Télécharger le dossier du spectacle

  • View
    218

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • kayak one

    un projet de Solal Bouloudnine

  • 2

    J'ai pass une nuit merdique. Je grelotte depuis hier soir 22h ou 21h et il est 10h du

    matin. Donc c'est une vraie partie de rigolade. Je ne suis pas sr que a devienne trs

    populaire comme sport.

    Andrew McAuley, Dcembre 2006

  • 3

    QUIPE ARTISTIQUE

    - Solal Bouloudnine , metteur en scne

    - Olivier Veillon, comdien

    - Maxime Mikolajczak, comdien

    - Jean-Marc Montera, guitariste

    - Ahmad Compaor, battteur

    - Baptiste Amann, dramaturge

    - Gaspard Pinta, scnographe

    QUIPE TECHNIQUE

    - Quentin Caille, ingnieur son

    - Ingnieur en mcanique (en recherche)

    - Eclairagiste ( en recherhe)

  • 4

    LE PROJET

    KAYAK ONE est un projet thtral pour un comdien, mlant vido, musique live

    et installation mcanique. Il prend comme point de dpart le documentaire Solo : lost at

    the sea de David Michod et Jennifer Peedom.

    Ce qui aura dans ce dossier lapparence de thories et dabstractions nattend que

    dtre expriment sur scne. Et tout ce qui est prsent en termes pratiques, matriels,

    ncessite quon le ralise progressivement pour en faire physiquement lexprience ;

    linstallation mcanique est ici un oprateur dexprimentation des sensations plutt

    quun dispositif scnique dfinitif.

    (Je suis dsol, mais lexprimentation possde peu de synonymes)

    Andrew McAuley, 2006

  • 5

    LE DOCUMENTAIRE

    En janvier 2007, l'aventurier australien Andrew McAuley entreprend la traverse

    de la mer de Tasmanie en kayak. Son objectif tait de couvrir en un mois les

    1 600 kilomtres sparant la cte Est de la Tasmanie et le Sud de la Nouvelle-Zlande.

    Les arrangements faits sur son kayak de mer Mirage de sept mtres restaient

    sommaires. McAuley disposait d'une ancre flottante, de la possibilit de s'allonger dans le

    kayak et de fermer la trappe avec un bulbe de fibre de verre (qu'il surnommera

    Casper ). La trappe tait quipe d'un ventilateur d'air, ce qui lui permettait de se

    redresser instantanment aprs un chavirage. Il se prparait en effet ctoyer les

    temptes et les vagues violentes invitables dans cette partie de l'ocan. Il maintenait le

    contact avec l'Australie grce un tlphone satellitaire qui lui permettait de transmettre

    et de recevoir des messages crits et notamment les prvisions mtorologiques.

  • 6

    Aprs des adieux dchirants sa femme et son fils, il embarque sur son kayak le 2

    dcembre 2006. Mais deux jours plus tard, en raison de la difficult maintenir une

    temprature assez leve l'intrieur du kayak, il interrompt son voyage.

    Vickye McAuley et son fils sur la plage , le 2 dcembre 2006

    La deuxime tentative aura lieu le 11 janvier 2007. Durant son priple, Andrew

    McAuley livre sa camra ses angoisses, ses peurs et ses questionnements.

    Le 9 fvrier, aprs trente jours de voyage, un appel de dtresse est enregistr par

    les garde-ctes no-zlandais : Est-ce que vous me recevez ? Ici Kayak one. Est-ce que vous

    me recevez ? Termin. J'ai besoin d'aide d'urgence. Je suis dans un kayak environ

    30 kilomtres de Milford Sound. J'ai besoin de secours. Mon kayak coule. Je suis tomb dans

    l'eau. Je m'enfonce .

    Tout en vrifiant avec la famille qu'il ne s'agit pas d'un canular, les garde-ctes

    vont faire des recherches en hlicoptres. Ceux-ci vont localiser le kayak vide, flottant en

    partie inond, le 10 fvrier seulement 54 kilomtres de sa destination de Milford Sound.

  • 7

  • 8

    LA GENSE DU PROJET

    Au dpart, une forte envie de travailler sur la mer et la voile ; et plus prcisment,

    la traverse en solitaire. Recrer l'ocan sur un plateau ainsi que les mouvements houleux

    d'un bateau. Au fil de mes recherches sur ces aventuriers qui traversent les ocans au

    pril de leur vie, je suis tomb sur ce documentaire : Solo : lost at the sea. Lhistoire qui

    mavait mue rencontrait ces thmes et ces envies de recherches esthtiques : tenir un

    personnage leur donnait une raison dtre. Javais t saisi comme rarement par la scne

    de sparation entre Andrew et sa famille. Dans cette squence on voit Andrew, encore

    informaticien la veille, partir sur un kayak ordinaire. Sur la plage, sa femme et son jeune

    fils crient son nom et lui jettent des adieux. Lui pagaie et s'loigne peu peu, puis craque.

    Il pleure, suffoque. On dirait un soldat qui part pour le front. Mais personne ne l'a pouss

    partir, c'est lui-mme qui en a dcid ainsi. Il est le crateur de sa propre guerre.

    Pourquoi part-il ? Il se le demande lui-mme. Pourquoi quitte-t-il ce qu'il a plus de

    cher au monde pour un ocan hostile dont srement il ne reviendra pas ?

    Pourquoi Edmund Hillary voulait-il, au pril de sa vie, gravir l'Everest, Herzog et

    Lachenal l'Anapurna? Pourquoi Moitessier a-t-il appareill pour tourner, sans escale et en

    solitaire, une fois et demi autour du monde ? Quelle bizarre ide a pouss Jean-Louis

    Etienne chercher atteindre le Ple Nord, pied, en tirant son traneau ? C'est ce

    pourquoi qui m'anime. Au-del des raisons que chacun dentre eux a pu allguer, cest

    cette force qui les a pousss partir pour un inconnu total qui me fascine ; elle constitue

    finalement un leitmotiv, le point commun de toutes ces histoires individuelles.

    Bien sr, on imagine aisment que si Andrew McAuley et ses semblables

    s'aventuraient dans ces entreprises dlirantes et surhumaines avant de faire du kayak

    en haute mer, McAuley tait alpiniste et avait gravi de nombreux monts, tentant toujours

    d'tablir un nouveau record de vitesse et ce, souvent par des voies encore jamais

    empruntes , c'tait incontestablement pour se sentir d'avantage vivant. Frler le pire

    pour se rendre compte que le meilleur existe. Comme en tmoigne le Dr Richard Stiles,

    aventurier et ami de McAuley : Les grands aventuriers ont sans doute une sensibilit

    diffrente des autres. S'aventurer seul en mer de Tasmanie, a requiert sans doute un certain

  • 9

    profil psychologique. Certains de ces aventuriers sont tellement habitus aux sensations

    fortes que pour arriver ressentir quelque chose ils vont devoir se mettre dans une situation

    bien plus dangereuse que les gens ayant une sensibilit normale. Pour se sentir vivants ils

    ont besoin d'aller jusqu' risquer leur vie. C'est seulement en se mettant en situation de

    mourir que certains comprennent la valeur de la vie. Sa passion pour l'aventure tait en

    conflit permanent avec sa passion pour sa famille.

    Capture d'cran de La mer, Ange Leccia

    On peut trouver certaines analogies entre le profil de McAuley et celui d'un

    toxicomane. L'aventure tait sa drogue. Il en tait addict. Mais cette dpendance nentre

    pas ncessairement en contradiction avec cette passion pour sa famille : durant la

    traverse, il s'est battu d'une manire impressionnante pour survivre, et lon peut aussi

    dcider dy voir une preuve de l'amour incommensurable qu'il avait pour les siens. Jamais

    il n'aurait abandonn mais jamais il ne se serait arrt. Seule sa propre mort pouvait

    mettre un terme une telle obstination : ni le sentiment de devoir familial de McAuley ni

    la demande dun de ses proches ne lauraient pouss arrter de chercher laventure (sa

    femme avait profondment compris que celle-ci faisait partie de lui et donc de leur

    couple : ne pas le retenir tait une sublime preuve damour).

  • 10

    PISTES DE RECHERCHE

    Quand on demanda Andrew McAuley, l'aube de son dpart, s'il avait peur de

    faire cette traverse, voici ce qu'il rpondit : Bien sr que cette traverse me fait peur. Je

    ressens de la peur. Mais a ne me fait pas peur d'avoir peur. Avoir peur c'est affronter ses

    dmons. Mentalement, c'est une exprience qu'on ne vit pas tous les jours.

    C'est en retranscrivant les paroles de McAuley que j'ai compris que ce qui

    m'intressait dans cette obstination de laventure (qui est aussi une obsession de

    lexploit), cest la peur et les rapports insenss qu'on entretient avec elle. Cette frontire

    abstraite qu'il y a entre la scurit et le danger, cette frontire terrifiante que ces hros

    n'ont pas peur de franchir tout en ayant peur. Cette limite quils franchissent seuls, pour

    aller voir d'eux-mmes, pour vrifier. Il y a un vertige dans cette aventure : on nexiste

    quen prenant le risque de ne plus exister.

    Laventure est initiatique : McAuley teste ses limites, il dcouvre, pour lui-mme

    mais aussi pour nous, une dimension qui ne souvre lui que parce quil a franchi un cap.

    Il bouscule les limites que nous croyons tre les ntres en nous dmontrant quavec ses

    propres ressources et les lments naturels, ce qui nous parat insurmontable est en fait

    question de libert.

  • 11

    Je suis comdien et il m'arrive trs souvent d'avoir le trac. C'est un tat de

    tremblement, de paralysie et d'excitation total. Durant ces instants d'anxit, j'ai souvent

    entendu les