of 28/28
LILLE 2018-2019 1 UE 2 – Histologie Fiche de cours n° 8 Partie 2 Tissus musculaires Notion tombée 1 fois au concours Notion tombée 2 fois au concours Notion tombée 3 fois ou plus au concours NEW Nouveauté au programme cette année

UE 2 – Histologie Fiche de cours n° 8 Partie 2dl.etudiants.edu-sante.com/0008/0014/supmedical-lille-ue2-histo-fc-n-8...LILLE 2018-2019 1 UE 2 – Histologie Fiche de cours n° 8

  • View
    3

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of UE 2 – Histologie Fiche de cours n° 8 Partie...

  • LILLE 2018-2019

    1

    UE 2 – Histologie

    Fiche de cours n° 8

    Partie 2

    Tissus musculaires

    � Notion tombée 1 fois au concours

    �� Notion tombée 2 fois au concours

    ��� Notion tombée 3 fois ou plus au concours

    NEW Nouveauté au programme cette année

  • LILLE 2018-2019

    2

  • LILLE 2018-2019

    3

    Tissu musculaire squelettique : MYOPLASME

    ORGANISATION DES MYOFIBRILLES

    Alternance régulière de bandes

    transversales visible sur une

    coupe longitudinale

    en microscopie

    optique

    Bande claire ou isotrope

    = bande I

    Densité � Globalement identique à celle du reste de la cellule en

    microscopie à contraste de phase ou en polarisation

    Longueur au repos

    � 0,8 µm ��� :

    o Moins large que la bande sombre

    Centrée par une strie Z �

    � Plus dense que le reste de la bande claire

    � En zig zag

    � NEW Elément terminant chaque myofibrille

    Bande sombre ou anisotrope

    = bande A

    Eosinophile � Avec les colorations standards

    Alignées d’une myofibrille à

    l’autre

    � Sur toute l’épaisseur de la cellule

    Densité � > à celle du reste de la cellule en microscopie à

    contraste de phase ou en polarisation

    Longueur au repos

    � 1,5 µm �

    Centré par une strie M

    = bande M

    � Plus dense que le reste de la bande sombre

    Présence de la bande H � = bande de

    Hensen

    � Zone plus claire centrale � autour de la strie M ��

    o Apparait moins dense que la périphérie de la

    bande sombre

    � NEW Décrite par un histologiste : M. Hensen

    Tissu musculaire squelettique : MYOPLASME

    SARCOMERES

    Unités contractiles de base

    � Alignées sur toute la longueur de la

    myofibrille et de la cellule

    Composition

    � Limités par 2 stries Z �� :

    o 2 demi-bandes claires : 1 de chaque côté

    o 1 bande sombre : au centre �

    � Centrés par 1 strie M �

    Dimensions

    � Longueur au repos : 2,3 µm

    � Diamètre : 1 à 2 µm

    o Correspond au diamètre de la myofibrille

  • LILLE 2018-2019

    4

    Tissu musculaire squelettique : MYOPLASME

    COMPOSITION DU SARCOMERE

    Visible sur une coupe

    longitudinale en microscopie

    électronique à transmission

    Filaments épais

    Insérés sur la bande M

    � Présents sur toute la longueur de la bande A ��

    � Sans décalage de chaque côté de la bande M

    Constitués principalement

    de myosine

    � Protéine motrice

    � ~ 300 myosines par filament

    Surface hérissée de ponts d’union

    � Petites excroissances permettent l’interaction avec

    les filaments fins

    � Présents sur toute la zone possible d’interaction

    avec les filaments fins : jusque dans la bande H �

    Dimensions

    � Longueur : 1 500 nm = 1,5 µm

    o Soit la longueur de la bande A

    � Diamètre : 15 nm

    o Soit 1 % de la longueur

    Filaments fins

    Insérés sur la strie Z

    � En quinconce de chaque côté de la strie Z

    Localisations

    � Dans la bande claire

    � Intercalés aves les filaments épais en périphérie de la

    bande A :

    o Peuvent coulisser contre les filaments épais

    o Pas de recouvrement entre les filaments fins et les

    filaments épais dans la bande H

    Dimensions

    � Longueur : 1 000 nm = 1 µm

    o Plus courts que les filaments épais

    � Diamètre : 7 nm �

    o ~ 2 fois plus fins que les filaments épais

  • LILLE 2018-2019

    5

    Tissu musculaire squelettique : MYOPLASME

    RETRECISSEMENT DU SARCOMERE AU COURS DE LA CONTRACTION �

    Rapprochement des stries Z les unes des

    autres

    � Longueur du sarcomère < 2,3 µm

    � Diminution de la largeur de la bande H �

    o Par coulissement des filaments fins entre les filaments épais

    � Diminution de la largeur de la bande claire ��� :

    o < 0,8 µm �

    � Pas de modification de la largeur totale de la bande sombre �

    NEW Pas de changement de taille

    des filaments

    � Ni des filaments épais ni des filaments fins

    Tissu musculaire squelettique : FILAMENTS EPAIS

    CONSTITUTION DE LA MYOSINE

    2 chaînes lourdes �

    � Enroulées l’une autour de l’autre en hélice :

    o Constituent l’axe du filament épais

    2 paires de chaînes

    légères � = tête de

    myosine

    � NEW Globuleuses

    � Présentes à une extrémité des chaînes lourdes

    avec une certaine angulation

    � Exposées sur toute la longueur du filament

    épais vers l’extérieur avec un petit décalage

    entre elles : disposition en spirale

    o 6 têtes de myosine par tour de spire

    o Constituent les ponts d’union

    � Partie située à l’extérieur : rôle dans la

    fixation de l’actine des filaments fins

    1. Déformation de la tête de myosine

    2. Avancée de la myosine sur l’actine

    � Partie située vers l’intérieur : myosine ATPase

    o Hydrolyse de l’ATP en ADP

    o NEW Fournit l’énergie nécessaire à la

    déformation de la tête de myosine

    o Pas au contact des filaments fins

  • LILLE 2018-2019

    6

    TISSU MUSCULAIRE SQUELETTIQUE

    CONSTITUTION DES FILAMENTS FINS

    Actine fibrillaire principalement

    � Polymères d’actine globuleuse = actine G enroulés en hélice

    � Dynamique : polymérisation et dépolymérisation en permanence

    o Responsable de la grande instabilité du filament fin

    Tropomyosine �

    � Longue protéine disposée dans la gorge de l’hélice d’actine :

    o 1 tropomyosine pour 7 actines globuleuses

    � Rôle : stabilisation du filament fin

    Troponine

    � Fixée à la surface de la tropomyosine

    � NEW Disposée en hélice sur le filament fin : 3 troponines par tour de spire

    � Rôle : modulation de l’interaction entre les filaments fins et les filaments épais

    � Complexe de 3 sous-unités � :

    o Sous-unité T = troponine T :

    − Interagit avec la tropomyosine � o Sous-unité C = troponine C :

    − Interagit avec le calcium : élément déclenchant la contraction o Sous-unité I = troponine I :

    − Exposée vers l’extérieur − Inhibe l’interaction avec le filament épais en s’interposant entre le

    filament épais et le filament fins

    − NEW Déplaçable par la sous-unité C en présence de calcium dans le cytosol

    � NEW Peut être dosée en cas d’infarctus du myocarde

  • LILLE 2018-2019

    7

    Tissu musculaire squelettique : MYOPLASME

    INTERACTIONS ENTRE LES FILAMENTS FINS ET LES FILAMENTS EPAIS VUES EN COUPE TRANSVERSALE

    En périphérie de la bande A : en dehors de la

    bande de

    Hensen

    Rapport fixe dans tout le

    muscle

    � 1 filament épais pour 2 filaments fins �

    Symétrie tétragonale des filaments épais

    � Chaque filament épais en interaction avec 6 filaments fins ��� grâce à 6

    ponts d’union

    � Même symétrie dans la bande de Hensen ne contenant que des filaments épais

    Symétrie hexagonale des filaments fins

    � Chaque filament fin en interaction avec 3 filaments épais ��

    � Même symétrie dans la bande I ne contenant que des filaments fins

    Tissu musculaire squelettique : MYOPLASME

    PROTEINES DE STABILISATION DU SARCOMERE

    Nébuline � Une des plus grosses protéines de l’organisme

    � Entoure, protège et stabilise le filament fin ���

    Titine = connectine

    � Une des plus grosses protéines de l’organisme

    � Relie le filament épais à la strie Z �

    � Protéine élastique ayant une fonction de ressort :

    o Permet au sarcomère de reprendre sa forme à la fin de la contraction

    α-actinine � Principal constituant de la strie Z

    Desmine

    � Présente à l’extérieur de la myofibrille

    � Permet l’alignement des sarcomères de myofibrilles adjacentes

    � NEW Impliquée dans des pathologies de type desminopathies, avec

    production d’anticorps anti-desmine, cardiomyopathies et myopathies

    congénitales

  • LILLE 2018-2019

    8

    Tissu musculaire squelettique : SARCOPLASME

    PORTION SOUS-MEMBRANAIRE

    Contenu visible en

    microscopie

    électronique

    � Multiples noyaux NEW nucléolés :

    o Dont le nombre dépend de la taille de la cellule

    o Rôle : maintien de la cellule musculaire en participant

    au renouvellement relativement lent des protéines

    − Durée très longue de la plupart des protéines : demi-vie pouvant atteindre 6 mois

    � Réticulum endoplasmique granuleux

    � Appareil de Golgi

    � Mitochondries

    � Granules de glycogène

    � Gouttelettes lipidiques

    NEW Petite partie du sarcoplasme

    � Correspond aux sarcosomes le plus souvent

    Tissu musculaire squelettique : SARCOPLASME

    CONTENU DE LA PORTION INTERMYOFIBRILLAIRE VISIBLE EN MICROSCOPIE ELECTRONIQUE

    Nombreuses mitochondries

    � Fournissent l’énergie nécessaire à la contraction

    Glycogène � En abondance dans tout l’espace libre entre la myofibrille et les mitochondries

    Enclaves lipidiques

    � Denses aux électrons

    Triades ��

    � 3 petits tubes accolés de part et d’autre de la myofibrille :

    o 2 tubules L entourant un tubule T �� central

    o NEW Formation d’une ceinture autour de la myofibrille

    o A chaque jonction entre une bande A et une bande I ���

  • LILLE 2018-2019

    9

    Tissu musculaire squelettique : SARCOPLASME INTERMYOFIBRILLAIRE

    TRIADE

    Elément du couplage

    excitation – contraction

    Tubules T

    � Orientation perpendiculaire = transversale par rapport au grand axe de la cellule

    � Invaginations de la membrane cytoplasmique ��� :

    o Multiples canaux interconnectés rentrant à l’intérieur de la cellule musculaire

    squelettique en doigt de gant NEW sur la totalité de la surface de la cellule

    o En contact intime avec chaque myofibrille, même les plus centrales :

    − NEW Distance < 1 µm entre la myofibrille et la membrane cytoplasmique − NEW Permet la contraction synchrone de toutes les myofibrilles en cas de

    dépolarisation de la membrane

    Tubules L

    � Orientation globalement longitudinale par rapport au grand axe de la cellule

    � Emanations du réticulum endoplasmique lisse � = réticulum sarcoplasmique � :

    o Formées de citernes = cisternes : sacs aplatis de forme et taille très variés situés

    partout dans la cellule

    − Tous interconnectés les uns avec les autres − Ceinturent les myofibrilles

    o Séquestrent une grande quantité de calcium �� :

    − Intermédiaire capital de l’ordre de contraction

    Tissu musculaire squelettique : SARCOPLASME INTERMYOFIBRILLAIRE

    COUPLAGE EXCITATION – CONTRACTION

    1. Dépolarisation membranaire

    � Inversion du potentiel de membrane

    � NEW Se déplace à très grande vitesse sur la membrane :

    o Plus rapidement que des déplacements d’ions intracellulaires

    � Perçue par un système de sensor : NEW protéines transmembranaires

    situées dans l’épaisseur de la membrane du tubule L

    2. Sortie de calcium du réticulum

    endoplasmique lisse �

    � Interaction du calcium avec la troponine C

    3. Déplacement de la troponine I

    � Contact entre le filament épais et le filament fin avec hydrolyse de l’ATP

    permettant la contraction

  • LILLE 2018-2019

    10

    Tissu musculaire squelettique : SARCOLEMME

    JONCTION NEUROMUSCULAIRE

    Elément du couplage

    excitation – contraction

    Permet l’innervation d’une cellule musculaire

    par un motoneurone α

    � Grand neurone dont le corps cellulaire est situé dans la corne antérieure

    de la moelle épinière et l’axone est myélinisé par une cellule de Schwann

    � NEW Innervation de dizaines voire centaines de cellules musculaires par

    un seul motoneurone :

    o Nombre variable selon les muscles et la finesse du mouvement

    déterminé par ces muscles

    o Permet une contraction synchrone des cellules de différents muscles

    1 seule par cellule musculaire

    � Favorise la synchronisation de la contraction musculaire

    � Augmente l’efficacité de la contraction de la cellule

    Synapse neuro-effectrice �

    � Zone de contact spécialisée dans l’échange d’informations entre un

    neurone et une cellule non neuronale

    � Fonctionne avec un seul neurotransmetteur : l’acétylcholine

    � NEW Activité très importante : nombreux cycles de contraction -

    décontraction par minute

    o Pas de fonctionnement d’une cellule musculaire qui serait contractée

    en permanence : tétanie

    Tissu musculaire squelettique : SARCOLEMME

    FENTE SYNAPTIQUE DE LA JONCTION NEUROMUSCULAIRE

    Fente synaptique primaire �

    � Espace intercellulaire élargit entre l’axone et la cellule musculaire

    Nombreuses fentes synaptiques

    secondaires �

    � Liées aux nombreux replis de la membrane plasmique de la cellule

    musculaire sous l’axone :

    o Permet l’augmentation de la surface de membrane post-synaptique

  • LILLE 2018-2019

    11

    Tissu musculaire squelettique : SARCOLEMME LAMES BASALES DE LA JONCTION NEUROMUSCULAIRE

    Lame basale schwannienne

    � Permet l’isolement des cellules de Schwann du tissu conjonctif environnant

    Lame basale

    axonale � Permet la protection de l’axone dénudé sur ses derniers µm

    Lame basale

    musculaire /

    Lame basale synaptique

    � Fusion de la lame basale axonale et de la lame basale musculaire

    � Située dans la fente synaptique et se prolonge dans les fentes synaptiques

    secondaires

    � Perméable à l’acétylcholine

    Tissu musculaire squelettique : SARCOLEMME

    NEUROTRANSMETTEUR DE LA JONCTION NEUROMUSCULAIRE : ACETYLCHOLINE

    Synthèse

    � NEW Grâce à la choline acétyltransférase :

    o Enzyme pouvant être marquée en immunohistochimie

    � Stockage dans des vésicules claires de 40 nm de diamètre

    Interaction avec son récepteur

    � Après sa libération dans la fente synaptique

    � 1 seul type de récepteur : nicotinique � = nAChR

    o Présent à la surface de chaque crête de la fente synaptique primaire �

    o NEW Récepteur canal très bien connu

    o NEW Permet le marquage de l’élément post-synaptique par

    immunohistochimie

    � Provoque des échanges sodiques puis la sortie de calcium à l’origine de

    l‘inversion de potentiel de membrane

    Inactivée par l’acétylcholine estérase = ACE

    � Attachée à la lame basale des fentes synaptiques secondaires � NEW

    grâce à une queue collagénique

    � NEW Peut être marquée en immunohistochimie grâce à des anticorps

    spécifiques

    � Enzyme permettant de cliver l’acétylcholine en choline et acétate

    rapidement après l’interaction avec son récepteur :

    o Choline : alcool dont la production nécessite beaucoup d’énergie et qui

    est recapté par le neurone présynaptique

    o Acétate : petit métabolite très fréquent libéré dans l’environnement

  • LILLE 2018-2019

    12

    Tissu musculaire squelettique : SARCOLEMME

    RÔLES DU COMPLEXE DE LA DYSTROPHINE

    Renforcer la membrane

    cytoplasmique

    � Assure la solidité de la jonction entre la cellule musculaire et la matrice

    extracellulaire � :

    o En formant une chaîne entre le cytosquelette, la membrane plasmique, la

    lame basale et la matrice extracellulaire :

    − Mutation possible des différents éléments de la chaîne entraînant des maladies

    � Permet à la membrane cytoplasmique de résister aux contraintes

    mécaniques extrêmement fortes à chaque contraction :

    o Evite le déchirement de la membrane plasmique, la mort de la cellule

    provoquant une inflammation du muscle et un remplacement des

    cellules musculaires par du tissu fibreux ou des adipocytes

    Transmettre les contraintes mécaniques

    � NEW Couplage mécanique entre les sarcomères et la matrice extracellulaire

    o Par l’intermédiaire de l’endomysium, du périmysium et de l’épimysium

    Tissu musculaire squelettique : SARCOLEMME

    DIFFERENTS ÉLÉMENTS DU COMPLEXE DE LA DYSTROPHINE

    Dystrophine

    � Très grosse protéine � intracytoplasmique �� sous membranaire �

    associée par 2

    � Composée de 2 parties :

    o 1 partie en interaction avec l’actine �� du cytosquelette et donc aux

    myofibrilles

    o 1 partie en interaction avec le dystroglycan ��

    Dystroglycan

    � Protéine transmembranaire ���

    � Assemblage de 2 sous-unités protéiques :

    o 1 partie transmembranaire

    o 1 partie extramembranaire glycosylée

    − Dont la mutation ou le défaut de glycosylation peut être responsable de maladie �

    Chaine α 2 de la laminine

    � En interaction avec la partie extramembranaire du dystroglycan ��� et avec

    les molécules de la matrice extracellulaire comme le collagène de type VI

    Protéines stabilisant le complexe �

    /

  • LILLE 2018-2019

    13

    Tissu musculaire squelettique : SARCOLEMME

    COMPLEXE DE LA DYSTROPHINE ALTÉRÉ DANS LA DYSTROPHIE DE DUCHENNE DE BOULOGNE

    Maladie génétique

    � Liée à une mutation du gène de la dystrophine :

    o Gros gène mutant facilement porté par le chromosome X �

    � Connue depuis le début du 20ème siècle : NEW décrite par Duchenne

    � Très fréquente

    Maladie récessive liée à l’X

    � Transmise généralement par la mère porteuse d’un allèle muté :

    o Ne souffre pas de la maladie ou présente une forme très atténuée car

    compensation par l’autre allèle

    o 4 possibilités de descendance :

    − 1 garçon portant l’allèle muté : toujours malade en absence de compensation possible avec un autre allèle

    − 1 garçon sain portant l’allèle non muté − 1 fille saine portant l’allèle non muté − 1 fille portant l’allèle muté : non malade ou pratiquement pas

    NEW Symptômes

    � Pas de soucis particuliers à la naissance

    � Perte rapide de force au niveau de la ceinture scapulaire

    � Démarche dandinante, chutes fréquentes

    � Développement de muscles gras et fibreux, surtout au niveau des membres

    inférieurs : perte de la marche vers 5-6 ans

    � Atteintes diaphragmatiques, intercostales, cardiaques voire cérébrales vers

    15 – 17 ans

    � Mort avant l’âge de 20 ans par insuffisance respiratoire grave

  • LILLE 2018-2019

    14

    CELLULE MUSCULAIRE LISSE

    3 ORGANISATIONS DIFFERENTES

    En tunique

    � Organisation la plus fréquente

    � Exemple dans les viscères creux tels que le tube digestif � composé de 2

    couches musculaires

    o 1 couche circulaire interne :

    − Organisation circulaire des cellules autour de la muqueuse bordant la lumière du tube digestif

    − Dont la contraction est responsable de la striction : fermeture de la lumière du tube creux

    o 1 couche longitudinale externe autour de la couche circulaire interne :

    − Organisation longitudinale des cellules selon le grand axe du viscère creux

    − Dont la contraction est responsable d’un raccourcissement du segment du tube

    o Synchronisation des contractions des 2 couches permettant l’avancée

    d’une onde de contraction = onde péristaltique provoquant l’avancée

    du contenu du viscère creux

    − NEW Contractions assez lentes et très prolongées

    En faisceau

    � Alignement des cellules dans le même sens

    � Exemple du muscle érecteur du poil :

    o Petit muscle inséré dans le derme à la base de chaque poil

    o Permet le redressement du poil lors de la chair de poule

    o Caractérisé par des contractions assez lentes et très prolongées

    Radiaire ou

    en diaphragme

    � Exemple du muscle permettant l’ouverture et la fermeture de la pupille :

    o Grande réactivité permettant le réflexe oculaire

  • LILLE 2018-2019

    15

    CELLULE MUSCULAIRE LISSE

    CONTENU CYTOPLASMIQUE

    Visible sur une coupe longitudinale

    en microscopie électronique a transmission

    Nombreuses cavéoles

    � Situées sous la membrane plasmique

    � NEW Contiennent du calcium

    Contenu cellulaire classique

    � Réticulum

    o Pas d’organisation particulière du réticulum endoplasmique lisse

    � Appareil de Golgi

    � Mitochondries

    Myofilaments � Non organisés en sarcomère :

    o NEW Interaction entre eux seulement s’il y a un ordre de contraction

    Plaques denses � Zones d’insertion des filaments fins �� sur la membrane plasmique �

    Corps denses � Zones d’interaction entre les filaments fins et les filaments épais au

    moment de la contraction �

    Cellule musculaire lisse : CONTENU CYTOPLASMIQUE

    MYOFILAMENTS

    Filaments fins �

    � Orientés globalement longitudinalement par rapport au grand axe de la cellule

    � NEW Composition :

    o Actine

    o Tropomyosine

    o Caldesmone et calponine � : en remplacement de la troponine absente

    Filaments épais �

    � Non alignés lorsque la cellule est décontractée

    � Composés de myosine principalement

    � 1 filament épais pour 15 filaments fins �� :

    o Rapport très différent de celui de la cellule musculaire squelettique

    � Hérissés de ponts d’union sur toute la longueur :

    o Permettent l’interaction avec les filaments fins sur la totalité de la longueur

  • LILLE 2018-2019

    16

    CELLULE MUSCULAIRE LISSE

    CONTRACTION

    Particularités

    � Absence de jonction neuromusculaire �

    � Absence de triades �

    � NEW Très bon rendement énergétique : > à celui de la cellule musculaire

    squelettique

    � Présence d’une lame basale autour de la cellule �

    Etapes

    1. Arrivée d’un ordre de contraction au niveau de varicosités issues du

    système nerveux végétatif = autonome

    2. Libération de neurotransmetteurs NEW de type catécholamines,

    adrénaline par exemple

    3. NEW Relargage de calcium dans le cytoplasme

    4. Interaction entre les filaments épais et les filaments fins

    5. Traction des filaments fins sur la membrane plasmique

    NEW Grâce au changement

    d’orientation des myofilaments

    � Orientation des filaments épais selon le

    grand axe de la cellule

    � Orientation des filaments fins

    parallèlement aux filaments épais

  • LILLE 2018-2019

    17

    NEW CELLULE MUSCULAIRE CARDIAQUE

    DIFFERENTES FONCTIONS

    Cellules cardionectrices

    = pacemaker

    � Perte de la capacité contractile

    � Rôle dans le déclenchement rythmique d’une dépolarisation membranaire et

    dans la transmission de l’onde de contraction à l’intérieur du cœur

    � Au niveau du tissu nodal : nœuds atrio-ventriculaires et faisceau de His

    notamment

    Cellules endocrines

    � Synthèse d’hormones dont le facteur natriurétique atrial

    Cellules contractiles

    � Les plus importantes

    NEW CELLULES MUSCULAIRES CARDIAQUES CONTRACTILES

    Entourées par une lame basale �

    � Sauf au niveau des jonctions entre les cellules �

    Organisées en fibres musculaires cardiaques

    � Bien vascularisées

    � Présence de stries scalariformes entre 2 cellules � :

    o Visibles en microscopie optique à fort grossissement sous la forme

    d’un trait irrégulier

    o En forme d’escalier

    o ~ 2 µm d’épaisseur ��

    o Présence de jonctions solides au niveau du sarcolemme permettant

    un lien mécanique très fort entre les cellules

    NEW CELLULES MUSCULAIRES CARDIAQUES CONTRACTILES

    CARACTERISTIQUES DU COUPLAGE EXCITATION / CONTRACTION EN MICROSCOPIE ELECTRONIQUE

    Présence de sarcomères

    � D’organisation et de fonctionnement similaires à ceux des cellules

    musculaires squelettiques ��

    � Dont la nature des protéines varie par rapport à celles des cellules

    musculaires squelettiques

    Présence de dyades

    � Permettent la transmission de la modification du potentiel de membrane

    à l’intérieur de la cellule

    � Association d’1 tubule T � et 1 tubule L �

    o Tubule T émanant de la membrane cytoplasmique, différent de celui

    des cellules musculaires squelettiques

    o Tubule L émanant du réticulum endoplasmique lisse

    � Présentes en regard des stries Z �

    Présence d’un système transverse

    axial

    � Communications transverses du réticulum endoplasmique lisse �

    Absence de jonction neuromusculaire �

    /

  • LILLE 2018-2019

    18

    NEW CELLULES MUSCULAIRES CARDIAQUES CONTRACTILES

    DISQUES INTERCALAIRES

    Ensemble de jonctions intercellulaires

    visibles en microscopie

    électronique

    Jonctions adhérentes � = fascia adhaerens

    � Sur la portion transversale du disque intercalaire, au niveau de

    l’affrontement des myofibrilles

    � Densification très importante mettant en jeu des tonofilaments

    Desmosomes ��� � Sur la portion transversale du disque intercalaire, en dehors des

    myofibrilles

    Jonctions communicantes ��

    = gap junctions

    � Sur la portion longitudinale du disque intercalaire

    � Permettent d’ajuster en permanence les concentrations ioniques, en

    calcium par exemple, de cellules voisines :

    o Favorisent la transmission de la dépolarisation membranaire et la

    contraction synchrone de cellules adjacentes

  • LILLE 2018-2019

    19

    ANNALES CLASSEES CORRIGEES

    � [Notion non traitée dans ce chapitre et corrigée sur la base du cours de l’année précédente] � Item modifié pour correspondre au programme du concours de cette année

    2018

    26. Parmi les propositions suivantes relatives à la cellule musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La tropomyosine est constituée de deux chaînes lourdes et de deux paires de chaînes légères B. Sur une coupe transversale de bande A pratiquée en dehors de la bande de Hensen, un filament épais est entouré

    de six filaments fins C. Le nombre de filaments fins d’un sarcomère est le double du nombre de filaments épais D. Le filament fin a un diamètre de 1000 nm E. La nébuline est associée au filament fin

    27. Parmi les propositions suivantes relatives à la triade de la cellule musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Le tubule central émane de la membrane cytoplasmique B. Les deux tubules latéraux émanent du réticulum sarcoplasmique C. Lors de la contraction, le calcium qui se fixe à la troponine C provient de la lumière des tubules T D. Les triades sont situées en regard des stries Z E. Les triades sont situées entre les myofibrilles d’une même cellule musculaire squelettique

    28. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire lisse, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La cellule musculaire lisse est innervée par une seule jonction neuromusculaire B. Le cytoplasme de la cellule musculaire contient en moyenne quinze filaments fins pour un filament épais C. Les plaques denses sous-membranaires sont constituées de filaments épais D. Les triades de la cellule musculaire lisse ont une répartition aléatoire par rapport aux myofilaments dans le

    cytoplasme du léïomyocyte E. Les cellules musculaires lisses s’organisent en tuniques dans la paroi du tube digestif

    29. Parmi les propositions suivantes relatives à la dystrophine, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? A. La dystrophine est une protéine de la matrice extracellulaire B. Le dystroglycan est une protéine transmembranaire liée à la dystrophine C. Des protéines stabilisent le complexe de la dystrophine D. La chaîne alpha 2 de la laminine est liée au dystroglycan E. La dystrophine est codée par un gène situé sur le chromosome 8

    2017

    35. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, laquelle (lesquelles) est (sont)

    exacte(s) ? A. Ses limites sont deux stries Z B. Il est centré d'une bande A C. Il est centré d'une bande de Hensen D. Il est centré d'une strie M E. La nébuline enveloppe le filament fin

  • LILLE 2018-2019

    20

    36. Parmi les propositions suivantes relatives aux triades des cellules musculaires, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? A. Le tubule T émane de la membrane plasmique de la cellule musculaire lisse B. Le tubule T est cerné de deux tubules L, sur les coupes longitudinales, en microscopie électronique C. La concentration en calcium dans la lumière d'un tubule L est toujours inférieure à la concentration

    en calcium du cytoplasme extra-tubulaire D. Les triades sont situées en regard des stries Z dans le muscle squelettique E. Les triades se situent en dehors des myofibrilles

    2016

    31. Parmi les propositions suivantes relatives aux cellules musculaires squelettiques, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Elles ne possèdent pas de lame basale B. Elles établissent entre elles des jonctions communicantes C. Elles sont liées à la matrice extracellulaire par des hémidesmosomes D. Leurs noyaux sont situés sous la membrane cytoplasmique E. La partie centrale des champs de Conheim est constituée de myofibrilles

    32. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère de la cellule musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La longueur de la bande I diminue au cours de la phase de contraction B. Les ponts d'union des filaments épais sont situés uniquement dans la bande de Hensen C. La titine est une protéine située entre l'extrémité libre du filament fin et la strie M D. La nébuline entoure le filament fin E. En coupe transversale, chaque filament fin apparait entouré de trois filaments épais

    33. Parmi les propositions suivantes relatives à la jonction neuromusculaire, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. C'est une synapse neuro-effectrice B. Elle comporte une fente synaptique primaire et des replis synaptiques secondaires C. L'acétylcholine-estérase est associée à la lame basale schwannienne D. Le récepteur musculaire de l'acétylcholine est un récepteur nucléaire E. Le récepteur musculaire de l'acétylcholine est de type nicotinique

    2015

    28. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La bande I mesure 1,5 micromètre de longueur lorsque le muscle n'est pas contracté B. La bande I se raccourcit au cours de la contraction C. La bande I ne comporte pas de filament épais D. La bande H (ou bande de Hensen) ne contient pas de filament épais E. En coupe transversale, chaque filament épais est entouré de trois filaments fins

    29. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque triade est située en regard d'une strie Z B. Une triade associe deux tubules T et un tubule L C. Chaque tubule T est en continuité avec la membrane cytoplasmique D. Chaque tubule L est constitué de réticulum endoplasmique granuleux E. Le calcium est maintenu dans la lumière des tubules T par la calséquestrine

  • LILLE 2018-2019

    21

    30. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire lisse, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La contraction du muscle lisse est involontaire B. Le cytoplasme de la cellule musculaire lisse contient des filaments épais C. Le cytoplasme de la cellule musculaire lisse ne contient pas de filaments fins D. Des corps denses sont accolés à la face interne de la membrane cytoplasmique de la cellule musculaire lisse E. Les plaques denses se forment dans le cytoplasme uniquement lors de la contraction de la cellule musculaire

    lisse

    2014

    34. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Un sarcomère est limité par deux stries Z B. La longueur de la bande I ne varie pas au cours de la contraction C. La bande A raccourcit au cours de la contraction D. La bande de Hensen raccourcit au cours de la contraction E. La tropomyosine est un constituant du filament fin

    35. Parmi les propositions suivantes relatives au complexe de la dystrophine, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La dystrophine est une protéine intracellulaire B. La dystrophine est localisée sous la membrane cytoplasmique de la cellule musculaire squelettique C. La dystrophine est liée à la tubuline cytosquelettique D. La dystrophine est liée au dystroglycan E. Des protéines stabilisent le complexe de la dystrophine

    36. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire cardiaque, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Les cellules musculaires cardiaques sont en totalité entourées d’une lame basale continue B. La jonction neuro-musculaire de la cellule musculaire cardiaque implique un neurone du système nerveux

    végétatif C. Les cellules musculaires cardiaques sont unies par des desmosomes D. La dyade de la cellule musculaire cardiaque est dépourvue de tubule T E. La dyade de la cellule musculaire cardiaque est située en regard de la jonction entre bande A et bande I

    2013

    27. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La bande de Hensen est située au centre du sarcomère B. La strie Z est située au centre de la bande I C. Les stries A sont situées de part et d’autre de la bande M D. La bande I mesure 1,5 micromètre de longueur au repos E. La bande I mesure 0,8 micromètre de longueur lors d’une contraction avec raccourcissement du sarcomère

    28. Parmi les propositions suivantes relatives au complexe de la dystrophine, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La dystrophine est une protéine trans-membranaire B. La dystrophine se lie directement à la chaîne alpha 2 de la laminine (ou mérosine) C. La dystrophine se lie à l’actine D. La dystrophine se localise dans le cytoplasme intermyofibrillaire E. Le dystroglycan est une protéine trans-membranaire

  • LILLE 2018-2019

    22

    2012

    34. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. La bande I mesure 0,8 micromètres de longueur dans le muscle non contracté B. Le diamètre du sarcomère diminue lors de la contraction C. La bande A mesure 1,5 micromètre de longueur dans le muscle non contracté D. Le diamètre d’une myofibrille mesure 10 à 20 micromètres de diamètre E. La bande H mesure 2,3 micromètres de longueur dans le muscle non contracté

    36. Parmi les propositions suivantes relatives à la cellule musculaire lisse, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Les cellules musculaires lisses possèdent plusieurs noyaux B. La cellule musculaire lisse possède une lame basale C. Les filaments épais sont reliés aux plaques denses D. Les filaments fins sont quinze fois plus nombreux que les filaments épais E. La caldesmone et la calponine sont caractéristiques de la cellule musculaire lisse

    37. Parmi les propositions suivantes relatives à la cellule musculaire cardiaque, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Les cellules musculaires cardiaques sont jointes par des desmosomes B. La cellule musculaire cardiaque possède une lame basale C. Les stries scalariformes mesurent 2 micromètres d’épaisseur D. Les dyades sont constituées de deux tubules L E. Les filaments épais comportent des ponts d’union sur toute leur longueur

    2011

    33. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, quelle est (quelles sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque filament épais est entouré de deux filaments fins B. Chaque filament fin est entouré de deux filaments épais C. La troponine est un complexe comprenant trois sous-unités D. La troponine T interagit avec la titine E. La nébuline entoure le filament fin

    35. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire cardiaque, quelle est (quelles sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Les filaments fins sont 15 fois plus nombreux que les filaments épais B. Les cellules musculaires sont séparées par des stries de 2 micromètres d’épaisseur C. Les cellules sont unies par des desmosomes, des jonctions étanches et des jonctions communicantes D. Les dyades sont composées d’un tubule T et un tubule L E. Les tubules T sont unis par le système tubulaire transverse axial

    2010

    18. Parmi les propositions suivantes concernant les constituants du sarcomère, laquelle (ou lesquelles) est (ou sont) exacte(s) ?

    A. La bande de Hensen ne comporte pas de tropomyosine B. La ligne M ne comporte pas de troponine C. La bande I ne comporte pas de titine D. La bande A ne comporte pas de nébuline E. La strie Z ne comporte pas de d’α-actinine

  • LILLE 2018-2019

    23

    2009

    17. Parmi les propositions concernant le sarcomère, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Il est limité par une strie Z à chacune de ses extrémités B. A leurs extrémités, les myofibrilles s'achèvent par un demi-sarcomère et sont limitées par une strie M C. La bande A ne comporte que des filaments épais D. La bande I comporte des filaments fins et des filaments épais E. La bande H comporte des filaments épais

    18. Parmi les propositions concernant les constituants du complexe de la dystrophine, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. La dystrophine est en liaison avec l'actine cytosquelettique B. La dystrophine est extracellulaire C. La chaine α-2 de la laminine est l'un des maillons du complexe D. L’α-actinine est l'un des maillons du complexe E. Le collagène 6 est l'un des maillons du complexe

    20. Parmi les propositions concernant le couplage excitation-contraction, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque tubule T de la cellule musculaire squelettique apparaît entouré de deux tubules L en microscopie électronique B. Le tubule T est la réserve de calcium rapidement transférable vers le cytosol en cas d'activation de la jonction

    neuromusculaire C. L'augmentation brutale de la concentration en calcium dans le cytosol déclenche le mouvement des filaments épais par

    rapport aux filaments fins D. La cellule musculaire lisse possède une jonction neuromusculaire mais l'inversion du potentiel de membrane ne se

    propage pas le long d'un tubule T E. La jonction neuromusculaire est de type cholinergique, le récepteur est de type nicotinique

    2008

    10. Quelle(s) proposition(s) concernant la cellule musculaire squelettique est (sont) exacte(s) ?

    A. Elle est entourée d’une lame basale B. Les champs de Conheim sont visibles sur une coupe transversale de muscle observée en microscopie optique C. Le sarcoplasme de la cellule musculaire squelettique contient du glycogène et des mitochondries D. La longueur des bandes I (ou disques I) diminue lors de la contraction de la cellule musculaire squelettique E. La longueur des bandes A (ou disques A) est invariable, quel que soit l'état de contraction de la cellule musculaire

    11. Quelle(s) proposition(s) concernant les constituants du sarcomère de la cellule musculaire squelettique est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque filament épais est entouré de deux filaments fins B. Des ponts d'union hérissent la surface des filaments épais sur toute leur longueur C. La troponine est un constituant du filament fin D. La titine coiffe l'extrémité libre du filament fin E. La nébuline a pour fonction d'amarrer au disque Z l'extrémité non libre du filament fin

  • LILLE 2018-2019

    24

    CORRECTION

    2018

    26. Parmi les propositions suivantes relatives à la cellule musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La tropomyosine est constituée de deux chaînes lourdes et de deux paires de chaînes légères B. Sur une coupe transversale de bande A pratiquée en dehors de la bande de Hensen, un filament épais est entouré

    de six filaments fins C. Le nombre de filaments fins d’un sarcomère est le double du nombre de filaments épais D. Le filament fin a un diamètre de 1000 nm E. La nébuline est associée au filament fin

    A. FAUX. La myosine est constituée de deux chaînes lourdes et de deux paires de chaînes légères. B. VRAI. C. VRAI. D. FAUX. Le filament fin a un diamètre de 7 nm. E. VRAI.

    27. Parmi les propositions suivantes relatives à la triade de la cellule musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Le tubule central émane de la membrane cytoplasmique B. Les deux tubules latéraux émanent du réticulum sarcoplasmique C. Lors de la contraction, le calcium qui se fixe à la troponine C provient de la lumière des tubules T D. Les triades sont situées en regard des stries Z E. Les triades sont situées entre les myofibrilles d’une même cellule musculaire squelettique

    A. VRAI. B. VRAI. C. FAUX. Lors de la contraction, le calcium qui se fixe à la troponine C provient de la lumière des tubules L. D. FAUX. Les triades sont situées à chaque jonction bande A – bande I. E. VRAI.

    28. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire lisse, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La cellule musculaire lisse est innervée par une seule jonction neuromusculaire B. Le cytoplasme de la cellule musculaire contient en moyenne quinze filaments fins pour un filament épais C. Les plaques denses sous-membranaires sont constituées de filaments épais D. Les triades de la cellule musculaire lisse ont une répartition aléatoire par rapport aux myofilaments dans le

    cytoplasme du léïomyocyte E. Les cellules musculaires lisses s’organisent en tuniques dans la paroi du tube digestif

    A. FAUX. La cellule musculaire lisse n’est pas innervée par une jonction neuromusculaire. B. VRAI. C. FAUX. Les plaques denses sous-membranaires sont constituées de filaments fins. D. FAUX. La cellule musculaire lisse ne possède pas de triades. E. VRAI.

    LILLE 2018-2019

    25

    29. Parmi les propositions suivantes relatives à la dystrophine, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? A. La dystrophine est une protéine de la matrice extracellulaire B. Le dystroglycan est une protéine transmembranaire liée à la dystrophine C. Des protéines stabilisent le complexe de la dystrophine D. La chaîne alpha 2 de la laminine est liée au dystroglycan E. La dystrophine est codée par un gène situé sur le chromosome 8

    A. FAUX. La dystrophine est une protéine intracytoplasmique de la cellule musculaire squelettique. B. VRAI. C. VRAI. D. VRAI. E. FAUX. La dystrophine est codée par un gène situé sur le chromosome X.

    2017

    35. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, laquelle (lesquelles) est (sont)

    exacte(s) ? A. Ses limites sont deux stries Z B. Il est centré d'une bande A C. Il est centré d'une bande de Hensen D. Il est centré d'une strie M E. La nébuline enveloppe le filament fin

    A. VRAI. B. VRAI. C. VRAI. D. VRAI. E. VRAI. 36. Parmi les propositions suivantes relatives aux triades des cellules musculaires, laquelle

    (lesquelles) est (sont) exacte(s) ? A. Le tubule T émane de la membrane plasmique de la cellule musculaire lisse B. Le tubule T est cerné de deux tubules L, sur les coupes longitudinales, en microscopie électronique C. La concentration en calcium dans la lumière d'un tubule L est toujours inférieure à la concentration

    en calcium du cytoplasme extra-tubulaire D. Les triades sont situées en regard des stries Z dans le muscle squelettique E. Les triades se situent en dehors des myofibrilles

    A. FAUX. Le tubule T émane de la membrane plasmique de la cellule musculaire squelettique. B. VRAI.

    C. FAUX. La concentration en calcium dans la lumière d'un tubule L est toujours supérieure à la concentration en calcium du cytoplasme extra-tubulaire. D. FAUX. Les triades sont situées à la jonction entre les bandes A et I dans le muscle squelettique. E. VRAI.

  • LILLE 2018-2019

    26

    2016

    31. Parmi les propositions suivantes relatives aux cellules musculaires squelettiques, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Elles ne possèdent pas de lame basale B. Elles établissent entre elles des jonctions communicantes C. Elles sont liées à la matrice extracellulaire par des hémidesmosomes D. Leurs noyaux sont situés sous la membrane cytoplasmique E. La partie centrale des champs de Conheim est constituée de myofibrilles

    A. FAUX. Elles possèdent une lame basale. B. FAUX. Les cellules musculaires cardiaques établissent entre elles des jonctions communicantes. C. FAUX. Elles sont liées à la matrice extracellulaire par le complexe de la dystrophine. D. VRAI. E. FAUX. Les champs de Conheim correspondent chacun à une myofibrille en coupe transversale.

    32. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère de la cellule musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La longueur de la bande I diminue au cours de la phase de contraction B. Les ponts d'union des filaments épais sont situés uniquement dans la bande de Hensen C. La titine est une protéine située entre l'extrémité libre du filament fin et la strie M D. La nébuline entoure le filament fin E. En coupe transversale, chaque filament fin apparait entouré de trois filaments épais

    A. VRAI. B. FAUX. Les ponts d'union des filaments épais sont situés en périphérie de la bande A et jusque dans la bande de Hensen c’est-à-dire dans la zone d’interaction possible entre les filaments fins et les filaments épais. C. FAUX. La titine est une protéine située entre l’extrémité libre du filament épais et la strie Z. D. VRAI. E. VRAI.

    33. Parmi les propositions suivantes relatives à la jonction neuromusculaire, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. C'est une synapse neuro-effectrice B. Elle comporte une fente synaptique primaire et des replis synaptiques secondaires C. L'acétylcholine-estérase est associée à la lame basale schwannienne D. Le récepteur musculaire de l'acétylcholine est un récepteur nucléaire E. Le récepteur musculaire de l'acétylcholine est de type nicotinique

    A. VRAI. B. VRAI. C. FAUX. L'acétylcholine-estérase est associée à la lame basale synaptique située dans les fentes synaptiques secondaires. D. FAUX. Le récepteur musculaire de l'acétylcholine est un récepteur présent dans la membrane cytoplasmique. E. VRAI.

    LILLE 2018-2019

    27

    2015

    28. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La bande I mesure 1,5 micromètre de longueur lorsque le muscle n'est pas contracté B. La bande I se raccourcit au cours de la contraction C. La bande I ne comporte pas de filament épais D. La bande H (ou bande de Hensen) ne contient pas de filament épais E. En coupe transversale, chaque filament épais est entouré de trois filaments fins

    A. FAUX. La bande I mesure 0,8 micromètre de longueur lorsque le muscle n'est pas contracté. B. VRAI. C. VRAI. D. FAUX. La bande H (ou bande de Hensen) ne contient que des filaments épais. E. FAUX. En coupe transversale, chaque filament épais est entouré de six filaments fins.

    29. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire squelettique, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque triade est située en regard d'une strie Z B. Une triade associe deux tubules T et un tubule L C. Chaque tubule T est en continuité avec la membrane cytoplasmique D. Chaque tubule L est constitué de réticulum endoplasmique granuleux E. Le calcium est maintenu dans la lumière des tubules T par la calséquestrine

    A. FAUX. Chaque triade est située en regard d'une jonction bande A - bande I. B. FAUX. Une triade associe un tubule T et deux tubules L. C. VRAI. D. FAUX. Chaque tubule L est constitué de réticulum endoplasmique lisse. E. FAUX. Le calcium est maintenu dans la lumière des tubules L.

    30. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire lisse, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La contraction du muscle lisse est involontaire B. Le cytoplasme de la cellule musculaire lisse contient des filaments épais C. Le cytoplasme de la cellule musculaire lisse ne contient pas de filaments fins D. Des corps denses sont accolés à la face interne de la membrane cytoplasmique de la cellule musculaire lisse E. Les plaques denses se forment dans le cytoplasme uniquement lors de la contraction de la cellule musculaire

    lisse

    A. VRAI. B. VRAI. C. FAUX. Le cytoplasme de la cellule musculaire lisse contient des filaments fins. D. FAUX. Des plaques denses sont accolées à la face interne de la membrane cytoplasmique de la cellule musculaire lisse. E. FAUX. Les corps denses se forment dans le cytoplasme uniquement lors de la contraction de la cellule musculaire lisse.

  • LILLE 2018-2019

    28

    2014

    34. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Un sarcomère est limité par deux stries Z B. La longueur de la bande I ne varie pas au cours de la contraction C. La bande A raccourcit au cours de la contraction D. La bande de Hensen raccourcit au cours de la contraction E. La tropomyosine est un constituant du filament fin

    A. VRAI. B. FAUX. La longueur de la bande I diminue au cours de la contraction. C. FAUX. La bande A ne raccourcit pas au cours de la contraction. D. VRAI. E. VRAI.

    35. Parmi les propositions suivantes relatives au complexe de la dystrophine, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La dystrophine est une protéine intracellulaire B. La dystrophine est localisée sous la membrane cytoplasmique de la cellule musculaire squelettique C. La dystrophine est liée à la tubuline cytosquelettique D. La dystrophine est liée au dystroglycan E. Des protéines stabilisent le complexe de la dystrophine

    A. VRAI. B. VRAI. C. FAUX. La dystrophine est liée à l’actine cytosquelettique. D. VRAI. E. VRAI.

    36. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire cardiaque, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. Les cellules musculaires cardiaques sont en totalité entourées d’une lame basale continue B. La jonction neuro-musculaire de la cellule musculaire cardiaque implique un neurone du système nerveux

    végétatif C. Les cellules musculaires cardiaques sont unies par des desmosomes D. La dyade de la cellule musculaire cardiaque est dépourvue de tubule T E. La dyade de la cellule musculaire cardiaque est située en regard de la jonction entre bande A et bande I

    A. FAUX. Les cellules musculaires cardiaques sont entourées d’une lame basale qui s’interrompt au niveau des jonctions entre deux cellules adjacentes. B. FAUX. Le tissu musculaire cardiaque ne contient pas de jonction neuromusculaire. C. VRAI. D. FAUX. La dyade de la cellule musculaire cardiaque possède un tubule T et un tubule L. E. FAUX. La dyade de la cellule musculaire cardiaque est située en regard de la strie Z.

    LILLE 2018-2019

    29

    2013

    27. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La bande de Hensen est située au centre du sarcomère B. La strie Z est située au centre de la bande I C. Les stries A sont situées de part et d’autre de la bande M D. La bande I mesure 1,5 micromètre de longueur au repos E. La bande I mesure 0,8 micromètre de longueur lors d’une contraction avec raccourcissement du sarcomère

    A. VRAI. B. VRAI. C. FAUX. La bande H est située de part et d’autre de la bande M. D. FAUX. La bande I mesure 0,8 micromètre de longueur au repos. E. FAUX. La bande I mesure moins de 0,8 micromètre de longueur lors d’une contraction avec raccourcissement du sarcomère.

    28. Parmi les propositions suivantes relatives au complexe de la dystrophine, laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s) ?

    A. La dystrophine est une protéine trans-membranaire B. La dystrophine se lie directement à la chaîne alpha 2 de la laminine (ou mérosine) C. La dystrophine se lie à l’actine D. La dystrophine se localise dans le cytoplasme intermyofibrillaire E. Le dystroglycan est une protéine trans-membranaire

    A. FAUX. La dystrophine est une protéine intracytoplasmique. B. FAUX. La dystrophine se lie indirectement à la chaîne alpha 2 de la laminine par l’intermédiaire du dystroglycan. C. VRAI. D. FAUX. La dystrophine a une localisation sous-membranaire. E. VRAI.

    2012

    34. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. La bande I mesure 0,8 micromètres de longueur dans le muscle non contracté B. Le diamètre du sarcomère diminue lors de la contraction C. La bande A mesure 1,5 micromètre de longueur dans le muscle non contracté D. Le diamètre d’une myofibrille mesure 10 à 20 micromètres de diamètre E. La bande H mesure 2,3 micromètres de longueur dans le muscle non contracté

    A. VRAI. B. FAUX. La longueur du sarcomère diminue lors de la contraction. C. VRAI. D. FAUX. Le diamètre d’une myofibrille mesure 1 à 2 micromètres de diamètre. E. FAUX. La bande H mesure moins de 1,5 micromètres de longueur dans le muscle non contracté, car la bande H est une partie de la bande A.

  • LILLE 2018-2019

    30

    36. Parmi les propositions suivantes relatives à la cellule musculaire lisse, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Les cellules musculaires lisses possèdent plusieurs noyaux B. La cellule musculaire lisse possède une lame basale C. Les filaments épais sont reliés aux plaques denses D. Les filaments fins sont quinze fois plus nombreux que les filaments épais E. La caldesmone et la calponine sont caractéristiques de la cellule musculaire lisse

    A. FAUX. Les cellules musculaires lisses possèdent un seul noyau. B. VRAI. C. FAUX. Les filaments fins sont reliés aux plaques denses. D. VRAI. E. VRAI.

    37. Parmi les propositions suivantes relatives à la cellule musculaire cardiaque, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Les cellules musculaires cardiaques sont jointes par des desmosomes B. La cellule musculaire cardiaque possède une lame basale C. Les stries scalariformes mesurent 2 micromètres d’épaisseur D. Les dyades sont constituées de deux tubules L E. Les filaments épais comportent des ponts d’union sur toute leur longueur

    A. VRAI. B. VRAI. C. VRAI. D. FAUX. Les dyades sont constituées d’un tubule T et un tubule L. E. FAUX. Les filaments épais comportent des ponts d’union à leur extrémité, comme les filaments épais des cellules musculaires squelettiques.

    2011

    33. Parmi les propositions suivantes relatives au sarcomère, quelle est (quelles sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque filament épais est entouré de deux filaments fins B. Chaque filament fin est entouré de deux filaments épais C. La troponine est un complexe comprenant trois sous-unités D. La troponine T interagit avec la titine E. La nébuline entoure le filament fin

    A. FAUX. Chaque filament épais est entouré de six filaments fins. B. FAUX. Chaque filament fin est entouré de trois filaments épais. C. VRAI. D. FAUX. La troponine T interagit avec la tropomyosine. E. VRAI.

    LILLE 2018-2019

    31

    35. Parmi les propositions suivantes relatives au tissu musculaire cardiaque, quelle est (quelles sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Les filaments fins sont 15 fois plus nombreux que les filaments épais B. Les cellules musculaires sont séparées par des stries de 2 micromètres d’épaisseur C. Les cellules sont unies par des desmosomes, des jonctions étanches et des jonctions communicantes D. Les dyades sont composées d’un tubule T et un tubule L E. Les tubules T sont unis par le système tubulaire transverse axial

    A. FAUX. Les filaments fins sont 2 fois plus nombreux que les filaments épais, comme dans les cellules musculaires squelettiques. B. VRAI. C. FAUX. Les cellules sont unies par des desmosomes, des jonctions adhérentes et des jonctions communicantes. D. VRAI. E. FAUX. Les tubules L sont unis par le système tubulaire transverse axial.

    2010

    18. Parmi les propositions suivantes concernant les constituants du sarcomère, laquelle (ou lesquelles) est (ou sont) exacte(s) ?

    A. La bande de Hensen ne comporte pas de tropomyosine B. La ligne M ne comporte pas de troponine C. La bande I ne comporte pas de titine D. La bande A ne comporte pas de nébuline E. La strie Z ne comporte pas de d’α-actinine

    A. VRAI. La tropomyosine est une molécule constitutive des filaments fins, or il n’y a pas de filaments fins au niveau de la bande de Hensen. B. VRAI. La troponine est une molécule constitutive des filaments fins, or il n’y a pas de filaments fins au niveau de la ligne M. C. FAUX. La bande I comporte de la titine puisque la titine est interposée entre l’extrémité du filament épais et la strie Z. D. FAUX. La bande A comporte de la nébuline puisque la nébuline est localisée autour des filaments fins présents au niveau de la périphérie de la bande A. E. FAUX. La strie Z comporte de l’α-actinine.

    2009

    17. Parmi les propositions concernant le sarcomère, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Il est limité par une strie Z à chacune de ses extrémités B. A leurs extrémités, les myofibrilles s'achèvent par un demi-sarcomère et sont limitées par une strie M C. La bande A ne comporte que des filaments épais D. La bande I comporte des filaments fins et des filaments épais E. La bande H comporte des filaments épais

    A. VRAI. B. VRAI. A leurs extrémités, les myofibrilles s'achèvent par un sarcomère entier et sont limitées par une strie Z. C. FAUX. La bande A comporte des filaments épais et des filaments fins. D. FAUX. La bande I comporte uniquement des filaments fins. E. VRAI.

  • LILLE 2018-2019

    32

    18. Parmi les propositions concernant les constituants du complexe de la dystrophine, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. La dystrophine est en liaison avec l'actine cytosquelettique B. La dystrophine est extracellulaire C. La chaine α-2 de la laminine est l'un des maillons du complexe D. L’α-actinine est l'un des maillons du complexe E. Le collagène 6 est l'un des maillons du complexe

    A. VRAI. B. FAUX. La dystrophine est intracytoplasmique. C. VRAI. D. FAUX. L’α-actinine est le principal constituant de la strie Z. E. VRAI.

    20. Parmi les propositions concernant le couplage excitation-contraction, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque tubule T de la cellule musculaire squelettique apparaît entouré de deux tubules L en microscopie électronique B. Le tubule T est la réserve de calcium rapidement transférable vers le cytosol en cas d'activation de la jonction

    neuromusculaire C. L'augmentation brutale de la concentration en calcium dans le cytosol déclenche le mouvement des filaments épais par

    rapport aux filaments fins D. La cellule musculaire lisse possède une jonction neuromusculaire mais l'inversion du potentiel de membrane ne se

    propage pas le long d'un tubule T E. La jonction neuromusculaire est de type cholinergique, le récepteur est de type nicotinique

    A. VRAI. B. FAUX. Le tubule L est la réserve de calcium rapidement transférable vers le cytosol en cas d’activation de la jonction neuromusculaire. C. VRAI. D. FAUX. La cellule musculaire lisse ne possède pas de jonction neuromusculaire. E. VRAI.

    2008

    10. Quelle(s) proposition(s) concernant la cellule musculaire squelettique est (sont) exacte(s) ?

    A. Elle est entourée d’une lame basale B. Les champs de Conheim sont visibles sur une coupe transversale de muscle observée en microscopie optique C. Le sarcoplasme de la cellule musculaire squelettique contient du glycogène et des mitochondries D. La longueur des bandes I (ou disques I) diminue lors de la contraction de la cellule musculaire squelettique E. La longueur des bandes A (ou disques A) est invariable, quel que soit l'état de contraction de la cellule musculaire

    A. VRAI. B. VRAI. C. VRAI. D. VRAI. E. VRAI.

    11. Quelle(s) proposition(s) concernant les constituants du sarcomère de la cellule musculaire squelettique est (sont) exacte(s) ?

    A. Chaque filament épais est entouré de deux filaments fins B. Des ponts d'union hérissent la surface des filaments épais sur toute leur longueur C. La troponine est un constituant du filament fin D. La titine coiffe l'extrémité libre du filament fin E. La nébuline a pour fonction d'amarrer au disque Z l'extrémité non libre du filament fin

    A. FAUX. Chaque filament épais est entouré de six filaments fins. B. FAUX. Des ponts d'union hérissent la surface des filaments épais sur leurs extrémités entrant en interaction avec les filaments fins. C. VRAI. D. FAUX. La titine coiffe l’extrémité libre du filament épais. E. FAUX. La nébuline a pour fonction de stabiliser les filaments fins.