of 24 /24

Le Catalyst Novembre Edition

Embed Size (px)

Text of Le Catalyst Novembre Edition

  1. 1. Matieres de novembre 4 5 8 9 11 12 7 13 Innovations mondiales dans le do- maine des technologies mdicales Transplantation de tte Dveloppement de la maladie dAlzheimer chez les chimpanzs En quoi le virus du Zika pour- rait-il tre positif ? La dcouverte dune nouvelle photo enzyme naturelle et ces applications biotechnologiques 10 Cher Darwin Cori Bargmann - La prochaine Marie Curie Grippe ou Nah? ` limination de populations de moustiques dans le Pacifique Sud laide dinfection bactrienne
  2. 2. 17 19 21 LEQUIPE LUniversit de Colombie synthtise une matrice pulmonaire Trump: btir un mur devant la ralit et la science Tlcharger nos mmoires et nos penses Catalyse dlicieuse Guerrires vikings : Mythe ou ralit ? Diagnostique primplanta- toire: La dcision prnatale dans lthique parentale Les hros ne portent pas tous des capes Parce que le cancer de lovaire ne devrait pas tre une condamnation mort Le Virus du Nil occidental, profil et incidence Rdacteur en chef Setti Belhouari Editor-in-Chief Sanmeet Chahal Directrice de la production Jasmine Bhatti Asst. directrice de la production Elsie Lebedev Conseillre Tanya Yeuchyk Directrice des mdias Saania Tariq Directeur du site web Michael Leung Logisticien Meaghan De Jesus Coordinatrices des auteurs Anastasia Turner Constance You Photographes Elsie Levedev Pape Theodore Seye Auteurs|Auteures Mohamed Bachrouch, Dimi- tri Beaulieu, Alex Bologa, An Duong, Sijyl Fasih, Manuela Fonesca, Kenny Huynh, Erik Jacques, Michael Kalyn, Divine Kankenga, Hailey McTaggart, Alixe Mnard, Marie-Pier Millette, Sandrine Pageau, Simon Reilley, Omar Salah, Alex Tirpan, Khaled El Tyby Rdactrices|Rdacteurs Nabil Asraoui, Shobhita Balasubramaniam, Setti Belhouari, Sanmeet, Chahal, Alex Chen, Natalia Forero, Nasim Haghandish, Divine Kankenga, Navpreet Langa, Ann Lee, Karan Mediratta, Hadjar Saidi, Mihaela Tudorache, Khaled El Tyby, Michelle Vandeloo, Kelly Xu, Constance Yu Traductrices| Traducteurs Setti Belhouari, Shamei Benoit Leblanc, Jade Ashley Kaitlin Choo-Foo, Youssef Saddiki, Hadjar Saidi, Na- thaly Sbeiti, Mihaela Tudor- ache, Michelle Vandeloo, Khaled El Tyby` 14 15 16 18 20 22
  3. 3. Un triomphe historique pour la bataille contre le cancer sest produit lors de lapprobation dun nouveau traitement contre la leucmie par la U.S. Food and Drug Administration (FDA). Le nouveau traitement se nomme Kymriah . Il est considr comme la premire thra- pie gnique contre le cancer mise sur le march aux tats-Unis. Il vise donner une seconde chance certains patients pour lesquels des traitements de premire ligne ont chou [1]. Kymriah est la premire approbation par la FDA dun traitement fait base du rcepteur dantigne chimrique (RAC) de lymphocytes T. Il est utilis pour les patients atteints de leucmie aigu lymphoblastique (LAL). Il a prcdem- ment t tudi sous la notation de CTL019 par la compagnie Novartis. Kymriah est la premire thrapie de lymphocyte T de RAC approuve pour limmunothrapie contre le cancer. Ce traitement sert pour des jeunes patients pdiatriques de 25 ans et moins ayant une LAL des lymphocytes T rfractaire ou rcidivante [2]. cause de lagressivit de la maladie, les patients souffrant du LAL se soumettent souvent de multiples traitements de chimiothrapie, radiation, thrapie cible ou transplantation de cellules souches, mais moins de 10% des patients survivent au-del de 5 ans. Lorsque les mdicaments de premire ligne ne font pas effet, le traitement unique quest Kymriah offre lopportunit de gurir les patients de leur leucmie aigu lymphoblastique en lliminant compltement.N OU VELLE H ISTOR IQU E a Prem ire thrapie gnique pour le traitem ent du cancer ap- prouve aux tats-U nis la diffrence des autres mdicaments syn- thtiques ou biologiques, Kymriah ne peut pas tre produit en grande quantit. La thrapie est produite partir du sys- tme immunitaire de la personne atteinte. Le procd pour crer le traitement peut prendre jusqu trois semaines. Tout comme dautres thrapies gniques, le traitement implique le retrait des lymphocytes T du patient. Les lymphocytes T sont une sorte de globules blancs du systme immunitaire prsents dans le sang, et responsables de combattre les in- fections et les substances trangres au corps. Les cellules T extraites sont modifies afin de contenir un nouveau type de protines, soit les RAC. Ces dernires aident dtecter cer- tains types de cellules cancreuses dans le corps. Quand les cellules reprogrammes sont rinsres dans le corps, elles peuvent localiser et liminer les cellules cancreuses [3]. Le traitement peut alors faire effet. Aussi prometteur que Kymriah semble, il comporte tout de mme des dsavantages. Comme Novartis lavait mentionn dans son tude, prs de la moiti des patients dune tude ont dvelopp un syndrome de libration de cytokines en rponse la circulation libre de cellules repro- grammes dans le corps. Le syndrome peut causer de fortes fivres et des symptmes semblables ceux de la grippe. Dans certains cas, il peut savrer mortel. Les patients qui dveloppent ce syndrome doivent tre admis aux soins in- tensifs et tre sous observation. Novartis note aussi dautres Alek Tirpan, 4e anne BIM INNOVATIONS MONDIALES DANS LE DOMAINE DES TECHNOLOGIES MDICALES 4 effets secondaires ncessitant lhospitalisation [4]. Le traitement est complexe, mais sa liste deffets sec- ondaires est limite et il nen reste pas moins que le traitement peut offrir des bnfices sans comparable pour les patients ligibles. Le seul fait quil peut liminer une forme rare de leucmie est un exploit. Plusieurs mdecins croient que cette thrapie deviendra une nouvelle norme pour cette population particulire de patients [4]. Les donnes supportent la croyance. Une autre tude de Novartis dmontre que parmi 63 patients, 83% taient en rmission aprs 3 mois et 64% taient toujours en rmission aprs un an. Une autre tude comprenant 51 patients dmon- tre que 45% des patients traits par Kymriah montraient soit une rponse partielle, soit une rponse complte, donc que leur cancer avait rgress ou disparu [5]. Des enjeux sont toujours prsents. Le prix en est dail- leurs un majeur. Novartis a lev le prix du traitement 457 000$ cause de la personnalisation ncessaire et de la com- plexit du procd de cration. Par contre, la compagnie col- labore avec des agences fdrales comme Centers for Medi- care and Medicaid Services dans le but de crer un mode de paiement bas sur le rsultat du traitement sur les patients, permettant aux patients de ne payer que lorsquil y a rponse positive durant premier mois [6]. Bien que ce traitement soit encore dispendieux, il inspire grandement confiance dans le fait quun mdicament a le potentiel dliminer la leucmie ai- gu lymphoblastique. Source: Gene Literacy Project Source: Stony Brook University
  4. 4. Les humains, au cours de lHistoire, ont souvent t la source de leurs propres misres. Cela est le cas notamment aux les de locan Sud-Pacifique, o les Hommes ont introduit lespce de moustiques Aedes polynesiensis il y a 1000 ans, lorsquils ont migr du Fiji ces les. limination de populations de moustiques dans le Pacifique Sud laide dinfection bactrienne Alex Bologa, 2e anne biotechnologie Quels sont les dangers de ces mous- tiques? Cette espce de moustiques nest pas venue seule en Polynsie : elle a apport avec elle de nom- breuses maladies terribles tel que la filariose lymphatique le virus de la dengue, la malaria, et plus rcem- ment le virus Zika dans une rgion du monde qui ntait pas prpare pour cette pidmie de moustiques ! En effet, il est estim que les cas reports du virus de la dengue en Polynsie franaise a augment de 1358 en 1965 7320 en 1997, soit prs de 6 fois de plus en juste 32 ans ! Les habitants de ces les du Pacifique se sont donc dit quassez est assez, et quil fallait faire quelque chose pour arrter cette croissance de moustiques portant des maladies potentiellement fatales. Aussi, la forte prsence de moustiques infects nuisait beaucoup au tourisme actuel en Polynsie franaise, qui connaissait une forte hausse autrement. Ceci peut endommager lconomie de plusieurs les polynsi- ennes qui se basent principalement sur le secteur touristique. Cest pour ces raisons que des scientifiques ont dcid de rtablir le mal accidentel commis par les migrants du Fiji il y a 1000 ans, et de commencer se dbarrasser de ces moustiques problmatiques en Polynsie. Comment ont- ils fait cela? Mais comment sparer les mles des femelles? En fait, cest un processus assez sim- ple et efficace (triant plus 99% des larves correctement). laide de leau, les larves de moustiques sont laves et glissent entre les parois de deux assiettes en verre. Les femelles qui sont physiquement plus grandes que les mles (pour pouvoir pondre ses ufs) se- ront bloques vers le milieu de lassiette alors que les mles descendent jusquen bas. Des biologistes dun laboratoire biomdical dans la commune Paa sur lle tahitienne ont dvelopp une stratgie pour liminer les populations de moustiques des petites les environnantes. Le scientifique principal du projet et entomologiste, Herv Bossin, proclame mme quen une dizaine dannes, larchipel de la Socit en Polynsie franaise (Tahiti, Moorea, Bora Bora, Huahine et Raiatea) naura plus ce problme. Cette opration commence dans le laboratoire de moustiques de linstitut Louis Malard, et consiste infecter les larves de moustiques avec la souche bactrienne Wolbachia. Cette bactrie provient dune autre espce de moustique Aedes reversi qui nest pas naturellement prsente en Polynsie. La bactrie agit donc de faon nocive sur Aedes polynesiensis. Lorsque la femelle poly- nesiensis est injecte avec cette bactrie, ses ufs possderont eux-mmes la bactrie, alors que si le mle est inject et insmine une femelle non-infecte, les ufs rsultants ncloront plus. Ces biologistes ont dtermin que la manire la plus rapide de rpandre cette bactrie par- mi une population insulaire de moustiques est dinfecter les mles et de les relcher stratgiquement proche de nids o il y a une forte concentration de femelles. Du fait que la dure de vie des mous- tiques est de 10 jours pour les mles et approximativement 50 jours pour les femelles, une popula- tion entire de moustiques peut tre radique assez rapidement. 5 Source: Dengue and Mosquito Control on Rarotonga Source: How Far Theyll Go
  5. 5. Quel est le futur de cette mthode dlimination par bactrie? Est-ce la manire la plus efficace de prvention? Prsentement, cette mthode est pratique plutt sur les les du Pacifique du Sud comme lle Tetiaroa, car ce sont des rgions isoles et peu peuples, parfaites pour ces exprimen- tations scientifiques. Elles permettent de vri- fier que cette radication peut se faire sans consquence et en toute scurit. Mais il y a dj des essais au Brsil et Guangzhou en Chine o lespce Aedes albopictus presqut entirement radique sur deux les chinoises peuples. De mme, aux tats-Unis, 70% de lespce Aedes albopictus a dj t radique dans trois tats amricains. Les seuls problmes peuvent survenir du fait quil est plus difficile de se dbarrasser de pop- Actuellement, les scientifiques croient que cette mthode par infection bactrienne est la plus efficace de tous les points de vue pour la prvention contre les maladies provenant des moustiques: conomiquement, ils estiment quinfecter les moustiques avec la bactrie Wolbachia cote beaucoup moins cher que de les modifier gntiquement. Il couterait moins dun dollar par personne pour relcher un groupe assez grand de moustiques infects dans une rgion, ce qui viterait ainsi de transmettre des maladies comme la dengue (qui tuent 800,000 enfants par an en moyenne). cologiquement, cette mthode compltement naturelle est plus favorable que de vapo- riser des produits chimiques et autres pesticides sur des nids de moustiques, car elle utilise une bactrie dj prsente dans 65% des insectes. Aussi, en Polynsie, le moustique est une espce rel- ativement nouvelle introduite par les Hommes, comme expliqu prcdemment, et nest donc pas une espce ncessaire dans la chaine alimentaire de ces les : les araignes ont beaucoup dautres options et il ny a pas de grenouilles ni de chauve-souris pour manger ces moustiques. Dautre part, cette prvention contre les moustiques viterait que des virus mortels soient transmis dautres animaux comme les oiseaux, et sans limination complte de ces moustiques il y a toujours danger de transporter ces maladies par avion. En plus, la rapidit de cette limina- tion de populations de moustiques par bactrie fait en sorte quil ny a pas de possibilit que les moustiques voluent pour acqurir une rsistance immunologique cette bactrie. ulations de moustiques dans des territoires plus grands que dans des les, car il est plus facile pour des moustiques non-infects prsents dans une population infecte de voyager et de se re- produire ailleurs. Aussi, il faut faire attention de ne pas enlever le moustique des cosystmes qui en ont besoin, notamment des lacs et tangs. Finalement, on peut dire que cette mthode bactrienne et prventive des maladies prove- nant des moustiques aura un futur proche as- sez glorieux : un futur o les touristes visitant le Pacifique du Sud et dautres les exotiques nau- ront plus se couvrir dinsecticides et se gifler toutes les deux minutes pour viter une piqure de moustique. Un futur o la mortalit cause par ces moustiques diminuera drastiquement avec un peu de chance. Mais est-ce vraiment de la chance, ou de la pure science ? 6 Source: Oliver Exterminating
  6. 6. C O R I B A R G M A N N Jai rcemment laiss aller ma curiosit et jai googl Scientifiques de renomme mondiale , et voici ce qui est apparu : Albert Einstein, Isaac Newton, Stephen Hawking, Ma- rie Curie, Louis Pasteur, Charles Darwin, Ni- kola Tesla, James Watson et Alexander Graham Bell. Remarquez-vous quelque chose dtrange? Oui, cela ma pris du temps avant de le remar- quer aussi. De tous ces dix scientifiques, il ny a quune seule femme qui a pu porter le titre de renomme . Hum. Quen est-il de Jane Good- all, Maria Mayer, Rachel Carson, Henrietta Lacks? Pourquoi les femmes scientifiques et gagnantes de prix Nobel sont-elles laisses de ct plutt que dtre idoltres comme leurs pairs masculins? En nenseignant aux jeunes filles qu propos des hommes scientifiques, nous ignorons le fait quelles ne se verront ja- mais dans la peau dun scientifique. O sont les femmes? La science est-elle seulement pour les hommes? Pourquoi devons-nous redou- bler defforts pour tre vues comme des gales? Il est temps de donner du crdit nos surs collgues scientifiques, et ce mois-ci il est question de Cori Bargmann. Bargmann, neurobiologiste, est une lueur despoir pour nous, les femmes scientifiques. Lan dernier, elle a mme t appele une vraie rockstar 1. Comme plusieurs dentre nous, sa passion pour la science a commenc avec une pure curiosit et maintenant, elle concentre ses tudes principalement sur C.elegans, un asca- ris ayant plusieurs similitudes fonctionnelles avec les humains au niveau neurobiologique. Elle est galement la prsidente du volet sci- entifique de lInitiative Chan Zuckerberg. Bargmann a un dbut modeste: 17 ans, son premier emploi sagissait de prpar- er de la nourriture pour les mouches dans un laboratoire de biologie. Par la suite, elle a tudi un oncogne non-Ras nomm neu pour sa thse de recherche et la clon partir dun neuroblastome de rongeur. Ceci lui a permis dtablir quil tait question dun rcepteur de facteur de croissance pidermique (EGFR), lui permettant ensuite de dterminer les mu- tations qui activent loncogne neu. Ces tudes ont ventuellement men les scientifiques tablir une corrlation entre les oncognes neu et les tumeurs agressives du cancer du sein. Si vous navez qu peine murmur wow , la sci- ence est-elle vraiment pour vous? Ce qui est si inspirant chez Bargmann est quelle ne craint pas la complexit. Pour elle, le systme nerveux Alixe Mnard, 2e anne BIM 7 La prochaine Marie Curie est un casse-tte, et en assembler les pices est son passe-temps favori. Son travail tourne principalement autour de lolfaction, c.--d. la rception lie notre sens de lodorat, ainsi que dautres fonctions neurobiologiques telles que la rponse au stress. Elle est capable duti- liser une ablation au laser sur C. elegans afin dtudier les neurones chimiosensitifs respons- ables de crer un tat de rsistance au stress, appel dauer larvae. Je ne sais pas pour vous, mais jaimerais bien trouver cet tat chez moi. On peut dire que Cori Bargmann est une super hrone de la neurobiologie et jes- pre que cet article a su souligner ses accom- plissements, tout en vous inspirant travailler fort de votre ct. Bargmann nest pas devenue une scientifique du jour au lendemain. Elle a tudi la biochimie lUniversit Georgia, suivi par des tudes suprieures au Massachusetts Institute of Technology et a obtenu un doctorat du Dpartement de biologie. Elle a ensuite tra- vaill sous laile de Dr Robert Weinberg, biolo- giste, o elle a tudi loncogense, principale- ment base sur la molcule Ras et son lien avec le cancer de la vessie. Comme vous pouvez voir, ses tudes et recherches ont vari tout au long de sa carrire, et cest grce ses explorations quelle a pu largir ses connaissances et deve- nir la scientifique acclame quelle est. Tout cela pour dire quil est correct dexplorer les options qui soffrent nous. Le chemin vers lexcellence nest ni sens unique ni restreint. En tant que femmes, nous devons redoubler defforts pour tre reconnues, alors pourquoi ne pas rendre notre par- cours utile? En tant que scientifique, nous ne devons pas prouver no- tre valeur aux hom- mes, mais nous dev- ons part- ager notre savoir au monde en- tier, comme le fait Cori Bargmann. Source: Getty Images
  7. 7. TRANSPLANTATION DE TETEKhaled Tyby, 4e anne BIM Aujourdhui, nous vivons dans un monde o la plupart des organes humains peuvent tre transplants dune personne une autre. Le cur, le foie, les poumons, les intestins et les reins font partie de cette catgorie dorganes ayant dj fait lobjet de transplantation ou de greffe. Alors une question demeure : pourquoi pas la tte ? Cest la question que Sergio Canavero et ses collgues chinois se sont poss. Sergio Canavero est un neurochirurgien italien g de 52 ans convaincu et persuad de pouvoir, avec succs, raliser une opration de transplan- tation de tte. Le neurochirurgien souhaite intervertir les ttes de deux humains : lun dont les organes ne fonctionnent pas et lautre dont ces derniers sont sains, mais dans un tat o son cerveau est mdicalement mort. Voici les tapes de lopration nomme HEAVEN, Head anastomosis venture. Premirement, la tte, sujet de la greffe, doit tre refroidie 15 degrs Celsius. Ce refroidissement est absolument ncessaire puisquil permet dviter la mort des neurones qui se situent dans le cerveau et parce que ceci lui permet de vivre plus longtemps dans un milieu anarobique. Cela est trs similaire la transplantation des autres organes comme le cur qui doivent tre placs dans un environne- ment froid dans le but dtre conservs pour une priode de temps plus longue. Ensuite, la tte va tre ampute manuellement avec un cou- teau, quon appelle gemin-o-tome. Ce couteau, trs tranchant, va permettre une coupe propre travers la moelle pinire. Suite cette coupure, la tte va se trouver dans un environne- ment froid et ne disposera pas de sang. Elle sera donc inactive. Celle-ci doit tre, par la suite, transfre au nouveau corps en moins de 60 minutes afin dtablir une nouvelle circulation sanguine pour pouvoir nourrir le cerveau. Les vaisseaux san- guins de la tte seront relis aux vaisseaux du corps fonction- nel travers des tubes faits base de silicone. Enfin,lesnerfs,lesmuscles,lesligamentsetleplusimportant, la partie de moelle pinire de la tte, devront tre attachs avec ceux du corps receveur. Cette dernire tape constitue le problme majeur de lopration. Pendant de nombreuses annes et jusqu aujourdhui, il tait considr impossible de raliser une opration de reprage de moelle pinire. Dans ce cas, il faut joindre deux moelles pinires diffrentes au niveau du coup. Pour faire cela, Sergio Canavero propose dutiliser une substance chimique, le polythylne glycol, substance qui se trouve dans les produits cosmtiques actuels comme la crme solaire et les crmes de peau. Le PEG, aussi nomm macrogol, peut tre inject aprs une grave bless- ure de la colonne vertbrale pour permettre aux membranes nerveuses de la moelle pinire de se rparer. Par contre, il existe une substance de la mme famille, nomme TEX- AS-PEG, invente par le chimiste canadien William Sikke- ma, ayant dj t utilise avec succs pour la rparation des activits motrices dun rat victime dune svre blessure de la moelle pinire, et qui dispose de plus de chances de russite que le PEG du docteur italien. Les deux parties coupes de moelle pinire vont donc baigner dans le TEXAS PEG et vont ensuite tre superposes lune au dessus de lautre. Quels sont les risques de rejet ? Le rejet survient quand le tissu de lorgane, ou dans ce cas de la tte, est reconnu comme tant tranger par le systme immunitaire du receveur, lequel en consquence attaquera les tissus du cerveau. Les risques de rejet pour la transplan- tation de tte sont assez levs. Pour quun patient puisse survivre aprs une transplantation de tte, ce dernier va de- voir consommer des mdicaments immunosuppressifs trs puissants comme des cytostatiques, des anticorps ou des glucocorticodes afin daffaiblir le systme immunitaire du nouveau corps. Ce faible systme immunitaire peut donc aussi tre la raison de plusieurs autres maladies dangereuses. Quels sont les risques psychologiques pour le receveur du nouveau corps ? Bien videmment, les risques de mort des patients sont levs, mais imaginons un scnario ou le patient survit. Quels seront les risques psychologiques sur celui-ci ? Le premier volontaire de Sergio Canavero est Valery Spiridon- ov, un informaticien russe g de 31 ans qui a t atteint dune maladie du muscle nomme Werdnig-Hoffman. Mr. Spiridonov sentrane rgulirement en utilisant des situa- tions virtuelles en cas de ractions psychologiques inatten- dues. Aprs lopration, Spiridonov aura aussi passer une valuation psychiatrique pour sassurer de ses niveaux de stress. Cependant, le fait que Spiridonov puisse subir une rac- tion psychologique inattendue est une situation de forte probabilit. Daprs un professeur de philosophie de luni- `` 8 Source: CBS News
  8. 8. Une tude publie le 1er aout 2017 a dmontr que les chimpanzs gs dveloppent des marqueurs bi- ologiques similaires aux humains en ce qui a trait de la mal- adie dAlzheimer. Ltude publie dans le journal Neurobi- ology of Aging (Melissa K. Edler et al., 2017) vise tudier le dveloppement de la maladie chez le chimpanz dans le but de mieux comprendre les mcanismes impliqus chez lhomme. La maladie dAlzheimer chez les humains dtruit petit petit les cellules nerveuses du cerveau par le biais de protines anormales. Celles-ci ne sont pas sujettes aux m- canismes normaux de dgradation des protines et saccu- mulentdanslecerveau.Lagrgationdamylode-danslemi- lieu extracellulaire du cerveau forme des plaques protiques insolubles, qui sont toxiques aux neurones environnants. Ceci est accompagn par la formation de nuds de neuro- fibrilles lintrieur des neurones, le produit de protines tau anormalement phosphoryls. Ces dernires sont asso- cies au rseau de microtubules responsable du transport de substances chimiques lintrieur des cellules nerveuses, un processus essentiel la transmission de signaux nerveux et au mtabolisme des neurones. Lhyper-phosphorylation anormale de ces protines entraine leur dissociation des mi- crotubules pour former des agrgats, menant des lsions dans le rseau de transport de la cellule. Dans les deux cas, ceci mne la perte de neurones et une diminution de la masse du cerveau. En ce qui a trait aux chimpanzs, les symptmes de la maladie dAlzheimer sont similaires, mais avec certaines nuances importantes. Marty Ann Raghanti fit lanalyse des cerveaux de 20 chimpanzs mort un ge avanc dans le but dtablir un lien avec la maladie chez les humains. Bien que lquipe de recherche ait dcouvert la prsence dam- ylode- en plaques, la protine a t localise principale- ment dans le rseau sanguin du cerveau. De plus, les lsions tau ont t trouves sous forme de prcurseurs de nuds de neurofibrilles. Malgr la prsence des marqueurs pathogniques typiques de la maladie, les chimpanzs ne semblent pas dvelopper de dmence. Lamylode- et la protine tau sont identiques chez le chimpanz et lhomme, indiquant peut- tre quil existe un mcanisme de protection chez les chim- panzs qui prvient une perte plus significative de neurones. Cela expliquerait-il pourquoi lamylode- saccumule prin- cipalement dans les vaisseaux sanguins et non en plaques? Quoi quil en soit, de plus amples tudes sont ncessaires afin de mieux comprendre ces donnes et les mcanismes luvre qui feraient avancer ou ralentir le dveloppement de la maladie dAlzheimer. Malgr cela, une chose est certaine : la prvention est la meilleur forme de traitement quil existe. En restant actifs et en continuant de poser des dfis nos capacits crbrales, on peut grande- ment diminuer nos chances de dvelopper une telle maladie. Dimitri Beaulieu, 3e anne BIM versit de Warwick, Quassim Cassam, il est trs possible que la personne qui se rveille aprs la transplantation nait au- cune conscience du pass de Valery Spiridonov. Lopration, daprs Quassim Cassam, aurait donc donn naissance un humain avec la tte de Valery Spiridonov. Sergio Canavero et ses collgues chinois veulent rvo- lutionner le monde de la transplantation humaine. Dans un monde o la transplantation de cur, poumons, foie, rein et beaucoup plus dorganes est si commune, la tte pourra trs bientt rejoindre le groupe. Avec une opration qui est es- time 36 heures, le neurochirurgien italien voudrait com- mencer son premier essai au plus tt en dcembre 2017 sur Valery Spiridonov, son premier volontaire. Avec les doutes mdicaux, tel le rejet de la tte et la possibilit de problmes psychologiques pour les patients, les doutes et les questionne- ments thiques de la communaut scientifique, mdicale et mme mondiale, Sergio Canavero reste convaincu que son ide fonctionnera avec 90% de possibilits de succs. Dveloppement de la maladie dAlzheimer chez les chimpanzs 9Source: National Public Radio
  9. 9. Cher Darwin, Comment peut la voix dune chanteuse dopra casser du verre ? ~ Anonyme Cher Darwin, Pourquoi les abeilles construisent-elles le rayon de miel en forme hexagonale ? ~ Miellat Cher Anonyme, Flicitations! Vous tes le premier mavoir pos cette question sur ce phnomne tant bizarre que fascinant ! La rsonance, soit la vibration syn- chronededeuxoscillateursvoisins,estaucurdece phnomne. Tout systme oscillateur (mme toi !) oscille naturellement une frquence spcifique, une frquence naturelle, sans force applique. Des vocalistes experts, les chanteurs dopra peuvent chanter un ton identique la frquence naturelle du verre, provoquant ainsi sa vibration. Dpendant de lamplitude et de la dure du son, le verre vibre de plus en plus rapidement jusqu ce que le verre se casse. Jespre que cette explication rsonne avec toi! Darwin Cher Miellat, Il savre que le rayon de miel est un chef duvre darchitecture. Les abeilles veulent une structure compacte pour stocker leur miel, si important pour la survie de la ruche, tout en minimisant la main duvre ncessaire pour la construire. Si tous les cts sont de taille gale, les cellules du rayon seront troitement attaches, sans espaces entre celles-ci. Parmi toutes les formes ayant des cts de taille gale, le triangle, le carr et lhexagone sont les plus convenables pour cette fonction. Lhexagone, par contre, est un peu plus compact, tel prdit le mathmaticien romain Marcus Terentius Varro : Un rayon de miel hex- agonal a un primtre infrieur. Cette structure est ainsi efficace et rduit le gaspillage de la cire ncessaire pour rparer les espaces. Quelle cono- mie ! Continuez la qute ! Darwin CHER DARWINSijyl Fasih, 1e anne BIM 10 Source: Pape Theodore Seye Source: Elsie Lebedev
  10. 10. Dans les dernires annes, le virus du Zika a at- tir beaucoup dattention des mdias pour lpidmie quil a cause, engendrant des anomalies congnitales. Plus rcem- ment, on en entend parler surtout pour son potentiel deve- nir un traitement efficace contre une forme trs agressive de cancer du cerveau. Voici donc quelques questions que vous pourriez vous poser ce sujet, ainsi que leurs rponses. Les rsultats prliminaires dune tude mene par un groupe de chercheurs ce sujet ont t publis dans The Journal of Ex- perimental Medicine, citant Zhe Zhu comme premier auteur. Quest-ce que le virus du Zika ? Le virus du Zika est lun des Flavivirus de la catgorie des virus ADN, qui inclut galement le virus du Nile, le virus de la Dengue et le virus de la fivre jaune. Ce virus attaque les cellules souches neurales du ftus, provoquant la mort cel- lulaire et la diffrenciation, causant, selon le registre de nais- sances des tats-Unis pour le Zika, des anomalies congnital- es telles que des malformations crbrales, la microcphalie et des troubles dveloppementaux chez les nouveau-ns. Ces symptmes apparaissent chez 1 bb sur 10 de mres affectes par le virus, selon des chercheurs du CDC, les Centers for Dis- ease Control and Prevention. Les effets de celui-ci semblent moins svres chez les adultes, avec de rares cas de mnin- goencphalites. La propagation du virus du Zika fonctionne selon un cycle humain-moustique, le virus pouvant donc tre transmis par les moustiques ou sexuellement. Le groupe de chercheurs a mis lhypothse que puisque ce virus attaque spcifiquement les neuroprogniteurs, ou cellules souches dans le cerveau, il pourrait possiblement cibler les cellules souches des glioblastomes (CSGs). Quest-ce quun glioblastome ? Un glioblastome est une tumeur crbrale trs agres- sive, qui est partiellement rsistante tous les traitements connus et utiliss et qui revient proximit du lieu initial de rsection. Les CSGs contribuent la malignit de ce type de tumeur de plusieurs manires : leur potentiel invasif, leur vasion immunitaire, leur rsistance la thrapie, ainsi que leur prolifration ininterrompue et leur capacit promou- voir langiogense, qui est la formation et le dveloppement de vaisseaux sanguins. Que savons-nous propos des effets du virus du Zika sur les glioblastomes Rsultats in vitro Des expriences in vitro dans lesquelles des CSGs et des cellules de gliomes diffrencies (CGDs) ont t inocules avec le virus du Zika dmontrent que celui-ci infecte une trs grande proportion de CSGs et une proportion significative- Marie-Pier Millette, 3e anne PSY En quoi le virus du Zika pourrait-il tre positif? ment moindre de CGDs, nayant presque aucun effet sur ces dernires. Les effets du virus sur les CSGs sont les suivants : labolissement de la prolifration, la rduction de la forma- tion de sphres, qui est une technique que la tumeur utilise pour se renouveler, la rduction de lexpression de SOX2, un marqueur des CSGs, ainsi que lapoptose. Rsultats sur des spcimens humains Les chercheurs ont eu accs des glioblastomes frachement retirs chirurgicalement de patients humains. Ils les ont inoculs avec le virus du Zika, qui a graduelle- ment infect les cellules des tumeurs. Dans le mme sens que les rsultats dcrits la section prcdente, le virus a infect les CSGs, mais pas les CGDs. De plus, grce une autre exprience sur du tissu neuronal sain provenant dhu- mains adultes, les chercheurs ont confirm que le virus du Zika ninfecte pas le tissu neuronal sain chez les adultes. Rsultats sur des souris Les chercheurs ont essay de rpliquer ces rsultats in vivo, en utilisant des souris de laboratoire possdant des mutations au niveau des interfrons de type 1, tant donn que les souris ne sont pas des htes naturels pour le virus du Zika. Les interfrons de type 1 sont des protines respons- ables de la transcription dun groupe de gnes qui jouent un rle dans la rsistance des infections virales (Honda K. & al., 2005). De plus, le virus a t adapt pour infecter des souris. Le virus adapt a t inocul dans des souris ayant une tumeur de type gliome. Les rsultats dmontrent que le virus adapt a ralenti la croissance de la tumeur, et navait aucun effet sur les cellules saines du systme nerveux cen- tral. Les tumeurs traites avec le virus taient plus petites et la dure de vie des souris les possdant tait plus longue que pour les souris possdant des tumeurs traites avec un placbo. Le virus du Zika a des effets uniques sur les CSGs Des tests similaires effectus avec le virus du Nile dmontrent que ce dernier infecte les CGDs et les CSGs de faon quivalente. Le virus du Nile infecte galement tout autre type de tissu neuronal sain. Il est donc possible de conclure avec ces observations que la spcificit des cellu- les que le virus du Zika infecte nest pas une caractristique commune tous les Flavivirus, lui donnant un plus grand potentiel devenir un bon outil thrapeutique. 11 Source: Virology Blog
  11. 11. La dcouverte dune nouvelle photoenzyme naturelle et ces applications biotechnologiques Erik Jacques, 3e anne APA La lumire est souvent im- plique dans les processus de tout or- ganisme biologique et dans la plupart des cas, les interactions photons-or- ganisme sont gres par des protines photoactifs (Sorigue et al., 2017). Malgr le fait quil existe plusieurs catgories pour ce type de protine (ex : photorcepteurs, canaux ioniques photosensitive, etc.), les photoenzymes vont constituer lintrt majeure de cet article. Les photoenzymes sont des catalyseurs qui ont besoin dun apport continuel de photons pour demeurer dans un tat active. Ce type denzyme est assez rares puisque la slection naturelle na pas favoris la catalyse initie par la lumire, en consquence la liste de matriaux biologiques qui peuvent ragir avec la lumire de faon utile est courte (Yirka, 2017). En accord avec a, il existe que deux familles de photoenzyme naturel : les ADN photolyases, qui eux aident ravauder lADN lors de dommage induit par des rayons ultraviolets (UV) et les protochlorophyllide rductases, qui eux sont engags dans la synthse de chlorophylle et qui dpendent de la Comment le virus du Zika cible slectivement les cellules souches du glioblastome ? Il y a encore beaucoup de tra- vail faire avant quon puisse com- prendre comment le virus du Zika est si spcifique contre les cellules souches cancreuses. Une explication possible mettrait en cause les interfrons de type 1. Les cellules souches du glioblastome ne sont pas sensibles aux interfrons de type 1, et le signalement interfron se- rait activ par le virus du Zika. O en sommes-nous dans la pro- gression de ce traitement ? Une version moins virale du virus du Zika a t cre pour favoris- er la scurit en tant plus adapte la rponse immunitaire du corps hu- main. Cette version modifie du virus avait des effets semblables ceux de la souche parentale, et ses effets taient bonifis lorsque combin avec un trait- ement de chimiothrapie utilis contre les glioblastomes (qui lui seul a un faible taux de survie), le tmozolo- mide. Ces rsultats sont trs positifs, dmontrant quune version modifie du virus du Zika pourrait favoriser linfection et la lyse des CSGs tout en tant moins dangereuse pour les cel- lules proximit. Cependant, nous nen sommes toujours pas ltape de tester ce traitement sur des cerveaux humains ! Il y a reste de travail faire avant den arriver l. Puisque la scu- rit est la premire priorit, plus dex- priences devront tre menes pour mieux comprendre le virus du Zika, par exemple, afin de savoir si le virus mutant est stable, et afin dtre capa- bles de crer dautres versions plus sta- bles et peut-tre mme plus efficaces. Ltape suivante est de crer un modle humain de CSG qui peut tre tudi in vivo sur des souris. Tout ceci doit tre accompli avant de pouvoir utiliser le virus du Zika comme traitement ef- ficace et scuritaire contre les patients adultes atteints de glioblastomes. lumire (Scrutton, 2017). La recherche sur ces composs pour des utilits bio- technologiques a pris de lavance dans les annes rcentes pour la simple raison que lacclration de ractions chimiques par la lumire via ces en- zymes offre une voie chimique qui est la fois industriellement volutive et cologique afin de synthtiser un pro- duit voulu (Yoon, Ischay, & Du, 2010). Ceci soppose dautres ractions o des enzymes additionnelles sont parfois ncessaires, mais qui mne la formation de produits non dsirs qui peuvent tre menaants lenvironne- ment et difficiles jeter. Rcemment, une quipe de chercheurs affilis avec plusieurs institutions en France a dcouvert une nouvelle photoenzyme algale qui est capable de convertir des acides gras en hydrate de carbone (Sorigu et al., 2017). Cette quipe sest rendu compte que la microalgue Chlorella variabilis NC64A avait la capacit de transform- er des acides gras de longue chane en alcanes et alcnes travers un proces- sus photo-dpendent. Lorsque lqui- pe a failli trouver des homologues denzyme connues, pouvant aider avec la cration dhydrocarbures dans le gnome de la microalgue, elle a con- clu quelle doit tre en train dutiliser un alcane synthase non dcouvert et elle la ensuite isol et nomm : fatty acid photodecarboxylase (FAP). Les rsultats de ltude in- diquent que FAP fait partie des rductases glucose-mthanol-choline (GMC) : une famille de flavoprotines qui, comme le nom le suggre, sont des protines qui contiennent des flavines; soit la flavine adnine dinu- clotide (FAD) ou la flavine mono- nuclotide (FAM) (Piano, Palfey, & Mattevi, 2017). Ceux-ci sont capables de participer aux transfert dlectrons et sont donc souvent utiliss comme cofacteurs. Les cofacteurs se dfinis- sent en tant tout produit chimique organique et inorganique qui aide les enzymes durant la catalysation dune raction (Scrutton, 2017). En consquence, les flavines se retrou- vent souvent dans des oxydases et des dshydrognases, mais cependant, les dcouvertes rcentes indiquent que ces protines sont contenues dans la plupart des processus biologiques (malgr le fait que les flavines 12
  12. 12. reprsentent que 1% du total de protines existantes et quils sont plus polyvalents quon y pensait) (Conrad, Manahan, & Crane, 2014; Piano, Pal- fey, & Mattevi, 2017). En corrlation avec cela, les rsultats de spectroscopie de masse de FAP divulguent que len- zyme contient un cofacteur FAD dans sa composition qui utilise la lumire bleue afin dactiver la protine et aider la dcarboxylation dacides gras via un mcanisme de raction chimique qui possde une haute efficacit pour for- mer des chanes de C16-C17, thoris par les chercheurs. (Sorigu et al., 2017), voir Figure 1. GRIPPE OU Nah? Manuela Fonesca, 3e anne BIM Le temps de lanne est arriv, pen- dant lequel les tudiants de lUniversit dOttawa souffrent travers les rapports de laboratoires et les examens de mi-session. En mme temps, il existe des cra- tures microscopiques dans notre corps qui luttent pour nous maintenir en bonne sant. Edward Jenner, un grand scientifique qui a dcouvert le premier vaccin contre la va- riole, a eu un norme impact dans le do- maine mdical, et cest la raison pour laquelle nous sommes si avancs aujourdhui. Les vaccins sont utiles pour les vitamines et les supplments de fer, la contraception et mme pour nous aider viter la grippe. La question qui se pose est donc: Est-ce que le vaccin nous empche dattraper la grippe?. Avant de dcider de se faire vacciner, nous devrions tre informs de lefficacit, de la faon dont le vaccin fonctionne et des avan- tages lis la vaccination contre la grippe. Tout dabord, les vaccins contre la grippe sont administrs selon deux mthodes. La premire mthode sagit dun vaccin fabri- qu avec la version inactive et non-infectieuse du virus. La deuxime mthode utilise le vac- cin recombinant. Les vaccins causent notre corps de dvelopper des anticorps, qui sagis- sent de petites protines sous la forme dun Y. Ces anticorps se dvelopperont environ deux semaines aprs une vaccination. Des antignes fragiliss, des antignes morts , ou segments dune protine aprs sa destruction sont injects dans notre organisme. Lorsque le corps est expos cela, il dclenche une rponse pour se dfendre. Le risque que la Figure 1 grippe devienne nuisible ou mme fatale est aussi petite que le virus lui-mme. Cependant, il existe une possibilit dtre allergique, mais cela est galement trs rare. Certains effets secondaires qui peuvent se produire sont la douleur, la rougeur, lenflure lendroit de lin- jection, ainsi que des douleurs et dans des cas peu frquents, le dveloppement dune fivre. En outre, il est important de savoir que la vaccination est comme soudoyer votre petit frre avec des bonbons pour complter tes corves. Il y a une chance quil accepte de faire la faveur, mais il y a aussi une chance quil ne la fasse pas. En dautres termes, lim- munisation ne rduira que les chances de maladie dans une certaine mesure. Des tudes rcentes menes par les Centres de contrle et de prvention des maladies ont dmontr que la vaccination peut rduire la maladie de 40% 60% pendant les saisons lorsque le vi- rus est le plus actif. Mme si la vaccination ne fait que freiner la maladie et ne pas larrter compltement, cela peut tre plus avantageux que prvu. Rduire les chances de contracter la grippe devient considrable lorsquon se rend compte du potentiel du virus sempirer menant possiblement une visite lhpital. Mais certainement, les opinions sur les vaccins pourraient galement varier en raison de ses effets varis sur les diffrents groupes dge. Une tude mene en 2014 a montr une diminution du risque dunit de soins intensifs pdiatriques lis la grippe (PICU) qui dmontre que ce vaccin peut fin- alement rduire les chances de subir un trait- ement grave dans le cas o le virus excelle. Lide de pouvoir fournir un biocatalyseur vert pour la produc- tion dhydrate de carbone est trs attrayante puisque le dernier bioca- talyseur constitue la base de notre ci- vilisation moderne en ce qui concerne lindustrie dnergie, les produits de consommation, les matriaux industri- els et beaucoup dautres (Hall, Thara- kan, Hallock, Cleveland, & Jefferson, 2003). Cette dcouverte est la preuve que la catalysation photo-dpendante nest pas aussi limite quon pensait et que la recherche sur des voies molculaires, engageant lutilisation de photon, devrait tre intensifie de plus. Pour linstant, les enzymes dpendant de cofacteur (probablement des flavines) et leur utilit pour une photochimie plus verte semblent tre une voie promettante pour le dvelop- pement de nouvelle biotechnologie. 13 Source: Sorigu, D. et. al Source: Clipart Library Source: Clker
  13. 13. Lomniprsence daliments transforms et modifis est aujourdhui un sujet de conversation chez les consommateurs nord-amricains. Les ad- ditifs qui sont souvent indtectables rendent trs mince la frontire entre le naturel et lartificiel. Une technique artificielle souvent utilis par lindustrie alimentaire est la transglutaminase. Il sagit dune enzyme que les chefs davant-garde et les produc- teurs de masse utilisent dans la prparation de pro- duitsdeviande,deproduitslaitiersetdeboulangerie (Kieliszek & Misiewicz, 2014). Cependant, me- sure que lutilisation de la transglutaminase devient plus populaire, de nombreux consommateurs ont commenc redouter son effet sur la sant. Lenzyme transglutaminase se trouve na- turellement dans de nombreux organismes eu- caryotes et procaryotes (Mahmood & Sebo, 2009). Prsente la fois lextrieur et lintrieur des cellules, sa fonction est trs diversifie et elle par- ticipe divers processus physiologiques tels que la spermatogense, la coagulation sanguine chez les animaux et les processus de croissance et de dveloppement chez les plantes (Kieliszek & Mis- iewicz, 2014). Lindustrie alimentaire sest pench sur une caractristique spcifique de lenzyme, il sagit de sa capacit favoriser la construction de liaisons croises entre deux molcules protiques diffrentes (Mahmood et Sebo, 2009). Comme lenzyme est capable de modifier la fois les pro- prits chimiques et physiques des protines (Kieliszek et Misiewicz, 2014), elle a le pouvoir damliorer des caractristiques telle que la tex- ture et la viscosit (Mahmood et Sebo, 2009). La transglutaminase microbienne est la forme de lenzyme quutilise lindustrie alimentaire. La bactrie Streptoverticillium mobaraensis est la principale source de biosynthse de la transgluta- minase (Kieliszek & Misiewicz, 2014). Ces produits enzymatiques microbiologiquement drivs ont t utilisspouramliorerlatexturedupainetdesptes alimentaires, favoriser la consistance crmeuse des yaourts, ils ont aussi t utiliss comme base dans les desserts et vinaigrettes glacs et enfin ils ont permis de dvelopper des films protiques destins enrober les fruits et lgumes pour allonger leur dure de consommation (Kieliszek et Misiewicz, 2014). En outre, lutilisation de lenzyme dans lin- dustrie de la viande permet dobtenir une texture plus durable et dintgrer en toute transparence des additifs de moindre qualit tels que le lait crm en poudre et la farine la viande transforme. Ce qui lui a valu comme nom colle viande. (Kieliszek & Misiewicz, 2014). Avec lutilisation plus frquente de la transglutaminase dans lindustrie alimentaire, certains consommateurs craignent que leur tat de sant se dgrade. Bien quelle figure elle-mme dans la liste des enzymes alimentaires permises par le gouvernement canadien (Sant Canada, 2017) et quelle soit considre comme un liant alimen- taire scuritaire par lUSDA (ministre de lAgricul- ture des tats-Unis, 2017), son utilisation pourrait avoir des effets secondaires. On a constat que E. coli 0157: H7 peut tre introduit le long des lignes de colle lorsque lenzyme est utilise pour fusion- ner plusieurs morceaux de viande, ce qui indique une contamination directe de matires fcales dans la viande (Greger, 2015). De plus, la capacit de la transglutaminase agir comme un auto-an- tigne capable dinduire une raction auto-im- mune pourrait constituer un danger pour ceux qui souffrent dintolrance au gluten (Greger, 2015). Hailey McTaggart, 2e anne BPS Catalyse DELicieuse` Non seulement ce vaccin protge les enfants, mais il peut galement protger les personnes de tous ges, y compris les personnes ges. Malgr des tlomres plus courts que les jeunes, et des rpons- es immunitaires plus faibles au vaccin contre la grippe, il existe plusieurs raisons pour lesquelles les personnes ges devraient tre vaccines. Pour commencer, ils sont exposs un risque beaucoup plus lev de maladie grave, dhospitalisation et mme de mort du virus. Cela constitue une preuve quune certaine protection, bien que petite soit meilleure quaucune protection du tout, dautant plus quelles prsentent un risque plus dangereux. Pour conclure, bien que lvitement contre le monstre de la grippe ne soit pas 100% garanti, la prvention de cette maladie est plus avantageuse quelesinconvnients.lavenir,nousespronstous avoir une rsolution moins discutable et plus fiable. 14
  14. 14. Guerrires vikings : Mythe ou ralit ? Sandrine Pageau, 3e anne BIM Dans le monde du cinma moderne, des personnages fminins jouant des rles de froces guerrires combattant aux cts de leurs compag- nons masculins, sont mis en vidence. Comme il en est le cas dans la srie tlvise Vikings, ces dmon- strations fministes sduisent les curs de nom- breux de tlspectateurs, qui ont tendance accla- mer ce genre de performances. Inopportunment, les tudes archologiques nous ramnent sur terre: Bien que certaines tombes de femmes vikings en- terresavecdesarmesaienttdcouvertes,aucune ne prouvera lexistence des guerrires de haut statut au sein de ce peuple scandinave. Ainsi, ces histoires, aussi intrigantes soient-elles, furent longtemps re- jetes, considres comme rcits mythologiques. Cependant, plus rcemment, vers la fin du 19e sicle, fut dterre la tombe dun viking baptis Bj 518 (puisque dcouvert en 581 av. J-C) parmi plusieurs milliers de tombes vikings retrou- ves prs de la ville sudoise de Birka. Ce quil y a de particulier avec la tombe de Bj 581, ce sont les objets spulcraux quon y retrouve. Dabord, le corps tait enterr avec de nombreuses armes: une pe, une hache, une lance, des flches, un cou- teau de combat et deux boucliers. En plus, deux chevaux, un ensemble complet de pices de jeux et un plateau de plan de guerre y taient aussi, ce qui attire encore plus lattention. Plus particu- lire, cette dcouverte suggre la connaissance des tactiques de guerres et des stratgies, ainsi que le statut lev de Bj 581 au sein de cette arme viking. Alors que les scientifiques continuent chercher de nouvelles utilits pour la transglutaminase, les Nord-Amr- icains sont de plus en plus conscients de leur utilisation dans la nourriture quils consomment. Certains la considrent comme un ruban adhsif biologique qui pourrait nuire leur bien-tre, tandis que dautres pourraient tre tents de le percevoir comme un simple outil dans larsenal dun chef cratif. Quoi quil en soit, il est vident que la trans- glutaminase est un lment novateur de notre sicle qui relie linnovation scientifique et lvolution gastronomique. Compte tenu de ces trouvailles, combines aux archives historiques, le sexe de Bj 581 a pen- dant longtemps t identifi comme masculin. Toutefois, une analyse plus pousse du squelette contredit cette hypothse. En effet, la largeur de la grande encoche sciatique et du sillon pr-auric- ulaire, la minceur des os, ainsi quune minence mentale de la mandibule moins protubrante permettent didentifier le sexe de Bj 581 comme fminin. Notons que cette analyse ostologique a aussi permis destimer lge de la guerrire plus de 30 ans, ce qui savre assez g pour lpoque. Nanmoins, puisque cette dcouverte naurait pas respecte le contexte historique et archologique et tait controverse, elle ne fut pas dclare lgitime. Fort heureusement, grce lavancement rcent des techniques de squenage dADN, il fut possible de confirmer le sexe vritable de Bj 581. Des chantillons dADN pris de la canine et de lhumrus gauches de la guerrire furent analyss. En rsum, le processus impliqua lex- traction dADN, plusieurs cycles damplification par PCR et pour terminer, le squenage complet du gnome de Bj 581. Dabord, une analyse de lADN mitochondrial confirma que lchantillon provient dun seul individu, rejetant la possibilit de contamination par lADN dun autre individu que Bj 581. Puis, en calculant le ratio de squenc- es alignes aux deux chromosomes sexuels, lab- sence du chromosome Y chez Bj 581 servit sup- porter les dcouvertes ostologiques antrieures et trancher: Bj 518 tait bien une femme. Reste savoir si le sexe de cette guerrire tait connu de ses subordonns. Sagirait-il simple- ment dune situation la Mulan de Disney ? Dune exception cette poque de dominance masculine ? Ou avons-nous finalement trouv la preuve quil existait un quilibre des genres au sein de lordre so- cialdesVikings?Chosecertaine,plusderecherches seront ncessaires pour confirmer ces hypothses. 15Source: SPISSIA
  15. 15. Diagnostic preimplantatoire : La decision prenatale dans lethique parentale En tant qutres humains et organismes vivants, no- tre but rudimentaire dun point de vue biologique est de sur- vivre et de se reproduire. Cependant, dans cette optique, nous levons des enfants avec qui nous dveloppons des relations profondes. Avec tous les efforts entrepris pour concevoir un enfant, on espre quil ou elle aura une vie joyeuse et saine. Cependant, plusieurs parents doivent au pralable faire face un certain dfi : la possibilit dhrdit dune maladie. Tout au long de notre scolarit aujourdhui, le terme test na pas une association plaisante, mais le test connu sous le nom de diagnostic primplantatoire ou DPI, semble avoir beaucoup de potentiel pour aider les parents et les futurs parents qui sont porteurs de maladies gntiques transmissibles. Afin de comprendre le DPI, il faut tout dabord comprendre la fcondation in vitro (FIV), cette dernire permettant ledit diagnostic (Lu et al., 2016). Pour certaines raisons telles quun manque de succs de grossesse rpt, des trompes de Fallope bloques ou endommages, ou une production dovules en dclin cause de lge avanc de la femme, la fcondation in vitro, devient indispensable : elle est une technique qui offre la possibilit dobtenir des embry- ons issus de combinaisons manuelles dovules et des sperma- tozodes dans un laboratoire. Dabord, lovulation chez la femme est augmente grce la mdecine. Puis les ovules sont rcuprs en vue de la cration dembryons. Ces ufs ont besoin de trois six jours pour se dvelopper, priode pendant laquelle une biop- sie est effectue sur chacun deux. Ensuite une cellule ou deux sont enleves des embryons pour que les chromosomes et les squences des gnes soient tests. Seuls les embryons sains sont implants nouveau dans lutrus, tandis que ceux qui ne russissent pas au test sont limins (Lu et al., 2016). tant une technologie de diagnostic gntique dvel- opp au Royaume-Uni il y a de cela 30 ans, le DPI a aid plu- sieurs couples viter une multitude de maladies gntiques dont la maladie de Huntington, la maladie des os de verre, et la polydactylie (Cyranoski, 2017). En mme temps, une autre technologie gntique qui a t en hausse rcemment, soit la CRISPR-Cas9, fait Kenny Huynh, 1e anne BIM ` ` ` ` 16 aussi parler delle. Elle a pour but de modifier les gnes des maladies dans les embryons humains. Toutefois, tout comme CRISPR-Cas9 et plusieurs autres technologies modifiant les gnes, le DPI suscitent tout un dbat avant son approbation effective. Lun des problmes est certainement la biothique. Lutilisation du DPI peut tre un dilemme thique pour des parents partout dans le monde. Ceci tant dit, le niveau des proccupations thiques concernant le DPI peut varier, avec certaines similarits, entre lEst et lOuest. lOuest, les proccupations concernent premire- ment le concept du DPI lui-mme dans la mesure o les embryons qui auront leurs cellules enleves sont considrs comme des porteurs de vie jets, et deuximement, les proc- cupations concernent les dveloppements possibles du DPI; Dune part, puisque choix et pouvoir sont donns lhomme, il pourrait choisir de modifier des traits non-relis aux mal- adies. Et puisquil sagit de modification de gnes humains, immdiatement la peur de leugnique sinstalle. Dautre part, pour dautres, essayer de se dbarrasser de certaines maladies gntiques est une dvaluation des individus qui les ont dj. Avec le soutien public du gouvernement pour prvenir les futures gnrations de ces maladies, on cre ainsi des mar- ginaux et une fracture sociale. En plus, cette division pour- rait saccrotre si laccs au DPI nest pas universel. Ceux qui restent atteints pourraient recevoir des fonds rduits pour leurs traitements, puisquils formeront une minorit ds lors. (Cyranoski, 2017). Si le DPI continuait progresser dans lOuest, il pourrait tout de mme avoir une partie constante de la pop- ulation porteuse de maladies. Grce au respect du droit lautonomie, certains pourraient choisir de refuser le DPI et dviter lanxit dexaminer chaque enfant potentiellement malade (Cyranoski, 2017). Mme si on nous donne le moyen de savoir comment une vie prend fin, lignorance peut de- meurer la meilleure une option. Du cot de la Chine de lEst, lennui avec le DPI ne semble pas tre un problme thique, mais plutt un prob- lme de sant (Cock, 2017). La majorit se soucie moins de labus du DPI mais plutt de son usage minime. Compte tenu de la technologie, le principe est quil serait mieux de lutilis- er son plein potentiel le plus tt possible afin protger les gnrations futures. Avec moins de considrations thiques, lessentiel ici est de trouver un quilibre entre la progression rapide et les risques inconnus. Le changement de la politique de lenfant unique celle de deux enfants en Chine a permis plusieurs couples plus vieux et infertiles davoir le deuxime enfant quils ont toujours voulus (Cook, 2017). Les maladies gntiques en Figure 1 - Les tapes dun DPI Source: F, S Source de photo: Arizona Reproductive Institute
  16. 16. An Duong, 3e anne BIO Au Canada, la phase terminale des maladies pul- monaires reprsente la troisime cause la plus commune de transplantations dorganes, avec 219 patients ncessitant une transplantation de poumons. Parmi ces patients, 59 sont dcds en attendant leurs tours. Pour diminuer ce taux, la recherche sest concentre sur laugmentation du nombre de poumons viables pour la transplantation. Des tentatives prcdentes pour la dcellularisation de la matrice pulmo- naire ou pour la fabrication dchafaudages synthtiques ont t entraves par un manque de vascularisation ncessaire pour le support des cellules rgnratives et pour le maintien de la barrire sang-air qui est essentiel pour le fonctionne- ment des poumons. Une nouvelle recherche provenant de lUniversit de Columbia mets en place une nouvelle technique qui per- met de rtirer lpithlium pulmonaire, tout en prservant la structure et la fonction du rseau vasculaire. Plusieurs groupes de chercheurs dans le pass ont pu dcellulariser lpithlium pulmonaire en administrant dans les poumons, travers son systme vasculaire, une solution de dtergent de faible concentration. Cette mthode permet de stendre de la courte distance de diffusion entre les capillaires et lalvole, au rseau vasculaire extensif qui atteint toutes les cellules pithliales. Malgr lefficacit de cette mthode, plusieurs tudes dmontrent que le rseau vasculaire ne reste pas in- tact aprs la perfusion. Lquipe lUniversit de Columbia a pu surmonter ce problme en transportant la solution de dtergent travers la trache. Une solution contenant une varit dlectrolytes, un substrat dnergie, et un rgulateur de pression oncotique est perfuse travers le rseau vascu- laire pour sassurer de sa stabilit durant la procdure. Les rsultats issus de lablation dpithlium pulmonaire dun rat ont dmontr une diminution de seulement 24% du contenu dADN des poumons, compar aux 75-98% du contenu ADN qui peuvent tre limins lors dune dcellularisation typ- ique. Il a aussi t dmontr que le rseau vasculaire reste intact et fonctionnel, en administrant des vaso-constricteurs et des vaso-dilatateurs, pour ensuite mesurer la rponse ap- proprie de changement de pression sanguine. Cette nouvelle mthode permet non seulement aux scientifiques de fabriquer des chafaudages pulmonaires vi- ables, mais aussi, constitue un outil pour cibler lpithlium pulmonaire infect. We developed a radically new approach to bioengineering of the lung dit Gordana Vunjak-Nova- kovic, scientifique en chef de lquipe Columbia, qui ex- plique que la nouvelle approche est plus radicale envers la bio-ingnierie des poumons. We reasoned that an ideal lung scafold would need to have perfusable and healthy vas- culature, and so we developed a method that maintains fully functional lung vasculature while we remove defective epi- thelial lining of the airways and replace it with healthy ther- apeutic cells. This ability to selectively treat the pulmonary epithelium is important, as most lung conditions are diseases of the epithelium. : Il stipule que lchafaudage pulmonaire idal ncessite un rseau vasculaire en sant et ayant la ca- pacit de perfusion, do le dveloppement dune mthode qui maintient ce rseau compltement fonctionnel, mme aprs lablation et le remplacement des cellules pithliales dfectives des voies respiratoires. La majorit des maladies pulmonaires tant le rsultat des maladies de lpithlium, cette capacit de traiter de manire slective lpithlium pul- monaire savre importante. Il est noter que, tandis que les essais ont t effec- tus sur des poumons en sant, les rsultats dans les poumons malades peuvent varier si ces derniers sont plus sensibles au dtergent de dcellularisation. En raison de cela, la recherche veut se concentrer sur la fixation dune dose universelle et ltude de la rponse immunitaire potentielle dlimination de lpithlium. Nanmoins, les rsultats de cette tude promet- tent beaucoup de nouvelles possibilits dans le domaine de la transplantation dorganes. LUniversite de Colombie synthetise une matrice pulmonaire ` ` Chine, cependant, ont des consquences qui ne se limitent pas seulement aux effets physiologiques causs par ces mal- adies. Les contraintes sociales de la stigmatisation, les rper- cussions et le manque de soutien pour ces malades y susci- tent un dsir dutiliser le DPI. En 2004, on comptait quatre cliniques agres. Ce nombre est pass 40. Les procdures de DPI ont presque tripl, passant de 876 2429 sur deux ans entre 2014 et 2016. Toutefois, en dpit de la promotion du DPI en Chine, quelques inquitudes par rapport son abus perdurent. Alors, les cliniques agres ne sont autorises traiter que des maladies svres et aider les cas dinfertil- it. De surcrot, la slection du sexe est illgale (Cyranoski, 2017). Malgr ces diffrences culturelles, le DPI peut tre trs bnfique sur le plan conomique. Aux tats-Unis par exemple, le cot de prvention de la fibrose cystique par le DPI est de 57 500 $ alors que les cots mdicaux tout au long de la vie dun patient atteint de la maladie seraient de 2.3 millions de dollars. En considrant les autres patients et les autres maladies vitables avec le DPI, des milliards de dollars sont conomiss. Le DPI est donc dans lensemble, un diagnostic gntique novateur dont ladoption dans la socit dpend de diffrentes approches selon les cultures. Seul le temps rvlera les rsultats de ces diffrentes approches. 17Source de photo: BioPharmaReporter
  17. 17. Parce que le cancer de lovaire ne devrait pas tre une condamnation mort Les boules de dames est le terme provocateur util- ise par Ovarian Cancer Canada pour dcrire les ovaires afin dattirer lattention envers le cancer des ovaires. Les ovaires, qui constituent la partie centrale du systme repro- ducteur de la femme, possde la fonction de produire les ovocytes et les hormones supporteurs, estrogne et proges- trone. Les ovocytes sont les cellules germinales qui, suite la fertilization par le sperm, donne naissance lembryon. Les- trogne possde des fonctions majeurs dans la physiologie et lapparence des caractristique secondaires dune femme alors que la progestrone est cruciale pour le maintien de grossesse. Les ovaires sont essentiels pour la reproduction et pour la sant des femmes mais elles sont galement victimes de maladie. Le cancer pithlial de lovaire constitue 90% de tous les types de cancer des ovaires. Il sagit de la malignit gyncologique la plus mortelle dans loccident en raison du fait que la maladie est souvent dtect une tape tardive, lorsque la maladie devient trs dure traiter. Lapparition du cancer pithlial de lovaire est trs mal comprise et son origine est souvent dbattue entre les experts. On pense que les origines de cette maladie provient sinon de lpithli- um des trompes de Fallope (ETP), de lpithlium ovarien de surface (EOV) ou du tissue endomtrial. On pense que les cellules scrtrices du ETP donnent naissance des l- sions malignes prcurseur qui offrent les premiers signes du cancer de lovaire. LEOV est une couche simple de cellule pithliale qui couvre les ovaires. Pendant lovulation, lEOV se rompt pour librer les ovocytes et endurer une rpara- tion de la plaie. On pense que plusieurs tours de ruptures et de rparation de plaie, cause par lovulation mne une accumulation de cellules endommage dans le EOV qui en consquence rend plus susceptible une transformation en cancer. Lexplant de lendomtre rsultant de lendomtriose, une croissance cellulaire anormale des cellules endomtri- al en dehors de lutrus, sont dites de transformer dans la cavit pelvienne. Indpendamment de lorigine du cancer, que ca soit dans le ETP, EOV ou dans le tissue endomtri- al, lovaire devient frquemment un lieu de profonde crois- sance tumorale. Le cancer pithlial des ovaires est la source primaire des dcs de malignit gyncologique et possde de multiples sites dorigines. Le cancer des ovaires possde des symptmes qui sont vagues et souvent rejets. Les symptmes les plus communs sont des gonflements de ventre, des difficults manger, une urgence uriner, des douleurs abdominales et Omar Salah, 4e anne BPS des plnitudes anormales aprs avoir manger. Alors que ces symptmes ne sont pas rare, il sagit de la persistance des ceci travers le temps qui peut alerter les femmes de cette maladie sous-jacente mais srieuse. Malheureusement, les tapes prliminaires du cancer des ovaires sont des fois sans symptmes et les signes commencent apparatre lorsque la taille de la tumeur est grande et que la maladie ait suffisam- ment progress. Il nexiste pas de mthode de dpistage fiables pour dtecter le cancer des ovaires a une tape prliminaire. Le di- agnostic du cancer des ovaires est base sur des symptmes, une examination complte pelvienne, une chographie transvaginale et des tests de sang. Malheureusement, les tests invasifs ne sont pas concluants et la biopsie tissulaire est la seule faon de confirmer le diagnostic. Le traitement principal du cancer des ovaires est une chirurgie de rduction, dans laquelle les chirurgiens retirent le plus possible de tissue cancreux. La plupart du temps, la chirurgie est prcde (neoadjuvant) ou suivie (adjuvant) de chimiothrapie. Lobjectif dune thrapie noadjuvante est de rduire la tumeur avant la chirurgie, alors que le but de la thrapie adjuvant est dliminer toutes les cellules can- creuses qui nont pas pu tre retir durant la chirurgie afin dviter la rcurrence du cancer. La plupart du temps, la chi- miothrapie utilise une combinaison de drogues base de platine et taxane. Bien que 60-80% des patients montre une rponse complte la chimiothrapie, ventuellement ils re- chutent cause de la chimiorsistance et les chances de sur- vie sont pauvres. Le mcanisme par lequel la tumeur ovari- enne devient rsistante la chimiothrapie est mal compris mais peut impliquer une altration dans la transportation de drogues, une activation des protines de dtoxication cellulaire et une augmentation de la tolrance aux lsions induites par lADN. Les cancers avec des haut taux de mortalit sont dis- proportionns en comparaison aux cancers avec des hautes chances de survie. Les cancers avec des hautes chances de survie telle que le cancer du sein et de la prostate, laisse de nombreux survivants davoir la chance plaider pour leur maladie. Le grand nombre de survivants est plus effi- cace pour sensibiliser, collecter des fonds et faire du lob- bying pour investir davantage dans la recherche sur leur noplasme spcifique. Le pronostic du cancer des ovaires ne sest pas amlior en cinquante ans, en raison du faible in- vestissement de recherche. Approximativement 75% des pa- tients du cancer des ovaires sont diagnostiqus une tape tardive et sont trop malades pour plaider pour leur maladie, cela en consquence dtruit les efforts de sensibiliser et in-18 Source de photo: Clearity Foundation
  18. 18. Trump: btir un mur devant la ralit et la science Depuis son lection le 8 novembre 2016, le di- rigeant du parti rpublicain Donald Trump a t vivement critiqu pour ses propos qui lui ont distingu du parti ad- versaire dmocrate qui menait les tats-Unis ces dernires annes. La communaut scientifique na pas t pargne par la rforme Trump qui a branl non seulement les activistes et les scientifiques, mais galement la ma- jorit des citoyens qui ont vcu son ascension au pouvoir grce aux mdias. Voici diffrents vnements boulever- sants qui ont capt notre attention lanne prcdente: Exclusion de laccord de Paris : La capitale de France accueillait la confrence internationale de re- cherche qui a permis 147 pays de se rallier sur un plan de gestion efficace concernant la hausse de temprature moyenne mondiale . La participation des tats-Unis na pas fait long feu ramenant largument de la perte dem- ploi et diffrentes pertes conomiques : Jai t lu pour reprsenter les habitants de Pittsburgh, pas de Par- is . Rappelons-nous que les tats-Unis sont le deux- ime plus grand metteur mondial de gaz effet de serre. Coupure sur la recherche du VIH : Le 46e prsident des tats-Unis a galement apport des rductions massives de 17% du financement amricain envers la lutte contre le sida qui se chiffre en milliards. Plus de des finance- ments gouvernementaux internationaux proviennent des tats-Unis, ce qui en faisait le plus grand contributeur. La rduction privera environ 830 000 patients et entranera po- tentiellement 200 000 nouvelles infections de sida, de tuber- culose et du paludisme daprs la fondation Kaiser Family . Nomination de rpublicains comme chefs de la NASA et du EPA : Scott Pruitt et Jim Bridenstine dirigent lagence de protection de lenvironnement (EPA) et lAdmin- istrationnationaledelaronautiqueetdelespace(NASA),re- spectivement. Les deux dirigeants ont en commun dtre des hommes politiques amricains du parti rpublicain qui nont t slectionns par nulle autre que Donald Trump. Pruitt a dailleurs dj mentionn que lactivit humaine ntait pas la cause principale du changement climatique en plus davoir dj poursuivi en justice lEPA, ce qui fait en sorte que sa prsente position est mitige par les environnementalistes. Tentative dabolition dun systme de sant : Les tats-Unis est le seul pays dvelopp ne pas possder de systme dassurance maladie universelle tel que le Cana- da. LObamacare (nom commun de Affordable Care Act) est un projet ambitieux des dmocrates de Barack Obama afin de mettre en place un systme de sant pour tous les citoyens amricains. Trump entend abroger compltement cette assurance aux Amricains en voulant la remplacer par un plan moins coteux, mais la critique le laisse entendre quil ny a pas encore de plan de remplacement concret. Le dlai de remplacement ferait en sorte quenviron 20 millions de personnes pourraient se retrouver sans assur- ance selon le bureau du Directeur du budget du Congrs . Dissolution du NCADAC: Rcemment, lAgence amricaine dobservation ocanique et atmosphrique sous la gouvernance du prsident rpublicain a mis un terme aux financements du Comit consultatif national dvaluation et de dveloppement climatique. Sans subvention fdrale de la maison blanche, lassociation qui concrtise les recherch- es scientifiques en environnement afin dorienter le secteur public et priv sur les dmarches prendre peine join- dre les deux bouts et perd galement son impact au pays. Finalement, la communaut internationale espre pouvoir tourner la page sur ce mauvais chapitre dici qua- tre ans. Les dirigeants doivent savoir grer lconomie de manire efficace en prvoyant limpact quauront les cou- pures dans le domaine des sciences dans les prochaines annes plutt que de penser seulement aux gains immdi- ats quils pourront enregistrer au courant de leur mandat. Le saviez-vous: Medicare et Medicaid sont deux systmes dassurance maladie distincts aux tats-Unis. Medicaid est offert aux individus et aux familles faible revenu et ressources alors que Medicare vise les per- sonnes de 65 ans ou plus qui rpondent certains critres. Simon Reilley, 2e anne BMI vestir dans la recherche pour le cancer des ovaires. Le cancer du sein a un taux de survie de 87% compare 44% pour le cancer des ovaires. Au Canada, en 2013, 74 millions de dollars a t investie pour les travaux de recherche du cancer du sein alors que seulement 1/5 de ce montant, 13,8 million, a t investie pour les travaux de recherche du cancer des ovaires. Pour conclure, lovaire est un organ important pour la reproduction des femmes et leur sant. Mme si le cancer des ovaires a t dcouvert il ya un sicle, son tiologie est faiblement compris et il reste la tumeur gyncologique la plus mortelle dans les pays dvelopps. L ETP, EOV et le tissue endomtrial sont des sites communs de la naissance du cancer des ovaires. Les symptmes associs au cancer des ovaires sont trs subtiles, communs mais se distinguent par leur persistance travers le temps. A ce jour, il nexiste pas de test de dpistage fiables pour le cancer des ovaires. La chirurgie reste le meilleur traitement du cancer des ovaires. La chimiorsistance est un grand obstacle face au traitement des patients. Le sous-financement du cancer des ovaires entrave la recherche qui pourrait potentiellement faire avancer les options de dpistage et traitement. A la fin, toutes les femmes devraient avoir une connaissance du cancer des ovaires et aider sensibiliser les gens parce que le diagnostic du cancer des ovaires ne devrait pas tre une peine de mort. #Boulesdedame 19Source de photo: Open Clipart
  19. 19. Les hros ne portent pas tous des capes Nous vivons dans un monde rem- pli dincertitudes et de controverses. Il y a trs peu de motifs qui sont biologique- ment, conomiquement et politiquement confiants pour un changement positif. Cependant, malgr les efforts anti-change- ment climatique et rpressifs scientifiques de Trump, il semble quil y a dimmense progrs pour le blanchissement corallien. Cet avancement partage le potentiel de restaurer et de reconstituer les rcifs cor- alliens des ocans contre les effets nfastes du changement climatique. Quand vous entendez propos du blanchissement corallien, a ne vous frappe pas comme un problme majeur, mais il existe un incroyable systme de soutien pour la durabilit des rcifs cor- alliens. Par exemple, environ 500 millions de personnes dans le monde dpendent sur la productivit de cet cosystme ainsi que de lconomie mondiale qui value la croissance annuelle de 30 millions USD. Sans oubliant la beaut naturelle du rcif corallien, qui seul est raison suffisante pour sauver. a commence avec des relations symbiotiques microscopiques complexes entre le corail et un genre despce protiste eucaryote appele Symbiodinium spp. voluant des dinoflagells il y a environ 50 millions dannes, ce genre de micro-al- gues produit des mtabolites pour nourrir le corail et favoriser la calcification pour la croissance du rcif. Il existe de nom- breuses espces de Symbiodinium avec un talage de variations gntiques et de tolrances thermiques. Ceci cre la pos- sibilit daugmenter les chances de succs de la mise en uvre grce la capacit de modifier une espce spcifique une niche corallienne particulire. Cependant, ces producteurs primaires photosymbiotiques critiques sont menacs par les tempra- tures ocaniques croissantes, surtout celles accompagnant leffet El Nio. Avec les progrs dans le domaine de la bio-ingnierie environnementale et gntique, les chercheurs sont capables dexplorer la possibilit daccrotre lactivit antioxydante et les tolrances thermiques de ces espces. Ce cadre gntique est maintenant possible grce au squenage de nouvelle gnration qui avait servi cartographier les premiers gnomes de Symbiodinium il y a quelques annes. De nouveaux gnes, virus et lments gntiques lis au stress thermique et la capacit de transformation sont mainte- nant accessibles et cartographis, ouvrant la porte aux nouvelles opportunits pour maintenir lhomostasie rcifale. Cest ex- actement ce que de nombreuses universi- ts et tablissements commencent faire en Australie, dans lespoir que cette recher- che mnera une rforme aquatique mon- diale. Nanmoins, mme avec tous ces progrs, il reste encore beaucoup dobsta- cles surmonter avant la propre mise en uvre. Le besoin de politiques, dtudes de contrle et de terrain ainsi que de sensibil- isation gnrale du public est li aux taux de temprature ocanique actuels. Il doit y avoir une approche tous en mains . Les chercheurs devront collaborer intensive- ment pour puiser tous les impacts ngat- ifs potentiels sur lcosystme. Les citoyens devront surmonter la stigmatisation nga- tive derrire la mise en uvre dorganis- mes gntiquement modifis (OGM) dans un environnement naturel et, finalement, observer les avantages que a propose pour lattnuation des rcifs coralliens. Avec la promesse montre tra- vers la biotechnologie dans la scurit al- imentaire et sant humaine et environne- mentale, il est logique dtendre ces progrs la gestion des rcifs. En tout, avec ces efforts collaboratifs en mouvement, il y a de lespoir norme pour lavenir des rcifs coralliens. Michael Kalyn, 4e an- ne BIO 20 Source de photo: AQWwiki
  20. 20. Tlcharger nos mmoires ...et nos penses Mohamed Bachrouch, 3e anne BIM Bien que trs vaguement comprise, lvolution du cerveau est explique par les volutionnistes comme une srie de structures qui tendent vers une complexit croissante. La premire structure merger est la tige du cerveau, le systme le plus primitif. Sa fonction est de maintenir les fonctions homostatiques de base. Le thal- amus, la formation rticulaire et le cervelet ont suivi, et leur objectif principal comprenait le contrle instinctif de combat ou de vol. Puis, le systme limbique a merg et a permis nos anctres de dvelopper des fonctions plus complexes, y compris les comportements motion- nels, sexuels et de combat. Enfin, la structure la moins comprise et la plus rcente se dvelopper est le no- cortex, qui joue un rle dans chaque processus neuro- nal, du langage la conscience. Ces structures ont gale- ment volu de lintrieur vers lextrieur relativement au crne, chacun plus complexe que le prcdent. Bien que trs anciens et primitifs, nous gardons toujours chacun de ces structures ainsi que leurs fonctions importantes. Elon Musk, entrepreneur et fondateur de Payp- al, la compagnie rvolutionnaire de vhicules lectriques Tesla Motors et lentreprise dexploration spatiale SpaceX, pose la question suivante : pouvons-nous amliorer nos fonctions avec une couche supplmentaire et quelles fonctions exactes cette couche pourra-t-elle servir ? En 2016, Musk a fond Neuralink, une entreprise de neu- rotechnique spcialise dans les interfaces implantable cerveau-ordinateur. Lobjectif de lentreprise est dajouter la structure du cerveau dj complexe une couche externe : le neural lace, un maillage ultra-mince qui peut tre implant dans le crne par une mince aiguille, se dmler puis englober le cerveau et former une collection dlectrodes capable de surveiller la fonction du cerveau. Celle-ci semble tre une interface entre machine et circuits biologiques. Com- me dans un film de science-fiction, le but ultime de cette entreprise est de fusionner lhomme avec la machine, de mler lintelligence humaine lintelligence artificielle pour amener lhumanit un niveau de raisonnement cognitif plus lev. Le but selon Musk est de crer une couche tertiaire qui est plus compltement symbiotique avec le reste de notre corps . Plus concrtement, ce maillage neuronal devrait permettre aux humains de tlcharger des informations depuis et vers un ordina- teur par lequel le neural lace sera connect sans fil. Les implications et les utilisations de cette dentelle neuronale sont immenses. Cela reprsente un nouvel espoir pour les victimes de troubles neuro- dgnratifs tels que les AVCs, la maladie dAlzheimer et la maladie de Parkinson. Cela pourrait mener des modles de pense et de raisonnement rplicables qui catapulterait notre connaissance vers un niveau plus lev. Nous pourrions lutiliser pour tlcharger nos souvenirs denfance, ou pour communiquer plus effi- cacement avec les personnes qui nous entourent, en partageant des sentiments et des motions impossibles exprimer autrement. Toute information serait capa- ble de se rendre sa source avec un simple dclenche- ment dun neurone. En bordure de la mtaphysique, elle pourrait tre utilise pour tudier les constituants de la conscience. Pour citer Elon Musk, nous nous dirigeons vers la superintelligence, ou la fin de la civilisation. [...] Nous sommes tous [dj] des cyborgs. [Nous] avons une extension mcanique de nous-mme sous la forme de nos tlphones, de nos ordinateurs et de nos applications . Il croit nanmoins que notre limitation est cause par le fait que nous pouvons absorber plus que nous ne pouvons interagir. En dautres mots, notre systme moteur est moins avanc que notre systme sensoriel. Nous avons littralement un monde entier porte de main grce la technologie, mais notre interaction est limite car nous sommes obligs de manipuler physiquement nos tlphones et ordina- teurs portables pour arriver linformation que nous dsirons. Linteraction directe du cerveau-ordinateur peut servir comme un catalyseur pour lvolution de lhomme en tant quespce et pour lmergence dune superintelligence, ainsi que pour lavancement de moyens nouveaux et plus efficaces de communication et de transmission de linformation. Mme si Neuralink propose une solution ce problme, la compagnie provoque de nombreuses in- quitudes. Tout dabord, il y a des risques physiques pour limplantation dun tel dispositif dans le cerveau humain, et nous nous demandons qui sera le premier bnvole. Une procdure de ce type pourrait causer des dommages neuronaux irrversibles, si excute incorrectement. 21
  21. 21. En outre, les intentions de Musk sont certainement bonnes, qui sait pour quelles fins les techniques proposes peuvent tre exploites ? Larme commence investir dans de la recherche similaire et on peut se demander quels sont ses plans sous-jacents. Lide ouvre des possibilits pour une forme extrme de guerre psychologique et de contrle de la pense. Enfin, il est possible que a aggrave un phnomne qui se pro- duit actuellement dans notre so- cit : une crise de sens. Les tres humains ont faonn le monde autour deux jusqu un point de non-retour. De lmergence doutils de reconnaissance vocale, jusqu la cration de robots ca- pables dauto-apprentissage, une rvolution technologique nous pousse au-del de nos limites un rythme acclr. La robot- ique est de plus en plus avance et nous sommes librs dun certain nombre de tches que les ordina- teurs et les machines peuvent ef- fectuer pour nous. Bien que plus connects par les mdias sociaux, nous semblons tre moins con- nects dans le monde rel. Les lignes entre lintelligence relle et lintelligence artificielle, entre les robots et lhumanit, se dplacent et seffacent lentement. Avec tout cela, le sens mme de la vie et de lintelligence humaine semble tre en jeu. Dans quelques annes, se- ra-t-il possible de nous diffrenci- er des robots? LeVirus du Nil occidental, profil et incidence Divine Kankenga, 2e anne BIM Arrosant copieusement dif- frents pays de lAfrique de lest et tant pratiquement lunique rserve deau de la rgion, le plus long fleuve du monde constitue ainsi pour les habitants de cette zone quasiment dsertique, la plus grande merveille de la nature, la source de vie. Une ironie du sort, cest dans la zone occidentale du Nil, au nord de lOuganda, que sera isol pour la premire fois, en 1937, un virus dangereux, menace pour les habi- tants de la rgion, et trs vite pour les hommes du monde entier, le vi- rus du Nil Occidental (VNO). Le VNO est un virus de la famille des flaviviridae et du genre Flavivirus. Il est aussi connu sous le nom de virus de Rabensburg. Depuis 1999 lors de son arrive en Amrique du Nord, il continue de prendre par surprise les habitants de la partie occidentale du globe, pas forcment accoutums ces agents pathognes des rgions trop- icales. Par la flambe spectaculaire des contaminations au Canada, il attire de plus en plus lattention. Ur- gence oblige, en plus de dcrire lin- fection dudit virus, la prvention contre sa contraction constituera le leitmotiv de notre composition. Ainsi dans les lignes qui suivent, nous mettrons laccent sur la trans- mission, les symptmes, le traite- ment, lincidence, et bien entendu les moyens de se prserver de ce danger. De prime abord, nous dev- ons savoir comment nous pouvons tre contamins par le VNO. Au fait, nous le contractons lorsque piqus par un moustique qui a t pralablement infect en se nour- rissant du sang doiseau malade : cest une zoonose. Les moustiques du genre Culex, en particulier Cu- lex Pipiens, sont les principaux vec- teurs, contamins par des oiseaux malades, surtout les corvids (cor- beaux, corneille, etc.), principaux rservoirs. Les oiseaux migrateurs sont les principaux responsables de la propagation du virus travers les continents. Le virus se maintient dans la nature par transmission vertica- le du moustique adulte aux ufs. Lhomme, ainsi que dautres mam- mifres qui peuvent tre atteints par le virus -tels que les chevaux, les chats, les chiens, les cureuils, les moufettes, les lapins domes- tiques, etc.- ne dveloppent pas une virmie assez suffisante pour tre leur tour considrs comme rser- voirs. En dautres termes, lhomme ne peut pas contaminer des mous- tiques sains. Toutefois, dans des cas relativement rares, le VNO est transmis de manire autre quune piqre de moustique, notamment lors dune transfusion sanguine, dune transplantation dorgane, de la mre lenfant pendant la gros- sesse ou lallaitement, mais aussi en cas dexposition des chantillons infects, do la ncessit pour le personnel de laboratoire de prendre des mesures de scurit en manip- ulant des chantillons dhomme ou danimaux effectivement ou prten- dument infects par le VNO. 22
  22. 22. Daprs lOrganisation mondiale de la Sant, environ 80% de personnes infectes restent asymp- tomatiques. Pour le reste, au terme dune priode din- cubation de 2 15 jours, la contamination par le VNO induit une palette de symptmes allant de relative- ment lgers graves, ces derniers conduisant ventu- ellement la mort. Les symptmes courants sont les suivants : fivres, maux de tte et de dos, nauses et vomissements, diarrhe, perte dapptit, douleurs ab- dominales, courbatures, ruption cutane, tremblem- ents, et raideur de la nuque. Dans 1% des cas, une infection par une souche plus virulente ou un affaiblissement pralable du sys- tme immunitaire conduisent une forme svre de la maladie. Troubles neurologiques, paralysie et fi- nalement mort sont observs chez les oiseaux rser- voirs. Chez lhomme, nous observons dans ce cas les symptmes suivants: troubles neurologiques tels que mningite et encphalite, avec des squelles perma- nentes, confusion et dsorientation, perte de vigilance pouvant aller jusquau coma, faiblesse musculaire, r- flexes osto-tendineux diminus et engourdissement, paralysie des membres infrieurs, sensibilit la lu- mire, inflammations de la moelle pinire (mylite), de la rtine et de la chorode, observes dans les tout derniers cas et mort ventuelle : 3 15% des cas chez les personnes ges ou immunodprimes. Fort malheureusement, il nexiste ce jour quun traitement symptomatique, et il ny a pas de vaccin. Nanmoins, la maladie est bien gurie puis- quen plus du combat artificiel contre les symptmes impliquant souvent chimiothrapie, perfusions intra- veineuses, assistance respiratoire et prvention contre des infections secondaires, le systme immunitaire dans la plupart des cas, vainc le virus. La convales- cence est longue et marque dune grande fatigue. La gurison dpend donc de lge du patient et desontatdesant.Lespersonnesdeplusdecinquante ans et les personnes dans dautres conditions pouvant affaiblir le systme immunitaire telles que des mala- dies (cancer, diabte, maladies cardiovasculaires, sida, etc.), de la chimiothrapie parallle ou de mauvaises habitudes de vie (alcoolisme, tabagisme), sont des personnes plus risque. Cependant, tout le monde et nimporte qui peut tre infects ! Les moustiques sont actifs et se faire piquer par un maringouin vecteur de linfection quelque part dans la nature est trs probable. Les ris- ques sont plus accrus en ces moments de fin dt et dbut dautomne o nous avons droit des tempra- tures leves, des fois au-dessus de la normale. Et bien entendu, le VNO ne se refuse pas le loisir de faire des victimes ! Sant publique Ottawa indique que treize personnes sont actuellement touches, nous rapporte la presse Le Droit. Cest une premire dans la ville. En 2016, seulement deux cas avaient t rpertoris. Le nombre record de huit personnes infectes en 2012 est dj largement franchi. Au Qubec, lInstitut Nation- al de Sant Publique du Qubec (INSPQ), signale une explosion du nombre de personnes contamines par le VNO, stipule le Journal de Montral (dans son dition du 19 mai 2017). Le INSPQ a recens en 2015, dernire anne comptabilise par lorganisation, un total de quarante-cinq cas, comparativement six cas lanne prcdente. Plusieurs organisations de la sant surveillent de prs lincidence du VNO au Can- ada. Cest une maladie dclaration obligatoire, tous nouveaux cas dtects par les professionnels de sant devant tre communiqus aux autorits rgionales de sant publique. De ce fait, Le Gouvernement du Canada dis- pose des nombres des cas dclars chaque anne entre 2002 (anne de son apparition effective au Canada) et 2016, reprsents par le graphique suivant. Notons que cette anne, la province de lOn- tario est la plus touche : sur les soixante-douze cas rpertoris ce jour au Canada, soixante-quatre se trouvent en Ontario. Pas plus tard que la premire se- maine de septembre 2017, le VNO a fait deux morts, au sud-ouest de lOntario, dans la ville de Windsor, nous rapporte la presse Le Devoir. Un devoir de lutte pour la vie simpose. Le meilleur moyen de combattre le virus du Nil occidental est de se protger contre linfection. Car, comme on le dit si bien, mieux vaut prvenir que gurir. Des organisations gouvernementales de la sant, telles que Hma-Qubec sont mises en places afin dassurer le contrle des transfusions sanguines, et dautres des transplantations dorganes, pour viter les infections accidentelles. Dautre part, chacun son niveau a intrt se protger des piqres de mous- tiques, surtout quand on est en brousse, en fort, ou en camping et spcialement du crpuscule laube. Pour cela, il faut : bien se couvrir, porter des vtements longs et de couleur claire, utiliser de linsecticide, utiliser des insectifuges parmi ceux approuvs par Sant Canada, se dbarrasser rgulirement deau stagnante, et net- toyer toute accumulation, mme petite, de dchets, dbris, herbes ou buissons touffus. 23
  23. 23. Graphique 1: Incidence du VNO par an, de 2002 2016 au Canada De plus, nous devons tre vigilants et consulter immdiatement un mdecin en cas dappa- rition des symptmes suspects, parmi ceux noncs ci-haut. Ainsi, avec un peu deffort et de minutie, n