Savoir mourir

  • View
    221

  • Download
    3

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Michel Coquet.

Text of Savoir mourir

  • Liste des ouvrages de Michel Coquet

    A L'Or du Temps : Budo sotrique ou la voie des arts martiaux. Maitreya, le Christ du nouvel ge. Lumires de la Grande Loge Blanche. Savoir mourir. La doctrine des Avatars. Demeure de la Paix Suprme. Iado ou l'art de trancher l'go.

    En co-dition avec Arista : Isral terre sacre d'initiation.

    Chez d'autres diteurs : Les akras ou l'anatomie occulte de l'homme. Les akras et l'initiation. L'arche d'alliance. Le Bouddhisme sotrique.

    A paratre : Plerinage au cur de l'Inde. Kailash, montagne sacre du Tibet. Pouvoirs psychiques et vie spirituelle.

    Mai 1986. EDITIONS DE L'OR DU TEMPS ISBN: 2-904-112-08-1

    PREFACE

    La mort fait peur... L'angoisse de mort reste prsente en chaque individu, disent les esprits matrialistes qui ajoutent mme que toute explication de l'au-del, de l'aprs-mort, n'est qu'une sublimation de cette angoisse. Toutes les traditions se sont penches sur ce problme inhrent la condition humaine, et travers les coutumes, les mythes, se sont dessines diverses approches de la mort. Des travaux mens par des scientifiques et des philosophes, des personnalits aussi minentes qu'Elizabeth Kbler-Ross ont permis de mieux comprendre les stades par lesquels passent les patients atteints de maladies graves.

    Le phnomne-mort englobe aussi l'acte de mourir qui demeure une nigme apparemment insoluble pour beaucoup. La plupart de nos contemporains ne prennent pas au srieux les informations fournies par les livres, supports de la Tradition, tels que le Livre des Morts Tibtain, et assimilent ce genre d'ouvrages un vulgaire recueil de superstitions.

    La mort est, selon Jung, non seulement un vnement physique mais un vnement psychique marqu par l'apprhension de l'inconnu, de ce qui nous attend au-del, de la crainte d'une confrontation avec une solitude glace, sans chaleur affective. Pour lui, accepter la mort, ce n'est pas la rduire rationnellement une fin inepte, mais la laisser rsonner dans son imagination, dans son instinct, consentir s'en faire un mythe et peut-tre ainsi y trouver un sens. Il est vrai que le vcu intrieur que nous avons de la vie et de l'ide de mort, joue un rle primordial.

    Il importe de resituer le savoir mourir dans le cheminement spirituel de l'tre humain. Certaines coles initiatiques occidentales insistent sur le fait que le terme mourir devrait laisser la place l'expression passer en transition , montrant ainsi l'aspect non dfinitif de ce phnomne.

    7

  • Si nous acceptons l'immortalit dans son sens initiatique, nous nous rfrons une instance suprieure qui, au sein de nous-mmes, agit pour nous, ce qui nous fait comprendre que la vie se renouvel toujours par la mort, et la mort par la vie. Le moi mortel se transcende, ce qui contribue attnuer l'invitable angoisse insparable de la condition humaine.

    Psychologiquement, il est intressant de noter que la mort, dans les rves, reprsente souvent un processus de transformation de l'tre, plus qu'une mort objective. Envisager la mort dans son sens de transmutation donne une autre signification au phnomne. De plus en plus nombreux sont les tre qui ne se contentent plus de rponses toutes faites et des schmas classiques, car ne pas s'intresser rellement au problme de la mort, c'est aussi ignorer le pourquoi de la vie, et traverser une existence sans se poser la moindre question mtaphysique ou spirituelle devient comparable une lthargie ou un contenu psychique mis en sommeil.

    Nous avons le privilge de vivre une poque o les valeurs anciennes sont remises en cause, o la faon habituelle d'apprhender tres et choses ne convient plus. Dans ce domaine apparemment irrationnel de l'tude de la mort, certaines thories ont besoin d'tre revues, car savoir mourir pourrait tre l'aboutissement d'une philosophie de la vie.

    Le courant rcent de ces chercheurs et auteurs, qui donnent d'autres approches de la mort, peut faire voluer, sur un plan individuel et sur un plan collectif, des milliers de personnes qui trouveront dans un ouvrage comme celui de Michel Coquet un espoir de voir ce tabou clair d'une faon plus initiatique et surtout moins dogmatique. Prparer sa mort, mourir dans la srnit, vivre pleinement sa mort, sont des expressions qui ont pu choquer, parfois faire sourire, souvent dranger et pourtant... Le livre de Michel Coquet pose ces questions et s'inscrit dans ce courant d'auteurs qui n'hsite pas a sortir des sentiers battus pour mieux accder la connaissance de vrits fondamentales.

    Docteur Jean-Franois KLEIN

    CHAPITRE I ... Des savants ont propos la consolation ingnieuse: "L'homme commence mourir ds l'instant de sa naissance " - un maigre et funeste rconfort. Mais Nous disons que l'homme est ternellement en train de natre et particulirement au moment de la soi-disant mort.

    (Les Feuilles du Jardin de Morya)

    Le problme de la mort et de l'immortalit proccupe une grande partie de l'opinion publique notre poque. Il n'est pas une famille qui n'ait t visite par la mort d'une faon ou d'une autre. Chaque anne, il meurt plus de cinquante millions d'hommes. La mort est le seul vnement dont nous puissions prdire la venue avec une certitude absolue, et pourtant c'est celui auquel la grande majorit des tres humains refuse catgoriquement de penser, jusqu'au jour o les circonstances les mettent face face avec lui. Nous pouvons croire ou ne pas croire en la valeur des religions, tre athe ou libre-penseur ; quel que soit notre ge, notre sexe ou notre race, une chose est sre, c'est qu' la fin du cycle de notre existence la mort viendra prendre notre vie, aussi srement que le soleil se couche chaque soir.

    Nous sommes la veille de pntrer dans le IIIe millnaire et nous assistons, tonns, l'volution intensive de la science. Des satellites tournent autour de la terre ; l'un d'eux a djou les limites du systme solaire ; l'ordinateur vient l'aide du savant et lui ouvre la porte de la science chimique, astrophysicienne, mdicale, psychologique. Cependant, devant la mort c'est le mme dsarroi pour la plupart car la conscience, elle, est sans aucun doute un mystre bien plus hermtique que toutes les sciences runies. L're du Verseau dans laquelle nous pntrons est une re de dcouvertes

    8 9

  • dans tous les domaines. C'est une re qui rtablira progressivement la restauration des mystres de l'initiation mineurs et majeurs. Elle apporte l'humanit un ensemble d'opportunits tout fait exceptionnelles, dont l'une, non des moindres, sera un nouveau mariage entre la science et la conscience, entre la civilisation et la religion.

    Dans cet ordre d'ides, certaines rvlations mergent lentement au sujet du fait scientifique de la survie aprs la mort. Le temps est venu o des hommes librs des prjugs religieux ou scientifiques, des crivains et des chercheurs, unissent leurs efforts pour tudier le grand problme de la survie. Les annes 1975-2025 sont et seront des annes inestimables dans le domaine de la recherche et c'est pendant ce court laps de temps que la lumire mergera de dessous le boisseau, apportant notre civilisation mondiale de telles certitudes que notre connaissance d'aujourd'hui semblera primitive et dsuette.

    Il importe donc ds maintenant de collaborer la restauration des mystres de l'Etre afin que puisse merger une nouvelle re, passionnment belle vivre, o la mort sera considre avec justesse comme ce qu'elle est rellement, le sas d'une nouvelle et plus haute existence.

    Je me suis peu occup dans cet ouvrage de prouver quoi que ce soit concernant la mort, car dans ce domaine rien n'est encore vritablement prouvable. Je ne me suis pas non plus attach l'histoire de la mort dans les anciennes traditions, des auteurs minents l'ont dj fait et les connaissances (encore infimes) concernant ce grand mystre sont telles qu'il me semble prfrable d'purer cet ouvrage de toute fioriture qui ne ferait qu'ombrager le lecteur.

    Une partie des enseignements contenus dans ce livre a t reue par l'auteur au cours de voyages en Orient, particulirement au Japon, en Inde et au Tibet occidental. Une grande partie d'entre eux, rcolts de la bouche mme des sages, des initis et des yogis, tait quelquefois contradictoire. Il m'a donc sembl ncessaire de dcouvrir la cl qui me permettrait d'assembler ces connaissances et de faire un vritable manuel de la mort. Cette cl, ou plutt ces cls, je les ai dcouvertes dans l'exceptionnelle littrature d'un Matre

    10

    tibtain, connu aujourd'hui sous le nom de Djwal-Khul, transcrite tlpathiquement un disciple du nom de Alice Ann Bailey. Des prcisions remarquables sur la connaissance de la vie et de la mort y sont donnes et elles correspondent gnralement ce que j'ai pu apprendre moi-mme de la bouche de Raliss , tant en Orient qu'au Moyen-Orient. D'autre part, qui mieux qu'un Matre ayant vaincu la mort pourrait parler de ce qu'elle est ou n'est pas ! Bien sr, on a quelquefois mis en doute l'existence de ce Matre. Qu'importe ! Je suis convaincu que notre intuition est dans ce domaine le seul juge et le lecteur saura rapidement s'il doit ou non accorder crdit ce livre puisque, grce cette voix intrieure, nous savons si une chose est juste ou non sans l'avoir passe au crible de l'analyse et de l'exprience.

    Ce n'est pas cependant par manque d'expriences personnelles dans ce domaine, car de 17 20 ans j'ai eu l'opportunit d'un libre accs au plan que l'on nomme astral et d'exceptionnelles expriences ultrieures m'ont convaincu de l'existence d'entits appartenant des plans de conscience plus subtils, sans lesquelles je n'aurais jamais os crire ce livre. Je ne relaterai pas toutefois ces expriences personnelles car, si leur ralit n'est pas mettre en doute, leur interprtation m'est propre, donc faillible, et il est prfrable que je me rfre des initis pour lesquels le voile de la mort a t jamais dchir.

    Sans aucun doute, ce l