Le Triangle Spirituel

  • View
    53

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Le Triangle Spirituel

1 1 1 TOURNANT SPIRITUEL LeTrianglespirituelavanceetmontelente-ment.Aujourd'huil'unedesespartieslesplus grandes et les plus basses commence tre atteinte despremiersmotsclefsducredo matrialiste -sur leplandelareligion, on attribue ceux qui appartiennentcettesectiondescroyances diverses ;onlescroitjuifs,catholiques,protes-tants, etc.Enfait,ilssontathes,cequerecon-naissenteffectivementlesplusaudacieuxoules plus borns.Le ciel est vid.Dieu est mort. Politiquement,ilsontpartisansdelareprsen-tationdupeupleourpublicains.Lapeur,le dgot,lahainequ'i"lsavaienthierpour cesopi-nionspolitiques,ilsl'ontreportesurl'anarchie, qu'ilsneconnai ssentpasetdontlenomseulles effraie.Enmatire d'conomie, ilssont socialistes. 70 Duspiritutl dansl'art... Ils aiguisent l'pe de la justice pour porter le coup mortel l'hydre capitaliste et trancher auMal,la tte. Les habitants de cette grande section du Triangle nesont jamaisparvenusseulslasolutiond'un problme,car toujours,certains deleurs contem-porains,biensuprieurseux,sesontsacrifis pourfaireavancerlechardel'humanit,avec lequelilsselaissenttirer,desorte qu'ils ignorent toutdeceteffortetdecespeines,qu'ilsn'ont jamaisvusquedeloin.Ilss'imaginentdoncque ce mouvement est facile et croient quelque recette simple et infaillible. L'tage immdiatement infrieur se laisse aveu-glmententranerparleprcdent.Ilsecram-ponne cependant la place qu'il a atteinte, rencle de peur d'tre tromp et de s'aventurer dans l'in-connu. Enmatire de religion,lestages suprieurs du Triangle ne secontentent pas d'tre aveuglment athes, ilfaut encore tayer cette ngation de Dieu pardesmots(parexempleceluideVirchow, indigned'unsavant :j'aidissqubiendes cadavreset je n'y aijamaistrouvd'me ).Poli-tiquement,ilssontencoreplussouventrpubli-cains,connaissentlesusagesparlementairesde diverspays,lisentlesditoriauxpolitiquesdes journaux.Pourl'conomie,ilssontsocialistesde diverses nuances et sont en mesure d'appuyer leurs convictions par de nombreuses citations (depuis Tournant spirituel 71 l'Emma de Schweitzer ou la Loi d'Airain de Lassalle jusqu 'au CapitaldeMarx et bienau-del). Dans ces tages ontrouve peu peu d'autres sujets d'intrt, qui manquaient dans ceux quenousavonsvoqus:lascience etl'art,aux-quelsappartiennent galementlalittrature et la . musique. Surleplanscientifique,ceshommessontdes positivistesetnereconnaissentquecequipeut tre pes oumesur.Pour eux,tout leresten'est quesottises,parfoisdangereuses,cequ' ilspen-saienthierdesthoriesaujourd'huidmon-tres >>. Enart,ilssont naturalistes, admettant et mme apprciant la personnalit, l' individualit et le tem-pramentdel'artiste ;maisuniquementl'int-rieurdecertaineslimitesdfiniespard'autreset auxquellesilscroient d'une foiinbranlable. * Dansces sections,pluslevesmalgrun ordre vident, malgr lascurit, et malgr les principes infaillibles,onpeuttrouverune peur cache,une confusion,undoute,uneinscurit,comparables auxsentimentsquinaissentdanslattedespas-sagersd'ungrandetsolidetransatlantique,lors-qu'en haute mer, la terre ferme ayant disparu dans le brouillard, des nuages sombres s'amassent et que levent,sinistre,soulvelamerennoiresmon-72 Duspiritutldansl'art... tagnes. Et cela,ilsledoivent leur formation.Ils saventquelesavant,l'hommed'tat,l'artiste, aujourd'huiaduls,n'taienthierqu'arrivistes, hbleurs,charlatansmpriss,indignesd'atten-tion. Etpluson setrouvehaut dansle Triangle spi-rituel,pluslapeuretl'inscuritsontvisibleset leurs artes aigues.Tout d'abord, on trouve et ldesyeuxcapablesgalementdevoirpareux-mmes, des ttes capables de synthse. Des hommes ainsidouss'interrogent:lavritd'avant-hier ayant t remplace par celle d'hier et celle-ci par celled'aujourd'hui,lavritd'aujourd'huison tour ne pourrait-elle, d'une manire ou d'une autre, tre renverse par celle de demain? Et lesplus audacieux rpondent: C'est dans le domainedeschosespossibles. Parailleurs,ilsetrouvegalementdesyeux capablesdevoircequin'apasencoret expliqu par lascience actuelle.Detelshommes sedemandent:Lasciencearrivera-t-elle,dans cettevoiequ'ellesuitdepuissilongtemps,la solutiondecesnigmes?Etsielleyparvenait, pourra-t-on sefiersarponse? Ontrouvegalementdanscessectionsdes savants de profession qui peuvent serappeler l'ac-cueil fait par les Acadmies certains faitsaujour-d'huireconnus et accepts par cesmmes cercles. Ilsetrouvegalementparmieuxdesspcialistes de l'art quicrivent des ouvrages profonds,pleins Tournantspiritutl 73 d'apprciations flatteuses pour l'art qui, hier, tait insens.Par ces livres,ils suppriment les barrires quel'art adjfranchiesdepuislongtempset en dressent denouvelles quiseront, elles,immuable-ment fixespour touslestemps.Ce faisant,ilsne s'aperoiventpasqueleursbarrires,ilslesta-blissentderrirel'art etnondevantlui.S'ils s'en aperoivent demain, ils criront d'autres ouvrages et dplaceront prcipitamment leurs barrires.Et cette activit seperptuera,inchange,tantqu'il ne sera pas tabli que leprincipe extrieur de l'art nepeuttrevalablequepourlepasset jamais pour l'avenir.Ilne peut exister une thorie de ce principe pour lereste du chemin, dans le domaine dunon-matriel.Onnesauraitcristallisermat-riellementcequin'existepasencorematrielle-ment.L'espritquiconduitversleroyaumede Demain ne peut tre reconnu que par la sensibilit (letalentdel'artiste tanticilavoie).Lathorie estlalanterne clairant lesformescristallisesde l' hier etdecequiprcdaitl'hier(voirdve-loppement auchap.VII:Thorie ). Etsinousmontons encoreplushaut,nousver-ronsuneconfusionplusgrandeencore,comme dans une grande vill e, solide, construite selon toutes lesrglesdelamathmatiquearchitectoniqueet secouepardesforcesincommensurables.Les hommes quiviventicivivent rellement dansune telle Cit spirituelle, o s' exercent brutalement ces forces,nonprvuesparlesarchitecteset math-74 Duspirilut'ldansl'art.. . maticiens spirituels. Ici, un pan de l'paisse muraille s'esteffondrcommeunchteaudecartes.L, une tour colossale, qui atteignait le ciel, constitue denombreuxpiliersspirituels,mincesmais immortels ,gitenruine.Levieuxcimetire oublitremble.Devieillestombesoublies s'ouvrentetdesespritsoubliss'enlvent.Le soleil, construit avectant d'habilet,se couvre de taches et s'assombrit; o trouver ce qui le rempla-cera pourlecombat contre l'obscurit? Danscette vilJeviventaussidessourds,qu'une autre sagesse empche d'entendre et qui n'ont pas peru la chute, ainsi que des aveugles qu'une autre vritempche de voiret ceux-l disent: Notre soleil est de plus en plus radieux et nous en verrons bientt disparaitre lesdernires taches. Mais ces hommes-laussientendront et verront. * Plushaut encore onne trouve plus tracedepeur. Untravails'ypoursuit quibranlehardiment ]es piliers tablis par les hommes.Iciaussinoustrou-vonsdessavantsdeprofession,quitudient sans cesselamatire,n'ont peur d'aucunequestion et finalementmettentenquestionlamatiremme sur laque1le, hier encore, tout reposait, sur laquelle l'univers entier tait appuy.Lathorie deslec-trons,c'est--diredel'lectricitenmouvement quitendremplacerintgralementlamatire, Tournantspirituel 75 trouve actuellement de hardis pionniers qui, et l,franchissentleslimitesdelaprudenceet suc-combent danslaconqute de lanouvelle citadelle scientifique, tels ces soldats, oublieux d'eux-mmes, sesacrifiantauxautresetprissantdansl'assaut d'une forteresse qui ne veut pas capituler. Mais il n'y a pas de forteresses qu'on ne puisse prendre . * Par ailleurssemultiplient,ousontmaintenant connus plus souvent, des faits que lascience d'hier qualifiait du terme habituel de relle.L'uvre scnique aura ainsila possibilitd'treautonomeetlibredesproblmesquoti diens de laccvie,problmes politiques,th1ques, amoureux, et elle n've11lerapascheLle spectateur de sentiments joyeux outristes et de ausujetdeladestinedesperson nages.Cettedernirereviendralavied'oelle at tire, comme unpont entre laformeapplique de l'art et laforme pure.ce sujetmon article sur lacomposition scnique parud'abord dansDtr blautRnltr puisdanslarevue lzobra utrlnot Iskoustvoen1919. Tournant spirituel 83 livrelajeunesseetquel'onoublieplustard)un motperdlesensextrieur desadsignation.De mmeseperdparfoislesensdevenuabstraitde robjetdsignetseul subsiste,dnud,lesondu mot.Inconsciemment nous entendons peut-tre ce son pur enconsonanceavecl'objet,relou ultrieurementdevenuabstrait.Danscedernier cascependant,cesonpurpasseaupremierplan etexerceunepressiondirectesurl'me.L'me envientunevibrationsansobjetencoreplus complexe,jediraispresquepluset suc-combentau charme de la beaut plus ou moins conventionnelle.L'auditeur se sent parfois offens auplein sensdutermecar onleprojette comme uneballedetennispar-dessuslefiletquispare deuxpartisadverses :cduidu beau extrieur etceluidu beau intrieur.Cebeauintrieur estlebeau auquelonarecours par unencessit intrieureimprativeenrenonantaubeau conventionnel.celuiquin'yest pashabitu, ce beauintrieurparatravidemmentlaid,car l'hommetendengnralversl' extrieuretne reconnat pas volontiers la ncessit intrieure. (Et celatoutparticulirementaujourd'hui!)Avecun refus total du beau habituel, saluant comme sacrs touslesmoyensd'expressionpersonnelle,le compositeur viennois Arnold Schnberg est encore l'heureactuelleseul,uniquementreconnupar quelquesraresenthousiastes.Cefaiseurde rclame ,ce charlatan , cet imposteur crit dans son trait d'harmonie : Toute consonance, toute progressionestpossible. J esenscependantdj aujourd'huiqu' ilexisteiciaussicertainescon di-Tournantsp1rituel 89 tions,dontildpendque j'emploietelleoutelle dissonance 1 IciSchonberg serend clairement compte que la plus grande libert, quiest l'air dont l'art abesoin pourrespirerlibrement,nepeuttreabsolue.A chaquepoquecorrespondunecertainemesure decettelibert.Etleplusgrandgnienesaurait dpasserleslimitesdecettelibert.Maiscette mesure doit tre puise et l'est entirement chaque fois.Le chariot peut se rebiffer autant qu'ille veut! Schonberg essaied'puiser cettelibert et adj, surlecheminverslancessitintrieure,dcou-vertcertainstrsorsdelanout'ellebeaut.La musiquedeSchonbergnousintroduitun Royaumeolesmotionsmusicalesnesontpas acoustiques mais purnnmt sp