of 24/24
Etude d’un ensemble documentaire Sujet : L’eau, une ressource vitale et durable pour la Libye ? Document 1 Document 2

Etude d’un ensemble documentaire Sujet : L’eau, une ressource vitale et durable pour la Libye ?

  • View
    14

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Etude d’un ensemble documentaire Sujet : L’eau, une ressource vitale et durable pour la Libye ?. Document 1. Document 2. 3 La Grande Rivière Artificielle  Amy Otchet, journaliste au Courrier de l’UNESCO . - PowerPoint PPT Presentation

Text of Etude d’un ensemble documentaire Sujet : L’eau, une ressource vitale et durable pour la Libye ?

  • Etude dun ensemble documentaire

    Sujet : Leau, une ressource vitale et durable pour la Libye ?Document 1Document 2

  • 3 La Grande Rivire ArtificielleAmy Otchet, journaliste au Courrier de lUNESCO.Des annes peuvent passer sans que tombe une seule averse sur le Sahara libyen, lun des dserts les plus inhospitaliers du monde, couvrant 90% du pays. Des plaques de grs brlantes, plates et craqueles y cdent la place des dunes rides par le vent, seule touche de douceur dans un paysage aride o un arbre rabougri rayonne par le seul dfi de sa survie. Sous cette crote de terre cuite au soleil, il y a de leau. Dernier filet dun oued presque tari? Non. Des rserves deau phnomnales, infiltres dans quatre formations aquifres grseuses: elles pourraient remplir une piscine profonde de plusieurs centaines de mtres et grande comme... lAllemagne. Ces nappes sont lhritage liquide dun climat disparu. Il y a environ 10 000 ans, le dsert du Sahara tait une savane verdoyante, peuple de crocodiles, de girafes et dlphants. Des forts tropicales recouvraient les montagnes et, dans les plaines, les hommes du nolithique moissonnaient une sorte de bl. Des pluies abondantes remplissaient les fleuves et les lacs. Elles sinfiltraient aussi sous terre, saturant les couches de grs jusquau moment o elles rendaient leau. Au fond de ces nappes, dont la profondeur atteint parfois quatre kilomtres, se trouve de leau vieille de plusieurs millions dannes. Il subsiste peu de chose de cette priode verte. Il y a environ 3000 ans, un brusque changement climatique a chass les pluies. Pendant des millnaires, les nappes aquifres sont presque restes intactes. Selon les scientifiques, peu deau y est entre ou en est sortie. Aujourdhui, la plupart des Libyens boivent ces eaux fossiles dune extraordinaire puret. Les autorits de Tripoli ont ouvert les premiers robinets du Projet de la Grande Rivire artificielle (PGRA) en 1991. Considre comme la plus gigantesque entreprise de gnie civil du monde, la Grande Rivire est encore en chantier. Mais dj, un demi-million de mtres cubes deau coulent chaque jour dans deux normes pipelines souterrains qui relient les aires de forage en plein dsert la bande ctire o vit 90% de la population. La dcouverte des immenses ressources ptrolires du pays au milieu des annes 60 a conduit les gologues explorer les rserves aquifres, parce que les forages ptroliers exigent de leau. Mais un changement dchelle sest produit dans les annes 70, au moment du boom ptrolier: laugmentation de la population (de 1,5 million 5 millions dhabitants aujourdhui) et de son niveau de vie ont fait planer la menace dune crise de leau.

  • Les autorits avaient de quoi redouter une baisse du niveau des nappes phratiques, attaques de surcrot par la Mditerrane. Une guerre dusure a lieu entre la terre et la mer, toujours affame de nouveaux territoires. Les nappes phratiques renforcent la rsistance de la terre aux assauts de la mer. Une baisse brutale de leur niveau invite donc ouvertement leau de mer sengouffrer dans le sous-sol. Aujourdhui, elle infiltre chaque anne 100 mtres de terrain supplmentaires. Ce flux sal contamine leau douce restante et ravage la mince couche ocre du sol : les racines des orangers sont si gorges de sel que beaucoup ne donnent plus quun fruit vert de la taille dune balle de ping-pong. Aprs avoir soupes les diverses options, le gouvernement a exclu le dessalement, jug trop cher et trop risqu. Avec daussi fabuleuses rserves sous le Sahara (estimes trs grossirement 120 000 kilomtres cubes), il fallait soit amener la population leau, soit leau la population. Comme la vie dans le dsert tentait peu de familles, le gouvernement a choisi la seconde solution en 1983 : il a commenc construire la Grande Rivire artificielle, la fois vante en Libye comme la huitime merveille du monde et raille comme le rve chimrique du colonel Kadhafi. On pourrait paver une route de Tripoli Bombay avec les cinq millions de tonnes de ciment qui ont servi fabriquer les pipelines, longs au total de 3 500 kilomtres. Si lon transposait ce rseau en Europe, le pipeline commencerait au sud de la Suisse, traverserait lAllemagne, poursuivrait en Pologne et obliquerait vers louest jusquau nord de lEcosse. Il faut en moyenne neuf jours chaque goutte deau pour aller des aires de forage sahariennes jusqu la cte.

  • 4 Les rsultats de La GRAAmy Otchet, journaliste au Courrier de lUNESCO.La Libye puise dans des nappes souterraines fossiles situes certaines de ses frontires, puisant ainsi dans les rserves aquifres des pays voisins (Algrie,Niger, Tchad et Egypte). Deux problmes majeurs se posent alors: il y a pour commencer un risque important dabaissement du Fezzan et du Nil ainsi que de leurs nappes aquifres (du fait des pompages excessifs) ce qui mettrait en grande difficult ces pays dont la population vit grce ces fleuves, mais aussi le fait quils nont pas pour objectif la gestion de leau et nont pas non plus les moyens de sen proccuper.La Grande Rivire ne coule quau dixime environ de sa capacit pour satisfaire les besoins de la population de la cte. LEtat doit maintenant dcider de lutilisation du reste. Doit-il le consacrer entirement de vastes plans dirrigation, ou satisfaire dabord les besoins en eau potable (avec des mesures anti-gaspillage) et ceux de lindustrie, qui en consomme beaucoup moins que lagriculture? Officiellement, la grande priorit est lagriculture. Dans les 50 prochaines annes, le projet devrait fournir environ six millions de mtres cubes deau par jour, dont 75 80% iraient aux fermes, prcise le ministre de lAgriculture Ali Guima. Lesprance de vie de tout grand projet dinfrastructure est denviron 50 ans. Les nappes aquifres ne seront alors pas sec mais risquent dtre bien plus difficiles pomper. Dans les deux ou trois prochaines annes, prcise-t-il, nous projetons dajouter 150 000 hectares lactuelle superficie irrigue, qui est de 500 000 hectares environ. Les fruits et lgumes ne manquent pas en Libye, qui doit cependant compter sur les importations pour satisfaire 60% de sa demande intrieure de bl et dorge. Afin de rtablir lquilibre, des fermes parraines par lEtat commencent se multiplier autour de Syrte, la ville natale du colonel Kadhafi, et de Benghazi. Les terres plates qui entourent Benghazi donnent limage parfaite dune immense plaine bl. La surface rouge du sol est laboure avec soin, et les coupoles blanches des rservoirs deau couronnent chacune des 520 nouvelles fermes que lEtat se prpare pratiquement donner: 2000 dinars seulement pour 10 hectares (1000 dollars au taux de change du march noir). La Grande Rivire artificielle coule tout prs, passant par deux bassins grands comme un terrain de football.

  • Labondance apparente de leau dirrigation fait oublier quon est en zone aride, o leau svapore des taux de 40 60%. La moiti de toute celle quon utilise aujourdhui pour lirrigation est perdue, estime Ayad S. Kaal, hydrogologue au Centre de recherche sur lagriculture. Il espre que les agriculteurs apprendront utiliser des techniques plus efficaces, comme lirrigation au goutte goutte. La dcision dinvestir dans lagriculture laisse de nombreux experts occidentaux perplexes. Puisquil y a actuellement trop de crales sur le march international, pourquoi ne pas importer du bl et conomiser le prcieux liquide pour lindustrie, qui en utilise moins et cre des emplois mieux pays ? Acheter du bl ltranger coterait moins cher, bien sr, rpond Ibrahim Salem Haffala, conomiste au Centre de recherche agricole. Mais sil y avait un autre embargo sur ce produit ? Les principes conomiques occidentaux, poursuit-il, ne tiennent pas compte du contexte politique et culturel. Les autorits admettront peut-tre bientt ce que les experts comme Philippe Pallas considrent comme vident, en se rfrant aux projections effectues avec lAutorit gnrale des eaux libyennes: Il faudrait la Libye deux ou trois Grandes Rivires artificielles pour tre autosuffisante en agriculture. En 2025, la population du pays devrait compter quelque 12 millions dhabitants (non-nationaux compris), et les besoins en eau des mnages absorberont environ 55% du dbit total de la Grande Rivire. Mme si lon consacrait exclusivement lagriculture toute leau restante (celle du PGRA, celle des sources renouvelables et leau recycle), la Libye aurait besoin, malgr tout, dimporter prs de la moiti de son alimentation. Premire partie: Etude des documents1. Pourquoi leau est-elle une ressource vitale pour la Libye? (doc. 1-3)2. Quels amnagements sont raliss ou en cours de ralisation afin dexploiter cette ressource? (doc.1-3) 3. Les objectifs escompts par lEtat libyen ont-ils t atteints? (doc. 2-4)4. Quels risques sont lis lexploitation de leau du dsert? (doc. 4)Deuxime partie: rdiger une rponse organiseEn vous appuyant sur les rponses aux questions, sur le contenu des documents et vos connaissances, rdigez une rponse organisant sur le sujet suivant: Leau, une ressource vitale et durable pour la Libye?

  • Comme toutes les rponses aux questions se trouvent dans les documents, je surligne dans les textes ce qui correspond chacune dentre elles.1. Pourquoi leau est-elle une ressource vitale pour la Libye? (doc. 1-3)

  • 3 La Grande Rivire ArtificielleAmy Otchet, journaliste au Courrier de lUNESCO.Des annes peuvent passer sans que tombe une seule averse sur le Sahara libyen, lun des dserts les plus inhospitaliers du monde, couvrant 90% du pays. Des plaques de grs brlantes, plates et craqueles y cdent la place des dunes rides par le vent, seule touche de douceur dans un paysage aride o un arbre rabougri rayonne par le seul dfi de sa survie. Sous cette crote de terre cuite au soleil, il y a de leau. Dernier filet dun oued presque tari? Non. Des rserves deau phnomnales, infiltres dans quatre formations aquifres grseuses: elles pourraient remplir une piscine profonde de plusieurs centaines de mtres et grande comme... lAllemagne. Ces nappes sont lhritage liquide dun climat disparu. Il y a environ 10 000 ans, le dsert du Sahara tait une savane verdoyante, peuple de crocodiles, de girafes et dlphants. Des forts tropicales recouvraient les montagnes et, dans les plaines, les hommes du nolithique moissonnaient une sorte de bl. Des pluies abondantes remplissaient les fleuves et les lacs. Elles sinfiltraient aussi sous terre, saturant les couches de grs jusquau moment o elles rendaient leau. Au fond de ces nappes, dont la profondeur atteint parfois quatre kilomtres, se trouve de leau vieille de plusieurs millions dannes. Il subsiste peu de chose de cette priode verte. Il y a environ 3000 ans, un brusque changement climatique a chass les pluies. Pendant des millnaires, les nappes aquifres sont presque restes intactes. Selon les scientifiques, peu deau y est entre ou en est sortie. Aujourdhui, la plupart des Libyens boivent ces eaux fossiles dune extraordinaire puret. Les autorits de Tripoli ont ouvert les premiers robinets du Projet de la Grande Rivire artificielle (PGRA) en 1991. Considre comme la plus gigantesque entreprise de gnie civil du monde, la Grande Rivire est encore en chantier. Mais dj, un demi-million de mtres cubes deau coulent chaque jour dans deux normes pipelines souterrains qui relient les aires de forage en plein dsert la bande ctire o vit 90% de la population. La dcouverte des immenses ressources ptrolires du pays au milieu des annes 60 a conduit les gologues explorer les rserves aquifres, parce que les forages ptroliers exigent de leau. Mais un changement dchelle sest produit dans les annes 70, au moment du boom ptrolier: laugmentation de la population (de 1,5 million 5 millions dhabitants aujourdhui) et de son niveau de vie ont fait planer la menace dune crise de leau.

  • Les autorits avaient de quoi redouter une baisse du niveau des nappes phratiques, attaques de surcrot par la Mditerrane. Une guerre dusure a lieu entre la terre et la mer, toujours affame de nouveaux territoires. Les nappes phratiques renforcent la rsistance de la terre aux assauts de la mer. Une baisse brutale de leur niveau invite donc ouvertement leau de mer sengouffrer dans le sous-sol. Aujourdhui, elle infiltre chaque anne 100 mtres de terrain supplmentaires. Ce flux sal contamine leau douce restante et ravage la mince couche ocre du sol : les racines des orangers sont si gorges de sel que beaucoup ne donnent plus quun fruit vert de la taille dune balle de ping-pong. Aprs avoir soupes les diverses options, le gouvernement a exclu le dessalement, jug trop cher et trop risqu. Avec daussi fabuleuses rserves sous le Sahara (estimes trs grossirement 120 000 kilomtres cubes), il fallait soit amener la population leau, soit leau la population. Comme la vie dans le dsert tentait peu de familles, le gouvernement a choisi la seconde solution en 1983 : il a commenc construire la Grande Rivire artificielle, la fois vante en Libye comme la huitime merveille du monde et raille comme le rve chimrique du colonel Kadhafi. On pourrait paver une route de Tripoli Bombay avec les cinq millions de tonnes de ciment qui ont servi fabriquer les pipelines, longs au total de 3 500 kilomtres. Si lon transposait ce rseau en Europe, le pipeline commencerait au sud de la Suisse, traverserait lAllemagne, poursuivrait en Pologne et obliquerait vers louest jusquau nord de lEcosse. Il faut en moyenne neuf jours chaque goutte deau pour aller des aires de forage sahariennes jusqu la cte.

  • Comme toutes les rponses aux questions se trouvent dans les documents, je surligne dans les textes ce qui correspond chacune dentre elles.1. Pourquoi leau est-elle une ressource vitale pour la Libye? (doc. 1-3)2. Quels amnagements sont raliss ou en cours de ralisation afin dexploiter cette ressource? (doc.1-3)

  • 3 La Grande Rivire ArtificielleAmy Otchet, journaliste au Courrier de lUNESCO.Des annes peuvent passer sans que tombe une seule averse sur le Sahara libyen, lun des dserts les plus inhospitaliers du monde, couvrant 90% du pays. Des plaques de grs brlantes, plates et craqueles y cdent la place des dunes rides par le vent, seule touche de douceur dans un paysage aride o un arbre rabougri rayonne par le seul dfi de sa survie. Sous cette crote de terre cuite au soleil, il y a de leau. Dernier filet dun oued presque tari? Non. Des rserves deau phnomnales, infiltres dans quatre formations aquifres grseuses: elles pourraient remplir une piscine profonde de plusieurs centaines de mtres et grande comme... lAllemagne. Ces nappes sont lhritage liquide dun climat disparu. Il y a environ 10 000 ans, le dsert du Sahara tait une savane verdoyante, peuple de crocodiles, de girafes et dlphants. Des forts tropicales recouvraient les montagnes et, dans les plaines, les hommes du nolithique moissonnaient une sorte de bl. Des pluies abondantes remplissaient les fleuves et les lacs. Elles sinfiltraient aussi sous terre, saturant les couches de grs jusquau moment o elles rendaient leau. Au fond de ces nappes, dont la profondeur atteint parfois quatre kilomtres, se trouve de leau vieille de plusieurs millions dannes. Il subsiste peu de chose de cette priode verte. Il y a environ 3000 ans, un brusque changement climatique a chass les pluies. Pendant des millnaires, les nappes aquifres sont presque restes intactes. Selon les scientifiques, peu deau y est entre ou en est sortie. Aujourdhui, la plupart des Libyens boivent ces eaux fossiles dune extraordinaire puret. Les autorits de Tripoli ont ouvert les premiers robinets du Projet de la Grande Rivire artificielle (PGRA) en 1991. Considre comme la plus gigantesque entreprise de gnie civil du monde, la Grande Rivire est encore en chantier. Mais dj, un demi-million de mtres cubes deau coulent chaque jour dans deux normes pipelines souterrains qui relient les aires de forage en plein dsert la bande ctire o vit 90% de la population. La dcouverte des immenses ressources ptrolires du pays au milieu des annes 60 a conduit les gologues explorer les rserves aquifres, parce que les forages ptroliers exigent de leau. Mais un changement dchelle sest produit dans les annes 70, au moment du boom ptrolier: laugmentation de la population (de 1,5 million 5 millions dhabitants aujourdhui) et de son niveau de vie ont fait planer la menace dune crise de leau.

  • Les autorits avaient de quoi redouter une baisse du niveau des nappes phratiques, attaques de surcrot par la Mditerrane. Une guerre dusure a lieu entre la terre et la mer, toujours affame de nouveaux territoires. Les nappes phratiques renforcent la rsistance de la terre aux assauts de la mer. Une baisse brutale de leur niveau invite donc ouvertement leau de mer sengouffrer dans le sous-sol. Aujourdhui, elle infiltre chaque anne 100 mtres de terrain supplmentaires. Ce flux sal contamine leau douce restante et ravage la mince couche ocre du sol : les racines des orangers sont si gorges de sel que beaucoup ne donnent plus quun fruit vert de la taille dune balle de ping-pong. Aprs avoir soupes les diverses options, le gouvernement a exclu le dessalement, jug trop cher et trop risqu. Avec daussi fabuleuses rserves sous le Sahara (estimes trs grossirement 120 000 kilomtres cubes), il fallait soit amener la population leau, soit leau la population. Comme la vie dans le dsert tentait peu de familles, le gouvernement a choisi la seconde solution en 1983 : il a commenc construire la Grande Rivire artificielle, la fois vante en Libye comme la huitime merveille du monde et raille comme le rve chimrique du colonel Kadhafi. On pourrait paver une route de Tripoli Bombay avec les cinq millions de tonnes de ciment qui ont servi fabriquer les pipelines, longs au total de 3 500 kilomtres. Si lon transposait ce rseau en Europe, le pipeline commencerait au sud de la Suisse, traverserait lAllemagne, poursuivrait en Pologne et obliquerait vers louest jusquau nord de lEcosse. Il faut en moyenne neuf jours chaque goutte deau pour aller des aires de forage sahariennes jusqu la cte.

  • Comme toutes les rponses aux questions se trouvent dans les documents, je surligne dans les textes ce qui correspond chacune dentre elles.1. Pourquoi leau est-elle une ressource vitale pour la Libye? (doc. 1-3)2. Quels amnagements sont raliss ou en cours de ralisation afin dexploiter cette ressource? (doc.1-3)3. Les objectifs escompts par lEtat libyen ont-ils t atteints? (doc. 2-4)

  • 4 Les rsultats de La GRAAmy Otchet, journaliste au Courrier de lUNESCO.La Libye puise dans des nappes souterraines fossiles situes certaines de ses frontires, puisant ainsi dans les rserves aquifres des pays voisins (Algrie,Niger, Tchad et Egypte). Deux problmes majeurs se posent alors: il y a pour commencer un risque important dabaissement du Fezzan et du Nil ainsi que de leurs nappes aquifres (du fait des pompages excessifs) ce qui mettrait en grande difficult ces pays dont la population vit grce ces fleuves, mais aussi le fait quils nont pas pour objectif la gestion de leau et nont pas non plus les moyens de sen proccuper.La Grande Rivire ne coule quau dixime environ de sa capacit pour satisfaire les besoins de la population de la cte. LEtat doit maintenant dcider de lutilisation du reste. Doit-il le consacrer entirement de vastes plans dirrigation, ou satisfaire dabord les besoins en eau potable (avec des mesures anti-gaspillage) et ceux de lindustrie, qui en consomme beaucoup moins que lagriculture? Officiellement, la grande priorit est lagriculture. Dans les 50 prochaines annes, le projet devrait fournir environ six millions de mtres cubes deau par jour, dont 75 80% iraient aux fermes, prcise le ministre de lAgriculture Ali Guima. Lesprance de vie de tout grand projet dinfrastructure est denviron 50 ans. Les nappes aquifres ne seront alors pas sec mais risquent dtre bien plus difficiles pomper. Dans les deux ou trois prochaines annes, prcise-t-il, nous projetons dajouter 150 000 hectares lactuelle superficie irrigue, qui est de 500 000 hectares environ. Les fruits et lgumes ne manquent pas en Libye, qui doit cependant compter sur les importations pour satisfaire 60% de sa demande intrieure de bl et dorge. Afin de rtablir lquilibre, des fermes parraines par lEtat commencent se multiplier autour de Syrte, la ville natale du colonel Kadhafi, et de Benghazi. Les terres plates qui entourent Benghazi donnent limage parfaite dune immense plaine bl. La surface rouge du sol est laboure avec soin, et les coupoles blanches des rservoirs deau couronnent chacune des 520 nouvelles fermes que lEtat se prpare pratiquement donner: 2000 dinars seulement pour 10 hectares (1000 dollars au taux de change du march noir). La Grande Rivire artificielle coule tout prs, passant par deux bassins grands comme un terrain de football.

  • Labondance apparente de leau dirrigation fait oublier quon est en zone aride, o leau svapore des taux de 40 60%. La moiti de toute celle quon utilise aujourdhui pour lirrigation est perdue, estime Ayad S. Kaal, hydrogologue au Centre de recherche sur lagriculture. Il espre que les agriculteurs apprendront utiliser des techniques plus efficaces, comme lirrigation au goutte goutte. La dcision dinvestir dans lagriculture laisse de nombreux experts occidentaux perplexes. Puisquil y a actuellement trop de crales sur le march international, pourquoi ne pas importer du bl et conomiser le prcieux liquide pour lindustrie, qui en utilise moins et cre des emplois mieux pays ? Acheter du bl ltranger coterait moins cher, bien sr, rpond Ibrahim Salem Haffala, conomiste au Centre de recherche agricole. Mais sil y avait un autre embargo sur ce produit ? Les principes conomiques occidentaux, poursuit-il, ne tiennent pas compte du contexte politique et culturel. Les autorits admettront peut-tre bientt ce que les experts comme Philippe Pallas considrent comme vident, en se rfrant aux projections effectues avec lAutorit gnrale des eaux libyennes: Il faudrait la Libye deux ou trois Grandes Rivires artificielles pour tre autosuffisante en agriculture. En 2025, la population du pays devrait compter quelque 12 millions dhabitants (non-nationaux compris), et les besoins en eau des mnages absorberont environ 55% du dbit total de la Grande Rivire. Mme si lon consacrait exclusivement lagriculture toute leau restante (celle du PGRA, celle des sources renouvelables et leau recycle), la Libye aurait besoin, malgr tout, dimporter prs de la moiti de son alimentation.

  • Comme toutes les rponses aux questions se trouvent dans les documents, je surligne dans les textes ce qui correspond chacune dentre elles.1. Pourquoi leau est-elle une ressource vitale pour la Libye? (doc. 1-3)2. Quels amnagements sont raliss ou en cours de ralisation afin dexploiter cette ressource? (doc.1-3)3. Les objectifs escompts par lEtat libyen ont-ils t atteints? (doc. 2-4)4. Quels risques sont lis lexploitation de leau du dsert? (doc. 4)

  • 4 Les rsultats de La GRAAmy Otchet, journaliste au Courrier de lUNESCO.La Libye puise dans des nappes souterraines fossiles situes certaines de ses frontires, puisant ainsi dans les rserves aquifres des pays voisins (Algrie,Niger, Tchad et Egypte). Deux problmes majeurs se posent alors: il y a pour commencer un risque important dabaissement du Fezzan et du Nil ainsi que de leurs nappes aquifres (du fait des pompages excessifs) ce qui mettrait en grande difficult ces pays dont la population vit grce ces fleuves, mais aussi le fait quils nont pas pour objectif la gestion de leau et nont pas non plus les moyens de sen proccuper.La Grande Rivire ne coule quau dixime environ de sa capacit pour satisfaire les besoins de la population de la cte. LEtat doit maintenant dcider de lutilisation du reste. Doit-il le consacrer entirement de vastes plans dirrigation, ou satisfaire dabord les besoins en eau potable (avec des mesures anti-gaspillage) et ceux de lindustrie, qui en consomme beaucoup moins que lagriculture? Officiellement, la grande priorit est lagriculture. Dans les 50 prochaines annes, le projet devrait fournir environ six millions de mtres cubes deau par jour, dont 75 80% iraient aux fermes, prcise le ministre de lAgriculture Ali Guima. Lesprance de vie de tout grand projet dinfrastructure est denviron 50 ans. Les nappes aquifres ne seront alors pas sec mais risquent dtre bien plus difficiles pomper. Dans les deux ou trois prochaines annes, prcise-t-il, nous projetons dajouter 150 000 hectares lactuelle superficie irrigue, qui est de 500 000 hectares environ. Les fruits et lgumes ne manquent pas en Libye, qui doit cependant compter sur les importations pour satisfaire 60% de sa demande intrieure de bl et dorge. Afin de rtablir lquilibre, des fermes parraines par lEtat commencent se multiplier autour de Syrte, la ville natale du colonel Kadhafi, et de Benghazi. Les terres plates qui entourent Benghazi donnent limage parfaite dune immense plaine bl. La surface rouge du sol est laboure avec soin, et les coupoles blanches des rservoirs deau couronnent chacune des 520 nouvelles fermes que lEtat se prpare pratiquement donner : 2000 dinars seulement pour 10 hectares (1000 dollars au taux de change du march noir). La Grande Rivire artificielle coule tout prs, passant par deux bassins grands comme un terrain de football.

  • Labondance apparente de leau dirrigation fait oublier quon est en zone aride, o leau svapore des taux de 40 60%. La moiti de toute celle quon utilise aujourdhui pour lirrigation est perdue, estime Ayad S. Kaal, hydrogologue au Centre de recherche sur lagriculture. Il espre que les agriculteurs apprendront utiliser des techniques plus efficaces, comme lirrigation au goutte goutte. La dcision dinvestir dans lagriculture laisse de nombreux experts occidentaux perplexes. Puisquil y a actuellement trop de crales sur le march international, pourquoi ne pas importer du bl et conomiser le prcieux liquide pour lindustrie, qui en utilise moins et cre des emplois mieux pays ? Acheter du bl ltranger coterait moins cher, bien sr, rpond Ibrahim Salem Haffala, conomiste au Centre de recherche agricole. Mais sil y avait un autre embargo sur ce produit ? Les principes conomiques occidentaux, poursuit-il, ne tiennent pas compte du contexte politique et culturel. Les autorits admettront peut-tre bientt ce que les experts comme Philippe Pallas considrent comme vident, en se rfrant aux projections effectues avec lAutorit gnrale des eaux libyennes: Il faudrait la Libye deux ou trois Grandes Rivires artificielles pour tre autosuffisante en agriculture. En 2025, la population du pays devrait compter quelque 12 millions dhabitants (non-nationaux compris), et les besoins en eau des mnages absorberont environ 55% du dbit total de la Grande Rivire. Mme si lon consacrait exclusivement lagriculture toute leau restante (celle du PGRA, celle des sources renouvelables et leau recycle), la Libye aurait besoin, malgr tout, dimporter prs de la moiti de son alimentation.

  • 1. Pourquoi leau est-elle une ressource vitale pour la Libye? (doc. 1-3)Des annes peuvent passer sans que tombe une seule averse sur le Sahara libyen, lun des dserts les plus inhospitaliers du monde, couvrant 90% du pays.laugmentation de la population (de 1,5 million 5 millions dhabitants aujourdhui) et de son niveau de vie ont fait planer la menace dune crise de leau.Les autorits avaient de quoi redouter une baisse du niveau des nappes phratiques, attaques de surcrot par la Mditerrane. Une guerre dusure a lieu entre la terre et la mer, toujours affame de nouveaux territoires. Les nappes phratiques renforcent la rsistance de la terre aux assauts de la mer. Une baisse brutale de leur niveau invite donc ouvertement leau de mer sengouffrer dans le sous-sol. Aujourdhui, elle infiltre chaque anne 100 mtres de terrain supplmentaires. Ce flux sal contamine leau douce restante et ravage la mince couche ocre du sol : les racines des orangers sont si gorges de sel que beaucoup ne donnent plus quun fruit vert de la taille dune balle de ping-pong.

  • 2. Quels amnagements sont raliss ou en cours de ralisation afin dexploiter cette ressource? (doc.1-3)Sous cette crote de terre cuite au soleil, il y a de leau. Des rserves deau phnomnales, infiltres dans quatre formations aquifres, profondes de plusieurs centaines de mtres et grande comme... lAllemagne. Au fond de ces nappes, dont la profondeur atteint parfois quatre kilomtres, se trouve de leau vieille de plusieurs millions dannes. Les autorits de Tripoli ont ouvert les premiers robinets du Projet de la Grande Rivire artificielle (PGRA) en 1991. Considre comme la plus gigantesque entreprise de gnie civil du monde, la Grande Rivire est encore en chantier. Aprs avoir soupes les diverses options, le gouvernement a exclu le dessalement, jug trop cher et trop risqu. Avec daussi fabuleuses rserves sous le Sahara (estimes trs grossirement 120 000 kilomtres cubes), il fallait soit amener la population leau, soit leau la population. Comme la vie dans le dsert tentait peu de familles, le gouvernement a choisi la seconde solution. Actuellement, il existe deux pipelines longs au total de 3 500 kilomtres, qui relient le dsert de Libye aux villes de Syrte et Benghazi, et le dsert de Fezzan Tripoli. (sur le littoral o vit la population) Ont t galement construits des rservoirs deau prs des villes. Il faut en moyenne neuf jours chaque goutte deau pour aller des aires de forage sahariennes jusqu la cte.

  • Enfin, pour dvelopper lagriculture, des oasis et des zones irrigues par pivots ont t ralises prs des zones de forage.3. Les objectifs escompts par lEtat libyen ont-ils t atteints? (doc. 2-4)Les objectifs de lEtat libyen sont de subvenir aux besoin en eau de la population (usage domestique) etde dvelopper lagriculture (Officiellement, la grande priorit est lagriculture) pour rendre le pays autosuffisant. On constate que les rsultats sont mitigs. Les progrs agricoles sont indniables. Par exemple, Les terres plates qui entourent Benghazi donnent limage parfaite dune immense plaine bl. La surface rouge du sol est laboure avec soin, et les coupoles blanches des rservoirs deau couronnent chacune des 520 nouvelles fermes que lEtat se prpare pratiquement raliser. Mais Il faudrait la Libye deux ou trois Grandes Rivires artificielles pour tre autosuffisante en agriculture . Dans les deux ou trois prochaines annes, 150 000 hectares seront ajouts lactuelle superficie irrigue, qui est de 500 000 hectares environ. De plus, mme si les fruits et lgumes ne manquent pas en Libye, le pays doit cependant compter sur les importations pour satisfaire 60% de sa demande intrieure de bl et dorge. Afin de rtablir lquilibre, des fermes parraines par lEtat commencent se multiplier autour de Syrte, la ville natale du colonel Kadhafi, et de Benghazi. Par ailleurs, La Grande Rivire ne coule quau dixime environ de sa capacit pour satisfaire les besoins de la population de la cte. LEtat doit maintenant dcider de lutilisation du reste. Doit-il le consacrer entirement de vastes plans dirrigation, ou satisfaire dabord les besoins en eau potable (avec des mesures anti-gaspillage) et ceux de lindustrie, qui en consomme beaucoup moins que lagriculture ?

  • Les risques lis la Grande Rivire artificielle sont multiples : La Libye puise dans des nappes souterraines fossiles situes certaines de ses frontires, puisant ainsi dans les rserves aquifres des pays voisins (Algrie,Niger, Tchad et Egypte). Deux problmes majeurs se posent alors: il y a pour commencer un risque important dabaissement du Fezzan et du Nil ainsi que de leurs nappes aquifres (du fait des pompages excessifs) ce qui mettrait en grande difficult ces pays dont la population vit grce ces fleuves, mais aussi le fait quils nont pas pour objectif la gestion de leau et nont pas non plus les moyens de sen proccuper.- Lesprance de vie de tout grand projet dinfrastructure est denviron 50 ans. Or les nappes aquifres ne seront alors pas sec mais risquent dtre bien plus difficiles pomper. - Par ailleurs leau svapore des taux de 40 60%. La moiti de toute celle quon utilise aujourdhui pour lirrigation est perdue. En 2025, la population du pays devrait compter quelque 12 millions dhabitants (non-nationaux compris), et les besoins en eau des mnages absorberont environ 55% du dbit total de la Grande Rivire. Mme si lon consacrait exclusivement lagriculture toute leau restante (celle du PGRA, celle des sources renouvelables et leau recycle), la Libye aurait besoin, malgr tout, dimporter prs de la moiti de son alimentation. 4. Quels risques sont lis lexploitation de leau du dsert? (doc. 4)

  • Deuxime partie: rdiger une rponse organiseEn vous appuyant sur les rponses aux questions, sur le contenu des documents et vos connaissances, rdigez une rponse organisant sur le sujet suivant: Leau, une ressource vitale et durable pour la Libye?Remarque : Ltude ici se situe une chelle locale (la Libye) ; or le chapitre dresse un tableau de leau dans le monde lchelle mondiale (en dehors de ltude de cas ; mais il sagit de lInde). Par consquent,On ne peut pas rpondre en rutilisant les connaissances vues en classe. Cela aurait t possible si le sujet avait t :A partir de lexemple de la Libye, montrer en quoi leau est une ressource vitale pour la plante.Par consquent, ici, il sagit de slectionner et de classer les informations des documents. Vos connaissances vous permettent de bien comprendre les documents. On ne rajoute des connaissances que si elles sont lies Directement au cas libyen.Priorit : respecter la mthode vue en module pour rpondre la question.Introduction : - prsentation du sujet et problmatique.Dveloppement : un plan. Chaque partie du plan correspond un thme permettant de rpondre la problmatique. Elle se compose dides et dexemples/preuves prcis.Conclusion : rponse la problmatique

  • La question de leau est une question cruciale pour la Libye, pays dont 90% du territoire est aride et dont la population augmente. La ressource en eau est insuffisante et cest pour cette raison que le pays a entrepris des travaux gigantesques pour rsoudre ce problme. Les rsultats obtenus sont ingaux et on peut se demander sils sont durables?Leau est rare en Libye car le pays est 90% dsertique et les prcipitations sont faibles et trs ingalement rparties. Il ne pleut que sur les ctes au Nord du pays (climat mditerranen) et ces prcipitations restent insuffisantes pour pratiquer lagriculture. On constate aussi que la population a fortement augment depuis 40 ans (multiplie par 3,5), il faut la fois assurer lapprovisionnement en eau de ces populations et leur procurer une nourriture suffisante. Les villes, toutes situes sur le littoral (comme Tripoli ou Benghazi), demandent quotidiennement de fortes quantits deau. Ensuite, le seul moyen damliorer lagriculture en pays sec est lirrigation. On peut penser que la Libye a atteint le seuil de pnurie et risque terme datteindre le seuil critique du manque deau comme au Proche-Orient. Le pays doit donc chercher des solutions pour pallier linsuffisance de ses ressources en eau. Cest pour cette raison que le gouvernement libyen a cr le projet de Grande Rivire Artificielle.Ce projet mobilise les eaux des nappes souterraines fossiles du Sahara Il a cot des sommes astronomiques. Elles sont enfouies de grandes profondeurs et ont une origine ancienne. Il a fallu dabord effectuer des forages profonds pour capter leau puis celle-ci est achemine par de grandes conduites (pipelines) sur des milliers de kilomtres vers les ctes au Nord. L de gigantesques rservoirs ont t crs. Cette eau est destine la population des zones ctires mais aussi lagriculture. Des primtres irrigus par pivots ont t crs dans le dsert et il existe aussi des oasis irrigus. Le projet prvoyait dirriguer une surface de 150000 hectares terme et de distribuer 20000 exploitations de 5 hectares. Pour le moment, ce projet nest pas achev, la Grande Rivire Artificielle doit tre tendue et complte lOuest et lEst du pays. Les deux zones de forages doivent aussi tre connectes, il sagit de relier les canalisations venant des nappes souterraines du Fezzan celles du dsert libyen. Malgr ces amnagements pharaoniques, la Libye na pas rsolu tous ses problmes et certaines questions restent en suspens.

  • Ce projet ne rsout pas la question de linsuffisance de la ressource en eau, la GRA ne couvrirait quun tiers des besoins en eau du pays ce qui est largement insuffisant. Leau souterraine des nappes du dsert ne se renouvelle que lentement voire ne se renouvelle pas lchelle du temps humain et dici 50 100 ans, elles seront peut-tre puises. Les pays voisins (Egypte et Algrie) sont inquiets pour leurs propres ressources en eau qui seraient menaces par la surconsommation libyenne. Lutilisation de leau et les moyens mis en uvre par la Libye ne sont pas toujours ralistes. Les productions agricoles obtenues grce leau de la GRA sont trs coteuses et on peut se demander sil naurait pas t plus raisonnable dacheter le bl ltranger. Ensuite, lutilisation de la ressource est trs discutable, lirrigation par pivot dans le dsert gaspille beaucoup deau par vaporation et on peut faire la mme remarque pour les gigantesques rservoirs ctiers ciel ouvert. Ds lors, ne faudrait-il pas revoir toute la politique de leau en Libye?La Libye, pays aux conditions hydriques trs dfavorables, a essay de rsoudre son manque deau par un projet trs ambitieux la GRA. La GRA permet dapprovisionner les hommes en eau et participe au dveloppement dune agriculture irrigue. Le bilan reste aujourdhui trs contrast et inquitant, car la GRA ne remplit pas tous les objectifs qui lui ont t assigns. Aujourdhui, se pose donc la question dune nouvelle orientation de la politique libyenne de leau, il faudrait songer conomiser cette ressource rare et prcieuse.