886 Vulliod - Soubassements ©thiques et politiques

  • View
    218

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of 886 Vulliod - Soubassements ©thiques et politiques

  • Les soubassements thiques et politiques des socits

    humaines travers le temps et lespace

    Margaux Vulliod

    Mai 2011

  • 2

    SOMMAIRE

    Prsentation p.12 I. Les soubassements thiques et politiques de grandes civilisations p.13

    Fiche n1 : Europocentrisme, le triomphe de la rationalit et du dterminisme p.14 Fiche n2 : La civilisation aztque, la dualit complmentaire p.16 Fiche n3 : La civilisation Achmnide, une unit go-administrative pluriculturelle p.18

    II. Construction des soubassements thiques et politiques des religions p.20

    Fiche n4 : Animisme : lexemple de la spiritualit amrindienne p.21 Fiche n5 : Le bouddhisme, entre philosophie et religion p.25 Fiche n6 : LIslam, ou la centralit du juriste p.29

    III. Exemples des soubassements tiques et politiques des grandes idologies p.33

    Fiche n7 : Le Confucius, lducateur de lhomme de bien p.34 Fiche n8 : Lo Strauss, du droit naturel au bien commun, la lutte contre le relativisme p.38 Fiche n9 : Le principe de dgradation dans une philosophie du dpassement :

    Marx et lautodestruction du capitalisme p.41 Fiche n10: Max Weber et lthique protestante p.44

    IV. Modles dorganisation sociale, de la micro-socit lorganisation transnationale p.47

    Fiche n11 : La Franc-maonnerie, entre rseau social et qute spirituelle p.48 Fiche n12 : La Thrapie communautaire, ou la socialisation des marges p.52

  • 3

    Fiche n13 : La mafia, une hirarchie, un code, un territoire p.55

    V. Organisation des socits Mapuche et Guayaki p.58

    Fiche n14 : Les Mapuches, une communaut en harmonie avec sa terre p.59 Fiche n15 : Les Indiens Guayaki, rflexion sur une socit sans tat p.62

    Conclusion : p.66

    Entre thique et politique : la construction de la socit et du pouvoir

  • 4

    SOMMAIRE DTAILL

    Prsentation p.12 I. Les soubassements thiques et politiques de grandes civilisations

    Fiche n1 : Europocentrisme, le triomphe de la rationalit et du dterminisme p.14 LEurope devient le centre du monde au XIX sicle, aprs ses rvolutions industrielles, ses dcouvertes et ses campagnes de colonisation, cet occident hgmonique impose la primaut des moyens et amorce lempire des techniques. Ainsi lEurope impose le primat de son thique et de ses valeurs au nom de sa rationalit, insrant lhomme dans une volution complexifiante. Fiche n2 : La civilisation aztque, la dualit complmentaire p.16 Les Aztques, ou Mexicas1, taient un peuple amrindien sdentaris dans la valle de Mexico, sur lle du lac Texcoco au dbut du XIVme sicle. Au XVme sicle cette civilisation avait atteint un niveau de dveloppement parmi les plus avanc en Amrique et leur empire tait le plus vaste du continent. Vivant en accord avec le cycle solaire, qui rgentait autant la vie pratique que spirituelle, cette civilisation se structure autour du concept de dualit ncessaire lquilibre de lorganisation du monde. Fiche n3 : La civilisation Achmnide, une unit go-administrative pluriculturelle p.18 Lempire Perse fut son apoge sous la civilisation Achmnide qui russit runir sous son pouvoir un ensemble de royaumes concurrents allant de la mer dge lIndus. Cet empire vit apparatre le monothisme et bnficia dune organisation administrative complexe ainsi que dun droit prnant des valeurs nouvelles dgalit et de justice2.

    II. Construction des soubassements thiques et politiques des religions

    Fiche n4 : Animisme : lexemple de la spiritualit amrindienne p.21 Lanimisme3 est la croyance en une me, une force vitale, animant les tres vivants mais aussi les lments naturels, et sincarnant en gnies protecteurs, manifestations de dfunts ou de divinits animales. Ainsi dfini, l'animisme peut caractriser des socits extrmement

    1 Du nom de leur capitale Mexico-Tetochtitlan. 2 Par exemple Hrodote rapporte que lenfant perse, ds 5 ans, devait apprendre 3 choses primordiales: monter cheval, tirer larc et dire la vrit. Cette valeur tait respecte des Rois comme du peuple. 3 Du latin animus, originairement esprit, puis me.

  • 5

    diverses, situes sur tous les continents. Fiche n5 : Le bouddhisme, entre philosophie et religion p.25 Le Bouddha reprsente la possibilit datteindre lveil en abolissant lignorance, cause de toutes les souffrances. En cela il reprsente le point culminant de la transformation intrieure. Car le bouddha nest ni un saint, ni un prophte, ni un Dieu, cest un veill4. Ainsi, le bouddhisme est un chemin vers lEveil, et la souplesse de cette philosophie lui permettra de sadapter toutes les cultures et de suniversaliser. Fiche n6 : LIslam, ou la centralit du juriste p.29 En un sicle, galvanises par la prdication du Prophte Muhammad, les armes musulmanes semparent dun immense territoire, de lEspagne la Perse, y imprgnant une nouvelle religion, lIslam, sur laquelle va sappuyer le droit islamique.

    III. Exemples des soubassements tiques et politiques des grandes idologies

    Fiche n7 : Le Confucius, lducateur de lhomme de bien p.34 Premier matre itinrant de la tradition chinoise, dont l'enseignement oral renouvela le sens des anciens textes, Confucius prconise le retour la morale en appelant aux droits des faibles et aux devoirs des puissants. Sa doctrine philosophique et politique vhicule le respect des traditions, lexigence de tolrance et lhumanisme dans la Chine du VIme sicle av. J-C. Fiche n8 : Lo Strauss, du droit naturel au bien commun, la lutte contre le relativisme p.38 Lo Strauss tudie la dialectique destructrice de la modernit, qui a fait de la raison le moteur de l'activit humaine. Ce rationalisme dtach de la rflexion sur les valeurs, et drivant vers une philosophie de la toute puissance du sujet, fait de la raison la source du droit5. Ainsi, la crise de l'Occident est une crise du statut de la raison, qui mnera au retour de la tyrannie. Dnonant les drives de la modernit et des Lumires en ce qu'elles peuvent promouvoir le relativisme et le nihilisme, Strauss rappelle les fondamentaux de la philosophie politique des classiques et du droit naturel : l'Homme a des droits de par sa nature qui chappent au droit conventionnel qu'il peut dicter. Fiche n9 : Le principe de dgradation dans une philosophie du dpassement : Marx et lautodestruction du capitalisme p.41 Le raisonnement marxiste, apparu au XIXme sicle, traduit une volution de la rflexion vers un enracinement dans la ralit sociale. Ainsi, pour Marx et Engels lessence de lhomme nest pas une abstraction inhrente lindividu isol. Dans sa ralit, elle est lensemble des

    4 J.Houston-Smith, the worlds religions, San Francisco, Harper San Francisco.1992 5 En effet, depuis Machiavel, toute la philosophie politique conduirait vers l'historicisme et le positivisme juridique, rendant ainsi impossible toute rflexion sur le droit naturel.

  • 6

    rapports sociaux 6. Selon Marx, tous les phnomnes sociaux sont dtermins par le mode de production. De cette faon, ce ne sont pas les ides qui gouvernent le monde, mais ce qu'il appelle les superstructures, conditionnes par le rapport des forces sociales. Le communisme, tat de socit sans classes et sans tat, reposant sur la collectivisation des moyens de production, propose une alternative ce systme. Lidologie communiste a cependant connu des divisions dans laspect oprationnel de sa mise en uvre, donnant naissance lanarchisme et au marxisme7, lors de sa premire scission au sein de lAssociation internationale des travailleurs. Fiche n10: Max Weber et lthique protestante p.44 Aprs une srie de travaux consacrs l'Antiquit et au Moyen ge, ainsi qu' l'tat conomique et social de l'Allemagne wilhelminienne, Max Weber entame, partir de 1904, des recherches sur la sociologie des religions qu'il poursuivra jusqu'en 1920. Sous l'impulsion de l'ouvrage Der moderne Kapitalismus (1902) de Werner Sombart et du dbat qui s'installe, autour des contributions de E. Gothein, W. Wittich et G. Jellinek, sur les rapports existant entre le capitalisme et le protestantisme, il publie un article dans les tomes XX et XXI de la revue Archiv fr Sozialwissenschaft und SozialPoliti