Addictions et pleine conscience

  • View
    68

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Addictions et pleine conscience. Docteur Yasmine Lienard, Paris mai 2014. Quest ce quune addiction?. Laddiction = arrt du juge romain donnant droit disposer du corps dun dbiteur dfaillant Comportement dutilisation pathologique de drogues, alcool, mdicaments Goodman (1990) - PowerPoint PPT Presentation

Transcript

Addictions et pleine conscience

Addictions et pleine conscienceDocteur Yasmine Lienard, Paris mai 2014Quest ce quune addiction?Laddiction = arrt du juge romain donnant droit disposer du corps dun dbiteur dfaillantComportement dutilisation pathologique de drogues, alcool, mdicamentsGoodman (1990)Impossibilit rpte de contrler un comportement.Poursuite dun comportement en dpit des consquences ngatives.DSM IV trouble addictif (Echecs rpts de rsister; sentiment de tension avant; plaisir en le faisant; perte de contrle ; proccupations, efforts rpts pour rduire, perte de temps, abandon de certaines activits sociales, continuer malgr consquences, tolrance, agitation irritabilit; dure au moins un mois)Il y a labus/usage nocif et la dpendance ( psychique-craving ou physique- syndrome de sevrage)Altrations neurobiologiquesSystme dopaminergique mso-corticolimbique = le systme de rcompense et punition ou de plaisir et souffrance. Il gre nos dsirs, plaisirs et motions.Systme influenc par les expriences de lenfance en fonction des expriences prcoces de plaisir et dplaisirs corporels puis motionnels en lien aussi avec la qualit de lattachement. La sensibilit et ractivit du systme dpendra donc des vnements prcoces.Les drogues agissent en stimulant ces zones neuronales. (rec GABA, Opioides, cannabinergiques ou axe corticosurrnalien..) et rendent les sujets dpendants selon le contexte.Remplacer (ou viter) une motion par une sensation.Laddiction : le buzz du systme de rcompenceHyperdopaminergieLes drogues prennent la place de nos rcepteurs habituels: leurres.Le circuit de la rcompense : saillance et valeur dun besoinLe circuit de la motivation : rpond aux tats internesLe circuit de la mmoire : met en jeu les associations apprisesLe circuit de contrle : permet de rsoudre les conflitsDans laddiction, renforcement de la saillance, la valeur du produit : la force du besoin prime sur les consquences.Prise en charge cognitivo-comportementaleAnalyse des avantages et inconvnients court et long termeAcceptation de la force du besoin au del de la volontEssai de revalorisation des autres motivationsApprentissage dune meilleure gestion du stress et des motions ngativesComprhension de lembrasement du besoin quentrane la rechuteLes facteurs de risqueFacteurs lis au produit, facteurs individuels, facteurs environnementauxIndividuels : le temprament (sensation seekers, ractivit motionnelle leve, faible estime de soi, timidit), les comorbidits psychiatriques (troubles de personnalit, troubles de lhumeur)Environnement : ex : alcoolisme dentranement, facteurs familiauxEvnements de vie : ex : traumasLes traitements aujourdhuiLes mthodes aversivesLes mdicamentsLes psychothrapiesLes programmes en 12 tapes (AA)Les thrapies cognitives et comportementalesLa MBRP : protocole de Marlatt par la pleine consciencePunir, encourager larrtou?.....Les mthodes aversives nont pas montr de rsultats probants.Les mdicaments montrent une efficacit mais les rechutes sont lLes psychothrapies peuvent tre efficacesMais aucun traitement nest fiable 100% il sagit de mcanismes complexesLes approches motivationnelles et les TCCInterventions brves motivationnelles : FRAMESF. FeedbackR.ResponsabilityA.AdviceM.MenuE.EmpathicS.Self efficacyTCCAnalyse fonctionnelle : identifier les penses, sentiments et circonstances avant et aprs la consommation de substance. Identifier les dclencheursAugmenter les habilets de coping ou adaptation : les stratgies dadaptation aux situations difficiles/motionnelles sont peu efficaces en gnral : dsapprendre les habitudes anciennes, et rapprendre de nouvelles habitudesPrvention de la rechuteFavoriser la prise de conscience du mcanismeUne des approches les plus rcente est celle qui sinspire de la psychologie bouddhiste sur les mcanismes mentaux qui favorisent la recherche de rcompense et qui tend peu peu faire abandonner la frnsie de plaisir grce la mditation.Il ny a aucune volont de changer, mais plutt dtre pleinement conscient des consquences et surtout du corps pour dvelopper une sagesse interneLa pleine conscience : limage du charbon ardentImaginez que vous tes dehors,vous navez pas pris votre manteau il fait moins dix degrs et quelquun vous lance un charbon ardent et vous dit Tiens, a va te rchauffer.Vous lattrapez et vous vous dites super, a me rchauffe. Sur le moment le problme semble rsoluouimais.Vous ne vous rendez pas compte, car vous ntes pas trs attentif vos sensations corporelles par dfaut de vigilance et en lien avec vos motions que vos mains brlent.Votre stratgie court terme a des consquences ngatives dont vous ne vous rendez pas compte.Si vous dveloppez plus dattention, naturellement vous lcherez le charbon et irez dans votre maison, quitte avoir encore trs froid sur le chemin.La pleine conscience : comment la favoriser?Les protocoles MBSR et MBCT sont trs pdagogiques pour apprendre dvelopper plus dattention.Le protocole MBRP dAlan Marlatt sen est largement inspir.Apprendre pas pas quitter le mode pilotage automatique avec un retour linstant prsent sensoriel.Ne pas chercher ne plus avoir de penses, mais sen distancierLa mditation comme entranement la dfusion cognitiveLa MBRP(Mindfulness Based Relapse Prevention) : protocole de MarlattContrairement aux programmes en 12 tapes, la MBRP dcourage lutilisation dtiquettes positives ou ngatives sur le troublePleine conscience : comme dans le protocole MBCTElments de prvention de la rechute cognitivo comportementaux pour renforcer la confiance faire face, et comprendre les processus de dclenchement des penses lorigine du comportement addictLabstinence nest pas un pralable la participationPas dobjectifs fixs.Le drapage est vu comme un vnement frquent dans le processus de changement et cest une opportunit pour apprendre.plutt quun checLe drapage est diffrenti dun retour un cycle de rechute.Dans la sance 6, les participants discutent entre eux des chaines dvnements qui conduisent au drapage et o ils auraient pu faire une pause, sortir du mode automatiqueLa base du protocole MBRPApproche collaborativePas dobjectifs fixs mais identification du rle des penses dans le processus de la rechute, surtout celles lors du premier drapageImportance de la mditation pour cultiver la dfusion, lidentification de la chaine de processus et le pilotage automatique sans en tre esclave.Entre le stimulus et la rponse, il y a un espace. Dans cet espace, il est en notre pouvoir de choisir notre rponse. Dans notre rponse reposent notre potentiel de dveloppement et notre libert. Viktor E.FranklobjectifsIdentification des facteurs qui augmentent la vulnrabilit la rechutePrendre conscience que les habitudes comportementales et cognitives sont causes de souffrance.Discerner ce que lon peut contrler et ce que lon ne peut contrlerIdentifier les facteurs qui augmentent la vulnrabilit la rechute (ex : se sentir seul, etc)Reprer les patterns cognitifs qui entretiennent la souffrancePorter attention lexprience physique car souvent les sensations lors des envies prcdent les patterns cognitifsLeffet de violation de labstinenceLorsquune personne dimpose une rgle et la transgresse, elle fait souvent lexprience de la culpabilit et de lautocritique avec une perte de contrle.On retrouve cela dans la boulimie par exemple : cycle restriction, puis transgression puis foutu pour foutu.

Exercices pratiquesBody scanMditation centre sur la respiration, mditation de la montagne, lespace de respiration SOBER et surfer sur les enviesMditation assise (pleine conscience de la respiration, des sons, des sensations corporelles, des penses et des motions)Mouvements en pleine conscienceMditation de la bienveillance Les sancesSc1 : pilote automatique vs pleine conscience. Ex du raison, Body scan Q : En quoi cet exercice peut tre utile pour la prvention de la rechute?Exercices domicile : tre pleinement conscient aussi de la prise de produit.Sc2 : Body scan, revue des exercices domicile.(Travail sur laversion) Exercice Je marche dans la rue.Identifier cascade de raction une situation. Exercices surfer sur les envies. Identification des dclencheurs et raction (pense, motion sensation).Mditation de la montagneLexercice Surfer sur les enviesImaginer une situation qui reprsente un dfi, un vnement trs stressant.Adopter une attitude de compassion et une prsence curieuse ce qui surgit dans lexprience.Observer penses, motions, sensations.Observer ce qui advient de lenvie.Traverser la vague de lenvie en se laissant aller au sommet et jusqu son dclin, sans tre submerg .

Les obstaclesLenvie de se sentir bien. Dprouver du bien tre.Limpatience et lagitationSomnolence/torpeurLe doute et lautocritiqueLes sancesSc 3 :Calendrier des vnements agrables de la semaine prcdente. Conscience des sons, mditation respiration. Espace de respiration SOBER (Stopper, Observer, Baser sur la respiration, Elargir, Rpondre-Rflchir avant dagir)Sera rpt souvent pendant le protocole.Sc4 : Conscience de la vue. Calendrier vnements dsagrables.Partager situations haut risque de dclenchement (en gnral : tats motionnels douloureux, pression sociale et conflits interpersonnels). SOBER dans ces situations de dfi. Mditation de la marche.Les sancesSc5. Trouver quilibre entre accepter les choses comme elles sont et encourager les comportements sains et positifs dans notre vie. Pome la maison dHte (Rumi). Mouvements en pleine conscience. Mditation respiration, sons, penses, motions. Deux par deux se raconter une histoire difficile puis lorsque la cloche sonne : espace SOBER. Sc6. Voir les penses comme des penses. Meditation : nommer, tiqueter les penses (souvenir, planification, rumination)Identifier le cycle de la rechuteLes sancesSc 7. Prendre soin de soi et style de vie quilibrMeditation bienveillanceSc 8. Soutien social et poursuite de la pratiqueRsultats de la MBRPEtude pilote contrle randomise : MBRP versus groupes post cure standard (Bowen et al, 2009)N= 168. Tous avaient suivi un traitement intensif hospitalier ou ambulatoire avant. 64% dhomme