Autres Chantiers

  • View
    215

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Autres Chantiers

Transcript

  • [monumental] 2014

    30 euros isbn 978-2-7577-0345-8issn 1168-4534

    Revue scientique et technique des monuments historiques Semestriel 2

    2014

    sem

    estri

    el 2

    Illustration de couvertureChteau de Champs-sur-Marne(Seine-et-Marne), le salon chinois,en cours de restauration. Ph. Jean-Luc Paill. CMN, 2012.

    www.monuments-nationaux.fr

    Chantiers/ActualitsCe second semestriel consacr lactualit deschantiers accorde une place particulire aux grandesoprations de restauration menes par le Centre des monuments nationaux. En 2005, le CMN sest vuconer par ltat la matrise douvrage des travaux de conservation et de restauration des monumentsainsi que des collections dont il est aectataire. Ainsi, en avant-premire, sont dvoils ici les travauxconduits sur les intrieurs de la villa Cavrois (Nord) chef-duvre de Mallet-Stevens qui renat aprs des annes dabandon et de vandalisme. Cette opration de sauvetage, entreprise comme un vritable travail archologique, a permis dtudieret de comprendre les conditions de cration de la villa,enn restitue dans son lustre des annes 1930. On pourra dsormais apprcier la rare continuitentre le bti, le dcor port et le mobilier .Dautres interventions majeures portent sur la restauration et les amnagements raliss dans les chteaux de Champs-sur-Marne et dAzay-le-Rideau, et galement sur la remise en valeur du clotre de Montmajour.Parmi les autres sujets traits dans ce numro, on citera plusieurs dcouvertes, notamment les frisesmdivales de la cathdrale de Lyon et les peinturesmurales du xve sicle de la cathdrale dOrlans ; la restauration des vitraux de la cathdrale de Strasbourg, du palais Longchamp Marseille, des fresques de la cathdrale de Nanterre ou encorela rhabilitation de deux btiments de Jean Prouv. Le dossier scientique prsente, dans son troisimevolet sur la conservation des peintures murales, la problmatique rcurrente du traitement des lacunes,telle quelle est aborde en France et en Italie.Des brves viennent complter les sujets dactualit.Enn, la revue recense les objets qui ont t classsau titre des monuments historiques et les acquisitionsde biens culturels eectues par le CMN, en 2013.

    annuel 2000Dossier Notre-Dame de Paris

    annuel 2001Dossier Jardins

    annuel 2002Dossier Patrimoineantique

    annuel 2003Dossier Patrimoinemaritime

    2004 semestriel 1Dossier Vitrail

    2004 semestriel 2Chantiers/Actualits

    2005 semestriel 1Chantiers/ActualitsNancy

    2005 semestriel 2Dossier Versailles

    2006 semestriel 1Chantiers/ActualitsVincennes

    2006 semestriel 2Dossier Grottes ornes

    2007 semestriel 1Dossier Cit de larchitecture

    2007 semestriel 2Chantiers/ActualitsDcors peints 1

    2008 semestriel 1Dossier Patrimoinemondial

    2008 semestriel 2Chantiers/ActualitsDcors peints 2

    2009 semestriel 1Dossier La cathdrale dans la ville

    2009 semestriel 2Chantiers/ActualitsPatrimoine du xxe sicle

    2010 semestriel 1Dossier Restitution/Reconstruction

    2010 semestriel 2Chantiers/ActualitsPatrimoine de la Dfense

    2011 semestriel 1Lobjet monumenthistorique

    2011 semestriel 2Chantiers/ActualitsLes tablissements franais Rome

    2012 semestriel 1Monuments historiqueset cration artistique

    2012 semestriel 2Chantiers/ActualitsLabbaye de Cluny

    2013 semestriel 1Cration architecturale et monuments historiques

    2013 semestriel 2Chantiers/ActualitsDossier Chantilly

    2014 semestriel 1Archologie etmonuments historiques

    Revue scientique et technique des monuments historiques | Semestriel 2 | 2014

    Chantiers/Actualits Les chantiers de restauration du

    Centre des monuments nationaux

    M14_S2_COUV_M06_S2_COUV_BAT 12/12/14 14:54 Page1

  • monumental 2014 Chantiers/Actualits6 | 7

    Les chantiers de restauration du Centre des monuments nationaux Introduction

    Les chantiers de restauration du Centre des monuments nationaux

    2.

    La rforme tait dune telle ampleur quil a fallu quatreannes pour la mettre en uvre; le temps pour le CMN de constituer ses quipes de matrise douvrage et de se voir transmettre les dossiers des oprations en cours.Cest donc en 2009 que le transfert est devenu eectif.La rforme a t paracheve, le 1erfvrier 2014, par le regroupement des quipes charges des oprationssur les monuments proprement dits et de cellescharges des collections: la mission de conservation est dsormais apprhende de manire globale, dans une dmarche cohrente, adapte tous lesmonuments qui renferment dimportantes collectionsde vestiges archologiques, de meubles ou dobjets dart. Grce ce transfert, le CMN garde la matrise de sespriorits dintervention et du droulement des oprations,sous la seule rserve, naturellement, de lobtention des autorisations de travaux et du respect du contrlescientique et technique des services dconcentrs duministre. Cette autonomie est dautant plus prcieuseque lactivit du CMN, faut-il le rappeler, a pour nalitultime douvrir au public les monuments dont il a la charge: il peut donc programmer les chantiers de manire gner le moins possible cette ouverture, et, dans le mme temps, tenir compte des besoins relsdu public. Cest un progrs certain.Comment les priorits dintervention du CMN sont-ellesarrtes? Elles tiennent compte, en ralit, de nombreuxparamtres.

    Le transfert au Centre des monuments nationaux (CMN) de la matrise douvragedes travaux de conservation et de restauration des dices ainsi que de leurscollections dobjets dart, dont la charge lui a t cone par ltat, a constituun tournant dune importance considrable dans lhistoire aujourdhuicentenaire de ltablissement public. Eectu par lordonnance du 8 septembre2005 modiant le code du patrimoine, ce transfert, qui investit le CMN de lensemble des comptences relatives aux monuments de son rseau, fait de cet tablissement le seul oprateur du ministre de la Culture en mesuredexercer des missions patrimoniales sur la totalit, ou presque, du territoirenational. Ainsi ltat dotait-il le ministre dun outil, particulirement ecace,au service dune politique patrimoniale reste ambitieuse malgr les contraintespesant sur elle.

    Philippe BlavalPrsident du Centre des monuments nationaux

    1.

    Page de droiteFigure 3Le Panthon, Paris. Vue densemble prise depuis une grue, lors du montage de lchafaudage enveloppant le tambour et le dme.Ph. Gilles Codina. CMN, 2014.

    Ci-dessusFigure 1Le logis royal et la chapelle du chteau dAngers (Maine-et-Loire), aprs la restauration entreprise la suite de lincendie de janvier 2009.Ph. Caroline Rose. CMN, 2012.

    Figure 2La Sainte-Chapelle, Paris. Dtail de la scne, Josu donnant des ordres larme, aprs restauration (verrire de la 4e baie Nord).Ph. Philippe Berth. CMN, 2013.

    M14_S2_DOSSIER_BAG_M06_VINCENNES_BAT 10/12/14 11:21 Page6

  • 3.

    M14_S2_DOSSIER_BAG_M06_VINCENNES_BAT 10/12/14 11:21 Page7

  • monumental 2014 Chantiers/Actualits10 | 11

    Les chantiers de restauration du Centre des monuments nationaux Croix, Nord

    La restauration des intrieurs de la villa Cavrois, Croix

    La premire phase de travaux, livre en septembre 2013, a port sur le corps central qui comprenait, notamment, le vestibule, le hall-salon, la salle manger des parents et lescalier dhonneur (avec lascenseur). Nous devions rpondre deux principaux objectifs:restituer et restaurer le dcor en sattachant aux vestiges existants, et ce, pour viter de raliser un pastiche, et intgrer au mieux les adaptations lies aux rglementations dun tablissement recevant du public (ERP), an que le visiteur ait la sensation de pntrer dans une habitation plutt que dans unespace patrimonial.Nous avons t confronts plusieurs problmes lis la conservation des vestiges, la prennit de certaines techniques de lpoque (comme celle du parquet-mosaque scell au ciment magnsien), et la disponibilit des matriaux dorigine(les marbres notamment). Par ailleurs, deux dicultsparticulires se sont prsentes: la restitution de lclairage sachant que la villa fut claire avec des ampoules incandescentes, les nons industrielsnapparaissant quen 1936 et la restitution des volumesdu dcor partir des photographies anciennes, des traces archologiques et des quelques rares plans(mais trs renseigns) de Robert Mallet-Stevens.

    2.

    1.

    Ci-dessusFigure 1Le hall-salon, au rez-de-chausse,aprs restauration, en 2013.Figure 2La faade Sud de la villa Cavrois,aprs restauration.Page de droiteFigures 3 et 4Vues du hall-salon, avec sonmobilier, et la vue sur la terrasse,en 1934 (3) et en 2013 (4), aprs travaux.Fig. 3. Photographie anonyme.PH1981-0810-010. Collection Centre canadiendarchitecture, Montral.

    Construite entre 1929 et 1932 par Robert Mallet-Stevens pour la famille Cavrois, cette villa, au dcs de sa dernire propritaire en 1986, est menace de dmantlement, vandalise, pille puis laisse labandon. Classe par dcret en 1990, la villa est achete en 2001 par ltat qui dcide dy entreprendre des travaux. Le clos, le couvert et les terrasses ont fait lobjet dun chantier entre2003 et 2009. Les travaux de restauration des intrieurs de la villa, de la maison du gardien et galement du parc sont engags, depuis 2012, sous la matrisedouvrage du CMN, aprs approbation de ltude pralable par la Commissionnationale des monuments historiques en 2010.

    Michel GoutalArchitecte en chef desmonuments historiquesBatrice GrandsardArchitecte, chef de projet

    M14_S2_DOSSIER_BAG_M06_VINCENNES_BAT 10/12/14 11:21 Page10

  • 4.

    3.

    M14_S2_DOSSIER_BAG_M06_VINCENNES_BAT 10/12/14 11:21 Page11

  • monumental 2014 Chantiers/Actualits42

    Autres chantiers Strasbourg, Bas-Rhin

    Une histoire sainte en imagesdans le premier tiers du xive sicleLes baies de la haute nef et des bas-cts de la cathdraleont sans doute t garnies de vitraux mesure que lonavanait les travaux de la nouvelle nef gothiqu