NOTE D'ANALYSE - Grip

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of NOTE D'ANALYSE - Grip

  • NOTE DANALYSE

    Les mirats arabes unis : plaque tournante

    du trafic illicite vers lIran

    Par Graldine Franc

    24 octobre 2014

    Rsum

    De nombreux cas de violations des sanctions mises lgard de lIran ont

    t recenss ces dernires annes, ce qui appuie la thse quen rgle

    gnrale, les embargos sur les armes ne sont pas des instruments

    infaillibles de lutte contre la prolifration des armes. Il a en effet t

    dmontr que les mirats arabes unis (EAU) constituent une plaque

    tournante du trafic illicite darmes et autre matriel militaire vers lIran. Les

    rseaux de prolifration utilisent des techniques de contournement varies

    qui rendent de plus en plus difficile la dtection des transferts illicites.

    Ce commerce reprsente un danger aussi bien lchelle du Golfe qu

    lchelle mondiale. Cette Note a pour objet de donner un aperu des

    mcanismes de contournement des sanctions contre lIran dans les EAU et

    des initiatives du pays pour contrer ce phnomne.

    ________________________

    Abstract

    United Arab Emirates, a hub for the smuggling to Iran

    Many cases of violations of sanctions on Iran have been identified, which

    underpins the thesis that arms embargoes are not perfect instruments to

    counter the proliferation of weapons. There is evidence that the United

    Arab Emirates (UAE) are a hub for the smuggling of weapons and other

    military equipment to Iran. Proliferation networks use different bypass

    techniques that make the detection of illegal shipments more and more

    difficult. This trade represents a danger to both the Gulf region and the

    entire world. This note aims at providing an overview of the mechanisms

    of diversion of sanctions against Iran in the UAE and the countrys efforts

    to fight against it.

    GROUPE DE RECHERCHE ET DINFORMATION SUR LA PAIX ET LA SCURIT

    467 chausse de Louvain B 1030 Bruxelles Tl. : +32 (0)2 241 84 20 Fax : +32 (0)2 245 19 33 Courriel : admi@grip.org Internet : www.grip.org Twitter : @grip_org Facebook : GRIP.1979

    Le Groupe de recherche et dinformation sur la paix et la scurit (GRIP) est un centre de recherche indpendant fond Bruxelles en 1979.

    Compos de vingt membres permanents et dun vaste rseau de chercheurs associs, en Belgique et ltranger, le GRIP dispose dune expertise reconnue sur les questions darmement et de dsarmement (production, lgislation, contrle des transferts, non-prolifration), la prvention et la gestion des conflits (en particulier sur le continent africain), lintgration europenne en matire de dfense et de scurit, et les enjeux stratgiques asiatiques.

    En tant quditeur, ses nombreuses publications renforcent cette dmarche de diffusion de linformation. En 1990, le GRIP a t dsign Messager de la Paix par le Secrtaire gnral de lONU, Javier Prez de Cullar, en reconnaissance de Sa contribution prcieuse laction mene en faveur de la paix .

    Le GRIP bnficie du soutien du Service de l'ducation permanente de la Fdration Wallonie-Bruxelles.

    NOTE DANALYSE 24 octobre 2014

    FRANC Graldine, Les mirats arabes unis : plaque tournante du trafic illicite vers lIran, Note dAnalyse du GRIP, 24 octobre 2014, Bruxelles.

    http://www.grip.org/fr/node/1393

    http://www.educationpermanente.cfwb.be/http://www.educationpermanente.cfwb.be/http://www.educationpermanente.cfwb.be/http://www.grip.org/fr/node/1393http://www.grip.org/fr/node/1393http://www.grip.org/fr/node/1393http://www.educationpermanente.cfwb.be/

  • 2

    Introduction

    Les embargos sur les armes ne sont pas infaillibles et de nombreux cas de violations des

    sanctions envers lIran ont t recenss. Faiblesse des moyens de mise en uvre des

    contrles douaniers, manque de volont politique, complexit des rgimes de sanction ou

    difficult de traabilit des flux illicites, les raisons de ces violations sont nombreuses1.

    Laffaire A.Q. Khan, qui clate en 2004, a rvl le rle cl des mirats arabes unis (EAU)

    dans les trafics darmes exposant Duba2 comme un lieu majeur de rexpdition et de

    livraison pour un vaste rseau de prolifration de matriel militaire notamment vers lIran3.

    Si en 2007, des efforts ont t consentis pour renforcer la lgislation nationale en matire

    de contrle des exportations, la Fdration4 demeure une plaque tournante du commerce

    illicite de matriel militaire et connexe et tout particulirement destination de lIran.

    Ce pays, soumis de nombreuses sanctions en raison de ses ambitions nuclaires, profite

    de la lgislation laxiste en matire de contrle des exportations et des infrastructures

    modernes de son voisin arabe pour sapprovisionner en matriel militaire en violation des

    sanctions imposes par le Conseil de scurit des Nations unies. Duba, Sharjah et Ras al-

    Khaiman par exemple, sont des lieux importants de transit pour les marchandises

    prohibes par les Nations unies et hbergent dans leurs zones franches de nombreuses

    socits-crans.

    Aprs avoir voqu les relations historiques quentretiennent les EAU avec lIran

    (Section 1), cette Note dAnalyse montre en quoi les mirats reprsentent une zone de

    transit idale pour le commerce en gnral, quil soit lgal ou non (Sections 2 et 3).

    Elle expose galement les techniques de contournement employes par les rseaux de

    prolifration iraniens (Section 4).

    1. Voir par exemple le rapport de synthse du sminaire Les embargos sur les armes : mises en

    uvre et perspectives , IRIS, janvier 2014.

    2. Les EAU sont un tat fdral compos de sept mirats (Abu Dhabi, Ajman, Sharjah, Duba, Fujarah, Ras el Khamah et Oumm al Qawan) qui disposent dune forte autonomie. Deux mirats dominent la Fdration : Abu Dhabi, qui occupe 87 % de la superficie totale du pays (67 340 km2), concentre la majorit des ressources ptrolires et hberge le pouvoir fdral ; et Duba, qui grce ses deux zones portuaires Jebel Ali et Port Rachid est la principale zone de redistribution du fret par containers dans la rgion du Golfe.

    3. En 2004, lAgence internationale de lnergie atomique (AIEA) rvlait un vaste rseau de prolifration dont A. Q. Khan, scientifique pakistanais qui a dot son pays de la bombe nuclaire, tait lorigine. Par le biais dintermdiaires Duba, en Afrique du Sud mais aussi en Asie (en particulier en Malaisie) et en Europe (Suisse et Allemagne), A. Q. Khan a fourni du matriel et des technologies nuclaires lIran, la Lybie et la Core du Nord. Les oprations taient menes par un malaysien implant Duba et en Malaisie. Le rseau tait constitu de nombreux experts, entreprises, fournisseurs et des ateliers de fabrication. La majorit des quipements et centrifugeuses tait expdie Duba, en utilisant de faux certificats d'utilisateur final, puis rexpdie sous de nouveaux emballages aux clients de Khan. Les transferts illicites ont notamment permis lIran dacqurir des centrifugeuses capables d'enrichir l'uranium. Voir : Bruno Gruselles, Rseaux et financement de prolifration , Fondation pour la recherche stratgique, 3 mars 2007.

    4. Cette Note utilise le terme Fdration comme synonyme des EAU.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mirathttp://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mirathttp://www.iris-france.org/docs/kfm_docs/docs/cr---sminaire-embargo---janvier-2014.pdfhttp://www.iris-france.org/docs/kfm_docs/docs/cr---sminaire-embargo---janvier-2014.pdfhttp://www.frstrategie.org/barreFRS/publications/rd/2007/RD_20070303.pdf

  • 3

    Enfin, elle souligne que malgr les efforts des autorits miraties depuis 2007 afin de

    renforcer le cadre de contrle des transferts illicites, de nombreux cas de contournement

    de lembargo sur lIran sont toujours constats (Section 5).

    1. LIran, un partenaire conomique majeur

    1.1. migration iranienne aux mirats

    Les changes commerciaux entre les EAU et lIran sont trs

    denses et ce, depuis le dbut du XXe sicle. la suite de la crise

    perlire des annes 1930 et de la Seconde Guerre mondiale,

    lconomie de Duba se spcialise dans lactivit de transit et

    de transbordement5, devenant le troisime ple mondial,

    aprs Hong Kong et Singapour6. Les mirats deviennent ainsi

    une plaque tournante du commerce lgal vers lIran.

    Cette interdpendance commerciale s'accentue avec

    l'migration massive de commerants iraniens des villes du

    sud de l'Iran vers l'mirat de Duba durant la deuxime moiti

    du XXe sicle. Aujourdhui, avec entre 300 000 et 500 000

    Iraniens vivant sur son sol, la Fdration accueille la deuxime

    plus grande communaut iranienne expatrie dans le monde,

    aprs les tats-Unis. Celle-ci est particulirement concentre

    Duba, o elle occupe majoritairement des postes

    importants dans des socits commerciales et financires.

    1.2. Une dpendance accrue due aux sanctions

    partir de 1979, du fait des sanctions contre le rgime iranien7, les entreprises iraniennes

    font face des difficults pour commercer avec lEurope.00000000000000000000

    5. Le transit est le mouvement de marchandises qui ne font que traverser le territoire d'un tat

    membre alors que le transbordement est lopration, au cours d'un transit, qui consiste dcharger les marchandises du moyen de transport d'importation puis les recharger (en rgle gnrale) sur un autre moyen de transport utilis aux fins de l'exportation (Guide de lutilisation de la Position commune 2008/944/PESC du Conseil dfinissant des rgles communes rgissant le contrle des exportations de technologie et dquipements militaires, Document 9241/09, 29 avril 2009, p. 23.). Un tran