Simulation du mouvement brownien et des diffusions

  • View
    221

  • Download
    7

Embed Size (px)

Transcript

  • IMS 1 5 9 7 7 C4>

    X

    Ecole Nationale des Ponts et Chausses

    Thse de doctorat

    Spcialit

    Mathmatiques appliques. --.-, . i i . 't^. -

    Sujet de thse:

    Simulation du mouvement brownien et des diffusions.

    Prsente par Olivier Faure .

    et soutenue le 21 Fvrier 1992

    devant le jury compos de:

    Nicolas Bouleau (Prsident)

    Denis Talay (Rapporteur)

    Nigel Newton (Rapporteur)

    J-M.C. CUrk l l i i l l l l l DOC08389

    Bernard Lapeyre

    Luciano Tubaro

  • Avant propos

    Commenons par quelques rflexions, mries tout au long de ce travail, et dont l'objet est surtout de situer cette thse dans son contexte.

    Entreprendre un doctorat, quand on est ingnieur, passe parfois encore pour une fantaisie. On peut pourtant s'tonner que la formation par la recherche, si prise chez nos voisins allemands ou amricains, ne le soit pas davantage chez nous. Gageons que cette attitude changera. Il m'apparait en effet a posteriori que cette aventure est valorisante beaucoup de points de vue; c'est notamment l'occasion d'acqurir un corpus de connaissances solides dans un domaine un peu "pointu", qui complte la formation plutt gnraliste de nos coles. C'est aussi l'occasion d'avoir une attitude scientifique active, en crant quelque chose, aussi modeste soit cette cration.

    Si j 'ai choisi le domaine des probabilits, je le dois avant tout la personnalit de mon directeur de thse. Il a su, par son enseignement et ses ouvrages, me donner got aux probabilits puis veiller ma curiosit au point de m'inciter aller plus loin pour la satisfaire. Et puis quoi de plus naturel que cette fascination pour le hasard que les joueurs de pokers ou de roulette connaissent bien, et donc ce dsir de comprendre et matriser ce hasard. Et pourtant.

    J'ai souvent constat chez mes interlocuteurs de l'incrdulit, voire de la suspicion, quand j'affirmais prparer une thse en probabilits. Il n'tait pas facile de convaincre que les proba-bilistes ne passent pas leur temps tirer des boules de toutes les couleurs d'une urne anonyme, avec ou sans remise, des fins statistiques. Et, tentant d'expliquer et d'illustrer ce qu'est un processus stochastique par l'exemple simple du mouvement brownien, je ne laissais bien souvent que le souvenir d'un botaniste excentrique observant une colonie anarchique de grains de pollen en suspension dans l'eau. La crdibilit de mon propos tait parfois rtablie en citant l'utilisation rcente du calcul stochastique en finance pour fixer le juste prix d'une option; preuve irrfutable de "l'utilit" d'un tel calcul...

    Au del de cette petite histoire, il faut bien reconnatre qu'il y a un dcalage surprenant entre l'norme littrature thorique consacre aux probabilits, rserve quelques initis, et l'utilisation qui est faite de cette littrature dans les applications. Ce dcalage, sans doute en partie responsable de cette perception rductrice des probabilits, est d'autant plus surprenant que ces dernires sont nes par la modlisation des jeux de hasard, et donc par la pratique. Essayons d'indiquer, puisque tel est au fond l'esprit de cette thse, quels rles la simulation numrique peut jouer dans cette histoire.

    Bien sr elle est le maillon indispensable entre thorie et applications: la plupard du temps, ne connaissant pas de solution analytique simple au problme tudi, simuler permet une rsolution quasi-exprimentale. La simulation peut aussi avoir un rle plus interne aux probabilits, celle

    1

  • d'un outils d'exprimentation permettant de confirmer, d'infirmer, ou de dcouvrir de nouvelles proprits mathmatiques. Mais son rle peut aller plus loin. Une des difficults d'apprentissage (ou de vulgarisation) des probabilits me semble tre l'abondance de formalisme. J'ai constam-ment but sur ces (,A.P, ft), Px(Wt G da, L{t) G dh, T+(t) G dr)... en me demandant quoi diable pouvait bien servir ce drle de langage sotrique, puis ce qu'il fallait comprendre par ces formules et enfin comment tout cela avait t invent. Il est en ralit clair qu'un tel formalisme est naturel et ncessaire pour raisonner, et pour raisonner juste. Mais, s'il est vrai que la clef d'une bonne comprhension des probabilits repose sur une bonne intuition, alors la simulation numrique a aussi un rle essentiel jouer comme stimulateur d'intuition.

    L'objet de cette thse est l'tude de la simulation numrique de certains processus stochas-tiques, les diffusions, dont le mouvement brownien est un exemple typique.

    Nous commenons par quelques rappels sur le mouvement brownien au chapitre 1. Il s'agit d'une prsentation lmentaire, qui s'appuie sur la simulation numrique, et permet de rappeler quelques proprits classiques. Puis nous prsentons au chapitre 2 une simulation alternative du mouvement brownien, en un sens plus naturelle, qui s'attache davantage son comportement spatial que les mthodes traditionnelles. Le mouvement brownien est simul des instants alatoires qui gouvernent son comportement; ce sont les temps de sortie de certaines "boites noires". En choisissant la taille et la position de ces boites noires dans l'espace, et sous rserve qu'elles se chevauchent, on peut ainsi simuler trs prcisment une trajectoire brownienne.

    La suite de la thse est consacre l'analyse numrique des quations diffrentielles stochas-tiques (E.D.S) et la simulation informatique de leur solution.

    Nous commenons au chapitre 3 par une introduction qui rappelle ce que sont les E.D.S, cite quelques unes de leurs proprits et applications classiques dans les sciences de l'ingnieur.

    Au chapitre 4 nous prsentons un rsultat de convergence trajeetorielle du schma d'Euler en en prcisant l'ordre de convergence. Un rsultat similaire est prsent pour le schma de Milshtein au chapitre 5. Comme on peut s'y attendre, ce schma est plus performant que le schma d'Euler, quand la condition classique de commutativit est vrifie. Ceci amliore partiellement un rsultat de Denis Talay.

    On tudie ensuite au chapitre 6 une classe de schmas de discrtisation pas variables permet-tant une approximation spatiale des diffusions dans l'esprit du chapitre 2. Nous commenons par un rsultat assez gnral de convergence d'un schma d'Euler dfini le long d'une subdivision alatoire. Dans le cas o cette subdivision est gouverne par les temps de passage successifs du mouvement brownien, nous retrouvons et tendons partiellement des travaux de Nigel Newton. Dans le cas o cette subdivision de faon ce que les accroissements du schma de discrtisation soient constants, nous tudions un schma de discrtisation originalement prsent par Bichteler. Nous prcisons sa vitesse de convergence et donnons une mthode de simulation numrique.

    Le chapitre 7 est un panorama des travaux existants sur la discrtisation des quations

    2

  • diffrentielles stochastiques. Sans prtendre tre exhaustif, nous prsentons au contraire une relecture des travaux existants dans l'optique de la simulation numrique.

    Enfin le chapitre 8 s'attache quelques questions ou problmes non rsolus qui reprsentent un intrt vident pour les applications. Nous suggrons pour chacune de ces questions quelques commencements de rponse.

    La dmarche, ou l'esprit de ce travail, est donc de promouvoir la simulation numrique en probabilits. Comme nous avons essay de l'expliquer, la motivation d'un tel travail est triple: vulgariser des objets probabilistes difficiles, faire un petit pas vers l'application des probabilits aux sciences dites de l'ingnieur, et enfin contribuer, modestement, l'tude exprimentale des processus stochastiques.

    Quiconque connat Nicolas Bouleau, la diversit et l'originalit de ses travaux, aura reconnu sa profonde influence dans mes propos; cet esprit dont je parlais prcdemment transparait dans ses ouvrages et publications ainsi que dans les travaux du CERMA. Il a eu la lourde tache de diriger ma thse. Plutt que diriger, je devrais dire couter, conseiller et orienter, tant il est vrai qu'il m'a laiss une grande libert dans mon travail. Je tiens lui exprimer ici ma profonde gratitude et le remercier trs chaleureusement.

    Denis Talay a t sans le savoir un modle. C'est tout dabord sur sa thse et ses publications que j 'ai commenc travailler. Mais c'est aussi ce ct jeune chercheur brillant et sympathique qui m'a pouss continuer. Il a par ailleurs su m'encourager dans mon travail, et ce, de nombreuses fois. Je suis donc trs heureux et reconnaissant qu'il ait bien voulu accepter la tche ingrate de rapporteur. Je l'en remercie vivement.

    C'est aussi sur les publications de Nigel Newton que j 'ai planch et trouv de l'inspiration. Je suis donc enchant qu'il ait accept d'tre rapporteur et le remercie chaleureusement. C'est une tache d'autant plus difficile pour lui que cette thse est rdige en franais... et j'espre ne pas l'avoir dgot jamais d'apprendre notre belle langue.

    Bernard Lapeyre est plus particulirement responsable de ce que l'on ne voit pas dans ces pages. C'est grce lui que j 'ai appris me servir d'une station Sun, d'Unix, de C, Latex, gnuplot... et en particulier pu donner corps ce mmoire. Je le remercie de tant de gnreux efforts et suis flatt qu'il fasse parti de ce jury.

    C'est grce Martin Clark que j'ai pu entreprendre et mener bout la rdaction de cette thse; par le financement qu'il m'a obtenu au sein de l'Imprial College et l'acceuil chaleureux qu'il m'a rserv. Je continue par ailleurs travailler sous sa direction sur des sujets voisins. Je suis donc trs heureux qu'il ait bien voulu prendre part ce jury et le remercie vivement.

    Luciano Tubaro, qui possde des talents d'analyste numricien et de probabiliste, a accept de participer ce jury. Je suis trs flatt qu'il soit venu de si loin et l'en remercie chaleureusement.

    3

  • Damien Lamberton m'a toujours prt une oreille attentive. Je l'ai de si no