 2 ∗ 10 ∗

′ (Wbtr

Identique pour le conducteur

= 2 ∗ 10 ∗

′,

Donc :

L’inductance du conducteur

L’inductance du conducteur

L’inductance par conducteur

L’inductance de la boucle

II.3.4.2 Inductance d’une ligne triphasée symétrique

Une ligne triphasée est dite symétrique

géométrique des conducteurs

équilatéral. Donc on a une ligne constituée de

= , ; l’inter-distance entre chaque

,

Le flux de liaison dans le conducteur

+ ∗

] (WbT/m)

′ = ∗ , ; = ,

] = 2 ∗ 10 ∗

′ ,

(Wbtr/m)

Identique pour le conducteur :

L’inductance du conducteur : =

= 2 ∗ 10 ∗

L’inductance du conducteur : =

= 2 ∗ 10 ∗

L’inductance par conducteur : = = = 2 ∗ 10 ∗

L’inductance de la boucle (Loop inductance) : = + = 4 ∗

Inductance d’une ligne triphasée symétrique

Une ligne triphasée est dite symétrique, figure 2.5,(du point de vue de la disposition

des conducteurs) si ses conducteurs se situent aux sommets

équilatéral. Donc on a une ligne constituée de trois conducteurs a,b et cde rayons

distance entre chaque deux conducteurs est égale à

Figure 2.5 : Réseau triphasé symétrique.

Le flux de liaison dans le conducteur est de (2.35) :

32

,

∗ 10 ∗

′ ,

(du point de vue de la disposition

aux sommets d’un triangle

de rayons = =

est égale à = = =

Page 36: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

= 2 ∗ 10

Dans ce cas de réseau symétrique on a

D’où : = 2 ∗ 10[ ∗

Dans un système triphasé symétrique

= 2 ∗ 10[ ∗

′ +

= 2 ∗ 10[ ∗

′ −

Donc l’inductance du conducteur

Soit : = 0.2 ∗

′ (mH/Km)

Il est à noter que dans ce cas on

II.3.4.2 Inductance d’une ligne triphasée asymétrique

Pour une ligne triphasée asymétrique

seront différentes pour les phases même sous courant équilibrés, cela conduit à

tensions déséquilibrées et affecte les lignes de communication adjacentes par production en

eux d’une tension déséquilibrée

l’inégalité des inductances

changement de la position des conducteurs dans une certaine

(:barrel).

Figure 2.

10[ ∗ 1

+ ∗

1

+ ∗

1

de réseau symétrique on a : = = = , =

′ + ∗

+ ∗

]

Dans un système triphasé symétrique équilibré en matière cde courants on a

+ + = 0 → − = + ,

( + ) ∗

] ,

] ,

= 2 ∗ 10 ∗ ′

l’inductance du conducteur est : =

= 2 ∗ 10 ∗

′ (H/m)

(mH/Km)

Il est à noter que dans ce cas on a : = = ,

Inductance d’une ligne triphasée asymétrique

asymétrique, les inductances et par suite les chutes de tension

pour les phases même sous courant équilibrés, cela conduit à

et affecte les lignes de communication adjacentes par production en

d’une tension déséquilibrée (perturbation de communications).Dans le but de réduire

s la ligne est à transposer. La transposition est réalisée par le

changement de la position des conducteurs dans une certaine longueur de la ligne

Figure 2.6 : Cycle de transposition d’une ligne.

33

1

]

∗ = ′,

équilibré en matière cde courants on a :

(H/m)

et par suite les chutes de tension

pour les phases même sous courant équilibrés, cela conduit à des

et affecte les lignes de communication adjacentes par production en

Dans le but de réduire

La transposition est réalisée par le

longueur de la ligne

Page 37: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

34

Trouvons le flux des liaisons du conducteur :

Cas 01 : Pos1=a, pos2=b,pos3=c ; le flux total de liaison du conducteur est :

∅ = 2 ∗ 10[ ∗

′ + ∗

+ ∗

] ,

Cas 02 : pos1=c , pos2=a, pos3=b,

∅ = 2 ∗ 10[ ∗ 1

′+ ∗

1

+ ∗

1

]

Cas 03 : pos1=b, pos2=c, pos3=a,

∅ = 2 ∗ 10[ ∗ 1

′+ ∗

1

+ ∗

1

]

Le flux total des liaisons du conducteur est la moyenne des flux de chaque courant, donc :

∅ =

(∅ + ∅ + ∅) ,

∅ =

∗ 10[ 3 ∗ ∗

′ + ∗

+ ∗

] ,

Pour un réseau ou une ligne électriquement équilibrée, ce qui est le cas en pratique pour les

lignes de transport dont le courant dans le neutre subit une limitation normée, on a ;

+ = − (charge équilibrée),

∅ =2

3∗ 10[ 3 ∗ ∗

1

′− ∗

1

]

= 2 ∗ 10[ ∗ 1

′−

3∗

1

]

D’où :

∅ = 2 ∗ 10 ∗

′ (2.36)

L’induction moyenne de la phase est :

=

= 2 ∗ 10 ∗

() ⁄

′ = = (H/m) (2.37)

= est appelée distance moyenne géométrique (GMD :Geometrical Mean

Distance).

Page 38: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

II.3.5Méthode de la M

La méthode GMD est très répandue pour le calcul de l’inductance et la capacitance d’une

ligne contenant plusieurs conducteurs connectés en parallèle pour chaque

Considérons une ligne monophasée constitué

Figure 2.7

Le Groupe A, est formé de

un courant total de ampères. Donc c

courant

ampères,

Pareil pour le Groupe B qui est formé de

Ce groupe porte un courant total de

supposé porter un courant

De l’équation (2.37), le flux de liaison d’un conducteur

est :

= 2 ∗ 10[ ∑ ∗

Dans notre cas on aura :

∅ = 2 ∗ 10

[

+

′+

′+ ⋯ +

∅ = 2 ∗ 10 ∗ [(

′∗

(∗

la Moyenne Géométrique des Distances (

GMD est très répandue pour le calcul de l’inductance et la capacitance d’une

ligne contenant plusieurs conducteurs connectés en parallèle pour chaque

une ligne monophasée constituée de deux groupes de conducteurs

Figure 2.7 : une ligne monophasée constituée de deux groupes de

conducteurs.

est formé de conducteurs en parallèle, rounds et très long. Ce groupe porte

ampères. Donc chaque conducteur de ce groupe est supposé porter un

qui est formé de conducteurs en parallèle, rounds et très long.

Ce groupe porte un courant total de – ampères. Donc chaque conducteur

supposé porter un courant

ampères,

, le flux de liaison d’un conducteur dans un groupe de

], (WbT/m)

+

+

+ ⋯ +

] − 2 ∗ 10

[

] ,

′∗…∗)

∗…∗)

]

35

(GMD)

GMD est très répandue pour le calcul de l’inductance et la capacitance d’une

ligne contenant plusieurs conducteurs connectés en parallèle pour chaque phase.

de deux groupes de conducteurs :

ligne monophasée constituée de deux groupes de

parallèle, rounds et très long. Ce groupe porte

est supposé porter un

parallèle, rounds et très long.

haque conducteur de ce groupe est

dans un groupe de conducteurs

[

′+

(2.38)

Page 39: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

36

Puisque le conducteur porte

(A), l’inductance du conducteur a vaut :

=∅

= 2 ∗ 10 ∗ [(

′∗′∗…∗)

(∗∗…∗)

] (H/m) (2.39)

Identique pour :

= 2 ∗ 10 ∗ [(∏

′ )

(∏ )

] (H/m) (2.39)

Les expressions de ,, … , peuvent être écrites d’une manière similaire que celle de

l’équation (2.39) .

On a trouvé que les conducteurs du groupe ont des inductances différentes. Donc

l’inductance moyenne d’un conducteur du groupe A est :

=

[ + + + … , ] (2.40)

L’inductance du groupe A constitué de conducteurs en parallèle sera

fois l’inductance

moyenne :

= 2 ∗ 10 ∗ ln [[

′∗′∗…∗

′∗′∗…∗…

′∗′∗…∗]

×

[(∗∗…∗)(∗∗…∗)…(∗∗…∗)]

] (2.41)

Le numérateur du terme logarithmique est le produit de (mXn) distances pour lesquelles la

racine(mXn) est prise. C’est donc, la moyenne géométrique tous les (mXn) distances

mutuelles possibles des conducteurs du groupe A aux conducteur du groupe B. cette

moyenne géométrique est appelée la distance moyenne géométrique mutuelle entre les

deux groupes A etB de conducteurs.

Donc pour déterminer la distance moyenne géométrique mutuelleD on utilise la

procédure suivante :

1. Déterminer le produit de la séquence de distances du conducteur à chaque

conducteur du groupe B, soit : = (′ ∗ ′ ∗ … ∗ ),

2. Idem pour le conducteur : = (′ ∗ ′ ∗ … ∗ ),

3. Idem pour le conducteur : = (′ ∗ ′ ∗ … ∗ ),

Le GMD mutuelle entre A et B est : = ( ∗ ∗ … ∗ ) ∗⁄ ,

Page 40: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Il est à noter que tous les produits

Par contre, le dénominateur

de l’inductance montre que les distances utilisées sont tou

le produit de (nXn) distances pour lesquelles la racine

géométrique des n2 distances possibles des conducteurs du groupe A à eux même.

Donc c’est la distance moyenne géométrique propre (

self GMD) ou parfois dénommée

GMR) du groupe A dénoté

= [( ∗ ∗ … ∗

Soit :

= 2 ∗ 10 ∗ ln

, (H/m)

Le GMR du groupe Best donné par

= [(′′ ∗ ′′ ∗ … ∗

Soit :

= 2 ∗ 10 ∗ ln

, (H/m),

Donc l’inductance totale de la

= + = 2 ∗ 10 ∗ ln

II.3.5.1Application de la méthode GMD à la ligne

Considérons une ligne de transport électrique monophasée comme suit

Figure 2.

Pour cette ligne, on a la mutuelle GMD est de

Il est à noter que tous les produits , , … , contiennent termes.

dénominateur du terme logarithmique de l’équation (2.41)

montre que les distances utilisées sont toutes du groupe A. il

) distances pour lesquelles la racinen2 est prise. C’est la moyenne

distances possibles des conducteurs du groupe A à eux même.

stance moyenne géométrique propre (self-Geometrical

dénommée rayon moyen géométrique (Geometric

du groupe A dénoté .

)( ∗ ∗ … ∗ ) ∗ … ∗ ( ∗ ∗

, (H/m)

Le GMR du groupe Best donné par :

′)(′′ ∗ … ∗ ′) ∗ … ∗ (′ ∗ ′ ∗

, (H/m),

Donc l’inductance totale de la ligne est :

+ 2 ∗ 10 ∗ ln

= 2 ∗ 10 ∗ ln

Application de la méthode GMD à la ligne monophasée

Considérons une ligne de transport électrique monophasée comme suit :

Figure 2.8 : Ligne monophasée de transport.

ur cette ligne, on a la mutuelle GMD est de : = ,

37

(2.41) relative au calcul

s du groupe A. il représente

est prise. C’est la moyenne

distances possibles des conducteurs du groupe A à eux même.

Geometrical Mean Distance :

Geometric Mean Radius :

∗ … ∗ )] ⁄ ,

(2.42)

∗ … ∗ )] ⁄ ,

(H/m) (2.43)

monophasée

:

Page 41: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

et le self GMR est =

L’inductance du conducteur

L’inducteur du conducteur B

L’inductance totale de la ligne

II.3.5.2 Application de la méthode GMD à la ligne triphasée symétrique

La mutuelle GMD est :

= ( ∗ ) ⁄ = ,

LA Self GMD : = =

Alors l’inductance du conducteur a est

= 2 ∗ 10 ∗ ln

D’une façon similaire, on réalise que

= = = = 2 ∗ 10

II.3.5.3 Inductance d’un circuit double d’une ligne monophasée

Utilisons la méthode GMD :

Ici : = = 2,

Self GMD (GMR):

La Mutuelle GMD (GMR):

= ( ∗ +

L’inductance de tous les conducteurs est

= = = ′ = 0.7788 ∗

: = 2 ∗ 10 ∗ ln

= 2 ∗ 10 ∗ ln

′ (H/m),

: = 2 ∗ 10 ∗ ln

= 2 ∗ 10 ∗ ln

′ (H/m),

L’inductance totale de la ligne : = + = 4 ∗ 10 ∗ ln

′ (H/m)

Application de la méthode GMD à la ligne triphasée symétrique

Alors l’inductance du conducteur a est :

(H/m)

D’une façon similaire, on réalise que :

∗ ln

′ (H/m).

Inductance d’un circuit double d’une ligne monophasée

= ( ∗ ∗ ∗ ) ⁄ = (′ ∗

= (′ ∗ ) ⁄ ,

GMD (GMR): = ( ∗ ∗ ∗ ) ⁄

∗ ∗

+) ⁄ =( ∗

+) ⁄

L’inductance de tous les conducteurs est :

a

b

D

D

38

(H/m),

(H/m),

Application de la méthode GMD à la ligne triphasée symétrique

Inductance d’un circuit double d’une ligne monophasée

∗ ′ ∗ ∗ ) ⁄ ,

,

c

D

D

Page 42: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

39

= 2 ∗ 2 ∗ 10 ∗ ln

= 4 ∗ 10 ∗ ln

(∗

) ⁄

(′∗) ⁄ = 2 ∗ 10 ∗ ln(∗

)

(′∗)

(H/m)

II.4 Capacitance des lignes de transport

II.4.1 Introduction

Deux conducteurs chargés séparés par un diélectrique (isolant : air ou autres) constituent

une capacité. Cette condition est remplie par une ligne électrique aérienne, les conducteurs

sont supportés par des isolateurs à la structure support et sont séparés entre eux et à

d’autres places par l’air diélectrique.

La capacitance entre conducteurs est la charge par unité de différence de potentiel

(coulombs par volts). La capacitance est uniformément distribuée le long de la ligne.

L’effet capacitif est négligeable dans les lignes courtes (longueur inférieure ou égale à 80

km) et les lignes basses tension. Dans les lignes longues et haute tension, la capacitance est

considérablement importante, elle affecte la régulation de la tension, le facteur de

puissance, le rendement de la ligne et la stabilité du système.

Quand une tension alternative est appliquée à une ligne, un courant s’écoule dans la ligne à

vide (sans charge connectée, courant de charge nul)à travers la capacitance de ligne. Ce

courant est appelé courant de charge capacitif ou courant de fuite capacitif (Charging

current). Ce courant est indépendant de la charge et circule dans la ligne même en absence

de la charge. Le courant de charge capacitif dépend au même temps de la capacitance de la

ligne, tension d’alimentation et la fréquence.

II.4.2 Le champ électrique d’un conducteur long droit

Considérons un conducteur long droit, isolé et portant une charge électrique + (C/m,

Colombs par mètre). La charge est uniformément distribuée sur toute la surface du

conducteur. Les lignes du flux électrique sont droites, radiales et espacées uniformément.

Les points équidistants du conducteur auront le même potentiel et la même densité de flux.

Tous les cylindres concentriques autour du conducteur sont des surfaces équipotentielles.

Page 43: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

La densité du flux électrique d’un point distant de

(cylindre de 01 mètre),

=

∗ (C/m2)

Donc, l’intensité du champ électrique ou le gradient de potentiel au point

=

=

(∗∗)(V/m)

Avec est permittivité du vide ou de l’air et

La différence de potentiel entre deux points A et B distants de

l’axe du conducteur vaut :

=

=

(Volts)

Cette équation est très répandue spécialement pour la détermina

capacitances d’un système de conducteurs.

II.4.3 Système de conducteurs

Considérons un système de

circuit :, , , … , ,

Figure 2.9

La densité du flux électrique d’un point distant de mètres de l’axe du conducteur est

Donc, l’intensité du champ électrique ou le gradient de potentiel au point

est permittivité du vide ou de l’air et =est la permittivité du milieu

La différence de potentiel entre deux points A et B distants de ,

=

=

2

=

2

Cette équation est très répandue spécialement pour la détermination

capacitances d’un système de conducteurs.

.4.3 Système de conducteurs

un système de conducteur de rayon chacun formant un

Figure 2.9 : Capacitances dans un groupement de conducteurs.

40

mètres de l’axe du conducteur est :

(2.44)

Donc, l’intensité du champ électrique ou le gradient de potentiel au point est :

(2.45)

ermittivité du milieu isolant.

, respectivement de

(2.46)

tion des charges et

chacun formant un

dans un groupement de conducteurs.

Page 44: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

41

Ces conducteurs sont respectivement chargées en C/m de , , , … , , les

interdistances entre des conducteurs sont dénotés par , , … , ,, … …,

Les interdistances entre conducteurs sont supposés assez grands comparativement à leurs

rayons pour que la distribution des charges soit uniforme autour de la périphérie chaque

conducteur.

Le principe de superposition est appliqué pour trouver la différence de potentiel entre

chaque deux conducteurs. De part ce principe, la différence de potentiel entre plusieurs

conducteurs chargées égale à la différence de potentiel due à la charge du premier

conducteur seul, plus la différence de potentiel dans autres conducteurs chargées dans le

champ.

Donc la différence de potentiel entre deux conducteurs et est donnée par :

=

+

+

+ ⋯ +

(2.47)

Soit : = , = ,…, = , ce qui donne lieu à :

=

[

+

+

+ ⋯ +

]

Par similitude, cette différence de potentiel entre le conducteur a et l’autre conducteur

s’annonce :

⎩⎪⎪⎨

⎪⎪⎧ =

1

2[

+

+

+ ⋯ +

]

.

.

.

=1

2[

+

+

+ ⋯ +

]

En général :

=

[∑

],(volts) (2.48)

Pour un système qui fonctionne sous conditions normales (équilibre électrique) on aura :

+ + + ⋯ + = 0,

Page 45: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Les équations obtenues ci-dess

longueur d’un conducteur dans un système de

complet.

II.4.4 Capacitance d’une ligne

Soit les deux conducteurs

= = , = = ,

Figure 2.10

Selon la formule (2.48), la différence de potentiel entre

Ici, l’équilibre électrique impose

Pour les interdistances on a

Ce qui donne lieu à : =

La capacitance entre les conducteurs est

=

=

(F/m)

Puisque les conducteurs

entre conducteurs est zéro

potentiel zéro entre et

point neutre.

Donc la capacitance entre chaque conducteur et le point de zéro potentiel

=

=.

(F/m),

:Capacitance au neutre ou

dessus sont utilisés pour le calcul de la capacitance par unité de

conducteur dans un système de n conducteurs en parallèle formant un circuit

.4.4 Capacitance d’une ligne monophasée deux fils

et comme suit :

,

Figure 2.10 : Capacitance ligne monophasée.

a différence de potentiel entre conducteurs et

=1

2[

+

]

électrique impose + = 0 d’où = −.

Pour les interdistances on a : = = .

=

ln

=

ln

La capacitance entre les conducteurs est :

et sont chargé en sens opposé, le potentiel du point médium

entre conducteurs est zéro (notion du plan à potentiel neutre). Donc il y a un plan de

. Le potentiel de chaque conducteur est ½

Donc la capacitance entre chaque conducteur et le point de zéro potentiel

au neutre ou à la masse.

42

de la capacitance par unité de

onducteurs en parallèle formant un circuit

et vaut :

(volts)

(2.49)

sont chargé en sens opposé, le potentiel du point médium

. Donc il y a un plan de

. Le potentiel de chaque conducteur est ½ par rapport au

Donc la capacitance entre chaque conducteur et le point de zéro potentiel est :

Page 46: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

= 2 ∗

On a : = ∗ dont :

: Permittivité du vide,

: Permittivité du milieu,

=

∗∗ = 8.85 ∗ 10

Pour l’air = 1.

D’où =

=

=

La réactance capacitive entre conducteur et

La susceptance phase-neutre

II.4.5 Capacitance d’une ligne triphasée symétrique

Soit un système de tension équilibré appliquée à un

charges électriques des conducteurs

On prend la référence de plusieurs tensions

Du moment qu’on a pris

(F/m),

∗∗

(F/m)

La réactance capacitive entre conducteur et neutre : =

∗∗∗

neutre est : =

= 2 ∗ ∗ ∗ ,

.4.5 Capacitance d’une ligne triphasée symétrique

Soit un système de tension équilibré appliquée à une ligne triphasée symétrique. Les

des conducteurs , , sont respectivement , ,

plusieurs tensions, la tension du conducteur au neutre.

Figure 2.11 : Ligne triphasée symétrique.

comme phaseur de référence on a : =

43

e ligne triphasée symétrique. Les

.

au neutre.

+ 0.

Page 47: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

44

Donc la différence de potentiel entre s’écrit :

=

[

+

+

] (Volts)

D’une manière similaire :

=

[

+

+

](Volts)

La somme + donne :

+ =

[

+ ( + )

] (Volts)

Du moment qu’on a une charge équilibrée : + + = 0 on aura + = −.

D’où :

+ =

[2 ∗

] =

[3 ∗ ∗

]

+ =∗

(2.50)

En termes de phaseurs :

= √3 ∗ arg ( 30°) (2.51)

= − = √3 ∗ arg (−30° ) (2.52)

De (2.51) et (2.52) on aura : =

Donc la capacitance phase neutre sera (sous vide) :

=

=

=

∗∗

(F/m)

Soit :

=

(

)

Cette formule montre que la capacitance de chaque conducteur au neutre d’une ligne

triphasé à 03 fils système équilibrée avec une symétrie de distance entre conducteurs est la

même que la capacitance de chaque conducteur au neutre d’une ligne monophasée de

même taille et même espace entre conducteurs.

Page 48: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

45

II.4.6 Capacitance d’une ligne triphasée asymétrique transposée

La méthode exacte pour le calcul de la capacitance d’une ligne triphasé asymétrique est

très compliquée mais un degré de précision considérable peut être accompli si on suppose

que la charge par unité de longueur de conducteur reste la même dans les différentes

positions du cycle de transposition.

Avec cette hypothèse, , ont la même amplitude mais diphasé de 120° deux à deux

(charges équilibrées sur les trois phases), soient :

= (0°), = (-120°), = (+120°).

La différence de potentiel entre peut-être écrite pour les trois positions du cycle de

transposition.

Cas01 : pos1=a, pos2=b, pos3=c :

() =

[

+

+

]

Cas02 : pos1=c, pos2=a, pos3=b ;

() =

[

+

+

]

Cas03 : pos1=b, pos2=c, pos3=a :

() =

[

+

+

]

Selon l’équation (2.48), la valeur moyenne de la différence de potentiel entre les

phases dans les trois positions du cycle de transposition est :

=

[() + () + ()]

=

[

+

+

]

=

[

+

] (2.53)

Page 49: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

46

Avec = ()

: la distance moyenne géométrique entre les phases.

Par similitude :

=

[

+

] (2.54)

Mais on a : + = 3 ,

L’addition des équations (2.53) et(2.54) terme à terme donne lieu à :

3 =

[

+ ( + )

] =

[3 ∗

] (2.55)

A charges équilibrées, on a + + = 0 → + = −, on aura :

=

(2.56)

La capacitance phase au neutre est donc :

=

=

.

(F/m) (2.57)

On peut trouver le même résultat par la méthode alternative suivante :

On a eu : =

[

+

]

=

[( − )

]

or = (-120°)d’ou: = (−

)

− =

+

= √3 ∗ (30°)

= √3 ∗ (30°)d’où : √3 ∗ =√

=

(2.58)

=

=

.

(F/m) (2.59)

Sous vide :

=

=

∗∗

(F/m)

Page 50: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

47

=

(μF/Km)

II.4.7 Courant de charge capacitif (Charging Current)

Le courant associé avec la capacitance d’une ligne est appelé courant de charge capacitif

(charging current).

Pour une ligne monophasée, le courant de charge capacitif est :

=

∗=

/=

= ∗ 2 ∗ ∗ (A) (2.60)

Avec :: capacitance phase à phase en Farads,

: Réactance capacitive en Ohms,

: Tension de ligne en Volts,

La puissance apparente de charge capacitive (Charging volt-amperes) vaut :

= ∗ =

(Var)

La puissance réactive générée par la ligne est égale la puissance réactive capacitive,

d’où :

= ∗ =

(Var)

Pour une ligne triphasée, le courant de charge capacitive est :

=

∗=

/= (A)

Avec : tension simple égale à la tension de phase en V,

: Capacitance au neutre en F.

La puissance réactive capacitive par phase

= ∗ = ∗

=

(Var) (2.61)

= 3 ∗ ∗ =

=

=

(Var),

Avec : tension phase à phase.

II.4.8 Capacitance par GMD méthode

La méthode GMD, telle que décrite précédemment dans le calcul des inductances, est

particulièrement utilisée pour trouver la charge () ou capacitance pour les lignes

asymétriques. C’est une méthode approximative mais facile à appliquer.

Page 51: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

De l’équation (2.59), on peut générer la méthode de calcul

suivante :

=

(F/m)

II.4.9 Méthode GMD

circuit double triphasée

Soit un circuit double triphasé

cornes d’un hexagone régulier

= = ′ =

= ′ = ′ =

′ = ′ = ′ =

Figure 2.12 :

On doit utiliser la relation (2.62)

Dans ce cas, la distance moyenne géométrique mutuelle vaut

Et la self distance géométrique vaut

=

(∗)

=

=

Capacitance au neutre par conducteur

Si la disposition des conducteurs est verticale dans

la figure ci-après on aura :

on peut générer la méthode de calcul des capacitances

appliquée au calcul de la capacitance d’une ligne

ble triphasée

Soit un circuit double triphasé d’une ligne dans lequel les conducteurs sont situés aux

es d’un hexagone régulier comme l’indique la Figure 2.12.

= ′ = ′′ = ′′ = .

= ′ = ′ = ′′ = √3.

= 2 ∗ .

circuit double d’une ligne triphasée (ligne double ternes).

(2.62) : =

, la distance moyenne géométrique mutuelle vaut : = 3

la self distance géométrique vaut : = (2 ∗ )

,

=

(F/m par phase),

Capacitance au neutre par conducteur égale la moitié = (

∗ ) au neutre par phase.

des conducteurs est verticale dans le circuit double terne

48

des capacitances par l’équation

(2.62)

apacitance d’une ligne

conducteurs sont situés aux

double d’une ligne triphasée (ligne double ternes).

∗ ,

au neutre par phase.

le circuit double terne conformément à

Page 52: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

=

=

II.4.10 L’effet de la terre sur la capacité d’une ligne

Dans tous les calculs de la capacitance

été pris en considération. En réalité les conducteurs sont en parallèle à la masse

autre que la terre. La terre est supposée comme un plan conducteur infini. Sa présence

cause un changement dans le champ électrique de la ligne.

suggérée par Lord Kelvin, est à utiliser pour prendre en considération l’effet de la terre sur

le calcul de la capacitance.

On connait qu’il y a un plan de potentiel zéro entre deux conducteurs qui portent un égal

courant en sens opposés. De part ça, il est logique de supposer que le champ entre un

conducteur chargé et le plan conducteur parfait(terre) est identique au champ que peut

produire un conducteur similaire au conducteur original et qui remplace la terre. Ce

conducteur fictif (qui est l’image) est situé au

celui de la hauteur du conducteur réel

courant égal et opposé à celui porté par le conducteur original.

Pour un système de conducteurs

directement au-dessous de lui par rapport au plan conducteur (terre).

= 2

=

=

[

]

(F/m par phase)

de la terre sur la capacité d’une ligne

ous les calculs de la capacitance précédemment effectués, l’effet de la terre

En réalité les conducteurs sont en parallèle à la masse

La terre est supposée comme un plan conducteur infini. Sa présence

cause un changement dans le champ électrique de la ligne. La méthode des images

n, est à utiliser pour prendre en considération l’effet de la terre sur

On connait qu’il y a un plan de potentiel zéro entre deux conducteurs qui portent un égal

De part ça, il est logique de supposer que le champ entre un

conducteur chargé et le plan conducteur parfait(terre) est identique au champ que peut

produire un conducteur similaire au conducteur original et qui remplace la terre. Ce

est l’image) est situé au-dessous de la terre à une distance égale à

celui de la hauteur du conducteur réel au-dessus de la terre. Le conducteur image porte un

courant égal et opposé à celui porté par le conducteur original.

conducteurs, figure 2.13, chaque conducteur à une image situé

dessous de lui par rapport au plan conducteur (terre).

49

l’effet de la terre n’a pas

En réalité les conducteurs sont en parallèle à la masse qui n’est

La terre est supposée comme un plan conducteur infini. Sa présence

La méthode des images

n, est à utiliser pour prendre en considération l’effet de la terre sur

On connait qu’il y a un plan de potentiel zéro entre deux conducteurs qui portent un égal

De part ça, il est logique de supposer que le champ entre un

conducteur chargé et le plan conducteur parfait(terre) est identique au champ que peut

produire un conducteur similaire au conducteur original et qui remplace la terre. Ce

dessous de la terre à une distance égale à

de la terre. Le conducteur image porte un

chaque conducteur à une image situé

Page 53: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 2.13 : Effet de la terre sur la capacitance d’une ligne composée d’un circuit à n conducteurs par la

On va appliquer cette notion de conducteurs imaginaires à

conducteurs comme l’indique

coulombs et le conducteur b

Figure 2.14 : Capacitance

La différence de potentiel entre

=

[

+

Mais : = −′ = ,

D’où : =

[

=

2

=

=

[

(

(

On définit les distances moyenne

= , =

=

[

], (V/m),

de la terre sur la capacitance d’une ligne composée d’un circuit à n conducteurs par la

méthode des conducteurs imaginaires.

On va appliquer cette notion de conducteurs imaginaires à une ligne monophasée deux

comme l’indique la figure 2.14. Le conducteur a est chargé de

b est chargé de −coulombs.

Capacitance d’une ligne monophasée avec effet de la terre.

La différence de potentiel entre les deux conducteurs est :

+ ′

+ ′′

′]

= − = − , ′ = − ,′ = +

+

+

]

)

)

]

On définit les distances moyennes suivantes pour garder la notion de la méthode

,

(V/m),

50

de la terre sur la capacitance d’une ligne composée d’un circuit à n conducteurs par la

une ligne monophasée deux

est chargé de +

d’une ligne monophasée avec effet de la terre.

(2.63)

suivantes pour garder la notion de la méthode GMD :

Page 54: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

51

La capacité phase à phase est =

,

=

=

(F/m) (2.64)

La capacité phase neutre est :

=

=

=

(F/m) (2.65)

Cas spécial : = = 2ℎ,

= = ( + (2ℎ)),

= ∗ et = ∗ = ( + 4ℎ)

.

II.4.11 Notion de la conductance shunt

Les conducteurs d’une ligne sont toujours séparés par un diélectrique. Dans les lignes

aériennes, le diélectrique est l’air. Les isolateurs dans les lignes aériennes peuvent être non

parfaits. Dans les hautes tensions, il y a fuite de courant d’un conducteur à autre le long de

la surface ou à travers les isolateurs ou travers l’air entre conducteurs il y a aussi fuite de

courants. Ce courant de fuite dépend en plus des conditions atmosphériques, de la pollution

comme humidité et les dépôts sur surfaces.

Par application d’un champ électrique alternatif, une partie de la puissance est perdue dans

le diélectrique suite à son imperfection, nommées pertes diélectriques. En plus, il y a les

pertes par effet couronne (corona loss).La conductance shunt prend en compte tous ces

effets. Dans les conditions normale et ordinaire de fonctionnement d’un réseau, le courant

de fuite est assez petit d’où ≈ 0 .

Page 55: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

52

Chapitre III

Représentation Per-Unit

(Systèmes au Unités réduites)

Page 56: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

53

III.1 Introduction

Dans le processus de calcul des problèmes liés aux systèmes de puissance, il convient

parfois d’exprimer les impédances, les courants, les tensions et les puissances en termes de

valeurs per-unit (unités réduites ou unités arbitraires) mieux que de les exprimer en

Ω , , .

La valeur numérique per-unit (pu) d’une quantité est définie comme étant du ratio de sa

valeur réelle à une autre valeur de quantité, choisie arbitrairement de la même dimension.

Cette dernière est supposée comme base ou référence.

− =é

è (3.1)

Pour une quantité A réelle :

=

en pu (valeur numérique sans dimension) (3.2)

Les valeurs (pu) sont sans dimensions et en pourcentage on aura

% = 100 ∗ en % , (3.3)

Exemple : soit un choix d’une tension de 10 KV comme valeur de base

8 KV=0.8 pu =80%

10 KV=1.00 pu=100%,

1.2 pu =120%,

Dans ce qui suit :

Une quantité de base est désignée par l’indice « b »,

Le produit de deux quantités exprimées en pu est exprimé en pu.

Par contre le produit de deux quantités exprimées en pourcentage est à diviser par 100

pour obtenir le résultat en pourcentage,

Donc la méthode per-unit est préférée.

Soient :

:Courant réel en A,

:Courant de base en A,

Page 57: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

54

:Tension réelle en V,

:Tension de base en V,

Ω:Impédance réelle en Ω,

:Impédance de base en Ω,

:Puissance réelle en VA,

:Puissance de base en VA,

Donc :

Courant per-unit : =

(3.4)

Tension per-unit : =

, (3.5)

Impédance per-unit : =Ω

(3.6)

Pour les impédances on a :

Ω = Ω + Ω

=

Ω

+

Ω

= + ce qui donne lieu à :

=

Ω

(3.7)

Puissance apparence en pu :

=

(3.8)

Or = + = ∗ d’ou:

=

=

+

(3.9)

D’où : = +

=

(3.10)

Page 58: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

55

=

(3.11)

Ainsi pour un circuit monophasé, l’impédance de base se calcul via :

=

(3.12)

Et la puissance apparente de base vaut :

= ∗ (3.13)

Les valeurs des bases des quantités sont choisies en accord à ce qu’elles conviennent. Si

deux des quatre quantités (Vb, Ib, Zb, Sb) des grandeurs électriques aux équitations (3.12)

et (3.13) sont spécifiées comme bases, les deux restantes sont fixées automatiquement par

calcul.

Dans le calcul des systèmes de puissances, toujours la puissance apparente () et la tension

()sont spécifiées comme bases de calcul, d’où, () et () sont choisies comme valeurs

de bases. Alors, le courant de base () et l’impédance de base () sont exprimées en

fonction de () () :

=

(3.14)

L’impédance de base est l’impédance qui a une différence de potentiel de entre ces

bornes lorsqu’elle est parcourue par un courant .

=

=

=

[Ω] (3.15)

D’où l’admittance de base est ainsi calculée par :

=

=

[Siemens] (3.16)

Une fois une sélection propre des bases est faite, les relations de base des calculs des

circuits électriques peuvent être appliquées aux quantités (pu) comme la loi de Kirchhoff et

autres.

A titre d’exemple :

= ∗

= ∗ (3.17)

Page 59: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

56

Les équations (3.15) et(3.16) pouvant être combinées pour donner :

= Ω

(3.18)

Aussi :

Base du courant : =

=

L’admittance Y :

Soit : : admittance réelle en Siemens.

: Admittance en pu.

=

=

Ω∗= ∗

(3.19)

III.2 Changement de base de calcul

Il est parfois nécessaire de convertir des quantités (pu) d’une base à une autre base de

calcul, c’est dire le passage entre deux bases de calcul.

Soit la base de la puissance apparente et la base de tension d’un système (1) sont

représentées respectivement par et . Les valeurs correspondantes dans le système

(2) sont représentées par et .

Base du courant dans la base système (1) :

=

(3.20)

Base du courant dans le système (2) :

=

(3.21)

La valeur (pu) du courant dans la base du système (1) :

=

(3.22)

La valeur (pu) du même courant dans la base du système (2) :

=

(3.23)

Par combinaisons des équations (3.20) à (3.23)on aura :

Page 60: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

57

= .

= .

.

= .

.

(3.24)

La conversion d’une impédance en pu d’une base à une autre peut être faite à l’aide de

l’équation (3.18) :

Base système (1) : = Ω.

(3.25)

Base système (2) : = Ω.

(3.26)

On élimine Ω des équations (3.25) et (3.26) on trouve :

=

(3.27)

Il ne faut pas confondre la formule (3.27) avec le transfert d’impédances d’un coté d’un

transformateur à l’autre côté.

La formule de conversion d’admittance est :

=

(3.28)

III.3Impédance en pu d’un transformateur

On considère un transformateur monophasé dont l’impédance totale des deux enroulements

ramenés au primaire est . On suppose que les valeurs calculées sont prises comme

quantités de base :

Base du courant en primaire est ,

Base de tension en primaire est ,

Base Impédance en primaire est ,

Donc :

=

=

⁄=

(3.29)

L’impédance totale série des deux enroulements transférés au secondaire est :

= ∗

(3.30)

, : Nombre de spires dans les enroulements primaires et secondaires respectivement.

Dans le coté secondaire les quantités de base sont :

Page 61: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

58

Base du courant au secondaire du transformateur est en ampères,

Base de la tension au secondaire du transformateur est en volts.

Base des impédances au secondaire du transformateur est :

=

Impédance en pu transférée au secondaire vaut :

=

=∗

(3.31)

Ici : ∗ = ∗ → = ∗

(3.32)

Et :

=

′: =

∗ (3.33)

Des équations (3.30)aux (3.33)on tire :

= ∗

=

(3.34)

Des équations (3.29)et (3.34)on remarque que :

=

(3.35)

III.4 Quantité pu dans un système triphasé

On suppose que les suffixes et dénotent les valeurs de la ligne (composée) et la phase

(simple) dans un système triphasé.

Dans une connexion en étoile on a : = √3 ∗ ; =

Pour les bases on aura : = √3 ∗ et =

() =

=

√∗

√∗=

(3.36)

() =

=

=

(3.37)

Il est alors clair que dans une connexion star, les valeurs en pu des courants/tenions de

ligne sont égales aux valeurs en pu des courants/tenions de phase.

Page 62: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

59

Dans une connexion triangle (Delta) : = , = √3 ∗ d’où pour les bases on aura

= et = √3 ∗ .

Un calcul en pu :

() =

=

=

(3.38)

() =

=

√∗

√∗=

(3.39)

Il est aussi valable que dans une connexion Delta, les valeurs en pu des courants/tenions de

ligne sont égales aux valeurs en pu des courants/tenions de phase.

Et pour les deux types de connexions la puissance apparente est :

é = √3 ∗ ∗ = 3 ∗ ∗ qui a pour base de calcul:

()é = √3 ∗ ∗ = 3 ∗ ∗

En pu on aura :

()é=

√∗∗

√∗∗= () ∗ () (3.40)

Aussi :

=∗∗

∗∗=

Donc :

= () ∗ () =

(3.41)

NB : dans un système triphasé, une valeur de base de tension donnée est la tension phase à

phase et une valeur de base de puissance apparente en VA donnée est la valeur totale

triphasé VA.

La base d’impédance utilisant les valeurs par phase :

=

()é (3.42)

D’où :

Page 63: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

60

=()

()é=

√∗

∗()é=

()é (3.43)

Les résultats montrent qu’on doit utiliser le même système (monophasé, triphasé) pour la

sélection de la base d’impédance.

Donc, on peut écrire :

=()

(3.44)

=()é

, (3.45)

Pour un système triphasé :

Base de courant : =()é

(3.46)

D’où :

=∗()é

∗=

()é

√∗ (3.47)

III.5 Sélection des valeurs de base

En générale, les valeurs (pu) des appareils sont données en fonction de leurs propres

puissance apparente en VA et leur tension de fonctionnement en volts. Ces appareils

peuvent être introduits dans un réseau de puissance. Un tel système de puissance a des

niveaux de tensions différents à différents points. Il est nécessaire de référer toutes les

valeurs (pu) données aux valeurs de la base du système.

Pour appliquer la méthode (pu) à un problème donné, une valeur convenable de la

puissance en MVA est choisie. La même base de puissance en MVA est utilisée pour

toutes les parties du système. Ça peut être la puissance totale en MVA du système, la plus

grande valeur de puissance en MVA d’une section du système ou une valeur arrondie tel

que 10, 100, 1000 MVA…

Après la sélection de la base de puissance en MVA, la base de tension de chaque section

est à choisir. La valeur de tension la plus élevée peut être prise comme base de tension

pour cette section. Pour les autres sections, la base de tension est fonction des coefficients

de transformation dans transformateurs.

Page 64: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

61

Une fois sélectionnée, une base commune de puissance en MVA et base tension dans

différent sections, les (pu) des impédances des sections peuvent être calculées pour tracer

le schéma monophasé (Single-Line Diagram) donnant les impédances en valeurs (pu).

III.6 Impédance d’une charge en (pu)

Les impédances de charge sont généralement exprimées en termes de puissance active en

Watts et puissance réactive en Volts-Ampères. Il existe deux représentations de la

charge : une représentation en parallèle et une autre en série.

III.6.1 Représentation parallèle :

Figure 3.1 : représentation d’une charge en parallèle.

La représentation d’une charge en parallèle est indiquée en Figure 3.1.

Soient :

: puissance de la charge en W,

: puissance réactive de la charge en Var,

: résistance de la charge en Ω,

: réactance de la charge en Ω,

: tension de la charge en V.

La puissance P de la charge en fonction de sa tension et de sa résistance vaut :

=

(4.6.1) (3.48)

La résistance de la charge en pu vaut aussi :

Page 65: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

62

= ∗

() =

=

(3.49)

Par similitude, la réactance de la charge sera :

=

=

(3.50)

III.6.1 Représentation série

Figure 3.2 : représentation d’une charge en série.

La représentation d’une charge en parallèle est indiquée en Figure 3.2.

Dans ce cas le courant de charge :

=

=

(3.51)

Et la puissance apparente vaut :

= + = ∗ ∗ =∗∗

=

||

(3.52)

A noter que l’exposant * représente le conjugué du nombre complexe de la grandeur

considérée.

Le conjugué de S vaut :

∗ = − =||

(3.53)

× ∗ = = + =||

(3.54)

De l’équation (3.52), on aura :

Page 66: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

63

+ = || ∗

(3.55)

De (3.54) et (3.55) :

+ = (R + ) ∗

|| ′ = + =

|| ( + ) (3.56)

= () ()

()() (3.57)

Mais on a vu que : = Ω

ce qui conduit à :

R + = (R + )

(3.58)

Des équations (3.56) et (3.57)on peut écrire :

R + =||

∗ ( + ) = ∗

( + ), (3.59)

D’où :

R = ∗ ∗

en pu (3.60)

= ∗ ∗

en pu (3.61)

III.7 Diagramme unifilaire (monophasé)

Un système est essentiellement composé de :

Centrales de production,

Un réseau de transport,

Une combinaison de charge : industrielles, commerciales et résidentielles.

Tout ça, se fait actuellement en triphasé. Un système triphasé équilibré est étudié par

phase. D’où la notion de représentation des systèmes triphasés et leur étude via la

représentation d’une seule phase conduisant à l’étude d’un schéma en monophasé

(unifilaire).

A titre d’exemple, le système de puissance suivant est une représentation en schéma

unifilaire :

Page 67: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

64

Page 68: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

65

Chapitre IV

Modélisation des lignes de transport

Courtes, moyennes et longues

Page 69: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

66

IV.1 Introduction

Les performances électriques d’une ligne de transport d’énergie sont déterminées Les par

le courant de charge et le facteur de puissance. Le terme performance signifie : le calcul de

la tension de source, le courant de source, le facteur de puissance coté source, les pertes

puissance en ligne, le rendement de transport, la régulation de la tension du réseau et les

limites d’écoulement de puissance durant un état stable et les conditions de transport.

IV.2 Classification des lignes électriques de transport

La prédominance d’un paramètre d’une ligne de transport électrique est gouvernée par sa

longueur et la configuration des conducteurs (nombre de conducteurs et de phases). En

fonction de la longueur de la ligne, la classification de ces lignes dans la majorité des pays

du monde est la suivante :

Ligne courte : longueur inférieure à quatre-vingt kilomètres (l< de 80 km) ;

Ligne moyenne : longueur supérieur ou égale à quatre-vingt kilomètres et inférieur

à deux cent quarante kilomètres (80 ≤ l < 240 km) ;

Ligne longue : longueur supérieur ou égale à deux cent quarante (l ≥ 240 km).

Pour les lignes courte, la capacité est négligée en aérien mais pour les câbles dont la

distance entre conducteur est réduite, son effet doit être pris en considération. Pour les

lignes moyenne, l’effet de capacité ne peut être négligé, et cette capacité peut être

concentrée en un point ou plusieurs points de la ligne. Pour les lignes longues tous les

paramètres doivent être pris en considération.

IV.3 Lignes courtes

IV.3.1 Ligne courte monophasée

Dans ce type de ligne électriques de transport, la capacitance et la conductance de la ligne

négligés. L’alimentation monophasée de la ligne courte en longueur fonctionne

relativement à de basses tensions. Une ligne monophasée contient deux conducteurs de

résistance et d’inductance chacun. L’inductance est en effet équivalente à une

réactance inductive = 2 dont f est la fréquence de fonctionnement du réseau

électrique. Ce type de réseau est- schématisé conformément à la figure 4.1.

Page 70: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 4.1 : Schéma électrique de base d’une ligne courte

Pour des raisons de simplification de l’étude, l

conducteurs sont considérées à être concentrées dans un seul conducteur

conducteur de retour sera dépourvu de

figure 5.1 deviendra :

Figure 4

Dans ce dernier schéma, on a

La résistance de la ligne devient

: En volts, la tension au point de connexion du récepteur

: En volts, la tension au point de connexion de la source,

: En ampères, le courant au point de connexion du récepteur,

: En ampères, le courant au point de connexion de la source,

: Le facteur de puissance de la charge,

: Le facteur de puissance au point de connexion de la source,

L’impédance totale de la ligne est

Puisque, par hypothèse d’étude, la capacitance

courte on a : = =

: Schéma électrique de base d’une ligne courte monophasée.

Pour des raisons de simplification de l’étude, la résistance et réactance

sont considérées à être concentrées dans un seul conducteur

conducteur de retour sera dépourvu de ces paramètres (R et ). Le schéma

4.2 : Modèle du circuit équivalent d’une ligne courte.

Dans ce dernier schéma, on a :

La résistance de la ligne devient = 2 Ω et sa réactance inductive devient

point de connexion du récepteur (la charge),

tension au point de connexion de la source,

courant au point de connexion du récepteur,

courant au point de connexion de la source,

acteur de puissance de la charge,

acteur de puissance au point de connexion de la source,

L’impédance totale de la ligne est : = + Ω.

, par hypothèse d’étude, la capacitance C et la susceptance G sont

67

monophasée.

a résistance et réactance des deux

sont considérées à être concentrées dans un seul conducteur. Le deuxième

). Le schéma électrique de la

Ω et sa réactance inductive devient : = 2 Ω

G sont négligée en ligne

(4.1)

Page 71: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

IV.3.2 Diagramme des phaseurs

Soit , qui doit être maintenu constant

comme phaseur référence de

possibles pour la réalisation du digramme de phaseurs sont à considérer à savoir

Cas01 : en retard à :

= et = est le phaseur courant de charge qui est supposé

au phaseur .

Figure 4.3.a : Diagramme des phaseurs d’une ligne courte

phaseur , facteur de puissance arrière

Cas02 : le phaseur courant

ce cas on aura = 0 et le facteur de puissance coté récepteur est unitaire (

Ce cas de figure est indiqué en figure

Figure 4.3.b : Diagramme

unitaire =

Diagramme des phaseurs pour une ligne courte monophasée

maintenu constant par exigence du client et les normes en vigueur

de longueur = comme mentionné en figure

pour la réalisation du digramme de phaseurs sont à considérer à savoir

est le phaseur courant de charge qui est supposé en retard par rapport

Diagramme des phaseurs d’une ligne courte ( en retard par rapport au

, facteur de puissance arrière).

le phaseur courant de charge en phase avec le phaseur tension de charge

et le facteur de puissance coté récepteur est unitaire (

Ce cas de figure est indiqué en figure 4.3.b.

Diagramme des phaseurs d’une ligne courte (facteur de puissance

= 1).

68

monophasée

par exigence du client et les normes en vigueur, pris

comme mentionné en figure 4.3.a. trois cas

pour la réalisation du digramme de phaseurs sont à considérer à savoir :

en retard par rapport

en retard par rapport au

le phaseur tension de charge. Dans

et le facteur de puissance coté récepteur est unitaire (cos = 1).

(facteur de puissance

Page 72: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Cas03 : le phaseur courant

niveau du récepteur (un facteur de puissance en avance).

Figure 4.3.c : Diagramme

avance ( <

Un contrôle permanant de l

la charge à une valeur constante

l’impédance de la ligne.

On applique l’étude à titre d’exemple sur le

puissance de la charge en arrière, s

cos : Le facteur de puissance d

4.3.a et du triangle OGD on a

= + = (

= ( cos + . ) +

D’où :

= [( cos + . ) +

cos =

=

=

En notation complexe on aura

Si est le phaseur de référence

Pour un retard de phase le phaseur courant

le phaseur courant du récepteur en avance de phase par rapport à la tension au

(un facteur de puissance en avance).

Diagramme des phaseurs d’une ligne courte avec facteur de puissance en

< 1).

Un contrôle permanant de la tension de source peut maintenir la tension

constante par une compensation de la chute de tension d

On applique l’étude à titre d’exemple sur le cas 01 dont le réseau présente un facteur de

puissance de la charge en arrière, soient :

facteur de puissance de la charge mesurée au niveau de la source.

on a :

+ ) + ( + )

+ ( sin + . )

+ ( sin + . )] ⁄

.

,

En notation complexe on aura :

référence : = arg (0°) = + 0

le phaseur courant est : = arg (−) = cos

69

par rapport à la tension au

avec facteur de puissance en

peut maintenir la tension au niveau de

la chute de tension dans

cas 01 dont le réseau présente un facteur de

source. De la figure

(4.2)

(4.3)

(4.4)

cos −

Page 73: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

70

Pour des phaseurs courant et tension en phase, on a : = arg (0°) = + 0

L’impédance de ligne est = + ,

La tension de source : = + ,

Pour en retard par rapport à on a :

= + = ( + 0) + ( + )( cos − ) (4.5)

= ( + cos + ) + ( cos − )

La simplification de l’équation (4.5) nous mène à

= [( + cos + ) + ( cos − )] ⁄ (4.6)

L’angle de charge est ainsi déterminé par :

=

(4.7)

IV.3.3 Ligne courte triphasée de transport électrique

Un circuit triphasé équilibré peut être considéré constitué de trois circuits monophasés

séparés. Les calculs pour un circuit triphasé sont similaires à ceux expliqués en monophasé

à la différence de la notion par phase est à adopter.

Pour un circuit triphasé électriquement équilibré, on a :

Toutes les tensions données sont ligne à ligne (tension composée : tension phase à

phase),

Tous les courants sont des courants de ligne (courant de phase),

La puissance active P est égale à la puissance active des trois phases,

La puissance réactive Q est égale à la puissance réactive des trois phases.

Donc, pour les calculs dans une ligne triphasée :

Puissance active par phase est égale à un tiers de puissance active totale ( =

1 3⁄ . ),

Puissance réactive par phase est égale à un tiers de puissance réactive totale

( = 1 3⁄ . ).

Pour une connexion en étoile, la tension de phase est égale à :

Page 74: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

=

√.

On adopte le modèle par phase d’une ligne triphasée courte le même que celui illustré en

figure 4.2. Les diagrammes des phaseurs en fig.

IV.3.4 Ligne de transport

En électrotechnique, chaque circuit électrique monophasé peut être représenté par la notion

de quadripôles. Tout le circuit électrique sera remplacé par une boite noire comme illustré

en figure 4.4, dont il faut déterminer mathématiquement les constantes ABCD qui relient

vecteur d’entrée avec ceux de la sortie.

Figure 4.

De la figure 4.4 associée à la théorie des quadripôles,

= A +

= +

Les constantes ABCD dépend

généralement des complexes.

donne lieu à :

=

La validité des équations (4.10

de transport par un réseau linéaire, passif et bilatéral, ce qui impose

− = 1

IV.3.5 Les constantes ABCD d’une ligne

Du modèle de la ligne courte, figure

On adopte le modèle par phase d’une ligne triphasée courte le même que celui illustré en

. Les diagrammes des phaseurs en fig.4.3 restent valables.

Ligne de transport et notion de représentation en quadripôle

En électrotechnique, chaque circuit électrique monophasé peut être représenté par la notion

de quadripôles. Tout le circuit électrique sera remplacé par une boite noire comme illustré

il faut déterminer mathématiquement les constantes ABCD qui relient

d’entrée avec ceux de la sortie.

Figure 4.4 : une ligne électrique représentée en quadripôles.

.4 associée à la théorie des quadripôles, Les équations générales

dépendent des paramètres électriques de la ligne et sont

généralement des complexes. L’arrangement des (4.8) et (4.9) sous forme matricielle

4.10) est basée en fait sur la possibilité de représentation la

u linéaire, passif et bilatéral, ce qui impose (voir chapitre suivant):

Les constantes ABCD d’une ligne courte

courte, figure 4.2, on a :

71

On adopte le modèle par phase d’une ligne triphasée courte le même que celui illustré en

quadripôle

En électrotechnique, chaque circuit électrique monophasé peut être représenté par la notion

de quadripôles. Tout le circuit électrique sera remplacé par une boite noire comme illustré

il faut déterminer mathématiquement les constantes ABCD qui relient le

Les équations générales sont :

(4.8)

(4.9)

de la ligne et sont

sous forme matricielle

(4.10)

la possibilité de représentation la ligne

(voir chapitre suivant):

(4.11)

Page 75: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

72

= +

= (4.12)

Par comparaison de l’équation (4.10) avec l’équation (4.12) on tire les valeurs ci-après des

constantes ABCD de la ligne considérée.

= 1 = = 0 = 1

(4.13)

Une ligne courte vérifie le critère du réseau passif, linéaire et bilatéral, soit : − = 1.

IV.3.5 Régulation de la tension d’une ligne

La régulation de la tension d’une ligne est définie par le changement de tension au niveau

du récepteur quand l’entité de la charge à un facteur de puissance donnée est enlevée. La

tension au niveau de la source est gardée constante. Donc c’est une fraction ou pourcentage

de la tension de récepteur à charge totale. Par définition, cette régulation vaut :

− =| |

(4.14)

Ou exprimée en pourcentage par :

é % =| |

. 100 (4.15)

Avec :

| | = L’Amplitude de la tension du récepteur sans charge (No Load),

= L’Amplitude de la tension du récepteur avec charge entière (full Load).

La tension de source est obligatoirement à garder constante, ce qui nous mène à écrire :

= + ,

Quand la charge est enlevée : = 0, = ,

D’où, à charge déconnectée on aura :

= ce qui donne lieu à =

,

: Tension du récepteur à charge enlevée (ligne à vide).

Page 76: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

73

Donc la régulation de la tension de ligne est :

− =| | ||⁄ −

(4.16)

IV.3.6 Régulation de la tension des lignes courtes

Pour les lignes courtes, quand la charge est enlevée, la tension au niveau du récepteur est

égale la tension au niveau de la source. Ceci nous permettra d’avoir :

En charge ( = ): = | |,

Sans charge ( = = 0): | | = | |,

Donc, pour les lignes courtes :

− = −

=

| |−| |

| | (4.17)

La régulation dépend aussi du facteur de puissance de la charge.

En se reposant sur le diagramme des phaseurs, pour un facteur de charge en retard de

phase, la tension au niveau de la source est supérieure à celle au niveau du récepteur. En

cas d’avance de phase, la tension au niveau récepteur peut être supérieur la tension source.

Ici la régulation devient négative.

IV.3.7 Rendement d’une ligne ou rendement de transport

Le rendement d’une ligne de transport ɳ est définit par :

ɳ

=

′é=

ééé é

ééé é [] (4.18)

Page 77: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

IV.4 Lignes moyennes «

IV.4.1 Introduction

On a déjà annoncé que la capacitance d’une ligne moyenne est signifiante. Elle peut être

concentrée en un point en

modèles de localisation de la capacitance est utilisé par le calcul des performances de la

ligne. Dans la littérature, les deux

Le modèle en T-Norme

Et le modèle en π-Norme

Il est à noter que ces deux

équivalentes mais se sont

moyenne.

IV.4.2 Le modèle T-Norme

La capacité est concentrée au point milieu de la ligne, dont l’impédance série

ligne est scindée en deux parts égales

représentation physique, selon la figure 6.1

comme suit :

Figure 4.5 : le modèle en T

Dans ce modèle on a :

Impédance série de la ligne

Admittance Shunt de la ligne

En se basent sur l’hypothèse

connus, la tension de source

des mailles des nœuds. Conformément au modèle électrique de la figure

La tension de la branche ab vaut

moyennes « Medium Line »

que la capacitance d’une ligne moyenne est signifiante. Elle peut être

concentrée en un point en répartie en plusieurs points de long de la ligne. Un nombre de

modèles de localisation de la capacitance est utilisé par le calcul des performances de la

Dans la littérature, les deux Les modèles suivants ont été adoptés et

Norme ;

Norme.

Il est à noter que ces deux modèles T-Norme et π-Norme ne sont pas des représentations

se sont plutôt des représentations différentes pour la même ligne

Norme de lignes moyennes

est concentrée au point milieu de la ligne, dont l’impédance série

en deux parts égales (

=

+ .

). Le modèle T

, selon la figure 6.1, du modèle électrique de la ligne par la lettre T

le modèle en T-Norme d’une ligne moyenne (Nominal T model

Impédance série de la ligne : = + ,

de la ligne : = .

En se basent sur l’hypothèse que la tension de charge et le courant de charge

tension de source et le courant de source peuvent être obtenus par les lois

Conformément au modèle électrique de la figure

La tension de la branche ab vaut :

74

que la capacitance d’une ligne moyenne est signifiante. Elle peut être

plusieurs points de long de la ligne. Un nombre de

modèles de localisation de la capacitance est utilisé par le calcul des performances de la

ont été adoptés et utilisés :

ne sont pas des représentations

représentations différentes pour la même ligne

est concentrée au point milieu de la ligne, dont l’impédance série de la

T-Norme reflète la

modèle électrique de la ligne par la lettre T

Nominal T model).

le courant de charge sont

obtenus par les lois

Conformément au modèle électrique de la figure 4.5 On a :

Page 78: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

75

= +

,

La courant dans la capacité vaut :

=

= . ,

Dans le nœud « a » on aura :

= + = + . = + ( +

)

D’où le courant de source vaut :

= + (1 +

)

D’autre part la tension de source dans la maille à gauche de la branche « ab » vaut :

= +

= ( +

) +

[ + (1 +

)] (4.19)

D’où, après un arrangement, l’expression de la tension de source en fonction de et

est :

= (1 +

) + (1 +

)

Les équations de et sous formes matricielle sont :

=

1 +

(1 +

)

1 +

=

D’où, par comparaison, les constantes ABCD du modèle Nominal T-circuit de la ligne

moyenne sont :

⎩⎪⎨

⎪⎧ = 1 +

é

= 1 +

Ω

=

= 1 +

é

IV.4.3 Diagramme des phaseurs du modèle en T-Norme d’une ligne

moyenne

Considérons le cas d’un facteur de puissance de la charge ( ) arrière :

Page 79: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 4.6 : diagramme de phaseurs d’une ligne moyenne T

Tel que dessiné en figure 4.6

le diagramme des phaseurs est constitué de

OA= :tension de charge (récepteur) au neutre pris comme phaseur de référence.

OB=: courant de charge en retard par rapport à

arrière),

AC=

:chute de tension

CD1=

: chute de tension

perpendiculaire à OB,

OD1= : tension du point milieu de la ligne, à travers la capacitance

BE= : courant circulant dans

,

OE= : courant de source

D1C1=

: chute de tension

ligne. Ici on le vecteur

C1D=

: chute de tension

C1D est perpendiculaire

: diagramme de phaseurs d’une ligne moyenne T-Norme avec un

4.6 et conformément à l’équation (4.19) donnant le phaseur

le diagramme des phaseurs est constitué des vecteurs suivants :

:tension de charge (récepteur) au neutre pris comme phaseur de référence.

courant de charge en retard par rapport à par l’angle

:chute de tension résistive dans la demi-ligne de droite parallèle

chute de tension inductive dans la réactance de demi

perpendiculaire à OB,

: tension du point milieu de la ligne, à travers la capacitance

circulant dans la capacité qui est en avance de 90° par rapport à

: courant de source qui est égale à la somme ( + ),

chute de tension résistive dans la résistance dans le côté gauche de la

Ici on le vecteur D1C1 est en parallèle au vecteur ,

chute de tension inductive dans la réactance côté source

perpendiculaire au vecteur ,

76

arrière.

donnant le phaseur : ,

:tension de charge (récepteur) au neutre pris comme phaseur de référence.

par l’angle (PF=cos

ligne de droite parallèle ;

dans la réactance de demi-ligne de droite

: tension du point milieu de la ligne, à travers la capacitance C.

en avance de 90° par rapport à

dans le côté gauche de la

dans la réactance côté source. Le vecteur

Page 80: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

OD=: tension de source

( +

),

: angle de phase

Is et la tension Vs).

cos : le facteur de puissance

IV.4.4 Le modèle π-Norme de lignes moyennes

Le model π-norme stipule que la capacitance de la ligne est scindée en deux

C/2 chacune qui sont connectées aux deux extrémités de la ligne tandis que la résistance et

la réactance inductive (impédance série de la ligne)

au centre de la ligne comme

Figure 4.7 : diagramme de phaseurs d’une ligne moyenne

Dans le circuit de la figure

La tension à travers la branche ab est

=

Avec : =

=

, =

Par la loi d’Ohm on peut aisément obtenir le

=

= ∗ =

Par application de la loi des nœuds en

branche « ca » est :

= + = +

La tension de source :

de source côté source qui est égale à la somme vectorielle de

: angle de phase du vecteur tension de source côté source (phase entre le courant

eur de puissance côté source.

Norme de lignes moyennes

stipule que la capacitance de la ligne est scindée en deux

connectées aux deux extrémités de la ligne tandis que la résistance et

(impédance série de la ligne) de la ligne sont totalement concentrées

au centre de la ligne comme l’indique le schéma électrique ci-après en figure

diagramme de phaseurs d’une ligne moyenne π-Norme avec un

de la figure 4.7, on a :

La tension à travers la branche ab est :

= + , =

=

= . .

on peut aisément obtenir le courant dans la branche « ab

des nœuds en nœud de courant « a », le courant

77

qui est égale à la somme vectorielle de

(phase entre le courant

stipule que la capacitance de la ligne est scindée en deux parts égales à

connectées aux deux extrémités de la ligne tandis que la résistance et

de la ligne sont totalement concentrées

après en figure 4.7.

Norme avec un arrière.

ab »:

», le courant I traversant la

Page 81: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

78

= = + ∗ = + ( +

)

Après un arrangement on aura :

= 1 +

+ .

Reste à déterminer l’équation du courant de source par la loi d’ohm appliquée à la maille

situé à gauche de la branche « cd » comme suit :

En premier lieu on doit déterminer le courant traversant la branche « cd » :

=

=

=

[1 +

+ . ] ,

L’application de la loi des nœuds au nœud électrique « c » on aura :

= + = +

+ [

(1 +

+ . )]

D’où :

= 1 +

. + 1 +

.

Sous notation matricielle on aura :

=

1 +

(1 +

) 1 +

=

Aussi, les constantes ABCD du réseau d’une ligne moyenne en modèle π-Norme est :

= = 1 +

= ,

= 1 +

IV.4.5 Diagramme des phaseurs du modèle en π-Norme d’une ligne

moyenne

Pour un facteur de puissance coté charge en arrière, ce diagramme de phaseurs est :

Page 82: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 4.8 : Diagramme des phaseurs du modèle en

Dans ce diagramme de phaseurs, les phaseurs sont les suivants

OA= la tension de charge

OB=, courant de charge en arrière

BE= :courant dans la capacité côté charge.

,

OE : courant dans l’impédance série qui est égal à

AC = I. R : est la chute de tension

vecteur ,

= . : La chute de tension

perpendiculaire au vecteur AC.

= . : la chute de tension dans l’impédance série de la ligne

OD= = ( + )

EF= :courant pris par la capacitance côté source

+90° par rapport à l

OF= = ( + ) =

: angle de phase entre

source.

Diagramme des phaseurs du modèle en π-Norme d’une ligne moyenne

Dans ce diagramme de phaseurs, les phaseurs sont les suivants :

la tension de charge,

, courant de charge en arrière à par l’angle ,

:courant dans la capacité côté charge. est en avance et perpendiculaire à

: courant dans l’impédance série qui est égal à = + =

chute de tension résistive de la ligne ; AC est en parallèle au

chute de tension réactive (inductive) de la ligne

perpendiculaire au vecteur AC.

: la chute de tension dans l’impédance série de la ligne

) : la tension source au neutre.

:courant pris par la capacitance côté source qui est en avance de phase de

a tension de source ;

) = (( + ) + : phaseur courant de source,

phase entre et côté source. Le facteur de puissance

79

Norme d’une ligne moyenne.

et perpendiculaire à

= + ,

; AC est en parallèle au

; ce vecteur CD est

: la chute de tension dans l’impédance série de la ligne ;

n avance de phase de

courant de source,

Le facteur de puissance,(), coté

Page 83: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

IV.4.6 Calcul du rendement énergétique

la ligne moyenne

Soient :

: tension phase neutre au niveau récepteur en Volts,

: Puissance apparente de la source en VA

∗: Conjugué complexe d

La puissance apparente coté source est

Le rendement énergétique de

Avec : est la puissance active du récepteur (charge) et

source qui alimente l’entrée de la ligne.

Pour calculer la régulation en tension, nous serons obligés de calculer la tension du

récepteur avec charge totale connectée

pour le model T-norme on aura

Pour un circuit Π-normes, la

Comme méthode alternative pour le calcul de la régulation de tension On a

,

u rendement énergétique et la régulation de tension

: tension phase neutre au niveau récepteur en Volts,

apparente de la source en VA ;

complexe du courant de source.

La puissance apparente coté source est : = 3 . ∗ = + ,

énergétique de transport est donc : =

,

est la puissance active du récepteur (charge) et est la puissance active de la

source qui alimente l’entrée de la ligne.

Pour calculer la régulation en tension, nous serons obligés de calculer la tension du

totale connectée ,

norme on aura : = =||.(

)

.

normes, la tension à vide coté récepteur est de : =

Figure 4.9 : un circuit Π-normes.

éthode alternative pour le calcul de la régulation de tension On a

80

régulation de tension de

est la puissance active de la

Pour calculer la régulation en tension, nous serons obligés de calculer la tension du

=||(

)

.( )

.

éthode alternative pour le calcul de la régulation de tension On a : = +

Page 84: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

81

Pour une charge déconnectée on aura : = 0, = =

Ce qui donne une tension de source égale à : = . ,

D’où en module : || =

,

Donc la régulation en per-unit, cette régulation est évaluée à :

− é =||

=

Avec la constante A vaut = 1 +

et pour le modèle en T-norme et pour celui en Π-

normes.

Page 85: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

IV.5 Lignes longues

IV.5.1 Introduction

Comme ce sont des lignes de transport d’énergie au

et G sont uniformément distribué

ligne est constituée d’un large

l’indique la figure 4.9.

Figure 4.9 : Représentation d’une ligne

De par leurs longueurs, ces sections sont infiniment petites

composée d’un nombre infini de ces sections

supplémentaire, les éléments

IV.5.2 Solution exacte d

Pour une longueur élémentaire

: résistance par unité de longueur

: Inductance par unité de longueur par phase

: Capacitance par unité de longueur par phase

: Réactance inductive par unité de longueur par phase

: Impédance série par unité de longueur par phase

: conductance shunt de liaison par phase

: susceptance shunt de liaison par phase

longues

sont des lignes de transport d’énergie au-delà de 240 km, les paramètre

uniformément distribués sur toute la longueur de la ligne. On suppose que la

large nombre de sections courtes connectées entre elles comme

Représentation d’une ligne longue de transport avec une distribution naturelle

paramètres.

es sections sont infiniment petites et par conséquent la ligne

composée d’un nombre infini de ces sections élémentaires. En outre, comme

éléments séries R et L de la ligne sont évalués en un conducteur.

Solution exacte du modèle de la ligne longue de transport

élémentaire de longueur ds de la ligne, soit la notation suivante

: résistance par unité de longueur par phase ;

par unité de longueur par phase ;

: Capacitance par unité de longueur par phase ;

: Réactance inductive par unité de longueur par phase ;

: Impédance série par unité de longueur par phase ;

: conductance shunt de liaison par phase au neutre par unité de longueur

: susceptance shunt de liaison par phase au neutre par unité de longueur

82

es paramètres R, C, L

s sur toute la longueur de la ligne. On suppose que la

nombre de sections courtes connectées entre elles comme

distribution naturelle de ses

et par conséquent la ligne soit

En outre, comme supposition

en un conducteur.

de transport

notation suivante :

au neutre par unité de longueur ;

au neutre par unité de longueur ;

Page 86: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

: admittance shunt par unité

L’impédance série et l’admittance

Figure 4.10

La figure 4.10 représente une section de longueur élémentaire

mètre du récepteur. La longueur totale de la ligne est

Impédance série de cette section =

Admittance shunt de cette section =

Le courant n’est pas uniforme de long de la ligne, ceci est dû qu’une part de ce courant fuit

comme courant de charge

respectivement. La tension est aussi différente à plusieurs points à cause de la chute de

tension dans la réactance de la ligne.

Pour un système d’alimentation sinusoïdale, soit

: tension à une distan

+ : tension à une distance (

: Courant à la distance S du récepteur,

+ : courant à la distance (

= ,

=

L’équation (4.20) sera résolue pour trou

variable longueur s de la première équation de la formule (

: admittance shunt par unité de longueur par phase au neutre.

L’impédance série et l’admittance shunt sont données par : = + = +

Figure 4.10 : Longueur élémentaire d’une ligne de transport

représente une section de longueur élémentaire ds qui est distance de

mètre du récepteur. La longueur totale de la ligne est S. cette section a pour paramètres

Impédance série de cette section = Zds.

Admittance shunt de cette section = yds.

Le courant n’est pas uniforme de long de la ligne, ceci est dû qu’une part de ce courant fuit

comme courant de charge capacitif et pertes de courant par effet couronne via

La tension est aussi différente à plusieurs points à cause de la chute de

tension dans la réactance de la ligne.

Pour un système d’alimentation sinusoïdale, soit :

: tension à une distance s du récepteur,

: tension à une distance (s+ds) du récepteur,

Courant à la distance S du récepteur,

: courant à la distance (s+ds) du récepteur,

résolue pour trouver V et I. Une différenciation

la première équation de la formule (4.20) donne :

83

+ +

transport.

qui est distance de s

cette section a pour paramètres :

Le courant n’est pas uniforme de long de la ligne, ceci est dû qu’une part de ce courant fuit

et pertes de courant par effet couronne via b et g

La tension est aussi différente à plusieurs points à cause de la chute de

(4.20)

Une différenciation par rapport à la

:

Page 87: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

84

=

= car

= (4.21)

Idem pour la deuxième équation de la formule (4.20), une différenciation par rapport à, la

variable longueur s donne lieu à :

=

= (7.4) (4.22)

Les résolutions des équations différentielles (4.21) et (4.22) sont similaires. Prenant

l’équation (4.21) et posant : = on aura :

= (7.4.1) (4.23)

C’est une équation différentielle linéaire du second ordre à coefficients constants. La

solution générale de cette équation a la forme suivante :

= + (4.24)

Avec sont des constantes arbitraires dont leurs valeurs dépendent des conditions

initiales.

D’où seront trouvés à partir des valeurs connues de V et I en quelques points de la

ligne.

Pour trouver la valeur de I ou dérive l’équation (4.24) par rapport à s soit :

= − ,

Or

= Donc : = −

D’où, le courant est :

=

( − ) ,

=

( − ) =

( − ), (4.25)

Pour déterminer les valeurs des constantes C1 et C2, on utilise les valeurs de la tension V et

du courant I au niveau du récepteur. Donc quand S=0 ces valeurs sont et

respectivement. Dans les équations (4.24) et (4.25) pour S=0 on aura :

= + , =

( − )

D’où les valeurs de constantes C1 et C2 sont :

Page 88: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

85

=

+

∗ =

( + . ) ,

=

+

∗ =

( − . ) ,

Avec : =

.

D’où les équations de la tension et du courant en tout point intermédiaire dans le réseau

et distant de s du Récepteur :

=

( + ∗ ) +

( − ∗ )

(4.26)

=

+

+

(4.27)

IV.5.3 Interprétation physique des équations de la ligne longue

Dans les équations (4.26) et (4.27) les quantités et sont des complexes, = est

aussi un complexe, d’où on peut écrire :

= + dont et sont des nombres réels positifs :

= () = ∗ ,

Le terme est réel et varie d’une façon exponentielle. Donc pour le deuxième terme

(), on peut écrire :

= cos + = 1 ∠ ,

L’operateur à une amplitude de 1 (unité) pour toute valeur de s mais dispose d’un

angle qui croit avec la longueur s.il est donc clair que pour une distance unitaire le long de

la ligne, l’angle du nombre change de radians.

On observe que le facteur exponentiel pris à part peut changer uniquement l’amplitude

d’un taux de par unité de longueur de la ligne. Le second facteur exponentiel garde

son amplitude constante mais change sa phase de radians par unité de longueur de la

ligne. Donc le facteur peut être considéré comme opérateur d’amplitude et le facteur

est l’opérateur rotationnel.

Page 89: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

86

Aussi, si un phaseur fonctionne par le facteur et son amplitude et sa phase changent à

cause des explications données pour .

Comme on procède des récepteurs à la source pour balayer la longueur de la ligne,

direction au s s’accroit (de s=0 à s=S), l’amplitude de la tension dans l’équation (4.26), la

partie

( + . ) croit exponentiellement au rapport par unité de longueur de la

ligne. Par contre la phase du phaseur tension avance avec radians par unité de longueur.

D’autre part, si on parte de la source au récepteur pour le balayage de la longueur totale S

qui décroit vers s=0, cette composante de la tension, (

( − ∗ )), décroit en

amplitude et retarde en phase ce qui implique que c’est la caractéristique d’une onde de

propagation qui décroît en amplitude et retarde en phase de long de la direction de

propagation. Ce terme, représente une onde de tension générée à la source et qui se

propage en direction du récepteur de la ligne. Cette composante de la tension est appelée

l’onde de tension incidente. (Idem :

+

est l’onde de courant incident qui se

propage de la source vers le récepteur).

Maintenant : = () = ∗ , quand s augmente (de s=0 à s=S), le

module décroit. On a aussi = 1 mais produit une rotation opposée à , il

retarde la phase du phaseur par radians par unité de distance. Donc, quand la valeur

( − ∗ ) est multipliée par son module décroit, mais quand elle est multipliée

par sa phase se retarde par radians par unité de longueur de la ligne et ce en se

déplaçant du récepteur vers la source. Donc,

( − ∗ ) représente une onde qui

décroit en amplitude exponentiellement avec la distance s et retardée en phase quand elle

se propage du récepteur à la source. Cette composante de la tension (idem pour courant :

) est appelée l’onde réfléchie.

En final, la tension V est la superposition de deux ondes : une onde incidente plus onde

réfléchie. La valeur instantanée de la tension V ou du courant I en un point de la ligne

(onde Incidente + onde réfléchie en ce point) n’est pas une onde qui se propage mais c’est

une onde stationnaire.

Page 90: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

87

IV.5.4 Constante de propagation

On a vu que = gouverne la propagation des composantes des deux ondes (incidente

et réfléchie) dans l’équation de la tension et du courant. Ce coefficient a dénommé la

constante de propagation. Il est tout à fait déjà expliqué que la partie réelle de cette

constante de propagation, [] = : détermine le changement de l’amplitude (module)

par unité de longueur de la ligne, donc c’est la constante d’atténuation qui en Neper par

unité de longueur de la ligne. Par contre, la partie imaginaire de la constante de

propagation, [] = : détermine le changement de la phase de l’onde par unité de

longueur de la ligne. C’est la constante de phase ou constante de longueur d’onde qui

s’exprime en radians par unité de longueur de la ligne. La valeur numérique est =

= ( + )( + ).

IV.5.5 Longueur d’onde et vitesse de propagation

La valeur particulière de la longueur de la ligne pour laquelle la tension ou la courant aura

une phase de 2 radians est appelée la longueur d’onde. Cette valeur est représentée par

qui est déterminée par : = 2 en radiants. Donc par définition, la longueur d’onde

vaut :

=

en mètres.

La vitesse de propagation est alors donnée par : = ∗

= ∗ (m/s) ce qui donne lieu

à :

=

∗ =

(m/s).

Avec = 1/ est la fréquence de propagation de l’onde.

IV.5.6 L’impédance caractéristique de la ligne longue

Du moment où et sont des complexes, la quantité =

est un nombre complexe

qui a la dimension d’une impédance (analyse directionnelle) :

= [

/é_

/é_] = ℎ

Page 91: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

88

=

=

∗=

=

. Cette quantité dépend clairement des paramètres de

la ligne d’où la dénomination impédance caractéristique de la ligne. Elle est indépendante

de la longueur de la ligne mais dépendante du rayon et l’inter-distance entre conducteurs

(voir chapitre II). On peut d’une façon similaire définir l’admittance caractéristique de la

ligne par :

=

=

=

=

.

Comme cas spécial très répondu dans les calculs des réseaux électrique, pour une

résistance nulle = 0 et conductance nulle = 0 on aura l’impédance naturelle de la

ligne :

=

=

IV.5.7 Forme hyperbolique des équations de la ligne

En math, on a : sinh =

, cosh =

. On avait l’équation de la tension de

ligne : =

( + . ) +

( − . ). En réarrangeons les termes de cette

équation on trouve :

=

+ .

,

D’où la notation hyperbolique de l’équation de la tension de la ligne :

= cosh + ∗ sinh , (Volt)

Idem pour le courant : = cos +

sin , (Ampère),

Ces équations sont les équations générales de la tension V et du courant I à toutes distance

s du récepteur de la ligne, la valeur de V et I au niveau de la source sont pour s=S,

soit pour s=S, la tension V=Vs et le courant I=Is, d’où :

= cosh + . sinh

= cosh +

sinh ,

On définit ainsi les paramètres ABCD comme suit :

Page 92: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

89

= cosh , = sinh , =

sinh , = cosh

D’où :

=

, ces équations sont utilisées pour évaluer la performance des

lignes longues, les constantes ABCD sont appelées paramètres de transport ou paramètres

de chaine. Dans les équations ou figurent les constantes ABCD, les valeurs de tension sont

obligatoirement en Volts et doivent être prise par rapport au neutre (tensions simples).

IV.5.8 Evaluation des paramètres ABCD d’une ligne longue

Du moment où les arguments des formes hyperboliques sont des complexes (:complexe),

l’évaluation ne se repose pas sur les tables usuelles des fonctions hyperboliques. Les

méthodes ci-après sont utilisées pour calculer les fonctions hyperboliques cosh et

sinh pour déterminer les paramètres ABCD de transport de la ligne.

IV.5.8.1 Utilisation des complexes exponentiels

cosh = cosh( + ) =

[ ∗ + ∗ ],

cosh =

[∠ + ∠ − ],

Et sinh =

[∠ − ∠ − ],

De = → = ∗ ∗ ∗ = ,

Et =

=

∗=

,

Les constantes ABCD sont alors :

= cosh = cosh ,

= sinh = sinh ,

=

sinh =

sinh ,

= cosh = cosh ,

IV.5.8.2 Utilisation des identités

Séparation des réels et des imaginaires comme suit :

Page 93: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

cosh = cosh( + ) =

sinh = sinh( + ) =

Nb : l’unité de est le radian.

IV.5.8.3 Utilisation des

cosh = 1 +()

!+

()

!+

sinh = +()

!+

()

!

Ces séries convergent rapidement pour des valeurs de

puissance. Une précession suffisante peut être

premiers termes comme suit :

cosh = 1 +()

!= 1 +

sinh = +()

!= √

Ces approximations sont satisfaisantes pour des lignes aériennes au

D’où : = = 1 +

,

IV.5.9 Effet FERRANTI :

Une ligne longue de transport a une large capacitance. Si cette ligne est mise à vide (circuit

ouvert) ou fortement chargée (impédance infinie

devient plus importante que

du au courant de chargement

égale au courant lorsque la charge est

de la source . Soit le modèle

Figure 4.10

) = cosh ∗ cosh + sinh ∗ sinh ,

= sinh cosh + cosh ∗ sinh ,

est le radian.

.3 Utilisation des séries de puissance

+ ⋯ ,

+ ⋯,

Ces séries convergent rapidement pour des valeurs de toujours trouvées des lignes de

Une précession suffisante peut être obtenue par prise uniquement des deux

suit :

+(√)

= √(

)

Ces approximations sont satisfaisantes pour des lignes aériennes au-delà de 500 Km.

= sinh = (

) , =

sinh = (

Effet FERRANTI :

Une ligne longue de transport a une large capacitance. Si cette ligne est mise à vide (circuit

ouvert) ou fortement chargée (impédance infinie ; ≈ 0), l’amplitude de la tension

devient plus importante que : ce phénomène est appelé effet FERRANTI. Cet effet est

du au courant de chargement capacitif de la ligne. Le courant de chargement

lorsque la charge est déconnectée et la ligne est sous tension nominale

Soit le modèle π-norme d’une ligne longue :

Figure 4.10 : Modèle en π-norme d’une ligne longue.

90

toujours trouvées des lignes de

obtenue par prise uniquement des deux

delà de 500 Km.

) ,

Une ligne longue de transport a une large capacitance. Si cette ligne est mise à vide (circuit

), l’amplitude de la tension

appelé effet FERRANTI. Cet effet est

ourant de chargement capacitif est

déconnectée et la ligne est sous tension nominale

Page 94: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Le diagramme de phaseurs est

Figure 4.11 : digramme des phaseurs d’une

En pratique, la capacitance est uniformément distribuée le long de la ligne. Par ailleurs de

la source à la charge, la tension augmente d’un point à un autre point et en final la tension

sera assez élevée que

moyenne):

= 1 +

+ . ,

Sans charge : = 0 →

D’où : − =

, avec

aura : = ∗ , d’où :

Pour les lignes aériennes

égale à la vitesse de la lumière de

− = −

(2)

De cette dernière formule, i

l’effet FERRANTI.

IV.5.10 Augmentation de l’impédance de

Une ligne de transport peut être considérée comme une génératrice de puissance réactive

(VAR) dans avec sa capacitance

inductance série. La charge qui réalise l’égalité entre puissance réactive produite et

consommée par ligne est appelée l’impédance de charge augmentée

Soient :

Le diagramme de phaseurs est :

: digramme des phaseurs d’une ligne longue en Modèle en

En pratique, la capacitance est uniformément distribuée le long de la ligne. Par ailleurs de

la source à la charge, la tension augmente d’un point à un autre point et en final la tension

. Dans l’étude du model π-norme on avait

= 1 +

,

, avec = ( + ). et = . Si on néglige

− =

()() = −

.

√ : vitesse de propagation des ondes électromagnétiques

égale à la vitesse de la lumière de 3 ∗ 10 m/s, d’où :

= −

∗ 10 . . .

De cette dernière formule, il est clair que − < 0 donc > ce qui explique bien

Augmentation de l’impédance de chargement

Une ligne de transport peut être considérée comme une génératrice de puissance réactive

capacitance shunt et consommatrice de puissance réactive

inductance série. La charge qui réalise l’égalité entre puissance réactive produite et

consommée par ligne est appelée l’impédance de charge augmentée (ICA

91

en Modèle en π-norme.

En pratique, la capacitance est uniformément distribuée le long de la ligne. Par ailleurs de

la source à la charge, la tension augmente d’un point à un autre point et en final la tension

norme on avait (voir les ligne

i on néglige la résistance on

: vitesse de propagation des ondes électromagnétiques est

ce qui explique bien

Une ligne de transport peut être considérée comme une génératrice de puissance réactive

et consommatrice de puissance réactive par son

inductance série. La charge qui réalise l’égalité entre puissance réactive produite et

(ICA).

Page 95: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

92

: tension au niveau récepteur,

: courant de phase,

: réactance conductive série par phase,

: réactance capacitive shunt par phase,

: impédance de chargement par phase,

La puissance réactive générée par la ligne et par phase est égale à :

= . . et la

puissance réactive consommée par ligne = = . . par phase.

Sous conditions de charge naturelle : =

donc : ∗ ∗ = ce qui donne

lieu à :

=

= ,

Pour cette charge =

la tension de charge et le courant de charge sont en phase en

tout point du réseau. Sous ces conditions la ligne se termine vers sa charge qui est

purement résistive. Sous ces conditions aussi la puissance délivrée par la ligne est appelée

ICA.

Dans ICA d’une ligne peut être définie comme la puissance délivrée par cette ligne une

charge résistive pure égale à l’impédance de chargement. Si est la charge naturelle

(ICA) de la ligne par phase on a :

= ∗ ∗ cos , avec cos = 1 (charge réactive) on aura :

= =

=

w/phase,

On a la tension de ligne = √3 et la charge naturelle totale est égale :

3 =

=

(w),

Si est la tension de la charge en kilovolts alors :

=()

(MW)

Cette formule montre qu’ICA est indépendante de la longueur de la ligne et dépend

uniquement de la tension de ligne. En pratique ICA est toujours inferieur de puissance

minimale de la ligne :

Page 96: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

93

Si la charge < ICA on aura une puissance réactive générée et > , mais Si la charge >

ICA on aura une puissance réactive consommée et < .

Page 97: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

94

Chapitre V

Constantes Générales d’un Réseau Electrique

Page 98: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

V.1 Introduction [6, 7]

Un réseau contenant deux entrées et deux sorties est dénommé

Network).

Figure 5.1 : Représentation d’un réseau électrique en quadripôles.

Un réseau contient plusieurs sources

c’est un réseau passif ne contenant

linéaire si les impédances de s

traversant ou de la tension à

dans ces deux directions.

Dans une base de représentation

symétriquement est à considérer comme un réseau quadripôles passif, linéaire et bilatérale.

Dans un réseau en quadripôles, les tensions et courants

liés par la relation :

= . + .

= . + .

Avec Vs/Vr et Is/Ir dont les

respectivement.

Dont A, B, C et D sont les constantes générales de réseau du système (aussi

par paramètres de transport, paramètres de chaine,

constantes sont des nombres complexes

A et D sont sans dimensions.

B a la dimension d’une impédance en

C a la dimension d’une admittance en Siemens.

En notation matricielle :

[6, 7]

Un réseau contenant deux entrées et deux sorties est dénommé un quadripôle (

Représentation d’un réseau électrique en quadripôles.

contient plusieurs sources d’énergie électrique est dénommé un

c’est un réseau passif ne contenant que des éléments passifs (R, L et C).

de ses éléments sont indépendantes de la quantit

ou de la tension à leurs bornes. Un réseau bilatéral laisse passer un égal courant

Dans une base de représentation unifilaire (phase-neutre), une ligne de transport chargée

rer comme un réseau quadripôles passif, linéaire et bilatérale.

Dans un réseau en quadripôles, les tensions et courants sinusoïdaux en régime permanant sont

Avec Vs/Vr et Is/Ir dont les tensions et les courants à l’entrée

constantes générales de réseau du système (aussi

, paramètres de chaine, constants auxiliaires

constantes sont des nombres complexes :

A et D sont sans dimensions.

B a la dimension d’une impédance en Ω.

C a la dimension d’une admittance en Siemens.

95

quadripôle (Two-Port

Représentation d’un réseau électrique en quadripôles.

est dénommé un réseau actif sinon

et C). Un réseau est dit

de la quantité de courants les

Un réseau bilatéral laisse passer un égal courant

, une ligne de transport chargée

rer comme un réseau quadripôles passif, linéaire et bilatérale.

régime permanant sont

(5.1)

entrée/Sortie du réseau

constantes générales de réseau du système (aussi appelés comme

du réseau…). Ces

Page 99: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

=

Avec

: Matrice de transport

La méthode des constantes générales d’un réseau est utilisée dans l’analyse des réseau

électriques : dessiner les diagrammes de cercle

équivalentes de plusieurs réseaux combinées

puissance.

V.2 Réseaux en cascades

Soit les deux réseaux en cascade (en série) représentés en quadripôles avec leurs constantes de

réseau comme l’indique la figure

Le réseau équivalent de ces deux réseaux en cascade est celui schématisé en

les constantes sus-indiquées.

De la figure 5.2, on a les représentations matricielles

=

Et :

transport du réseau.

constantes générales d’un réseau est utilisée dans l’analyse des réseau

: dessiner les diagrammes de cercle de puissance, déterminer

réseaux combinées et est très utiles dans l’analyse des systèmes de

Réseaux en cascades

les deux réseaux en cascade (en série) représentés en quadripôles avec leurs constantes de

réseau comme l’indique la figure 5.2 ci-après.

Figure 5.2 : réseau en cascade.

Le réseau équivalent de ces deux réseaux en cascade est celui schématisé en

Figure 5.3 : réseau équivalent.

les représentations matricielles de chaque quadripôle est

96

(5.2)

constantes générales d’un réseau est utilisée dans l’analyse des réseau

déterminer les constantes

es dans l’analyse des systèmes de

les deux réseaux en cascade (en série) représentés en quadripôles avec leurs constantes de

Le réseau équivalent de ces deux réseaux en cascade est celui schématisé en figure 5.3 avec

de chaque quadripôle est :

Page 100: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

=

Leur combinaison donne lieu à

=

La figure 6.3 donne lieu a :

=

Par comparaison, on obtient :

=

Dont :

=

+

+

Il est à noter que cette méthode est à généraliser au nombre de

condition de tenir compte de l’ordre des réseaux en cascade

l’ordre des matrices individuelles

V.3 Relations entre les constantes ABCD

Le calcul des constantes ABCD suit la procédure ci

On applique une tension V à l’entrée du réseau et on court

Figure 5.4 : une tension V à l’entrée du réseau et on court

D’où :

=

=

Leur combinaison donne lieu à :

+

+

méthode est à généraliser au nombre de n réseaux

condition de tenir compte de l’ordre des réseaux en cascade. On n’a pas le

l’ordre des matrices individuelles dans le réseau initial.

3 Relations entre les constantes ABCD [6, 7]

Le calcul des constantes ABCD suit la procédure ci-après.

une tension V à l’entrée du réseau et on court-circuite sa sortie, on aura

une tension V à l’entrée du réseau et on court-circuite sa sortie.

97

réseaux en cascade à

n n’a pas le droit de changer

sa sortie, on aura : = 0

circuite sa sortie.

Page 101: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Maintenant, on alimente la sortie

entrée, d’où : = 0.

Figure 5.5 : une tension V à la sortie du réseau et on court

Donc :

= 0 = − ′ →

′ =

bilatéral ce qui donne : ′ =

Par combinaisons des équations précédentes

− = −

Pour un réseau symétrique on aura

Un réseau est symétrique s’il est électriquement identique

sortie).

V.4 Les sorties en fonction des entrées

On a:

=

Puisque le déterminant de la matrice

inversible.

D’où :

=

=

−−

Maintenant, on alimente la sortie du réseau par la même tension V et en court

une tension V à la sortie du réseau et on court-circuite son entrée.

et −

′ = − ′ puisque le réseau est passif, il est

.

équations précédentes :

= −

′ é

Pour un réseau symétrique on aura toujours : = .

Un réseau est symétrique s’il est électriquement identique par chaque sortie (et entrée et

4 Les sorties en fonction des entrées

la matrice de transport est :

= 1 donc la matrice est

98

court-circuite son

entrée.

puisque le réseau est passif, il est

:

= 1.

par chaque sortie (et entrée et

donc la matrice est

Page 102: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

V.5 Les réseaux Types de transport

Dans plusieurs cas, un réseau à deux points peut être simplifié à un assemblage de réseaux

simples (réseaux composants de base). La détermination des constantes

soit les lois de Kirchhoff ou soit la méthode des matrices.

V.5.1 Circuit à impédance série

Le circuit à impédance série est consigné en figure 5. C’est le cas d’une ligne courte dont on

néglige la capacité et l’admittance shunt

= +

= soit en notation matricielle

D’où les constantes générales

= 1 0 1

V.5.2 Circuit en admittance shunt

Le circuit en figure 6 montre un réseau avec un admittance shunt, ce circuit peut représenter le

circuit du courant magnétisant d’un tran

=

= + ,

D’ou

=

1 0 1

,

Figure 5.7

5 Les réseaux Types de transport [6, 7]

Dans plusieurs cas, un réseau à deux points peut être simplifié à un assemblage de réseaux

(réseaux composants de base). La détermination des constantes ABCD

soit les lois de Kirchhoff ou soit la méthode des matrices.

5.1 Circuit à impédance série

série est consigné en figure 5. C’est le cas d’une ligne courte dont on

capacité et l’admittance shunt. Le modèle d’un tel réseau est :

soit en notation matricielle :

=

1 0 1

.

:

Figure 5.6 : Circuit à impédance série.

5.2 Circuit en admittance shunt

circuit en figure 6 montre un réseau avec un admittance shunt, ce circuit peut représenter le

circuit du courant magnétisant d’un transformateur ou une capacitance shunt.

Figure 5.7 : Circuit en admittance shunt.

99

Dans plusieurs cas, un réseau à deux points peut être simplifié à un assemblage de réseaux

(réseaux composants de base). La détermination des constantes ABCD utilise ainsi

série est consigné en figure 5. C’est le cas d’une ligne courte dont on

circuit en figure 6 montre un réseau avec un admittance shunt, ce circuit peut représenter le

ou une capacitance shunt.

Page 103: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Ainsi les constantes générales

= 1 0 1

,

V.5.3 1/2 réseau T-Norme

La moitié d’un réseau T-Norme

= + = + ( + = +

= (1 + ) + =

D’où

=

1 + 1

La méthode matricielle applique aux réseaux cascadés

=

1 0 1

1 0 1

=

V.5.4 Réseau en T-Norme

Un réseau asymétrique T-Norme

En utilisant la méthode matricielle on peut écrire

=

1

0 1

1 0 1

1 1

=

1 + + + 1 +

Pour un réseau symétrique T-Norme on a

d’un réseau en admittance shunt sont :

Norme

Norme est présenté en figure 7.

( + ) = (1 + ) +

,

,

=

,

La méthode matricielle applique aux réseaux cascadés :

1 +

1

,

Figure 5.8 : réseau en ½ T-Norme.

Norme

Norme est illustré en figure 8.

En utilisant la méthode matricielle on peut écrire :

1

,

Norme on a :

100

Page 104: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

= =

+ =

=

D’où :

=

1 +

(1 +

1 +

V.5.5 Réseau en π-Norme

Conformément au circuit en figure 9, et en utilisant la théorie des matrices appliqué aux

quadripôles en cascade, on peut

=

1 0 1

1 0 1

1 0 1

=

1 +

+ + 1 +

Ce résultat est pour un réseau asymétrique en

Pour le même réseau mais symétrique, on a

= =

= + =

D’où :

=

1 +

(1 +

) 1 +

)

Figure 5.8 : Réseau en T-Norme.

Norme

Conformément au circuit en figure 9, et en utilisant la théorie des matrices appliqué aux

quadripôles en cascade, on peut aisément montrer que :

01

+

pour un réseau asymétrique en π-Norme.

Pour le même réseau mais symétrique, on a :

+

101

Conformément au circuit en figure 9, et en utilisant la théorie des matrices appliqué aux

Page 105: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

V.5.6 Transformateur idéal

La figure 10 présente le circuit électrique équivalent d’un transformateur

de perte est négligée).

Soit : =

le rapport de transformateur

Donc : = , =

,

Donc :

=

0

0

D’où les constantes ABCD d’un

= , = = 0 =

,

V.5.7 Transformateur réel

Le circuit équivalant d’un transformateur réel, figure 11, peut être représent

impédance et une admittance

idéal. Les trois quadripôles peuvent

Figure 5.9 : Réseau en π-Norme.

5.6 Transformateur idéal

La figure 10 présente le circuit électrique équivalent d’un transformateur parfait (toutes forme

le rapport de transformateur :

D’où les constantes ABCD d’un transformateur idéal sont :

( = 1),

Figure 5.10 : Transformateur idéal.

5.7 Transformateur réel

Le circuit équivalant d’un transformateur réel, figure 11, peut être représent

et une admittance ramenées toutes les deux au primaire et un transformateur

peuvent connectés en cascade.

102

parfait (toutes forme

Le circuit équivalant d’un transformateur réel, figure 11, peut être représenté par une

primaire et un transformateur

Page 106: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

103

Figure 5.11 : Transformateur réel.

En utilisant les matrices de transport de trois sections en cascade, on peut écrire :

=

1 0 1

1 0 1

0

0

, ( =

)

D’où la forme résultante :

=

(1 + )

V.5.8 Ligne de transport

Nous avons vu dès le chapitre précèdent, les constantes ABCD d’une ligne longue de

transport à paramètres distribués et donnés par :

= cosh , = sinh , =

sinh , = cosh

Avec = et =

(voir chapitre précédent).

Les termes ABCD peuvent être arrangés en fonction de et comme suit :

= ()

∗ = ( ∗ )

= ( ∗ )

= (

)

= (

)

=

()

= (

)

= (

)

=

()

D’où :

Page 107: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

⎩⎪⎪⎨

⎪⎪⎧ = = cosh = cosh ()

= sinh = ()

()

=

sinh =

()

()

Le développement en série de Taylor de ces constantes nous mène à écrire

= = cosh ()

= [1 +

= √

√= [1 +

! (

= √

√ = [1 +

! (

= .

V.5.9 Exemple d’une ligne de transport avec un transfo de chaque côté

Un tel réseau est représenté par la figure

Figure 5.12

On peut facilement démontrer

=

,

Avec :

= (1 + ) + +

= + + +

= (1 + ) +

= + + (1 +

V.6 – Réseau en parallèle :

La figure 5.13 montre deux réseaux connectés en parallèle. On cherche à remplacer les deux

réseaux par la détermination d’un nouveau réseau équi

des deux réseaux.

)

Le développement en série de Taylor de ces constantes nous mène à écrire

! () +

! () +

! () + ⋯ ]

() +

! () +

! () + ⋯ ]

() +

! () +

! () + ⋯ ]

igne de transport avec un transfo de chaque côté

par la figure 5.12 :

2 : Ligne de transport avec un transfo de chaque côté.

:

(1 + ) + ,

,

+ (1 + )(1 + ) + (1 + ),

( + ) + (1 + ),

Réseau en parallèle :

deux réseaux connectés en parallèle. On cherche à remplacer les deux

réseaux par la détermination d’un nouveau réseau équivalent avec les mêmes performances

104

:

igne de transport avec un transfo de chaque côté

),

deux réseaux connectés en parallèle. On cherche à remplacer les deux

valent avec les mêmes performances

Page 108: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Pour le réseau 1 :

= +

= +

Pour le réseau 2 :

= +

= +

On a aussi :

= +

= +

En faisant l’opération suivante en

Eqt. (5.1) x B2 + Eqt. (

( + ) = ( +

=

+

Eqt. (5.2) + Eqt. (5.4) donne lieu

= + = ( + ) +

En remplaçant = − on aura

= ( + ) + ( − )

Figure 5.13 : Réseau en parallèle.

En faisant l’opération suivante en but d’avoir ( + ) :

(5.3) x B1 on aura :

) + ( + )

.4) donne lieu à :

) + +

on aura :

) +

105

(5.1)

(5.2)

(5.3)

(5.4)

(5.5)

(5.6)

(5.7)

Page 109: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

106

De l’équation (5.3) on tire : =

D’où : = ( + ) + ( − )

+

= ( + ) +()

()

+

On remplace par son équation (5.7) on aura :

= ( + ) +()

+

()

+

Un réarrangement donne lieu à :

= + +()()

+

(5.8)

En final les constantes ABCD d’un réseau équivalent de deux circuits en parallèle sont :

=

, =

, = + +

()()

, =

,

Cas spéciaux :

Pour deux réseaux identiques en parallèle de même constantes ABCD :

A0=A, B0=B/2, C0=2C, D0=D,

Pour n réseaux identiques en parallèle :

A0=A, B0=B/n, C0=nC, D0=D.

Page 110: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

107

Chapitre VI

Les défauts symétriques

Page 111: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

108

VI.1 Introduction

Normalement, un réseau électrique fonctionne sous des conditions de d’équilibre. Sous

conditions anormales, présence de défauts, le système devient déséquilibré. Si une panne

d’isolation des conducteurs surgit en tout point du système ou si deux conducteurs ou plus

de potentiels différents rentrent en contact entre eux, un court-circuit ou défaut se produit.

Le contact peut être physique ou via un arc électrique. Plusieurs raisons sont à l’origine

naturel d’apparition de défauts dans un réseau d’alimentation électrique : parmi les causes

sont de défaut comme la foudre, vent violent, séisme, neige, gel, …Les générateurs, les

transformateurs et les appareils de protection peuvent tomber en panne suite à des défauts

d’isolement (court-circuit). D’autre défauts accidentels comme : chute d’un arbre sur la

ligne, collision d’un véhicule avec une structure de réseau (support ou câble souterrain), un

avion qui s’écrase sur une ligne de transport, des oiseaux court-circuitant une ligne. Les

actes de sabotage peuvent aussi créer des défauts. En sus, le vieillissement des isolants et

les surcharges dans les câbles souterrains provoquent aussi des courts-circuits.

Les défauts peuvent apparaitre dans différent endroits du réseau, nous intéressons qu’aux

défauts affectant les lignes de transport et qui sont classifiés comme suit :

Le court-circuit triphasé (symétrique, équilibré),

Les défauts asymétriques (déséquilibrés).

Défauts symétriques (Courant de court-circuit triphasé) : se sont les défauts dans

lesquels l’impédance par phase en amant du défaut à la source est équilibrée. Ils se

produisent sous formes :

Court-circuit franc : les trois phases sont court-circuités ensembles ;

Court-circuit de trois phases plus terre.

Ce type de défaut est équilibré dans le sens ou le système reste équilibré après défaut. Sa

production est rare mais c’est le type de défaut le plus dangereux du moment où il

provoque de grande valeur d’intensités de courant qui peut provoquer la fusion des

composants du réseau. Pour cette raison, le calcul du courant de court-circuit triphasé est à

effectuer pour dimensionner le pouvoir de coupure des éléments de protection

(disjonctions).

Page 112: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

109

Défauts asymétriques : c’est là ou l’impédance par phase en amant du point de défaut

est asymétrique. Les défauts asymétriques affectent uniquement un ou deux conducteurs

(01 ou 02 phases). Dans ce cas de figure, les tensions et les courants deviennent

déséquilibrés et chaque phase doit être traitée à part pour des calculs poussés.

VI.2 Effets des défauts

Des défauts de court-circuit peuvent endommager voire détruire un système de puissance

de plusieurs façons. Ils provoquent des tensions et des courants excessifs en certains points

du réseau. De tension trop élevées peuvent influencer le fonctionnement d’isolation et

surtout en dépassant la tension de claquage tandis que les surintensités provoquent un

échauffement de composants voire leurs fusions. Des surchauffes prolongées provoquent

une réduction de la durée de vie des équipements. Quelque fois les défauts peuvent

abaisser la tension du système en dessous des valeurs admissibles. Les défauts peuvent

rendre un système triphasé anormal. Aussi ils peuvent bloquer l’écoulement de puissance

et comme ils peuvent rendre le système instable. D’où la nécessite d’isoler la section de

réseau en défaut dés l’apparition de défaut et le plutôt que possible. Cela permettra de

garantir le fonctionnement normal pour le reste du réseau qui n’est pas affecté par ce

défaut. Si on n’agit pas rapidement, les équipements peuvent être endommagés et

l’alimentation sera interrompue. Les relais de protections doivent immédiatement détecter

les défauts et donne l’ordre au disjoncteur pour disjoncter la section en défaut.

L’analyse des défauts dans les réseaux électriques est souvent connue sous l’étude des

courants de court-circuit ou l’analyse des courts-circuits. Le but de l’analyse est de

déterminer les valeurs des tensions et les courants aux différents points du réseau durant le

défaut. L’analyse nous permettra de choisir le schéma de protection approprié, les relais et

les disjoncteurs en but de protéger le système du fonctionnement anormal.

VI.4 Hypothèses simplificatrices

Un calcul précis des défauts impose plus de travail et du temps. En pratique, pour le calcul

des défauts symétriques, on admet les hypothèses simplificatrices suivantes :

1. Chaque machine synchrone (alternateur) est représentée (modèle) par une tension

constante en série avec sa propre réactance. Cette réactance peut être la réactance

subtransitoire (′′), la réactance transitoire (

′) ou la réactance synchrone() en

Page 113: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

régime stationnaire. Si on s’intéresse à déterminer le courant immédiatement après

le défaut on prend

à 4 cycles on utilise

2. Dans le modèle du transformateur, les

compte pour le courant magnétisant et les pertes dans le noya

négligées.

3. Tous les transformateurs

4. Dans les modèles des lignes de transport, les capacités shunts sont

5. Toutes les résistances séries dans les générateurs, lignes de transports et les

transformateurs sont négligées. Cette hypothèse est toujours faite pour un calcul

manuel. Avec cela, le sy

pourra être représenté par son plus simple diagramme de réactance simplifiée. Un

calcul numérique par ordinateur ne prend pas en considération cette hypothèse.

6. Les impédances de la charge sont aussi né

avant le défaut (c.à.d. le système est en circuit au point d’apparition du défaut).

VI.5 Le circuit équivalent de Thevenin

Le théorème de Thevenin s’annonce comme suit

(tensions et courants) et des impédances peut être remplacé aux bornes de n’importe

qu’elle deux point « a-b » par un simple réseau formé par une source de tension

avec une impédance . La tension de

le circuit est ouvert dans la branche

réseau vue des points «

impédances internes. ,

régime stationnaire. Si on s’intéresse à déterminer le courant immédiatement après

′′ . Si on désire déterminer le courant de défaut après environ 3

à 4 cycles on utilise ′.

Dans le modèle du transformateur, les éléments de la partie shunt qui sont pris en

compte pour le courant magnétisant et les pertes dans le noya

rmateurs sont considérés avec leurs enroulements normaux.

modèles des lignes de transport, les capacités shunts sont

Toutes les résistances séries dans les générateurs, lignes de transports et les

transformateurs sont négligées. Cette hypothèse est toujours faite pour un calcul

manuel. Avec cela, le système d’alimentation ne contient que des réactances et

pourra être représenté par son plus simple diagramme de réactance simplifiée. Un

calcul numérique par ordinateur ne prend pas en considération cette hypothèse.

Les impédances de la charge sont aussi négligées ce qui décharge le système juste

avant le défaut (c.à.d. le système est en circuit au point d’apparition du défaut).

5 Le circuit équivalent de Thevenin

Le théorème de Thevenin s’annonce comme suit : « un réseau constitué de sources

courants) et des impédances peut être remplacé aux bornes de n’importe

par un simple réseau formé par une source de tension

. La tension de la source est la tension aux bornes

dans la branche « a-b ». L’impédance série avec

a-b » quand toutes les sources sont remplacées par leurs

sont respectivement la tension et l’impédance de Thevenin

Figure 6.1 : Générateur de Thevenin.

110

régime stationnaire. Si on s’intéresse à déterminer le courant immédiatement après

. Si on désire déterminer le courant de défaut après environ 3

de la partie shunt qui sont pris en

compte pour le courant magnétisant et les pertes dans le noyau magnétique sont

lements normaux.

modèles des lignes de transport, les capacités shunts sont négligées.

Toutes les résistances séries dans les générateurs, lignes de transports et les

transformateurs sont négligées. Cette hypothèse est toujours faite pour un calcul

contient que des réactances et

pourra être représenté par son plus simple diagramme de réactance simplifiée. Un

calcul numérique par ordinateur ne prend pas en considération cette hypothèse.

gligées ce qui décharge le système juste

avant le défaut (c.à.d. le système est en circuit au point d’apparition du défaut).

un réseau constitué de sources

courants) et des impédances peut être remplacé aux bornes de n’importe

par un simple réseau formé par une source de tension en série

est la tension aux bornes « a-b » quand

est l’impédance du

les sources sont remplacées par leurs

ance de Thevenin.

Page 114: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

111

Le théorème de Thevenin est très utilisé dans le calcul des défauts. Généralement, on sera

obligé de déterminer au point de défaut. Dans la plupart des cas est supposée d’être

1.0 (pu).

VI.6 Capacité ou puissance de court-circuit

La puissance de court-circuit (SCC) d’un bus de réseau est défini comme le produit des

amplitudes de la tension pré-défaut (avant apparition du défaut) et le courant post-défaut

(après apparition du défaut). Elle est connue aussi (SCC) par le niveau du défaut.

|| = | | en [VA] (6.1)

Avec : la tension pré-défaut en Volts et : le courant post-défaut en ampères.

Pour un défaut franc (l’impédance de défaut = 0), le théorème de Thevenin appliqué au

point de défaut donne lieu à:

=

(6.2)

Avec impédance de Thevenin en Ohm et Tension de Thevenin par phase en volts.

Dans notre cas = et la puissance de court-circuit au point de défaut vaut :

||∅ = || ∗ || =||

(VA par phase) (6.3)

Avec ||∅ est la puissance de court-circuit par phase en VA.

Or on a vu dans la théorie des unités réduites que:

= ∗

(6.4)

Avec est la puissance apparente en VA de la base de calcul et est la tension en V de

la même base de calcul et c’est l’impédance de Thevenin en pu.

Si est choisie comme base de tension, ( = ), alors :

= ∗

(6.5)

=

(6.6)

Les équations (6.3) et (6.6) donnent :

Page 115: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

112

||∅ =

(VA par phase) (6.7)

Si () est la tension de phase en kV, l’équation (6.3) donne :

||∅ =()

en MVA par phase.

La puissance de court-circuit totale || pour les trois phases sera alors :

||∅ = 3 ∗ ||∅ =∗()

(MVA).

Si : () est la tension de ligne en kV alors : () = √3 ∗ () ce qui donne :

||∅ =|()|

(6.8)

et

= [()]∅

(6.9)

La combinaison des équations (6.8) et (6.9) donne lieu à :

||∅ =[()]∅

(MVA) (6.10)

()∅ =()∅

(MVA) (6.11)

Avec ()∅ est la puissance apparente totale de base en MVA des trois phases.

La formule (8.6.11) montre que le niveau du défaut (puissance de court-circuit SCC) peut

être trouvé une fois l’impédance totale en pu à partir de la tension d’alimentation au point

de défaut est connue.

Le courant du défaut peut être déduit comme suit :

√3 ∗ ∗ ∗ 10 = (6.12)

Avec est la puissance de court-circuit en MVA des trois phases et Avec

tension de ligne de base en et en A.

La formule (6.12) est utilisée pour le calcul du courant de défaut symétrique.

Page 116: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

VI.7 Procédure de calcul de SCC et ICC

Pour le calcul de la puissance de court

utilise la procédure suivante

1. Tracer le schéma unifilaire

valeurs des différents éléments.

2. Sélectionner une base commune

toutes les impédances en

3. Du schéma unifilaire du réseau, tracer le diagramme d’impédances

(phase-neutre) en indiquant les valeurs des résistances et des réactances

4. Calculer l’impédance

du circuit (Impédance total=

5. Déterminer la puissance

court-circuit par les équations (8.6.11) et (8.6.12).

VI.8 Les transformations STAR

Dans les calculs des réseaux, on est parfois astreint de passer d’une

connexion triangle et vice versa. Ces

La figure 8.1 illustre le passage d’une connexion étoile à celle d’un triangle ou l’inverse.

Le passage d’une telle configuration à l’autre est rég

1) Transformation DELTA

=∗

, =

2) STAR-DELTA (Y →

= + +∗

,

Procédure de calcul de SCC et ICC

la puissance de court-circuit SCC et le courant de court

utilise la procédure suivante :

Tracer le schéma unifilaire (d’une phase) de tout le réseau avec indication des

valeurs des différents éléments.

Sélectionner une base commune de puissance ( en kVA ou en

toutes les impédances en pu dans cette base de puissance.

Du schéma unifilaire du réseau, tracer le diagramme d’impédances

neutre) en indiquant les valeurs des résistances et des réactances

Calculer l’impédance totale en pu de la source au point du défaut par une analyse

du circuit (Impédance total= vue au point de défaut).

Déterminer la puissance apparente (en MVA) de court-circuit

par les équations (8.6.11) et (8.6.12).

8 Les transformations STAR-DELTA et DELTA

Dans les calculs des réseaux, on est parfois astreint de passer d’une connexion

connexion triangle et vice versa. Ces transformations sont utilisées pour réduire le réseau

La figure 8.1 illustre le passage d’une connexion étoile à celle d’un triangle ou l’inverse.

Le passage d’une telle configuration à l’autre est régit par les deux points suivants

DELTA-STAR (∆→ Y):

, =

( → ∆):

= + +∗

, = + +

113

le courant de court-circuit ICC on

avec indication des

en MVA) et convertir

Du schéma unifilaire du réseau, tracer le diagramme d’impédances par phase

neutre) en indiquant les valeurs des résistances et des réactances en pu.

de la source au point du défaut par une analyse

circuit et le courant de

DELTA et DELTA-STAR

connexion étoile à une

tilisées pour réduire le réseau :

La figure 8.1 illustre le passage d’une connexion étoile à celle d’un triangle ou l’inverse.

it par les deux points suivants :

Page 117: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

VI.9 Régime transitoire dans un circuit R

La figure 8.2 représente un

inductance L avec l’interrupteur S

circuit est utilisé en électricité pour l’étude du régime transitoire dans un circuit appelé

circuit R-L.

Figure 6.

Par le biais de S, on applique soudainement la tension

tension maximale . Après avoir fermé l’interrupteur

= + → +

=

Avec est la tension aux bornes de la résistance R,

l’inductance L en volts et

La solution de cette équation différent

= +

Avec : réponse naturelle

l’équation homogène, source

(solution particulière).

La résolution des équations différentielles donne lieu

= ∗ ∗ , k constante arbitraire

=

sin ( + ) ; =

Les conditions initiales seront appliqu

la fermeture du switch on a

Figure 6.2 : transformation ∆→

9 Régime transitoire dans un circuit R-L

La figure 8.2 représente un circuit électrique constitué d’une résistance R et d’une

L avec l’interrupteur S le tout en série avec une source d’alimentation

circuit est utilisé en électricité pour l’étude du régime transitoire dans un circuit appelé

Figure 6.3 : (a) Circuit R-L série, (b) Onde de tension V.

Par le biais de S, on applique soudainement la tension sinusoïdale =

Après avoir fermé l’interrupteur S on aura :

= sin ( + )

est la tension aux bornes de la résistance R, est celle aux bornes

est le courant parcourant le circuit.

La solution de cette équation différentielle est constituée de deux parts :

réponse naturelle ou permanente (libre, sans second ordre, solution générale de

l’équation homogène, source court-circuitée) et : la réponse forcée ou transitoire

La résolution des équations différentielles donne lieu a :

constante arbitraire

+ () , = tan( ) (8.9.4)

Les conditions initiales seront appliquées à la réponse totale. Dans notre cas, à l’instant de

la fermeture du switch on a :

114

électrique constitué d’une résistance R et d’une

le tout en série avec une source d’alimentation. Ce

circuit est utilisé en électricité pour l’étude du régime transitoire dans un circuit appelé

sin( + ) de

(6.13)

aux bornes de

(6.14)

(libre, sans second ordre, solution générale de

ou transitoire

(6.15)

ées à la réponse totale. Dans notre cas, à l’instant de

Page 118: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

= 0 à = 0 d’où l’équation (

0 = +

sin(0 + −

Ce qui donne la valeur de la constante

L’équation (6.15) devient alors

=

sin( + − ) −

Dans cette équation (6.16),

1. La composant du régime permanent (réponse forcée)

=

sin ( + − )

2. La composante de régime transitoire, décroissance exponentielle (réponse

naturelle) donnée par

= −

sin( − )

On peut aisément discuter selon les valeurs de

= ±

).

VI.10 Court-circuit brusque à la sortie (l’induit) d’un

générateur triphasé de courant

La figure 8.3 illustre un court

équivalent.

Figure 6.4 : (a) générateur synchrone

Le courant circulant dans une générateur synchrone

circuitées est similaire au courant circulant

sinusoïdale lui y est appliqu

équation (6.15) nous donne :

)

la valeur de la constante : = −

sin( − ).

) devient alors :

sin( − )

on voit les deux composantes de :

La composant du régime permanent (réponse forcée) donnée par

La composante de régime transitoire, décroissance exponentielle (réponse

donnée par :

.

On peut aisément discuter selon les valeurs de , par exemple les cas

circuit brusque à la sortie (l’induit) d’un

générateur triphasé de courant

La figure 8.3 illustre un court-circuit violent à la sortie d’un alternateur est son circuit

(a) générateur synchrone 3∅ sujet d’ICC 3∅ symétrique, (b) circuit équivalent par phase

courant circulant dans une générateur synchrone triphasé quand ses sorties sont court

circuitées est similaire au courant circulant dans un circuit R-L série

sinusoïdale lui y est appliquée subitement (fig. 6.4).

115

(6.16)

e par :

(6.17)

La composante de régime transitoire, décroissance exponentielle (réponse

(6.18)

, par exemple les cas : ( = −

circuit brusque à la sortie (l’induit) d’un

à la sortie d’un alternateur est son circuit

(b) circuit équivalent par phase.

quand ses sorties sont court-

L série quand une tension

Page 119: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

On suppose que la réactance

variable dans le temps qui change de

Considérons un générateur trois phases à vide tournant à la vitesse de synchronisme et

parcouru par un courant de champ constant

circuitées. Le court-circuit est

permanente (AC) et d’une composante transitoire (

trois phases ont un déphasage de 120°

différents dans les trois phases. Ceci dit que le court

tension sur chaque phase.

Conformément à la figure 6.5

d’un alternateur triphasé, et d

sinusoïdal le défaut se produit et nous sommes dans l’i

l’offset (). Pour cette raison on néglige la composante (

courant.

La figure 6.5 montre un courant de

synchrone avec la composante d’offset négligée.

Figure 6.5 : le courant de court

L’enveloppe enveloppant la forme de courant en sinusoïdale

court-circuit ICC symétrique de l’armature

courant ICC est à diviser en 03 périodes

a) Période subtransitoire

ce temps le courant

On suppose que la réactance = 2 reste constante. Le générateur aura

dans le temps qui change de ′′ à

′ et finalement à .

générateur trois phases à vide tournant à la vitesse de synchronisme et

parcouru par un courant de champ constant. Subitement les trois phases sont court

circuit est que chaque phase est composée

d’une composante transitoire (DC). Du moment que les tensions

ont un déphasage de 120° entre eux, l’angle (de la solution transitoire)

différents dans les trois phases. Ceci dit que le court-circuit se produit en points sur l’onde

6.5, qui donne l’évolution du courant de court

n alternateur triphasé, et dans une situation pratique, nous ignorons dans quel cycle

le défaut se produit et nous sommes dans l’incapabilité de prédire la quantité de

). Pour cette raison on néglige la composante (DC) de la forme d’onde du

montre un courant de court-circuit pour une phase dans

synchrone avec la composante d’offset négligée.

courant de court-circuit ICC symétrique pour une phase d’un générateur synchrone.

enveloppant la forme de courant en sinusoïdale est nommée le

symétrique de l’armature (induit de la machine). Le cycle de

en 03 périodes (voir la notice technique de la machine)

subtransitoire : cette période dure uniquement environ deux cycles. Durant

ce temps le courant décroit rapidement.

116

reste constante. Le générateur aura une réactance

générateur trois phases à vide tournant à la vitesse de synchronisme et

les trois phases sont court-

d’une composante

u moment que les tensions des

(de la solution transitoire) est

circuit se produit en points sur l’onde

, qui donne l’évolution du courant de court-circuit à la sortie

ans une situation pratique, nous ignorons dans quel cycle

de prédire la quantité de

) de la forme d’onde du

dans un générateur

ICC symétrique pour une phase d’un générateur synchrone.

est nommée le courant de

(induit de la machine). Le cycle de l’onde

(voir la notice technique de la machine) :

: cette période dure uniquement environ deux cycles. Durant

Page 120: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

117

b) Période transitoire : dure environ trois cycles. Ici le courant décroît lentement.

c) Période régime permanent : le courant atteint sa valeur permanente.

Conformément à la figure 8.4, on aura la valeur du ICC comme suit :

′′ =

√=

": Valeur efficace du courant sub-transitoire,

′ =

√=

: Valeur efficace du courant transitoire,

=

√=

: Valeur efficace du courant permanent.

Avec est la tension d’excitation de l’induit de la machine synchrone.

VI.11 Considération sur le courant de pré défaut de charge

En générale le courant de défaut est beaucoup supérieur au courant de charge dont on

néglige de dernier dans les calculs des défauts. Mais, dans des cas précis, il est nécessaire

d’en y prendre charge et on ne peut pas prendre la même tension dans tous les bus.

Cependant, toutes les tensions pré-défaut dans le réseau incluant les tensions pré-défaut au

point de défaut démarrent de la valeur 1 pu. Dans un cas pareil, on calcul la tension pré-

défaut au point de défaut et le courant de défaut est calculé en utilisant cette tension de pré-

défaut. Par superposition, le phaseur total est la somme du courant de charge et du courant

défaut.

VI.12 Réacteurs limiteurs de courant

Le courant de défaut est très grand en matière d’intensité et peut engendrer des

endommagements dans les lignes et dans les équipements du réseau électrique. Les

capacités d’interruption des circuits de coupures doivent supporter ces courants de défaut

et doivent être largement dimensionnés pour contenir ces défauts. Le courant de défaut est

limité par la réactance du réseau (impédance des générateurs, transformateurs, lignes et

autres composantes du système).

Les générateurs modernes ont de large réactance pour limiter le courant de défaut (les

anciens générateurs ne sont pas déjà équipés). Les niveaux (valeurs) de défaut augmentent

avec l’évolution du système interconnecté. Cependant, si le réseau est large (long) ou s’il

dispose d’anciens générateurs, le courant de défaut peut être au-delà des limites de sécurité

par l’augmentation des réactances du système. Cette problématique peut être, gérée par

Page 121: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

l’emplacement de réacteurs inductifs aux points stratégiques du réseau. Les réacteurs

limitation de courant sont des bobines utilis

du défaut. Ces réacteurs ont une large valeur de réactance inductive et de faible résistance

ohmique.

VI.12.1 Construction des réacteurs

Pour les réacteurs à limitation de courant

haute intensité ne réduise pas la

d’air ou noyau ferromagnétique.

magnétiquement et donc leurs réacteurs sont indépendants du courant. Se sont les plus

utilisés. Il existe deux types principaux

l’huile.

VI.12.2 Configurations types

Plusieurs configurations des réacteurs existent dans la littérature dont nous

citons :

a) Réacteurs -générateur

Figure 6.6

Les réacteurs (bobines) sont connectés en série avec les générateurs. Les départs

d’alimentation (Feeders) sont directement

Les générateur réacteurs présentent les inconvénients suivants

1) Le courant de charge total dans le réacteur sous fonctionnement normal, produit

une chute de tension constante et une perte de

l’emplacement de réacteurs inductifs aux points stratégiques du réseau. Les réacteurs

limitation de courant sont des bobines utilisées pour limiter le courant durant la présence

du défaut. Ces réacteurs ont une large valeur de réactance inductive et de faible résistance

12.1 Construction des réacteurs

mitation de courant, il est important que la saturation

pas la réactance de la bobine. Les réacteurs peuvent être

d’air ou noyau ferromagnétique. Le réacteur à noyau d’air ne se

magnétiquement et donc leurs réacteurs sont indépendants du courant. Se sont les plus

Il existe deux types principaux : réacteur de type sec et réacteurs immergés dans

Configurations types des réacteurs [8, 9]

configurations des réacteurs existent dans la littérature dont nous

générateur :

Figure 6.6 : Réacteurs associés aux générateurs.

Les réacteurs (bobines) sont connectés en série avec les générateurs. Les départs

s) sont directement tirés du jeu de barre haute tension

Les générateur réacteurs présentent les inconvénients suivants :

courant de charge total dans le réacteur sous fonctionnement normal, produit

une chute de tension constante et une perte de puissance sur chaque réactance.

118

l’emplacement de réacteurs inductifs aux points stratégiques du réseau. Les réacteurs de

pour limiter le courant durant la présence

du défaut. Ces réacteurs ont une large valeur de réactance inductive et de faible résistance

il est important que la saturation magnétique à

peuvent être à noyau

Le réacteur à noyau d’air ne se sature pas

magnétiquement et donc leurs réacteurs sont indépendants du courant. Se sont les plus

ype sec et réacteurs immergés dans

configurations des réacteurs existent dans la littérature dont nous

Les réacteurs (bobines) sont connectés en série avec les générateurs. Les départs

jeu de barre haute tension.

courant de charge total dans le réacteur sous fonctionnement normal, produit

puissance sur chaque réactance.

Page 122: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

2) Si un défaut survient sur

tension du JB chute à une valeur réduite (faible) avec comme résultat le

générateur perd le synchronisme et l’alimentation peut être interrompu

b) Réacteurs-départs d’alimentation (Feeder Reactors)

Quand les réactances sont connectées en série avec les

nommées : réacteurs d’alimentation. Du moment que la majorité des défauts affecte les

départs, un grand nombre de départs est exigés.

disposition :

1) Si un défaut affecte un départ, la chute de tension aux bornes de sa réactance n’aff

la tension du JB, cependant il y a une chance minime que le générateur perd le

synchronisme.

2) Un défaut sur un départ n’affecte pas les autres départs

Sauf que les réacteurs-départ ont des limitations

1) Il y aura une chute de tension constante et

réactance durant les conditions de fonctionnement normal

2) Si un défaut survient sur JB, aucune protection n’est fournie aux générateurs.

3) Si le nombre de générateur augmente, le nombre de départ doit augmenter

c) Réacteur-JB (Bus-bar reactors

Les stations de production générateurs

entre les sections. C’est la méthode la plus couramment utilisée pour connecter les

réacteurs. Deux voies sont utilisées

a) Système cyclique (ring système)

b) Système bus à cravate (tie-bus système, tie

Si un défaut survient sur le jeu de barres JB ou sur le départ prés du

tension du JB chute à une valeur réduite (faible) avec comme résultat le

générateur perd le synchronisme et l’alimentation peut être interrompu

départs d’alimentation (Feeder Reactors) :

Figure 6.6 : Réacteurs têtes de lignes .

Quand les réactances sont connectées en série avec les départs d’alimentation et les JB sont

d’alimentation. Du moment que la majorité des défauts affecte les

départs, un grand nombre de départs est exigés. Deux avantages principaux sont dus à

Si un défaut affecte un départ, la chute de tension aux bornes de sa réactance n’aff

la tension du JB, cependant il y a une chance minime que le générateur perd le

Un défaut sur un départ n’affecte pas les autres départs.

départ ont des limitations :

e de tension constante et une perte de puissance constante sur

itions de fonctionnement normal ;

B, aucune protection n’est fournie aux générateurs.

Si le nombre de générateur augmente, le nombre de départ doit augmenter

bar reactors):

Les stations de production générateurs-JB sont sectionnées et les réacteurs sont connectés

entre les sections. C’est la méthode la plus couramment utilisée pour connecter les

réacteurs. Deux voies sont utilisées :

Système cyclique (ring système) ;

bus système, tie-bar système) ;

119

ou sur le départ prés du JB, la

tension du JB chute à une valeur réduite (faible) avec comme résultat le

générateur perd le synchronisme et l’alimentation peut être interrompue.

d’alimentation et les JB sont

d’alimentation. Du moment que la majorité des défauts affecte les

Deux avantages principaux sont dus à cette

Si un défaut affecte un départ, la chute de tension aux bornes de sa réactance n’affecte pas

la tension du JB, cependant il y a une chance minime que le générateur perd le

rte de puissance constante sur chaque

B, aucune protection n’est fournie aux générateurs.

Si le nombre de générateur augmente, le nombre de départ doit augmenter aussi.

JB sont sectionnées et les réacteurs sont connectés

entre les sections. C’est la méthode la plus couramment utilisée pour connecter les

Page 123: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 6.6

Sous régime normal de fonctionnement, chaque générateur alimente le départ connecté à sa

propre section, et il n’y aura pas de courant à travers les réacteurs. Ainsi, ni chute de

tension, ni perte de puissance aura lieu sur les réacteurs sous fonctionnement normal.

Les réacteurs JB localisent les défauts, si par exemple un d

c’est uniquement la section du JB ou il est connecté qui sera affectée. Les autres sections

continuent le service normal.

c) Evaluation des réacteurs :

L’estimation des réacteurs est exprimée en MVA, la puissance conçue à être transport

courant et tension nominaux. La réactance est exprimée en (pu) et est le ratio de la chute de

tension aux bornes du réacteur au courant nominal sur la tension phase

VI.13 La puissance court

Comme indiqué dans la figure

sections, à chaque section est connecté un générateur

section JB est connectée à une JB

Soit la puissance en MVA produite par chaque générateur. Les valeurs

sont toutes établies à la base

Figure 6.6 : Réacteurs associés aux jeux de barres.

Sous régime normal de fonctionnement, chaque générateur alimente le départ connecté à sa

il n’y aura pas de courant à travers les réacteurs. Ainsi, ni chute de

tension, ni perte de puissance aura lieu sur les réacteurs sous fonctionnement normal.

Les réacteurs JB localisent les défauts, si par exemple un défaut se produit dans un départ,

uniquement la section du JB ou il est connecté qui sera affectée. Les autres sections

continuent le service normal.

L’estimation des réacteurs est exprimée en MVA, la puissance conçue à être transport

naux. La réactance est exprimée en (pu) et est le ratio de la chute de

tension aux bornes du réacteur au courant nominal sur la tension phase-neutre du système.

13 La puissance court-circuit (MVA) dans Tie-bus système

la figure 6.7, Considérons un JB de stations de génération divisées en

sections, à chaque section est connecté un générateur d’une réactance

section JB est connectée à une JB avec une cravate commune via une réactance

MVA produite par chaque générateur. Les valeurs

à la base en MVA. L’arrangement de tel circuit est

120

Sous régime normal de fonctionnement, chaque générateur alimente le départ connecté à sa

il n’y aura pas de courant à travers les réacteurs. Ainsi, ni chute de

tension, ni perte de puissance aura lieu sur les réacteurs sous fonctionnement normal.

éfaut se produit dans un départ,

uniquement la section du JB ou il est connecté qui sera affectée. Les autres sections

L’estimation des réacteurs est exprimée en MVA, la puissance conçue à être transportée à

naux. La réactance est exprimée en (pu) et est le ratio de la chute de

neutre du système.

bus système

Considérons un JB de stations de génération divisées en

en (pu). Chaque

réactance en (pu).

MVA produite par chaque générateur. Les valeurs réduites en (pu)

arrangement de tel circuit est :

Page 124: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

On suppose qu’un court-circuit symétrique triphasé se

F. Le circuit équivalent après défaut devient

Figure 6.8 :

La réactance de chaque générateur est en série avec la réactance de son ré

section1 du JB, la réactance équivalente

=

()( + )

Cette réactance est en série avec

du circuit équivalent de Thevenin au point de défaut F vaut

= ∥ ( + )

=

+

=

+

(

=

+

=

(

La puissance de court-circuit en MVA est de

=

= ∗

=

Figure 6.7 : système bus à cravate.

circuit symétrique triphasé se produit sur le JB

Le circuit équivalent après défaut devient :

Circuit équivalent après apparition du défaut au point F

La réactance de chaque générateur est en série avec la réactance de son ré

1 du JB, la réactance équivalente vaut :

est en série avec de la section JB en défaut d’où la réactance totale

du circuit équivalent de Thevenin au point de défaut F vaut :

)

()

)

circuit en MVA est de :

=

121

produit sur le JB section1 au point

Circuit équivalent après apparition du défaut au point F.

La réactance de chaque générateur est en série avec la réactance de son réacteur. Sauf la

(6.19)

de la section JB en défaut d’où la réactance totale

(6.20)

(6.21)

Page 125: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Quand → ∞ ,

→ 0, D’où

lim→∞ =

∗ +

L’équation (8.13.4) donne

sections JB. Dans cette situation, on voit que

sections si est trop grande.

cravate (tie-bus system) avec un large nombre de sections JB, des générateurs

supplémentaires peuvent être rajoutés au système sans l

de disjonction ni augmenter les réactances des réacteurs existants. C’est l’un des avantages

d’un tel système de distribution.

VI.13.1 Exemple d’application

Un jeu de barre JB 33 kv d’une station est en deux sections A e

réacteur. La section JB-A et alimentée par quatre générateurs 10 MVA chaque et 0,20 pu

de réactance. Et la section JB

et 0,1 pu de réactance. Tous les circuits de disjonctions (

coupure de 500 MVA.

On veut trouver la réactance du réacteur pour éviter aux appareils de coupure des

surcharges si un défaut symétrique de court

l’appareil de protection (coupure).

Soit : Sb=50 MVA est pris comme étant base commune de puissance.

La réactance en pu de chaque générateur dans la base Sb=50MVA est de

=(,)

= 1,0 ,

D’où :

= (

+

)

L’équation (8.13.4) donne la puissance de court-circuit avec un large nombre de

sections JB. Dans cette situation, on voit que devient indépendante du nombre de JB

est trop grande. Ce raisonnement montre, que dans un système à JB en

bus system) avec un large nombre de sections JB, des générateurs

supplémentaires peuvent être rajoutés au système sans le rajout de circuit supplémentaires

augmenter les réactances des réacteurs existants. C’est l’un des avantages

d’un tel système de distribution.

Exemple d’application

Un jeu de barre JB 33 kv d’une station est en deux sections A et B séparées par un

A et alimentée par quatre générateurs 10 MVA chaque et 0,20 pu

de réactance. Et la section JB-B est alimentée par le réseau via un transformateur 50 MVA

et 0,1 pu de réactance. Tous les circuits de disjonctions (coupure) ont un

la réactance du réacteur pour éviter aux appareils de coupure des

surcharges si un défaut symétrique de court-circuit se produit sur départ juste à la sortie de

l’appareil de protection (coupure). Le schéma électrique de cet exemple est

VA est pris comme étant base commune de puissance.

La réactance en pu de chaque générateur dans la base Sb=50MVA est de

122

(6.22)

un large nombre de

devient indépendante du nombre de JB

Ce raisonnement montre, que dans un système à JB en

bus system) avec un large nombre de sections JB, des générateurs

e rajout de circuit supplémentaires

augmenter les réactances des réacteurs existants. C’est l’un des avantages

t B séparées par un

A et alimentée par quatre générateurs 10 MVA chaque et 0,20 pu

B est alimentée par le réseau via un transformateur 50 MVA

coupure) ont un pouvoir de

la réactance du réacteur pour éviter aux appareils de coupure des

circuit se produit sur départ juste à la sortie de

Le schéma électrique de cet exemple est :

La réactance en pu de chaque générateur dans la base Sb=50MVA est de :

Page 126: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Soit la réactance en pu de la réactance dans la base 50 MVA.

Pour un défaut de CC symétrique en point F,

Du moment que les 04 générateurs sont en parallèle, leur réactance totale combiné vont

=,

= 0,25 ,

La réactance du transfo et du réacteur on série vaut= (

équivalent de Thévenin en pu au point de défaut F et de

= + 0,1 ∥ ⟹

=,,

,,

La puissance de CC () au point de défaut F vaut

=

=

(,)

,,,

La puissance de CC ne doit pas

≤ 500 ⟹ + 0,35 ≤

0,25 − = 0,35 − 025

=,

,=

,

Le courant de charge totale qui correspond à 500 MVA est

=

√=

.

√.. = 874

Tension phase-neutre : =

Per unit réactance=.Ω

Ω = 1,452Ω,

la réactance en pu de la réactance dans la base 50 MVA.

Pour un défaut de CC symétrique en point F, le circuit équivalent monophasé est

générateurs sont en parallèle, leur réactance totale combiné vont

La réactance du transfo et du réacteur on série vaut= ( + 0,1), d’où la réactance

Thévenin en pu au point de défaut F et de :

=

,+

,=

,

,,,

au point de défaut F vaut :

La puissance de CC ne doit pas exécuter 500MVA (Pdc des appareils de

(,)

(,),

025,

Le courant de charge totale qui correspond à 500 MVA est

874,8 ,

=

√=

√= 19052,6 ,

=

,

,,

123

le circuit équivalent monophasé est :

générateurs sont en parallèle, leur réactance totale combiné vont ;

, d’où la réactance

areils de coupure).

Page 127: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

124

Chapitre VII

Composantes symétriques

Page 128: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

125

VII.1 Introduction

Un système triphasé est dit symétrique quand le système raccordé à chaque phase (à

n’importe quelle phase) est similaire (semblable). Ainsi, dans un système triphasé

symétrique, les impédances propres de toutes les trois phases sont égales et les impédances

mutuelles, si elles existent, entres les trois phases sont identiques.

Un système de tensions (courants) triphasé est dit équilibré si les amplitudes des trois

tensions/Courants de phases sont égales et sont séparées entre eux d’un angle électrique de

120° en phase. En raison de la symétrie du système et la nature équilibrée des

tensions/courants, l’analyse sera faite sur une phase comme le cas du monophasé, c.à.d. en

raison de la symétrie et les tensions équilibrés cela donne lieu à des courants équilibrées.

Lorsque le système est déséquilibré, les tensions, les courants et les phases d’impédance

sont en général inégales. Un tel système peut être résolu par une technique de symétrie par

phase connue par la méthode des composantes symétrique. Cette méthode a été proposée

par Fortescue en 1918 et est souvent appelé la méthode des trois composantes. Elle offre

un moyen d’étendre l’analyse par phase sur des systèmes alimentant des charges

déséquilibrées, ou des bornes déséquilibrées comme les courts-circuits ou les défauts. Dans

un déséquilibre, il est supposé que le système est équilibré ( = = ) dans les trois

phases avec des terminaisons déséquilibrées au niveau de la charge.

VII.2 Théorème de Fortescue [10]

Le théorème de Fortescue s’annonce comme suit : « Un ensemble de ‘n’ phaseurs

asymétrique peut être résolu en ‘n-1’ systèmes équilibrés à ‘n’ phases de différentes

séquences des phases plus ‘1’ système de séquence de phase zéro ».

Selon Fortescue, le système de séquence zéro phase est un système dont tous les phaseurs

ont les mêmes amplitudes et le même angle de phase, ce sont des phaseurs identiques. Le

théorème de Fortescue peut être appliqué à plusieurs systèmes triphasés pratiques.

VII.3 Séquence des phases

La séquence des phases de phaseurs est l’ordre dans lequel ces phases passent par un

maximum positif. Ainsi, une séquence de phase abc implique que les maximas se

produisent dans l’ordre ‘a, b, c’. si l’ordre abc est pris comme séquence positive, alors acb

représente la séquence négative de phase.

Page 129: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Il est à noter que pour les deux séquences de phases (positive et négative), la notation des

phaseurs est prise dans le sens

VII.4 L’opérateur ‘

Le phaseur α est un opérateur lorsqu’il fonctionne sur un phaseur, il le fait tourner de

+120° sans toucher à son amplitude.

(module de α = 1) et un angle 120°

= 1 ∠120° = 1.

=

= 1 ∠240° =

=

= 1 ∠0° = = 1

=

=

Les différentes puissances du vecteur

Figure 7.1

Propriétés de l’opérateur

1 + + = 0 = () =

A noter qu’une barre sur un vecteur (phaseur) représente le conjugué de son nombre

complexe.

Remarques :

1. − ne provoque pas une rotation de

− = 1 ∠

2. dans plusieurs documents

.

que pour les deux séquences de phases (positive et négative), la notation des

phaseurs est prise dans le sens antihoraire.

‘α’

rateur lorsqu’il fonctionne sur un phaseur, il le fait tourner de

+120° sans toucher à son amplitude. L’opérateur (phaseur) α a une amplitude unité

(module de α = 1) et un angle 120° :

= cos

+ sin

= −0.5 + 0.866

= −0.5 − 0.866

Les différentes puissances du vecteur α sont représentées sur la figure 7.1.

Figure 7.1: Diagramme du phaseur de plusieurs puissances de α.

:

A noter qu’une barre sur un vecteur (phaseur) représente le conjugué de son nombre

ne provoque pas une rotation de -120° mais de

∠ − 60° ,

dans plusieurs documents est remplacé par la notation

126

que pour les deux séquences de phases (positive et négative), la notation des

rateur lorsqu’il fonctionne sur un phaseur, il le fait tourner de

une amplitude unité

ésentées sur la figure 7.1.

: Diagramme du phaseur de plusieurs puissances de α.

A noter qu’une barre sur un vecteur (phaseur) représente le conjugué de son nombre

120° mais de -60° car on avait :

est remplacé par la notation , ℎ ou encore

Page 130: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

VII.5 Composantes symétriques d’un système triphasé

déséquilibré [10-12]

En se référant au théorème de Fortescue, trois phaseurs asymétriques et désé

(tension/courants) d’un système triphasé peu

trois systèmes des phaseurs équilibrés qui contiennent une certaine

Un ensemble de trois phaseurs égaux en

rapport à l’autre et une séquence de phase pareil que celle des phaseurs

déséquilibrés originaux. Cet ensemble de phaseurs équilibrés est

composante à séquence

Un système de trois ph

à l’autre avec une séquence

équilibré est dénommé

inverse) ;

Et un ensemble de trois phaseu

arbitraire en direction

de phase zéro (système homopolaire).

Ces trois ensembles des phaseurs équilibrés

les composantes symétriques du système original de phaseurs déséquilibrés.

Sur la figure 7.2, soient

, comme séquence original.

Figure 7.2: Composantes symétriques

On accorde la notation suivante pour les trois composantes symétriques

(, , ) : système homopolaire (ensemble à séquence zéro),

(, , ) : système direct

(, , ) : système inverse (en

VII.5 Composantes symétriques d’un système triphasé

12]

En se référant au théorème de Fortescue, trois phaseurs asymétriques et désé

courants) d’un système triphasé peuvent être décomposés en la superposition de

des phaseurs équilibrés qui contiennent une certaine symétrie

Un ensemble de trois phaseurs égaux en amplitudes et déphasés de 120° l’un par

rapport à l’autre et une séquence de phase pareil que celle des phaseurs

déséquilibrés originaux. Cet ensemble de phaseurs équilibrés est

séquence de phase positive (système directe) ;

Un système de trois phaseurs à amplitudes égales, disposés à 120° l’un par rapport

séquence apposée à celle des phaseurs originaux. Cet ensemble

dénommé : composante à séquence négative de phase (système

de trois phaseurs à amplitudes égales, avec un déphasage

arbitraire en direction entre eux. Cet ensemble est nommé : composante à séquence

de phase zéro (système homopolaire).

Ces trois ensembles des phaseurs équilibrés, tels que représente la figure 7.2,

les composantes symétriques du système original de phaseurs déséquilibrés.

, et un système déséquilibré de phaseurs tensions, avec

, comme séquence original.

: Composantes symétriques équilibrées d’un système triphasé déséquilibré.

On accorde la notation suivante pour les trois composantes symétriques

: système homopolaire (ensemble à séquence zéro),

: système directe (ensemble à séquence positive),

: système inverse (ensemble à séquence négative).

127

VII.5 Composantes symétriques d’un système triphasé

En se référant au théorème de Fortescue, trois phaseurs asymétriques et déséquilibrés

en la superposition de

symétrie :

déphasés de 120° l’un par

rapport à l’autre et une séquence de phase pareil que celle des phaseurs

déséquilibrés originaux. Cet ensemble de phaseurs équilibrés est appelé :

, disposés à 120° l’un par rapport

à celle des phaseurs originaux. Cet ensemble

de phase (système

un déphasage zéro (nul)

: composante à séquence

, tels que représente la figure 7.2, sont nommé

les composantes symétriques du système original de phaseurs déséquilibrés.

un système déséquilibré de phaseurs tensions, avec

d’un système triphasé déséquilibré.

:

: système homopolaire (ensemble à séquence zéro),

(ensemble à séquence positive),

semble à séquence négative).

Page 131: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

128

Par application du principe de superposition dans l’étude des circuit d’électrotechnique, on

a :

= + + , (7.1)

= + + , (7.2)

= + + , (7.3)

NB : un système équilibré possède une composante homopolaire et une composante

inverse nulles. Donc il est le système direct lui-même.

VII.6 Synthèse des composantes symétriques [10-12]

On prend comme référence des phases et on applique les effets de l’opérateur , on peut

écrire :

Pour la composante directe :

= (7.4)

= (7.5)

Pour la composante inverse :

= , (7.6)

= , (7.7)

Pour la composante homopolaire :

= , (7.8)

= , (7.9)

D’où les équations de (7.2) à (7.3) deviennent :

= + + (7.10)

= + + (7.11)

= + + (7.12)

Sous forme matricielle :

= 1 1 11 1

(7.13)

Page 132: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

129

= . , c’est l’équation de synthèse des composantes symétriques (7.14)

= 1 1 11 1

: matrice de transformation qui transforme à .

VII.7 Analyse des composantes symétriques [10-12]

C’est déterminer les composantes symétriques en fonction de phaseurs originaux. Donc

c’est en réalité le passage inverse suivant :

= , (c’est l’équation d’analyse des composante) (7.15)

=

1 1 11

1

(7.16)

Avec =

1 1 11

1 : matrice de passage inverse.

Donc on a :

=

( + + ) (7.17)

=

( + + ) (7.18)

=

( + + ) (7.19)

Donc toujours on trouve les composantes symétriques représentant la phase . Les autres

composantes sont à déterminer par l’opérateur = −

= 1∠120°.

Les équations (7.17) à (7.19) représentent les phaseurs tensions phase-neutre. On peut faire pareil pour les composantes symétriques des phaseurs tensions phase-phase.

VII.8 Composante symétriques des phaseurs du courant

La méthode reste la même quelque soit le paramètre électrique. Pour les phaseurs courants,

on aura la même chose que les phaseurs tensions :

= . , = 1 1 11 1

= , =

1 1 11

1

Page 133: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

VII.9 Nature générale de la séquence zéro du courant

La séquence zéro du courant (composante homopolaire) est donné par

= = =

( +

Cette composante est à analyser selon le type de connexion

VII.9.1 Dans un enroulement connecté Delta

Dans un enroulement en connexion Delta (

phases , et sont égaux en amplitude et en phase ce qui donne lieu à

= = = , ces courants sont produits grâce à l’existence des tensions de la

composante homopolaire. La représentation d’un tel système est consignée en figure 7.3.

Figure 7.3: La séquence zéro du courant

Par application de la loi de nœuds

+ =

Ce qui donne lieu à :

= − = −

D’un raisonnement pareil, on peut trouver

= 0 et = 0.

Cependant, on conclut qu’aucun courant de la composante homopolaire ne circule dans les

lignes connectés à l’enroulement

chemin de retour (pas de conducteur neutre).

nul, l’impédance de la composante homopolaire est infinie. Elle s

circuit ouvert en schéma monophasé d’où

lors d’une charge connectée en delta

VII.9 Nature générale de la séquence zéro du courant

courant (composante homopolaire) est donné par

+ )

Cette composante est à analyser selon le type de connexion : Delta ou Star

enroulement connecté Delta

connexion Delta (∆) , les courants des séquences homopolaire des

sont égaux en amplitude et en phase ce qui donne lieu à

, ces courants sont produits grâce à l’existence des tensions de la

La représentation d’un tel système est consignée en figure 7.3.

: La séquence zéro du courant dans un enroulement connecté

de la loi de nœuds en nœud ‘a’, on a :

= 0

, on peut trouver :

qu’aucun courant de la composante homopolaire ne circule dans les

lignes connectés à l’enroulement connecté en connexion ∆. Cela se traduit par l’absence du

tour (pas de conducteur neutre). Du moment que le courant homopolaire est

ance de la composante homopolaire est infinie. Elle sera schématisée par un

ouvert en schéma monophasé d’où la représentation de la composante homopolaire

lors d’une charge connectée en delta :

130

VII.9 Nature générale de la séquence zéro du courant

Star.

, les courants des séquences homopolaire des

sont égaux en amplitude et en phase ce qui donne lieu à :

, ces courants sont produits grâce à l’existence des tensions de la

La représentation d’un tel système est consignée en figure 7.3.

dans un enroulement connecté Delta.

qu’aucun courant de la composante homopolaire ne circule dans les

ela se traduit par l’absence du

le courant homopolaire est

era schématisée par un

la représentation de la composante homopolaire

Page 134: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 7.4: Le circuit équivalent de la séquence homopolaire d’un enroulement connecté en

VII.9.2 Dans un enroulement connecté étoile avec neutre isolé de la terre

Dans le cas d’une connexion Star s

représenté sur la figure 7.5,

+ + = = 0

Ce qui donne :

= = =

( +

dans les de la composante homopolaire sont nul

Figure 7.5: un enroulement connecté étoile avec

VII.9.2 Dans un enroulement connecté étoile avec neutre à la terre

Dans le cas d’une connexion Star avec neutre à la terre, tel que représenté sur la figure 7.6,

on aura :

Figure 7.6

: Le circuit équivalent de la séquence homopolaire d’un enroulement connecté en

VII.9.2 Dans un enroulement connecté étoile avec neutre isolé de la terre

Dans le cas d’une connexion Star sans neutre (ou neutre isolé de la terre), tel que

représenté sur la figure 7.5, on aura :

+ ) = 0

de la composante homopolaire sont nuls.

: un enroulement connecté étoile avec neutre isolé de la terre.

VII.9.2 Dans un enroulement connecté étoile avec neutre à la terre

Dans le cas d’une connexion Star avec neutre à la terre, tel que représenté sur la figure 7.6,

Figure 7.6: un enroulement connecté étoile avec neutre à la terre.

131

: Le circuit équivalent de la séquence homopolaire d’un enroulement connecté en Delta.

VII.9.2 Dans un enroulement connecté étoile avec neutre isolé de la terre

(ou neutre isolé de la terre), tel que

neutre isolé de la terre.

VII.9.2 Dans un enroulement connecté étoile avec neutre à la terre

Dans le cas d’une connexion Star avec neutre à la terre, tel que représenté sur la figure 7.6,

à la terre.

Page 135: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

132

+ + =

Ce qui entraine :

= = =

( + + ) =

Donc, dans une situation pareille, le courant dans le neutre représente 3 fois l’intensité de

la composante homopolaire :

= 3

Ici les courants homopolaires circulent à la fois dans les phases que dans les enroulements

de la charge. La figure 7.7 ci-après montre les circuits équivalents pour un système triphasé

connecté en étoile :

Figure 7.7: les circuits équivalent de la séquence homopolaire d’un système triphasé en étoile (a) avec

neutre isolé, (b) avec neutre mis à la terre à travers une impédance et (c) avec neutre directement mis à la

terre.

VII.10 La puissance en termes de composantes symétriques

Dans un système monophasé, la puissance apparente exprimée VA est donnée par :

= + = . ∗

, : tension et courant de phase, ∗ conjugué du courant.

Dans un système triphasé, la puissance apparente est donnée par:

= = . ∗ + .

∗ + . ∗

Page 136: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

133

Avec , , : tension de phases et ∗,

∗, ∗ : conjugués relatifs aux courant de phases

, , respectivement. Sous forme matricielle :

= [ ]

∗ =

∗ =

. ∗

Comme = . , = . , on peut écrire :

Avec représente le vecteur transposé du vecteur considéré.

= [. ]. [. ]

∗ = . . ∗.

Pour rappel, le transposée du produit de deux matrice est donné par :

[. ] = .

Donc :

= 1 1 11 1

, = 1 1 11 1

=

Le conjugué de la matrice A est :

∗ = 1 1 11 ∗

1 ∗ ∗ =

1 1 11

1 , car ∗ = , ∗

=

. ∗ = 3 0 00 3 00 0 3

= 3

= : matrice identitaire (creuse), d’où :

= 3. .

∗ = 3.

∗ = 3

Et sous forme matricielle, on aura :

= [ ]

VII.11 Potentiel du neutre

Dans les cas du neutre isolé ou neutre mis à la terre à travers une impédance, le neutre peut

être au même potentiel de la terre ou différent de ce dernier.

Page 137: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Considérons le réseau de la figure

travers une impédance) via

Par conséquent, il y a un potentiel entre le point neutre et la terre

Soient , et les tensions entre la terre et le point

On a :(loi de Kirchhoff)

= +

= +

= +

Nous devons déterminer les composantes symétriques de

=

+ + =

=

+ +

=

+ +

Ces équations montrent :

Les séquences positives et négatives des tensions entre neutre et terre sont nulles.

La tension neutre-terre représente la tension homopolaire.

Si : : impédance homopolaire entre

: impédance homopolaire totale de

La chute de tension totale entre

+ =

Considérons le réseau de la figure 7.8 suivante dont le neutre est impédant (mis à la terre à

via .

Figure 7.8: Potentiel du neutre impédant.

Par conséquent, il y a un potentiel entre le point neutre et la terre noté

les tensions entre la terre et le point (phase).

Nous devons déterminer les composantes symétriques de des trois tensions triphasées

=

=

(1 + + ) = 0

=

(1 + + ) = 0

Les séquences positives et négatives des tensions entre neutre et terre sont nulles.

terre représente la tension homopolaire.

impédance homopolaire entre et ,

: impédance homopolaire totale de et ,

a chute de tension totale entre et est :

134

impédant (mis à la terre à

.

des trois tensions triphasées :

Les séquences positives et négatives des tensions entre neutre et terre sont nulles.

Page 138: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

135

Avec: = 3

(3 + ) =

Par comparaison, on aura

= +

Si le neutre est mis directement à la terre devient :

=

VII.12 Séquence d’impédances

L’application principale du théorème de la méthode des composantes symétriques est

l’analyse du réseau triphasé sujet à des défauts asymétriques. Dans un tel réseau,

l’impédance de chaque phase jusqu’au défaut sont égales.

Par définition :

Impédance de séquence positive : =

,

Impédance de séquence négative : =

,

Impédance de séquence homopolaire : =

.

La connaissance (détermination) des impédances de séquences est essentielle dans l’étude

du comportement du système sous conditions de défauts asymétriques. Chaque composant

(élément), soit pour le statique (ligne de transport, transferts ou charge statiques) ou rotatifs

(machines synchrones ou asynchrones), a trois valeurs d’impédances : une pour chaque

composante symétrique de courant. Il y a des cas ou deux des trois impédances ou même

les trois valeurs d’impédances sont égaux. Les éléments statiques ou = et sont

différentes et leurs valeurs sont aussi différentes pour les trois impédances pour les

machines tournantes.

En général :

. = , chute de tension de la séquence directe,

. = , chute de tension de la séquence inverse,

. = , chute de tension de la séquence homopolaire.

Page 139: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Cela, en d’autres mots, veut dire qu’il n’y a pas de

différentes composantes symétriques, d’où chaque composante est à considérer

séparément. Cela implique l

VII.13 Les séquence d’u

La présence d’un défaut dans un réseau le rend asymétrique et déséquilibrées. La théorie

de composante symétrique, en cas de défaut, propose que les trois systèmes à composantes

symétriques soient injectés

courants déséquilibrés.

Le réseau monophasé équivalant

seule séquence est appelé la séquence

séquence réseau peut être définit comme étant un réseau équivalent d’un système équilibré

sous des conditions imaginaires de fonctionnement dont une seule composante symétrique

de tension et courant est présente dans le système.

Le circuit de Thevenin de chaque séq

Figure 7.9

Du moment le courant de la phase

, les composantes symétriques

à noter que la connexion déséquilibrée doit être

courant circule du côté équilibré du système à cette connexion déséquilibrée.

Les composantes symétriques de tensions s

= −.

= − .

= −.

es mots, veut dire qu’il n’y a pas de dépendance matérielle

différentes composantes symétriques, d’où chaque composante est à considérer

séparément. Cela implique la facilite de calcul dans des défauts asymétriques

VII.13 Les séquence d’un réseau pour le calcul des défauts

La présence d’un défaut dans un réseau le rend asymétrique et déséquilibrées. La théorie

de composante symétrique, en cas de défaut, propose que les trois systèmes à composantes

injectés au réseau en remplacement des tensions déséquilibrées ou des

équivalant contenant uniquement l’impédance et l

seule séquence est appelé la séquence réseau de telle séquence particulière.

réseau peut être définit comme étant un réseau équivalent d’un système équilibré

sous des conditions imaginaires de fonctionnement dont une seule composante symétrique

de tension et courant est présente dans le système.

de chaque séquence réseau est représenté en figure 7.9

Figure 7.9: Séquences réseau suite à un déséquilibre.

de la phase ‘a’ circule de la source du système au point de défaut

, les composantes symétriques , et circulent à partir du point de défaut

à noter que la connexion déséquilibrée doit être raccordée au point de défaut

courant circule du côté équilibré du système à cette connexion déséquilibrée.

Les composantes symétriques de tensions sont alors :

136

matérielle entre les

différentes composantes symétriques, d’où chaque composante est à considérer à agir

facilite de calcul dans des défauts asymétriques.

n réseau pour le calcul des défauts

La présence d’un défaut dans un réseau le rend asymétrique et déséquilibrées. La théorie

de composante symétrique, en cas de défaut, propose que les trois systèmes à composantes

emplacement des tensions déséquilibrées ou des

et le courant d’une

particulière. Cependant, une

réseau peut être définit comme étant un réseau équivalent d’un système équilibré

sous des conditions imaginaires de fonctionnement dont une seule composante symétrique

représenté en figure 7.9 :

circule de la source du système au point de défaut

circulent à partir du point de défaut . Il est

au point de défaut et le

courant circule du côté équilibré du système à cette connexion déséquilibrée.

Page 140: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Avec , et impédances équivalents totales des séquences réseau (zéro

(homopolaire), positive (directe)

Par similitude, pour un défaut sur un gén

les chutes de tension des différentes séquences sont

= −.

= − .

= −.

VII.14 Séquence d’impédances d’une ligne de transport

Considérons une ligne de transport triphasé

par phase et impédances

chaque deux phases de ligne

Figure 7.10

Soient , et les courants de ligne. Si le système de tensions est déséquilibré, nous

aurons un courant qui circule à travers le conducteur neutre qui contient l’impédance

cependant :

= + +

(, , ) et (,

, ) sont les deux systèmes des tensions aux extrémités de la ligne

l’entrée et à la sortie de la ligne

Avec application de la loi Kirchhoff,

− = + +

− = + +

impédances équivalents totales des séquences réseau (zéro

(directe) et négative (inverse)).

Par similitude, pour un défaut sur un générateur à vide avec une tension

les chutes de tension des différentes séquences sont :

VII.14 Séquence d’impédances d’une ligne de transport

transport triphasé, voir figure 7.10, avec impédances propres

impédances mutuelles entre phases, à supposer que

chaque deux phases de ligne.

Figure 7.10: Séquence d’impédances d’une ligne de transport.

les courants de ligne. Si le système de tensions est déséquilibré, nous

qui circule à travers le conducteur neutre qui contient l’impédance

sont les deux systèmes des tensions aux extrémités de la ligne

l’entrée et à la sortie de la ligne respectivement),

Kirchhoff, on a :

+ ( + + )

+ ( + + )

137

impédances équivalents totales des séquences réseau (zéro

érateur à vide avec une tension d’excitation ,

VII.14 Séquence d’impédances d’une ligne de transport

impédances propres

entre phases, à supposer que est égale entre

: Séquence d’impédances d’une ligne de transport.

les courants de ligne. Si le système de tensions est déséquilibré, nous

qui circule à travers le conducteur neutre qui contient l’impédance

sont les deux systèmes des tensions aux extrémités de la ligne (à

Page 141: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

138

− = + + + ( + + )

D’où sous forme matricielle, on aura :

= + + +

+ + +

+ + +

,

Une forme compacte : − = . ,

Par application de la matrice de transformation des composantes symétriques, on aura :

− = . , on multiplie cette équation par on trouve :

− = . ,

Par définition, on admet :

. = : la matrice impédance des composantes symétriques.

D’où :

− = .

Avec : matrice de transformation qui convertit la matrice d’impédance de la ligne de

transport à celle en composante symétrique.

= . =

1 1 11

1 []

1 1 11 1

,

On pose : + = , + = , on aura :

[] =

D’où :

[]. =

+ + + ( + ) + ( + )

+ + + + + +

+ + + + + +

=

+ 2 ( − ) −

+ 2 ( − ) ( − )

+ 2 ( − ) ( − )

,

. =

+ 2 + 3 − −

+ 2 + 3 ( − ) ( − )

+ 2 + 3 ( − ) ( − )

On pose : + 2 + 3 = et − = Ce qui entraine :

Page 142: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

139

. =

D’où :

. . =

1 1 11

1

. . =

3 (1 + + ) (1 + + )

(1 + + ) (1 + + ) (1 + + )

(1 + + ) (1 + + ) (1 + + )

Or 1 + + = 0, = 1, = .

D’où:

=

3 0 00 3 00 0 3

=

0 00 00 0

Par remplacement, on aura :

=

+ + − −

On définit ainsi les séquences d’impédance de ligne par :

= + + ,

= − ,

= − ,

Ce qui résulte à :

=

0 00 00 0

Donc :

− = . ⇔

=

0 00 00 0

Page 143: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

− = . ,

− = . ,

− = . ,

Ces derniers relations montrent

Dans un circuit symétrique avec au sans couplage mutuel, les courants d’une

séquence donnée provoquent des chutes des tensions pour la même séquence

uniquement.

Les séquence d’impédance sont découplées (pas de mutuelles entre

Le découplage d’impédance par C.S indique que le chute de tension rotative à

chaque séquence doit être traitée à part entière.

= = −

≈ 2 à 3.5 de ou

Donc en final la ligne peut être représentée par

Figure 7.11: Séquence réseau d’une ligne de transport

réseau positive, (c) séquence réseau négative

VII.15 Séquence d’impédances d’une machine synchrone

(Alternateur)

Souvent pour les alternateurs,

d’impédance d’une machine synch

machine synchrone ont des valeurs différentes.

VII.15.1 Impédance de la Séquence positive

Elle dépend de l’intervalle de temps qu’on s’intéresse, une des trois réa

utilisée.

1) Pour le régime temps sub

Ces derniers relations montrent :

Dans un circuit symétrique avec au sans couplage mutuel, les courants d’une

séquence donnée provoquent des chutes des tensions pour la même séquence

Les séquence d’impédance sont découplées (pas de mutuelles entre

Le découplage d’impédance par C.S indique que le chute de tension rotative à

quence doit être traitée à part entière.

le long de la ligne de transport.

ou , donc ≠ ; .

Donc en final la ligne peut être représentée par :

: Séquence réseau d’une ligne de transport (a) séquence réseau homopolaire, (b) séquence

réseau positive, (c) séquence réseau négative.

VII.15 Séquence d’impédances d’une machine synchrone

pour les alternateurs, on néglige la résistance et cependant toutes les séquences

d’impédance d’une machine synchrone sont des réactances. En général

machine synchrone ont des valeurs différentes.

VII.15.1 Impédance de la Séquence positive

Elle dépend de l’intervalle de temps qu’on s’intéresse, une des trois réa

Pour le régime temps subtransitf, on utilise la réactance subtransitoire

140

Dans un circuit symétrique avec au sans couplage mutuel, les courants d’une

séquence donnée provoquent des chutes des tensions pour la même séquence

Les séquence d’impédance sont découplées (pas de mutuelles entre , et ).

Le découplage d’impédance par C.S indique que le chute de tension rotative à

séquence réseau homopolaire, (b) séquence

VII.15 Séquence d’impédances d’une machine synchrone

on néglige la résistance et cependant toutes les séquences

rone sont des réactances. En général , et d’une

Elle dépend de l’intervalle de temps qu’on s’intéresse, une des trois réactances sera

transitoire :

Page 144: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

=

2) Pour le régime de temps transitoire, on utilise la réactance transitoire

=

3) Si on s’intéresse à la valeur du régime permanent on

=

VII.15.2 Impédance de Séquence négative

Les courants de séquence négative produisent un champ magnétique tournant

vitesse mais au sens opposé à celui produit par la composante positive du courant, par

conséquent l’impédance inverse est différente de l’impédance directe.

L’impédance de séquence négative d’une machine synchrone est définit par

=

Avec est la réactance subtransitoire directe et

quadratique.

VII.15.2 Impédance de Séquence négative et Zéro

Les courants de séquence zéro sont tous en phase, d’où ils ne produisent pas un champ

tournant, l’impédance de séquence

la séquence homopolaire par phase du générateur.

VII.16 Réseau des Séquences d’une machine synchrone

La figure 7.12 ci-après montre une

avec neutre mis à la terre par une impédance

Figure 7.12

Pour le régime de temps transitoire, on utilise la réactance transitoire

Si on s’intéresse à la valeur du régime permanent on prend :

VII.15.2 Impédance de Séquence négative

Les courants de séquence négative produisent un champ magnétique tournant

vitesse mais au sens opposé à celui produit par la composante positive du courant, par

inverse est différente de l’impédance directe.

négative d’une machine synchrone est définit par

est la réactance subtransitoire directe et est la réactance subtransitoire

15.2 Impédance de Séquence négative et Zéro

Les courants de séquence zéro sont tous en phase, d’où ils ne produisent pas un champ

tournant, l’impédance de séquence Z dépend et du type de mise à la terre du neutre et de

la séquence homopolaire par phase du générateur.

VII.16 Réseau des Séquences d’une machine synchrone

montre une machine triphasé synchrone (générateur ou moteur)

à la terre par une impédance .

Figure 7.12 : Réseau des Séquences d’une machine synchrone.

141

Pour le régime de temps transitoire, on utilise la réactance transitoire :

Les courants de séquence négative produisent un champ magnétique tournant à la même

vitesse mais au sens opposé à celui produit par la composante positive du courant, par

négative d’une machine synchrone est définit par :

est la réactance subtransitoire

Les courants de séquence zéro sont tous en phase, d’où ils ne produisent pas un champ

dépend et du type de mise à la terre du neutre et de

VII.16 Réseau des Séquences d’une machine synchrone

synchrone (générateur ou moteur)

: Réseau des Séquences d’une machine synchrone.

Page 145: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Le générateur est à vide (pas de charge)

est due à la présence d’un défaut

ou deux courants de lignes sont

= 0 , = 0 et la phase «

générateur de la ligne sont

VII.16.1 La Séquence positive

Les enroulements d’une machine synchrone sont symétriques. Cependant, les tensions d

générateurs sont d’une séquence positive (composante directe) uniquement.

Figure 7.13 : La séquence positive d’un

Du moment que +

l’impédance de la terre

équilibré). Donc :

= − .

VII.16.2 La Séquence négative

Une machine synchrone ne génère pas de tensions de séquence négative, dont le modèle

est :

Figure 7.14 : La séquence négative

Le générateur est à vide (pas de charge) ; la circulation des courants de lignes

est due à la présence d’un défaut à la sorite du générateur. Dépendant du type du défaut, un

de lignes sont nuls. Pour exemple, le cas d’un défaut phase

et la phase « » est accidentellement à la terre. Les tensions induites

, et .

.1 La Séquence positive

Les enroulements d’une machine synchrone sont symétriques. Cependant, les tensions d

séquence positive (composante directe) uniquement.

: La séquence positive d’une machine synchrone (a) modèle triphasé (b) modèle monophasé

+ = 0, il est impératif qu’aucun courant ne circule dans

(composante directe d’un système triphasé

VII.16.2 La Séquence négative

Une machine synchrone ne génère pas de tensions de séquence négative, dont le modèle

: La séquence négative d’une machine synchrone (a) modèle triphasé (b) modèle monophasé.

142

; la circulation des courants de lignes , et

du type du défaut, un

, le cas d’un défaut phase-terre on a

Les tensions induites par le

Les enroulements d’une machine synchrone sont symétriques. Cependant, les tensions du

séquence positive (composante directe) uniquement.

(b) modèle monophasé.

aucun courant ne circule dans

système triphasé symétrique et

Une machine synchrone ne génère pas de tensions de séquence négative, dont le modèle

machine synchrone (a) modèle triphasé (b) modèle monophasé.

Page 146: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

= −.

VII.16.3 Réseau de séquence zéro

Le schéma équivalent de la séquence zéro est

Figure 7.15

On sait que = + +

borne au bus de référence qui est au potentiel de la terre.

Par loi de Kirchhoff on a :

+ + = 0 ⟹ −

D’où la tension homopolaire de la phase est

= −3−

Ce qui résulte en final en :

= − + =

VII.17 Réseau des Séquences zéro

Le réseau de la séquence zéro

des trois phases d’enroulement pour chaque composante du système

à noter que le courant de la séquence zéro est une composante monophasée et cependant

son existence dépend aussi du chemin fermé que doit compléter à travers la terre des

références.

Le cas dont le retour à la terre n’existe pas, donne lieu à la non circulation du courant

homopolaire ( = 0) et le réseau de séquence

sera remplacé par un circuit ouvert (

Réseau de séquence zéro :

Le schéma équivalent de la séquence zéro est représenté en figure 7.15 :

Figure 7.15 : Impédance de séquence zéro par phase du générateur

+ = 3. , soit la tension de la séquence zéro de la

au bus de référence qui est au potentiel de la terre.

−− − = 0

homopolaire de la phase est :

= −.

VII.17 Réseau des Séquences zéro des transformateurs

Le réseau de la séquence zéro (système homopolaire) dépend de la nature des connexions

des trois phases d’enroulement pour chaque composante du système (transformateur)

à noter que le courant de la séquence zéro est une composante monophasée et cependant

ussi du chemin fermé que doit compléter à travers la terre des

Le cas dont le retour à la terre n’existe pas, donne lieu à la non circulation du courant

et le réseau de séquence homopolaire qui correspond à

era remplacé par un circuit ouvert ( = 0).

143

:

zéro par phase du générateur.

la tension de la séquence zéro de la

des transformateurs

(système homopolaire) dépend de la nature des connexions

(transformateur). Il est

à noter que le courant de la séquence zéro est une composante monophasée et cependant

ussi du chemin fermé que doit compléter à travers la terre des

Le cas dont le retour à la terre n’existe pas, donne lieu à la non circulation du courant

qui correspond à cette situation

Page 147: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Quand le courant magnétisant dans un transfo

circuit du primaire sont équivalent

transformateur :

=

Cependant le courant peut circuler uniquement dans les enroulements du primaire

un courant au secondaire.

Les courants de séquence zéro peuvent circuler dans

et seulement si le point étoile

courants homopolaires ne peuvent pas circuler dans les enroulements.

l’enroulement connecté delta n’a pas une

pas un chemin de retour de la comp

homopolaires circulent dans l

tensions homopolaire, mais

Considérons le transformateur connecté en

après. L’enroulement primaire du transformateur est mis à la terre tandis que le secondaire

ne l’est pas.

Figure 7.16

Dans cette figure, il y a un retou

pas de retour dans celui du

existant dans le réseau de séquence zéro entre

Figure 7.17-1 : Le réseau de séquence homopolaire d’un transformateur triphasé connecté en Y

Quand le courant magnétisant dans un transformateur est négligé, les ampèrestours

équivalent aux les ampèrestours du circuit du

le courant peut circuler uniquement dans les enroulements du primaire

Les courants de séquence zéro peuvent circuler dans les enroulements connectés

étoile est mis à la terre. Si le point étoile n’est mis à la terre,

ne peuvent pas circuler dans les enroulements.

l’enroulement connecté delta n’a pas une connexion physique à la terre et de ce fait il n’y a

pas un chemin de retour de la composante homopolaire des courants. A

circulent dans l’enroulement en connexion delta du fait de l’existence

homopolaire, mais les courants homopolaires de lignes sont nuls.

rmateur connecté en Y-Y comme c’est indiqué dans de la figure ci

après. L’enroulement primaire du transformateur est mis à la terre tandis que le secondaire

Figure 7.16 : Le transformateur triphasé connecté en Y-Y.

Dans cette figure, il y a un retour pour le courant homopolaire dans le circuit

celui du secondaire. Ceci nous mène à schématiser un circuit ouvert

dans le réseau de séquence zéro entre les deux enroulements et

de séquence homopolaire d’un transformateur triphasé connecté en Y

144

est négligé, les ampèrestours au

du circuit du secondaire du

le courant peut circuler uniquement dans les enroulements du primaire s’il y a

les enroulements connectés en star si

le point étoile n’est mis à la terre, les

ne peuvent pas circuler dans les enroulements. Par conséquent,

connexion physique à la terre et de ce fait il n’y a

. Alors les courants

delta du fait de l’existence des

sont nuls.

comme c’est indiqué dans de la figure ci-

après. L’enroulement primaire du transformateur est mis à la terre tandis que le secondaire

r pour le courant homopolaire dans le circuit primaire mais

un circuit ouvert

et .

de séquence homopolaire d’un transformateur triphasé connecté en Y-Y.

Page 148: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Si par contre on dispose d’un transfo

comme le montre la figure

Figure 7.16-2 : Le transformateur triphasé connecté en terr

En général, Un circuit plus pratique est général équivalent à la séquence zéro d’un

transformateur triphasé quelc

Figure 7.17 : Réseau équivalent pour déterminer le réseau de

: l’impédance de séquence zéro du transformateur.

La règle générale pour déterminer le réseau de séquence zéro connecté du transfo

en question est la suivante :

Le switch en série d’un coté

terre. Le switch shunt est fermé si le coté est connecté delta.

switches seront laissés ouverts.

Soit le transformateur delta

la figure 7.17 -1.

un transformateur connecté étoile-delta avec neutre à la

comme le montre la figure 7.16-2.

: Le transformateur triphasé connecté en terre-Y-D et réseau de la séquence homopolaire.

Un circuit plus pratique est général équivalent à la séquence zéro d’un

iphasé quelconque est représenté par :

Réseau équivalent pour déterminer le réseau de séquence zéro (homopolaire) d’un

transformateur.

: l’impédance de séquence zéro du transformateur.

La règle générale pour déterminer le réseau de séquence zéro connecté du transfo

:

Le switch en série d’un coté particulier est fermé s’il est connecté en étoile avec neutre à la

Le switch shunt est fermé si le coté est connecté delta. Pour les autre

switches seront laissés ouverts.

rmateur delta-étoile à la terre avec neutre secondaire isolé

145

delta avec neutre à la terre

D et réseau de la séquence homopolaire.

Un circuit plus pratique est général équivalent à la séquence zéro d’un

séquence zéro (homopolaire) d’un

La règle générale pour déterminer le réseau de séquence zéro connecté du transformateur

particulier est fermé s’il est connecté en étoile avec neutre à la

autres cas, les

comme l’indique

Page 149: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Figure 7.17 : Réseau équivalent de séquence zéro d’un transformateur connecté delta

Primaire delta :

Switch primaire shunt est fermé.

Switch série

Secondaire étoile :

Neutre isolé, switch série ouvert.

Neutre isolé,

: Réseau équivalent de séquence zéro d’un transformateur connecté delta

Switch primaire shunt est fermé.

Switch série est à laisser ouvert.

Neutre isolé, switch série ouvert.

, switch shunt ouvert.

146

: Réseau équivalent de séquence zéro d’un transformateur connecté delta-étoile à la terre.

Page 150: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

147

Chapitre VIII

Défauts asymétriques

Page 151: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

148

VIII.1 Introduction

Le terme défaut asymétrique est utilisé pour exprimer de condition déséquilibrée. C’est une

connexion ou situation qui cause un déséquilibre entre les trois phases. Si une connexion

déséquilibrée est raccordée à un point F sur un système équilibré alors on appel F le point

du défaut dans le système.

Cependant, si un défaut monophasé phase-terre provient dans un bus M alors le bus M

devient point de défaut. Aussi, si une charge triphasé déséquilibrée est connectée à un bus

N, alors le bus N devient point de défaut.

Un défaut asymétrique shunt est un déséquilibre entre phases ou entre phase et terre.

Un défaut série est un déséquilibre dans les impédances de lignes. Il ne provoque pas une

connexion entre lignes ou entre ligne est terres au point de défaut.

Les défauts shunts sont classé par :

Défaut monophasé phase-terre (LG : Line-to-Ground),

Défaut biphasé phase-phase (LL:Line-to-Line),

Défaut biphasé-terre (LLG),

Court-circuit triphasé (LLL),

Défaut triphasé-terre (LLLG).

Les défaut LG, LL, LLG sont des défauts asymétriques, et les défauts LLL et LLLG sont

des défauts symétriques.

Dans le cas de défaut symétriques, le système reste symétrique i.e. équilibré même après le

défaut.

Pour les défauts asymétriques les courants deviennent déséquilibrés après le défaut.

VIII.2 Hypothèses [14]

Les hypothèses suivantes sont faites pour l’analyse des défauts asymétriques :

1. Dans la majorité des cas, les courants de charges dans le système sont négligeables

devant les courants de défaut.

2. Les impédances réseau jusqu’au défaut sont équilibrées de sorte que les

composantes des séquences de phase sont indépendantes l’une de l’autre.

Page 152: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

149

3. Par convention, le courant de défaut est pris positif lorsqu’il est dirigé sur le point

de défaut.

4. La résistance des différents éléments est négligeable.

VIII.3 Séquences de tensions d’un générateur [14, 15]

Considérons un générateur triphasé symétrique, soient , , les tensions générées et

, , les composantes homopolaire, directe et inverse de la tension générée par

phase respectivement :

= , = .

=

( + + ) =

( + + ) =

(1 + + ) = 0.

=

( + + ) =

( + + ) =

(1 + 1 + 1) = .

=

( + + ) =

( + + ) =

(1 + + ) = 0.

Ces relations montrent qu’un générateur d’une conception symétrique généré la tension de

la séquence positive (composante directe) uniquement. La tension de composante négative

et la tension homopolaire sont nulles.

VIII.4 Séquences tensions au point du défaut

Soient , et les tensions de ligne pré-défaut des phases , et au point de défaut F,

est la tension de pré-défaut de la phase au point de défaut.

Pour un système équilibré : = , = .

=

( + + ) =

( + + ) =

(1 + + ) = 0 .

=

( + + ) =

( + + ) =

(1 + 1 + 1) = .

=

( + + ) =

( + + ) =

(1 + + ) = 0 .

Ces relations montrent ainsi que pour un système équilibré la séquence zéro et négative de

tension au point de défaut sont nulles et la tension phase-neutre de la phase au point de

défaut est rien d’autre que la séquence positive.

Cette tension de séquence directe est dénotée . C’est la tension pré-défaut.

Page 153: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

= = , = 0,

VIII.5 Procédure générale

La procédure générale adoptée dans l’analyse des différents types de défaut est décrite ci

dessous.

VIII.5.1 Diagramme (Schéma) du circuit

Un système d’un circuit en défaut montre toutes les connexions des phases au point de

défaut. Les directions des courants et les polarités de tensions sont marquées clairement.

Exemple :

, , les phases du système

du système original équilibré au point de défaut.

de défaut. Est la tension pré

système est équilibré est la tension de la séquence positive.

VIII.5.2 Conditions aux limites

Pour un type donné de défaut, les relations entre les tensions connues et le

point de défaut sont écrites. Ces conditions au point de défaut sont appelées conditions aux

limites (Boundary Conditions).

VIII.5.3 Transformation

Les équations obtenues en 5.2 seront résolues pour trouver les composantes symétriques

des tensions et des courants. Ce procédé est nommé transformation de

0 − − systèmes. =

= 0,

5 Procédure générale [14-16]

La procédure générale adoptée dans l’analyse des différents types de défaut est décrite ci

5.1 Diagramme (Schéma) du circuit

Un système d’un circuit en défaut montre toutes les connexions des phases au point de

. Les directions des courants et les polarités de tensions sont marquées clairement.

Figure 8.1: Three line-to-ground fault.

système originale. , et les courants de défaut circulants à partir

du système original équilibré au point de défaut. , et les tensions de phases au point

Est la tension pré-défaut de la phase au point de défaut. Etant donné que le

est la tension de la séquence positive.

Conditions aux limites

Pour un type donné de défaut, les relations entre les tensions connues et le

point de défaut sont écrites. Ces conditions au point de défaut sont appelées conditions aux

limites (Boundary Conditions).

5.3 Transformation

Les équations obtenues en 5.2 seront résolues pour trouver les composantes symétriques

des tensions et des courants. Ce procédé est nommé transformation de

= .

150

La procédure générale adoptée dans l’analyse des différents types de défaut est décrite ci-

Un système d’un circuit en défaut montre toutes les connexions des phases au point de

. Les directions des courants et les polarités de tensions sont marquées clairement.

les courants de défaut circulants à partir

les tensions de phases au point

au point de défaut. Etant donné que le

Pour un type donné de défaut, les relations entre les tensions connues et les courants au

point de défaut sont écrites. Ces conditions au point de défaut sont appelées conditions aux

Les équations obtenues en 5.2 seront résolues pour trouver les composantes symétriques

des tensions et des courants. Ce procédé est nommé transformation de − − au

Page 154: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

VIII.5.4 Séquences courants et séquences ten

Les séquences tensions et courants obtenues en

déterminer les différents réseaux de séquences. Les impédances requises peuvent être

ajoutées dans les réseaux de séquences.

VIII.5.5 Interconnexion des séquences

Les réseaux de séquences sont interconnectés entre eux de telle sorte que les équations qui

décrivent les conditions de défaut sont satisfaites et que l’interconnexion représente la

contrainte du défaut dur le système.

VIII.5.6 Informations à parti

La tension de phase et les composantes de courant sont trouvé

séquence. Les tensions et courants des phases

angulaires de l’ensemble équilibré.

VIII.6 Défaut monophasé phase

C’est un défaut qui survient de contact d’une phase qui tombe sur terre ou un contact

phase-neutre conducteurs.

VIII.6.1 Diagramme (Schéma) du circuit

On suppose que la phase est connectée à la terre au point de défaut.

Est l’impédance de défaut. Le courant de défaut est

dirigé sur le point de défaut.

5.4 Séquences courants et séquences tensions

tensions et courants obtenues en équation 5.3 seront examinées pour

déterminer les différents réseaux de séquences. Les impédances requises peuvent être

ajoutées dans les réseaux de séquences.

Interconnexion des séquences réseaux

Les réseaux de séquences sont interconnectés entre eux de telle sorte que les équations qui

décrivent les conditions de défaut sont satisfaites et que l’interconnexion représente la

contrainte du défaut dur le système.

5.6 Informations à partir du réseau de séquence

et les composantes de courant sont trouvées à partir du réseau de

séquence. Les tensions et courants des phases et sont alors trouvés par les relations

angulaires de l’ensemble équilibré.

monophasé phase-terre

défaut qui survient de contact d’une phase qui tombe sur terre ou un contact

1 Diagramme (Schéma) du circuit

On suppose que la phase est connectée à la terre au point de défaut.

Figure 8.2: Single line-to-ground fault.

l’impédance de défaut. Le courant de défaut est = est pris positifs quand

dirigé sur le point de défaut.

151

5.3 seront examinées pour

déterminer les différents réseaux de séquences. Les impédances requises peuvent être

Les réseaux de séquences sont interconnectés entre eux de telle sorte que les équations qui

décrivent les conditions de défaut sont satisfaites et que l’interconnexion représente la

à partir du réseau de

sont alors trouvés par les relations

défaut qui survient de contact d’une phase qui tombe sur terre ou un contact

t pris positifs quand

Page 155: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

152

VIII.6.2 Conditions aux limites

Du moment que la phase est affectée par le défaut (phase à la terre), les phases et

seront en circuit-ouverts ( = = 0) et = courant de défaut.

La tension au-dessus de la terre au point de défaut est : = ∗ ,

VIII.6.3 Transformation

Les composantes symétriques du courant de défaut en phase au point de défaut sont :

=

( + + ) =

.

=

( + + ) =

.

=

( + + ) =

.

⇔ = = =

, (8.1)

On peut écrire sous formes matricielle : = ∗ ,

=

1 1 11

1

=

1 1 11

1

00

=

111

,

Cependant, on conclut que dans le cas d’un défaut monophasé phase-terre les courants des

séquences sont égaux.

Les tensions de séquences au point de défaut sont données par :

= − ∗ .

= − ∗ .

= − ∗ .

Avec , , les tensions de séquence générées par phase ,

, , Les impédances pour la circulation des courants , , respectivement.

Par un système équilibré : = 0, = 0 = ,

D’où : = + + ,

∗ = (− ∗ ) + − ∗ + (− ∗ ) (8.2)

Par combinaison des équations (8.1) et (8.2) :

Page 156: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

∗ = −

( +

=

()

,

Étant donné que toutes les impédances et la tension

courant de défaut peut être

Le courant de séquence est

= = =

=

Les relations suivantes donnent les tensions de

= + + .

= + + .

= + +

VIII.6.4 Interconnexion des réseaux de séquence

Du moment que les courant de séquences sont égaux, les réseaux de séquences doivent

connectées en série pour satisfaire la

On avait :

= + +

avec = =

Si on considère 3 comme étant une impédance externe connecté comme

sur la figure 8.2 :

Figure

L’équation (8.4) est complètement

NB : On peut faire les réseaux des séquences pour le cas spécial ou

+),

que toutes les impédances et la tension au point de défaut sont

courant de défaut peut être déterminé par (8.3).

:

,

Les relations suivantes donnent les tensions des phases , au point de défaut

4 Interconnexion des réseaux de séquence

Du moment que les courant de séquences sont égaux, les réseaux de séquences doivent

connectées en série pour satisfaire la condition de courant.

+ 3 (8.4)

comme étant une impédance externe connecté comme

Figure 8.2: Interconnexion des réseaux de séquence.

complètement satisfaite.

On peut faire les réseaux des séquences pour le cas spécial ou =

153

(8.3)

au point de défaut sont connues, le

(8.4)

au point de défaut :

Du moment que les courant de séquences sont égaux, les réseaux de séquences doivent être

comme étant une impédance externe connecté comme c’est indiqué

= 0,

Page 157: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

VIII.7 Défaut biphasé (Phase

C’est un défaut provoqué par un court

montre un défaut LL entre les

placé entre la phase et la phase

phase de référence (sans défaut).

Figure

VIII.7.1 Conditions aux limites

Comme conditions aux limites, ce cas nous impose à prendre

= 0, = − et −

Le courant de défaut étant :

VIII.7.2 Transformation

Les composantes symétriques du courant de défaut en phase

⎩⎨

⎧ =

1

3( + + ) =

=1

3( + + 2

=1

3( + 2 +

D’où :

= 0, = − =

(

Sous forme matricielle :

=

1 1 11

1

Défaut biphasé (Phase-Phase LL)

C’est un défaut provoqué par un court-circuit entre deux (02) phases, la figure

les phases et . est l’impédance du défaut. Le défaut LL est

la phase dans le but que le défaut soit symétrique par rapport à la

(sans défaut).

Figure 8.3: Défaut biphasé (Phase-Phase LL).

1 Conditions aux limites

Comme conditions aux limites, ce cas nous impose à prendre :

= .

: = .

2 Transformation

Les composantes symétriques du courant de défaut en phase au point de défaut sont

) =1

3(0 + − ) = 0

) =1

3(0 + − 2) =

1

3( − 2)

) =1

3(2 − ) = −

1

3( − 2)

( − )

= ,

=

1 1 11

1

00

=

1

,

154

circuit entre deux (02) phases, la figure 8.3 ci-après

est l’impédance du défaut. Le défaut LL est

dans le but que le défaut soit symétrique par rapport à la

au point de défaut sont :

(8.5)

(8.6)

Page 158: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

155

En exprimant , et en termes de leurs composantes symétriques, par les lois de

Kirchoff dans la maille de défaut on avait : − = .

( + + ) − ( + + ) = ( + + ), (8.7)

Par combinaison des équations (8.5), (8.6) et (8.7) on aura :

( − ) − ( − ) = ( − )

Ce qui nous amène à déduire :

− = (8.8)

Les composantes de séquence des tensions au point de défaut sont données par :

= = −

= 0

0

0 00 00 0

= − = −

= −

(8.9)

− = − + (8.10)

Par combinaison des équations (8.6), (8.8) et (8.9) on aura :

= − + = − −

D’où :

=

(8.11)

Le courant de défaut est donné par :

= = −

= + + = ( − ) =

= =

=

√.

(8.12)

Dans un défaut LL, le courant homopolaire est nul, c’est logique du moment que le retour

du courant dans le neutre est inexistant.

La composante directe est égale en amplitude à la composante inverse mais sont en

opposition de phase.

Page 159: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

VIII.7.3 Interconnexion des réseaux de séquences

Du moment que le courant homopolaire est nul (

ouvert (non-connecté).

Les équations = −

la séquence directe et la séquence inverse aux réseaux à travers une impédance série

D’où on résume le fonctionnement des équations dans le réseau de séquences équivalent

d’un défaut biphasé tel qu’indique la figure

Figure

VIII.7.4 Cas spécial pour un défaut idéal

Si on présume un défaut idéal on aura à mettre

écrire :

=

= =

=

√.

VIII.8 Défaut LLG ou DLG (Biphasés

Comme exemple, on prend le dé

phase shuntés avec la terre

Figure 8.5: Interconnexion des réseaux de séquences

7.3 Interconnexion des réseaux de séquences

Du moment que le courant homopolaire est nul ( = 0), le réseau de séquence zéro est

=

( − ), = . Suggèrent une connexion parallèle de

la séquence directe et la séquence inverse aux réseaux à travers une impédance série

e fonctionnement des équations dans le réseau de séquences équivalent

d’un défaut biphasé tel qu’indique la figure 8.4.

Figure 8.4: Interconnexion des réseaux de séquences.

pour un défaut idéal

on présume un défaut idéal on aura à mettre = 0 (défaut idéal), ce qui nous conduit à

8 Défaut LLG ou DLG (Biphasés-terre)

Comme exemple, on prend le défaut LLG avec : Phase a comme référence, phase

shuntés avec la terre comme l’indique la figure 8.5.

: Interconnexion des réseaux de séquences pour un défaut LLG

156

le réseau de séquence zéro est

. Suggèrent une connexion parallèle de

la séquence directe et la séquence inverse aux réseaux à travers une impédance série .

e fonctionnement des équations dans le réseau de séquences équivalent

(défaut idéal), ce qui nous conduit à

référence, phase et

pour un défaut LLG.

Page 160: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

Comme conditions aux limites et

= 0, et sont à déterminer par les lois de Kirchhoff

les réseaux des séquences.

VIII.9 Défaut triphasé équilibré

C’est le défaut qui court-circuite les trois phases avec la terre (défaut

Toutes les phases sont à la terre avec la même impédance de

figure 8.6 ci-après.

VIII.9.1 Conditions aux limites

Tensions de phases au point de défaut

= .

= .

= .

,

VIII.9.2 Transformation

Tension de séquence positive

=

( + + )

Or on a :

= .

= .

= .

Pour un système équilibré :

Comme conditions aux limites et au point de défaut on a :

sont à déterminer par les lois de Kirchhoff (KVLaw ) jusqu’à déterminer

9 Défaut triphasé équilibré

circuite les trois phases avec la terre (défaut triphasé + terre

terre avec la même impédance de défaut comme le montre la

Figure 8.6: Défaut triphasé équilibré.

Conditions aux limites

Tensions de phases au point de défaut :

Transformation

Tension de séquence positive :

) =

( + + )

:

157

jusqu’à déterminer

triphasé + terre).

comme le montre la

Page 161: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

158

= − . = 0 − .

= 0 − . ,

Donc :

= − . = . ⟹ =

,

= . = −. ⟹ = ,

= −. = . ⟹ = ,

VIII.9.3 Exemples d’application N°01

Soient et les impédances des séquences homopolaires directe et inverse

respectivement proprement réactives et = 0 (impédance du défaut).

Nous allons Comparer entre un défaut triphasé (LLL) et un défaut monophasé (LG) dans

les cas suivants :

1) Défaut aux bornes d’un générateur avec neutre du générateur à la terre sans

impédance,

2) Défaut aux bornes d’un générateur avec neutre à la terre via une réactance .

= , = , = ,

Pour un défaut triphasé 3Φ :

() =

,

Pour un défaut LG :

() =

() ou () =

(),

1) Pour un générateur ≪ et ≈

D’où |()| =

.

Et |()| =

, avec négligée et ≈ .

On voit bien que |()| > |()| .

2) Pour que |()| = |()| ;

=

⟺ + + + 3 = 3,

=

(3 − − + ) ≈

( − )

Page 162: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

159

=

( − ) .

Donc : si <

( − ) ⟺ |()| > |()| .

Si >

( − ) ⟺ |()| < |()| .

VIII.9.4 Exemple d’application N°02

Un générateur synchrone triphasé, 50 MVA, 11Kv est sujet de différents types de défauts.

Les courants de défauts sont :

⟶ 4200 , ⟶ 2600 , ⟶ 2000 .

Le neutre du générateur est mis directement à la terre. On veut trouver les valeurs par des

réactances des trois séquences

Pour le défaut LLL :

=

⟹ =

=

√(),

= , Ω , Pour le défaut LL :

=√

⟹ + + =

()/√

.

= . Ω,

Le calcul de la base impédance :

=()

()=

= 2.42Ω,

=

,

,= , .

= , ,

= , .

Un défaut (phases-terres) dans les trois phases est un défaut équilibré et symétriques donc

il n’aura que la composante directe qui agit. Les composantes inverses et homopolaires

sont nulles.

Page 163: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

160

Conclusion

Page 164: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

161

L’alimentation de tout type d’abonné en énergie électrique est assurée par un

système de puissance très compliqué. De la production à la consommation de cette énergie,

la puissance est véhiculée à traves des lignes électriques de transport d’énergie. Ces lignes

sont constituées de plusieurs éléments qui agissent ensemble pour présenter une qualité

meilleure de service. La puissance électrique est portée par des conducteurs électriques

isolés des masses supports et de la terre via des isolateurs.

La conception des lignes électriques nécessite d’importantes étapes. Ce qui échappe

à apprentis et aux agents d’études des réseaux électriques c’est donner trop d’intérêt à la

problématique de calcul des réseaux de transport d’électricité. Un réseau électrique est

sensé d’être dimensionné pour assurer l’équilibre entre la demande et la charge en matière

d’alimentation en énergie électrique. Il est judicieux qu’en phase de formation des

techniciens études réseaux électriques ou des spécialistes de connaitre les caractéristiques

de la charge électrique, les systèmes d’alimentations, le calcul des paramètres des lignes

électriques, leur modélisations et le calcul des courants de défaut.

Les caractéristiques de la charge électriques ont été amplement détaillées par la

connaissance et l’utilisation des différents facteurs de charges comme la demande

électrique, le facteur de charge, le facteur d’utilisation, de diversité et ainsi de suite. La

connaissance de la construction de la courbe de charge durant un intervalle de temps

déterminé sert de base de données pour les prévisions de charge. Une fois maitrisé, nous

avons fait un aperçu sur les systèmes d’alimentation de puissance en citant les différents

niveaux de tension relatifs aux étages de transformation de la tension.

Le calcul des paramètres d’une ligne électrique, qui demandait une connaissance et

une maitrise au préalable du calcul des champs électriques et magnétiques, nous a conduits

à détailler le calcul des résistances, des inductances et des capacitances qui sont des

paramètres linéaires dans la phase de calcul. Il est à signaler que les inductances et las

capacités des lignes ne dépendent que de l’emplacement géométrique des conducteurs par

rapport à eux même et par rapport à la terre ; la méthode des moyennes géométriques sert à

faciliter les calculs de ces derniers deux paramètres. Les systèmes per-unit ont servi au

calcul et à la modélisation des lignes électriques. A chaque type de ligne, courte, moyenne

ou longue, nous avons formulé les modèles mathématiques et physiques avec assez de

détail. Pour simplifier l’étude des réseaux électrique, nous avons introduit l’application de

Page 165: Polycopié de Cours - univ-batna2.dz

162

la notion des quadripôles pour la représentation du modèle d’une ligne via des constantes

appelées ABCD.

Les réseaux électriques sont sujets à la production de défauts de court-circuit. Les

deux types de défauts : symétriques et asymétriques ont été détaillé par l’application du

théorème de Thevenin et le calcul de la capacité de court-circuit. Ce dernier travail a

nécessité la maitrise de l’utilisation des bases de calcul et la méthode des composantes

symétriques pour considérer la superposition de l’effet de trois effets symétriques

représentant un système asymétrique.

Quoi que nous avons considéré que ce travail est un travail de grande nécessité pour

les calculs des réseaux, nous jugeons de le compléter par autres problématiques tels que : le

contrôle de la tension et de la puissance réactive, la théorie de l’écoulement de la charge, la

stabilité des réseaux de puissance et la protection qui est un facteur déterminant dans sureté

de fonctionnement des réseaux électriques. Reste bien entendu, que nous pourrons

envisager de faire des travaux théoriques pareils sur l’exploitation et la planification des

réseaux électriques et la sécurité industriels de ces derniers et pour le personnel et pour le

matériel.