Click here to load reader

Françoise MALLET-JORIS

  • View
    225

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Françoise MALLET-JORIS

Franoise MALLET-JORIS

Photo : J.-L. Geoffroy

Par Colette NYS-MAZURE

1994

Service du Livre Luxembourgeois

Franoise MALLET-JORIS - 3

Fille de Suzanne Lilar, Franoise MalletJoris

est, comme celle-ci, la fois mystique et charnelle,

hante par langoisse de la vanit des vanits, de

linutilit (et la vieille angoisse de ces mots, qui

pourraient ne rien vouloir dire, ne rien apporter, ni

rien changer... note-t-elle dans La maison de pa-

pier). Elle nen est pas moins dote dun solide

apptit de vivre quelle a dailleurs confess avec

un grand bonheur dexpression dans Lettres moi-

mme :

Car enfin, jaime la vie, la faon dont

lentend la concierge. Jaime aimer, jaime crire,

jaime avoir des enfants, et jaime une belle manifes-

tation de rue, un bal du 14 Juillet. Jaime tre en

colre et transporte de joie, jaime boire et manger

trop. Jaime nager et marcher dans le vent, rire,

faire des scnes et pleurer au cinma. Jaime

par-dessus tout les ftes, les longs repas prmdits,

les bougies dans le chandelier en bois color, trop de

fruits sur un norme plat, trop de vin dans les

cruches en terre, trop de gens, trop de fume, une

tarte gigantesque, la surexcitation des enfants, une

gifle donne la hte, les crpes fumantes, les

Franoise MALLET-JORIS - 4

boules brillantes de larbre de Nol, et je voudrais

me couper moi-mme en tranches comme le pain de

seigle sur la table en bois, et me distribuer tous

ceux qui sont l. Jaime mes parents parce quils

sont mes parents, mes enfants parce quils sont mes

enfants, jaime mon mari et moi-mme, mon travail,

mes amis, le monde et les hommes. Et, dans le fond,

jaime faire lamour et accoucher en hurlant. La

tradition, quoi.

Sensible toutes les joies, celles de la maternit

comme celles de lamiti ou de la littrature, elle est

passionnment attentive aux spectacles de la rue,

des cafs o elle se rfugie volontiers pour crire en

paix. Elle, qui a avou sa prdilection pour Berna-

nos, pourrait dire avec lui : jai aim la terre plus

que je nai jamais os le dire, mais elle, elle la os,

sans vergogne.

Son oeuvre essentiellement romanesque est

tendue et fort diversifie. Miroir dune poque,

portrait historique, fresque balzacienne, tragdie

classique, chronique familiale colore ou approche

frmissante dune vidence secrte (lamour nest

pas aim), les ouvrages de Franoise Mallet-Joris

renvoient toujours lcriture comme rgle de vie

et comme ncessit.

Franoise MALLET-JORIS - 5

On peut stonner quun crivain aussi lucide,

aussi dou pour lobservation sans concession, ne

pratique ni lironie ni le sarcasme. Franoise

Mallet-Joris ne prend jamais sa revanche sur

lunivers mais sa compassion se manifeste par une

sorte dhumour tendre qui nest pas sans voquer

Villon : Frres humains qui aprs nous vivez.

Franoise MALLET-JORIS - 7

Biographie

1930 : Franoise nat Anvers. Sa ville de naissance, sa Flandredorigine, sa Belgique la marquent de faon indlbile : elle y situeraplusieurs nouvelles et romans. Elle vivra toujours partiellement Bruxelles o elle vient dacheter une maison. Si elle a aujourdhui ladouble nationalit, cest parce que lAcadmie Goncourt, dont elle faitpartie depuis 1970, nadmet que des Franais titre de membre votant.

Son pre, Albert, est avocat et deviendra plus tard ministre ; sa mre,Suzanne Verbist, un de nos meilleurs crivains (Suzanne Lilar), naencore rien publi. Elle prouve lgard de ses parents, dots depersonnalits exceptionnelles, des sentiments mls :

Pour moi, je les ressentais comme un apport : Sils lont fait,je peux y arriver , mais aussi comme une angoisse : Pour-rais-je faire aussi bien ? Pourrais-je maffirmer ? Il y avaitdonc un envers et un endroit au fait davoir de tels parents.Mais ils nous ont donn ma soeur et moi une telle ide dela beaut et de la gaiet que la vie ne peut quen tre illu-mine. a-t-elle confi Josiane Van (Le Soir Illustr, 18-01-90) Ds lge de 10-11 ans elle crit de petits romans. Elle lit beaucoup :

Tolsto, Balzac, Rilke, Proust. En 1945, alors quelle na que 15 ans,paraissent ses Pomes du dimanche avec un portrait par Flix Labisse,ditions des Artistes. Ils reoivent les encouragements de Marie Geverset de Georges Bernanos.

Elle part aux tats-Unis lge de 16 ans, dans une finishingSchool; elle sy marie avec un professeur franais dont elle a un enfant. 19 ans, elle publie un premier roman qui fait scandale, Le Rempart desbguines, chez un diteur enthousiaste, Julliard. Elle prend le pseudo-nyme de Mallet-Joris.

Elle sinstalle Paris et publie une suite de romans, de biographieset dautobiographies un rythme rgulier. Les trs nombreux entretiens

Franoise MALLET-JORIS - 8

quelle a accepts, tant la tlvision que dans les journaux et revues, ontpopularis sa figure et procdent dun parti pris tout fait respectable :

Trois solutions souvrent lcrivain actuellement : soit ildispose dune fortune personnelle, alors il crit ce quil veutet fait la promotion quil veut. Soit il ne fait qucrire etsacrifie 3 mois par an tous les 2 ans, la vente de sonproduit en oubliant quil est lauteur du livre. Soit, il a unsecond mtier qui, forcment absorbe trop de temps, ce tempssi prcieux pour concevoir bien

a-t-elle confi Virginie de Borchgrave Lvnement (15-6-88) .

Tout en se tenant une discipline qui la place devant sa feuille dscinq heures du matin jusqu treize heures environ, et en se mnageantrveries, promenades, lectures et contacts, Franoise Mallet-Jorissoccupe activement de sa promotion.

Trois mariages, deux divorces, quatre enfants, une conversionreligieuse retentissante, la volont dassumer ses propres contradictionset toujours la mme surprenante vitalit. Laissons Franoise Mallet-Jorissa part dintimit pour ne nous intresser qu sa considrable biblio-graphie, ponctue dune srie de prix littraires et de son lection lAcadmie royale de Langue et de Littrature franaises de Belgique enoctobre 1993.

Franoise MALLET-JORIS - 9

Bibliographie

- La chambre rouge, Julliard, 1954.- Cordlia, Julliard, 1956.- Les mensonges, Julliard, 1956. Prix des Libraires 1957.- Lempire cleste, Julliard, 1958. Prix Fmina.- Les personnages, Julliard, 1961.- Lettre moi-mme, Julliard, 1963.- Marie Mancini, Hachette, 1964. Prix Monaco 1965.- Les signes et les prodiges, Grasset, 1966.- Enterrer ton regard, Hachette, 1966.- Trois ges de la nuit, Grasset, 1968.- La maison de papier, Grasset, 1970.- Dickie-Roi, Grasset, 1970.- Le jeu du souterrain, Grasset, 1973.- Jaurais voulu jouer de laccordon, Julliard, 1975.- Allegra, Grasset, 1976.- Jeanne Guyon, Grasset, 1979.- Un chagrin damour et dailleurs, Grasset, 1981.- Le clin dil de lange, Gallimard, 1983.- Le rire de Laura, Gallimard, 1985.- La tristesse du cerf-volant, Flammarion, 1988.- Adrina Sposa, Flammarion, 1990.- Divine, Flammarion, 1991.- Les larmes, roman, Flammarion, 1993.

Franoise MALLET-JORIS - 11

Texte et analyse

Un peu dangoisse et de caf

La jeune fille un peu maigre qui passe les accessoiresLes couteaux, les bouquets, les ballons, les miroirsLa femme qui sourit avec deux dents en or qui on va passer des sabres dans le corpsSi par hasard on les regarde0n se demande quelquefoisDe quoi donc vivent ces gens-l ?

Dun peu dangoisse et de caf Beaucoup de poisse et de gat Deux ventails un matin blme Le train du soir nest pas chauff Trois tourterelles et du lam Ce soir on applaudit peine Mais de quoi vivons-nous, nous-mme ? Dun peu dangoisse et de caf...

Le noir en satin blanc qui passe lescabeauQui jette la sciure et soigne les chevauxLa mre qui soutient ses fils en pyramideEt qui sourit toujours, colossale et stupideSi par hasard on les regarde0n se demande quelquefoisMais de quoi vivent ces gens-l ?

Dun peu dangoisse et de caf Beaucoup de poisse et de gat Un soir de gloire et puis la gne Deux ventails, trois fleurs fanes Et sous les projecteurs quon aime Tant de modeste vanit mais de quoi vivons-nous, nous-mme ? Dun peu dangoisse et de caf...

Franoise MALLET-JORIS - 12

Et les cuivres chantaient lallocation-chmageLamazone au matin fait aussi le mnageLe magicien debout djeune dun oeuf durEt les cuivres chantaient le bonheur des coeurs pursSans quune seule fois on les regardeSans quon se demande pourquoiIls ont vcu, tous ces gens-l

Dun peu dangoisse et de caf Beaucoup de poisse et de gat Sous les nons glorieux et blmes Pauvres mots, instruments fausss Mais en somme on fait ce quon aime Tant pis si a na pas march Car de quoi vivons-nous, nous-mme ? Dun peu dangoisse et de caf...

Paroles : Franoise Mallet-Joris et Michel GrisoliaMusique Marie-Paule Belle All MusicMarie-Paule Belle par Franoise Mallet-Joris, Paris, Sghers, 1987,Posie et chansons, N 57 p. 84-85.

Prsentant Marie-Paule Belle dans la collection Posie et Chansons,Franoise Mallet-Joris avoue :

Jaimais la chanson, jaimais le spectacle dun amour timide.Je faisais chanter mes enfants, jcrivais des paroles sur des airsconnus, imitant mon grand-pre, chef de gare et comdienamateur qui clbrait de cette faon les ftes de famille. Un jour, Nice, je rencontrai une toute jeune femme trs brune, trs gaieet qui chantait sans cesse (p. 9). [...] Aussitt, avec lan, le dsirnaquit en moi dune chose que je navais jamais faite : de briserune solitude dcrivain parfois pesante, de retrouver le jeu, lalibert, lchange : de collaborer (p.10). Avec Michel Grisolia, le troisime larron, va commencer

Search related