Mondialisation et commerce des langues 2

  • View
    1.500

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Décrire les relations entre les langues du monde dans un contexte global et local.

Text of Mondialisation et commerce des langues 2

  • 1.Patrick Chardenet Directeur dlgu L angue et communication scientifique en franais Matre de confrences em sciences du langage Laboratoire de Smiolinguistique, Didactique et Informatique(Universit de Franche Comt) CEDISCOR (Centre de recherches sur les discours ordinaires et spcialiss)/SYLED (Systmes Linguistiques, Enonciation et Discursivit), UPRES 2290. MONDIALISATION ET COMMERCE DES LANGUES" http://www.auf.org [email_address]

2.

  • Problmatique globale : tat des lieux paradoxal, configuration du capital linguistique mondial
  • Description : dynamiques de ples et de flux
  • 3. Quelques situations : Afrique du Sud, Core du Sud, Amrique du Sud

MONDIALISATION ET COMMERCE DES LANGUES" http://www.auf.org [email_address] 3.

  • Problmatique globale :
  • jamais les contacts de langues nont t aussi amples et intenses;
  • jamais quelques langues nont t autant en mesure de dominer les autres de manire aussi ample et intense.
  • Consquences conjugues des deux phnomnes :
  • Pour la premire fois dans lhistoire du monde, depuis les annes 1950, le rapport entre le nombre de langues qui se crent et le nombre de langues qui ne sont plus actives, est dficitaire.

4.

  • tat des lieux paradoxal
  • POTENTIEL DEXCLUSION: dun ct la mondialisation tend hirarchiser les langues (renforant les dominantes : 5% des langues sont parles par 95% des locuteurs comme langues premires) =
  • POTENTIEL DEXPOSITION : de lautre, elle tend rendre accessible au monde nimporte quelle langue (les 95% des langues des 6000 langues du monde parles par 5% de la population mondiale )

5.

  • Deux points de vue
  • Point de vue optimiste :
  • -lobligation du contact de langues peut amener la cration de nouvelles langues
  • - le march des langues nest pas fig et les langues dominantes dune poque peuvent changer de position une autre poque
  • Point de vue pessimiste :
  • - lobligation du contact de langues se fait au profit de quelques unes mais de toute faon pas de toutes
  • - les fondements du march des langues reposent sur des dynamiques dexclusion plutt que dinclusion

6.

  • Quelles politiques linguistiques ?
  • Se pose la question de savoir quelles langues proposer et quelle langue enseigner / apprendre / quiper et comment le faire ?
  • Cest--dire quels buts se fixent les tats et les entits supra-tatiques, pour quelles finalitsde politiques linguistiques (ducatives, scientifique, culturelle, conomique )?

7.

  • C onfigurations complexes du capital linguistique mondial : rapports entre les statuts (collectifs, individuels) et les corpus (dmolinguistiques) :
  • langues autochtones / langues importes
  • langue hyperdominante mondiale
  • langues superdominantes internationales
  • langues dominantes rgionales transnationales
  • langues nationales (Etats)
  • langues officielles (Etats, entits supranationales,
  • organisations internationales)
  • langues communautaires des diasporas
  • langues dadoption
  • langues de la communication lectronique
  • (internet)

8. Une description dynamique en flux et en ples : contextes dmo linguistique

  • Cette dynamique a toujours exist
  • Le premier marqueur du poids des langues, c'est la dmographie de leurs locuteurs (dmolinguistique globale des locuteurs de langue premire et dmolinguistique spcifie pour les locuteurs occasionnels et/ou comptences partielles.
  • Cette dmolinguistique a toujours t en mouvement (il n'y a pas d'emprunts sans mouvement des locuteurs).

9. Ce qui change et qui la rend plus active et plus visible, c'est sa dimension plantaire et les effets de sa rapidit.

  • Ouverture des frontires de sortie pour les populations (vs fermeture des entres), pour les marchandises, les capitaux et le savoir; accroissement (non fini) de la masse dinformations sous forme lectronique (stable et instable): les ides, les notions, les concepts circulent plus vite, plus loin avec unpotentiel d'exposition aux langues , largi.
  • Les problmatiques se globalisent et les horloges intellectuelles se synchronisent. Les conditions de production du savoir deviennent plus collectives, les coles de pense hier stabilises pour plusieurs dcennies, sont sans cesse remises en question,les langues de production, de diffusion et d'enseignement des connaissances jouent un rleau moins aussi important que les langues de l'conomie.
  • Quelques flux et ples dterminants ...

10. Flux et ples migratoires

  • Les hommes n'ont jamais t aussi mobiles :
  • En 1965, il y avait environ 45 millions de personnes qui vivaient hors de leur pays de naissance. En 2002, ils taient 150 millions; en 2006, environ 180 millions.
  • Or les flux migratoires sont en croissance spectaculaire (1% de la population mondiale il y a un sicle, 3% aujourd'hui):
  • - 48 millions d'hispanophones aux Etats-Unis;
  • - poids de l'indianit dans l'espace anglo-saxon;
  • - poids potentiel du chinois (chinois, anglais);
  • - retrait du russe...

11. Flux et ples de rfugis 30 millions de rfugis en 2009 .Peut-tre 50 millions dans 30 ans (sous l'effet des : modifications climatiques, catastrophes naturelles, conflits sociaux, ethniques, religieux, politiques, militaires ...) 12. Flux et ples touristiques

  • Le tourisme est devenu de masse au niveau mondial (1950 = 25 millions de touristes internationaux, 2007 = 897 millions).
  • La croissance des flux et des ples de populations en mouvement est norme (mme si elle ne reprsente qu'une petite partie des 6 milliards d'habitants de la plante. Les contacts interculturels et interlinguistiques dus au tourisme sont devenus dterminants dans quasiment toutes conomies.

13. Flux et ples de dlocalisation de services de sant Interactions culturelles et linguistiques dans les services de sant : origines et destinations variables (plusieurs millions de malades d'Europe, d'Amrique du Nord et du Sud, d'Australie, des pays du Golfe, et moindre chelle, d'Asie et d'Afrique, partent chaque anne pour des chirurgies, des soins, vers l'Inde, l'Afrique du Sud, Cuba et certains pays d'Europe centrale La Thalande a reu 30.000 canadiens en 2006. 14. Ples d'tudes internationaliss et flux d'tudiants Il y a 325.000 tudiants chinois aux Etats-Unis ( 68.000 tudiants de pays latino-americains).Etudiants chinois en Amriquelatine :Mxico: 12.800 Brasil:8.000 Colombia:8.000 Argentina:3.600 Per:3.400 Source : Institute of International Education ofthe United States(IEI), 2001. 15. Ples d'tudes internationaliss et flux d'tudiants En France, la part des tudiants trangers s'accrot depuis 1998 pour atteindre 11 % en 2003 : plus de la moiti des tudiants trangers inscrits dans les universits sont originaires des pays francophones d'Afrique ; 6 % d'entre eux sont chinois (multipli par huit entre 1998 et 2003). En 2001, 37 500 Franais tudient l'tranger, pour la plupart dans les pays de l'Union europenne. 16. Ples et flux sur l'Internet : ingalits, distribution des locuteurs et des langues La mesure du poids des ples d'usagers de l'Internet ne permet pas encore d'identifier les langues utilises dans les forums et les courriels mais l'observation d'changes dans les rseaux sociaux, montre que de nombreuses langues s'y rencontrent. Echanges endolingues dans une langue officielle du pays des interlocuteurs. Echanges endolingues entre interlocuteurs se trouvant dans des pays diffrents. Echanges exolingues entre interlocteurs dans un mme pays. Echanges exolingues entre interlocteurs de pays diffrents. 17. Flux et ples de langues dans la communication hors sol Le nombre d'usagers par langue est un indicateur global intressantmais il ne permet pas de distinguer l'usager plurilingue de l'usager monolingue. 18. Flux et ples de communication scientifique Il faut la fois considrer la communication scientifique noramalise (ouvrages, revues, colloques) et les changes entre chercheurs. si les positions ditoriales dominantes crent une boucle d'auto-renforcement des flux de langue vers le monilinguisme les langues dans les changes entre chercheurs dpendent de nombreux facteurs (participation des projets dans des rseaux multilatraux, rencontres personnelles relles ou virtuelles). 19. Ples des langues d'ducation (L1 ou Ls) Rpartition des lves et des tudiants par langues en 2007 Ces chiffres restent pertinents tant que l'ducation se droule dans une langue premire ou une langue officielle. Il faudrait pouvoir ajouter : - ceux des tudiants trangers duqus ou forms dans une langue diffrentes de leur langue premire; - ceux des offres de cours dans une langue diffrente de la langue officielle du pays (filires bilingues) 20.

  • Le choix dune deuxime langue qui semblait encore ouvert il y a une dizaine dannes, tendance aujourdhui se conformer lapparition sur le march, de langues candidates la contestation de la suprmatie de langlais.
  • Comme lespagnolqui progresse en Europe, en Amrique du Nord, au Brsil et en Asie (17,8 millions dlves en 2008 ), et le mandarin qui partant dune position trs faible a fait un bond en avant depuis ces cinq dernires annes (38 millions en 2008 et peut-tre 100 millions en 2011).
  • La place de chacune de ces