agir n° 4 - 4/2011

  • View
    231

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Philippines : des terres pour les sans terre à Mindanao

Text of agir n° 4 - 4/2011

  • agirLE MAGAZINE DE LENTRAIDE PROTESTANTE SUISSE | N 4 | 4 / NOVEMBRE 2011

    Philippines : des terres pour les sans terre Mindanao

  • DITORIAL2 SOMMAIRE

    2 Editorial

    3 Transparence Les coulisses de laction humanitaire

    de lEPER en Ethiopie

    6 Linvite Anne-Christine Horton

    7 Dveloppement des communauts rurales

    Campagne nationale 2011

    Philippines : avoir un champ,

    cest disposer dun travail

    et dun revenu

    11 Matriel de campagne

    12 Actuel

    agir 4

    0411

    En couverture Alma Cagat, bnficiaire de lEPER aux PhilippinesPhoto : Christian Bobst

    IMPRESSUM AGIR N4, NOVEMBRE 2011-10-13ISSN 2235-0772Parat 4 fois par an Editeur : Entraide Protestante Suisse (EPER)Responsable de la publication : Olivier GrazRdaction : Jolle Herren LauferTraduction : Sandra Frst Impression : Jordi, BelpTirage : 18 500 exemplairesAbonnement : CHF 10, dduits une fois par an de vos donsAdresse : Bd de Grancy 17 bis, case postale 536, 1001 LausanneTlphone : 021 613 40 70Fax : 021 617 26 26Internet : www.eper.chE-mail : info@eper.chCP pour les dons : 10-1390-5

    Eloge de lexistentiel

    Les mdias martlent que les actions vont chuter, que le chmage va augmenter, que lconomie va seffondrer. Ils nous plongent dans une crainte visc-rale de lavenir. Paradoxalement, nous vivons dans lopulence et nous demandons comment consommer moins. Difficile, dans ce contexte, de faire la part de nos proccupations existentielles et de celles de nos contemporains qui vivent dans le dnuement le plus complet.

    Pris dans le tourbillon de nos activits quotidien-nes, nous peinons voir com-ment nous pourrions inflchir lavenir de notre monde en redonnant du poids aux valeurs que nous dfendons. Ce numro dagir pointe les proccupations de prs de la moiti des habitants de la plante dont lnergie toute entire est concentre sur la qute de leurs besoins lmentaires de survie.

    Cap sur lEthiopie qui subit de plein fouet une famine au sud dAddis-Abeba. Immergeons-nous dans les coulisses dune aide durgence humanitaire de lEPER. Prenons le temps de dcouvrir les procdures de slection transparente des pres-tataires de service les plus efficaces et les moyens de distribuer quitablement des vivres aux bnficiaires qui en ont le plus besoin.

    Reportage aux Philippines aux cts dune famille persvrante. Aprs avoir revendiqu ses droits pendant prs de dix ans, elle a obtenu des terres quelle sapplique dsormais faire fructifier de manire durable. Une rponse simple et concrte qui donne de lespoir toute une communaut et que nous avons choisie pour illustrer la campagne nationale de lEPER sur laccs la terre et aux ressources.

    Appel votre soutien, toujours et encore, car grce votre don, vous pouvez faire la diffrence. Lexprience nous montre quen se concentrant sur lessentiel, on peut obtenir de grands effets avec de petits moyens.

    Jolle Herren LauferResponsable mdias

    Phot

    o : E

    PER

    / Oliv

    ier

    Cos

    ande

    y

    Cette anne encore, laction Offrir son aide vous permet doffrir des cadeaux de Nol originaux qui ont du sens.

    www.offrir-son-aide.ch ou 021 613 44 56

  • 3ag

    ir 4

    0411

    TRANSPARENCE

    Ethiopie Les coulisses de laction humanitaire de lEPER

    La rgion montagneuse dAddis-Abeba frappe par son ct ver-doyant, ses champs immenses et ses cafiers en fleurs. Difficile de croire quune terrible scheresse svit un peu plus au sud, la fron-tire kenyane. Pourtant, lorsque lon pntre dans la zone de Borena, o lEPER est active, le dcor change du tout au tout. La terre devient sche et rouge, seme de buissons secs perte de vue. Pas la moindre touffe dherbe lhorizon, mais des car-casses danimaux morts dans les buis-sons. Les habitants, principalement des leveurs mais aussi des petits paysans, subissent de plein fouet le manque de pluie depuis deux ans. Ils narrivent plus se nourrir, sans parler de leurs btes.

    Le bureau dOromo Self-Help Organization (OSHO), lorganization partenaire de lEPER, se trouve Addis- Abeba, la capitale. Cest de l que laction durgence pour les habitants du district de Miyo la zone dactivit dOSHO se met en place. Il sagit de fournir des kits contenant du mas, des lgumineuses, ainsi quun mlange de soja et de mas additionn de matires minrales et de vitamines spcialement conu pour les enfants svrement dnutris. Les distribu-tions ont dabord t limites 8000 personnes dans les quatre communes les plus gravement touches par la famine. Mais depuis septembre, ce ne sont pas moins de 36 000 personnes qui ont reu des vivres.

    Mme si certaines catastrophes naturelles sont plus mdiatiques, les scheresses larves en diffrentes rgions dAfrique exigent des rponses humanitaires adaptes. LEPER ne peut, bien sr, pas rpondre toutes les crises, mais elle sengage dans une action durgence quand elle a dj une bonne connaissance du pays par le biais de ses organisations partenaires qui y grent dj des projets de dveloppement. Cest le cas dans la Corne de lAfrique, dclare zone de famine depuis le mois daot. Zoom sur les enjeux pratiques dune action humanitaire pour enrayer la famine Borena, au sud de lEthiopie.HANNS POLAK ET JUDITH MACCHI

    Phot

    os :

    EPER

    / Jud

    ith M

    acch

    i

  • 4 TRANSPARENCE

    agir 4

    0411

    Une mise au concours ouverte tous

    Difficile de se figurer les quantits de vivres acheter pour une telle opration. Lachat des 360 000 kg de mas et des 36 000 kg de lgu-mineuses a fait lobjet dun appel doffres dans un quotidien thiopien. Laccessibilit dune offre tous les fournisseurs potentiels fait partie des principes internationaux de base qui garantis-sent une utilisation optimale et transparente des dons. Cest Abebe Kiros, le directeur dOSHO, qui a organis cette mise au concours. Assist de son quipe et en prsence des reprsentants des firmes qui ont postul, il dpouille une caisse en bois scelle dans laquelle ont t dposes les of-fres. Six socits ont rpondu lappel. Un premier tri permet de dterminer si les propositions entrent dans le cadre budgtaire prvu bien que le prix des crales ait quasiment doubl en un an. Les offres sont ensuite dcortiques poste par poste pour comparer les prix. Cest une procdure complique mais indispensable pour procder un choix trans-parent et quitable, ce qui est dans lintrt de tous les interlocuteurs. Le choix sest finalement port sur le grossiste qui rpondait au mieux tous les critres demands. Reste sassurer de la qualit de ses denres dans son entrept. Cette procdure de mise au concours est renouvele pour chaque nouvel achat de denres.

    Les critres de choix des bnficiaires

    Une autre question de taille concerne le choix des bnficiaires. En Ethiopie, la slection des ayants-droit laide est faite par les autorits locales aprs

    un examen dtaill de leur situation. Dans chaque district, il y a un comit compos de reprsentants des autorits et dexperts en alimentation qui ra-nalyse rgulirement la situation. Ensemble, ils dterminent si un village dispose de suffisamment deau, si le cheptel se dveloppe normalement, et si les villageois ont la possibilit dacheter des den-res des prix accessibles au march. Les revenus individuels de chaque mnage sont par ailleurs exa-mins pour voir sil existe des sources de revenu alternatives. Les autorits ont annonc en juillet que 32 000 personnes taient dans le besoin. Ce chiffre a dj t revu la hausse en septembre.

    Lavantage dune participation du gouverne-ment au choix des bnficiaires est de permettre de constituer des colis adapts la taille relle des familles. Les vivres sont transports en camion par le fournisseur. OSHO a lou un entrept proximit des villages pour entreposer les vivres jusquau jour

    Dans un souci dquit, les offres des fournisseurs de denres sont rcoltes dans une urne scelle.

  • 5ag

    ir 4

    0411

    Javais 50 vaches, il ne men reste plus que trois Je mappelle Kasa Wariyo, jai 75 ans et je viens de Melbana. Jhabite avec ma femme, nos deux fils et nos cinq filles. Avant la scheresse, javais cinquante vaches. Aujourdhui, il ne men reste plus que trois, et je dois parcourir des kilomtres pour les nourrir. Avant la scheresse, nous avions du lait pour les enfants, du beurre, et parfois mme de la viande. Maintenant, mes champs de mas, de froment et de haricots sont asschs et nous avons mang toutes nos rserves. Le gou-vernement me donne du mas en change de mon travail darrachage de buissons. Et puis il y a les paquets daide la survie dOSHO et de lEPER. Mais jaimerais que la pluie tombe pour que mes vaches puissent mettre bas des veaux et que je puisse nouveau nourrir correctement ma famille.

    Mes filles vont lcole le ventre vide Je mappelle Dima Jilo et jai 48 ans. Avec mes trois filles, nous habitons Baha. Je suis veuve et je dois donc subvenir seule aux besoins de ma famille. Avant la scheresse, javais trois vaches et je cultivais du mas et des haricots. Nous avions alors du lait, du beurre, du yogourt, des crales et des haricots. Aujourdhui, mes vaches sont mortes. Nous navons plus de lait et nous avons puis nos rserves de crales. Le peu de nourriture que nous recevons pro-vient de voisins ou encore de laide alimentaire dOSHO et de lEPER. Presque chaque jour, mes filles vont lcole le ventre vide. Je nen peux plus. Jespre quil pleuvra bientt afin que je puisse recommencer subvenir aux besoins de ma famille.

    de la distribution. Des contrles alatoires sont oprs sur les sacs pour vrifier que la marchandise livre correspond vraiment ce qui tait convenu. Les entrepts sont dirigs par un responsable et surveills par deux gardes 24h/24. Dans un premier temps, le fournisseur avait emball le mas et les lentilles dans de grands sacs beaucoup trop lourds transporter. Ce problme a t corrig pour les prochaines livraisons.

    Strat