The OMO tribe

  • View
    856

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of The OMO tribe

  • Photos de Hans SilvesterAutomatique

    *

  • Les tribus de lOmo. Aux confins de lEthiopie, des sicles de la modernit, Hans Sylvester a photographi pendant six ans des tribus o hommes, femmes, enfants, vieillards, sont des gnies dun art ancestral.A leurs pieds, le fleuve de lOmo, cheval sur un triangle Ethiopie-Soudan-Kenya, la grande valle du Rift qui se spare lentement de lAfrique, une rgion volcanique qui fournit une immense palette de pigments, ocre rouge, kaolin blanc, vert cuivr, jaune lumineux ou gris de cendres.

    Ils ont le gnie de la peinture, et leur corps de deux mtres de haut est une immense toile.

    La force de leur art tient en trois mots: les doigts, la vitesse et la libert.

    Ils dessinent mains ouvertes, du bout des ongles, parfois avec un bout de bois, un roseau, une tige crase. Des gestes vifs, rapides, spontans, au-del de lenfance, ce mouvement essentiel que recherchent les grands matres contemporains quand ils ont beaucoup appris et tentent de tout oublier.

    Seulement le dsir de se dcorer, de sduire, dtre beau, un jeu et un plaisir permanent. Il leur suffit de plonger les doigts dans la glaise et, en deux minutes, sur la poitrine, les seins, le pubis, les jambes, ne nat rien moins quun Miro, un Picasso, un Pollock, un Tpies, un Klee

    *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • *

  • FINArrangement Fred

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *

    *