LOFEPACO Case Study in French
LOFEPACO Case Study in French
LOFEPACO Case Study in French
LOFEPACO Case Study in French

LOFEPACO Case Study in French

  • View
    224

  • Download
    3

Embed Size (px)

DESCRIPTION

LOFEPACO Case Study in French

Text of LOFEPACO Case Study in French

  • a project for the great lakes region of central africa

    CATALIST Burundi DR Congo RwandaCatalyze Agricultural Intensification for Social and Environmental Stability

    Case Study: LOFEPACO Des femmes du Nord Kivu joignent

    des forces pour gagner le respect

    Les soucis des femmes ntaient pas pris en considration dans la plupart des organisations des producteurs , se souvient la Coordinatrice de la Ligue des Organisations des Femmes Productrices Agricoles du Congo (LOFEPACO), Mme Victorine Vadianirya, Prsidente de lOrganisation. Dans notre culture, les femmes ne sont mme respectes quand elles ont une bonne ide, elles sont ignores parce quelles ne contribuent pas au revenu familial , explique-t-elle. Mme Vadianirya est maintenant convaincue que depuis lintensification agricole introduite par CATALIST, les hommes ont chang dattitude envers les membres de LOFEPACO en leur accordant le respect quelles mritent pour les revenus sans prcdents gnrs par ces dernires.

    LOFEPACO a t tablie en lan 2000 avec lide de crer un espace pour les femmes agricultrices de la Province du Nord Kivu en Rpublique Dmocratique du Congo, une rgion jadis dchire par la guerre. Durant la guerre, les femmes taient systmatiquement maltraites, souvent victimes de viol et autres violences perptres par les groupes rebelles. Elles taient seules, dlaisses et devaient subvenir leurs propres besoins ainsi qu ceux de leurs enfants. Malgr ces dfis, LOFEPACO a voulu

    renforcer les capacits des femmes non seulement en terme de dveloppement organisationnel, mais aussi en approfondissant leur connaissance dans lagriculture.

    Lorganisation voulait encourager la coopration des membres en partageant lexprience de terrain et des membres entre elles. LOFEPACO a cherch inclure les femmes dans les discussions sur la politique agricole dans le dveloppement agricole rural. La rapidit de la croissance de la Ligue avec aujourdhui 12 organisations membres et presque 20.000 membres tmoigne de son utilit. Plus que toute autre organisation, LOFEPACO reprsente, dfend et promeut les intrts des femmes agricultrices.

    Une des faons de renforcer les capacits des femmes est la formation en leadership qui dure 7 mois. Les femmes leaders se rencontrent au sein des cercles de rflexion et daction o elles sont libres de discuter de leur exprience et dchanger des informations.

    Laugmentation de la production provoque un besoin en micro-crditTraditionnellement, les femmes lEst de la RDC cultivent principalement pour la consommation de leurs propres familles,

    Julienne Malikidogo Rivano, Prsidente Honoraire et Kavugho Dyphrose, membre de la commission de contrle de LOFEPACO la station de dmonstration de la pratique dlevage de Mandimba o les poules font partie des espces animales promues.

  • sans but de vendre le surplus de rcolte au march. Cependant, en travaillant avec CATALIST, la LOFEPACO a fourni aux femmes lopportunit de faire pratiquer une agriculture intensive en appliquant la Gestion Integree de la Fertilite du Sol (GIFS). Avant, la production dune surface de 0,2 ha ne servait que pour nourrir une famille. A prsent, ces mmes 0,2 ha produisent lquivalent de tout ce qui tait produit auparavant sur tout un hectare sans engrais , dit Mme Vadianirya. La GIFS ft pratique lorsde la saison 200A et la production de 2T/ha est rapidement passe 6T/ha. Lors de la saison 2009A, le rendement maximal a mme atteint les 8 tonnes par hectare. Cest ainsi que beaucoup de ceux qui ne sintressaient pas lagriculture, y compris les dmobiliss et les jeunes, ont dcid dinvestir en voyant les bnfices dune agriculture intensifie, explique Madeleine Masika, Presidente du Farm Group de CATALIST Kyatenga.

    Bien que les femmes aient russi produire plus dans le pass, elles nont jamais pu obtenir un crdit

    indpendamment de leurs maris. La majorit des institutions de micro-finance (IMF) exigeaient que la signature des hommes soit prsente sur les demandes, cot de celles des femmes. En reconnaissance au grand besoin daccs au crdit par les femmes, les membres de LOFEPACO ont fond la Caisse dEpargne et de Crdit Agricole pour les Femmes Paysannes (CECAFEP) en 2006. Tous les biens considrs collatraux, c.--d. les machines, la terre, les voitures appartenaient aux maris , explique Vadianirya.

    De mme, LOFEPACO voulait dvelopper une culture dpargne parmi ses membres. Jusquen ce moment, les femmes pargnaient de faon informelle, en cachant leur argent jusqu ce quelles en aient assez pour un achat ventuel ou pour les temps durs. Cette mthode non scurise les rendait vulnrables aux vols, pertes ou mme parfois leurs

    maris qui avaient dautres ides de comment dpenser cet argent.

    La premire exprience de LOFEPACO avec une microfinance a eu lieu lorsquun bailleur a donn des fonds pour un systme de crdit en rotation. Le fait que les fonds venaient dun bailleur a dcourag les emprunteurs de rembourser leurs prts. Malgr cette exprience ngative, le besoin de crdit tait toujours l et lorganisation tait dtermine apprendre des erreurs passes.

    Avant que la CECAFEP commence dbourser des fonds, les dirigeantes de lorganisation ont sensibilis leurs membres sur le fonctionnement des IMF. Durant des runions de prparation, le personnel administratif de LOFEPACO a insist sur le fait que les crdits ntaient pas des dons et quil fallait rembourser, sinon il ny aurait plus de fonds prter. Une autre diffrence majeure fut que tous les membres savaient que CECAFEP navait pas t cre avec largent des bailleurs de fonds, mais que les fonds avaient plutt t acquis travers les

    contributions durement gagn des membres. Tout membre

    intress joindre la CECAFEP devait

    payer des frais

    Victorine Vadianirya, Prsidente de LOFEPACO; Kavugho Dyphrose

    et Julienne Malikidogo Rivano entrain de regarder des lapins faisant partie des espces produites la station de production des gniteurs de Mandimba, avec lappui de deux ONG belges - VECO et Vtrinaires

    Sans Frontires.

  • dadhsion dun dollar et avec les 3.758 participants, CECAFEP a acquis assez de fonds pour commencer dbourser des prts lintention de ses membres.

    Les femmes ont pris les crdits srieusementDe petits crdits d peu prs 50$ pour une priode de six mois ont permis aux femmes du Grand Nord de faire du commerce, dacheter des semences et autres intrants. Les dcisions relatives loctroi de crdits sont prises sur base de leur pargne. Les femmes sont libres de rembourser en tranches ou de payer la fin de la priode du crdit. Dans certains cas spciaux, la priode de remboursement peut tre tendue sur six autres mois.

    Aujourdhui nos membres sont contentes parce que la CECAFEP les a aides rsoudre certains de leurs problmes , dit Florence Kavira Tamuwite, comptable de LOFEPACO. Malgr les dfis auxquels elles font face au quotidien, 86% des prts ont

    t rembours. Elles comprennent que cest leur argent et elles veulent le garder , explique Julienne M. Rivhano, Prsidente Honoraire de LOFEPACO.

    Avec les fonds accumuls, la LOFEPACO essaie de faciliter la capacit de ses membres monter les chelons de la chane de valeur et gagner plus de revenus pour ses membres. Petit petit, lorganisation sest procur un terrain o se tiennent les journes champtres. Ces champs de dmonstration servent la pratique de lintensification agricole sur le mas et les pommes de terre. Ils enseignent galement aux femmes comment augmenter leurs revenus et ainsi les protines dont ils ont tant besoin dans leur rgime alimentaire en levant les chvres, les poules, les lapins et les cochons. A ce jour, 400 femmes apprennent llevage sous la supervision dun vtrinaire.

    Un pas en avant dans le partenariat LOFEPACO-CATALISTBeaucoup des productrices membres de LOFEPACO sont vritablement convaincues que les engrais ont sauv leurs mariages , sexprime Dr Henk Breman, Chef de Projet CATALIST et promoteur de la GIFS. Laugmentation des rendements grce lapplication de cette technologie a aid beaucoup de nos membres gagner le respect de leurs poux. Et nous voulons voir davantage de productrices diriger le processus de lintensification agricole dans le pays , ajoute Mme Vadianirya.

    Afin de renforcer les capacits des femmes, CATALIST a accept de prendre en main le financement du programme de formation des formateurs LOFEPACO, lorsque le financement de Agriterra, une ONG hollandaise vint bout en fin de 2009. Un module dintensification agricole sera ajout aux modules enseigns au Centre de

    Des membres du Comit Excutif de la LOFEPACO et quelques membres du personnel partagent leur bonheur et

    satisfaction face aux succs accomplis par leur groupe.

  • This brochure is a publication of the IFDC-implemented CATALIST Project. | www.ifdc-catalist.org | ifdcrwanda@ifdc.orgFunding is generously provided by the Netherlands Directorate-General for Development Cooperation (DGIS).

    IFDC Rwanda730, Kimihurura II Gasabo DistrictP. O. Box 6758, KigaliOffice: +250 255 10 42 11

    IFDC Burundi3 - Bweru Street Rohero IIP. O. Box 1995, BujumburaTelephone: +257 22 25 78 75 +257 22 27 35 66

    IFDC CongoQ. Himbi, GomaTelephone: +243 813 134 697

    Rue Mgr KATALIKO n295Ville de Butembo, North KivuTelephone: +243 99 75 85 105 +243 81 47 40 446

    PROJECT HEADQUARTERS BURUNDI OFFICE DRC OFFICE LOFEPACO

    CATALIST

    Formation de Mandimba pour une plus large externalisation de limpact de CATALIST. Nous anticipons que davantage de femmes joueront un rle catalyseur dans la propagation de pratiques culturales modernes dans la rgion. De cette facon, lintroduction de femmes formatrices Mandimba sera une des principales realisations du partenariat entre LOFEPACO et CATALIST , conclut Samson Chirhuza, Coordonateur National de lIFDC en RDC.

    Le warrantage pour