MAIRE SANS FRONTIÈRES

  • View
    216

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • GABRIELE ALBERTINI

    DES FAITS ET DES IDES POUR UNE COPROPRIT GLOBALE

    Coauteur Andrea Vento

    Prface dAntonio Ferrari

    MAIRE SANSFRONTIRES

    GUARDAMAGNAEDITORI

    GU

    AR

    DA

    MA

    GN

    AGABRIELE ALBERTINI

    MAIRE SANS FR

    ONTIRES

    Jai pu personnellement tre le tmoin de quelques rencontres internationalesdu premier magistrat de Milan dans ses neuf ans de mandat municipal. Il les ras-semble ici et les commente dans ce livre que vous tes en train de lire, crit encollaboration avec lintervieweur Andrea Vento. Cest justement dans cette di-mension, loin des flatteries et des piges de la politique italienne, nationale oulocale, que lancien maire a atteint des objectifs logieux, en tissant finement eten consolidant des amitis qui sont devenues un important atout pour la ville etses administrateurs. (Antonio Ferrari)

    Avant la chute du Mur de Berlin, les villes navaient jamais pens leur visibi-lit internationale; les jumelages rpondaient la ncessit de laprs-guerre dereconstruire des relations, ils avaient une vague formulation idologique et selimitaient en gnral au domaine culturel. Albertini russit imprimer un tour-nant dcisif.Plus de quarante chefs dtat et de Gouvernement ont visit Milan auxquelssajoute une centaine et plus de dlgations ministrielles ainsi que dinnom-brables Maires et Gouverneurs. Des dizaines de jumelages signs et consolidsainsi que les parrainages dexpositions internationales, les road show, les tour-nes thtrales.Le livre raconte ces vnements travers des pisodes curieux, des portraits in-dits des protagonistes, des observations originales et amusantes dans le dcorsrieux de la politique internationale ... dune ville du monde.

    Gabriele Albertini (1950) a t maire de Milan de 1997 2006. Depuis 2004, ilest dput au Parlement Europen. Il a t vice prsident de la commission Trans-ports et tourisme et, en 2009, il a t lu prsident de la commission Affairestrangres. Il a conduit avec son frre Carlo Alberto lentreprise familiale. Il at prsident de la Fdration Syndicale de lIndustrie Mtallurgique et Mca-nique italienne. Il a publi: Dans le bureau du maire (Milan 2006).

    Andrea Vento (1967) est journaliste et historien. Depuis 1997 il travaille commedirecteur de la Ville de Milan, entretenant des rapports directs avec les mairesMonsieur Albertini et Madame Moratti. Il est galement officier de rserve delarme italienne et pilote enthousiaste.

    En couverture: Gabriele Albertini et la reine Elisabeth, Milan, octobre 2002(photo Archive de la Mairie de Milan)Projet: Atelier graphique Andrea Musso

  • MAIRE SANS FRONTIRES

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 1

  • Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 2

  • GABRIELE ALBERTINI

    DES FAITS ET DES IDES POUR UNE COPROPRIT GLOBALE

    Coauteur Andrea Vento

    Prface dAntonio Ferrari

    MAIRE SANSFRONTIRES

    Guardamagna Editori

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 3

  • Editing: Jeanne Monrozis

    Traduit de litalien par Colette Moreau avec la prcieuse collaborationde sa soeur Elisabeth.

    Impression: Guardamagna Corrado e Luigi tipografi in Varzi

    Les reproductions photographiques appartiennent aux Archives de laMairie de Milan sauf indications diffrentes.

    Premire dition italienne 2008 2008 Casa Editrice Marietti S.p.A. Genova-Milano

    dition franaise 2010 Guardamagna Editori - Varzi (Pv)

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 4

  • Totus mundus notra habitatio fitJeronimo Nadal

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 5

  • Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 6

  • Index

    Preface dAntonio Ferrari

    Chapitre I. On y conte dun combat singulierentre des gants, des conseils des gnomes etdun marteau la Maison Blanche.

    Chapitre II. On y conte du matre amricain,du carreau cass, dautres amis europens et dela grandeur des cousins dau-del des Alpes.

    Chapitre III. On y conte de curieuses nmsisentre les hritiers des rvolutions et ceux despetites entreprises.

    Chapitre IV. On y disserte de la possibilitque les hritiers de Jules Csar rsident encore Londres.

    Chapitre V. On y conte de nombreusesrencontres avec les sentinelles de la scuritmondiale.

    Pag. 9

    15

    41

    65

    89

    103

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 7

  • Chapitre VI. On y conte que cest parfois,en vaguant dans le dsert, quon peut tombersur quelque pilier de sagesse.

    Chapitre VII. On y conte de la Villeternelle, de la Terre Sainte et des matresde foi qui y habitent.

    Chapitre VIII. On y conte de fantassins,de chevaliers ails et de marins et de lammoire perdue dantiques batailles.

    Chapitre IX. On y conte de grands architectes,nouveaux alchimistes de la ville et depotentiels immeubles parfaits.

    Un vrai chef *

    Index des noms

    Pag. 119

    141

    163

    183

    191

    193

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 8

  • Prface

    Cest son caractre qui fait chacun sa destine. Cette ex-traordinaire pense dHraclite souvent ignore ou oubliemais toujours valable, partout et pour quiconque, devient uneprcieuse valeur ajoute quand on doit raconter et dcrire despersonnages qui russissent tout naturellement simposer bienau-del du rle que la vie et le sort ont dcid pour eux.

    Lun deux est, sans aucun doute, lancien maire de Milanet aujourdhui dput europen Gabriele Albertini, chef den-treprise venu la politique, qui cependant na pas tout de len-trepreneur, alliant difficilement son indniable dterminationet le cynisme; et qui a encore moins de lhomme politiquentant ni un froid calculateur et un feinteur. On lit sur sa fi-gure la satisfaction, le trouble ou la colre. Cest dailleurs luiqui vous illustrera et vous expliquera son tat dme avantmme dobserver son visage.

    Pour lavoir connu, frquent, en tre devenu lami, je croisavoir compris - et bien sr je partage - ce que disait et crivaitde lui le grand journaliste Indro Montanelli1, frapp non seu-lement par ses capacits et son enthousiasme, mais aussi par savolont de garder firement sa propre autonomie de jugement,tout en adhrant une direction politique prcise, admirateurloyal de son leader, Silvio Berlusconi. Montanelli avait aussisoulign les dbordantes qualits humaines de lancien maire,qui lui permettent de saisir des dtails qui, en gnral, chap-pent un homme commun, ou sont considrs comme mi-neurs. Cest grce elles quil arrive mme obtenir, grce auclimat quil russit crer, quelque confidence dun importantinterlocuteur, moins cach derrire le masque que presque toutle monde porte, surtout dans une situation de pouvoir.

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 9

  • Jai pu personnellement en tre le tmoin loccasion dequelques rencontres internationales du premier magistrat deMilan dans ses neuf ans de mandat municipal. Il les rassembleici et les commente dans ce livre que vous tes en train de lire,crit en collaboration avec lintervieweur Andrea Vento. Cestjustement dans cette dimension, loin des flatteries et des pigesde la politique italienne, nationale ou locale, que lancien mairea atteint des objectifs logieux, en tissant finement et en conso-lidant des amitis qui sont devenues un important atout pourla ville et ses administrateurs.

    Un profond rapport damiti sest cr avec la reine Raniade Jordanie, qui, femme libre et moderne, souffre souvent descontraintes protocolaires. Si la souveraine a un lien tout faitspcial avec Milan, elle le doit aussi Albertini: non seulement travers les attentions quil lui a rserves (Ambrogino doro2

    et citoyennet honoraire) mais aussi travers sa capacit desadresser elle avec une amicale franchise, fuyant toute ti-quette. Le maire fit ses reproches au groupe de photographesqui, devant le Palazzo Marino, interpelait Rania comme si elletait une actrice la mode ou un mannequin, afin de prendreune photo avantageuse, rappelant quils se trouvaient devantune reine et non une star. Il voulait se montrer attentionn etprotecteur, et cette intervention fit sourire affectueusement lasouveraine.

    Pendant une visite d Ehud Olmert, alors maire de Jrusa-lem, devenu par la suite vice premier ministre et aujourdhuichef de gouvernement, visite laquelle javais t invit dans lebureau du maire, il y eut un change verbal anim. Albertinirappelait Olmert que dans sa Jrusalem tait venu habiter unmilanais dadoption dont la ville tait trs fire: un des plusgrands princes de lEglise catholique, le cardinal Carlo Maria

    MAIRE SANS FRONTIRES10

    Francese gigi Testo Registro 29/12/10 14:40 Pagina 10

  • Martini3. Le futur premier ministre dIsral qui navait pas en-core acquis laplomb diplomatique ncessaire, rpondit sur unton presque mprisant: Si vous saviez combien dvques et deprtres nous avons Jrusalem! En face de linsistance fire etun peu irrite du matre de maison, Olmert changea rapide-ment dattitude et dexpression. Les deux hommes sont deve-nus amis.

    En 2006, pendant un voyage en Terre Sainte, le maire deMilan rencontra en quatre jours trois chefs dtat (le roi Ab-dallah II Hammam, Abu Mazen Ramallah et Mosce Kat-sav Jrusalem) et un homme qui devait le devenir peu aprs,le prix Nobel de la paix Shimon Peres. Presque un record! Dequoi attirer lenvie de bien des chefs de gouvernement! Et sur-tout une reconnaissance, non seulement de limportance deMilan mais de la personnalit de son maire. loccasion de cevoyage, il y eut mme un pisode sur le point de dclencherun incident diplomatique. On tait la veille des lections is-raliennes et le parti travailliste comptait sur lappui tacite duprsident palestinien. Cependant, en recevant Albertini Ra-mallah, Abu Mazen, se sentant son aise dans ce c