RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL ?· RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • FR FR

    COMMISSION EUROPENNE

    Bruxelles, le 20.12.2010 COM(2010) 774 final

    2010/0374 (COD)

    Proposition de

    RGLEMENT DU PARLEMENT EUROPEN ET DU CONSEIL

    relatif au systme europen des comptes nationaux et rgionaux dans lUnion europenne

    (Texte prsentant de lintrt pour lEEE)

  • FR 2 FR

    EXPOS DES MOTIFS

    1. CONTEXTE DE LA PROPOSITION

    Lobjectif gnral du projet est de rviser le SEC 95 de manire adapter les comptes nationaux tablis dans lUnion europenne au nouvel environnement conomique, aux progrs de la recherche mthodologique et aux besoins des utilisateurs.

    Un rglement du Parlement europen et du Conseil relatif au systme europen 2010 des comptes nationaux et rgionaux dans lUnion europenne (SEC 2010) doit par consquent tre adopt cet effet.

    Le SEC rvis doit tre la rfrence mthodologique approprie pour llaboration des donnes de haute qualit sur les comptes nationaux qui sont ncessaires la mise en uvre de politiques fondamentales de lUnion.

    La rvision est galement loccasion dapporter de nouvelles amliorations aux rgles du SEC 95, en les axant davantage sur les diffrents usages qui en sont faits dans lUnion.

    Le SEC est un outil essentiel au niveau europen, qui est utilis pour rpondre divers besoins administratifs fondamentaux (ressources propres, procdure sur les dficits excessifs, fonds structurels, par exemple) ainsi que pour analyser la coordination et la convergence des politiques conomiques des tats membres.

    Afin de raliser les objectifs noncs dans le trait sur lUnion europenne et le trait sur le fonctionnement de lUnion europenne ainsi que, plus spcifiquement, les objectifs relatifs lUnion conomique et montaire, le SEC fournit aux institutions de lUnion, aux gouvernements nationaux ainsi quaux oprateurs conomiques et sociaux un ensemble de statistiques harmonises et fiables lappui de leurs dcisions.

    La rvision du SEC fait suite la rvision du Systme international de comptabilit nationale (SCN 93). Le nouveau SCN (SCN 2008) a t publi en 2009 par les cinq organisations internationales qui ont travaill llaboration du nouveau manuel ( savoir le FMI, lOCDE, la Division de statistique des Nations unies, la Banque mondiale et Eurostat).

    Le SEC est, dans une large mesure, conforme au SCN en ce qui concerne les dfinitions, les rgles comptables et les nomenclatures utilises. Il se distingue nanmoins par certains aspects, notamment sa prsentation, qui correspond mieux lusage qui en est fait dans lUnion europenne. Celui-ci requiert en fait une plus grande prcision des dfinitions, des nomenclatures et des rgles comptables. Contrairement au SCN, le SEC est fond sur un rglement comportant des dispositions contraignantes, dans le but de garantir la comparabilit au niveau de lUnion, et est assorti dun programme obligatoire de transmission de donnes.

  • FR 3 FR

    2. RSULTATS DES CONSULTATIONS AVEC LES PARTIES INTRESSES ET ANALYSE DIMPACT

    La rvision du SEC a t dbattue au sein de plusieurs groupes, comme indiqu ci-aprs.

    Un groupe de pilotage compos de directeurs des comptes nationaux a t constitu afin de soutenir le groupe Directeurs des comptes nationaux dans ses tches, consistant :

    dfinir les orientations stratgiques ncessaires la russite du projet,

    formuler des recommandations aux diffrents stades du projet,

    trancher certaines questions mthodologiques importantes.

    Il a t fait appel au groupe de travail Comptes nationaux (NAWG) sur des questions gnrales ainsi quau groupe de travail Comptes financiers (FAWG) sur des aspects plus spcifiques, et leurs contributions ont t essentielles au succs du projet de rvision du SEC 95. Des discussions approfondies, lors de runions et de consultations crites, ont t ncessaires pour garantir la qualit technique du projet. Paralllement au NAWG, un groupe Rvision du SEC 95 a t mis en place par la tenue de runions conjointes du NAWG et du FAWG, afin dtudier les questions intressant ces deux groupes de travail.

    Un groupe technique BCE-Eurostat sur la cohrence a travaill lharmonisation des parties financires et non financires du systme.

    Le Comit du systme statistique europen (CSSE) a t tenu inform chaque stade du processus de rvision. Le Comit des statistiques montaires, financires et de balance des paiements (CMFB) a t inform de manire rgulire.

    De nombreux contacts ont t pris avec dautres directions gnrales, en particulier la DG Affaires conomiques et financires et la DG Budget.

    Eurostat a organis une confrence sur les comptes nationaux en septembre 2009 Bruxelles, laquelle des utilisateurs et des acteurs concerns ont particip.

    ANALYSE DIMPACT

    Labsence de rvision du SEC compromettrait la comparabilit des comptes nationaux et des agrgats, dune part entre les tats membres car la rvision est loccasion de dfinir de nouvelles rgles mthodologiques concernant des questions souleves au cours des quinze dernires annes et, dautre part, lchelle internationale puisque le SCN vient dtre rvis.

    Le SEC doit demeurer une manation du SCN, adapte aux structures conomiques des tats membres, et suivre lorganisation gnrale de ce systme dans toute la mesure du possible afin que les donnes de lUnion soient comparables celles tablies par ses principaux partenaires internationaux.

    Une analyse des consquences de la mise en uvre du SEC rvis sur les principaux agrgats des comptes nationaux a t examine par le sous-comit Statistiques du Comit conomique et financier en vue de la tenue dun dbat dorientation au Conseil Ecofin de novembre 2010.

  • FR 4 FR

    3. LMENTS JURIDIQUES DE LA PROPOSITION

    Le prsent rglement a pour but de rviser le SEC en ce qui concerne tant la mthodologie des normes, dfinitions, nomenclatures et rgles comptables communes que le programme de transmission, pour les besoins de lUnion, des tableaux et comptes labors selon cette mthodologie.

    Larticle 338 du trait sur le fonctionnement de lUnion europenne est le fondement juridique de la statistique europenne. Statuant conformment la procdure lgislative ordinaire, le Parlement europen et le Conseil arrtent des mesures en vue de ltablissement de statistiques, lorsque cela est ncessaire laccomplissement des activits de lUnion. Cette disposition nonce les critres respecter pour la production des statistiques europennes, savoir limpartialit, la fiabilit, lobjectivit, lindpendance scientifique, lefficacit au regard du cot et la confidentialit des informations statistiques.

    La proposition est conforme au principe de subsidiarit et au principe de proportionnalit.

    En ce qui concerne le principe de subsidiarit, les objectifs de la proposition ne relvent pas de la comptence exclusive de lUnion europenne, mais ne peuvent tre atteints de manire suffisante par les tats membres.

    Les tats membres ne peuvent rpondre de manire satisfaisante au critre de qualit globale exig sans disposer dun cadre europen clair, savoir une rglementation europenne dfinissant une mthodologie et un programme de transmission communs concernant les comptes nationaux.

    Cela est particulirement important dans le domaine des comptes nationaux car les agrgats sont utiliss des fins trs diverses aux niveaux tant rgional que national, voire europen (ressources propres, procdure sur les dficits excessifs, fonds structurels, par exemple).

    Les objectifs de la proposition seront mieux raliss au niveau de lUnion europenne en vertu dun acte lgislatif europen car seule la Commission est en mesure de coordonner la ncessaire harmonisation de la mthodologie et des informations statistiques relatives aux comptes nationaux au niveau de lUnion; la collecte des donnes et ltablissement de statistiques comparables sur les comptes nationaux, en revanche, peuvent tre organiss par les tats membres. LUnion europenne est ds lors habilite agir cette fin conformment au principe de subsidiarit nonc larticle 5 du trait.

    En ce qui concerne le principe de proportionnalit, le rglement ne va pas au-del de ce qui est ncessaire pour atteindre lobjectif poursuivi. Il ne prcise pas le mcanisme de collecte de donnes mettre en place par chaque tat membre pour les besoins des comptes nationaux, mais sen tient dfinir les donnes communiquer ainsi qu fixer une structure et un calendrier harmoniss.

    Linstrument juridique propos pour le SEC 2010 est un rglement du Parlement europen et du Conseil. Un rglement est prfrable en lespce en ce quil dfinit les mmes dispositions dans toute lUnion europenne, sans laisser de marge de manuvre aux tats membres pour lappliquer de manire partielle ou slective. Il est directement applicable, ce qui signifie quil ne doit pas tre transpos dans le droit national.

  • FR 5 FR

    4. CONSQUENCES BUDGTAIRES

    La proposition na pas dincidence sur le budget de lUnion.

    5. INFORMATIONS SUPPLMENTAIRES

    Lacte propos concerne lEspace conomique europen; il convient ds lors quil soit tendu celui-ci.

  • FR 6 FR

    2010/0374 (COD)

    Proposition de

    RGLEMENT DU PARLEMENT EUROPEN ET DU CONSEIL

    relatif au systme europen des comptes nationaux et rgionaux dans lUnion europenne

    (Texte prsentant de lintrt pour lEEE)

    LE PARLEMENT EUROPEN ET LE CONSEIL DE LUNION EUROPENNE,

    vu le trait sur le fonctionnement de lUnion europenne, et notamment son article 338, paragraphe 1,

    vu la proposition de la Commission1,

    aprs transmission du projet dacte lgislatif aux parlements nationaux,

    vu lavis de la Banque centrale europenne2,

    statuant conformment la procdure lgislative ordinaire3,

    considrant ce qui suit:

    (1) Des informations comparables, jour et fiables sur la structure et lvolution de la situation conomique de chaque tat membre ou rgion sont ncessaires au