LE CADRE GEOLOGIQUE DU COL DU LAUTARET .4 B. Remarques et compléments B1. Le socle ancien Bien que

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of LE CADRE GEOLOGIQUE DU COL DU LAUTARET .4 B. Remarques et compléments B1. Le socle ancien Bien que

  • LE CADRE GEOLOGIQUE DU COL DU LAUTARET par Jacques Debelmas, professeur honoraire lUniversit de Grenoble (2007)

    Le col du Lautaret vu depuis le Grand Galibier (photo S. Aubert)

    Dans cette plaquette, on trouvera le texte des deux panneaux explicatifs du paysage placs dans le jardin alpin, ainsi que des complments lusage du gologue ou de lamateur averti qui dsirerait des explications complmentaires.

  • 2

    Photo Francou

    PANORAMA GEOLOGIQUE DU LAUTARET

  • 3

    I. PANORAMA GEOLOGIQUE DU LAUTARET

    A. Texte du panneau extrieur

    Ce panorama montre trois curiosits gologiques intressantes : A1. Les restes de la vieille chane hercynienne franaise, rajeunis par le plissement alpin Ce sont les parties hautes de ce panorama, cest--dire les massifs du Combeynot et de la Meije. Ils sont forms de granites et de gneiss appartenant la chane hercynienne qui sest difie la fin de lre primaire, 300 millions dannes de nous (-300 Ma). Cette chane a t ensuite profondment rode si bien quau dbut de lre secondaire, vers -250 Ma, elle ntait plus quune surface faiblement accidente que la mer a envahie pour y dposer des vases argilo-calcaires noires. Ces vases, indures, ont donn les schistes noirs qui apparaissent au Serre Orel et lentre du vallon de lAlpe du Villar dArne. Ce sont les derniers effet du plissement alpin qui, lre tertiaire, partir de 10 Ma, ont soulev le vieux socle hercynien qui a ainsi surgi au milieu de sa couverture sdimentaire secondaire. A2. Le plissement et le soulvement alpins Le plissement alpin correspond une contraction qui a donn des plis ou des chevauchements (cest dire des dplacements horizontaux amenant un compartiment venir reposer plat sur un autre). Le Combeynot en donne un bon exemple puisquon y voit des roches dge ancien, primaire, reposant anormalement sur des terrains plus rcents (calcaires et schistes jurassiques du vallon de lAlpe du Villar dArne). Ce chevauchement des roches anciennes sur les calcaires et schistes secondaires, se poursuit dans le vallon de lAlpe du Villar dArne, vallon qui doit prcisment son origine la prsence de ces terrains calcaro-marneux tendres, facilement entaills par lrosion. Le plissement alpin dure depuis plus de 60 millions dannes mais, ici, la structure visible est lune des plus rcentes puisquelle ne date gure que de 10, voire de 5 millions dannes. Son dification est alle de pair avec un soulvement de lensemble du massif de lOisans, toujours luvre une vitesse de lordre du millimtre par an. A3. Laction glaciaire Au premier plan, le couloir est-ouest du col a t creus par le glacier Romanche-Guisane qui loccupait encore il y a 10 000 ans. De ce couloir merge la butte des calcaires plus durs du Serre Orel, dgage par le glacier des schistes tendres voisins. A droite, au pied du massif de la Meije, le vallon quoccupe actuellement le glacier de lHomme montre une forme en auge caractristique. Remarquer aussi les polis glaciaires sur les pentes qui bordent ce vallon droite. Enfin les glaciers transportent toujours des graviers et des blocs dont laccumulation donne des moraines.

  • 4

    B. Remarques et complments B1. Le socle ancien Bien que tous les deux hercyniens, les massifs anciens de la Meije et du Combeynot ne sont pas forms des mmes roches.

    Le massif de la Meije est constitu de gneiss granitiss. Ce terme mrite dtre explicit. Les gneiss sont des roches fortement mtamorphiques, cest--dire profondment recristallises, avec mme apparition de minraux nouveaux, du fait de leur enfoncement et, donc, des fortes pressions et tempratures subies. Si celles-ci augmentent encore, les gneiss subissent alors un dbut de fusion et sont alors envahis par un liquide de composition granitique qui, en refroidissant, donne des plages daspect granitique, diffuses au milieu des feuillets du gneiss. Ces roches sont dites des migmatites . Elles forment la plupart des points culminants du massif (Ecrins, Meije, Pelvoux). Leur ge est difficile prciser car elles ont pu subir plusieurs priodes de plissement et de fusion partielle. Elles sont en tout cas les roches les plus anciennes du massif des Ecrins dont elles constituent le noyau. La tendance actuelle est den faire un matriel dge primaire infrieur (Cambrien Ordovicien, soit 550 450 Ma environ), mais certaines fractions pourraient tre plus anciennes encore, prcambriennes, comme lindiquent des ges de 620 840 Ma.

    Le massif du Combeynot est tout fait diffrent. Dabord par son matriel, puisquil sagit dun complexe volcanique avec son rservoir magmatique fait dun granite alcalin (potassique), et une carapace de filons et de couches de laves acides, rhyolitiques, alternant avec des roches dorigine sdimentaire varie, soit des tufs acides (cendres), soit des psammites ou des grauwackes, cest--dire des grs rsultant de lrosion des laves ou du granite. Le granite constitue les crtes sommitales du Combeynot, le complexe volcano-sdimentaire les artes du premier plan (crte de Clochettes, Pyramide du Laurichard, fig.1). Ensuite par son ge, puisque ce complexe du Combeynot a fourni des ges de 250 275 Ma, soit le Permien. Cette activit volcanique permienne est tout fait classique, et connue en de nombreux massifs hercyniens franais (Vosges, Estrel, massif central, massif armoricain). Elle clt le cycle hercynien. Le massif du Combeynot a donc chapp au mtamorphisme hercynien, un peu plus ancien. Certes le massif montre des minraux de mtamorphisme tels que quartz, albite , biotite, sricite, chlorite, pidote, tous noforms et de petite taille, mais traduisant un facis schiste vert qui pourrait trs bien tre li au plissement alpin. La cravate du Combeynot . Sous ce nom on dsigne un filon noirtre dune roche volcanique basaltique (lamprophyre) qui, partant un peu lOuest du point culminant du Combeynot (3156m), court ensuite travers les granites et les roches volcaniques dans le versant gauche du vallon du Combeynot. Ce filon nest pas visible de notre point dobservation. Non dat, il peut tre contemporain de lactivit volcanique permienne, mais on ne peut carter lhypothse quil soit plus tardif et li la mise en place des spilites du Trias, bien que ces dernires laves ne soient pas connues dans le Combeynot. B2. La couverture sdimentaire Elle est constitue par le Jurassique entirement calcaro-marneux, sombre, fortement schistos, qui donne les basses pentes du premier plan o souvre le col. Sa base est plus calcaire et plus dure. Cest le Lias infrieur calcaire, dat par de mauvaises ammonites du groupe des Aritites. Il donne des bosses (Serre Orel) ou des ressauts visibles sous la Pyramide du Laurichard. Le Lias suprieur est plus marneux, plus tendre. Il a fourni de rares empreintes dammonites (Hildoceras, Phylloceras) tmoignant de la prsence du Domrien et du Toarcien. Son passage au Jurassique moyen (Aalnien) nest pas net. Cet Aalnien est une paisse srie trs schisteuse, noire, contenant des traces dammonites (Ludwigia), dans des nodules siliceux ferrugineux. Le Bajocien existe galement dans quelque affleurements recoups par la route du Galibier au dpart du Lautaret, et a lui aussi fourni des blemnites et des reste dammonites.

  • 5

    On a dit plus haut que le massif ancien du Combeynot chevauche cette paisse srie jurassique. Il est donc apparemment bien spar delle. Ds lors, on peut se demander si ce massif naurait pas sa propre couverture, diffrente de celle du col. De fait, au pied des abrupts de la pyramide du Laurichard, il existe de petits affleurements de Trias (grs et dolomie gris-bruntre) en contact stratigraphique avec les roches anciennes, mais en srie inverse, chevauchante sur le Jurassique du col (fig.1).

    Fig.1. Panorama du versant Nord du Combeynot et schma montrant le pli antnummulitique de ce massif avant le dpt du Nummulitique. T, Trias ; J, Jurassique. Photo S. Aubert De quelle srie ce Trias est-il la base ? La rponse exige que lon fasse appel des dispositions gologiques invisibles dici. Dans le vallon de lAlpe du Villar dArne, le chevauchement du Combeynot sur les sdiments jurassiques sobserve toujours, mais le Trias vu au pied du Laurichard se complte par quelques mtres dun calcaire probablement liasique, galement en srie inverse, puis par un calcaire grseux brun, peut-tre nummulitique. Cette srie est trs diffrente de celle qui remplit le vallon. Il y aurait donc sur le Combeynot ouest une srie de couverture mince, tgumentaire , qui na rien voir avec les paisses sries du Lautaret (fig.1). Dans la valle de la Guisane, la couverture du Combeynot est galement rduite un peu de Trias et parfois de Lias sur lequel viennent directement en transgression et discordance les sdiments nummulitiques. Certes les rosions qui ont prcd cette transgression sont responsables de la rduction de la srie liasique visible, mais les facis de cette dernire suggrent quil sagit l encore dune srie mince, tgumentaire , finalement peu diffrente de celle du versant ouest. On peut en conclure que le massif du Combeynot, comme bien dautres secteurs de lOisans, a reprsent au Jurassique infrieur et moyen, un bloc isol par failles dans le cadre de la distension tthysienne1. Ce bloc, valeur de horst, a reprsent un haut fond dans la mer alpine, sur lequel les sdiments sont rests minces. Il tait suivi, louest, par le graben de lAlpe du Villar dArne, o la sdimentation a t plus paisse.

    1 Sous ce terme, on dsigne les importantes dislocations qua connues le futur domaine alpin lors de louverture de locan alpin (= tthysien) au dbut du Secondaire, dislocations qui ont affect les marges de cet ocan sur une largeur de 100 200 km. Le futur Oisans tait inclus dans cette zone distendue et fracture en horsts et grabens.

  • 6

    De toute faon, mais l encore il faut faire appel des donnes gnrales que lon ne peut retirer du seul panorama tudi,