Le complet bleu

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

portfolio, contes de 1993

Transcript

  • Le complet bleuou l'apparence des choses qui ne sont pas des sons

    LE COMPLET BLEU... pose que l'une des meilleures faons que l'homme ait trouv pour contrler le passage du temps consiste sans doute tenter de se rappeler les instants insignifiants de son pass englouti. Le rel ne lui suffisant pas en tant que donn voir, le rve, le souvenir et le regret permettent de dpasser ce donn visuel en venant troubler la ralit, la rendant tantt fantastique ou ferique. Ces moments autonomes remmors, issus d'un pass qui s'loigne, tiraillent la trame de l'existence pour en rvler les faiblesses et ainsi crer des noeuds complexes de relations imaginaires o se diluent - en y faisant apparatre une ralit particulire; la mythologie - les dbris de l'aventure personnelle.

  • I.L. avait un jour retrouv la photographie de ce jeune couple. Cette image l'avait toujours troubl car, s'il s'agissait bien d'eux, I.L. n'avait jamais pu y reconnatre ses parents. Un peu ennuy, il avait not: Une goutte d'eau se souvient-elle jamais de l'ocan d'o elle provient ? I.L. avait mang sans apptit ce soir-l.

  • E.L. ne pouvait oublier, un jour enfant, avoir vu du sang dans une chambre et d'avoir eu peur. L'image des draps maculs ne s'taient jamais compltement efface de sa mmoire. E.L. avait not la dernire page d'un roman franais: On ne craint pas ce que l'on ne connat pas lorsque l'on est nave et jeune... c'est aprs que a se gte. Elle avait un peu pleur cette nuit-l avant de s'endormir.

  • N.. le chien tait las, aplati contre la galerie. On l'avait frapp dans les ctes parce qu'il sautait de joie. Alors il pleurait en silence comme seul un chien sait le faire. Cette nuit, I.L. partirait se jeter devant un camion pour ne plus avoir mal.

  • Le bout de son doigt un peu corn fouillait lentement, en l'cartant du globe oculaire, le rebord de la paupire. Vu distance, on pouvait croire de l'motion.

  • I.L. avait finalement trouv une faon d'tre vraiment malheureux le dimanche.

  • Cette nuit, I.L. entendrait dans son cauchemar le grincement atroce des roues de mtal d'un coffre sombre qui s'approche lourdement dans le couloir. Ses dents grinceraient encore lorsqu'il se rveillerait terroris, ravag par une douleur sourde. E.L. n'entendrait rien, le vacarme des cauchemars n'atteint pas les gens heureux.

  • Ils roulaient dans la plaine depuis le lever du jour. E.L. avait simplement dit en voyant la carcasse fumante dans lair encore froid : Ce doit tre un cheval mort... regarde la jument est reste l. I.L. n'avait rien vu.

  • Dans son rve, un norme chimpanz en fugue la rouait de coups et tentait de la mordre. son rveil, E.L. s'tait tonne de retrouver des marques bleues sur ses bras et ses cuisses.

  • Un mot entendu par hasard avait ramen sa mmoire le souvenir de cette cour d'cole, de ce btiment, o en hiver, I.L. allait se terrer l'abri du vent et de la poudrerie en attendant que les autres enfants arrivent.

  • E.L. esprait encore retrouver la photographie de sa cousine, jeune; celle o elle avait le doigt dans l'oreille.

  • Ennuye par les plaisanteries de ses compagnons de voyage, E.L. avait tent ce jour-l de retrouver quelque part en elle des souvenirs d'Islande, de geysers et de volcans.

  • E.L. avait cherch tout l'aprs-midi cette photographie prise la campagne... ou tait- ce au bord de la mer? Celle o I.L. ressemblait tant un acteur. E.L. ne voyait que le tlphone muet, noir, agressif contre le mur jaune. Pourquoi partir pour si longtemps? La sonnerie avait rsonn dans l'appartement vide. Elle pleurait, la nouvelle tait mauvaise.

  • E.L. s'tait rappele l'trange histoire qu'un oncle lui avait racont propos d'un oiseau lov une nuit dans son nid prs de sa femelle. Le volatile dormait et rvait, tournait et retournait tant, qu'il avait fini par pousser sa compagne par dessus bord. Au matin, se voyant seul et se croyant abandonn, il tait all se jeter contre une norme vitrine. E.L. s'tait jure de toujours vivre seule.

  • I.L. aimait bien mettre en scne de petits drames.