Click here to load reader

Une forte personnalité Entrée - JewishGen KehilaLinks · PDF filedans cette même science. Ses grands-parents, ses parents, oncles et tantes ... roumaine après cette guerre, reprise

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Une forte personnalité Entrée - JewishGen KehilaLinks · PDF filedans cette...

  • 1

    CHAPITRE II

    Une forte personnalit

    Entre

    Peut-tre mpancherais-je un jour sur ces derniers vnements : il

    est bon de le faire parfois, et la philosophie du quotidien a certes son utilit

    quon semploie peu dvoiler.

    Nous allons cependant bientt quitter cette anne 1980 o, vers la fin du

    mois de Fvrier, tait tabli lacte de notorit qui faisait de ma mre la lgataire

    des biens de grand-pre. Cet acte a d tre tabli par le juge du Tribunal

    dInstance du 17e arrondissement, o se trouvait le domicile de grand-pre.

    Deux tmoins ont comparu qui ont dclar, certifi et attest, pour

    rendre hommage la vrit, avoir parfaitement connu Monsieur TEMEL Tzalie

    . La personne du premier tmoin mest totalement inconnue. Le second

    tmoin a par contre jou un rle de premier plan dans la rencontre de mes

    parents. On apprend sur lacte prcit que ce dernier tmoin est Madame

    ALBAGNAC ne RABINOVICI Basa ne HANCESTI (Roumanie)

    (profession retraite) le 16 dcembre 1910 . 1. Maman avait fait sa

    connaissance du temps o mes grands-parents tenaient table plus ou moins

    ouverte aux roumains sans le sou qui arrivaient en France. Basa, dites Bassia,

    garda toute sa vie le souvenir de son accueil ; aprs la guerre, elle fit planter en

    Isral deux arbres au nom de mes grands-parents, et manifesta ainsi sa

    reconnaissance envers eux.

    1 Elle a traduit avec Corinne Fournier une nouvelle de Vassili Grossman, La route (cf par exemple les uvres de cet auteur publies par Robert Laffont (Paris, 2006)). Lexemplaire offert mes parents porte la ddicace suivante : Pour mes chers amis Tetette et Boris et leurs enfants, Bassia, Fille DEphram Rabinovici de Berditchev, la mmoire de tous les martyrs .

    GalkaStamp

  • 2

    Ainsi accueillie, de quatre ans son ane, elle exera alors quelque

    influence sur sa jeune amie. Le lien affectif entre elle et ma mre ne se rompit

    jamais en dpit de la turbulence des vnements. Sous linfluence de Bassia, ma

    mre entreprit de suivre des cours de chimie au Conservatoire National des Arts

    et Mtiers.

    Dans le mme temps, un jeune homme Strasbourg, avanait ses tudes

    dans cette mme science.

    Ses grands-parents, ses parents, oncles et tantes

    Il tait n le 13 Mai 1909, Causani, aujourdhui petite ville de la

    Rpublique de Moldavie. Causani est le nom roumain de la ville, Kaushany, on

    prononait ka-ou-shan, son nom russe. Je ne connais pas en dtail lhistoire de

    cette Moldavie, assez belle et assez riche sur le plan agricole, qui fut russe avant

    la premire guerre mondiale, roumaine aprs cette guerre, reprise par lURSS au

    dbut de la seconde, et qui sest plus ou moins affranchie de la tutelle russe

    aprs la chute de lempire sovitique. On pourra en apprendre davantage en

    consultant le site :

    www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/vjw/moldova.html

    Dans la famille de mon pre, on parlait couramment et surtout le russe,

    galement le yiddish et le roumain. Je me propose dabord de dcrire cette

    famille, autant que faire se peut, sparant les branches maternelles et paternelles,

    les oncles et tantes de mon pre en premier lieu, puis ses cousins et cousines.

    Ma grand-mre paternelle, Chona (galement Hana-Leya les orthographes

    des prnoms de lpoque sont variables), appartenait une vaste tribu de Kogan.

    Yefim Kogan en a crit, dabord en russe, la gnalogie (cf

    http://www.solidapps.com/family/). En fait, cette grande famille na eu quun seul

    lien intime avec la famille des Kogan authentiques, Kogan tant la variante russe

  • 3

    de Cohen. Dans les temps anciens, les Cohen avaient fonction de prtres ; sous

    les tsars, ils sont quelquefois rests exempts des servitudes militaires. Il se

    trouve quun arrire-arrire grand-pre, Moishe, se maria avec une Kogan

    authentique, et prit le nom de sa femme pour viter de servir pendant 25 ans

    dans les armes du tsar.

    Les donnes gnalogiques du ct des Kogan mont t transmises par

    Yefim Kogan. Quelles concernent les Kogan ou les Bruter, ces donnes ne sont

    pas toutes exactes : prononciations variables, erreurs de transcription, souvenirs

    imprcis des narrateurs, en sont sans doute les sources les plus videntes. Voici

    ici les premires de ces donnes, elles concernent la mre et les oncles maternels

    de mon pre.

    Berl, transpos en russe sous la forme Boris, le pre de ma grand-mre, n

    vers 1840 ( ?), dcd avant 1924, tait une sorte dintendant dun propritaire

    foncier. Le pre de Berl, le grand-pre ma grand-mre, est le fameux Moisha

    qui prit le nom de Kogan ; il pourrait tre n vers 1810 ( ?). Apparemment il

    neut que trois enfants, une fille Rivka, deux fils, Leiser et ce premier Berl. Ce

    dernier eut quatre fils (Peisach, Iosif, encore un Moisha, Zalman), et une fille

    (ma grand-mre Hana-Chona).

    Branche KOGAN

    Moishe (1810 ? - ?) prend le nom de Kogan

    Rivka (?) Berl (Boris)( ?- > 1924?) & Entel(10 Mai 1868( ?) -

  • 4

    Ce premier organigramme appelle quelques explications, le rappel de

    quelques points dhistoire que jemprunte Wikipdia. Un trait de non-

    agression entre lAllemagne et lURSS fut sign Moscou aux premires heures

    du 24 Aot 1939. Il incluait un protocole secret divisant les pays jusquici

    indpendants mais aux frontires communes avec les cosignataires, en zones

    dinfluence. En consquence de ce trait, la rgion o habitait cette partie de ma

    famille, et qui autrefois faisait partie de lempire tsariste, fut occupe en Juin

    1940 par lURSS et rattache la Rpublique Socialiste dUkraine. Les

    habitants de cette rgion en qui lURSS et le KGB navaient pas la plus grande

    confiance, furent dports. Il en fut ainsi de mes grands-parents paternels, mon

    grand-pre, commerant ais possdant quelques vignobles, ayant t considr

    comme un koulak .

    Le trait en question devint caduque de par linvasion de lURSS par

    lAllemagne, le 22 Juin 1941. Chaque arme allemande possdait une unit

    davant-garde aux fonctions diverses, notamment dclaireurs, et dsigne sous

    le nom dEinsatzgruppen. Chacune delles tait divise en Sonderkommandos.

    Ceux-ci avaient notamment pour ordre de chasser les juifs de leur demeure.

    Rattach la 11me arme, lEinsatzgruppen G-D, par Bratislava et le Nord de la

    Transylvanie, avance sur Piatra-Neamt, prs de la Bessarabie le 5 juillet 1941. Les

    Sonderkommandos entrrent en action : le SK-10a Beltzi, le SK-10b Cernauti avec la 3me

    Chona (Hana-Leya) ne Tiraspol 10.11.1880-1942 dporte par les soviets, emporte par le typhus marie Pincus Bruter

    Iosif dit le roux 10.8.1879- 1956 Kishinev, habitait Causani, mari Luba(Chasileva) 6.5.1880 dcde en 1941 pendant son vacuation vers lest

    Moishe Causani 7.4.1892 1946 Kishinev Mari Inda (Varshavskaya, ne Causani, 25.5.1894, 1978, Kishinev)

    Peisach 16.12.1874 -1924 Mari Chova (Tulchinskaya) ne Tiraspol, 10.09.1878-1941, dcde pendant son vacuation vers lest dans la rgion de Kokchetav, Kazakhstan-nord

    Zalman Causani 6. 6. 1882-Bender 1958,mari Sara (Sura, Sonya) (Feferman) ne le 17.5.1886 (?)-1942-43 ( ?) dcde en Sibrie de la typhoide

  • 5

    arme roumaine, le SK-11 Kishinev. Ci-aprs, une traduction approche de ce

    que ma crit Yefim :

    Compare celle des Juifs de Bilorussie ou dUkraine, la situation de

    mes parents et dautres en Bessarabie fut [souvent] meilleure. En Bessarabie, on

    leur avait donn un mois environ pour quitter les lieux En dautres endroits,

    ils neurent mme pas trois jours pour cela. Dans quelques cas, ils furent aids

    par les autorits locales Elles donnrent aux Juifs des documents [comme par

    exemple des papiers didentit], parfois des moyens de transport jusquaux

    gares, comme des chevaux et leurs charrettes. Kazakhstan/Siberia, etc.

    Ceux qui ne voulurent pas partir pour quelle que raison que ce soit

    certains ne voulaient pas croire que les Allemands leur veuillent du mal, dautres

    taient trop gs furent, Causani, rassembls et brles vifs dans la

    synagogue. Jai lu que quelques Moldovans ont aid les Allemands.

    Bien sr, beaucoup de Juifs durent leur vie sauve leur fuite vers lest,

    [en Asie Centrale, vers le Kazakhstan et la Sibrie] mais quelques-uns

    moururent de faim sur leur route en traversant lUkraine. Pendant le voyage de

    la famille de ma mre, il arriva plusieurs fois que le train soit arrt par les

    Ukrainiens locaux, donnant lordre tous, pour la plupart Juifs, de travailler

    leur ferme pendant quelque temps. Dans quelques cas, en parvenant dans des

    villages avant les fugitifs quils avaient dj chasss, les Allemands

    empchrent les Ukrainiens de les retenir, ils purent ainsi continuer leur route.

    En disant que les autorits aidrent les Juifs, cela ne signifie en aucun cas

    que tous les Ukrainiens ou Kazakhs apportrent cette aide. Tout dpendait du

    contexte local. Ainsi, alors que la famille de ma mre travaillait dans une ferme

    collective, on commena entendre les tirs de lartillerie, les Allemands

    approchaient. Le directeur de la ferme refusa dabord de donner les moyens de

    se rendre la gare la plus proche. Mon grand-pre Leib lui montra quil serait

    responsable de la mort de cette famille, et quon saurait qui en serait le premier

    responsable. Le directeur accepta alors de prter des chevaux, et ma f

Search related