Les rsistances l'innovation dans l'industrie horlogre ... rsistances l'innovation dans l'industrie horlogre des montagnes neuchteloises la fin du XIXe sicle Autor(en): Barrelet, Jean-Marc

Embed Size (px)

Text of Les rsistances l'innovation dans l'industrie horlogre ... rsistances l'innovation dans l'industrie...

  • Les rsistances l'innovation dans l'industriehorlogre des montagnes neuchteloises lafin du XIXe sicle

    Autor(en): Barrelet, Jean-Marc

    Objekttyp: Article

    Zeitschrift: Schweizerische Zeitschrift fr Geschichte = Revue suissed'histoire = Rivista storica svizzera

    Band (Jahr): 37 (1987)

    Heft 4

    Persistenter Link: http://dx.doi.org/10.5169/seals-80987

    PDF erstellt am: 30.05.2016

    NutzungsbedingungenDie ETH-Bibliothek ist Anbieterin der digitalisierten Zeitschriften. Sie besitzt keine Urheberrechte anden Inhalten der Zeitschriften. Die Rechte liegen in der Regel bei den Herausgebern.Die auf der Plattform e-periodica verffentlichten Dokumente stehen fr nicht-kommerzielle Zwecke inLehre und Forschung sowie fr die private Nutzung frei zur Verfgung. Einzelne Dateien oderAusdrucke aus diesem Angebot knnen zusammen mit diesen Nutzungsbedingungen und denkorrekten Herkunftsbezeichnungen weitergegeben werden.Das Verffentlichen von Bildern in Print- und Online-Publikationen ist nur mit vorheriger Genehmigungder Rechteinhaber erlaubt. Die systematische Speicherung von Teilen des elektronischen Angebotsauf anderen Servern bedarf ebenfalls des schriftlichen Einverstndnisses der Rechteinhaber.

    HaftungsausschlussAlle Angaben erfolgen ohne Gewhr fr Vollstndigkeit oder Richtigkeit. Es wird keine Haftungbernommen fr Schden durch die Verwendung von Informationen aus diesem Online-Angebot oderdurch das Fehlen von Informationen. Dies gilt auch fr Inhalte Dritter, die ber dieses Angebotzugnglich sind.

    Ein Dienst der ETH-BibliothekETH Zrich, Rmistrasse 101, 8092 Zrich, Schweiz, www.library.ethz.ch

    http://www.e-periodica.ch

    http://dx.doi.org/10.5169/seals-80987

  • LES RESISTANCES L'INNOVATIONDANS L'INDUSTRIE HORLOGERE

    DES MONTAGNES NEUCHTELOISES LA FIN DU XIXe SIECLE

    Par Jean-Marc Barrelet

    1. L'etat de la question

    Aujourd'hui, la plupart des historiens et des specialistes des questions del'horlogerie s'entendent pour considerer le patronat horloger du XIXe sieclecomme particulierement refractaire l'innovation. Par Opposition un capitalisme industriel entreprenant et dynamique, ouvert aux nouveautestechnologiques, les artisans horlogers sont souvent decrits comme deshommes peu ouverts au changement, individualistes et reactionnaires.Seules des crises graves, comme celle de 1876, pouvaient les inciter modifier leur conception de la produetion horlogere et envisager la transformation de leur industrie. Dans un article recent, le professeur Francois Jequier afort bien resume la question en affirmant que le peu d'empressement innover apparait comme une constante dans l'histoire des techniques del'industrie horlogere suisse; en effet seules des necessites imperieuses et desmenaces graves reussirent avoir raison de cette profonde resistance auchangement1.

    Le probleme ne peut etre resolu en se referant une mentalite horlogerebien typee. Le monde de l'horlogerie est fort complexe, les realites biendifferentes d'un atelier l'autre, d'une localite l'autre. Cette complexite estaussi due la diversite des produits, de la formation des artisans, de la taillede leur entreprise. Les resistances l'innovation ne sont pas le fait de tous leshorlogers et tous les horlogers n'eurent pas le reflexe de se cantonner dansleur travail traditionnel lorsque la question des machines fut evoquee augrand jour. Et s'il est vrai que la grande depression du dernier quart du XIXesiecle et l'apparition de la concurrence americaine provoquerent des reactions salutaires, tous les horlogers ne surent pas s'adapter au monde nouveaude la grande manufacture.

    1 F. Jequier, Le patronat horloger suisse face aux nouvelles technologies (XIXe-XXe siecles),in Bulletin du centre d'histoire economique et sociale de la region lyonnaise, 1, 1977, p. 26.

    394

  • Les resistances l'innovation se montrerent particulierement fortes dansles regions o l'horlogerie etait implantee depuis longtemps et o s'etaientconcentrees les branches les plus delicates du metier; elles eurent des consequences graves pour ces regions qui, non seulement prirent du retard sur lerythme et l'intensite de l'industrialisation, mais surtout virent cette industrialisation s'implanter dans des localites moins attachees une tradition.

    A cet egard, le cas de l'industrie horlogere des Montagnes neuchteloiseset, plus generalement, de la chaine jurassienne, est tout fait typique; carc'est probablement l que la resistance l'innovation s'est manifestee avec leplus de vigueur, quelles qu'aient ete les difficultes rencontrees et la gravite dela Situation. C'est l aussi que le debat a ete le plus pre.

    II ne peut etre question, dans le cadre d'une aussi breve etude, d'apporterdes conclusions definitives. II s'agit plutot d'une enquete prudente, car lesdocuments dont nous disposons sont rarement de premiere main. Les artisans horlogers, preferant travailler dans le secret de leurs ateliers, jaloux deleurs inventions, s'expriment rarement. Les archives d'entreprises sont rares,voire inexistantes pour les fabriques de petite taille. Lorsqu'elles existent,elles refletent dej la mentalite d'un patronat industriel, acquis l'innovationet soucieux de bien gerer son capital. De plus, pour etudier cette periode, lechercheur ne dispose pas d'appareil statistique suffisamment precis pourmesurer l'impact de l'industrialisation horlogere et le rythme de croissancede cette industrie. D'autre part nous pouvons douter de la sincerite de ceuxqui s'expriment en public, dans les journaux ou dans des rapports officiels, etqui doivent, dans ce cadre-l, mesurer la portee de leurs propos.

    2. L'exposition universelle de Philadelphie (1876)et l'avance americaine

    Le grand choc de l'innovation frappe les horlogers suisses Philadelphie,lors de la fameuse exposition du centenaire de l'independance americaine,lorsqu'ils decouvrent les fabriques americaines, principalement FAmericanWatch Co. de Waltham (Mass.) et la National Watch Co. d'Elgin (111.),veritables machines de guerre dressees contre la fabrication suisse. Ce quin'etait que rumeur devint realite concrete et nos horlogers allaient enfincomprendre le pourquoi du declin des exportations horlogeres en directiondes Etats-Unis (cf. graphique). Dans un climat de crise intense, les expertsenvoyes aux Etats-Unis allaient en fait trouver un mode de produetionhorlogere nouveau: la montre entierement fabriquee l'aide de machines,avec des pieces interchangeables usinees et assemblees dans une seule manufacture.

    395

  • 0061

    S681

    0681

    9881

    0881

    SZ8!

    0Z81

    S981

    02SOUBJJ

    3p

    SUOI|||UJ

    aujsnputj

    ap

    jaaajamuioo

    np

    assms

    uoiuna

    spspnuuB

    syoddEj

    sa[

    saidB.a

    'sauEjj

    ap

    suointui

    uajnajEA

    '0061

    1?98I

    3P

    'siuji-sibih

    xtre

    assms

    auaSopoikp

    suoiiuodxa

    saq

  • Aucun horloger suisse ne put des lors echapper la question americaineque les experts presenterent comme une question de vie ou de mort pourl'horlogerie suisse et qu'Edouard Favre-Perret, delegue officiel de la Suisse etmembre du Jury international, resume ainsi:

    L'exposition de Philadelphie presente pour nous un fait particulier qui merite d'etre signale,c'est celui que pour la premiere fois, nous nous trouvons en presence des fabricants americainsd'horlogerie Tout a ete mis en oeuvre: non seulement une exposition colossale, mais encoreune reclame excessive, et des publications sans nombre, repandues profusion, puis, etsurtout, ce qui touchait particulierement chaque consommateur, c'est le fait que, profitant del'ouverture de l'exposition, toutes les compagnies americaines s'entendirent pour faire subir leurs produits une reduction de prix de 40 50%; en fallait-il davantage pour reussir eclipseret rejeter l'arriere-plan leurs competiteurs europeens? Ces compagnies, dont plusieurs dis-posent de capitaux considerables, ne se presentaient pas avec des seulement de cequ'elles peuvent faire, mais bien plutot avec de veritables magasins. Nous voyons, parexemple, l'American Watch Comp, de Waltham, la plus grande compagnie americaine, avecune vitrine enorme, renfermant, ainsi que l'indique l'inscription suivante dont eile est ornee:2200 montres or, argent et mouvements, produits de six jours de travail dix heures par jour.Nous n'avons pas en Europe de manufacture montee sur un tel pied et pouvant, suivant lesdedarations qui nous ont ete faites par les chefs de cette compagnie, produire au besoin 425montres ou mouvements par jour.2

    II y aura bien un effet Favre-Perret, effet d'incredulite puis de rejetcomplet, car son rapport sera malgre lui largement utilise par les horlogersamericains pour leur propre publicite. Beaueoup d'horlogers interviendrontd'ailleurs aupres des autorites federales pour censurer les rapports des experts, comme Henry Grandjean, fabricant renomme du Locle, qui ecrira audirecteur du Departement des chemins de fer et du commerce:

    En parcourant le rapport qui vient de paraitre sur l'industrie horlogere l'exposition dePhiladelphie de M. Th. Gribi, j'ai constate avec surprise qu'il semble avoir fait un rapport pourla glorification de l'industrie americaine, bien plutot qu'aucun delegue suisse. M. EtiennePresident de la Societe intercantonale m'a annonce hier en m'envoyant un exemplaire durapport qu'il vous avait ecrit ce sujet pour vous prier d'en suspendre la publication, ce quej'approuve completement3.

    Theodore Gribi, membre de la commission suisse et delegue special pourl'horlogerie et les instruments de precision Philadelphie, avait dej avertiles exposants suisses en leur ecrivant depuis l'exposition:

    J'ai visite ces jours passes, en qualite d'expert pour le Jury, les produits et outils de la fabriqued'horlogerie de Walth