Côte d'Ivoire, Abidjan

  • View
    233

  • Download
    4

Embed Size (px)

Transcript

  • 1.10_15.qxd 1/07/11 19:03 Page 10FORCES en action

2. 10_15.qxd 1/07/11 19:03 Page 11 Cte-dIvoire:dpollution dAbidjanaprs la batailleArmes, munitions, explosifs instables... La ville porteles traces des combats entre pro-Gbagbo et pro-Ouattara aprs llection prsidentielle. Des spcialistes franaisdu dminage sont pied duvre pour plusieurs semaines.Par Barthlemy Gruot Photos : Sbastien Dupont / E C PA D 3. 10_15.qxd 5/07/11 12:24 Page 12FORCES en action 4. 10_15.qxd 5/07/11 12:24 Page 13 T rois coups de klaxon rsonnent sur la lagune dAbidjan, signe quil faut se mettre couvert. Trois, deux, un Lexplosion retentit. Les quipes Nedex (neutralisation, enlvement, destruction des explosifs) sont laction. Les hommes du 31e Rgiment du gnie (31e RG) de CastelsarrasinIl faut agir vite et du 13e RG de Valdahon de spcialit EOD (lment oprationnel de dpollution et de dmi-avant quenage) se livrent leur travail de fourmi quotidien: dpolluer les zones qui ont t le thtre daf-la vgtationfrontements durant la crise ivoirienne de toutes les munitions abandonnes ou non exploses.ne reprenneAujourdhui, cest une rsidence ayant servi dele dessusrefuge aux forces de Laurent Gbagbo. Les lieux sont vides depuis plusieurs semaines. Entre deset ne dissimulecarcasses de voitures, des munitions jonchent le sol : grenades, cartouches, douilles, roquettesles munitionsCes forces interviennent la demande des auto- rits locales. Ds la fin de la crise, mi-avril, laau regard.capacit dintervention Nedex en vue dassurer la dpollution dAbidjan a t mise sur pied, explique le capitaine P Nous avons deux quipes, . composes chacune de deux sous-officiers EOD4Ci-contre : le niveau le plus lev et de deux auxiliairesAprs avoir fouill et nettoy les abords dune militaires du rang. Il faut agir vite, particulire-rsidence, les hommesment sur les anciennes zones de combat, avantdu Gnie travaillent lintrieur que la vgtation ne reprenne le dessus etdu btiment. Des munitionsde toute sorte serontdissimule les munitions au regard. Les quipesdcouvertes dans plusieurs interviennent en priorit sur les sites civils. Unpices.numro dappel a t diffus auprs de la popu-Ci-dessous gauche :lation. Les Nedex se sont dj rendus dansUn EOD sapprte sectionner14 coles et dans plusieurs villages. La plupartune grenade enfouie dans du temps, cest le champ de bataille aprs laun jardin de la rsidence. bataille, poursuit le capitaine P On trouve des .Ci-dessous droite :munitions abandonnes, certaines neuves, dau-Dcouverte dune roquettetres tires, mais aussi brles. Celles-ci, les plusantichar de type RPG-7. instables, prsentent un vrai danger. Sur les gros chantiers, les EOD travaillent avec un dta- chement de 16 sapeurs qui ratissent la zone la recherche de munitions, quils traitent eux- mmes si elles sont juges inoffensives. Ds quil y a risque, ils marquent lendroit avec un drapeau et les EOD prennent le relais. Vhicules suspects Non loin des btiments de la rsidence, ladju- dant-chef G. dcouvre une grenade dans lherbe. Le percuteur a frapp lamorce mais la charge na pas explos. Je vais sectionner lallumeur en de du percuteur, explique-t-il. Une grenade comme celle-ci est mortelle jusqu 80 mtres. Il suffit de la bouger de quelques centimtres pour que a pte ! Le canon de sectionnement en place, la ligne de tir est installe. Les hommes se placent labri derrire un vhicule de lavant blind (VAB). Une charge lectrique va 13 5. 10_15.qxd 4/07/1111:48Page 14FORCES en actionLes munitions instables sontdtruites dans une carrire plusieursdizaines de kilomtres dici.Ci-contre : Cartouches soigneusement conditionnes, armes, munitions demi exploses, les experts ont traiter un vaste chantillon dexplosifsprsentant des dangers divers.Ci-dessous : Le coffre des voitures abandonnes est ouvertle plus proprement possible avec de petites charges. Il nest pas raredy trouver des armes ou des munitions. 6. 10_15.qxd 5/07/11 12:24 Page 15dclencher le percuteur au bout duquel unburin va venir couper la grenade. Aprs avoirrespect la procdure de scurit (trois coups deklaxon), un bruit sourd parvient jusquau VAB. Lagrenade est coupe en deux parties. Un autregroupe se prpare ouvrir un coffre de voiture.Nous plaons une petite charge au niveau de laserrure pour la faire sauter et vrifier quil ny aitpas de munitions lintrieur. Un ferrailleur pourraensuite rcuprer la voiture , explique ladju-dant L. La manuvre seffectue distance. Levhicule pourrait tre pig ou des munitions sytrouvant pourraient dclencher une explosion. Ducoffre encore fumant, sont extraites quatregrenades en parfait tatLes munitions encore utilisables et sres sontrendues larme ivoirienne. Celles qui sontinstables sont dtruites dans une carrire plusieurs dizaines de kilomtres dici. Depuisnotre arrive en Cte-dIvoire, nous avons faitune dizaine de fourneaux de plus de 200 kilosdexplosifs, confie un membre de lquipe. Lesmunitions saltrent avec le temps. La temp-rature importante et une hygromtrie dpassantles 60 % narrangent rien. CatalogueLe travail ne manque pas autour de la rsidence.Aprs avoir fait quelques pas dans le jardin, unequipe dcouvre une roquette antichar de typeRPG-7 dont seul le propulseur djection a fonc- ,tionn. Ce type de munition est trait diffrem-ment. Je mets en place une charge dexplosifsur la charge creuse, une autre sur le propulseurde croisire , prcise ladjudant O. Pour viterla projection dclats, deux sacs de terre sontdisposs latralement.Les quipes fouillent maintenant le btiment.Avec pour seul clairage leur lampe frontale,quatre hommes progressent lintrieur. Chacuninvestit une pice. Puis, cest un vritable cata-logue quon entend rciter. Une caisse de car-touches de 9 mm dans une pice, une kalachedans la cuisine , plus loin un projectile demortier bulgare de 90 mm, et ainsi tout au longde linvestigation. Fouillant une caisse decartouches de 7 mm, ladjudant G. reste sur,62ses gardes. Des grenades peuvent se trouverdans les caisses de munitions, mieux vautprendre toutes les prcautions. Cest sur cette fouille et aprs six heures de travailque la journe se terminera pour les EOD. A rai-son de six jours par semaine, il leur faudra dutemps pour dpolluer la ville, sans pour autantavoir le sentiment davoir tout nettoy . Enrevanche, grce leur action, aucune victime civileou militaire nest dplorer ce jour. 15